Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (21 - 28 mars 2016)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 10:16

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre


(Loches) Expo Courbet : le maire espère 15.000 visiteurs

Le musée Lansyer pourrait accueillir 15.000 visiteurs pour l’exposition autour du grand maître de la peinture Gustave Courbet entre juin et fin   octobre. C’est l’objectif donné par le maire Marc Angenault qui répondait à Anne Paquereau. L’entrée sera à 5 €.  Pour la première fois, un  billet jumelé musée Lansyer/cité royale sera proposé à 10 €. Le coût de l’expo avoisine les 40.000 €, mais des travaux d’aménagement du musée sont nécessaires. Ce qui devrait porter la facture totale autour de 80.000 €. La première adjointe Valérie Gervès a précisé qu’un plan de communication était déjà lancé et qu’il monterait en puissance en mai. (intégral)
Nr, Indre et Loire, 21/03

(Chateauneuf sur Loire) Quoi de neuf au musée de la marine ?

Cet hiver, l’expo temporaire «De la Loire à la mer, les mariniers au service du roi» a été l’occasion de présenter des pièces exceptionnelles. L’une d’elles, une maquette d’un trois mâts, «Le Zélé», est aujourd’hui en dépôt au musée. Elle vient d’être installée dans une des salles du musée, repensée et réaménagée pour l’accueillir. Elle est d’un intérêt majeur pour les collections du musée de la marine de Loire. Réalisée en os, elle est l’œuvre d’un marin français, prisonnier des Anglais. «Le Zélé» fut un des vaisseaux engagés pendant la guerre d’Indépendance américaine.
RC, Orleans, 22/03, p.23

(Châteauroux) Le Mérite à Michèle Naturel

Après trente-huit années d’une carrière qui l’a menée, il y a quinze ans, à prendre la direction des musées de Châteauroux, Michèle Naturel a été élevée au grade de chevalier dans l’ordre national du Mérite, vendredi, dans une des salles lapidaires du Musée Bertrand. C’est Alain Espinasse, préfet de l’Indre, qui lui a fait cet honneur. «C’est pour moi quelque chose d’extraordinaire, explique Michèle Naturel. Cela vient consacrer tout le travail effectué au sein du musée. Je ne m’y attendais pas et cela me fait donc d’autant plus plaisir. Je voudrais néanmoins associer à cette distinction tous les gens qui ont travaillé avec moi, mes compagnons de route, moi qui travaille tous les jours chez un compagnon de Napoléon. Merci à l’équipe du musée, au corps enseignant, aux conservateurs, aux mécènes, aux associations patrimoniales, aux collectivités, aux institutions culturelles et, surtout, aux fidèles qui assistent aux conférences et aux expositions qui ont lieu ici. Aujourd’hui, grâce à cette distinction, je ne regrette plus ne pas avoir été compagnon du Tour de France, qui est pour moi l’idéal de la perfection et de la transmission du savoir.» (intégral)
Nr, Indre et Loire, 21/03

(Montcorbon) Les vieux ustensiles n’ont plus de musée

Fini le beurrier rafraîchisseur, l’écailleur à poissons, l’autocuiseur et autres frigos d’antan. Le «musée privé des ustensiles de cuisine d’autrefois» de Montcorbon ne rouvrira pas à Pâques, comme les autres années. La décision de le fermer définitivement a été prise fin 2015 faute de bénévoles. Ils n’étaient plus que cinq, après avoir été une vingtaine. Sans compter l’absence de la présidente Chantal Brimboeuf pour raisons de santé, qui se faisait cruellement sentir. Comme les statuts le précisaient en cas de fermeture, les objets seront vendus par l’intermédiaire du commissaire priseur de Montargis, Me Olivier Baron. La vente la plus importante aura lieu avant le 30 juin. Le produit global des ventes sera destiné à la recherche médicale. «C’est la fin d’une aventure de rencontres et d’amitiés qui se termine dans la tristesse, au bout de quatorze ans. J’ai de la gratitude envers Véronique et Marcelle Czorni à qui nous allons rendre la salle», confie Michel Grandiau, initiateur du musée. Après avoir rendu une centaine d’objets à des particuliers prêteurs, sur les 1.500 détenus par le musée, les bénévoles,leurs conjoints et Michel Grandiau, venu de Paris pour les aider, ont emballé les ustensiles de cuisine par thème. Le plus ancien est une bassine à confiture en cuivre datant de la fin du XVIIIe siècle, les plus récents allant jusqu’en 1950. Seule la collection des passoires pourrait se retrouver dans un musée de Sète (Hérault), suite à un contact auprès du commissaire priseur.
RC, Loiret, 23/03, p.19

(Chinon) Le Carroi prêt à faire “ aussi bien que Spoerri ”

On n’oublie pas ce genre d’année. Quatre mois après la fermeture du Carroi et la fin d’une saison consacrée à Daniel Spoerri et au pop-up, Sophie Nicolin, directrice du musée, aborde 2016 avec hâte. Difficile de faire mieux qu’une programmation marquée par Spoerri ? «Nous allons tâcher de faire aussi bien», sourit Sophie Nicolin. Ce mercredi soir, Le Carroi sort de son repos hivernal, prolongé d’un mois après des travaux d’éclairage notamment, avec «Impressions chinonaises». Une exposition picturale qui propose de plonger dans les collections rassemblées depuis 1905 par la Société historique Chinon, Vienne et Loire et enrichie depuis par des prêts et des acquisitions. Près de 200 toiles sortent ainsi de l’anonymat ces vues de Chinon immortalisées par «ceux qui sont passés par ici et se sont dits, devant ce paysage, qu’ils allaient peindre quelque chose», présente Sophie Nicolin.
Nr, Indre et LoireW, 23/03, p.20

(Henrichemont) Le Musée de la Poterie fête ses 30 ans


En 2016, le musée de la Poterie de La Borne fête son 30e anniversaire. Installé dans l’ancienne chapelle du village, il présente la poterie traditionnelle qui a fait le succès du village de potiers. Une collection qui présente le travail réalisé par des dynasties de potiers jusqu’au début du XXe siècle. Trente ans d’expositions qui ont mis en valeur l’esprit créatif entre artisanat usuel et utilitaire et décor de plus en plus élaboré, telles que les fameuses fontaines de Marie Talbot. À l’occasion de cet anniversaire un ouvrage a été réalisé. Il sera présenté lors du vernissage de cette nouvelle exposition, demain, à 17 heures. Musée de la Poterie La Borne, une collection présente la collection de poteries traditionnelles et imagées du musée.
Le Berry, 24/03, p.23

(Dreux) 500 ans d’Histoire et d’histoires du beffroi


L’exposition Le beffroi… 500 ans d’Histoire et d’histoires a ouvert ses portes, hier soir, au Musée d’art et d’histoire de Dreux. Elle a été montée dans le cadre des 500 ans de la pose de la première pierre, en 1516. «2016 est une grande année pour la Ville, où nous fêtons le fleuron de notre patrimoine», a rappelé Christophe Le Dorven, adjoint au maire chargé de la culture. (intégral)
L'Echo, 24/03

(Vatan) Festival Vatan en piste : clap de fin

L’association des Amis du musée du cirque vient de tenir son assemblée générale.Le président, Michel Caudoux, a présenté le rapport moral et d’activités de l’année écoulée. La fréquentation du musée est sensiblement en hausse, avec 4.252 entrées. Le musée propose une exposition, Le cirque au cinéma, en plus de la visite des salles à thème. Il s’enrichit régulièrement en matériel ou objets sur le cirque, via des acquisitions ou des dons. L’association s’exporte : elle a participé à des manifestations comme le Salon du chocolat, à Saint-Maur et à 4e Biennale du cirque de Vierzon. Depuis quinze ans, le musée participe aux journées A la découverte du patrimoine : 987 personnes ont profité des entrées gratuites ce jour-là. Si le bilan de fonctionnement du musée est dans la ligne régulière des années précédentes, celui du Festival Vatan en piste, est largement déficitaire. De plus, la commission de sécurité demande trop de travaux pour l’installation du chapiteau, au terrain du camping. «C’est pour toutes ces raisons que le Festival ne sera pas reconduit en 2017. Nous n’étions pas les seuls : Vaucouleurs, ville qui organise également son festival en partenariat avec Vatan, était dans le même cas de figure. Beaucoup d’établissements professionnels du monde du cirque sont près du dépôt de bilan», a déploré Michel Caudoux.
Nr, Indre, 24/03, p.21

(Tigy) Des améliorations au musée de l’artisanat

Les Amis du musée de l’artisanat ne cessent d’améliorer la présentation de leurs collections. Après avoir en 2015 ouvert une nouvelle salle, ils ont, pendant l’hiver, travaillé à un complet réaménagement des deux salles les plus vétustes. La plus grande salle offre maintenant une présentation claire, agréable et pédagogique de l’outillage utilisé pour récolter le grain et le transformer en pain. Elle évoque donc la moisson, le battage, le vannage, puis le travail du meunier et du boulanger. Une cloison légère a permis de réserver un petit espace pour le marchand de lunettes et la fabrique de fleurs artificielles.
RC, Orleans, 25/03, p.23

(Vatan) Voyage en gastronomie avec Philippe Gillet

Le musée George Sand accueille, demain, dans le cadre d’Une heure une œuvre, Philippe Gillet, historien de la gastronomie à travers une conférence intitulée Cuisine et littérature à la table de George Sand. Directeur de l’Institut français de formation et de recherche sur les arts culinaires, il obtient, en 1986, la médaille d’argent d’histoire de l’Académie française, et la même année, le Prix littéraire des Relais et châteaux pour son ouvrage Par mets et par vins, voyages et gastronomie en Europe (XVIe-XVIIIe siècles, «vaste sujet mais très peu exploité». Celui qui fut l’un des  pionniers de l’histoire de la gastronomie en France, ne pouvait ignorer George Sand. Une heure une œuvre : samedi 26 mars, à 11 h 30, au musée George-Sand. Entrée gratuite.
Nr, Indre, 25/03, p.19

(Concressault) Le musée de la Sorcellerie ? Du balai !

«Dernière saison après vingt quatre ans d’aventure. Sauf si nous trouvons un repreneur.» C’est ce que l’on peut lire sur la page d’accueil du site du musée de la sorcellerie de Concressault. Le sort en est jeté : l’un des plus importants sites touristique du département est en passe de fermer. À l’automne, le contenu du musée de la Sorcellerie de Concressault quittera la France, sur son balai, pour un pays étranger. C’est l’ultime solution. La sorcière dans sa marmite, Merlin l’enchanteur, les personnages, les scènes, les plantes et les animaux mythiques sur 1.200 mètres carrés, tout ne sera plus que le souvenir d’une formidable aventure que Serge Van Poucke et Brigitte Haond ont initiée il y a vingt quatre ans, dans de vastes corps de bâtiment, transformés en temple de la sorcellerie, une des marottes légendaires de ce bon vieux Berry, des j’teux de sort et des rebouteux, inoubliable pays de Jean Louis Boncoeur. En septembre der nier, les créateurs de ce musée original secouent le cocotier : dans nos colonnes, ils indiquent que le musée est à vendre. Un cadre champêtre, une bonne affaire avec 33.000 visiteurs en 2014, presque 800.000 depuis l’ouverture en avril 1993. Un vaste parking, un label tourisme et handicap, un prix du site de l’année. Oui mais voilà, les quelques touches que la belle affaire peut susciter font flop. À l’heure actuelle, aucun repreneur sérieux, désireux de se mettre dans les pas des deux créateurs du musée, ne permet de sauver cette activité touristico-économique d’une irrémédiable délocalisation. Quelqu’un aurait il jeté un sort à ce musée ?
+ Une aventure entièrement faite maison
Le Berry, 26/03, p.5

(Blois) “ Les habitants ” du rosier

Le parfum des fleurs, la beauté des roses, mille splendeurs ornent nos jardins. Ces pétales et feuilles hébergent un petit monde animal. Pucerons, abeilles, cétoines et beaucoup d’autres participent à la vie des rosiers. À travers une exposition «Pétales et mandibules», les visiteurs du Muséum d’histoire naturelle pourront découvrir, jusqu’au mois de septembre, cette vie parallèle. Guidés par un jardinier et un entomologiste tout au long de l’exposition, petits et grands sauront ainsi mieux comprendre les aspects insoupçonnés de ces petites bêtes, leur mode de vie, leurs formes, couleurs ou leurs moeurs. Présentés sous forme de bandes dessinées et de sculptures, ces animaux dévoilent tous leurs secrets. (intégral)
Nr, Indre, 06/03, p.8

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 29 Mar - 11:12, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 10:16

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre


(Puiseaux) L’archéologie au service de la population

Chaque adhérent de la Société archéologique de la région de Puiseaux (SARP) s’est vu remettre, en assistant à l’assemblée générale, le bulletin annuel de l’association. Le président André Jouny a expliqué que son édition n’est plus faite au sein de la mairie mais réalisée par un imprimeur. «C’est plus cher, mais la qualité est indéniable. Nous en avons fait imprimer plus d’exemplaires que d’adhérents, et ils seront vendus 10 € aux visiteurs.» Dans son rapport moral, le président a précisé que la SARP était au service de la population qui souhaite une évaluation d’objets en sa possession : pierres, éléments patrimoniaux, inscriptions, fresques découvertes… La Société archéologique assure une permanence dans son local, route de Grangermont, le mardi, à partir de 14 heures. L’association, adhérente à la Fédération d’archéologie du Loiret (FAL), participe à de nombreuses animations.
RC, Loiret, 22/03, p.15

(Vendome) Fouilles dans la cour du cloître

Alors que la deuxième phase du diagnostic d’archéologie préventive vient de s’ouvrir Quartier Rochambeau, c’est un espace beaucoup plus modeste qui a été fouillé jeudi et vendredi. Là, dans le cloître du musée, avant la mise en place d’un dispositif d’arrosage automatique, une tranchée a été réalisée. L’analyse de ces fouilles sur un lieu qui, de l’époque romane jusqu’au Quartier militaire du XIXe, a connu bien des bouleversements, est en cours par Gaël Simon, archéologue en charge de ce suivi. (intégral)
NR, Loir et Cher, 22/03

(Vendome) Des fouilles aussi pour savoir ce que mangeaient les moines

Les plans étaient bons et les murs qu’on s’attendait à trouver en creusant le sol sont bel et bien là. Pourtant, les fouilles en cours Quartier Rochambeau livrent leur lot de questions aux archéologues. Les investigations terminées ce vendredi 1er avril, ils devront vérifier leurs hypothèses à partir des documents connus avant de rédiger le rapport fin juin. C’est ensuite que le Service régional de l’archéologie d’Orléans décidera si les fouilles ont besoin ou non d’être poursuivies. Mercredi, Philippe Blanchard, responsable Inrap du chantier, était d’ores et déjà satisfait de ses premières constatations. «Cette deuxième phase de diagnostic est réalisée dans un secteur mieux conservé que la partie fouillée à l’automne où, au XVIIe siècle, des murs avaient été démontés pour en récupérer les pierres calcaires. Ici, rien n’a bougé.»
NR, Loir et Cher, 25/03, p.23

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 29 Mar - 11:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 10:17

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre


(Olivet) La château du Plissay en eaux troubles


C’est une grosse bâtisse bourgeoise plantée au bord du Loiret. Pendant une vingtaine d’années, le château du Plissay a accueilli les voyageurs pour une halte sur la rive sud de la Loire. Puis, en 1997, l’hôtel est racheté par un propriétaire qui veut en faire sa demeure. Une «déspécialisation» des lieux est accordée par la ville à condition qu’un seul et unique logement y soit créé. Pourtant, en 2010, à la faveur d’une nouvelle revente, le château est découpé en neuf lots. Une division, faite sans permis de construire, d’autant plus illégale que le plan de prévention du risque inondation (PPRI) d’Olivet interdit de densifier la population dans cette zone inondable. Aussi, en mai 2011, deux inspecteurs des services de l’urbanisme de la mairie se présentent chez les copropriétaires pour dresser procès verbal de l’infraction. Un PV transmis au parquet d’Orléans et qui doit aboutir, en cas de poursuites, à l’annulation des ventes.
RC, Orleans, 21/03, p.19

(Saint Benoit sur Loire) Un recours contre le projet de façade

L’association Saint Benoît patrimoine a envoyé, en date du 10 février, un recours gracieux contre le permis de construire en vue de la réalisation du futur centre d’interprétation. À ce jour, elle n’a toujours pas eu de réponse. Pour rappel, l’association  s’oppose au projet de façade de cette construction. Le courrier a été expédié au maire de Saint Benoît sur Loire, Gilles Burgevin, et également adressé en copie au président de la communauté de communes Val d’or et forêt, Claude de Ganay. Dans cette lettre, l’association avance que ce projet «porterait atteinte à l’harmonie générale du centre bourg et constituerait une pollution visuelle irréversible et menace de dénaturer les abords d’un monument emblématique de l’architecture bénédictine des XIe et XIIe siècles ».Et de poursuivre : «Ce  projet d’un édifice public construit avec de l’argent public se devrait pourtant d’être un modèle de qualité urbanistique et architecturale, et surtout de respect du patrimoine classé et d’insertion dans le site». Les membres de l’association ont rencontré Xavier Clarke de Dromantin, chef de service (STAP Loiret 45) à la Drac et son adjointe, Élodie Roland. Une commission devrait avoir lieu courant mars et réunirait les différents acteurs du projet, dont les archéologues, pour présenter leurs découvertes. Les membres de l’association ont également eu un entretien avec le maire et son adjoint, Jean-Claude Asselin
RC, Loiret, 21/03, p.37

(Bourges) L’association des Amis des moulins du Cher a tenu son assemblée générale, samedi

Le glouglou de l’Yèvrette et des champs à perte de vue, il y a pire comme cadre d’une réunion. C’est au moulin de la Grange, à Bourges, bientôt prêt pour de nouveauxtours de roues, que les membres des Amis des moulinsdu Cher (AMC) se sont réunis samedi dernier. Outre une petite rétrospective en images des actions menées par l’association en 2015, c’était l’occasion de revenir sur les sujets qui fâchent. Le principal brûlot, qui dure depuis plusieurs années, concerne la continuité écologique des cours d’eau. Jusque là, rien qui ne fâche nos Amis des moulins puisqu’ils ont eux mêmes le devoir d’y veiller. Sauf que la France a constitué une liste de cours d’eau, et donc d’ouvrages hydrauliques (dont font partie les moulins), «dans lesquels il est nécessaire d’assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs» (article L 21417 du code de l’environnement). Conséquences de cet article,les propriétaires de moulins craignent soit de voir leurs moulins détruits, soit de ne pas avoir les moyens d’adapter leurs ouvrages.
+ Le moulin de la Grange pourra bientôt tourner de nouveau
Le Berry, 21/03, p.6

(Blancafort) Le four à pain est prêt à cuire

En 2014, Blancafort et Patrimoine a entrepris la restauration du four à pain de la maison éclusière du site de Launay. Chacune de ces maisons était équipée d’un puits et d’un four. Les quelques vestiges subsistants ont motivé les membres actifs de l’association, le four restauré de Clémont servant de modèle. Fin 2015, tout le gros œuvre était terminé, seuls les enduits restaient à réaliser. L’efficacité de la chauffe ainsi que la température du four et les durées de cuisson ont été testées, avec succès, lors d’une pré-inauguration entre les membres de l’association. Le site de Launay, après la restauration de la passerelle et du four, devient ainsi un lieu touristique intéressant qui bénéficie également du tracé de la sente bleue.
Le Berry, 21/03, p.38

(Selommes) Nouvelle association pour le patrimoine


Mardi soir, au foyer communal, suite à une première réunion le 1er mars, en présence de Claire Foucher-Maupetit, maire, les membres de la nouvelle association «Selommes au fil du temps» se sont réunis pour constituer le bureau. Cette association a été créée dans le but de connaître et faire connaître, préserver et animer le patrimoine selommois qu’il soit bâti, naturel ou culturel. Dans la rubrique «connaître» et «faire connaître», il est imaginé d’organiser la collecte des objets patrimoniaux proposés par les habitants, l’inventaire à partir du cadastre, préparer une soirée sur la maladie de Sachs à Selommes, créer un groupe de travail sur Louis XI à Selommes…
NR, Loir et Cher, 21/03

(Romorantin) 424.038

C’est en euros le montant de la 3e tranche de travaux de l’église Saint-Etienne. Ils concernent la restauration du chœur et doivent être réalisés en 2016-2017. Cette nouvelle étape, qui se déroulera à l’intérieur de l’édifice, fait suite à la réfection des toitures et des corniches. Ce programme adopté lors du dernier conseil municipal est financé par la ville de Romorantin mais il pourrait avoir le concours de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), de la Conservation régionale des monuments historiques et du conseil départemental. (intégral)
NR, Loir et Cher, 21/03

Souscription pour l’église de Saint-Martin-le-Beau

A toute chose malheur est bon, dit-on. «Il y a dans cette église des richesses insoupçonnées, et nous avons là l’occasion de mettre en valeur un patrimoine oublié depuis des décennies», a déclaré Angélique Delahaye, maire de Saint-Martin-le-Beau, en accueillant vendredi soir une centaine d’habitants venus prendre des nouvelles de «leur» église, en grande partie brûlée suite aux incendies volontaires allumés sur la place principale du bourg, en avril dernier. Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, a donc présenté sa proposition de restauration, qui découle de son étude, commencée en septembre. La Drac et le conservateur suivront-ils toutes ses recommandations ? Il est trop tôt pour le dire, mais en voici les grandes lignes : il faut reconstruire les voûtes, celles de la nef nord – où les flammes ont d’abord attaqué– et celles de la nef centrale, qui n’ont pas résisté au feu et aux considérables volumes d’eau déversés sur l’édifice au cours de cette nuit désastreuse. Les toitures devront être refaites,
en créant des accès pour les chenaux, qui n’existaient pas jusqu’à présent. D’ores et déjà, la mairie relance une souscription, avec la Fondation du patrimoine. L’objectif étant de rouvrir la nef centrale en juillet 2017.
Nr, Indre et Loire, 21/03, p.26

Le château d’Azay-le-Rideau en appelle aux donateurs


Sous le voile blanc des échafaudages, se devinele ballet des artisans mobilisés au chevet du château d’Azay-le-Rideau. Une restauration minutieuse, chiffrée à 19,8 millions d’euros. Pour soulager l’addition, le Centre des monuments nationaux (CMN), propriétaire du château, a lancé, vendredi, l’opération «Ma pierre à l’édifice». Un appel aux dons destiné à restaurer les quatre épis de faîtage en plomb des tourelles d’angle et des croupes. Des pièces attaquées par la rouille nécessitant d’être consolidées et restaurées, qui comptent parmi les plus anciennes de la bâtisse dont la restauration avoisine les 50.000 euros. Loin d’être «une somme considérable», comme le fait remarquer Philippe Bélaval, président du CMN, qui voit là «un objectif susceptible d’être atteint.» Cette campagne de séduction espère «faire accélérer la restauration du château» et réveiller «le sentiment patrimonial» des Français.
Nr, Indre et Loire, 21/03, p.6

(Loches) 1,5 million d’euros pour les remparts


Comme la NR l’a annoncé sur son site internet samedi, l’État, la Ville de Loches et le Département, qui sont les principaux propriétaires des remparts de Loches, se sont enfin entendus sur le financement de la restauration des murailles. Les modalités de cet accord ont été dévoilées et votées par le conseil municipal de Loches vendredi soir. Il porte sur un financement de 1.569.870 € échelonné sur trois ans. L’État et le Département paieront chacun 40 % de cette somme, la commune de Loches les 20 % restants. (intégral)
Nr, Indre et Loire, 21/03

(grand ligueillois) Sauvegarde du cadre de vie : un nouveau président

Bien que très occupé par ses fonctions au ministère de la culture à Paris, Frantz Schonstein a animé l’association de Sauvegarde du cadre de vie ligolien pendant 12 ans. Il souhaite aujourd’hui mettre fin a ses fonctions et passer le relais. Créée à l’origine pour restaurer le lavoir de la place Veneau à Ligueil en 1978 par René Delaune, président à l’époque, l’association a contribué à la présentation du cadre de vie sous l’angle de la défense du patrimoine commun, en restaurant de vieux outils agricoles, la préservation des loges de vignes en partenariat avec des collectivités locales comme le pont de chemin de fer de Ligueil, les ruines du vieux village de Saint-Senoch, la création de lieux de mémoire sur le tracé de la ligne de démarcation et l’important travail sur l’inventaire des objets liturgiques des églises du territoire du grand Ligueillois, sans oublier des plantations d’arbres à l’étang des Chétauderies et sur un terrain aux abords du collège. Un bureau directeur a été mis en place avec Christian Grellet comme président.
Nr, Indre et LoireW, 21/03, p.19


L’anneau, un parcours bien mystérieux

Depuis son achat par la fondation Puy du Fou Espérance, mené par Nicolas de Villiers, patron du parc historique, pour 376.833 €, l’anneau de Jeanne d’Arc revient sur le devant de la scène. Ce qui n’a pas toujours été le cas, comme l’explique Olivier Bouzy, directeur scientifique du Centre Jeanne d’Arc, à Orléans : «L’anneau est connu depuis 1929, au moins. C’est à cette époque que l’on entend parler de lui pour la première fois dans les journaux, et qu’il attire l’attention.» Après la mort de Jeanne, en 1431, il aurait été récupéré par le cardinal de Beaufort, puis confié à son neveu, Henri VI, roi d’Angleterre.Plusieurs années après, une famille privée en prend possession, et le présente à Henri VIII, quine souhaite pas le rendre aux Français car, dit il, l’anneau «leur rappellerait de trop mauvais souvenirs». Le bijou disparaît alors des radars pendant près de quatre siècles, avant donc de refaire surface en 1929, lors d’une vente publique chez Sotheby’s. Où était il, et qui étaient ses propriétaires durant cette très longue période ? Mystère.
+ Une authenticité remise en cause
+ Un retour en France contrarié par le gouvernement anglais ?
RC, Orleans, 22/03, p.10/11

(Vienne en Val) La cloche Jeanne-Augustine bénie

Samedi soir, quelques Viennois se sont rassemblés à l’église du village pour assister à la bénédiction, par le père Olivier Musabé, de la cloche de l’édifice tout juste restaurée. Baptisée Jeanne Augustine, celle ci a retrouvé son village après un mois d’absence. Usée par le temps, elle présentait de grosses fêlures au niveau de l’anse maîtresse, qui pouvaient conduire, à moyen terme, à sa chute. Elle va donc pouvoir regagner son clocher dès cette semaine. Au cours de cette cérémonie, le père Musabé a insisté sur le symbolisme religieux de la cloche qui appelle à la prière et rythme la vie de nos villages. L’église restera ouverte jusqu’à aujourd’hui, les après midi, pour permettre à ceux qui n’ont pu assister à cet événement devoir la cloche. Des panneaux retraçant l’histoire de Jeanne Augustine y sont également présentés. Elle sera de nouveau hissée dans le clocher et pour longtemps dans la journée du mercredi 23 mars. (intégral)
RC, Orleans, 22/03

(Dreux) Son amour pour le beffroi dans un livre

Le beffroi n’a aucun secret pour lui. Professeur d’histoire géographie au collège Martial Taugourdeau de Dreux, Éric Lenud est un grand passionné d’histoire locale. Membre de la Société des amis du musée, il a déjà réalisé plusieurs ouvrages sur l’histoire de la Ville. Lorsqu’un appel à projet a été lancé auprès des associations drouaises il y a quelques mois, afin de préparer les célébrations des 500 ans de la pose de la première pierre du beffroi en 1516 par Pierre de Hauterre, gouverneur de la ville c’est tout naturellement que la Société des amis du musée et sa présidente, Maryse de Kerimel, ont souhaité réaliser un ouvrage sur le monument. L’association le finance et Éric Lenud en est «le porteplume», comme il l’explique modestement. Après plusieurs mois de rédaction, le livre devrait être publié dans quelques semaines.
+ Une exposition temporaire au musée
+ Un dossier complet, des secrets révélés, des jeux et des cadeaux
L'Echo, 23/03, p.13

(Vendome) Résurgence veut aider à la renaissance des lavoirs

Près de deux cents personnes étaient réunies samedi, aux Greniers de l’abbaye, pour l’assemblée générale de l’association Résurgence. Une réunion qui donnait au président André Fleury l’occasion de présenter les chantiers de rénovation en cours ou à venir. Un point était également donné sur l’atelier vitrail de Philippe Dumont. Parmi les opérations de sauvegarde des «vieilles pierres», Daniel Chopard évoquait les travaux en cours sur le lavoir privé près de la Porte Saint-Georges. Jean Guillot détaillait le long chantier de la grange de La Couture à Montoire acheté par l’association. Jean-Pierre Bouard revenait sur les travaux conduits dans le cloître de la résidence pour personnes âgées des Tilleuls. Devrait suivre dans les prochaines semaines, un chantier concernant directement les Greniers de l’abbaye acquis par Résurgence en 1990, superbe bâtiment qui, malheureusement, reste toujours inaccessible aux personnes à mobilité réduite… « Et dès les prochaines semaines, nous allons nous attacher à recenser les lavoirs et à entrer en contact avec les propriétaires pour les inciter à la sauvegarde de ce petit patrimoine et à une mise en valeur à laquelle Résurgence pourrait être associée. En premier lieu, les apprentis, ateliers et lavoirs à l’arrière des maisons du faubourg Saint-Bienheuré, désormais très visible depuis la disparition des anciens immeubles de la gendarmerie Quartier Rochambeau…»
+ ••• La grange bientôt salle polyvalente
NR, Loir et Cher, 22/03, p.21

(Loches) Remparts : un accord à 1,5 million d’euros

Tous ont été d’accord sur ce point, majorité comme opposition. Un grand pas vient d’être fait. Après des années (et même des décennies) d’atermoiements,  la Ville, l’État et le Département se  sont enfin entendus sur le financement de la restauration des remparts de Loches. Le conseil municipal s’est penché vendredi soir sur cet accord. Il tient en quelques chiffres. D’abord, le montant total qui va être alloué au chantier de restauration : 1.569.870 € échelonnés sur trois ans. L’État et le Département paieront chacun 40% de cette somme, la commune de Loches les 20% restants. Loches versera donc 300.000 €, au rythme de 100.000 € par an. Cette répartition des coûts entre les trois principaux propriétaires publics des murailles est conforme à ce que le maire de Loches Marc Angenault avait annoncé lors de ses vœux en janvier. En revanche, l’enveloppe totale est probablement en dessous de ses espoirs. Elle est en tout cas inférieure à ce que ses propos d’alors avaient pu laissé entendre.
+ ••• “ Épée de Damoclès ” et “ serpent de mer ”
Nr, Indre et Loire, 22/03, p.35

(Tauxigny) Une aide pour restaurer le mur du cimetière

Entretenir et préserver le patrimoine font partie des devoirs d’une commune. C’est la raison pour laquelle la municipalité de Tauxigny a décidé  de restaurer le mur d’enceinte de son cimetière, dernière demeure de nombre de ses habitants, lieu de souvenir et de recueillement. Les travaux nécessaires nécessitent un budget de 18.995 €, et la commune a accepté l’aide de la Fondation du Patrimoine. Une convention a donc été signée par le maire Jean-Louis Robin et Jacques Guionnet, délégué départemental adjoint de la Fondation du Patrimoine, pour ouvrir une souscription faisant appel au mécénat populaire et au mécénat d’entreprise.
Nr, Indre et LoireE, 22/03, p.16

(Montcorbon) Les vieux ustensiles n’ont plus de musée

Fini le beurrier rafraîchisseur, l’écailleur à poissons, l’autocuiseur et autres frigos d’antan. Le «musée privé des ustensiles de cuisine d’autrefois» de Montcorbon ne rouvrira pas à Pâques, comme les autres années. La décision de le fermer définitivement a été prise fin 2015 faute de bénévoles. Ils n’étaient plus que cinq, après avoir été une vingtaine. Sans compter l’absence de la présidente Chantal Brimboeuf pour raisons de santé, qui se faisait cruellement sentir. Comme les statuts le précisaient en cas de fermeture, les objets seront vendus par l’intermédiaire du commissaire priseur de Montargis, Me Olivier Baron. La vente la plus importante aura lieu avant le 30 juin. Le produit global des ventes sera destiné à la recherche médicale. «C’est la fin d’une aventure de rencontres et d’amitiés qui se termine dans la tristesse, au bout de quatorze ans. J’ai de la gratitude envers Véronique et Marcelle Czorni à qui nous allons rendre la salle», confie Michel Grandiau, initiateur du musée. Après avoir rendu une centaine d’objets à des particuliers prêteurs, sur les 1.500 détenus par le musée, les bénévoles,leurs conjoints et Michel Grandiau, venu de Paris pour les aider, ont emballé les ustensiles de cuisine par thème. Le plus ancien est une bassine à confiture en cuivre datant de la fin du XVIIIe siècle, les plus récents allant jusqu’en 1950. Seule la collection des passoires pourrait se retrouver dans un musée de Sète (Hérault), suite à un contact auprès du commissaire priseur.
RC, Loiret, 23/03, p.19

(Chinon) Le Carroi prêt à faire “ aussi bien que Spoerri ”

On n’oublie pas ce genre d’année. Quatre mois après la fermeture du Carroi et la fin d’une saison consacrée à Daniel Spoerri et au pop-up, Sophie Nicolin, directrice du musée, aborde 2016 avec hâte. Difficile de faire mieux qu’une programmation marquée par Spoerri ? «Nous allons tâcher de faire aussi bien», sourit Sophie Nicolin. Ce mercredi soir, Le Carroi sort de son repos hivernal, prolongé d’un mois après des travaux d’éclairage notamment, avec «Impressions chinonaises». Une exposition picturale qui propose de plonger dans les collections rassemblées depuis 1905 par la Société historique Chinon, Vienne et Loire et enrichie depuis par des prêts et des acquisitions. Près de 200 toiles sortent ainsi de l’anonymat ces vues de Chinon immortalisées par «ceux qui sont passés par ici et se sont dits, devant ce paysage, qu’ils allaient peindre quelque chose», présente Sophie Nicolin.
Nr, Indre et LoireW, 23/03, p.20

(Saint Denis en Val) Château de l’Isle : l’ambition à la hausse

Bertrand Gault a présidé en fin de semaine l’assemblée générale de l’Association de sauvegarde du château de l’Isle (ASCI), et ses 185 adhérents. Diverses activités ont jalonné 2015, dont des visites commentées du lieu. La Journée au château, le 13 septembre dernier, reste le plus gros événement. 500 personnes s’étaient déplacées, pour suivre les visites ou flâner au milieu des stands des différentes associations  culturelles. En 2016, en fonction des possibilités, l’association a de nombreux projets. Pour la partie festive, et en collaboration avec Histoire patrimoine et traditions locales, la Journée au château sera renouvelée le 12 juin avec différents thèmes (expo de voitures anciennes, produits  du terroir et artisanat…). À noter également la journée du 150e anniversaire de la crue de la Loire, le 26 septembre 1866, et du début de la destruction du château. Un anniversaire fêté le 25 septembre. Pour la partie technique, un portail en bois sera installé à l’entrée. Des  travaux de confortement sont prévus à l’avenir. L’étude préalable prévue en 2015/2016 sera poursuivie.
RC, Orleans, 24/03, p.16

(Morogues) Un chantier participatif

La maison dite Paulin est aux dires des anciens de la commune, la plus ancienne de Morogues. Cela fait plusieurs décennies qu’elle n’est plus habitée et que le temps la détériore. Alors qu’elle a été donnée symboliquement à la commune, il devenait urgent d’agir pour la sauvegarder et la restaurer. Pour la sauver, la commune a choisi de demander l’aide de toutes les bonnes volontés lors d’un chantier participatif selon la même méthode qui avait été utilisée avec succès pour rénover le lavoir de La Borne. Munis de gants et dans la bonne humeur les bénévoles ont entamé la démolition de la partie qui menaçait de s’écrouler ; bien plus récente, elle n’avait pas d’intérêt historique. Les tuiles ont été déposées, triées, certaines stockées d’autres serviront sur les chemins. Si la solution du chantier participatif a été retenue pour éviter des coûts financiers trop importants, elle a l’avantage de mobiliser la population et de l’intéresser à  l’histoire locale. Pour la couverture il sera sans doute fait appel à une entreprise pour des raisons de sécurité. Les habitants qui s’intéressent au passé de la commune vont entamer des recherches pour retracer l’historique de la maison (intégral)
Le Berry, 24/03

(Dreux) Bicentenaire de la chapelle royale Saint Louis

Depuis le 1er octobre, elle est fermée au grand public. Après avoir aménagé la boutique ainsi qu’un accès et des toilettes pour personnes à mobilité réduite, l’édifice peut enfin prévoir sa réouverture, samedi. Cependant, tous les travaux n’ont pas pu être effectués et sont reportés à l’automne prochain. Au programme de ces rénovations : une phase de travaux sur la toiture située derrière l’horloge, une rambarde en pierre qui va être remplacée… Le point fort de cette saison 2016 est donc le bicentenaire de la construction de l’édifice qui sera fêté, le vendredi 9  et le samedi 10 septembre. En attendant cet événement, des concerts et d’autres activités sont prévus tout au long de la saison.
L'Echo, 24/03, p.14

(Chinon) Plan de sauvegarde

Des dispositions mineures de PSMV (Plan de sauvegarde et de mise en valeur) du secteur sauvegardé ont été votées et feront l’objet d’une enquête publique avant application. (intégral)
Nr, Indre et LoireW, 24/03

(Dreux) Le beffroi, 500 ans d’amour avec Dreux


Phare dans la ville, il est le symbole de Dreux. Un repère pour tous les habitants, qui vivent et s’animent à son pied. Dressé au bout de la Grande Rue Maurice Viollette depuis cinq cents ans, il est le témoin de l’histoire locale, de la grande histoire, des modifications architecturales de la cité, mais aussi des évolutions sociétales. Cette grosse tour qui rythme la  vie des Drouais, c’est le beffroi ou “beffraiz”, qui signifie en vieux français l’ouvrage destiné à contenir et à permettre d’utiliser des cloches. Si, aujourd’hui, on se retrouve à son pied, pour des rendez vous amoureux, retrouver des amis ou participer à des manifestations, le beffroi a toujours été au fil des siècles un point de rassemblement. Si la cloche a été sonnée la dernière fois à la volée, lors de l’armistice de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1918, les Drouais peuvent l’entendre une fois par an, lors de la fête des Flambarts, en décembre. Cette année, la fête célèbrera aussi les 500 ans de la pose de la première pierre.
L'Echo, 25/03, p.2/3

(Eure et Loir) Un bon cru pour les deux tours

Les tours de la cathédrale de Chartres ont séduit les visiteurs, tout comme le château de Châteaudun, en 2015. Un monument dunois qui proposera plusieurs temps forts cette année. Ces deux monuments sont distants d’une cinquantaine de kilomètres. Mais 2015 a été un bon cru tant pour les tours de la cathédrale de Chartres que pour le château de Châteaudun, administrés par le Centre des monuments nationaux. L’an passé, 27.628 personnes ont découvert le château, et 28.620 visiteurs ont monté les 300 marches des tours de la cathédrale.
L'Echo, 25/03, p.5

(Beauce) Les moulins redéploient leurs ailes

Avec l’arrivée du printemps, les moulins de Beauce vont redéployer leurs ailes. Si quelques groupes ont pu visiter ces témoins du passé pendant l’hiver, les visites régulières s’étaient arrêtées à la fin octobre pour la plupart. Mais le vent de Beauce pourra bientôt faire tourner les moulins afin que les meuniers transmettent leur savoir faire ancien.
L'Echo, 25/03, p.15

(Gallardon) Encordés au sommet de l’église

La façade de l’église de Gallardon fait l’objet d’un nettoyage particulier. Mercredi, quatre jeunes cordistes de l’entreprise ETH bâtiment de Lunay se sont hissés, à l’aide de cordes, le long de la façade du bâtiment pour retirer la végétation qui s’incruste dans la pierre. Ces alpinistes urbains vont aussi nettoyer les déjections de pigeons. L’opération devait durer jusqu’à la fin de la semaine. (intégral)
L'Echo, 25/03

Château de Valençay : 3D et jardin éphémère

Samedi 26 mars, les portes du château de Valençay vont de nouveau ouvrir au public, après de nombreux travaux durant l’hiver. Deux nouveaux projets verront le jour d’ici le début du mois de mai : une salle audiovisuelle, proche de la billetterie,où les visiteurs pourront découvrir un film évoquant l’ambiance historique du château ; dans l’office des cuisines,un film d’animation en 3D représente l’univers onirique d’Antonin Carême et de ses pièces montées.Si l’intérieur du château a subi de nombreux changements,ces deux dernières années, c’est dans le parc que l’on pourra apprécier le projet d’envergure de la saison : un nouveau jardin éphémère va émerger au niveau du parterre de la grande perspective ouest.
Nr, Indre, 25/03, p.9

(Cormery) Amis d’Alcuin : continuer les restaurations


Samedi 19 mars, à l’assemblée générale des Amis d’Alcuin et de l’abbaye de Cormery, l’équipe en place a enregistré un renfort d’importance. Jacques Seigne, ancien directeur de recherche au CNRS, intéressé par l’histoire de l’abbaye et les efforts de réhabilitation effectués depuis quelques années, a été élu au sein du conseil d’administration où ses avis seront les bienvenus. La réunion a été l’occasion, pour le président, de faire un rappel des principaux travaux effectués depuis six ans : «Réhabilitation de la porterie, de la chapelle, du jardin du cloître et divers aménagements dans les salles de l’ancien réfectoire, ainsi qu’au Logis-Boyer. «Ces restaurations, conseillées et validées par les architectes du patrimoine de France, ont valu à l’association des récompenses honorifiques et financières ainsi que des encouragements à poursuivre l’œuvre.»
Nr, Indre et LoireT, 25/03, p.38

(Beaulieu-lès-loches) Clocher : enfin les travaux !

Le conseil municipal de mars revêt une importance particulière avec un ordre du jour dédié au budget. Pourtant, ce ne sont pas les finances qui ont tenu la vedette ce lundi 21 mars à Beaulieu, mais une annonce magistrale : les travaux de rénovation du clocher de l’église abbatiale vont enfin être financés ! Dans un premier temps, la flèche du clocher et sa base, ainsi que quelques autres travaux prioritaires, seront  effectués. Grâce aux subventions de l’État, seul 10% du montant global resteront à charge de la commune. Le conseil départemental versera 461.000 € en 2016, puis 153.400 € pendant 3 ans. Le chantier durera 15 mois et pourrait débuter en octobre 2016. (intégral)
Nr, Indre et LoireE, 25/03

(Crissay-sur-Manse) Une souscription pour sauver l’église

Crissay-sur-Manse reçoit parfois jusqu’à 450 visiteurs par jour, qui viennent de toute la France et d’Europe pour découvrir le charme des ruelles, des demeures de tuffeau, les ruines du château et l’église Saint-Maurice qui, malheureusement, se dégrade de jour en jour. Pas question donc pour le maire Michel Mirault et l’équipe municipale de laisser cet édifice dans cet état. «Crissay, un des plus beaux villages de France, a un potentiel touristique qui mérite bien d’être exploité d’où l’intérêt de se pencher sur l’avenir de l’église». Samedi dernier, l’élu accueillait M. Guionnet, de l’Association du patrimoine, des habitants, des visiteurs et des élus du secteur, afin de faire le bilan des travaux à effectuer à l’église. Le projet consiste à restaurer les toitures et les parties hautes de la nef, du chœur et à réaliser les travaux d’urgence. Le coût total étant d’environ de 400.000 €, il n’est pas bien sûr dans les moyens de la commune d’y faire face. Des demandes de subventions ont été faites.
Nr, Indre et LoireW, 25/03, p.23

(Bourges) Festivités à foison en mémoire du duc Jean

Michel Autissier, pour le département, et Pascal Blanc, pour la ville de Bourges, ont officiellement présenté le programme de l’année Jean de Berry. Tout ceci, bien sûr, dans la salle qui porte son nom, à Bourges. Développer l’attractivité du territoire à travers la mise en valeur de son patrimoine historique : tel est l’objectif du conseil départemental et de la ville de Bourges, qui se sont associés pour commémorer les six cents ans de la mort du duc Jean de Berry. Avec un investissement total de 200.000 euros, les deux institutions espèrent des retombées économiques intéressantes. Petit rappel, non exhaustif, des festivités qui se tiendront à Bourges.
Le Berry, 26/03, p.6

(Chartres) Un patrimoine caché sous nos pieds

L’endroit est vaste, chargé d’histoire et situé au cœur de la ville, mais aucun Chartrain ne l’a visité depuis près de soixante dix ans. Certains ne connaissent même pas son existence. Le sous sol de Chartres abrite, depuis de longues années, une marnière, c’est à dire une vaste cavité souterraine creusée par l’homme. Jean-Luc Woisard, directeur du patrimoine de la Ville de Chartres, présente cette carrière insolite : «Cette marnière sur deux niveaux se trouve dans le quartier Saint Pierre, sous le cloître des Cordeliers. Plusieurs galeries sont situées au niveau le plus profond. Ce lieu, propriété de la commune, est aujourd’hui fermé au public.» L’entrée de cette marnière est tenue secrète. Une fois passé la porte, une lampe torche est indispensable pour évoluer dans la carrière sans danger. Si le premier niveau comprend un grand espace comparable à une champignonnière, tout l’intérêt se cache au sous sol. Un grand escalier en pierre permet d’y accéder. Se présente, alors, un univers inattendu, avec une succession de galeries plus ou moins accessibles, composées de roches claires et d’une hauteur de deux mètres maximum.
+ Patrick Géroudet : « Cette marnière reste peu connue des Chartrains »
L'Echo, 26/03, p.6

(Dreux) Nouveaux travaux à la chapelle royale

Plus de 4 millions d’euros vont être engagés sur 10 ans pour remettre en état couvertures, parties hautes et garde corps de la chapelle royale. Pour boucler son budget, la Fondation Saint Louis, propriétaire du monument, bénéficie de plusieurs partenaires, l’État (affaires culturelles), la Région, le Département et la Ville de Dreux, réunis au sein d’une convention de financement. Pour la deuxième tranche de travaux, la Ville apportera 15% du montant de l’opération (293.433 €). Favorable à cette aide financière, l’élu socialiste d’opposition, Valentino Gambuto, aimerait «une contrepartie pour les habitants. On pourrait y organiser des visites gratuites dans le cadre d’une opération portes ouvertes». Gérard Hamel et son adjoint à la culture, Christophe Le Dorven, n’y sont pas opposés.
L'Echo,26/03, p.14

(Chateauroux) Chapelle Saint-Denis

Conseil municipal - Un voeu d’Arnaud Clément sur la destruction de la chapelle a provoqué la colère de Georges Rambert : «Pour le moment la chapelle ne bouge pas, c’est le bâtiment adjacent qui est concerné. Décision de l’architecte des Bâtiments de France. C’est très simple.» (intégral)
NR, Indre, 26/03

Les mystères d’Eure et Loir

Le dernier ouvrage d’Alain Loison, Les nouveaux mystères d’EureetLoir, vient de paraître aux éditions De Borée. Histoires insolites, étranges, criminelles et extraordinaires… L’auteur eurélien propose une série de récits aux lecteurs de L’Écho Républicain. Arrivé chez les libraires depuis trois jours, le nouvel ouvrage d’Alain Loison, Les Nouveaux mystères d’Eure-et-Loir constitue le tome II de ses récits insolites. Comme dans Les Mystères d’Eure-et-Loir, le livre se décline en cinq grandes parties et en autant de chapitres qu’il n’y a d’histoires, c’est-à-dire 38 récits extraordinaires, insolites ou qui ne manquent pas de piquant. Parmi ces grandes thématiques, on retrouve, comme dans le précédent tome, les curiosités historiques ; les mystères, croyances et légendes ; les faits divers insolites ; les crimes et châtiments et, enfin, les étonnants destins, ceux liés à des personnalités euréliennes. Avec 76 histoires compilées en deux tomes, la série n’est peut-être pas finie…
L'Echo, 27/03, p.18

Fantômes et apparitions exposés au château du Rivau

On ne sait pourquoi, mais les fantômes aiment à fréquenter les châteaux, écrivait Chateaubriand. La citation, en forme de clin d’oeil, a inspiré Patricia Laigneau. La châtelaine du Rivau y a trouvé matière à mettre sur pied une exposition surprenante et captivante, mise en scène de manière originale sur le thème «Fantômes et apparitions». Pas question, pourtant, de réunir toutes les œuvres dans une ou deux pièces, à la manière d’un musée à l’ancienne. Non, et puisque le fantôme est lui même censé investir tous les lieux, lesdites œuvres s’immiscent dans chacune des pièces du château, s’ajoutant aux objets et meubles qui s’y trouvent. La dame de ces lieux n’a pas ménagé sa peine pour dénicher des œuvres aussi originales qu’éclectiques, allant du tableau classique aux sculptures mêlant des matières brutes, en passant par des photos, des céramiques et autres techniques innovantes, dont une très belle vidéo créée par Eva Magyarosi, une artiste hongroise qui a voulu recréer l’imaginaire du château.
+ ••• Jardins fleuris et animations en famille
NR, Indre et Loire, 27/03, p.9

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 11:16

Palmyre

Source : lemonde.fr

« 80 % de l’architecture » du site de Palmyre n’auraient pas été touchés par l’Etat islamique


Après la reconquête, dimanche 27 mars, de Palmyre par les troupes gouvernementales syriennes, appuyées par l’aviation russe, l’heure est à l’évaluation des dégâts causés par dix mois d’occupation de la cité antique par l’organisation djihadiste Etat islamique (EI). Selon Maamoun Abdulkarim, le directeur des antiquités et musées de Syrie (DGAM), joint par téléphone à Damas, « 80 % de l’architecture du site archéologique n’ont pas été touchés : la colonnade, l’agora, le théâtre, les ruines des bains [de l’empereur Dioclétien], les temples de Nébo et d’Allat », comme le montre une vue aérienne prise par un drone russe.
Lire la suite http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/03/29/80-de-l-architecture-du-site-de-palmyre-n-aurait-pas-ete-touchee-par-l-etat-islamique_4891416_3218.html#KlqshPuCdlEkxRPA.99

Source : lefigaro.fr

«Cinq ans seront nécessaires pour reconstruire Palmyre»

Le chef des Antiquités et des Musées de Syrie, Maamoun Abdelkarim, a affirmé qu'il attendait l'accord de l'Unesco pour débuter la réhabilitation des monuments détruits ou endommagés dans la cité antique syrienne, occupée par les combattants de Daech pendant près de dix mois.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/03/28/03004-20160328ARTFIG00105-cinq-ans-seront-necessaires-pour-reconstruire-palmyre.php

Tombouctou : la destruction des mausolées est un «crime de guerre»

La Cour pénale internationale inculpe le djihadiste malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi, accusé d'avoir pris part de la démolition de plusieurs édifices religieux de saints musulmans au Mali.

L'accusation est tombée. Les juges de la Cour pénale internationale ont confirmé jeudi l'inculpation de crime de guerre portée contre un djihadiste malien présumé lié à Al-Qaida. Il est responsable de la destruction de plusieurs mausolées à Tombouctou en 2012.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/03/25/03004-20160325ARTFIG00133-tombouctou-la-destruction-des-mausolees-est-un-crime-de-guerre.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 29 Mar - 11:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 11:25

Source : lemonde.fr

Le paradis perdu des « cols rouges » de Drouot


Bien sûr, il y a les longues journées d’audience à subir, avec cette fichue étiquette que l’accusation leur a collée dans le dos : association de malfaiteurs, vols, recel de vols. La crainte du jugement et de la condamnation au bout. Les « éléments de langage » révisés avec leur avocat et récités avec plus ou moins de conviction à la barre. Les silences complices et les petites lâchetés.
Lire la suite: http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/03/26/le-paradis-perdu-des-cols-rouges-de-drouot_4890461_1653578.html#p1605JMfDu1zllul.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 11:28

Source : lemonde.fr

A Big Apple, le Metropolitan Museum prend du volume

Faut reconnaître, c’est du brutal. Et même du « brutalisme », ainsi qu’on nomme le style architectural pratiqué par Marcel Breuer (1902-1981) il y a un demi-siècle, lorsqu’il livra en 1966 aux New-Yorkais le siège du Whitney ­Museum, dans les beaux quartiers de l’Upper East Side, sur ­Madison Avenue : une sorte de ziggourat (édifice religieux mésopotamien à degrés) inversée, plaquée de granite noir.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/03/24/a-big-apple-le-met-prend-du-volume_4889048_1655012.html#wemQXW1ZBoD5a2Cx.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 11:32

Source : lemonde.fr

Des armes antiques en bronze découvertes à Oman

Un ensemble exceptionnel d’armes en bronze de l’âge du fer de la péninsule arabique (900-600 av. J.-C. localement) a été, pour la première fois, mis au jour fin janvier dans la région d’Adam, au centre du sultanat d’Oman. Une découverte inédite de la Mission archéologique française dirigée par Guillaume Gernez, maître de conférence à Paris 1 Panthéon Sorbonne/Arscan/CNRS. « C’est l’aboutissement d’une première campagne de deux mois de fouilles dans une région prospectée depuis 2007, zone isolée au pied d’un massif montagneux, charnière entre oasis et désert », témoigne le spécialiste d’archéologie orientale, auteur d’une thèse sur les armes en métal.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/03/22/des-armes-antiques-en-bronze-decouvertes-a-oman_4888078_1655012.html#EjLSVsQXk5vXQpcJ.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 11:34

Source : lemonde.fr

L’argent du pétrole fait tache dans les musées


Quand le « greenwashing » (blanchiment écologique ou écoblanchiment) passe par le prestige culturel et artistique… Alors que la prise de conscience des enjeux climatiques s’amplifie, les partenariats entre les entreprises pétrolières et les grands musées internationaux s’avèrent difficiles à légitimer et sont régulièrement pointés du doigt. C’est dans ce contexte que la compagnie pétrolière britannique BP a annoncé, vendredi 11 mars, qu’elle mettrait un terme en 2017 au soutien financier qu’elle apportait à la Tate depuis vingt-six ans.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/03/22/l-argent-du-petrole-fait-tache-dans-les-musees_4888049_1655012.html#60Dcu8C8B1g9TdMf.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 11:43

Source : lefigaro.fr

Pont-Aven: le nouveau musée vise «100.000 visiteurs par an»


Après trois ans de travaux, le musée dédié à Gauguin et à ses disciples, rouvre enfin ses portes samedi 26 mars. Pour Le Figaro, sa conservatrice, Estelle Guille des Buttes-Fresneau dévoile les nouvelles ambitions de l'établissement finistérien.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/03/26/03015-20160326ARTFIG00022-pont-aven-le-nouveau-musee-vise-100000-visiteurs-par-an.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 15:00

Source : latribunedelart.com

Le projet destructeur d’agrandissement du Musée Lorrain à Nancy

Après une période terrible de vandalisme dans les années 70, Nancy, l’une des plus belles villes de France, a respecté et mis en valeur ses monuments historiques. Le maire actuel, Laurent Hénart, fut l’adjoint à la culture de son prédécesseur, André Rossinot, et il est notoirement connu pour être un ami du patrimoine. Son projet de rénovation du Musée Lorrain est donc incompréhensible et on ne peut pas croire qu’il voudra aller jusqu’au bout.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-projet-destructeur-d-agrandissement-du-musee-lorrain-a-nancy

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 15:02

Source : latribunedelart.com

Quelques précisions sur la vieille aile de Versailles

Avec des « passionnés » pareils, le château de Versailles n’a pas besoin d’ennemis… Il existe en effet un site internet où ne peuvent accéder que les membres cooptés, appelé « Connaissance de Versailles ». Ce club très fermé comprend certains membres qui applaudissent des deux mains les travaux menés sur le château et les jardins depuis plusieurs années. C’est parfaitement leur droit. En revanche, la manière dont ils rendent compte des articles de La Tribune de l’Art, quand ils ne frisent pas la diffamation (nous avons dû une fois prévenir que nous ne laisserions pas écrire n’importe quoi) remettent souvent en doute nos informations, parfois notre sérieux, ce qui est un peu agaçant.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/quelques-precisions-sur-la-vieille-aile-de-versailles

À Versailles, requiem pour le pavillon Dufour et la vieille aile

Le nombre de scandales touchant le patrimoine en France est si grand que nous ne pouvons tous les traiter. Il y a des affaires dont nous ne parlons pas, soit parce que nous n’étions pas au courant, soit parce que nous y avons renoncé, faute de temps et parce que La Tribune de l’Art est aussi un journal consacré à l’histoire de l’art, aux expositions, aux acquisitions des musées, aux découvertes, et ne peut uniquement parler du vandalisme… Lorsque nous en parlons, il est parfois trop tard.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/a-versailles-requiem-pour-le-pavillon-dufour-et-la-vieille-aile

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 29 Mar - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 15:04

Source : latribunedelart.com

Observations de la SPPEF sur les amendements du Gouvernement

Alors que la loi patrimoine est de retour devant le parlement et qu’elle est à nouveau examinée par la commission culturelle de l’Assemblée Nationale, le gouvernement présente des amendements qui défont en partie les apports du Sénat, comme si le ministère de la Culture cherchait à fragiliser encore davantage le patrimoine. Nous publions ici la lettre envoyée aux membres de la commission par le président et le vice-président de la SPPEF1 (Alexandre Gady et Julien Lacaze), à laquelle nous nous associons.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/observations-de-la-sppef-sur-les-amendements-du-gouvernement

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 15:17

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com

Deux œuvres préemptées par Fontainebleau
http://www.latribunedelart.com/deux-oeuvres-preemptees-par-fontainebleau

Une peinture mexicaine pour Richmond
http://www.latribunedelart.com/une-peinture-mexicaine-pour-richmond

Le Mauritshuis achète une nature morte de Roelandt Savery

http://www.latribunedelart.com/le-mauritshuis-achete-une-nature-morte-de-roelandt-savery

Des tableaux d’Alfred Stevens et d’Edouard Agneessens pour Bruxelles
http://www.latribunedelart.com/des-tableaux-d-alfred-stevens-et-d-edouard-agneessens-pour-bruxelles

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 29 Mar - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mar 29 Mar - 15:23

Source : latribunedelart.com

Réouverture du musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq : regard sur les collections


Beaucoup de musées au-delà du périphérique parisien sont boudés par certains visiteurs qui les situent dans des contrées lointaines et inaccessibles ; il suffit pourtant de prendre le train régional voire le RER. C’est le cas du Musée de Meudon qui présente en avril une exposition de paysages « La belle boucle de la Seine. 1800-1930 », il en va de même pour le Musée Tavet-Delacour à Pontoise installé dans un hôtel particulier de la fin du XVe, c’est enfin le cas du Musée d’Art et d’Histoire de L’Isle-Adam, dirigé par Caroline Oliveira, qui a rouvert ses portes en janvier après quelques mois de travaux.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/reouverture-du-musee-d-art-et-d-histoire-louis-senlecq-regard-sur-les-collections

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   Mer 30 Mar - 10:01

Source : magcentre

Tourisme: Orléans aura sa vitrine place du Martroi

Enfin! Orléans se lance dans une vraie politique touristique. Et ce « changement maintenant », passe depuis mardi par la création d’une SPL (Société publique locale) baptisée « Orléans Val de Loire tourisme » qui a été portée sur les fonts baptismaux à l’Hôtel Groslot mardi. Avec une vraie professionnelle à sa tête, Geneviève Fontaine, présentée par le maire Olivier Carré aux acteurs locaux et régionaux du tourisme. Autre nouveauté et de taille: une nouvelle vitrine est en projet pour l’Office de tourisme d’Orléans, qui déménagerait place du Martroi, en lieu et place de la chambre de commerce, une situation idéale.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/94257-tourisme-orleans-aura-sa-vitrine-place-du-martroi/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (21 - 28 mars 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (21 - 28 mars 2016)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: