Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Mer 24 Fév - 9:34

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la Drac Centre

(Orleans) La renaissance des Beaux-Arts

Certes, il y a une volonté appuyée et clairement exprimée par la municipalité de lui redonner de son lustre. Mais il y a aussi des nécessités : celle de remettre «au goût du jour» une structure créée en 1984 ; celle de protéger des peintures détériorées, cet été, par des soucis de climatisation. Alors le musée des Beaux Arts a  entamé une mutation. Elle devrait durer quatre années. C’est au deuxième étage que le chantier a, pour l’instant, démarré (la réouverture est espérée pour les  Journées du patrimoine du 17 septembre). Olivia Voisin, nouvelle directrice des musées, dirige les opérations. Elle explique la philosophie générale : «Les salles étaient organisées selon une mode des années 70 héritée du musée du Louvre. À l’avenir, les œuvres seront rassemblées par siècle.» Pour plus de lisibilité. Chaque tableau aura aussi son cartel développé, afin de le rendre plus «accessible» au visiteur. Au niveau des accrochages, le parti pris est clairement affiché : «Remplir les vides, densifier.» Olivia Voisin aimerait, entre autres, montrer plus de sculptures.
+ L’énorme et historique coup de pouce des Amis des musées
+ Plongée au cœur des réserves
+ Un pôle muséal pour une meilleure harmonisation
RC, Orleans, 23/02, p.10/11

L'ENSA de Bourges participe à une exposition à Issoudun

Le musée de l’hospice Saint Roch, à Issoudun, accueille jusqu’au 22 mai une exposition intitulée Textures de l’art contemporain, fruit d’un partenariat avec l’école nationale supérieure d’art (Ensa) de Bourges. Ce projet est issu des travaux du séminaire «la tisserande des nuits, en suivant les fils et les plis», conduit par Antonio Guzmán. Il est conçu comme un exercice de commissariat collectif et thématique, élaboré dans le cadre pédagogique de l’enseignement pratique et théorique, technique et esthétique, thématique et historique, de l’école.  Du mercredi au dimanche, de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Renseignements au 02.54.21.01.76. (intégral)
Le Berry, 23/02

(Eguzon) Triple regard sur la vallée de la Creuse

Dans quelques semaines, le Musée de la vallée de la Creuse d’Éguzon ouvrira ses portes pour une nouvelle saison artistique. Au programme, trois moments importants dont le fil directeur restera le traitement du paysage. CarineTschudi, directrice du Musée, explique : «Notre volonté est de travailler avec des artistes qui veulent bien s’intéresser à notre territoire. Ces peintres ou photographes ont déjà fait leurs preuves.»
Nr, Indre, 23/02, p.11

(Gien) Partenariat entre le Département et la Ville


Hier, le maire de Gien, Christian Bouleau, et Frédéric Néraud, vice président du conseil départemental chargé du tourisme, ont signé une convention. Son but ? La mise à disposition de la ville de Gien des espaces extérieurs et intérieurs du château-musée, propriété du Département, en échange de l’entretien des espaces verts. «C’est la première fois qu’un tel partenariat existe», précise Christian Bouleau. Ainsi, la ville pourra utiliser l’endroit quatre fois par an à titre gracieux. «Il s’agira de manifestations de prestige, à caractère exceptionnel», poursuit le maire de Gien et président de la Communauté des communes giennoises. Une seconde convention devrait prochainement être signée. Elle concernera le dépôt d’œuvres, puisque la majorité des collections appartiennent à la ville de Gien. Frédéric Néraud a confirmé que le château-musée, renommé «Chasse, histoire, nature en val de Loire», rouvrira au public au printemps 2017. (intégral)
RC, Loiret, 27/02

(Issoudun) Le souvenir de René Roussel

Le Musée George-Sand possède quatorze œuvres de René Roussel, peintre, dessinateur et illustrateur, mort en 1962, à Issoudun. Bernard Gagnepain vient de lui consacrer un livre. «Je me suis intéressé à René Roussel pour réparer une injustice, explique-t-il. Il n’est pas tout à fait un inconnu, mais il m’a semblé trop méconnu, lui qui a si bien peint la ville d’Issoudun.» Une autre raison est qu’il est le légataire du fonds d’archives de l’artiste qui n’avait pas d’héritiers. Son œuvre est incontestablement marquée par la lumière douce qui s’en dégage. Le Musée George-Sand a accueilli Bernard Gagnepain, hier matin, à l’occasion de la parution de son ouvrage, dans le cadre de l’animation Une heure, une œuvre.
NR, Indre, 28/02, p.8

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 29 Fév - 14:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Mer 24 Fév - 9:35

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la Drac Centre

(Chartres) Saint-Martin-au-Val lui livre ses secrets

Autricum, vers 280 après Jésus Christ. Un paysan bêche sa parcelle. Appelons le Célerin. Vers la fin d’après midi, Célerin a une altercation avec son voisin. Le ton monte. Le voisin donne un coup sur la tête de Célerin avec sa bêche. Son crâne est fendumais, grâce à des soins, il s’en sortira. La peste le tuera, quelque temps plus tard. À Autricum, ancien nom de Chartres, comme de nombreux habitants qui ont succombé à l’épidémie, Célerin sera enterré dans une fosse, dans le sanctuaire de Saint Martin au Val. Faire parler les morts Célerin n’était peut être pas paysan. Ce n’est peut être pas la peste qui l’a emporté. Mais le sanctuaire de Saint Martin au Val commence à livrer ses secrets. L’archéoanthropologue Géraldine Sachau-Carcel est chargée de l’écouter. Originaire de Loire Atlantique et rattachée au CNRS de Bordeaux, elle est en mission, depuis octobre, au service Archéologie  de la Ville de Chartres. Son objectif : approfondir l’étude des ossements humains, découverts à Saint Martin au Val. Spécialiste des sépultures multiples (contenant plusieurs défunts), Géraldine Sachau-Carcel creuse l’histoire de cette fosse : «Sur 49 mètres de long et huit de large, une centaine d’individus ont été retrouvés. C’est une découverte exceptionnelle par sa taille et sa localisation, face à l’exèdre, l’équivalent d’une chapelle dans la religion chrétienne.»
+ La 3D pour visualiser les rites funéraires
L'Echo, 22/02, p.5

(Auneau-Bleury-Saint Symphorien) Une année riche pour la société d’archéologie

La Société alnéloise d’archéologie et d’histoire locale (SAAHL) gère le jardin de la préhistoire à Auneau, prêté par la commune. Elle reçoit régulièrement adhérents, public et beaucoup
de scolaires. «Nous avons environ 6.000 visiteurs par an venant des alentours, mais également des Yvelines et de l’Essonne. Nous organisons aussi des ateliers découverte dans des communes qui nous contactent.»
L'Echo, 23/02, p.12

(Blois) La cité gallo-romaine jaillit des fouilles

Au fond de la tranchée creusée à plus d’1,50 m de profondeur, Nicolas Fouillet scrute méticuleusement chaque pouce de terrain. Archéologue à l’Inrap, c’est le responsable d’opération des fouilles préventives menées la semaine dernière rue du Foix. C’est un travail de fourmi qu’il mène, à la recherche d’une aiguille dans une botte de foin mais sans la moindre certitude que la dite aiguille existe et sans savoir à quoi elle ressemble. La municipalité ayant décidé de mener des travaux de voirie dans cette étroite artère parallèle à la Loire, le service régional d’archéologie de la Drac Centre-Val de Loire ne pouvait laisser passer une aussi belle occasion. Au printemps dernier, un premier diagnostic a été effectué qui a débouché logiquement sur la prescription de fouilles. Avant même d’en connaître les résultats, cette nouvelle campagne de fouilles s’avère déjà fructueuse. Les archéologues ont eu la confirmation de ce qu’ils pressentaient : la rue du Foix était non seulement une voie antique, matérialisée par des galets de Loire, mais également une voie de berge longeant la Loire. En revanche, les rues perpendiculaires n’ont été creusées que beaucoup plus tard à l’époque médiévale.
Nr, Loir et Cher, 24/02, p.11

(Blois) Deux journées complètes pour remonter le temps

Cette année, les Journées archéologiques de la région Centre-Val de Loire se déroulent à Blois. L’occasion pour la communauté scientifique d’échanger mais aussi de présenter au grand public les résultats de fouilles menées récemment. Si le sujet peut à première vue sembler ardu, il ne doit pas rebuter. Bien au contraire ! Christian Verjux, conservateur régional, assure que les archéologues savent également s’exprimer quand c’est nécessaire avec des mots simples et intelligibles. Parmi les nombreuses communications scientifiques, plusieurs traiteront des recherches opérées sur le chantier de la ligne LGV Tours - Bordeaux. A Pussigny (37), une nécropole du néolithique a été identifiée avec plus de 100 tombes et à Maillé,on a retrouvé un temple de type gallo-romain et des souterrains médiévaux. A Blois il y a 7.000 ans… Mais le focus du week-end, c’est sur Blois qu’il sera porté.
Nr, Loir et Cher, 25/02, p.13

(Vendome) Le grand cimetière se révèle à la cour Saint-Denis

Ils sont deux plus un conducteur de pelleteuse, depuis lundi, dans la première partie explorée dans le cadre du diagnostic archéologique de ce qui fut la cour de l’établissement Saint-Denis. Les documents historiques expliquaient déjà l’existence d’un cimetière à cet endroit, avant la construction du théâtre. «On est probablement sur un cimetière  de la fin de la période médiévale, plus probablement de l’époque moderne», explique Philippe Blanchard, de l’Inrap de Tours. En effet, les archéologues ont pu mettre au jour les tracés des anciennes tombes. «C’est presque un cas d’école, on distingue parfaitement les alignements.» Et le diagnostic permet d’établir que les défunts ont été enterrés dans des cercueils. «C’est une pratique qui se faisait un peu à la fin du XIVe siècle, mais surtout aux XVe et XVIe siècles», détaille Philippe Blanchard. Une habitude qui permet de dater les sépultures alors que si certains ossements sont encore reconnaissables, aucun élément de
cercueils ou d’habillement n’a pu jusque-là être relevé. Les fouilles vont se poursuivre pendant quinze jours.
Nr, Loir et Cher, 25/02, p.18

(Blois) Les fouilles qui lèvent les secrets d’histoire

A quoi pouvait bien ressembler Blois au Moyen Age ? A l’Antiquité ? Ou même à la préhistoire ? Impossible d’apporter des réponses précises mais comme les archéologues ne sont pas des personnes qui se découragent facilement, ils parviennent au fil des fouilles à reconstituer le puzzle petit à petit…. même s’il subsiste encore de nombreuses pièces manquantes. Les Journées archéologiques de la région Centre-Val de Loire organisées vendredi et samedi ont été l’occasion pour la communauté scientifique de faire le point sur les dernières recherches. Honneur à l’hôte, plusieurs communications scientifiques ont été consacrées à l’agglomération blésoise. Didier Josset de l’Inrap et Viviane Aubourg (SRA) ont pu dresser un premier bilan du PCR (projet collectif de recherches) engagé depuis 2013 et qui s’intitule «Blois, ville et territoire ligérien de puis les premières installations humaines jusqu’à nos jours». L’objectif consiste à élaborer un document d’évaluation du patrimoine archéologique de la ville. La vingtaine de chercheurs qui y participent s’appuient sur les nombreuses fouilles effectuées ces dernières années.
NR, Loir et Cher, 28/02, p.5

(Vendome) Le cimetière d’avant le théâtre


Aujourd’hui, des fouilles archéologiques sont en cours à l’emplacement de l’ancien théâtre donnant sur le Faubourg Chartrain. Assez logiquement, ossements et sépultures y sont découverts. Logiquement car, avant la construction des écoles et du théâtre, se trouvait à cet emplacement le grand cimetière jusqu’à ce qu’il soit désaffecté en 1826. Il était borné notamment par le Faubourg Chartrain, la rue du Cheval-Rouge (du nom de l’auberge s’y trouvant) et la ruelle Saint-Denis. A l’angle sud-est du cimetière, à proximité de cette dernière artère, s’élevait la chapelle Notre-Dame de Toussaint ou chapelle du Grand Cimetière.
NR, Loir et Cher, 28/02, p.8

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 29 Fév - 14:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Mer 24 Fév - 9:35

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la Drac Centre

(Fontenay sur Loing) Le relais de poste bientôt réhabilité

L’assemblée générale de l’Association pour la sauvegarde et la valorisation du relais de Fontenay s’est tenue lundi, sous la présidence de Jocelyne Huck. C’est la deuxième fois que cette assemblée est réunie depuis la création de l’association en avril 2014. La présidente a relu le compte rendu de l’année dernière pour approbation, ce qui a permis de faire le point sur la genèse du projet. En septembre dernier, une convention a été signée avec la Fondation du Patrimoine et le premier coup de pioche des travaux de réhabilitation des bâtiments est prévu pour 2016. D’une part, la réflexion sur la valorisation du relais est engagée avec la réédition du livre de  Madeleine Fouché, «Trois siècles au service des postes», édité par Le Relais de Fontenay. D’autre part, il est nécessaire de trouver des financements. De ce point de vue, la présidente salue l’engagement de Frédéric Néraud, vice président du Conseil départemental, qui a beaucoup œuvré au service du projet. Le Département le soutiendra, la Région également (contrat de solidarité territoriale) et il peut prétendre à des fonds européens (dispositif FEDER, fonds européens de développement régional). Le président du Pays Gâtinais avait annoncé une subvention au montant très élevé qui sera moins conséquente que prévue (l’association pourra compter sur 10.000 € avec une majoration possible). La semaine dernière, la directrice du musée de la Poste de Paris est venue visiter l’endroit et a assuré de son soutien les acteurs du projet.
RC, Loiret, 22/02, p.15

(Dunet) La chapelle de Vouhet atout ou handicap ?


Le maire de Dunet, Jean-Claude Nogrette, devra un jour ou l’autre se mettre à l’anglais pourse faire comprendre d’une bonne partie de ses administrés. En traversant le bourg et les hameaux, il ne cesse de montrer les maisons occupées par une colonie étrangère plutôt bien intégrée à la population locale. Le phénomène a débuté à l’époque de son élection, voici un quart de siècle. Il se poursuit, apportant de la vie dans la commune du sud du département, sinistrée par l’exode rural, qui ne compte plus que 103 habitants. Privée de commerces, elle n’a  que deux pions à avancer pourse faire connaître des touristes :  son église et la chapelle de Vouhet. Ces monuments n’en plombent pas moins les finances locales.La restauration partielle du premier édifice a coûté 300.000 F (soit plus de 45.000 €), en 1991. La rénovation extérieure du second bâtiment  s’est élevée, sept ans plus tard, à 433.000 F (66.000 €). Des sommes énormes quand on sait que le budget de fonctionnement de la commune plafonneactuellement à 140.000 € ! Lorsque la municipalité a décidé d’aménager l’intérieur de la petite chapelle, il a donc fallu trouver
de généreux partenaires, d’autant plus qu’une étude préalable a révélé la présence d’une fresque ignorée de tous.
NR, Indre, 22/02, p.3

(Vendome) Les projets des Amis de Rochambeau

Restaurer le monument funéraire du maréchal au cimetière de Thoré avec l’aide notamment de la Fondation du patrimoine et doter d’une sculpture le mémorial implanté route de Montoire. Ce sont là les deux grands projets évoqués, samedi, lors de l’assemblée générale de l’association des Amis de Rochambeau  qui précédait la conférence de Valéry Giscard d’Estaing. Pour Gérard Ermisse, président de l’association qui compte 193 adhérents, ces deux dossiers sont importants. «A partir de diverses aides publiques et privées, nous avons réussi à réunir les 50.000 € nécessaires à la restauration du monument qui a été élevé pour sa partie basse en 1808 et surélevé en 1868 occasionnant des dégâts sur les plaques de marbre qui ont été retrouvées dans les réserves du musée de Vendôme et qui vont également être restaurées. Une opération qui va être pilotée par la famille et qui a le label de la Fondation du patrimoine. J’espère qu’elle sera terminée pour marquer les commémorations du camp américain dressé en 1917 en Vendômois…»
Nr, Loir et Cher, 22/02, p.17

(Jalognes) Restaurer tout en respectant la pierre

Restaurer tout en préservant l’identité. Faire du neuf en gardant l’aspect ancien. Respecter les spécificités mais homogénéiser l’ensemble. Tels sont les enjeux du chantier du château de Pesselières, à Jalognes. Démarrés en avril 2015, les travaux de rénovation de la toiture et de la façade devraient se terminer en octobre 2016. Si la façade d’un pan du château et de la tour a déjà été refaite, ce sont actuellement les couvreurs qui sont sur le pont, enfin sur le toit. Ils sont en train de changer soixante dix mille tuiles. «Le pan de la  toiture nord avait été refait en ardoise il y a environ soixante dix ans, explique Pascal Fontanille, le propriétaire du château. Mais là, on refait tout en tuiles, comme c’était à l’origine.» Si les tuiles sont neuves, et faites dans une des dernières tuileries artisanales de la région, leur effet mat donne un aspect ancien. «Les tuiles ont été façonnées à partir du modèle des anciennes, poursuit Pascal Fontanille. On a choisi l’argile, le type de cuisson et ce qui donne la couleur. Il y a trois types différents.» Au mois d’avril, les travaux de façade prendront la suite de ceux de la toiture. Là aussi, la technique prend une place importante.
Le Berry, 23/02, p.18

(Esvres) L’ASPE préserve le patrimoine local

Les quarante adhérents de l’ASPE (Association pour la préservation du patrimoine), conduits par Pierre Stevoux, déploient une belle activité. Lors de la dernière année, ils ont en particulier sensibilisé le public sur des faits de résistance qui se sont déroulés en 1939/1945, en mettant sur pied des conférences animées par Gérard Cettour-Baron, auteur de nombreux ouvrages. Autres succès, ceux d’Éric Alary, historien, sur le rôle des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale. Les enfants des écoles ont été appelés à réfléchir sur le rôle joué par Joseph Bourreau, directeur de l’école et résistant. Pendant ce temps fort de l’année, Jean Claude Pestel a exprimé toute sa passion pour la rénovation de l’éolienne Bollée, dans laquelle il s’investit pleinement avec trois autres adhérents et en organisant des visites. Autre sujet de préoccupation : le devenir de la passerelle métallique enjambant l’Indre, dont le coût de rénovation onéreux dépasse les capacités de la commune. Entretien ou démolition, il faudra choisir. L’ASPE participe en partenariat avec l’Inrap aux campagnes de fouilles et à l’exploitation des résultats. Enfin,Daniel Richard, sur le site de l’ASPE, dispose d’une base de données très riche qu’il faudra préserver afin d’en faire profiter les futures générations.
Nr, Indre et Loire, 24/02, p.21

(Montrésor) Chapelle de la Vierge

Des précisions ont été apportées sur le contenu du projet de restauration de cette chapelle et l’installation de la châsse destinée à abriter la calotte de Jean-Paul II. Sur le coût global hors taxes du projet (environ 31.000 €), 11.055 € iront à l’installation de la châsse (restauration, sécurisation, fixation sur un socle lui même fixé et sécurisé). 16.770 € sont prévus pour les travaux de peinture et de fresque (financés, à égalité, par l’État et le legs Dessard). Le reste concerne la menuiserie. Après des questions sur la pérennité (ou non) de la présence de la calotte dans la collégiale et sur la prise en charge du reliquat à financer si la souscription lancée ne couvre pas la totalité du coût, le conseil, unanime, a donné son aval à la réalisation du projet. (intégral)
NR, Indre et Loire, 24/02

(Bellegardois) Culture et tourisme, clés de l’attractivité

Le projet de territoire de la Communauté de communes du Bellegardois (CCBel) compte plusieurs enjeux autour du dynamisme économique et touristique afin d’accueillir de nouveaux habitants. Les élus travaillent dans ce cadre sur la définition d’une politique culturelle. Ils ont établi un diagnostic des acteurs et de l’offre culturelle associative existante sur les douze communes. Le dimanche 17 avril, à partir de 14 heures la commission communication, menée par Dominique Daux, maire de Chapelon, proposera une exposition à la salle polyvalente de Ladon, une animation mettant en valeur la CCBel au travers de cartes postales anciennes et de photographies de sites des douze communes : «le territoire hier et aujourd’hui». À cette occasion, les élus seront à disposition des visiteurs pour toute information sur le PLUI, la charte paysagère, la fusion des trois communautés de communes Bellegarde Lorris Châtillon Coligny.
RC, Loiret, 25/02, p.19

(Loches) Le chantier au long cours de la Porte royale


Commencée en 2014, la restauration de la Porte royale ne devrait pas s’achever avant 2017. Lundi, la municipalité a lancé l’appel d’offre pour sa deuxième phase. Après la mise au sec de la terrasse, les travaux porteront cette fois sur la restauration des édicules qui surmontent les trois escaliers qui y conduisent : ils sont victimes d’infiltrations. La façade nord de la porte va également bénéficier d’une reprise. Une partie de ses pierres est dégradée. Elle présente en outre des fissures et est partiellement encrassée par des micro-organismes. Enfin, les portes d’accès à la terrasse seront remplacées. L’adjoint au patrimoine, Stéphane Blond, espère un début des travaux «fin mai, début juin» : ils devraient durer trois mois. Cette tranche intermédiaire devait à l’origine se faire en 2015 et comprendre, initialement, la restauration intérieure des escaliers. Mais leurs murs (ainsi que certaines salles de la porte royale) sont recouverts de nombreux graffitis. Des dessins à la mine de plomb ont même été retrouvés, en particulier dans l’escalier octogonal. La direction régionale des affaires culturelles (la Drac, autrement dit l’État) a préféré prendre toutes les précautions. La Ville de Loches a donc dû cofinancer une étude, en voie d’achèvement, visant à dresser l’inventaire de ces graffitis, évaluer leur intérêt historique et réfléchir la façon de les protéger. «Du coup, pour cette phase 2 de la restauration, nous avons travaillé sur tout ce qui n’était pas “ sensible ”», complète Stéphane Blond.
Nr, Indre et Loire, 25/02, p.21

(Aubigny sur Nère) La réfection du château, gros projet 2016

Pour 2016, les recettes de fonctionnement ne baisseront «que» de 4 % et les dépenses de fonctionnement augmenteront seulement de 4,6%, une hausse due à l’évolution des charges de personnel et à la hausse des charges à caractère général. Une configuration qui laisse donc un peu de latitude aux élus pour faire des investissements. Il est en effet prévu, pour 2016, la réfection du château des Stuarts, qui est le gros morceau, pour un montant de 365.000 euros, la création d’un parking à la Forge (120.000 euros) ainsi que des agencements intérieur et extérieur (37.300 euros), la viabilisation de la parcelle BD 461 dans la zone d’activités du Guidon (100.000 euros), des travaux d’éclairage (96.000 euros), la réfection de l’espace Lasnier et de la rue du château (90.000 euros), les travaux de mise en accessibilité des établissements recevant du public(70.100 euros), l’aménagement des abords de l’église (40.000 euros). (intégral)
Le Berry, 26/02

(Saint Amand) La révision de l’orgue attendue

L’assemblée générale des Amis de l’orgue du Grand Condé, s’est déroulée mercredi soir au domicile de la présidente, Jacqueline Avrin, en présence d’une vingtaine de personnes. Le rapport moral a mis en avant les soucis rencontrés avec le relevage de l’orgue. Tous les espoirs de l’association s’étant focalisés sur ce nécessaire travail de révision de l’instrument, qu’il aurait été souhaitable de réaliser juste après les travaux de restauration de l’église. Pour l’instant, il semble que le dossier soit encore en attente auprès des services municipaux. «On avait un devis intéressant mais forcément élevé», a précisé Jacqueline Avrin. «De plus, il y a eu quelques dégâts lors du démontage des protections posées pendant les travaux».
Le Berry, 26/02, p.24

(Chartres) La Porte-Guillaume se profile

Une quarantaine d’adhérents avaient fait le déplacement à l’Hôtel de ville. Lundi, l’Association de la Porte Guillaume tenait son assemblée générale. Dans son rapport moral, rappelant l’attachement des Chartrains à la Porte Guillaume, Jean-Jacques Chapin, président, a souligné la forte implication de l’Association Porte Guillaume pour la reconstruction de la porte et sa contribution à la dynamisation du secteur. Paul Bridier, directeur des affaires culturelles de la Ville, et Patrick Géroudet, adjoint à la promotion de la ville, au tourisme et au patrimoine, ont détaillé les différentes phases de ce projet «qui valorise l’image de la Porte Guillaume et du quartier au sein du patrimoine historique et culturel de la ville». En novembre, un maître d’œuvre architecte du patrimoine sera désigné après le lancement imminent d’une procédure établissant un cahier des charges validé par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac).
L'Echo, 26/02, p.8

(Illiers Combray) Un grand site touristique en projet

Le conseil a validé la proposition du maire d’acquérir deux terrains bordant le Loir dans le prolongement de la Peupleraie et ceux jouxtant la ruine de la tour du château, soit 3.986 m2, pour y aménager un site touristique. (intégral)
L'Echo, 26/02

(Châteaudun) Rendre la ville attractive

L’Association dunoise pour la valorisation du patrimoine (ADVP) n’a qu’un an d’existence, mais elle a déjà beaucoup appris. «Nous savions bien que les Dunois étaient attachés à leur ville. Nous avons vu que beaucoup d’entre eux la connaissent bien mais qu’ils veulent en savoir davantage», a rapporté le président Gérard Charloux, en assemblée générale, mercredi, à la salle Saint André. Le responsable a rappelé les objectifs : «Nous sommes aux côtés des décideurs pour mettre en valeur le patrimoine de Châteaudun. L’entretien du patrimoine, c’est une dépense et aussi un investissement qui valorise et rend la ville attractive». Depuis sa création, l’ADVP multiplie les activités pour montrer les richesses de la capitale du Dunois. Un focus avait ainsi été effectué sur la maison dite de la Vierge lors d’une conférence en juin, au théâtre. Pour 2016, l’ADVP entend renouveler l’expérience sur un autre thème.
L'Echo, 26/02, p.21

(Donnery) Le maire mise sur la valorisation du patrimoine

La valorisation du patrimoine est à l'ordre du jour à Donnery. Daniel Chaufton, maire, a ouvert la séance du conseil municipal de jeudi soir en proposant la signature d'une convention avec le lycée Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye. Le couronnement du mur de pierre du jardin de Wiesenbach, côté pergola, sera ainsi confié à une équipe de jeunes apprentis de même que la pose de moellons dans le mur d'enceinte. La commune prend en charge les coûts de matériaux, de main d’œuvre et des frais généraux pour un montant d'environ 800 euros. Ce projet, voté à la majorité, fait écho à une autre proposition : l'amélioration et la sécurisation de la peupleraie au voisinage du terrain de foot. Soit une surface plantée de 11.160 mètres carrés. «Nous avons, là, au moins trois cents peupliers dont certains, à terre, entravent les accès, indique le maire. Cette situation représente un danger pour les riverains.» Celui ci a été suivi à l'unanimité par les élus pour signer les documents nécessaires à une remise en état du site. La commune doit au préalable recevoir l'accord de la DDT.
RC, Orleans, 27/02, p.19

Il y a cent ans, tombaient deux Romorantinais


Cela fera cent ans jour pour jour demain.Abel Saulas et Eugène Couffrant, sont tous les deux morts le 28 février 1916 à Douaumont. Les deux poilus romorantinais comptent parmi les 700.000 victimes françaises de la bataille de Verdun qui sont tombées entre le 21 février et le 19 décembre 1916 dans la Meuse (Lorraine). Auteur d’un bulletin spécial de la Sahas sur les morts de la Grande Guerre de Romorantin et Lanthenay, Cyril Berdelou a récemment repris le chemin des archives pour éclairer le fruit de ses recherches à la lumière de la commémoration de Verdun. Le jeune sociétaire de la Sahas a ainsi identifié 31 hommes de Romorantin et Lanthenay morts au cours de l’offensive allemande de Verdun, sur les 600 inventoriés. «Soit 5% de l’ensemble des morts de la Grande Guerre sur les deux communes», calcule-t-il, tout en précisant que ce chiffre ne tient pas compte des 20 soldats qui sont eux aussi morts à Verdun, mais avant ou après la bataille à proprement parler.Une certitude : Abel Saulas et Eugène Couffrant sont tous lesdeux décédés le 28 février. «Même jour, même régiment, même endroit», a pu s’apercevoir le jeune historien amateur.
Nr, Loir et Cher, 27/02, p.25

(Theillay) Le toit de l’église en travaux

Les monuments et plus particulièrement les églises sont une richesse pour un village et leur entretien contribue à la mise en valeur du cadre de vie. Celle de Theillay, récemment refaite, est particulièrement soignée avec son intérieur pimpant. Par ses dimensions, sa toiture nécessite une surveillance continue. Après la remise en état du paratonnerre il y a deux ans et la réparation d’une fuite à la jonction du toit et du clocher l’année dernière, cette année ce sont les bordures de toit qui avaient besoin d’une petite révision. Des bandes de zinc ont été placées sur les parties en bois pour les protéger des intempéries et éviter les infiltrations dans les murs. Ces travaux vont durer une dizaine de jours. (intégral)
Le Berry, 28/02

« La cathédrale de Chartres est la plus belle du monde »

Patrick Poivre d’Arvor est un habitué de l’Eure-et-Loir. Il assiste régulièrement aux représentations qui s’inscrivent dans le cadre des Journées lyriques proposées par son amie Eve Ruggiéri. Il a notamment applaudi des concerts à Illiers-Combray. La commune de Marcel Proust et de tante Léonie l’inspire. «J’y suis allé tourner une émission pour France 5.» Son enthousiasme le plus fort en Eure-et-Loir porte sur la cathédrale de Chartres. «C’est la plus belle cathédrale du monde, avec celle de Reims, où je suis né.» Le journaliste est tout bonnement émerveillé par le monument chartrain qu’il visite régulièrement. Il en profite pour défendre ce riche patrimoine : «Quand on pense à ce que nous ont légué nos ancêtres, il faut faire attention à ce que nous allons laisser aux jeunes générations.» (intégral)
L'Echo, 28/02

Quand la confection faisait vivre la Brenne

Le livre Histoires de confection, textiles en Brenne est le résultat d’un travail collectif mené par les associations Kaléidoscope et Idées en Brenne, ainsi qu’Hélène Guillemot, responsable de l’Écomusée de la Brenne, Claudine Gillet et Marie-France Leymarie, membre des Amis de Concremiers. «C’est le résultat d’un travail réalisé pour retrouver la mémoire d’hier. Nous avons interrogé les habitants ayant travaillé dans la confection, afin de rapporter un maximum de témoignages sur ce qui a été une véritable industrie locale», explique Hélène Guillemot. Les trois femmes ont sillonné le territoire et ont recueilli d’importants témoignages d’anciennes techniciennes de la confection. Elles ont recoupé les informations collectées avec des publications et des points de vue d’experts locaux. La confection tenait une place très importante dans l’économie locale. Des milliers de travailleuses y étaient employées, œuvrant dans les ateliers ou à domicile. Le véritable départ de cette activité se situe à Argenton-sur-Creuse, vers 1860, avec Charles Brillaud. Elle s’essoufflera dans les années 2000.
NR, Indre, 28/02, p.10

(Loches) La ville sous l’objectif d’un drone

Il est environ 11h30, vendredi. Pierre Schwartz a repéré que la lumière qui enveloppe à cet instant précis l’hôtel de ville de Loches est idéale. Il est temps de tourner le plan qu’il a en tête. Pierre Schwartz est télépilote de drone. Avant-hier, il a filmé à plusieurs reprises dans le centre ancien, sous la conduite de Gonzague Saint-Bris. L’écrivain, qui a créé la société Culturedrone, est en train de réaliser un de ses clips sur Loches. Il en a déjà réalisé plus d’une trentaine, tous axés sur le patrimoine depuis le château de Versailles jusqu’à la villa Eugénie à Biarritz en passant par le château d’Amboise. L’un d’entre eux portait en outre sur sa chère Forêt des livres de Chanceaux. Loches les rejoint donc. Et elle les rejoint à deux titres, d’ailleurs, puisque Gonzague Saint-Bris et Pierre Schwartz vont également produire un clip dont le thème sera «Gustave Courbet chez Lansyer». Il accompagnera logiquement l’exposition d’œuvres du grand maître de la peinture qui ouvrira ses portes au musée Lansyer en juin et durera cinq mois. (intégral)
Nr, Indre et Loire, 28/02

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 29 Fév - 14:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Mer 24 Fév - 9:47

Source : lefigaro.fr

Napoléon III entre à l'Opéra Garnier

EN IMAGES - Les pièces phare de la collection de Christopher Forbes ont fait leur entrée mardi matin à l'Opéra Garnier pour y être exposées, en présence de leur propriétaire, avant leur vente les 5 et 6 mars sous le marteau de Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau.

Branle-bas de combat ce mardi matin, 23 février, à l'Opéra Garnier. Une petit armée de transporteurs chevronnés montent et descendent le grand escalier tout en dorure avec des tableaux et des caisses empaquetés de papier bulle pour les déballer dans la rotonde. En costume impeccable, cravatte bleu marine, l'Américan Christopher Forbes, regarde amusé ce ballet d'un autre genre. Avant de poser devant le grand portrait de Napoléon III d'après Winterhalter...
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2016/02/23/03016-20160223ARTFIG00353-napoleon-iii-entre-a-l-opera-garnier.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:20

Enrichissement des collections

Source : lemonde.fr

Un Poussin érotique pour le Musée des beaux-arts de Lyon


Pour 3,75 millions d’euros, le Musée des beaux-arts de Lyon a acquis auprès d’un marchand londonien une toile de Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, tout juste accrochée dans l’une de ses salles XVIIe siècle. Dans cette simple annonce, plusieurs histoires sont contenues, dont deux financières.
Lire la suite: http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/02/25/un-poussin-erotique-pour-le-musee-des-beaux-arts-de-lyon_4871743_1655012.html#YShTaoF77zGsWipo.99

Source : latribunedelart.fr

Le musée de Stockholm acquiert trois peintures danoises

L’âge d’or danois est délimité par des dates précises : il court officiellement de 1818 à 1844 (ou 1848), étroitement associé à deux artistes célèbres de cette première moitié du XIXe siècle : Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853), surnommé «  le père de la peinture danoise », qui entra à l’Académie en 1818, et le sculpteur Bertel Thorvaldsen qui mourut en 1844, tandis qu’un musée fut consacré à son oeuvre en 1848.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-musee-de-stockholm-acquiert-trois-peintures-danoises

Le Pélican gastronome d’Emmanuel Frémiet acquis par le Petit Palais

Catherine Chevillot, auteur du catalogue de la rétrospective Emmanuel Frémiet qui avait eu lieu en 1988-1989 à Dijon et à Grenoble et qui liste l’ensemble des œuvres de l’artiste, répertorie sous le n° S113 Le Pélican gastronome, une sculpture unique haute de 1,10 m, et alors de localisation inconnue.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-pelican-gastronome-d-emmanuel-fremiet-acquis-par-le-petit-palais

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 26 Fév - 10:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:22

Source : lemonde.fr

La Cité du vin de Bordeaux, musée grand cru

La Cité du vin de Bordeaux se dresse à l’entrée des Bassins à flot de la Garonne, fermant la longue ligne des façades XVIIIe des quais. C’est un ouvrage impressionnant, haut de 55 mètres, tout en rondeur, sans couture, couvert d’écailles de verre et de plaques d’aluminium couleur or qui se reflètent dans le fleuve. Anouk Legendre, l’architecte du cabinet parisien X-TU qui l’a conçu, avance que l’idée de cette forme arrondie, liquide, lui est venue en voyant les Bordelais faire sans cesse tourner le vin dans leur verre avant de le boire, pour l’aérer.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/02/24/la-cite-du-vin-musee-grand-cru_4870913_3246.html#jyAsRP5kRCsxQoke.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:29

Source : lefigaro.fr

Nîmes : découverte de trois tombes musulmanes datant du Moyen-Âge

Des fouilles ont permis de découvrir trois sépultures qui constituent les premiers indices de la présence de communautés de musulmans dans le sud du pays, entre le VIIe et le IXe siècle.
Elles sont les plus anciennes jamais encore découvertes en France. Trois tombes musulmanes ont été retrouvées lors de fouilles à Nîmes. «On savait que les musulmans sont venus en France au VIIIe siècle mais on n'avait jusqu'alors aucune trace matérielle de leur passage», explique à l'AFP l'anthropologue Yves Gleize, de l'Institut français de recherches archéologues (INRAP), principal auteur de cette recherche publiée mercredi aux États-Unis dans la revue Plos One.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/02/25/03004-20160225ARTFIG00092-nimes-decouverte-de-trois-tombes-musulmanes-datant-du-moyen-ge.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:38

Source : liberation.fr

Un Pissarro volé par les nazis rendu à la France

Après plus de soixante-dix ans, le tableau impressionniste «Bergère rentrant des moutons» revient à la fille de son propriétaire, à qui il avait été volé en 1941.
Lire la suite : http://next.liberation.fr/arts/2016/02/25/un-pissarro-vole-par-les-nazis-rendu-a-la-france_1435719

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:53

Source : lejournaldesarts.fr

Le cabinet d’Audrey Azoulay commence à se constituer

Après avoir appelé Frédéric Lénica comme directeur de cabinet et conservé Marie-Amélie Keller en qualité de cheffe de cabinet, Audrey Azoulay a nommé quatre autres conseillers rue de Valois.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/135072/le-cabinet-d-audrey-azoulay-commence-a-se-constituer.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:56

Source : lejournaldesarts.fr

Les musées de Berlin en difficulté financière


Selon le président de la Fondation du patrimoine culturel de Prusse, qui gère les Musées d’État de Berlin, les problèmes budgétaires devraient perdurer dans les années à venir.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/134859/les-musees-de-berlin-en-difficulte-financiere.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:57

Source : lejournaldesarts.fr

Un barrage éthiopien en construction menacerait le patrimoine culturel de la région du Nil

LE CAIRE (EGYPTE) [23.02.16] – Une étude menée par un professeur d’archéologie à l’Université du Caire montre que les sites archéologiques en Ethiopie, au Soudan et en Egypte pourraient êtres endommagés par le barrage de la Renaissance en cours de construction et qui modifierait le niveau des eaux du Nil.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/135057/un-barrage-ethiopien-en-construction-menacerait-le-patrimoine-culturel-de-la-region-du-nil.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 10:59

Source : lejournaldesarts.fr

Le nouveau Musée Munch à Oslo verra le jour en 2020

OSLO (NORVEGE) [25.02.16] – La voie est libre pour la construction du musée en front de mer abritant la donation d’Edvard Munch. Le projet avait suscité de nombreuses oppositions avant qu’il ne soit voté en 2013 puis avait été retardé à cause du chantier voisin de la nouvelle bibliothèque municipale.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/135070/le-nouveau-musee-munch-a-oslo-verra-le-jour-en-2020.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   Ven 26 Fév - 11:01

Source :lejournaldesarts.fr

Sylvain Amic : « La gratuité n’est pas une fin en soi »


Sylvain Amic explique la mutualisation des musées de Rouen qu’il dirige et l’instauration de la gratuité d’accès.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/134528/sylvain-amic----la-gratuite-n-est-pas-une-fin-en-soi--.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 22 - 28 février 2016)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: