Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Mar 6 Oct - 14:37

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Chateauneuf sur Loire) Les musées n’ont plus la cote

La Touraine a connu un bel été, beaucoup plus ensoleillé qu’en 2014. Toutefois, le bilan de la saison touristique dans le département s’avère «contrasté» suivant les secteurs géographiques, les types d’hébergements et les activités.C’est ce qui ressort de la note de synthèse qui vient d’être établie par l’Observatoire de l’économie et des territoires de Touraine (OE2T) en lien avec l’Agence départementale du tourisme et l’office du tourisme de l’agglo de Tours. Globalement, la fréquentation des grands sites touristiques a baissé de 4,9 %au mois d’août (par rapport à 2014). Au cumul, le recul s’établit à – 2,6 % pour les deux mois d’été.Dans le détail, les musées ont enregistré une forte érosion (–7,8 %). Cependant, les parcs de loisirs et les sites proposant des animations familiales ont connu un afflux de visiteurs comme le château de Chinon avec sa « Légende du roi Arthur» ou la forteresse du Faucon noir à Montbazon.
Nr, Indre et Loire, 06/10, p.3

(Châteauroux) C’était le bon temps… c’était l’Amérique


Lundi soir, la nostalgie était dans le hall de la mairie. De très nombreux Castelroussins étaient présents pour assister au vernissage de l’exposition. C’était l’Amérique 1951-1967, souvenez-vous, proposée par la jeune association Châteauroux, c’était l’Amérique, avec le concours de l’Association des anciens employés civils de la base américaine.  Des photos de la base mais aussi de fêtes avec les Américains, des matériels US comme un aspirateur Hoover ou un frigo Général Electric, des machines à écrire Remington, des briquets Zippo, des Pall-Mall, mais aussi des flippers Gootlieb ou des vêtements que portaient les militaires de la base. On découvre vraiment une multitude d’objets dans cette exposition. Tout ceci a été possible après l’appel lancé par Châteauroux, c’était l’Amérique, qui voulait récupérer des objets relatifs à la présence des Américains sur cette base de l’Otan. «Nous avons eu beaucoup de dons et de prêts, a précisé Jean-Claude Prot, président de l’association, et nous sommes heureux de voir que ce passé passionne les Castelroussins. Maintenant, nous allons nous atteler à créer un musée.»
Nr, Indre, 07/10, p.10

(Vendome) Au musée, pleins feux sur l’art contemporain

Pénombre dans la salle du premier étage du musée. Un clair-obscur volontaire, les œuvres de James Brown se révèlent dans ces tons crépusculaires. L’intimité se crée alors que Laurence Guilbaut rappelle, lors du vernissage, les liens d’amitié qui unissent le musée et la galerie Lelong à Paris. «Toutes nos collaborations ont été fructueuses.» C’est sous les spots du musée que depuis des années, la galerie parisienne et new-yorkaise met ses artistes en lumière. Elle a confiance, accroche même des œuvres originales :Jan Voss, Alechinsky, David Nash… Autant de noms qui font figure de phares dans des expositions du Museum of modern art (Moma) de New York ou à la Foire internationale d’art contemporain de Paris (Fiac). Présentés à Vendôme, ils ont laissé des rayons de connaissances. «On est le seul musée de la région avec lequel la galerie collabore», souligne Philippe Berthommier, assistant spécialisé dans l’enseignement artistique du musée.
NR, Loir et CherN, 07/10, p.18

(Orleans) Le nouveau meilleur ami des musées

Le sourire franc disparaît rarement. Et revient aussi vite qu’il s’efface. Affable, Pierre Moreau. Chaleureux aussi. Et investi. Sa nouvelle casquette de président des Amis des musées d’Orléans, il ne la quitte plus. Le nouveau gardien du temple, c’est lui. Successeur de Michel Dubois, à la tête d’une des plus grandes structures de France, au sein du réseau national des Amis des musées. Derrière Versailles et Le Louvre, mais devant de grandes métropoles, en termes d’adhérents.  Un millier, sur l’Orléanais. De quoi donner de l’écho à la voix de son président, face aux collectivités. Pierre Moreau, d’ailleurs, ne manque pas d’entregent. Ni d’expérience. Quand les Amis des musées lui ont naturellement proposé de prendre la relève, il a accepté, tout aussi naturellement. Venu à l’art par «la verrerie, la peinture flamande, hollandaise,anglaise du XVIIIe et XIXe siècle», il s’investit dans l’association «sur la pointe des pieds, au départ», mais «comme on dit, le vaccin a pris.» Il s’implique de plus en plus, jusqu’à succéder, donc, à Michel Dubois.
RC, Orleans, 09/10, p.12

(Saché) Exposition : “ Balzac romancier des femmes ”

En présence de nombreux invités, la nouvelle exposition « Balzac Romancier des femmes » a été inaugurée samedi dernier au musée Balzac de Saché par Céline Ballesteros, vice-présidente du conseil départemental chargée de la culture ; Paul Métadier, qui afait don du château-musée au conseil général en 1958, et Isabelle Lamy, responsable du musée.Cette exposition, «digne des manifestations parisiennes», comme l’a souligné Paul Métadier, a été réalisée par des femmes qui ont fait un travail remarquable à partir de l’œuvre d’un romancier qui a mis la femme au cœur de toute son œuvre. Chaque salle du musée est ainsi consacrée à une catégorie de femmes déterminée par l’œuvre de Balzac mais aussi influencée par notre conception des femmes d’aujourd’hui : jeunes filles, vieilles filles, femmes comme il faut, et femmes comme il en faut,femmes de 30 ans, de province, femmes vertueuses, femmes sans cœur, femmes supérieures, grandes dames mais aussi femmes adultères et femmes entretenues et… hermaphrodites.
Nr,,Indre et LoireW, 09/10, p.19

(Pithiviers) Un week-end international


Les 25es rencontres internationales des chemins de fer à voie étroite (60 cm) se déroulent ce weekend à Pithiviers. La Pologne est à l’honneur. Elle a convoyé, jusqu’au Musée des transports, une locomotive débarquée jeudi matin. Beaucoup de précautions, et un soupçon d’inquiétude, pour faire glisser la machine de 23 tonnes avec son tender sur une rampe aménagée pour l’occasion par les bénévoles de l’Association du musée des transports (AMTP). Une quinzaine de Polonais, dont le maire de Znin, ont fait le voyage et parlent volontiers du fleuron de leurs musées.
RC, Loiret, 10/10, p.15

(Orleans) Pierre Moreau et la future directrice du pôle muséal

Pierre Moreau, nouveau président de l’association des Amis des musées, ne craint pas qu’Olivia Voisin, future directrice du pôle muséal orléanais, ne prenne le parti du futur Muséum plutôt que celui du musée des Beaux-Arts. «Elle est quand même conservatrice des Beaux- Arts, on peut penser qu’elle passera un peu de son temps avec l’équipe, et qu’elle voudra laisser une empreinte ici.» Au-delà du «rayonnement» qu’il appelle de ses vœux, Pierre Moreau devra également sensibiliser la nouvelle directrice aux problèmes techniques que connaît le musée. «Il faut qu’elle soit à l’écoute. C’est clair qu’on ne peut plus rester un an sans ascenseur. Il faut que le bâtiment et l’organisation soient sains. On veillera à le lui rappeler.» À bon entendeur… (intégral)
RC, Loiret, 11/10

(Guilly) L’Espace mémoire prépare 2016

Dimanche, l’Espace mémoire de l’Équipement et des Ponts-et-Chaussées (Empe) a fermé ses portes, au domaine de La Chesnaye, vient de fermer ses portes pour la saison 2015. Ouvert voilà quatre ans, ce musée regroupe des collections qui retracent cinq siècles d’histoire de la plus ancienne administration française. Il est géré par la Fédération nationale des associations sportives culturelles et d’entraide du ministère de l’Équipement (Fnasce). Chaque saison, une exposition temporaire permet de faire apprécier au public matériel, engins et techniques mises en place pour la construction des routes. Le week-end dernier, les dirigeants de l’établissement ont réceptionné le matériel qui sera la vedette de la prochaine saison : une maison de cantonnier roulante datant de 1935, tractée par son rouleau compacteur. Des travaux sont programmés pendant l’hiver : accessibilité aux personnes à mobilité réduite et création d’un nouveau bloc sanitaire. (intégral)
NR, Indre, 10/10, p.22

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 12 Oct - 13:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Mar 6 Oct - 14:38

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Chartres) Des caves médiévales sous le chantier

Les travaux de construction des parois de soutènement du futur Pôle administratif, dans le centre ville de Chartres, commencent à prendre forme. Mais le sous sol de la ville est, décidément, un vrai “gruyère”. Les ouvriers ont pu s’en rendre compte, cette semaine. Des caves ont été retrouvées à 10 m de profondeur. Le chantier est impacté, mais pas immobilisé.
L'Echo, 10/10, p.7

(Vendome) Le Quartier Rochambeau va panser ses plaies

Rien de spectaculaire dans les premiers éléments d’information recueillis par la phase initiale de sondages archéologiques qui se sont terminés ce vendredi (voir la NR du 01/10). Rien si ce n’est pour les archéologues, l’information…qu’il n’y a pas de surprise ! «En fait, on a surtout été étonnés par l’importance des remblais trouvés, montrant que pour la construction du quartier militaire, on a démoli ce qui existait. Par exemple, devant la gendarmerie actuelle, on a ajouté une couche très importante de remblais pour stabiliser le sol de ce qui était précédemment des prés et des marécages», souligne Philippe Blanchard de l’Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap) qui conduit l’opération.
+ Un sceau qui interpelle : finalement, comme évoquédans notre édition du 1er octobre, le sceau trouvé Quartier Rochambeau est bel et bien un sceau pontifical de Lucius II. Un objet rare puisque Lucius II connut un pontificat des plus rapides, pape de mars 1144 à février 1145 où il trouva lamort lors de l’assaut du Capitole à Rome. (intégral)
Nr, Loir et CherN, 10/10, p.22

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 12 Oct - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Mar 6 Oct - 14:38

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Gien) L’histoire vendue aux enchères


Dès les premières minutes de la vente, hier, à 14 heures, le ton a été donné. Alors que Jean-Claude Renard,commissaire priseur chargé de la vente du mobilier du château de Saint Brisson sur Loire,tentait de présenter le grand homme des lieux, le chancelier Séguier, une voix s’est élevée du fond de la salle : «Faux ! Le chancelier Séguier n’a jamais vécu au château !», a lancé Antoine Estienne, historien et membre de l’Association des amis du château. «Je peux vous donner le micro !», a rétorqué le commissaire priseur, avant de reprendre sa présentation. C’est devant une salle se remplissant au fil des minutes que le mobilier et les objets garnissant le château de Saint Brisson sur Loire ont trouvé de nouveaux propriétaires, sous le regard désolé de Saint Brissonnais et de membres de l’association qui, pendant près de 30 ans, a fait vivre l’édifice et a contribué à sa restauration. «De profundis !», commentait amèrement une Saint Brissonnaise. Jean-Claude Bourgoin, président de l’association, et d’autres membres ont bien tenté de sauver les meubles en enchérissant sur quelques objets jugés particulièrement précieux : des cachets aux armes de la famille Ranst de Berchem, qui légua le château à la commune à la fin des années 1980, la montre à gousset du dernier marquis de Saint Brisson acquise pour 1.000 €…En tout, l’association disposait d’un petit pécule de 4.000 à 5.000 €, «en vue de reconstituer un fonds d’objets de Saint Brisson». De bien maigres moyens face à des enchérisseurs plus fortunés, dont certains appelaient hier de l’étranger ou donnaient leurs ordres directement sur Internet.
RC, Loiret, 05/10, p.18

(Ouarville) La commune inaugure son cœur de village

Les travaux de rénovation de l’église et l’aménagement de la place Saint Martin à Ouarville ont été inaugurés samedi  matin. De très nombreux habitants, et élus des communes voisines se sont rassemblés autour du maire, Jean Michel  Dubief. Ce dernier a rappelé l’historique de cette réalisation : diagnostic établi en 2008 faisant état de la fragilité de  l’édifice, recherche d’opportunités financières, puis achat du presbytère et d’une maison voisine qui ont été détruits en 2013 pour des travaux d’envergure conduits avec l’ensemble de l’équipe municipale selon les délais prévus. Le coût des travaux de l’église s’est monté à 615.000 €, dont des subventions de la Région via la Fondation du  patrimoine, du Conseil départemental. 431.000 € restant à la charge de la commune. Pour l’aménagement de la place,  le budget a été de 395.000 € avec une subvention de 100.000 € de la Région.
L'Echo, 05/10, p.12

(Orleans) Quatorze labels du patrimoine remis

En présence d’Hugues Saury, président du conseil départemental, les labels 2015 de la Fondation du patrimoine ont été remis, vendredi, à Orléans. 14 projets de   restauration ont bénéficié d’une aide de 24.125 €. Des restaurations aussi diverses qu’une toiture d’une ferme du 19e siècle ou d’une façade de maison du 18e. Les labels de la Fondation du patrimoine permettent d’identifier, de préserver et de mettre en valeur le patrimoine privé bâti non protégé et visible de la voie publique. Cette cérémonie s’est conclue par la remise d’un diplôme aux heureux propriétaires qui, comme l’a rappelé Bernard Vella (au micro sur la photo), délégué 45 de la fondation, embellissent le patrimoine.
RC, Orleans, 06/10

(Orleans) Voyage au temps de François Ier

«À la Renaissance, Orléans se développe beaucoup. C’est une période de grands chantiers urbains. L’université est au sommet de son rayonnement. Il y a beaucoup de passages d’étudiants, d’échanges d’idées…», décrit Pauline Marton, responsable du service Ville d’art et d’histoire de la mairie. Cette histoire, la Drac et la mairie d’Orléans proposent de la faire découvrir au plus grand nombre, à travers 23 lieux. Ce nouveau circuit a été créé à l’occasion des 30 ans du label Ville d’art et d’histoire, mais aussi des 500 ans de la bataille de Marignan (1515). La brochure, intitulée «Laissez vous conter la Renaissance de ville en pays en région Centre-Val de Loire», vient d’être éditée. Et, en matière d’architecture Renaissance, «Orléans est un territoire particulièrement riche». Plus, étonnement, que ces voisines Tours ou Blois.
+ Une expo en octobre sur les quais
RC, Orleans, 06/10, p.9

(Prunay le Gillon) Des boîtes pour sauver l’église

Près de cent exposants ont participé, dimanche, à la fête de la Saint Denis, organisée par le football club, l’association des parents d’élèves et le motoclub, dans les rues de la commune. L’association de sauvetage de l’église y a tenu un stand de six mètres linéaires où chacun des membres a apporté des objets dont il n’avait plus l’utilité afin de les revendre au bénéfice de la restauration de l’église.Francis Sirou, président de l’association, précise : «Il nous reste à faire l’électricité, dont les travaux démarrent ce mois ci, puis la restauration des vitraux.» Près de 75.000 € sont nécessaires pour ces travaux de mise en conformité. L’association prendra en charge 60.000 € et la Commune, les 15.000 € restants. Les bénévoles ont proposé à la vente, des boîtes en bois contenant une cheville en bois et un clou de fer forgé, issus de l’ancienne charpente avant sa restauration datant du XVIe siècle. Chaque boîte, accompagnée d’un certificat d’authenticité, était vendue 20 €.
L'Echo, 05/10, p.12

(Janville) La restauration de tableaux en vedette

Samedi se tenait l’inauguration d’une exposition de Marie-Thérèse Doret, restauratrice de tableaux. Tout commence pour elle à l’école, L’Atelier du temps  passe (Paris), où, durant cinq ans, une fois par semaine, sans rien connaître à la peinture, elle apprend le métier de restauratrice de tableaux. Le déclic : son goût « pour la peinture ancienne et sa patine ». Arriveront alors ses premières restaurations. «J’ai eu la chance, à Janville, d’avoir à restaurer 14 tableaux de l’église, il  y a 12 ans. C’est ainsi que ma vie de restauratrice a débuté.» Marie-Thérèse Doret expose donc jusqu’au 31 octobre, à l’espace culturel. L’exposition revient en détail sur ses travaux. «Je présente des œuvres que j’ai restaurées, venues d’églises, de collections privées. Des natures mortes, des portraits…» (intégral)
RC, Loiret, 07/10

(Méry Es Bois) Abbaye de Loroy : Paul Carvès réagit

«Je regrette que le propriétaire du site ne bouge pas, la balle est dans son camp. On attend qu’il nous communique son programme. Mon interrogation est de savoir s’il est en mesure de le faire», indique l’architecte des bâtiments de France, Paul Carves, chef du service territorial de l’architecture et du patrimoine du Cher. Les privés doivent aussi être aidés  Et d’ajouter : «Les propriétaires privés doivent être aidés autant que les communes, encore faut il qu’il y ait du répondant derrière.» Maintes fois évoqué, le dossier brûlant de l’abbaye de Loroy (voir Berry du 17/09), site historique à l’abandon et en péril, rebondit une nouvelle fois avec cette prise de position. Selon ce dernier, il y a bel et bien urgence à intervenir : «Le bâtiment est énorme et il y a des fuites importantes sur les toitures, sur une aile du cloître, à double versant de couverture. Dans cette partie remaniée de l’édifice,il y a des problèmes de fuite sur les noues intérieures (NDLR, gouttières séparant deux versants de couverture). Le propriétaire le sait. On est prêt à réagir. On peut débloquer des fonds de strict entretien mais encore faut il qu’il se   manifeste. Je vais le relancer. L’État est prêt à l’aider. » Il juge le site intéressant sur le plan architectural, «ne serait ce que par son historique». Arrivé en poste à Bourges, il y a un peu plus d’un an, Paul Carves a assuré l’intérim sur le département de l’Indre. Enfin dégagé de cette tâche très prenante, il va pouvoir se consacrer pleinement au département du Cher. Ce dernier convient pourtant qu’il n’y aura pas de travaux imposés d’office à Loroy. «C’est une procédure extrêmement longue. Il faut plutôt convaincre le propriétaire de mettre tout «hors d’eau». On peut se servir du mécénat, il y a des choses qui existent de ce côté là aussi.» Reste que de nombreux défenseurs du patrimoine,lassés des promesses non tenues depuis trente ans, militent plutôt pour une vente définitive du site à une personne intéressée par son sauvetage. (intégral)
Le Berry, 07/10

(Cormainville) Une association subventionne la ville

Rendez vous original mardi, à la salle polyvalente. Une association a remis un chèque à la commune pour la restauration de l’église. Toute l’année, Beauce Arts Textile organise des stages pour travailler le tissu et le fil afin de réaliser des ouvrages d’art. En juin, les élèves de Smaranda Bourgery ont exposé à la salle des fêtes et l’association avait organisé une tombola. Il a été décidé de reverser les bénéfices à la Fondation du patrimoine pour la restauration de l’église de la commune, dont les travaux viennent de commencer.
RC, Orleans, 10/10, p.25

Chambord a gagné

Être l’une des plus célèbres destinations touristiques de France ne lui suffisait pas. Lundi, le domaine national de Chambord (Loir et Cher) s’est encore distingué en recevant le 1er prix des Tops du tourisme, dans la catégorie «Top stratégie numérique». Une victoire due à son nouvel outil de visite numérique, l’HistoPad, mis en service au château depuis juin. Il s’agit d’une tablette numérique en douze langues qui permet aux visiteurs de redécouvrir, au moyen de la réalité augmentée, le Chambord d’il y a cinq siècles. Et Chambord pourrait encore s’illustrer, puisqu’il est nominé à deux autres compétitions –mondiales celles là : le World Summit Awards, et le festival international de l’audiovisuel et du multimédia sur le patrimoine (FIAMP). Affaire à suivre (intégral)
RC, Loiret, 11/10

(Courville sur Eure) Le renouveau de l’église Saint-Pierre est en marche


La cérémonie de signature de la convention entre la municipalité et la Fondation du Patrimoine, pour collecter des fonds afin d’aider au financement des travaux de l’église (voir L’Écho du 09/10) qui vont être réalisés dans l’édifice, s’est tenue hier. L’église Saint Pierre, qui date du XIVe siècle, est classée monument historique depuis 1907. En présence d’Hervé Buisson, maire, de Bernard Puyenchet, conseiller départemental, d’Henri Réau, délégué départemental de la Fondation du Patrimoine, de Bernard Gauthier, ex maire, et du père Pierre-Maxis Paul en charge de la paroisse Bonne Nouvelle en Val de L’Eure, le document a été paraphé. Les fonds collectés, à hauteur de 66% ou de 75% déductibles des impôts, permettront notamment la mise en place d’une nouvelle verrière. (intégral)
L'Echo, 11/10

(Dreux) La banque attend sa renaissance


Le bruit du mécanisme est silencieux. Il s’est éteint depuis plusieurs années. Mais derrière l’horloge, qui domine la place Métézeau, apparaît son mécanisme. Ici, au dessus de la rotonde du bâtiment de la Caisse d’Épargne, en glissant sa tête derrière l’horloge, la vue sur la place Métézeau est imprenable. Endormi depuis cinq ans, le bâtiment, construit entre 1893 et 1894, est magistral. Il a été classé Monument historique le 26 septembre 2000. Cet édifice, témoin de l’histoire de Dreux, a eu plusieurs vies. Dans les couloirs et les escaliers, le visiteur d’un jour ressent ces traces du passé. Tout comme le parfum du lustre d’antan. Le bâtiment a abrité l’Hôtel de Ville jusqu’en 1951, au moment de son déménagement pour l’ancien hôtel d’Arjuzon, rue de Châteaudun. Sur l’aile gauche, au troisième étage, un grand appartement est tapissé de papiers peints typiques des années soixante et soixante dix. Le logement doit être inoccupé depuis bien longtemps. L’Hôtel de la Caisse d’Épargne ne demande plus qu’à revivre.
+ « Le dossier reste confidentiel »
L'Echo, 11/10, p.9

(Perrusson) Cette chapelle, une vraie madeleine


Deux mille quatre cents mètres de lattes, 30 kg de pointes, 16.000 tuiles plates du pays pour une toiture de 240 m² , des centaines d’heures de travail : maintenant, le bâtiment est hors d’eau, la chapelle de la Madeleine est sauvée ! «Je suis tombé amoureux de ce bâtiment, qui touche mon jardin. Il ne fallait pas qu’il continue à se dégrader et qu’il finisse, comme d’autres témoins du passé, par disparaître», explique Thierry Ferdoile. Dès l’achat, en 2013, il s’est mis au travail pour le préserver. Menuisier de formation, après quelque temps de compagnonnage, il a travaillé dix-sept ans à Bridoré, avant de devenir employé communal à Perrusson, poste qu’il a quitté lors de sa retraite, en mars 2015. Maintenant, ce ne sont plus les week-ends qu’il consacre à la chapelle, mais tous ses loisirs de retraité. «La charpente, brûlée au siècle dernier, n’avait pas été totalement refaite. J’ai donc commencé par là», précise-t-il. Il restaure d’abord la cheminée, dont une partie était tombée, conserve la ferme maîtresse et change chevrons et lattes de 2013 à 2015. Après, place à l’intérieur, les murs étant en assez bon état. Pour le moment, la dépense, uniquement des matériaux, s’élève à 20.000 €. Aucune aide de l’Etat ou d’association n’a été versée. Gérard Fleury, de la Société archéologique de Touraine, qui avait fait une étude approfondie sur l’architecture du bâtiment espérait bien son inscription à l’inventaire des bâtiments des Monuments historiques, mais une visite de deux représentants de la DRAC, en 1999, n’a rien donné. Cela n’a pas trop gêné Thierry Ferdoile, qui voit le bon côté de la chose. «Si l’inscription avait eu lieu, je n’aurai rien pu faire par moi-même, et je n’aurai certainement pas pu financer la restauration, malgré les subventions…».
Nr, Indre et Loire, 11/10, p.11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Lun 12 Oct - 14:27

Source : lemonde.fr

L’un des Goya de la National Gallery serait-il un faux ?


La situation est des plus ironiques pour la National Gallery. Alors que le musée londonien a choisi de consacrer sa grande exposition de la rentrée aux talents de portraitiste de Francisco de Goya (1746-1828), rassemblant pour l’occasion quelque 70 toiles du peintre espagnol, l’attribution même de l’un des deux portraits de sa propre collection est remise en cause.

Jusqu’ici, la pâle Doña Isabel de Porcel, posant avec la mantille noire typique des tenues de l’aristocratie espagnole de la fin du XVIIIe siècle, était pourtant considérée comme l’un des fleurons du musée, exposé au sein de ses galeries permanentes. Or, depuis l’ouverture de l’exposition, mercredi 7 octobre, le carton placé à côté de l’œuvre évoque, pour la première fois, des doutes sur sa provenance.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/10/09/un-vrai-goya-cache-sous-un-faux_4786296_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Lun 12 Oct - 14:29

Source: lemonde.fr

Le trésor de guerre d’Hermann Göring

Soixante-dix ans après la fin de la seconde guerre mondiale, les archives du Quai d’Orsay publient le catalogue de la collection d’œuvres d’art d’Hermann Göring, des premiers achats jusqu’à l’afflux de toiles pillées durant la guerre. Manuscrit, annoté, biffé, il se présente sous la forme d’un inventaire numéroté de 1 – une Vénus à mi-corps, de Jacopo de Barbari, achetée à Rome en avril 1931 – au numéro 1 376 – une figure en pied de Gerard Terborch, achetée à Berlin en novembre 1943.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/10/08/le-tresor-de-guerre-d-hermann-goring_4785724_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Lun 12 Oct - 14:47

Source: leparisien.fr

La blancheur retrouvée de la cathédrale de Chartres fait polémique

La cathédrale de Chartres, l'une des mieux conservées d'Europe, subit une cure de jouvence qui redonne sa blancheur au décor intérieur du XIIIe siècle mais surprend les regards habitués aux pierres noircies par le temps, au point de susciter une polémique jusqu'aux Etats-Unis.
Cet exceptionnel chantier de restauration, démarré en 2008 dans deux chapelles du ch?ur, se poursuit avec le nettoyage complet de la nef, qui permet au vertigineux vaisseau central de retrouver, petit à petit, son éclat et son décor architectural.
Source : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/la-blancheur-retrouvee-de-la-cathedrale-de-chartres-fait-polemique-07-10-2015-5163077.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Lun 12 Oct - 14:49

Source : leparisien.fr

L'Assemblée vote en 1ère lecture le projet de loi création et patrimoine

L'Assemblée nationale a adopté mardi en première lecture, par 297 voix contre 195, le projet de loi sur la création et le patrimoine, qui vise à "affirmer et garantir la liberté de création" et à "moderniser la protection du patrimoine".

Les socialistes, les radicaux de gauche, les écologistes et le Front de Gauche ont apporté leurs suffrages au texte, même si trois socialistes et deux élus Front de gauche se sont abstenus. Les centristes de l'UDI ont choisi l'abstention. Le groupe Les Républicains a, quant à lui, voté contre un projet jugé "fourre-tout".
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/l-assemblee-vote-en-1ere-lecture-le-projet-de-loi-creation-et-patrimoine-06-10-2015-5160665.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Lun 12 Oct - 14:57

Source : latribunedelart.com

Frissons garantis dans les catacombes avec Airbnb et la Mairie de Paris


Dans notre série qui pourrait s’appeler « un scandale par jour (ou presque) », on apprend aujourd’hui que la mairie de Paris va louer les catacombes. Et son partenaire n’est autre – on aura vraiment tout vu – qu’Airbnb, la société internet de location d’appartements contre laquelle Hidalgo n’avait, naguère, pas de mots assez durs. Depuis que cette compagnie a décidé de payer la taxe de séjour, elle semble être devenue un partenaire pour la Mairie de Paris, qui lui offre donc d’utiliser la nécropole parisienne comme chambre à coucher pour la nuit d’Halloween…
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/frissons-garantis-dans-les-catacombes-avec-airbnb-et-la-mairie-de-paris

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Lun 12 Oct - 14:58

Source : latribunedelart.com

Réputés disparus pendant la guerre, deux Donatello réapparaissent


Le Bode Museum organisait cet été une exposition qui vient juste de se terminer – et que nous n’avons pu voir que dans ses derniers jours -, consacrée aux œuvres disparues ou gravement endommagées à Berlin en 19451. Remarquablement faite, elle présentait des objets récemment restaurés qui étaient restés en réserves depuis la guerre, un grand nombre d’entre eux ayant été restitués par l’Union soviétique à l’Allemagne de l’Est en 1958. Malgré les dégâts subis, certaines œuvres sont désormais à nouveau présentables et gardent encore quelque chose de leur beauté passée.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/reputes-disparus-pendant-la-guerre-deux-donatello-reapparaissent

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   Lun 12 Oct - 14:59

Enrichissement des collections

Source : letribunedelart.com

Le Musée de Grenoble achète un Morandi

De manière obsessionnelle, Morandi ne peignit toute sa vie que des paysages et des natures mortes, dont la sobriété fait la force : sur de petits formats, dans des tonalités sourdes, souvent des camaïeux, il agence inlassablement des bouteilles, des tasses, des carafes, cherchant l’équilibre et l’harmonie. Ces objets d’une simplicité déconcertante invitent ainsi à la méditation.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-musee-de-grenoble-achete-un-morandi

Le Virginia Museum achète un portrait de Benjamin West


Parmi les portraits de famille que le roi George III d’Angleterre commanda à Benjamin West entre 1777 et 1784, le seul à ne pas être conservé dans les collections royales a été récemment acquis par le Virginia Museum. Il était passé en vente chez Sotheby’s à Londres le 3 juillet 2013 et a été acheté auprès des Hirschl & Adler Galleries à New York.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-virginia-museum-achete-un-portrait-de-benjamin-west

Un Carriès et deux Chassériau acquis par le Musée des Beaux-Arts de Montréal

« Louise est tant gracieuse et tant belle, / Louise à tout est tant bien avenante, / Louise a l’œil de si vive étincelle, / Louise a face au corps tant convenante1 » que plusieurs siècles après sa mort, son compatriote lyonnais, Jean Carriès, fit son portrait. Un portrait idéalisé puisqu’on ne connaît sa beauté que de réputation. Seule une gravure de 1555 par Pierre Woeriot (1532-1599) retouchée au XIXe par Henri-Joseph Dubouchet, garde le souvenir de la Belle Cordière (1524-1566).
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-carries-et-deux-chasseriau-acquis-par-le-musee-des-beaux-arts-de-montreal

Le Louvre lance une souscription pour L’Amour de Jacques Saly


À deux reprises, en 2009 et 2011, dans des articles faisant le bilan des trésors nationaux en attente d’un achat éventuel par les musées français1, nous signalions le certificat accordé à un trésor national : une sculpture de Jacques Saly, L’Amour essayant une de ses flèches, ayant appartenu à Madame de Pompadour. Nous indiquions alors que le prix demandé par le propriétaire (8 millions d’euros) était excessif et que le Louvre avait fait une proposition à 4 millions.
Lire la suite :http://www.latribunedelart.com/le-louvre-lance-une-souscription-pour-l-amour-de-jacques-saly

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 5 - 11 octobre 2015)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: