Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mar 22 Déc - 15:05

Musées région Centre

Source : panorama de presse de la DRAC Centre

Orléans entame sa révolution muséale

Un grand sourire avenant décore son visage volontaire. Rehaussant les traits tendres d’une jeunesse épanouie, un regard franc et ambitieux assoie un professionnalisme affirmé. La trentaine à peine passée, Olivia Voisin entend bien prouver à Orléans que la valeur n’attend décidément pas le nombre des années. Depuis le 7 décembre, la voilà capitaine au long cours d’une flotte de cinq bâtiments. Le musée des Beaux Arts, le Muséum, la maison Jeanne D’arc, le centre Charles Péguy, et le musée historique et archéologique. Cinq structures pour un nouveau «pôle muséal» à l’Orléanaise. «L’enjeu, c’est de donner la cohérence à l’ensemble. Pour moi, il n’y a qu’une seule collection dans cinq bâtiments. J’ai toujours envisagé ça comme ça. Après, c’est une question de répartition.» Et l’ampleur de la tâche de l’effraie pas, bien au contraire. «Je suis quelqu’un qui aime faire trois choses à la fois. Minimum !» D’ailleurs, si «dans trois ans, la situation sera complètement renouvelée», elle le promet : «D’ici quelques mois, il y aura déjà des grands changements.» Revue de détail.
+ Jeanne d’Arc comme fil rouge
RC, Orleans, 19/12, p.8

(Orleans) En vitrine

Les vitrines du musée des Beaux-Arts d’Orléans accueilleront du 18 décembre au 13 mars l’exposition de l’artiste peintre orléanaise Marie Alloy. Une dizaine de peintures à l’huile seront exposées, avec pour thème la nature intérieure de l’artiste. (intégral)
RC, Orleans, 19/12

(Bourges) Alain Fournier abrite un musée

Quand un visiteur franchit le seuil du lycée Alain Fournier, il s’attend à trouver des élèves ? Certainement pas un musée rare ! Un musée qui abrite un trésor de l’histoire des sciences : le musée Sigaud de la Fond. Ce physicien méconnu de nos jours était très célèbre au XVIIIe. Il est né à Bourges et concevra, fabriquera ou fera réaliser de nombreux objets ou autres instruments de physique qui se retrouveront dans les salons les plus prestigieux de l’époque. Et, chose rare, le musée en expose de nombreux exemples, des originaux. «Des étudiantes américaines sont même venues nous rendre visite car le musée est ouvert à ceux qui en font la demande ou lors de journées du patrimoine, par exemple», explique Robert Moreno. L’intendant de l’établissement fait partie des initiateurs de ce projet.
Le Berry, 20/12, p.19

(Romorantin) Le Musée de Sologne se balade en forêt

Dessins d’animaux et autres arbres imaginaires ont gagné le hall d’entrée du musée de Sologne. Depuis le 16 décembre, y sont exposés les travaux  réalisés par les primaires de l’école du Bourgeau dans le cadre des nouvelles activités périscolaires. Ces dizaines et dizaines d’œuvres, souvent composées  à partir de matériaux naturels, feuilles, branchages, etc., ont été réalisées entre les vacances de la Toussaint et celles de Noël. Sept séances au total, qui  se sont déroulées dans les murs de l’établissement scolaire du Bourgeau. Les 17 enfants inscrits ont notamment confectionné des animaux à partir de  feuilles séchées, imprimé en négatif la forme de feuilles grâce à de la peinture, donné forme à une «petite forêt rigolote», ses arbres en pommes de pin  et sangliers et cerfs à partir de châtaignes.
NR, Loir et CherS, 19/12, p.27

(Bourges) Dans l’oeil du photographe


«Là, si vous regardez bien, on voit en réalité plusieurs espèces.» Laurent Arthur, conservateur adjoint au muséum, contemple, rêveur, un très beau cliché représentant des oiseaux, paisiblement posés sur un paysage d’eau avec, en toile de fond, des immeubles illuminés. Et invite son public à faire de même. Depuis quatre ans maintenant, le muséum propose des visites commentées autour de l’incroyable exposition Photographes de nature, que l’établissement accueille pour la vingt septième fois cette année. Y sont présentées une centaine de photographies sélectionnées dans le cadre du prestigieux concours international du même nom, organisé par le Natural History Museum de Londres.
Le Berry, 22/12, p.10

(Orleans) Dans les musées


Moins d’un mois après l’arrivée de la nouvelle directrice du pôle muséal d’Orléans, Olivia Voisin, le changement est déjà sur les rails. Ainsi, selon la mairie, «à compter du 1er Janvier 2016, les horaires d’ouverture des musées d’Orléans s’harmoniseront, afin de permettre une plus grande cohérence pour les visiteurs, et plus de visibilité afin d’attirer de nouveaux publics». Autres nouveautés, «d’une part la création d’une nocturne au musée des Beaux-Arts le vendredi», et d’autre part, «la création de plages spéciales pour les groupes». (intégral)
RC, Orleans, 23/12

(Saint Montaine) Les collections vont s’enrichir


Après avoir dissous l’association les Amis de Marie du Berry, le temps du tri, du don et de la mise à disposition est venu. «Nous donnons des documents pour autant qu’ils vont servir», déclare le président Jacques Hardy. Samedi dernier, Marie du Berry et Jacques Hardy ont remis à Sabine Sauvage, l’animatrice du musée Marguerite Audoux, en présence de Jean-Bernard Grimault, adjoint au maire, de nombreux documents qui vont enrichir la collection du musée. Marie du Berr y, qui a tant fait pour le rayonnement de la petite bergère orpheline, en organisant des randonnées et des goûters littéraires notamment à la ferme de Berrué de Sainte Montaine, a pensé que ses documents de travail pouvaient retrouver un second souffle en les remettant au musée Marguerite Audoux. Elle a joint également la documentation afférant à Alain Fournier, l’ami voisin de La Chapelle d’Angillon.
Le Berry, 23/12, p.21

(Nogent le Rotrou) L’exposition Entr’actes est prolongée jusqu’au 3 janvier

En attendant le 4e volet du Roman des Nogentais, le musée du château Saint Jean propose depuis le 2 novembre une exposition baptisée Entr’actes. Cet événement prend la forme d’une rétrospective des chapitres précédents du Roman des Nogentais. Une exposition qui devait s’achever le 31 décembre mais qui est prolongée jusqu’au dimanche 3 janvier.Avec, et cela est souligné par l’équipe du musée, des objets provenant uniquement des collections du château. Une exposition qui s’intéresse à trois grandes périodes, symbolisant les trois expositions passées : les origines de la ville jusqu’à la Guerre de Cent ans, la Renaissance à la veille de la Révolution française et enfin Nogent sous la Révolution française.
L'Echo, 23/12, p.21

(Vierzon) Nouvelles collections au musée


Quatre résidents du foyer Jean Rodin de Saint Doulchard, avec leurs deux accompagnateurs, ont découvert le musée de Vierzon hier matin. Ce projet de visite sur la thématique du train a été initié par Said Rebbati, en formation d’aide médicopsychologique. «Nos résidents ont la passion du train et certains ne l’avaient jamais pris !», indique l’accompagnateur. C’était donc l’occasion de venir de Bourges à Vierzon en train et de visiter la gare avant de passer sur le pont de Toulouse qui enjambe les lignes ferroviaires. Milena Lopes, médiatrice culturelle, les a accompagnés dans cette visite urbaine avant de rallier le site du musée, sur l’esplanade de la Française. Le personnel du musée, labellisé Tourisme et handicap, est formé pour accueillir toutes les formes de handicap et adapte la visite en conséquence. Ce groupe était à la fois le premier de l’année et le dernier avant la fermeture annuelle. D’ordinaire, le site accueille des groupes pendant ses deux mois de fermeture annuelle mais cette année, il est question de réaménagement. Décision a été prise de renouveler les collections présentées dans les deux espaces muséaux.
Le Berry, 05/01, p.16

(Issoudun) “ Cette donation c’est comme un vertige ”

Jean Dubuffet, Max Ernst, Alberto Giacometti, Hans Hartung, Jean Manessier, Pierre Soulages… En voyant tous ces noms dans la donation de feu l’artiste peintre Zao Wou-Ki, Patrice Moreau en avait les yeux éblouis. Quoi de plus merveilleux pour un conservateur de musée que de voir tous ces grands artistes rejoindre par petites touches le Musée Saint-Roch. Il n’imaginait pas, en arrivant à Issoudun en 1992, dans ce même musée qui allait entreprendre des aménagements et la construction de son aile dédiée à l’art contemporain, qu’il se retrouverait à toucher de tels œuvres. Mieux : à leur donner vie dans une exposition qui est attendue à compter du 17 juin par la France entière, voire de plus loin encore. La donation de la collection privée de Zao Wou-Ki, réalisée par son épouse au Musée Saint-Roch, aura été la plus grande surprise de sa carrière.
Nr, IndreE, 05/01, p.13

(Blois) Un petit tour au Muséum ça vous tente ?

Vacances riment avec hausse de la fréquentation au Muséum, qui en profite alors pour organiser des manifestations. «Cette année, nous avons décidé de faire un focus sur les tout petits. Et ce, le matin car l’après-midi, ils font souvent la sieste», avance Pascal Girodon, directeur du Muséum. Un animateur, Patrice Blain, contera jeudi 31 décembre, à 10h30 et 11h30, une histoire aux 3 - 5 ans. Conte (au prix de la visite) qui «fera le parallèle entre ce que l’on raconte et un animal ou deux exposés» dans la salle permanente. Ici, où l’on passe en six minutes du jour à la nuit et où des animaux naturalisés – de la plaine de Beauce aux étangs de Sologne en passant par les forêts et bien sûr la Loire – sont exposés, l’ambiance est propice à la rêverie. «On prend le temps de se poser, d’écouter, explique le directeur, quand, constate-t-il, nombre de visiteurs ne semblent pas interpellés plus que ça par l’ambiance» de cette partie du musée. Les parents peuvent rester auprès de leurs petites têtes blondes le temps de l’animation. (intégral)
+ Dérèglement climatique, animaux d’Égypte et biodiversité…
NR, Loir et Cher, 30/12, p.9

(Vendôme) James Brown occupe toujours le musée

Les œuvres de l’artiste James Brown sont visibles jusqu’au 31 janvier prochain. L’exposition de l’artiste, montée en partenariat avec la galerie Lelong, laisse voir la vision «en filigrane» de la géographie française vu par l’artiste. Plusieurs tableaux présentent, en effet, des  cartes anciennes d’état-major ou IGN de la France apposées sur leur verso. Une image d’usure et d’usage qui explique l’éclairage   doux de la salle. «James Brown invente un langage. Il s’interroge entre la démarche individuelle et collective. Ces cartes sont une géographie par le vécu», expliquait Laurence Guilbaut, lors du vernissage en octobre dernier. Les autres expositions permanentes du musée sont aussi ouvertes, ainsi que le centre d’interprétation de l’architecture du patrimoine, au rez-de-chaussée. (intégral)
Nr, Loir et Cher, 31/12

(Tours) La haute technologie chez les naturalistes

Comme les espèces vivantes, et plus vite encore, les techniques de conservations des animaux évoluent. Déjà vue par 13.500 visiteurs, l’exposition «Plus vraie que  nature» explique grâce à plus d’une centaine de pièces présentées comment les collections nées à la Renaissance, sont passées des animaux naturalisés, ou des  bocaux de formol, à des reconstitutions assez extraordinaires issues de techniques développées par l’industrie. Grâce à elles, il devient plus facile de montrer des animaux avec les positions adaptées à leur environnement plutôt que menaçants comme dans la sculpture romantique d’Antoine-Louis Barye. L’exemple le  plus marquant est donné par une tête de T-rex «imprimée» par une machine capable de produire en 3 D.
NR, Indre et LoireT, 24/12, p.10

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:16, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mar 22 Déc - 15:06

Archéologie région Centre

Source : panorama de presse de la DRAC Centre

L’État réclame 1,6 M€ au golf des Bordes

La Direction régionale des affaires culturelles (Drac) de la région Centre-Val de Loire a demandé, vendredi, à la cour administrative d’appel de Nantes de condamner le golf des Bordes, à Saint-Laurent-Nouan (Loir-et-Cher), à lui verser 1,6 million d’euros au titre de la «redevance d’archéologie préventive». En juin 2014, le tribunal administratif d’Orléans avait, en effet, donné raison à la SAS Les Bordes Golf International, en la déchargeant de l’obligation de régler le titre exécutoire émis par l’administration. Cette redevance est exigible auprès des entreprises réalisant des travaux d’affouillement du sol et ayant bénéficié d’un permis d’aménager. L’administration avait donc calculé son dû à raison de 0,49 € le m2, pour les 3,4 millions de mètres carrés concernés par l’aménagement du «complexe touristique et golfique» de la société sur l’ancienne propriété du baron Bich. Reste que le rapporteur public ,dont les avis sont souvent suivis par les juges, a préconisé à la cour administrative d’appel de Nantes de rejeter une nouvelle fois la demande de la Direction régionale des affaires culturelles. Le magistrat a également suggéré de condamner l’État à verser 1.500 € à la SAS Les Bordes Golf International pour ses frais de justice. En préambule de ses conclusions, le rapporteur public avait également rappelé le caractère rarissime de ce genre de litiges, la cour administrative d’appel de Nantes étant saisie pour la première fois d’une contestation de ce type. «C’est un régime particulièrement complexe, je comprends que vous n’en soyez que rarement saisis», a confirmé Me Marie-Françoise Casadei-Jung, l’avocate du golf et du «projet exceptionnel» qu’il porte. «On a tout fait pour éviter ce contentieux, en rencontrant à plusieurs reprises par l’administration et en étant reçu par le préfet», a-t-elle par ailleurs rappelé, pour justifier sa demande de condamnation de l’État à verser des frais de justice à ses clients. La cour administrative d’appel de Nantes, qui a mis son jugement en délibéré, rendra sa décision dans un mois environ. (intégral)
NR, Loir et Cher, 19/12

(Bonnée) Mise en application de la loi sur l’archéologie préventive

Pour faire suite à une réunion avec les services de la préfecture et la Direction régionale des affaires culturelles (service régional de l’archéologie), relative au développement communal contraint par la mise en application de la loi sur l’archéologie préventive, la Direction régionale des affaires culturelles préconise la réalisation d’esquisses concernant les aménagements envisagés sur le territoire (notamment pour les terrains communaux et privés de la rue Creuse) à leur soumettre pour étude. Le bureau d’études Geomexpert sera chargé de l’établissement de ces esquisses. (intégral)
RC, Loiret, 05/01

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mar 22 Déc - 15:07

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Saint Denis en Val) Le diagnostic du château de l’Isle a commencé

Au château de l’Isle, l’étude préalable pour la restauration et l’aménagement des vestiges du monument est en cours d’instruction par le cabinet d’architecte du Patrimoine Thierry Leynet. Celle ci est financée en partie par la DRAC Centre-Val de Loire et la commune de Saint Denis en Val, mais l’Association de sauvegarde du château de l’Isle (ASCI) reste dans l’attente de financements complémentaires. En présence de plusieurs membres de l’association et de Bertrand Gault, président de l’ASCI, a eu lieu l’investigation des parties hautes pour l’analyse et le diagnostic de l’état sanitaire, ceci afin de définir les remèdes appropriés pour la mise en valeur de ces vestiges et détailler les solutions techniques dans le but de remédier aux désordres observés. (intégral)
RC, Orleans, 19/12

(Meung sur Loire) Nouvelle vanne au moulin de la Nivelle


Non manœuvrable et délabrée depuis le mois de juillet, la vanne du moulin de la Nivelle vient d’être restaurée, la semaine dernière. Les travaux, pris en charge par le Syndicat mixte du bassin des Mauves et de ses affluents, ont porté sur le remplacement des planches en chêne et de la structure métallique. Une partie des rouages a pu être conservée. Le montant des travaux, effectués par l’entreprise Boussicault de Charsonville, s’élève à 1.948 euros toutes taxes comprises.
RC, Orleans, 19/12, p.24

(Saint Georges sur la Prée) Le château de Rozay devient visible

Les adhérents ont été invités à assister, dimanche, à l’assemblée générale de l’association Renaissance, dans la cuisine du château de Rozay. Les bilans d’activité et moral, dressés par la présidente Nathalie Hache, ont permis de donner les points positifs de l’année écoulée. Il fut question, en particulier, du travail effectué dans le château et dans les jardins, qui ouvre la possibilité de faire visiter les lieux aux habitants de Saint Georges sur la Prée et aux touristes.
Le Berry, 19/12, p.23

(Bourges) La cathédrale pour lieu de travail

Xavier Salomon en parcourt des kilomètres dans une journée ! Le jeune sacristain et gardien arpente les 117 mètres de la cathédrale. En long, en large, en travers. Il ne se sépare jamais de ses clés qu’il porte autour du cou. Elles s’entrechoquent harmonieusement au bout d’un cordon. Et mieux vaut ne pas être trop étourdi. «Si j’oublie quelque chose, je suis obligé de retourner à la sacristie, à l’autre bout !» Si Xavier doit veiller sur la cathédrale, il a une autre mission tout aussi importante c’est l’accueil. L’accueil des prêtres, des enfants de chœur et des touristes, tout au long de l’année. «Je vois des gens du monde entier, notamment un grand nombre de Québécois et beaucoup de Japonais. Cette année, j’ai discuté avec des Paraguayens, des Indonésiens, des Chinois. Je vois de plus en plus de Russes, aussi.» Il y a aussi les rencontres avec tous ceux qui empruntent le chemin de Saint Jacques de Compostelle, les gens en quête spirituelle, croyants ou non croyants. La route de Vézelay passe par la cathédrale de Bourges. «Certains se cherchent et ont besoin de parler.»
Le Berry, 20/12, p.17

The Voice au chevet de l’église de Bourgueil

Le contraste prête à sourire : un chanteur de l’émission télévisée The Voice dépêché à Bourgueil pour tenter de sauver son église du XIIIe siècle. La question de la séparation de l’Église et de l’État écartée, la formule a le mérite d’être originale. Comme le défend Cathy Tendron, adjointe au maire, «tous les moyens sont bons pour trouver des financements nécessaires à entretenir nos bâtiments communaux». Guilhem Valayé, demi-finaliste de la saison 4 de The Voice, et son groupe «3 minutes sur mer», se produira ce samedi soir à la salle des fêtes de Bourgueil. Mais pas en philanthrope. «Il a été programmé dans le cadre de la saison culturelle, c’est la commune qui a choisi de verser les recettes de la soirée pour restaurer l’église», explique Nathalie Bonneau, chargée de la communication à la mairie de Bourgueil. En cause notamment : un chœur plantagenêt dont les parties hautes, fatiguées par le  temps, inquiètent. «Il y a urgence», reconnaît-on à la Fondation du Patrimoine Centre-Ouest, qui a lancé une souscription publique pour aider à restaurer l’église Saint-Germain.
Nr, Indre et Loire, 19/12, p.12

Un siècle de photographies en Touraine

Nostalgie, nostalgie… Les photographies en noir et blanc nous parlent d’un temps résolu, mais détiennent un pouvoir de fascination énorme. Les images collectées par Yolga Yardin et Hervé Lestang pour la publication du livre «Le verso du cliché» sont à ce titre saisissantes. Les plus anciennes datent de 1839. Une date clé dans l’histoire de la photographie. «C’est l’apparition du daguerréotype, qui permet de populariser la photographie», précise Hervé Lestang, retraité tourangeau. L’amateur de vieux clichés a été sollicité par les archives départementales d’Indre-et-Loire pour co-réaliser ce dictionnaire des photographes en Indre-et-Loire. «La photographie a remporté un succès populaire tout de suite, les gens étaient fascinés. »
NR, Indre et LoireW, 18/12, p.13

Sorigny Patrimoine : le projet de l’éolienne Bollée sur les rails

L’assemblée générale de Sorigny Patrimoine s’est déroulée devant une trentaine de personnes. L’association conduitepar Michel Gaboriau fête son premier anniversaire et regroupe déjà plus de 70 membres, habitant principalement sur la commune, mais également dans le Val de l’Indre, à Blois, Paris, Bordeaux, Marseille et même à Yaoundé, au Cameroun ! Après le bilan de l’année 2015, le rapport moral et le rapport financier ont été votés à l’unanimité, puis les projets 2016 ont été présentés. Ils concernent avant tout les travaux d’installation de l’éolienne Bollée sur le bassin de la Tour d’Isoré, à l’entrée sud du bourg. Ils débuteront en mars par les fondations et le socle de l’éolienne et de la maison abritant les pompes. Ce sera ensuite la construction de la maisonnette. Enfin, l’éolienne sera remontée et mise en fonctionnement. L’objectif est de la voir tourner au quatrième trimestre 2016 ou au premier trimestre 2017. Un autre projet figure au programme 2016, la rénovation de la loge de vigne Audenet, route de Thilouze, bâtiment qui mérite d’être sauvé de la ruine.
Nr, Indre et Loire, 21/12, p.17

(La Puisaye) Une convention avec la Fondation du patrimoine


En mairie de la Puisaye, samedi en fin d’après midi, Roger His, maire de la commune en compagnie de deux de ses adjoints, Christian Lansade et Sébastien Zonghero, et d’une conseillère municipale Aurélie Chéron, ont procédé à la signature de la convention. En effet, suite aux projets de restauration de l’intérieur de l’église Saint Jean, la municipalité a fait appel à la Fondation du Patrimoine.
L'Echo, 19/12, p.24

Noël magique dans les lieux historiques de la région

La crèche est installée dans la cathédrale Saint Étienne de Bourges, et les enfants sont en vacances. Quant aux parents, ils doivent chercher chaque jour une nouvelle idée pour les occuper quand ils ont, chanceux, pu se libérer de leurs contraintes professionnelles. Quelques beaux lieux organisent des animations, profitant du thème de Noël pour attirer le jeune public. Le palais Jacques Coeur à Bourges, par exemple, où l’exposition Lanternes magiques et fantasmagories est le prétexte à des ateliers ouverts aux enfants. Chez George Sand, à Nohant, dans l’Indre, ce sont les légendes et les traditions qui sont racontées aux enfants. Une visite guidée où l’on apprend comment l’écrivaine fêtait Noël à la maison, quels étaient les rites et traditions en Berry, les légendes au XIXe siècle. Au château de Bouges, dans l’Indre, visite ludique sur le thème des traditions de Noël. Enfin à Chamerolles dans le Loiret, quoi de mieux pour s’immerger dans la vie de château que de se glisser dans la peau des personnages qui y ont vécu ! C’est ce que propose la visite la Toilette à tour de rôle. La guide, servante en chef du château, transporte les enfants costumés dans un voyage à travers l’histoire afin de leur faire découvrir les us et coutumes en matière de toilette et d’utilisation du parfum, du XVIe siècle jusqu’à nos jours.
Le Berry, 22/12, p.3

(Vendome) La ville d’eau voit renaître ses lavoirs


L’association Résurgence rénove actuellement le lavoir situé devant la porte Saint-Georges. La frêle construction qui se dévoile au piéton du pont de la porte Saint-Georges a donc connu divers sorts. «L’état de ce lavoir a toujours interpellé l’association. Nous avons rencontré le propriétaire et il a été d’accord pour que l’association intervienne, en échange du financement des matériaux.» Les bénévoles ont donc d’abord enlevé toutes les tuiles qui recouvraient l’avancée du lavoir.« C’est là que nous nous sommes rendus compte que c’était unepoutre en béton, sans doute posée dans les années soixante dix,qui soutenait la toiture. » L’élément était en mauvais étatet ne tenait plus que par une seule fixation. « Nous avonsdonc décidé de la faire enlever et de la remplacer par unepoutre en bois.» L’association va donc démarrer les travauxde maçonnerie des murs qui encadrent le lavoir afin de préparerl’arrivée de la nouvelle poutre. Les anciennes tuiles,complétées par de nouvelles seront ensuite reposées. Unchantier, au vu de la situation du lavoir en zone de protectiondu patrimoine, réalisé en accord avec l’architecte des Bâtimentsde France.
Nr, Loir et CherN, 22/12, p.22

(Loches) Maison du Centaure : renaissance en vue

Bloquée net. La restauration de la maison du Centaure fut brutalement interrompue il y a plus de trois ans. Mettant du même coup un frein à la création de huit appartements de standing dans cet ancien hôtel particulier, datant de la première moitié du XVIe siècle et classé monument historique. C’était alors la conséquence du placement en liquidation judiciaire du promoteur. Les entreprises avaient eu juste le temps d’assurer l’essentiel : sauver le bâtiment, situé au 10 de la rue du Château, et le consolider. Pour le reste, il faut aujourd’hui encore se contenter de sa façade de tuffeau marquée par le passage du temps, juste à côté d’un autre hôtel particulier Renaissance, la Chancellerie, beaucoup plus pimpante. Mais cette période ne devrait bientôt plus être qu’un mauvais souvenir. Le chantier de rénovation doit reprendre en 2016, indique Laurent Lefeuvre, conseiller en gestion de patrimoine et en charge de commercialiser les appartements qui n’ont pas encore trouvé preneurs.
+ ••• Du blocage au redémarrage
NR, Indre et LoireE, 22/12, p.18

(Lucé) 400.000 € de travaux prévus dans l’église


«C’est le plus ancien bâtiment de la ville», indique le maire de Lucé, Emmanuel Lecomte (PRG). Pas question de le laisser se dégrader. La Ville de Lucé a lancé une opération de rénovation de l’église Saint Pantaléon, avec la rénovation de la façade, côté rue de la République, et du pignon, côté rue René Langlois, ainsi que la restauration des enduits intérieurs et la rénovation de certains vitraux. Seulement, le coût global des travaux est estimé à 400.000 €. Et il revient à la charge de la commune, puisque l’édifice a été construit bien avant la loi de séparation de l’Église et de l’État, en 1905. Lorsqu’il s’agit de financer les travaux, la séparation semble plus importante. C’est pourquoi Emmanuel Lecomte vient d’écrire au diocèse de Chartres, pour lui demander qu’il participe financièrement au chantier. D’autant que, selon lui, «de récents ouvrages montrent que Rome a les moyens», a t il précisé, lors du dernier Conseil municipal. Outre le diocèse de Chartres, qui est sollicité, «il est proposé d’engager un mécénat populaire via une convention auprès d’un organisme, La Fondation du patrimoine, afin de recueillir des dons, sous forme d’aide financière, nécessaires à l’aboutissement des travaux».
L'Echo, 23/12, p.10

Revue de l’académie du Centre


Dans son appellation actuelle, Revue de l’Académie du Centre existe depuis 1937. Mais elle est la digne héritière de plusieurs publications dont la première, Bas-Berry, a été publiée à partir de 1875. Le N° 134 portant comme à l’accoutumée sur «l’histoire et le patrimoine de l’Indre», évoque la riche  activité 2015 de l’Académie présidée par Jean-Pierre Surrault. La guerre de Cent Ans en Berry, le passé de Saint-Benoît-du-Sault, les fouilles  archéologiques menées sur le site d’Ozans, les juifs en Berry au Moyen Age, le général Bertrand, le bailliage et siège présidial de Châtillon-sur-Indre et le mouvement ouvrier dans l’Indre, constituent quelques-uns des thèmes longuement évoqués dans cette édition 2015. Jean-Pierre Surrault ne manque pas  de se féliciter de la qualité des différentes études. Mais il déplore aussi «qu’il n’y a pas seulement pénurie de médecins dans toute cette partie de la  France, mais aussi d’historiens». Les étudiants à même d’alimenter la revue sont invités à le contacter ! Contact : tél. 06.11.75.67.86 ou jeanpierre-surrault@hotmail.com (intégral)
NR, Indre, 23/12

(Issoudun) Et si Saint-Bernard devenait presbytère


Depuis son arrivée dans les paroisses, voilà sept ans, le père Olivier Crestois vit dans l’ancienne maison du capitaine du corps de sapeurs-pompiers, Léon Barré. Située rue Grande-Narrette. Cette vaste demeure est devenue le presbytère, auquel une salle de spectacle baptisée Sainte-Aliette est venue se greffer. Si, à l’époque, le nombre de prêtres desservant Issoudun et les paroisses environnantes nécessitait une telle bâtisse, aujourd’hui le seul prêtre y vivant se sent un peu seul. C’est pour cette raison que l’ensemble immobilier a été mis en vente, voilà trois ans. «Le diocèse de Bourges nous a demandé de réduire les sites paroissiaux, de quatre sur Issoudun, à un seul, et de huit à deux sur les quatre paroisses plus la sacristie de Reuilly, précise le père  Crestois. La chapelle de Bel-Air a été vendue et celle des Terres-Rouges est en vente.» Il sera moins onéreux de réhabiliter l’ensemble des bâtiments de  l’ancien orphelinat des soeurs de Saint-Vincent-de-Paul, transformé en maison de retraite pour prêtres, que d’aménager l’ancien presbytère et restaurer les salles Sainte-Aliette. Les projets d’aménagement du site de Saint-Bernard ont été présentés récemment, à l’ensemble des membres du doyenné.
NR, Indre, 23/12, p.23

(Saint Martin d'Abbat) Une association dédiée au patrimoine communal va voir le jour

«Saint Martin d’Abbat jadis et naguère», c’est le nom qui sera donné à l’association qui verra bientôt le jour sur la commune. En effet, l’assemblée constitutive de cette nouvelle structure aura lieu mercredi 13 janvier, à 20 heures, à la salle des fêtes. À l’origine de cette initiative, Gaston Pouillot. Ce dernier a déjà publié, à titre personnel et au sein d’associations (Les amis du musée de la marine de Loire, les cartophiles du Loiret), un certain nombre d’ouvrages d’histoire locale sur Châteauneuf sur Loire, Jargeau, la Loire, l’apiculture, les cafés…L’association, qui souhaite se calquer et suivre l’exemple de celle qui avait été créée à Neuvy en Sullias dans le même but, aura pour objectif de travailler sur l’histoire du village, de rassembler un maximum de documents et de témoignages. Elle entend également publier un ouvrage qui racontera, par le texte et l’image, quelque 2.000 ans de la vie de ses habitants. (intégral)
RC, Orleans, 05/01

(Orleans) Focus

Il ne reste que quelques jours pour découvrir sur les quais une exposition d’une quinzaine de photos révélant des éléments remarquables du patrimoine orléanais. En 2015, le label «Villes et Pays d’art et d’histoire» a fêté ses trente ans d’existence nationale, l’occasion de fêter également, à Orléans, les cinq premières années du service Ville d’art et d’histoire avec des photos, jusqu’au 6 janvier. (intégral)
RC, Orleans, 04/01

(Orleans) La Sologne depuis le XVIIIe siècle

Du 5 janvier au 5 février, les Archives départementales accueilleront l’exposition «Vie quotidienne en Sologne du XVIIIe siècle à nos jours, les châteaux de Ligny le Ribault et leur domaine». Cette rétrospective, réalisée par le collectif Mémoires lignoises, retrace l’épopée des grands propriétaires solognots et celle des métayers et domestiques des châteaux, ainsi que leurs activités. Quatre thèmes sont présentés par des panneaux et des films : la vie quotidienne dans une ferme au XIXe siècle, la vie de château dans les années 1900, les mutations des paysages naturels et les activités des grands domaines. L’exposition se prolongera par une conférence le mercredi 27 janvier, à 18 heures, 6, rue d’Illiers à Orléans avec Bertrand Sajaloli, membre du collectif Mémoires lignoises et maître de conférences en géographie. Elle aura pour thème «Des archives à la carte… l’évolution des paysages et des modes de valorisation en Sologne du Nord de 1700 à nos jours». Les Archives départementales sont ouvertes de 9 heures à 12h30 et de 13h30 à 17 heures. L’entrée est libre. (intégral)
RC, Orleans, 30/12

(Orrouer) Les vitraux de la chapelle sont restaurés


Située en plein coeur du hameau de Serez, face à la mairie d’Orrouer, la chapelle Saint François d’Assise d’Orrouer vient de subir une première phase de travaux. Claude Ferret, maire de la commune, précise : « Bâtie au XVIIIe siècle, cette chapelle est une construction d’époque Louis XV qui a ensuite été flanquée d’un presbytère. Malheureusement, elle a souffert des intempéries et nous avons été contraints de la fermer au public depuis trois ans ». À l’automne, des travaux de consolidation de façade ont été lancés pour résoudre des problèmes d’infiltration d’eau. Ils se sont terminés par la restauration des deux vitraux, dont un date de 1947.
L'Echo, 31/12, p.11

Les Amis du Vieux La Châtre s’appuient sur le passé


L’association des Amis du Vieux La Châtre a connu une année riche en évènements culturels qu’elle a retracés dans une très belle revue – la septième – qui vient de paraître, et disponible, entre autres, à l’office de tourisme. «L’horreur des attentats récents pourrait nous faire penser que, dans l’échelle des valeurs, la protection du patrimoine est de peu d’importance, confie Geneviève Bor, présidente de l’association. Pourtant nous savons tous que l’avenir se construit sur les références de notre passé et que ce qui a été édifié peu à peu, au cours des siècles, nous est nécessaire.» La présidente est aussi consciente que protéger, entretenir ce patrimoine a un coût. Avec la baisse des dotations de l’État, il semble que le recours, pour entretenir et restaurer le patrimoine, devra passer par des souscriptions comme ce fut le cas pour la Pietà du XIVe, l’orgue et actuellement les vitraux de l’église Saint-Germain.
NR, IndreE, 31/12, p.10

(Montbazon) Bientôt une halle à la forteresse

Pendant l’été dernier, il est un projet qui a sensibilisé les nombreux visiteurs de la forteresse : celui de la future construction d’une halle médiévale de 270 m2 au sol qui aura pour mission d’abriter des expositions, des agapes, des colloques ou des conférences. Bonne nouvelle pour le propriétaire des lieux et président de l’association Les Chevaliers du Faucon noir, Jean-Yves Aldassoro, qui a reçu le permis de construire. Une des originalités est que la toiture sera recouverte de tuiles en bois appelées tavaillons. Il fera ainsi revivre le métier de tavaillonneur, aujourd’hui quasiment disparu dans nos régions. La surface de la toiture nécessitera quarante mille tuiles en châtaignier. L’autre originalité tient au fait qu’il s’agit de transformer une grange existante en halle. Il va donc falloir procéder à son démontage, à son nettoyage, à son transport, et enfin, à sa transformation et son remontage au sein de la forteresse.
NR, Indre et LoireT, 31/12, p.15

(Loches) Une terrasse royale bientôt accessible

Fin 2016, on devrait pouvoir de nouveau accéder à la terrasse de la porte royale, fermée aupublic depuis longtemps. Les escaliers de l’édifice vont bénéficier cette année d’une restauration, en particulier celui qui conduit du musée Lansyer à la terrasse, elle-même achevéedepuis plus d’un an. L’adjoint au patrimoine, Stéphane Blond, espère que ce chantier sera terminé de manièreà permettre, « au dernier trimestre», aux visiteurs, deprofiter du toit du monument et de la vue superbe qu’il offresur la ville. Le temps de la rénovation dessalles du niveau inférieur de la porte approche : peut-être en 2016 ou bien l’année suivante. (intégral)
NR, Indre et LoireT, 31/12

(Saint Denis en Val) Sainte-Madeleine est flambant neuve

«Vous pouvez l’écrire : nous avons aujourd’hui la plus belle église à cent kilomètres à la ronde !» L’exclamation est signée Jacques Billard. L’historien local montargois n’est pas connu pour son caractère expansif. Il fera une exception en ce qui concerne le chantier de l’église, qui s’est terminé depuis quelques mois : 25 ans de travaux entrepris par les mairies successives, 25 tonnes de pierres remplacées sur le clocher, près d’un tiers des dalles du sol changées, un coût de huit millions d’euros, partagé entre la ville, la région, le département et l’état. Une entreprise titanesque qui était obligatoire : le bâtiment, dont les différentes parties ont été édifiées entre les XIIe et XIXe siècle, était décrépit du sol au plafond.
RC, Loiret, 24/12, p.16

(Bourges) Plus de 9.000 documents référencés

Rechercher une pièce de collection, un auteur, un peintre et même différents monuments via un seul site de recherche relié à une vaste base de données : c’est désormais possible et simple ! Il suffit pour ce faire de se rendre sur le site de la ville de Bourges pour se diriger vers la rubrique patrimoine et monuments historiques et enfin de cliquer sur l’onglet «moteur collections». L’internaute se retrouve alors sur une nouvelle page sur laquelle il indique la référence de sa recherche et précise s’il veut que sa demande ne concerne uniquement que les objets ou monuments avec des photographies. Une recherche multiple qui permet d’avoir aussitôt l’ensemble des références sur la ville de Bourges avec pour chacune d’elles une explication et des dates. Parallèlement, juste à côté des différentes références, on trouve aussi leur nombre recensé sur la ville de Bourges, dans le département, en Région Centre-Val de Loire et sur l’ensemble de la France. On y trouve aussi un classement par date avec le nombre de références classées par années ou par siècles. Ce site Collections sur mesure est donc un outil permettant de limiter les recherches sur un territoire donné en s’appuyant sur une soixantaine de bases de données documentaires produites par le ministère de la Culture aux noms des plus évocateurs (Mémoire, Mérimée, Palissy, Médiathek, Archim…) et des grandes institutions culturelles (musée du Louvre, Orsay, Branly). Au total, ce sont pas moins de 4,5 millions d’images qui sont ainsi proposées aux plus curieux, dont plus de 9.000 documents sur la seule ville de Bourges !
Le Berry, 19/12, p.23

(Saint Sauveur Marville) Le maître verrier détaille sa passion

L’art des vitraux et de l’écriture était à découvrir lors des portes ouvertes de l’atelier Grand Feu à Marville les Bois. Deux passions, respectivement présentées par Nathalie, maître verrier et Éric Chesneau, romancier. Sur sa grande table, Nathalie a expliqué son travail. Elle restaure actuellement une Vierge au pilier de l’église de Berchères sur Vesgre. C’est l’un des cinq vitraux dont elle s’occupe de la réfection. Nathalie a détaillé sa passion pour faire chanter le verre, en coupant quelques formes. Eric a présenté ses livres, dont le dernier, Yeun qui se déroule dans les marais bretons : «C’est un thriller fantastique, dont l’action se déroule dans le Finistère, une région qui depuis plus de trente ans me fascine». Il a également écrit une nouvelle fantastique. Il travaille sur la suite de son roman de jeunesse L’enfant du vitrail. (intégral)
L'Echo, 24/12

(Le Perche) 21 crèches et églises à (re)-découvrir

La plupart des églises du Perche sont fermées au public et n’accueillent plus d’offices religieux. Pour la quatrième année, la paroisse Saint Lubin du Perche qui en compte trente six sur son territoire organise la route des crèches. Une manifestation qui va permettre, ce dimanche 27 décembre, de découvrir vingt et une d’entre elles. «Dans chaque commune, explique Christine Busson, chargée de communication pour la paroisse, les bénévoles des relais villages qui sont les représentants locaux de la paroisse se sont mobilisés pour réaliser une crèche sur un thème donné, bergers, la création, l’étoile, Jésus les bras ouverts, la crèche et l’autel, la Sainte famille, Jésus parole de Dieu.» Chacun peut choisir sa route et cette année, elles convergent toutes vers Beaumont les Autels où les participants se rassembleront à 17h30 pour partager le verre de l’amitié. Autre nouveauté, la route des crèches a lieu un dimanche.
L'Echo, 24/12, p.22

(Bourges) Les Amis de la cathédrale lancent un fonds de dotation

L’association des Amis de la cathédrale fait appel aux dons pour les travaux à mener. Un courrier et une plaquette posent le problème d’un manque de moyens car, souligne Bernard Brossard, président des Amis de la cathédrale, «l’État, propriétaire, ne peut plus tout assumer». D’où l’idée de lancer, il y a quelques semaines, le fonds de dotation pour la cathédrale de Bourges (FDCB) qui permet aux donateurs de bénéficier d’une exonération fiscale (66 % pour les particuliers, 60 % pour les entreprises).
Le Berry, 26/12, p.7

(Vierzon) Sur le circuit du patrimoine, pas à pas

C’est une balade dans la ville, à s’offrir en famille, en profitant des vacances et du beau temps. Il faut compter deux bonnes heures au total, à pied, mais ce nouveau circuit de découverte du patrimoine, au fil de vingt cinq stations, est conçu en trois parties qui peuvent se parcourir de manière indépendante. Le premier tronçon dévoile les origines de la ville, à travers les rues du vieux Vierzon (stations de 1 à 14, environ 40 minutes) ; le deuxième explore le développement industriel, de la gare à la Société Française, en passant par le lycée Henri Brisson (stations de 15 à 22, environ 30 minutes) ; le troisième évoque le patrimoine naturel, très présent et peut être le plus méconnu des habitants (stations 23 et 24, environ une heure).
Le Berry, 26/12, p.11

(Courcelles) L’église au chœur inachevé qui souffre

Denis Thion se tient entre les arches de pierre élevées il y a six siècles de cela, à l’arrière de l’église de Courcelles. Debout au milieu du chœur inachevé, il n’a que le ciel pour venir lui coiffer la tête. Jamais l’édifice ne reçut de toit. Il n’en a pas eu le temps, comme va l’expliquer le maire du village qui – à travers la Fondation du patrimoine – lance aujourd’hui une souscription publique visant à sauver le chœur de l’église Saint Jacques. «C’est dangereux, j’ai fait installer des barrières, et ai fait voter un arrêté de péril en conseil municipal au printemps.» D’où l’extrême urgence à intervenir sur le chœur majestueux aux six arches «que l’on a consolidé, il y a une trentaine d’années, quand je n’étais encore qu’un jeune conseiller municipal». Tout est maintenant à refaire, en témoigne ces arbustes poussant dans les hauteurs du chœur, et aux racines exerçant une forte pression sur la pierre six fois centenaire. D’où la souscription lancée par le maire, qui estime le coût des travaux à 100.000 €. «L’État, via la Direction régionale des affaires culturelles, en finance une partie, tout comme le conseil départemental du Loiret. On doit aussi pouvoir compter sur le fonds parlementaire du sénateur Jean-Pierre Sueur et sur une petite aide de la fondation Sauvegarde de l’art français», liste Denis Thion, non sans préciser que le chantier s’étirera du printemps qui vient à l’automne.
RC, Loiret, 27/12, p.14

(Chartres) La « dentelle de pierre » sort de l’ombre


Depuis le déambulatoire, le choc des couleurs saute aux yeux. Les pierres blanches tranchent avec la poussière noire qui macule leurs voisines. Depuis juin, le tour du choeur de la cathédrale est en travaux. En sept mois, trois sections sont sorties des échafaudages. Isabelle Paillot, présidente des Amis de la cathédrale, a assisté aux réunions de chantier : «Au total, six sections, représentant six scènes, seront restaurées. Elles ont été choisies par la Conservation des Monuments historiques.» Après la restauration du déambulatoire, en 2012, le tour de chœur encrassé jurait. L’association des Amis de la cathédrale a levé des fonds pour le restaurer. Les scènes du Songe de Joseph, La Nativité et La circoncision ont été nettoyées de la poussière des ans. Un travail d’orfèvre sur ce chef d’œuvre du XVIe siècle, unique en France. Isabelle Paillot détaille tous les procédés : «Aspirateur et brosse, pâte de latex ou compresses d’eau déminéralisée, c’est selon les endroits, sur cette dentelle de pierre. Les premières sections ont servi de test. Ça ira plus vite pour les trois suivantes.» L’époussetage a mis au jour d’anciennes restaurations surprenantes. Autre surprise : les pierres n’ont pas toutes la même teinte.
+ Sept nouvelles baies pour la chapelle Saint-Piat
L'Echo, 27/12, p.5

(Tours) Les travaux de la basilique vont bientôt débuter

En février 2014, la statue de saint Martin quittait son dôme. L’immense œuvre menaçait de tomber, son socle étant usé par le temps. Une inspection minutieuse de la basilique a montré qu’une campagne de rénovation devenait urgente. Le budget est bouclé, deux millions d’euros, les entreprises retenues. Dès le mois de janvier, l’échafaudage, d’un poids de 150 tonnes, sera monté, un important dispositif de sécurité sera installé autour de la basilique. Les travaux, qui débuteront réellement en mars, vont concerner plusieurs parties de la basilique. L’objectif est de tout terminer pour le moins de novembre, date du 1.700e anniversaire de la naissance de saint Martin et des festivités programmées à cette occasion. Les travaux les plus importants vont se concentrer sur le dôme.
NR, Indre et LoireT, 26/12, p.10

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mer 6 Jan - 11:14

Source : lemonde.fr

« Nègre », « mahométan », « nain »… le Rijksmuseum retitre ses œuvres

Le Rijksmuseum d'Amsterdam, le plus grand musée néerlandais, a décidé de changer les titres et les descriptions de certains de ses tableaux. Des termes comme « nègre », « mahométan », « maure », « nain » ou encore « sauvage » devraient à terme disparaître des cartels, ces panonceaux qui accompagnent les œuvres. Au total, 23 termes jugés « offensants », racistes, sexistes ou discriminatoires ont été retenus par le musée.
Lire la suite : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/12/22/negre-mahometan-nain-le-rijksmuseum-retitre-ses-oeuvres/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mer 6 Jan - 11:26

L’historien d’art Werner Spies innocenté dans l’affaire du faux Max Ernst

Source : lemonde.fr

La cour d’appel de Versailles a infirmé jeudi 3 décembre un jugement qui avait condamné en 2013 l’historien d’art Werner Spies, ancien directeur du musée national d’art moderne-Centre Pompidou. Spécialiste de Max Ernst, il avait annoncé son intention d’inclure dans le catalogue raisonné l’ œuvre Tremblement de terre, qui s’est avérée ensuite avoir été peinte par le faussaire allemand Wolfgang Beltracchi.

Louis Reijtenbagh, propriétaire de la compagnie Monte Carlo Art, qui avait acheté le tableau à la galerie Jacques de La Béraudière, avait alors poursuivi cette dernière pour se faire rembourser les 652 883 euros qu’elle l’avait payé, mais aussi Werner Spies pour l’avoir authentifié.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/12/10/l-historien-d-art-werner-spies-innocente-dans-l-affaire-du-faux-max-ernst_4828813_3246.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mer 6 Jan - 11:40

Le ministère contre la culture

Source : latribunedelart.com

Une des missions du ministère de la Culture, représenté par la direction générale des Patrimoines, est « la protection, la conservation et la valorisation des biens culturels protégés au titre des codes du patrimoine et de l’urbanisme » (c’est même lui qui le dit).
Or ce ministère ne remplit plus son rôle dans bien des cas. Bien au contraire, il se place souvent du côté de ceux qui portent atteinte aux biens culturels protégés, surtout s’ils ont un pouvoir politique ou économique.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-ministere-contre-la-culture

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mer 6 Jan - 11:42

Un point sur les travaux des Gallerie dell’Accademia à Venise

Source : latribunedelart.com

C’est l’un des plus importants chantiers muséaux en Italie ces dernières années, mais qui se déroule dans une relative discrétion. Il est vrai que le réaménagement des Gallerie dell’Accademia à Venise, initié en 2005 avec le départ de l’école des beaux-arts pour de nouveaux locaux, se fait par petites touches, sans avoir entraîné la fermeture de l’une des plus importantes pinacothèques du pays.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-point-sur-les-travaux-des-gallerie-dell-accademia-a-venise

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mer 6 Jan - 11:46

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com

Deux portraits par Lemasle préemptés par Malmaison
http://www.latribunedelart.com/deux-portraits-par-lemasle-preemptes-par-malmaison

Deux nouveaux tableaux pour le Nationalmuseum de Stockholm
http://www.latribunedelart.com/deux-nouveaux-tableaux-pour-le-nationalmuseum-de-stockholm

Importante donation au Musée des Tissus de Lyon
http://www.latribunedelart.com/importante-donation-au-musee-des-tissus-de-lyon

Deux œuvres religieuses du XIXe siècle offertes au Musée des Beaux-Arts de Rennes
http://www.latribunedelart.com/deux-oeuvres-religieuses-du-xixe-siecle-offertes-au-musee-des-beaux-arts-de-rennes

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 12 Jan - 9:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   Mer 6 Jan - 11:48

Roland-Garros en sursis ; à l’Opéra les travaux peuvent continuer

Source : latribunedelart.com

Patrimoine - Paris, Serres et Opéra - Deux décisions de justice concernant des référés, l’une du tribunal de grande instance, l’autre du tribunal administratif de Paris, ont été prononcées cette semaine.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/roland-garros-en-sursis-a-l-opera-les-travaux-peuvent-continuer

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (21 décembre - 3 janvier 2015)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: