Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (14 -20 décembre 2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (14 -20 décembre 2015)   Mer 16 Déc - 11:30

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Le Pont-Chrétien) L’éternelle jeunesse de Michel Blanchet

L’ours Victor, créé en 1953 par son entreprise de jouets en peluches, n’est pas la seule attraction de l’établissement. La caverne d’Ali Baba aménagée dans les 200 m2 de l’ancien atelier de fabrication de Chabenet recèle bien d’autres trésors, dont des poupées de la fin du XIXe siècle, le plus ancien spécimen datant de 1883. Michel Blanchet vante aussi avec enthousiasme de vénérables chevaux à bascule et des voitures à pédales siglées de marques aujourd’hui disparues, mais le dithyrambe l’emporte sur la passion lorsqu’il évoque les petits soldats de plomb précieusement conservés dans une vitrine. «Ces militaires de l’Empire m’ont été offerts en 1949 par un brocanteur parisien. Leur beauté m’émerveillait et, depuis, je vis dans l’univers du jouet.» Si son métier lui a longtemps permis d’évoluer au milieu des peluches et des doudous, il a sans cesse étoffé une collection personnelle riche désormais de deux mille pièces.
NR, Indre, 13/12, p.9

(Orleans) Museum

Le plan de financement pour la rénovation du Muséum a été voté par le conseil municipal : 9,66 millions d’euros seront consacrés au chantier. Le thème de la biodiversité urbaine et ligérienne y sera privilégié. Si la socialiste Corinne Leveleux-Teixeira a regretté que le projet ne soit pas «plus ambitieux», elle a reconnu : «Orléans a une vocation scientifique majeure. Le nouveau Muséum permettra de donner un coup de projecteur sur les talents scientifiques, ici.» (intégral)
RC, Orleans, 15/12

(Chateauneuf sur Loire) Les Amis du musée, des passeurs de culture


L’association des Amis du musée de la marine de Loire, du vieux Châteauneuf et sa région a tenu son assemblée générale, jeudi, à l’espace Florian. Le président, Gabriel Thévard a dressé le bilan d’activité. Les cinq conférences ont attiré de nombreux participants et la fête de la Saint Nicolas a rassemblé quelque 500 personnes. Le bulletin annuel, qui portait sur le thème «Histoire des ponts de Châteauneuf», a suscité beaucoup d’intérêt.. Cette année, l’association a le projet d’en éditer deux, dont un spécial. Les Amis du musée ont, par ailleurs, participé à la restauration de la maquette du bateau « le zélé » et à la semaine commémorant la Grande Guerre. Ils ont aussi pris part aux festivités du Festival de Loire.
RC, Orleans, 14/12, p.26

(Vatan) Le musée du Cirque fait son cinéma

Pour 2016, le musée du Cirque présente une nouvelle exposition d’affiches de cinéma, sur le thème du cirque. Cette année, l’exposition avait déjà ce thème. Mais devant l’intérêt des visiteurs et le succès rencontré, Michel Caudoux, président du Musée du cirque, propose aux visiteurs une nouvelle série d’affiches et objets de la collection de Denis Granai, directeur de production cinéma et télévision et admirateur du cirque. Cette exposition, entièrement renouvelée, est toujours réalisée en partenariat avec le musée de la Photographie de Graçay qui présente du matériel de prises de vues et de projections.
Nr, Indre, 16/12, p.21

(Tours) Le musée du Compagnonnage rouvre pour les fêtes

Après deux mois de fermeture pour travaux liés à la restructuration du haut de la rue Nationale, le musée du Compagnonnage rouvre  ses portes ce mercredi 16 décembre. Désormais, l’entrée du public ne se fera plus au 8 de la rue Nationale mais, un peu plus bas, par  la cour de l’église Saint-Julien. L’accueil, la billetterie et la boutique ont été réaménagés au rez-de-chaussée et reliés au musée  par un escalier. Pendant les fêtes, celui-ci sera ouvert tous les jours (sauf les mardis) de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h. Un jeu  de piste pour les enfants sera proposé aux jeunes visiteurs du 19 décembre au 3 janvier. Entrée : 5,50 € ; gratuit pour les moins de 12 ans. Plus d’infos sur www.museecompagnonnage.fr (intégral)
NR, Indre et Loire, 16/12

(Chartres) Pour apprendre tout en s’amusant


Qui a dit que les enfants ne s’intéressent pas à la culture ? Face à ce constat, les équipes du musée des Beaux Arts de Chartres ont conçu un petit livret, destiné aux plus jeunes, qui vise à valoriser les collections de ce haut lieu de patrimoine. Les premiers exemplaires seront gratuitement mis à disposition du public, dès demain samedi, premier jour des vacances scolaires. Deux personnes en service civique se sont mobilisées pendant un mois pour répertorier et photographier une vingtaine d’œuvres marquantes de natures diverses (peinture, mobilier, pièce de monnaie…). Avec pour but de guider les petits à travers les allées du bâtiment.
L'Echo, 18/12, p.8

(Loches) Lansyer en Belgique

Via le musée du Louvre, le musée des Beaux-Arts de Liège (Belgique) a demandé à la ville un prêt de deux œuvres d’Emmanuel Lansyer, « Avril en fleurs » et « La Plage du bain des dames à Douarnenez », pour son exposition intitulée « En plein air » quise déroule du 4 au 21 août. (intégral)
Nr, Indre et LoireW, 18/12

(Orleans) Ce que sera le muséum de demain


C’est un pavé de près de 150 pages. Le socle intellectuel de la rénovation du muséum, fermé au public depuis août. Hier, Nathalie Kerrien, maire adjointe en charge de la culture, Stéphanie Anton, adjointe au développement durable, Jean-Michel Vinçot, conseiller municipal délégué à la biodiversité ont présenté le résultat de plusieurs mois de travail effectué par l’équipe scientifique et la ville : le projet scientifique et culturel. Ce document primordial fixe les orientations de l’établissement, en version 2.0, «ce que l’on veut montrer et comment on le montre». Les orientations prédéfinies par les élus ont été affinées. Muséographie innovante, appui du propos par les outils numériques, espace de convivialité, meilleure visibilité de l’extérieur, réfection du bâtiment vieillissant figurent parmi les priorités. Quant au propos muséal, il aura deux orientations fortes. La première étant la biodiversité urbaine et ligérienne, un axe majeur à Orléans depuis quelques années. «Elle y sera déclinée dans ses composantes essentielles à travers la diversité spécifique (les espèces), écologique (les milieux et les habitats), la variabilité génétique (les gènes qui caractérisent population individus)», précise le document. Et la seconde : l’action de l’homme sur la nature selon une approche originale.
+ Le budget prévisionnel a quasi doublé
+ Le logo du nouveau musée déjà dévoilé
+ Le conseil scientifique connu en partie
RC, Orleans, 17/12, p.7

Le lion de Châteaumeillant


Dans son édition 2015 parue le 3 décembre dernier, la revue scientifique Gallia met à l’honneur le fameux petit lion de Châteaumeillant, exposé au musée Émile Chenon. Ce reliquat en bronze est d’ailleurs arboré par la couverture de cette revue à la périodicité annuelle. À l’intérieur, on y trouve un article de Sophie Krausz et de Gérard Coulon. (intégral)
Le Berry, 17/12

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 4 Jan - 9:47, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (14 -20 décembre 2015)   Mer 16 Déc - 11:30

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Amboise) Un squelette gaulois découvert sur l’oppidum

Une importante campagne de fouilles archéologiques s’achève en cette fin de semaine, à Amboise : c’était la première fois que les équipes pouvaient étudier une si grande surface d’un seul coup – 2.000 m² –, ouverte sur l’oppidum des Châtelliers, qui n’est rien de moins que la plus grande agglomération gauloise du territoire des Turons. Ce chantier, commencé début novembre, a été mené par des équipes du service de l’archéologie du département d’Indre-et-Loire et de l’Inrap, dans le cadre de fouilles préventives liées au dépôt de permis de construire de deux pavillons, rue du Petit Bonheur… pour la grande joie des archéologues, qui y ont fait des découvertes importantes. «Nous avons la chance de tomber dans un secteur dense, avec beaucoup de vestiges», commente Jean-Marie Laruaz, archéologue responsable. Deux cents indices ont été recensés dans ce secteur longtemps occupé, dont une quinzaine de puits.
+ ••• Les puits, remplis d’indices
Nr, Indre et LoireE, 12/12, p.19

(Saint Cyr sur Loire) Trésors archéologiques au manoir de la Tour


Professeur d’histoire au lycée Balzac pendant de nombreuses années, Christian L’Hermite crée, en 1978, un atelier d’archéologie au sein de l’établissement. Ce sera le début d’une passionnante aventure qui durera plus de vingt ans. De 1982 à 2002, avec des élèves de première et de terminale, il entreprend des recherches dans le lit mineur de la Loire au cours des étiages. Sur la rive droite, les équipes localisent quatre sites principaux de « Portillon » à « La Guignière » et ramassent une grande quantité d’objets. Certaines pièces remarquables seront exposées dans l’atelier d’archéologie du lycée et feront l’objet de visites commentées à la demande d’étudiants ou d’associations. Une partie de cette collection est exposée de façon permanente dans la salle Alexandra-David-Néel du manoir de La Tour. Jeudi soir, lors de l’inauguration, la municipalité, les amis, les anciens élèves et collègues ont rendu hommage au professeur.
Nr, Indre et LoireT, 16/12, p.19

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 18 Déc - 9:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (14 -20 décembre 2015)   Mer 16 Déc - 11:31

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Ouzouer le Marché) Les archives municipales sont en ordre

Depuis plusieurs semaines, la documentaliste Odile Bret et l’agent d’accueil Françoise Le Moign, ont entrepris de remettre en ordre les archives d’Ouzouer et de la communauté de communes. Après la rénovation des locaux situés au sous sol de la mairie, mal adaptés jusque là, il a fallu trier certains des documents, les plus récents, et faire du tri. «Les archives d’une commune dépendent d’une réglementation rigoureuse, tant au niveau des durées de conservation que de l’aménagement des locaux, explique Odile Bret. Les documents qui doivent être archivés concernent le conseil, l’urbanisme, l’environnement, les bâtiments communaux, la comptabilité, les élections, et les aides sociales. Avec l’accord de la direction des archives départementales, nous avons pu détruire certains documents, conformément à la législation, et mettre le tout en boîtes archivées et étiquetées.» Un premier local renferme les archives administratives, un deuxième est dédié à la communauté de communes, et le troisième contient les documents concernant le personnel et des registres de compte rendu de conseil municipal.
RC, Orleans, 12/12, p.29

Les châteaux, l’image de marque

Les châteaux, c’est ce qui caractérise le mieux la région Centre-Val de Loire pour bon nombre de ses habitants. C’est aussi ce qui attire les touristes. Dans une enquête réalisée en 2014 par le comité régional du tourisme, 84% des touristes répondaient que ce sont les châteaux et le patrimoine historique et culturel qu’ils appréciaient le plus ici. L’an dernier, 4,9 millions de visiteurs se sont rendus dans des monuments de la région, en sachant qu’il s’agit essentiellement de châteaux. Quatorze s’inscrivent dans la démarche d’excellence des grands sites. Rien qu’à eux, ils attirent 4,4 millions de personnes.
RC, Loiret, 13/12, p.3

(Dreux) Visite du beffroi

On ne peut le visiter que très rarement. Dans le cadre des animations de l’Avant Noël, proposées tout ce week end par la Ville de Dreux, le beffroi a ouvert ses portes, vendredi et samedi. Des centaines de visiteurs ont pu découvrir ce lieu chargé d’histoire, qui a été construit entre 1512 et 1537. Parmi les curieux, beaucoup de Drouais, qui ont gravi les 140 marches, qui permettent de parvenir au second étage du bâtiment. Dès vendredi soir, les visiteurs se sont massés aux fenêtres, afin de profiter de la vue exceptionnelle sur les illuminations et les animations de Noël de la Grande Rue. Au deuxième étage, on peut admirer le moule de la cloche du beffroi, qui date de 1839. (intégral)
L'Echo, 13/12

Trois jours de féerie à Maintenon

Il est 9 h 50, ce vendredi. Le centre ville de Maintenon, sous un brouillard persistant, semble s’activer comme si c’était un jour ordinaire. Et pourtant, une certaine effervescence habite quelque peu les lieux. Le château de Maintenon, d’habitude plutôt calme, semble avoir subitement changé. À l’extérieur, des dizaines de visiteurs font sagement la queue, accueillis par d’étranges personnages habillés en costumes médiévaux. À l’intérieur, des acteurs, tous bénévoles, portant également perruques, robes de dentelle ou uniformes de soldats, répètent une dernière fois leurs répliques. Avec une pointe de nervosité. Tout d’un coup, un figurant sort sur un balcon, tel un coucou de son horloge, et crie : «Le Roi est mort», comme pour mieux s’en convaincre. Ce sont les ultimes réglages avant le début du Fabuleux Noël du château de Maintenon, un spectacle concocté par le metteur en scène Charles Mollet, avec le concours de plus de 400 bénévoles venus de tout le département et de l’Ile de France. C’est un show qui n’a pas d’équivalent en Eure et Loir.
L'Echo, 13/12, p.22

(Crozon-sur-vauvre) Plusieurs travaux sont envisagés à l’église

Le conseil municipal a décidé de restaurer les peintures du choeur de l’église ainsi que des tableaux sur toile et trois bannières en mauvais état, afin de faire perdurer ces œuvres le plus longtemps possible, et a accepté le devis de Jacques Viard, pour un montant forfaitaire de 5.000 €. Les travaux devraient commencer en début d’année 2016. La commune demande une participation au conseil départemental dans le cadre du Fonds de protection du patrimoine architectural et culturel, afin de concrétiser ce projet. (intégral)
NR, Indre, 12/12

(Vendome) De la teinturerie à l’arrêté de péril

Évoqué lors de la réunion de quartier qui s’est tenue mardi, l’immeuble au début du Faubourg Saint- Bienheuré fait aujourd’hui l’objet d’un arrêté de péril. Abandonné depuis plusieurs années, le bâtiment est bien loin de sa fraîcheur d’antan, époque à laquelle il abritait… une teinturerie. Citée par Raoul Barré de Saint- Venant dans son dictionnaire du Vendômois, cette teinturerie est aussi un sujet de controverse quant à son adresse. «On devrait comprendre dans cette place (la place du Château) la teinturerie portée par erreur sous le nº2 du Faubourg Saint-Bié et qui est l’ancienne loge au portier du pont Saint-Bié.». Effectivement, à la fin du XIXe siècle comme au début du XXe, la teinturerie est l’un des éléments emblématiques de la place avec le restaurant du Château et l’imprimerie Morin. Cette place est née de la destruction de la demi-lune située à la tête du pont Saint-Bié, de l’enlèvement des terres descendant du coteau ainsi que du bas de la rampe conduisant au château et son remplacement par un escalier ainsi que de la démolition, en 1879, du temple protestant, édifié par Jeanne d’Albret, qui servit de manège pour la garnison. A la fin du XIXe siècle, la teinturerie appartient à Jacques Chesneau.
NR, Loir et Cher, 13/12, p.9

Chantier du siècle : déficit de visiteurs pour Azay-le-Rideau

La dépréciation est «essentiellement due à une déprogrammation des tour-opérateurs étrangers», «mais ils reviendront, ils nous l’ont assuré». Alors que le chantier du château suit son cours, la surprise annoncée n’est pas au rendez-vous à Azay-le-Rideau. Depuis janvier et la pose des premiers échafaudages, la fréquentation de «la perle du Val de Loire» s’est tarie de 23 %. Moins bien que les 15 % de chute sur lesquels tablait secrètement Chrystelle Laurent, administratrice du château. Très loin des espoirs de maintien voire d’augmentation que Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux (CMN), était venu défendre en février. «La baisse aurait pu être plus accentuée encore», temporise Catherine Danielou, chargée de la communication d’Azay, pointant une conjoncture défavorable. Mais Chrystelle Laurent reste optimiste : « Notre image n’a pas pâti des travaux et les retours clientèles sont très positifs», fait elle remarquer, s’appuyant sur une étude réalisée par un cabinet privé.
Nr, Indre et Loire, 12/12, p.3

(Descartes) Le patrimoine communal victime de dégradations

Situé en cœur de ville, le jardin public René-Boylesve est un des joyaux de la commune. Ce dernier a été l’objet d’aménagements offrant aux promeneurs un jardin médiéval et une magnifique roseraie. Le parc côtoie l’église romane Notre-Dame-de-la-Haye, édifiée en 1104 et classée en bien national. Récemment, ce monument a fait l’objet de dégradations importantes sur le vitrail du donjon par des jets de pierres. D’autre part, la porte de la hutte végétalisée situé dans le jardin à côté du buste de René Boylesve a été arrachée.
Nr, Indre et LoireE, 12/12, p.27

Des projets pour développer l’attractivité d’Orléans

Elle ne l’a jamais caché. «Orléans est en retard dans son développement touristique.» Alors, Martine Grivot, l’adjointe UDI à la promotion du territoire, a dévoilé, hier, les grands axes de son engagement. Elle argumente. L’office de tourisme vivait trop replié sur lui même. Tout le personnel sera conservé et un nouveau directeur arrivera début 2016. Il portera, donc, les ambitions touristiques orléanaises. Notamment, la projection sur la cathédrale, de mai à septembre, du spectacle du 7 mai. «Il coûte 30.000 euros et nous ne le projetons qu’une fois. D’autres villes projettent des spectacles sur leur cathédrale et ça marche. Pourquoi pas nous ?», se demande Martine Grivot. 51 dates sont déjà actées. Toutes en fin de semaine. Une concertation avec les riverains est prévue en janvier. Le conseil municipal, lui, a validé, hier, le marché de 343.110 euros pour l’acquisition du matériel nécessaire à la diffusion du spectacle son et lumière. «Avec des représentations nocturnes, des touristes resteront peutêtre dormir à Orléans.» Il n’est pas à exclure, non plus, qu’une réflexion soit engagée pour projeter sur la cathédrale des films thématiques pendant la saison hivernale.
RC, Orleans, 15/12, p.14

(Nozières) L’église vidée avant sa restauration

Il n’a pas fallu plus d’une matinée pour vider l’église Saint Paxent, à Nozières. Une heure après s’être retrouvées, hier, à l’édifice inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, les bonnes âmes chargées de cette mission avaient déjà sorti une bonne partie du mobilier. Pendant que Jean-Jacques Desbois, l’employé communal, était parti mettre ces biens en lieux sûrs avec les adjoints Bernard Jacquin et Daniel Charrier, le président des Amis de SaintPaxent, Bernard Larguinat, et le mari de la maire Jacqueline Mallard, décrochaient le chemin de Croix. La conseillère municipale Geneviève Guérin dépoussiérait chacune des quatorze stations avant de ranger les tableaux dans un carton. «Ça va très vite, observait Jacqueline Mallard. Il ne nous reste plus qu’à déménager les grosses choses entreposées dans la sacristie. Il y a notamment le piano de l’ancienne école, qui va aller à la mairie et y rester car il ne sert pas et s’abîme ici.» En plus des restes de poutres du Moulin de Cacherat, retrouvés lors des fouilles de sauvegarde avant le passage de l’autoroute et exposés à l’entrée de l’église, les bénévoles du jour ont mis de côté l’ancien battant de la cloche : «Il était au fond d’un placard dans la sacristie, explique Bernard Larguinat. On ne l’avait jamais remarqué.» L’édifice ainsi vidé attend désormais sa restauration.
Le Berry, 15/12, p.27

(Chateauroux) Balsan en mouvement


La cloche ne sonne plus et l’horloge de l’ancienne usine Balsan ne donne plus l’heure depuis longtemps. Mais le temps ne s’est pas  arrêté pour autant dans ce quartier en pleine révolution. Sous l’impulsion de Paulette Picard, présidente de la CCI, la création de  Campus Centre et de l’école d’ingénieurs HEI dans les anciens ateliers de l’ancienne manufacture royale de draps, avait donné le  coup d’envoi d’importants travaux de rénovation du site, dont le pavillon de l’horloge, emblématique du patrimoine industriel de la ville. Cette restauration «d’excellence du patrimoine bâti», des grilles de l’ancienne usine, et les aménagements extérieurs, ont  valu, hier soir, à la Ville, de recevoir le prix régional des Rubans du patrimoine, décerné par la Fédération du bâtiment (FFB) et ses  partenaires. Patrick Poisson et Gilbert Guignard, respectivement président régional et départemental de la FFB, ont félicité le maire, Gil Avérous, pour «son audace dans la reconversion de cet édifice, vitrine des savoir-faire des entreprises locales, et son souci de sauvegarder le patrimoine».
Nr, Indre, 15/12, p.7

Nettoyage du pont George-V


Seulement les premiers mètres du pont George V, à proximité de la rue Royale, avaient connu une cure de jouvence cet été. «Nous l’avions fait pour le Festival de Loire»,
rappelle Aude de Quatre barbes, adjointe en charge de l’espace public. La décision est actée ; le chantier concernera, en 2016, l’intégralité du pont. «On reprendra le parapet sur les deux façades», précise un technicien. Il a été noirci par la pollution des véhicules, la mousse s’est incrustée sur les pierres. Trois semaines seront nécessaires pour la réalisation des travaux. Il s’agira forcément d’un projet particulier. Notamment parce que les agents évolueront au dessus de la Loire. Il faudra donc veiller à ce que rien ne tombe dans le fleuve.
RC, Orleans, 15/12, p.14

(Saint Benoit sur Loire) Patrimoine : la façade de la discorde


En juin 2002, était créée Saint Benoît patrimoine pour tenter d’empêcher la construction d’un immeuble à l’entrée de l’avenue de l’abbaye. Aujourd’hui, l’association s’oppose au projet de façade du futur centre d’interprétation de l’abbatiale de Fleury. Le chantier est porté par la Communauté de communes Val d’or et forêt, qui a fait l’acquisition d’un bâtiment au 55, rue Orléanaise, pour y accueillir cet équipement destiné à mettre en valeur le patrimoine attaché à la basilique. Au cours de son assemblée générale, mercredi dernier, l’association a exposé les raisons qui avaient porté certains habitants de la commune à s’opposer à ce projet de façade. Ils auraient souhaité plus de concertation pendant l’élaboration du projet. Ils regrettent l’occultation de la vue de l’abbatiale à cause de la hauteur de la façade et le manque d’intégration dans le site.
RC, Loiret, 16/12, p.25

(Douadic) Louise a retrouvé le clocher

La petite cloche « Louise » a retrouvé le clocher de l’église Saint-Ambroise de Douadic, jeudi dernier. Elle avait été confiée aux bons soins de l’entreprise Bodet de Trémentines (Maine-et-Loire), début octobre, pour une restauration attendue : recharge de deux points de frappe usés ; correction du mouton et de brides : la cloche repart pour de longues années de service. La petite « Louise » est en fait une dame d’un bel âge, puisqu’elle date de 1806. La période des fêtes présente une belle occasion de venir entendre ses tintements, mais aussi d’admirer les fresques murales du Jugement dernier, datant du XIIIe siècle, et celle de la Vierge à l’enfant. L’église Saint-Ambroise, construite au XIIe siècle, est classée Monument historique et constitue un des joyaux de la Brenne. (intégral)
Nr, IndreW, 16/12

(Loches) La blanche Agnès Sorel repose sur son marbre noir

La dalle de pierre sur laquelle reposait le gisant d’Agnès Sorel (1422 ? - 1450) depuis 200 ans est posée sur le côté, percée à plusieurs endroits. Sans aucun intérêt historique, elle finira dans les gravats. Entre 1806 et 1809, elle a servi de support à la statue représentant la Dame de Beauté, qui allait connaître une première restauration, celle de Beauvallet à Paris, après avoir été brisée par des révolutionnaires plus d’une dizaine d’années auparavant. Deux siècles plus tard, ce gisant fait à nouveau l’objet d’une restauration, au sein même de la collégiale Saint-Ours, depuis plus d’un  mois. L’équipe d’Olivier Rolland, composée de restaurateurs conservateurs spécialisés en monuments historiques, a patiemment sorti  les goujons qui fixaient le gisant à son socle. Une opération délicate car il ne fallait pas endommager plus cet assemblage d’éléments  originels en albâtre, et de parties reconstituées en plâtre au début du XIXe siècle. Une lumière ultraviolette a permis de différencier les parties en albâtre et en plâtre.
+ Un don de 10.000 € pour restaurer le gisant
Nr, Indre et LoireT, 16/12, p.24

(Orleans) L’art et la manière de restaurer

Tous ceux qui ont succombé à la beauté de l’exposition du Musée des Beaux Arts, «Le dessin de l’atelier au musée», ne pourront que tomber sous le charme précieux que propose l’antiquaire Jean-Bernard Rouilly dans sa galerie orléanaise. Aux cimaises de cette dernière figure, en effet, un bel ensemble de quelque quarante œuvres du XVIIe au XIXe, lithographies, aquarelles et dessins signés par de grands noms tels que Desfriches, Charles Pensée ou encore Louis-Joseph Soulas. Toutes ces pièces, en voie de restauration ou superbement restaurées, telles des vues anciennes d’Orléans, sont ici proposées par Béatrice Delarbre, restauratrice d’œuvres sur papier et diplômée de l’École du Louvre.
RC, Orleans, 18/12, p.15

Les châteaux s’apprêtent pour joliment célébrer Noël


Le mot d’ordre est d’offrir des aventures réunissant petits et grands. A Blois, on commence fort ! La première des animations revient sur le sinistre 23 décembre 1588, matin où le duc de Guise est assassiné. Spadassins et musiciens sont embusqués dans les appartements royaux ! « Ce ne sera pas trop sanglant » promet Élisabeth Latrémolière, directrice du château.Autre inédit, la présentation d’une crèche napolitaine dans la chapelle Saint-Calais, dans laquelle on n’a pas trop l’habitude de flâner. Une crèche style XVIIIe siècle ! Le château de Chambord mise sur les contes et légendes. Le Petit Chaperon Rouge, Le Petit Poucet, Cendrillon, Le Chat Botté, sont racontés aux enfants au coin du feu. Mais ils sont également mis en scène en des tableaux très vivants avec automates, grâce au Musée
imaginaire Armand Langlois.
+ ••• Noël de Cheverny à Chaumont-sur-Loire
Nr, Loir et Cher, 18/12, p.9

(Candes-Saint-Martin) La maison de Dutilleux prépare sa renaissance

L’âme des Dutilleux plane encore au coin de la cheminée. A Candes-Saint-Martin, la maison du compositeur décédé en 2013 s’apprête à une nouvelle vie. La bâtisse qui domine la confluence, d’où Henri Dutilleux a pu coucher sur la partition quelques-unes de ses œuvres, devrait bientôt accueillir des résidences d’artistes. Comme l’avait souhaitéle musicien avant sa mort. Depuis mercredi, une plaque apposée sur la façade sort de l’anonymat la maison qui a vu Dutilleux et son épouse Geneviève Joy couler des moments heureux entre 1981 et 2010. Alors que les musiciens de l’association Dutilleux ont temporairement élu domicile en l’abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire), le piano à queue de Geneviève Joy-Dutilleux retrouvera Candes pour y résonner à nouveau en 2017.
+ L’appel de la Fondation du Patrimoine
NR, Indre et LoireW, 18/12, p.12

(Germigny-des-Prés) Des spécialistes de l’art carolingien

Les élus de Bonnée participeront financièrement à hauteur de 1.000 € pour l’organisation d’une manifestation programmée les 10 et 11 juin 2016 à Germigny-des-Prés autour de l’Oratoire. Il sera question d’une rencontre de plusieurs spécialistes de l’art carolingien en collaboration avec le Centre d’études médiévales Saint-Germain d’Auxerre. Cette manifestation sera ouverte au public initié ou non et aux habitants du territoire communautaire. (intégral)
RC, Loiret, 17/12

(Argenton) Coup de projecteur sur l’envers du décor

La restauration de l’église Saint-Étienne est un bel exemple de mise en valeur du patrimoine et redonne de l’éclat à tout un quartier. Cet édifice, à l’origine, au Moyen Age, de la paroisse primitive d’Argenton, est cependant une coquille vide. Derrière son fard se cachent des locaux en mauvais état, peu fonctionnels et à la limite de la sécurité qui en interdisent une véritable utilisation. Son projet de réaménagement avait déjà fait tousser l’opposition lors du débat d’orientation budgétaire. Il est revenu sur le tapis pour le vote du budget, après que Jean-Marie Aubin eut stigmatisé «l’endettement d’une ville asphyxiée et le manque d’épargne disponible». Pour son chef de file, LudovicLivernette «la seconde tranche de travaux qu’on nous demande d’approuver est de 450.000 €, ce qui va représenter une somme totale de 900.000 € sur deux ans. Cette dépense est déraisonnable et disproportionnée compte tenu du nombre d’utilisateurs des lieux.»
Nr, IndreE, 17/12, p.19

2015 à Saint-Martin-le-Beau : une année sous tension

Où en est le dossier de l’église ? «Le bâtiment est hors d’eau, consolidé. Fin décembre, on en saura plus sur les travaux à faire et sur le coût de la reconstruction. C’est un débat entre experts. La réouverture de l’église est toujours prévue au plus tard le 4 juillet 2017. Les financements peuvent venir de dotations, de souscription de la fondation du patrimoine, de dons récoltés par les amis du manoir Thomas Bohier, de l’association Urgence Patrimoine. On est en train de préparer un plan d’action en fonction des besoins financiers.» (intégral)
NR, Indre et Loire, 17/12

(Château-renault) Tour de l’Horloge : commerçants mobilisés


Il y a tout juste un an (19 décembre 2014), la tour de l’Horloge, le bâtiment emblématique de la ville, datant du XIIe siècle, s’effondrait en partie. Étayée pour éviter toute nouvelle dégradation, la tour sera restaurée pour un coût évalué à 700.000 €. Si la région Centre - Val de Loire participera à hauteur de 240.000 € et la Direction générale des affaires culturelles pour un maximum de 30 % (210.000 €), la somme restante restera à la charge de la collectivité. Afin d’éviter d’impacter trop lourdement les contribuables, la Ville, en partenariat avec la Fondation du patrimoine, a lancé en septembre dernier un appel au mécénat populaire, et aujourd’hui ce sont 21.500 € qui ont été récoltés auprès d’une centaine de particuliers donateurs. Les commerçants locaux s’associent maintenant à l’élan de solidarité, en participant à l’opération Produits partage.
Nr, Indre et LoireE, 17/12, p.24

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 4 Jan - 9:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (14 -20 décembre 2015)   Mer 16 Déc - 11:53

Source : lemonde.fr

Régionales : le FN s’attaque au legs culturel de la gauche


Dans le Nord-Pas-de-Calais, la gauche perdante est en train de faire ses cartons, au conseil régional, à Lille. Mais elle laisse un cadeau au pied de la cheminée : sa politique culturelle cousue main, assortie d’un maillage territorial qui n’a pas d’égal dans le reste du pays. La région, pilotée par le socialiste Daniel Percheron depuis 2001, compte entre autres sept scènes nationales, deux centres dramatiques nationaux, trois écoles d’art, des centres d’art contemporain (Espace 36 à Saint-Omer…), deux scènes de musiques actuelles (Le Grand Mix à Tourcoing et L’Aéronef à Lille), des scènes conventionnées qui font éclore des artistes (Le Vivat à Armentières), sans oublier Le Fresnoy, sorte de Villa Médicis consacrée à l’art vidéo et aux nouvelles technologies…
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/12/11/la-culture-de-gauche-en-heritage-dans-les-regions_4830027_3246.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (14 -20 décembre 2015)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (14 -20 décembre 2015)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: