Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 4 - 17 avril 2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 17 avril 2016)   Mer 6 Avr - 17:23

Musées en région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Montargis) Le chantier du musée Girodet sur la fin


Voilà une spectaculaire façon d’accueillir le visiteur: avec ses mensurations généreuses, la galerie vitrée, porte d’entrée sur le musée Girodet, en impose, de l’extérieur comme de l’intérieur. C’est ce que pourront bientôt constater les Montargois. Le chantier de l’emblématique bâtisse s’approche doucement mais sûrement de son terme. La parenthèse entre le lieu et son public aura duré cinq ans. Préférant la renaissance au simple lifting, l’agglomération montargoise a décidé en 2012 de faire plus que simplement retaper : construction d’une extension épousant la façade sud (dans un style moderne qu’on pourra, certes, trouver discutable), accessibilité optimisée, surface (d’exposition, de bureau, de réserves) doublée, installation d’un monte charge pour les œuvres et décoration actuelle respectant l’âge vénérabledu lieu. Et cette galerie d’entrée baignée de lumière, qui devrait faire l’unanimité d’un point de vue esthétique comme de la fonctionnalité : espace d’accueil, elle pourra être dévolue à l’événementiel autour du musée, pour les mécènes.
RC, Loiret, 04/04, p.15

(Ferrière en Gatinais) Des « assiettes anglaises » à découvrir

«Assiettes anglaises», c’est le titre de l’exposition qui était inaugurée vendredi à la Maison des métiers d’art. Titre évocateur mais à double sens : le visiteur pense à de la porcelaine traditionnelle d’outre Manche, mais il n’en est rien. Ce sont des réalisations en céramique très contemporaines et très étonnantes qui sont données à voir, un choix très varié, un peu comme ces assiettes garnies proposées lors des buffets froids et qui sont aussi appelées «assiettes anglaises». L’exposition, réalisée avec l’Association des potiers créateurs en Puisaye, basée à Treigny, dans l’Yonne, a déjà beaucoup voyagé. Elle présente de multiples interprétations de l’assiette, utilitaire, décorative, recyclée, et se veut une réflexion sur la poterie utilitaire dans un monde régi par la consommation de masse. C’est Emeline Framboisier, arrivée à la Maison de métiers d’art depuis le 1er octobre 2015, qui a guidé Jean-Pierre Door et les élus ferrièrois au milieu des différentes œuvres. La nouvelle responsable des projets culturels a une solide formation artistique, en musicologie, tout d’abord, mais aussi en gestion des entreprises culturelles. Elle a une expérience professionnelle importante dans le domaine artistique qu’elle a surtout exercée en Seine et Marne (Nemours, Lorrez le Bocage).
RC, Loiret, 04/04, p.17

(Chartres) Le Musée de l’École célèbre son 40e anniversaire avec une exposition en forme de rétrospective

Après les événements de mai 1968, en pleine période de rénovation pédagogique, André Thoby, ancien directeur d’école, et Roger Joly, enseignant et historien, ont l’idée de créer le Musée de l’École du département d’Eure et Loir. «Ils craignaient de voir disparaître définitivement les traces d’une école que l’on disait traditionnelle, à laquelle ils avaient donné toute leur vie», explique Marie-Françoise Soulier, présidente de l’association des amis du Musée de Chartres et d’Eure et Loir. Ouvert au public en 1976, le musée s’installe dans l’ancienne École normale, rue du 14Juillet, à Chartres, où il est hébergé par le Département.
L'Echo, 04/04, p.7

L’art moderne s’expose dans le Chinonais

Il n’y a pas que le vin et la gastronomie dans le Chinonais. Il y a aussi l’histoire d’une figure majeure du mouvement Dada, Max Ernst. Il a vécu la plus longue partie de sa vie en Touraine. Pour le centenaire de la naissance du premier manifeste Dada et les quarante ans de la mort de l’artiste, l’écomusée de Savigny-en-Véron et la Maison Max Ernst à Huismes ouvrent leurs portes pour l’exposition «Max Ernst en Touraine». «Il détourne les éléments de la culture populaire pour leur donner une autre vision à travers l’oeil du visiteur. Le musée met aussi  l’accent sur le travail de l’artiste sur la pierre de tufeau», résume Angèle de Latour, au service des publics de l’écomusée. Une quarantaine d’œuvres exposées dont les bronzes de la fontaine d’Amboise, du Centre Pompidou et des fonds privés locaux. Dominique Marchès, le nouveau propriétaire de la maison du peintre-sculpteur, se définit comme un passeur entre l’héritage de l’artiste et l’intérêt porté par le grand public. «Il faut lui redonner sa place en France. C’est une figure universelle et universaliste. Les Tourangeaux qui l’ont côtoyé parlent d’un homme attentif à tout le monde et inséré dans la vie locale.»
Nr, Indre et Loire, 05/04, p.8

(Henrichemont) Trente ans de patrimoine exposés au musée de la Poterie

Le musée de la Poterie est ouvert pour la saison 2016 avec une rétrospective des trente ans d’existence de l’établissement et la présentation de pièces qui, toutes, appartiennent à l’association qui œuvre pour la sauvegarde du patrimoine potier. Cette année, le musée n’a pas acquis de nouvelles œuvres.  L’accent a été mis sur la réalisation d’une plaquette qui présente la collection de poteries traditionnelles et imagées, dont l’écriture du texte a été assurée par Marc Ducret. L’ouvrage comporte, outre de nombreuses photos, une synthèse cartographique ainsi qu’une approche généalogique. Un livre de soixante douze pages est donc mis en vente à la billetterie du musée, au prix de 15 euros.
Le Berry, 06/04, p.20

(Villaines les Rochers) Ouverture de l’espace culturel osier-vannerie

L’espace culturel osier-vannerie a ouvert ses portes. L’objectif est de créer un espacede valorisation du savoir faire et du patrimoine emblématique du village, l’osier et la vannerie, mais aussi  d’accompagner des expositions temporaires et thématiques, des atelierspédagogiques, des stages d’initiation ou encore des résidences d’artistes. La visite du musée a lieu jusqu’au 2 novembre, du mercredi au dimanche, de 14h à 18h et à la demande. Il présente près de 200 objets, des vidéos, des bornes interactives et propose des visites guidées et des parcours enfants. Les activités démarrent en avril. La première résidence d’artiste, «De frasques en fresques» aura lieu en mai et juin. Une fresque sera réalisée avec la contribution des Villainois par des artistes québecoissur le thème de l’osier et des troglos, en partenariat avec la coopérative de vannerie.
Nr, Indre et LoireW, 06/04, p.15

(Orleans) «Dans l’intimité d’une oeuvre», le retour

Fort du succès des 3 premiers rendez vous nocturnes intitulés «Dans l’intimité d’une œuvre», le musée des Beaux Arts réitère avec 4 sessions les 8 et 29 avril, le 27 mai et le 17 juin, à 18h30. Le 8 avril : Autoportrait  aux bésicles de Jean-Siméon Chardin, par Cécile Bignon, restauratrice arts graphiques des musées d’Orléans. Le 29 avril : La Vague de Gustave Courbet, par  Isabelle Roulleau, chargée des ateliers pédagogiques. Le 27 mai : Femme à genoux d’Aimée Bruine-Pagès par Olivia Voisin, directrice des musées d’Orléans. Le 17 juin : Portrait de Louis XIV de Bernard Perrot, par Catherine Letellier-Gorget, responsable du musée Historique et archéologique de l’Orléanais (intégral)
RC, Orleans, 08/04

(Vallée de la Creuse) Les quatre ambassadeurs d’une vallée préservée

La présentation, jeudi, à Gargilesse, de l’exposition-parcours Itinérances artistiques, programmée au cours des mois à venir dans quatre musées de l’Indre et du  Limousin, a permis de remonter le temps. Ce retour à l’époque des impressionnistes et postimpressionnistes qui ont sublimé la vallée de la Creuse, à la jonction des XIXe et XXe siècles, a fait revivre l’activité foisonnante de ces peintres venus d’horizons divers. «Les quatre peintres qui ont été choisis ne sont pas  les plus importants. En revanche, leur parcours est tout à fait révélateur de ce qui se passait à l’époque : ils voyageaient d’une région à l’autre et leur vie artistique était très étendue», a souligné Jean-Paul Thibaudeau qui pilote le dossier au niveau de la Communauté de communes du pays  d’Éguzon-Val de Creuse. L’événement, soutenu par deux Régions, deux Départements, l’État, l’Europe et de nombreuses collectivités cheminera de La Châtre à Limoges, en passant par Éguzon et Guéret. Chaque site donnera un coup de projecteur sur un artiste. Cinq mois durant, Österlind, Bichet, Alluaud et Smith auront la mission «d’attirer une clientèle qui ne vient pas toujours chez nous, ou en petit nombre».
+ L’exposition-parcours Itinérances artistiques se déroulera de mai à septembre
Nr, Indre, 09/04, p.3

(Vendome) Une expo qui invite à ouvrir l’œil

Savez-vous regarder ce qui vous entoure ? C’est en fait l’interrogation posée par l’exposition présentée actuellement au musée qui invite à mieux connaître le patrimoine. Pas les monuments référencés comme éléments du petit ou du grand patrimoine mais tout simplement ces ardoises, tuiles, briques, pierres… qui constituent les maisons de Madame et Monsieur Toutlemonde. Au musée, c’est une mise en bouche à la découverte des matériaux et décors qui a été concoctée par le conservateur Laurence Guilbaud et l’animatrice de l’architecture et du patrimoine Valérie Coiffard. Sans oublier la possibilité de suivre l’évolution de la ville, quartier par quartier, grâce aux images d’archives présentées au CIAP, centre interprétation de l’architecture et du patrimoine.
+ ••• Mise en valeur de l’habitat
NR, Loir et CherN, 12/04, p.19

(Le Chatelet) Patrick Crulis, entre exposition et stages


Entamant sa saison d’animations, le musée de la poterie des Archers va présenter sur l’espace d’exposition extérieur, de demain, samedi 16 avril jusqu’au 29 mai, des œuvres d’un céramiste, Patrick Crulis, installé au village potier depuis août 2003. Organisateur de stages raku, exposant dans de nombreuses biennales nationales et internationales, Patrick Crulis a été honoré récemment par le prix du jury céramique 14 (Paris) et en Corée du Sud dans une biennale de céramique.
Le Berry, 15/04, p.25

(Loches) Place nette pour Courbet

C’est le début d’un cycle d’événements phare. L’exposition «Courbet s’invite chez Lansyer», à partir du 4 juin, inaugure une série de manifestations culturelles qui reviendront tous les ans et pour lesquelles la municipalité entend frapper fort. Ainsi, en 2017 ce sera «l’année russe», autour de l’artiste Mihaïl Chemiakin : peintures, sculptures, chants slaves et théâtre russe seront au programme, annonce la mairie. Puis 2018 sera dédiée à l’Italie, avec la figure emblématique de la Renaissance italienne Ludovic Sforza, célèbre prisonnier du donjon de Loches. Mais dans l’immédiat, le musée Lansyer s’apprête à accueillir 40 œuvres et objets du grand maître du réalisme en peinture, Gustave Courbet, prêtés par l’institut qui porte son nom. L’exposition, qui durera jusqu’au 2 novembre, évoquera les relations entre Courbet et celui qui fut son élève, le Lochois Emmanuel Lansyer. Tableaux incluant des grands formats des deux artistes, textes de Courbet, dessins de Lansyer, photographies originales… En tout, plus d’une centaine d’œuvres et d’objets seront donnés à voir au public.
NR, Indre et LoireT, 15/04, p.18

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mer 20 Avr - 11:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 6 Avr - 17:24

Archéologie en région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Chartres) « Comme une échographie du sol »

Et si on savait ce qu’il y a sous le sol sans avoir besoin de creuser ? C’est le test qu’effectue, depuis le début de la semaine, une équipe de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP). Les cinq étudiants stagiaires, menés par le virevoltant Giovanni Occhipinti, expérimentent, jusqu’à demain, différentes techniques pour débusquer ce qui se cache sous les Jardins de l’évêché. Ondes sismiques, électrodes et système de radar se complètent pour donner des réponses d’une grande précision. Le chercheur parisien s’enthousiasme : «C’est comme si on faisait une échographie du sol.» Pour Laurent Coulon, directeur de l’Archéologie de la Ville de Chartres, cette opération «fait gagner du temps et de l’information. Cela permet de détecter, ou non, des vestiges.» Hier après midi, les scientifiques ont pu mettre en évidence la présence de trois blocs, de taille similaire, sous un petit carré de pelouse qui jouxte la cathédrale : «On suppose que ce sont des tombes de membres du clergé.» Giovanni Occhipinti, images à l’appui, complète : «Ce sont, en tout cas, des surfaces plates et résistantes qui se trouvent entre 70 cm et 2 m sous terre.»
L'Echo, 07/04, p.8

(Ligueil) Protection du site archéologique

Aux «Sables de Mareuil», d’importantes fouilles archéologiques ont eu lieu de 1983 à 1993. Tout le terrain n’a pas été fouillé, afin de constituer une réserve archéologique, pour des recherches futures. Les travaux avaient été motivés par l’intérêt particulier du site et par le danger représenté par les travaux agricoles pour la conservation des vestiges. La parcelle concernée est depuis lors en jachère, selon les normes européennes, à la demande de l’exploitant. «Les sables de Mareuil ont été occupés successivement depuis les premiers temps de la Préhistoire, puis entre 6000 et 2000 avant notre ère, à l’âge de bronze vers 1000 avant Jésus-Christ et enfin durant l’époque gallo-romaine», précise Alain Villes, conservateur du patrimoine. C’est pour les protéger des pillages et des ramassages clandestins que la mairie de Ligueil a fait récemment placer des pancartes rappelant la réglementation en vigueur. Le site en place est assimilé à une collection publique et est protégé des actes de malveillance. Ainsi donc, le site est l’objet de surveillances régulières par les services de police municipale.
Nr, Indre et LoireW, 07/04, p.19

(Chartres) Des tombes et des égouts découverts près de la cathédrale

Les instruments de mesure de l’Institut de physique du Globe de Paris (IPGP) ont parlé. L’équipe de scientifiques et stagiaires du prestigieux établissement est repartie, hier, après avoir passé la semaine à explorer les sous sols des Jardins de l’évêché, à côté de la cathédrale. Le tout sans avoir besoin de creuser. Les résultats viennent  de tomber, même s’ils demandent encore à être affinés. Giovanni Occhipinti, responsable de l’opération, annonce : «Nos radars, à l’heure actuelle, mettent en évidence  environ cinq à six objets, de dimensions comparables à des cercueils, enterrés à environ 5080 cm de profondeur entre la cathédrale et la croix en  fer, au milieu du jardin derrière la cathédrale.» Autre découverte : un système de canalisations, ou d’égouts, datant de la période gallo romaine. Toutes les données récoltées n’ont pas été analysées. Il faudra encore plusieurs mois pour avoir un rapport complet. (intégral)
L'Echo, 09/04

(Château Renard) Mort à six mois, en l’an 500, à Chartres

Lorsque les archéologues de la Ville ont lentement soulevé le couvercle de pierre du petit sarcophage, mardi, ils savaient déjà que ce qu’ils allaient trouver à l’intérieur n’avait pas été vu ni exhumé depuis environ 1.500 ans. C’est à dire l’an 500, l’époque mérovingienne, cinq siècles avant l’édification de la cathédrale. Lorsque la sépulture s’est révélée à leurs yeux, sur le site de fouilles du sanctuaire de Saint Martin au Val, l’émotion a été totale. Prisonnier de sa dernière demeure depuis des siècles, un nourrisson de 4 à 6 mois, dans un parfait état de conservation. Le squelette est complet. Même le profane peut reconnaître les os longs des jambes, ceux du bassin, la colonne vertébrale et les côtes de ce petit être, fauché avant sa première année pour des raisons encore inconnues. S’agit il d’un garçon ou d’une fille ? De quoi est il mort ? Quelles ont été sa vie et sa condition sociale ? Difficile, pour l’instant, d’émettre la moindre hypothèse. Émilie Portat, archéo-anthropologue à la Ville, étudiera la fragile enveloppe de ce lointain ancêtre, cet hiver, afin de déterminer quel mal a pu l’emporter si jeune.
L'Echot, 15/04, p.6

(Toury) Zone de la Haute-Borne, ça avance bien


Les travaux de viabilisation de la zone intercommunale de la Haute Borne devraient, en principe, débuter d’ici l’été. Mais, avant d’entamer cet important chantier tourysien, il faut attendre. Attendre tout d’abord la fin de la dernière phase des fouilles archéologiques (obligatoires). Celles ci sont en cours et devraient s’achever très bientôt. Mais également la tenue de l’enquête publique (elle aussi obligatoire). Cette dernière est programmée du 20 avril au 19 mai.
L'Echo, 15/04, p.19

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mer 20 Avr - 11:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 6 Avr - 17:25

Patrimoine en région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

A Talcy, dans l’intimité d’une famille bourgeoise


Le site est en soi une surprise. S’arrête-t-on sur la place de l’église lorsque l’on pénètre dans ce village de Petite Beauce, ou est-on déjà arrivé au château ? Le doute est vite levé en poussant la porte de ce logis médiéval. Ouvert sur un jardin entièrement clos, qui surplombe la plaine agricole, il est devenu résidence secondaire d’une famille bourgeoise au XVIIIe siècle. Et, depuis, ses intérieurs n’ont pas changé d’un pouce. Les appartements boisés aménagés avec des meubles parisiens au XVIIIe siècle permettent aux visiteurs de pénétrer dans la vie quotidienne bourgeoise, si proche et si lointaine… «C’est un important travail de conservation qui a été entrepris à Talcy par l’État depuis qu’il a acquis le château en 1933. Le mobilier a été classé en premier et il faut imaginer que les garnitures des fauteuils sont celles conçues au XVIIe siècle !», s’enthousiasme le guide. La famille Stapfer semble avoir quitté les lieux hier seulement. En laissant derrière elle une ambiance artistique majeure : Albert fut le premier traducteur du poète allemand Goethe. Mais aussi les notes de parfum de ses deux filles, Valentine et Mathilde, qui se chamaillaient dans la chambre des demoiselles.
+ ••• Innovations à Talcy et Fougères
NR, Loir et Cher, 03/04, p.3

(Combreux) Souscription pour la rénovation de l’église

Une convention de souscription pour la restauration de l’église Saint Pierre qui date de 1869, a été signée, samedi, entre la commune et la Fondation du patrimoine, représentées par Mark Warner, adjoint au maire, initiateur du projet, et Bernard Vella, délégué départemental. Cette signature marque le lancement d’une campagne de mécénat populaire destinée à récolter des dons auprès des particuliers et des professionnels pour la réfection du clocher et des enduits de l’édifice qui, à l’origine, fût construit grâce à des fonds privés. Des travaux s’élèvent à 251.800 €. «Un coût qu’une petite commune comme la nôtre ne peut supporter d’autant qu’il représente deux fois le budget communal», souligne Philibert de La Rochefoucauld, le maire.
RC, Orleans, 04/04, p.35

(Dreux) Une association résolument moderne

Samedi, l’association des Amis du Musée, des Archives et de la Bibliothèque de Dreux, présidée par Maryse de Kerimel, a tenu son assemblée générale, en présence d’Axelle Marin, directrice de la culture.
Que serait la vie dans la cité sans la mémoire deson histoire ? C’est ce à quoi œuvrent les 230 membres de l’association pour la mise en valeur du musée, la préservation et découverte du patrimoine culturel local en partenariat avec le musée et le service culturel de la ville. L’édition annuelle du Cahier, rédigé en majorité par les adhérents, est très attendue. L’association publiera bientôt un ouvrage sur le beffroi de Dreux pour la commémoration des 500 ans du début de sa construction.
L'Echo, 04/04, p.14

(Vicq-Exemplet) Une souscription pour les travaux à l’église


Le conseil municipal valide la décision de la commission concernant les travaux de sauvegarde de l’église Saint-Martin : maçonnerie et couverture de l’abside, du chœur et de la sacristie. Afin d’aider au financement des travaux, le conseil municipal, soutenu par l’association SVP-VE, lancera une campagne de mobilisation du mécénat populaire, en partenariat avec la Fondation du patrimoine. Les dons recueillis permettront d’obtenir une subvention régionale qui viendra compléter les autres financements sollicités (sénateur et conseil départemental). (intégral)
NR, Indre, 04/04

(Ciran) Restauration du retable de l’église : réunion publique

La commune a fait appel à la Fondation du patrimoine, qui a pour mission de sauvegarder et de mettre en valeur les très nombreux trésors  méconnus et menacés, édifiés au cours des siècles par les artisans des villages. La Fondation du patrimoine apporte son aide à ce projet par le lancement d’une campagne de mécénat populaire, avec souscription publique auprès des particuliers et des entreprises. La signature de la convention de souscription entre la commune et la Fondation du patrimoine aura lieu au cours d’une réunion publique qui se tiendra à la mairie vendredi 8 avril, à 17h30. Durant cette réunion, seront exposés le projet de restauration concernant l’église ainsi que le rôle de la fondation du patrimoine, et surtout le but et les modalités de la souscription publique. (intégral)
NR, Indre et LoireE, 04/04

Une mission de sauvegarde du patrimoine mobilier et naturel


Lavoirs, fermes, maisons de caractère, granges, ponts, fontaines, églises, pigeonniers, ou encore moulins : ce sont eux qui donnent du caractère au monde rural. Mais ils nécessitent un effort de conservation. Pour cela, particuliers, associations comme collectivités territoriales peuvent solliciter l’aide financière de la Fondation du patrimoine. Pour les biens privés, l’obtention d’un label permet d’avoir une aide fiscale de l’État ; pour les édifices publics, des souscriptions publiques sont lancées. En 20 ans, ce système de mécénat populaire a convaincu 7.800 donateurs. À l’occasion de son vingtième anniversaire, la Fondation du patrimoine a dressé un bilan d’étape de son action et présenté certaines de ses réalisations.
RC, Orleans, 05/04, p.5

(Vienne en Val) La grosse cloche a été réparée


La réparation de la grosse cloche de l’église a pu être effectuée grâce à la souscription qui a vu le jour en partenariat avec la Fondation du patrimoine et  lui a très bien fonctionné. Le résultat a même dépassé le montant des travaux et des discussions sont en cours quand à l’utilisation du reliquat qui  pourrait être utilisé pour restaurer la chapelle de la Vierge. (intégral)
RC, Orleans, 05/04

(Vrigny) Les joueurs de bridge au secours de l’église


Samedi après midi, dans les locaux du Bridge club de Boiscommun et de la société d’archéologie (qui avait aimablement prêté une de ses salles), 60 bridgeurs s’affrontaient en tournoi amical non homologué. Le but ? Aider l’Association des amis de Vrigny et de son église, 2AVE, créée il y a un an. Celle ci se propose d’aider à financer les travaux prévus pour l’église : assainissement général, stabilisation des contreforts, ravalement et reconstruction d’une sacristie. Grâce aux différentes actions menées par les membres de l’association, 36.000 € ont déjà été récoltés et versés à la Fondation du patrimoine. Bien entendu, cette somme est encore insuffisante pour mener à bien tous les travaux prévus.
RC, Loiret, 05/04, p.13

(Courtemaux) La cloche Martine va se refaire une beauté

C’est avec une semaine de retard sur ses «collègues» que la cloche de l’église Saint Martin, fondue en 1520, s’est envolée. Seulement, ce n’est pas à Rome que Martine c’est son nom est partie, mais à Villedômer, en Touraine, où la société Goujeon se chargera de sa restauration. Une opération réalisée sous le contrôle du département du patrimoine campanaire du ministère de la Culture et de la Communication et du conservateur des monuments historiques de la direction régionale des affaires culturelles. La descente du clocher a donné lieu à des manœuvres spectaculaires auxquelles ont assisté de nombreux habitants. Selon les spécialistes, il faudra au moins trois mois pour que Martine, qui après 496 ans de bons et loyaux services souffre d’une usure prononcée et présente des risques de fêlure, soit remise en état.
RC, Loiret, 05/04, p.16

(Chateaudun) La Société dunoise continue de dompter le temps qui passe

L’assemblée générale de la Société dunoise, qui s’est tenue samedi à la salle Gaston Couté, a permis de faire le point sur les différentes activités d’archéologie, d’histoire, de sciences ou encore d’arts, aussi bien pour 2015 que pour l’année en cours. L’association a entrepris de photographier ses collections de journaux du Dunois du 19e et du début du 20e siècle, à savoir Le Patriote de Châteaudun et L’Écho dunois, qui commencent à  sérieusement s’abîmer. Quant à son site Internet, il est en cours de mise à jour, et bientôt y seront visibles les textes des lauréats du Prix du manuscrit de la Beauce et du Dunois. À propos d’écrits, un autre projet, réalisé par les Amis de Bonneval, est déjà très avancé : il s’agit de l’édition d’un ouvrage intitulé La guerre de 1870 vécue en pays dunois d’après 48 lettres de famille. La Société dunoise a par ailleurs fait restaurer deux de ses tableaux, et un troisième est à l’atelier. Elle a également pour ambition de réussir à mieux conserver son mobilier. Enfin, l’association poursuit son travail de classement des archives et d’inventaire de la bibliothèque.
L'Echo, 05/04, p.19

(Vendome) Pancarte insolite pour un site classé monument historique !

On sait que le jardin du cloître de La Trinité, aujourd’hui particulièrement laid, est promis à une renaissance. Est annoncé un prochain aménagement  destiné à gommer les conséquences de la présence de la patinoire qui a totalement détruit le travail des jardiniers municipaux. D’ailleurs, après un  diagnostic archéologique, le système de l’arrosage automatique vient d’être mis en place. Reste à espérer que cette remise en état s’étendra un peu à la galerie de la salle capitulaire aux vitres bien poussiéreuses pour apprécier ses surprenantes peintures murales et au panonceau fixé aux grilles qui signale  qu’il s’agit là d’un site classé monument historique. A voir l’état du panneau bien fatigué qui porte les traces des averses reçues, faut-il supposer que la pancarte est aussi classée monument historique ? (intégral)
NR, Loir et Cher, 05/04

(Amboise) L’histoire à portée de signes

Nous avons mis en place des parcours audio et vidéo guidés spécialement adaptés aux différents handicaps afin que les personnes concernées puissent découvrir individuellement le château toute l’année explique Natacha Chantoiseau, chargée de mission au château royal d’Amboise. Le château a obtenu la labellisation du site pour le handicap mental et le handicap auditif en 2012. Ce week-end, à l’occasion des Journées nationales de tourisme et handicap, étaient organisées, samedi une visite guidée en langue des signes pour les personnes sourdes et malentendantes, et dimanche, une pour non voyants et malvoyants basée sur le toucher. Avec un seul but : faire découvrir ou redécouvrir autrement les richesses de son patrimoine ! (intégral)
NR, Indre et LoireE, 05/04

(Bourges) L'année Jean de Berry se décline aussi en visite express

Il ne faut jamais perdre une occasion de se cultiver, d’autant plus quand c’est gratuit ! C’est ce que se sont dit les nombreux visiteurs réunis hier à midi  dans la cathédrale pour la première visite express dans le cadre de l’année Jean de Berry. Les mini conférences proposées par le service du patrimoine de  la ville tourneront cette année toutes autour du personnage mort il y a six cents ans. Dans la chapelle axiale Notre Dame la Blanche, les curieux ou  passionnés ont donc pu découvrir l’histoire des priants représentant le duc et son épouse et de l’autel sculpté. Ils provenaient de la sainte chapelle de  Bourges aujourd’hui disparue. Les prochaines visites express auront lieu les 3 mai et 7 juin puis tous les mardis de l’été.
Le Berry, 06/04, p.8

(Farges Allichamps) La Commanderie va enfin revivre


Dans le château de la Commanderie qui, depuis mercredi dernier, appartient à Mireille et Claude Charrier, un couple de la Vienne, des seaux sont remplis d’eau dans un des petits salons ; sur le toit, la bâche verte menace de tomber. Mais la vie va reprendre au château de Farges Allichamps, les ouvriers doivent s’affairer, dans les jours qui viennent, sur le toit. Le château, endommagé, a été acheté par les propriétaires de celui de Châteauneuf sur Cher. Interview.
+ Un château plusieurs fois vendu depuis 2002
+ Les chantiers de bénévoles se poursuivent à Chateauneuf
Le Berry, 06/04, p.22

(Chartres) Les travaux de la cathédrale prendront fin à la mi-mai

Depuis juin 2014, d’immenses échafaudages encadrent la nef de la cathédrale de Chartres. D’ici six semaines, les voiles commenceront à tomber le long des piliers, pour rendre aux visiteurs la majesté de la nef. Un chantier qui aura duré près de trente mois. Frédéric Clowez, directeur de cabinet du préfet d’Eure et Loir, accompagné de Sylvie Le Clech, directrice régionale des affaires culturelles, et de plusieurs membres de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), a visité le chantier, hier. La dépose des échafaudages doit commencer mardi 17 mai. Elle durera un mois et demi. Lundi 25 avril, les vitraux de la nef seront repositionnés. Le côté sud sera terminé en juillet, le côté nord, fin septembre.
L'Echo, 06/04, p.10

(Tours) Sur le dôme de Saint-Martin les artisans sont au travail

Sans doute que les derniers artisans qui ont travaillé à la rénovation du dôme, en 1954, n’ont pas eu droit au même confort. Depuis quelques semaines, les artisans œuvrent autour du dôme de Saint- Martin. Pour monter au sommet des mètres, un ascenseur spécialement installé, un immense échafaudage et une bâche pour recouvrir le tout. Dans ces conditions idéales, les artisans enchaînent les  différentes étapes. «Ils viennent de descendre l’ensemble des trente tonnes de plaques de plomb. Ils vont faire de même avec les 30.000 briques qui forment le dôme», explique Brice Droineau, l’adjoint aux bâtiments. Ces matériaux n’auront pas la même vocation. Près de 90% du plomb seront refondus pour reformer des plaques, d’une épaisseur de 3 mm, qui retrouveront la place initiale. Pour les briques, seules celles en meilleur état seront stockées pour une éventuelle réutilisation ultérieure. Des plaques de résine ont été retirées, traces de précédentes réparations d’isolation. Les six artisans de l’entreprise Le Bras Frères ont également découvert de leurs confrères précédents un parchemin avec le nom des entreprises ayant travaillé sur le dôme en 1954, mis au jour sur les parties en plâtre désormais découvertes.
NR, Indre et Loire, 06/04, p.9

Briare) Divines lumières de l’art roman en Berry

L’office de tourisme de Briare accueille dans ses locaux une exposition de photographies de Lucien Martinot sur le thème «Lumière de l’art roman en Berry», jusqu’au dimanche 24 avril. Style à la fois architectural, pictural et décoratif, l’art roman se caractérise par la rigueur ainsi qu’une relative austérité. En Europe, de l’avènement des Carolingiens (IXe siècle) jusqu’au XIe siècle, la société est tournée vers le divin. L’art se met donc au service du recueillement, de la prière et de la méditation. Lucien Martinot est un photographe, maintenant à la retraite, dont un certain nombre de photos sont régulièrement sélectionnées pour illustrer différentes publications, en France et à l’étranger.
RC, Loiret, 08/04, p.18

L’association Route Jacques Coeur a dressé le bilan 2015


Crime au château, c’est mortel ! Ce concept original fait les beaux jours de l’association Route Jacques Cœur, structure qui anime dix sept étapes de la route touristique éponyme dans le Cher et le Loiret. Cette animation, qui met en scène une enquête dans un château ou parfois un autre site touristique et à laquelle le public participe, est devenue une vitrine des activités de l’association. C’est ce qui est ressorti du bilan de l’année 2015 présenté hier matin au château de Meillant lors de l’assemblée générale. «Il y a des gens qui travaillent, qui s’impliquent, précise le nouveau président de la Route Jacques Coeur, Pascal Fontanille. Cela crée des échanges.» Pour 2016, l’association a annoncé travailler «sur une nouvelle offre touristique qui sera mise en place en 2017. Mais nous ne voulons pas communiquer sur ce sujet pour le moment», indiquent Pascal Fontanille et Gaël Chênet.
Le Berry, 08/04, p.5

(Bourges) Dans l’histoire des noms de monuments

Ces personnages ont donné leur nom à un monument ou un site de Bourges. Mais leur histoire n’est pas toujours connue de tous. Mais qui sont-ils ?
Le Berry, 08/04, p.7

(Gargilesse) Histoire médiévale : “ Des châteaux et des hommes ”

La Fédération des chemins de la guerre de Cent Ans, créée en 2011, est une association qui œuvre pour la valorisation du patrimoine médiéval dans le Sud Berry, Est Poitou et Nord Limousin. Reconnue d’intérêt général, l’association multiplie ses actions pour sensibiliser les touristes et les habitants sur la richesse du patrimoine de ce territoire. Les Journées d’étude de Gargilesse ont lieu chaque année, début avril. Organisées en collaboration avec l’Académie du Centre et l’Association pour la recherche en histoire et archéologie médiévale de l’Indre, elles fêtent cette année leur troisième édition. Rendez vous des passionnés mais aussi des curieux venus découvrir un pan de l’histoire médiévale, 2016 aura pour thème Des châteaux et des hommes : rois, maîtres et serviteurs. La Fédération travaille en partenariat avec la communauté de communes Marche  occitane - Val d’Anglin, celle du Pays d’Éguzon - Val de Creuse, et la communauté de communes Berry - Grand Sud.
NR, Indre, 08/04, p.6

(Tours) Une vieille dame qui se porte bien

Quai André-Malraux, non loin du château de Tours, cette petite chapelle refaite à neuf intrigue l’automobiliste de passage. L’ancienne ruine que  masquait un mur crasseux offre aujourd’hui les traits d’un bel édifice historique réhabilité. Il faudra attendre la fin du mois d’avril pour que le public découvre officiellement ce lieu lors de l’inauguration de cette chapelle Saint-Libert qui a déjà fait couler tant d’encre. Sur le nouveau site internet de l’association, (www.societearcheotouraine.eu), toutes les phases de l’acquisition et de la restauration de l’édifice sont rappelées. «Nous avons retrouvé les volumes de la chapelle romane du XIe siècle dont la charpente avait été refaite en 1483 et qui a été désacralisée en 1750 car elle tombait en ruines - déjà - avant d’être occupée par un atelier», commente notre guide du jour, Philippe Rouillac. «La vieille dame se porte bien», sourit le commissaire priseur qui préside, depuis un an, aux destinées de la Société archéologique de Touraine ayant succédé à Yves Cogoluègnes, l’un des principaux artisans du déménagement de la Sat à la chapelle Saint-Libert.
+ ••• La Sat n’a d’archéologique que le nom
NR, Indre et Loire, 08/04, p.6

(Terres Puiseautines) Une subvention loin de faire l’unanimité

Le seul désaccord entre les conseillers communautaires s’est manifesté à propos d’une demande de subvention de l’association Le Théâtre des Minuits. Cette dernière souhaite bénéficier d’une aide au titre de la réserve parlementaire du sénateur Jean-Pierre Sueur. Ce dernier pourrait intervenir si, et seulement si, la communauté de communes soutient le projet de restauration du château des deux tours de La Neuville-sur-Essonne, propriété de la troupe du Théâtre des Minuits. «Ce serait un chantier de restauration de patrimoine, favorisant les rencontres et échanges internationaux de jeunes, déclare la présidente de la CCTP,  Véronique Lévy. Nous pourrions verser 1.000 €.» De très nombreux élus ont réagi : «Cette association est  une façon détournée de travailler sur un site privé !», «Nous demandons aux bénévoles de nos associations  locales de faire des efforts financiers, ça ne va pas dans le bon sens…», «Donner à cette association, c’est  créer un précédent»… Mise au vote, la proposition a été adoptée (11 voix pour, 2 contre et 14 abstentions). (intégral)
RC, Loiret, 09/04

(Saint Gemme en Sancerrois) L’église a retrouvé son cadran

La nacelle est calée, ce vendredi matin. Il s’agit maintenant pour Alexandre Estève, de l’entreprise Sannier, de monter à 17 mètres de hauteur, afin de réinstaller le cadran de l’église, pendant que son collègue grimpe dans le clocher pour le fixer. Ensuite, c’est à bout de bras, qu’Alexandre soulève les 40 kilos du cadran pour le présenter dans son logement. Didier, à l’intérieur, serre les pattes de fixation. Un dernier ajustage des aiguilles dans l’axe du coq, sous le regard de la maire, Christine Bellanger, et il ne reste plus qu’à relancer le mécanisme. Cette opération a été nécessaire à la suite des vents violents qui ont soufflé sur le Cher, le 9 février, arrachant l’aiguille des minutes du cadran de l’église. «Quant au cadran du début XIXe siècle, on n’y a pas touché car sa structure est plutôt costaude.»
Le Berry, 09/04, p.21

(Bourges) Dans l’histoire des noms de monuments

Déposés début janvier 2016 pour etre restaurés, les vitraux de l'église Saint Pantaléon de Lucé commencent à retrouver leurs emplacements. Au total, ce sont neuf compositions chromatiques dont deux du choeur, composés de cailloux de verre très épais tachés de ciment, qui ont été nettoyées. Pour les sept autre verrières, c'est un nettoyage et aussi une consolidation des plombs qui sont effectués, confirme le représentant de l'entreprise mandatée à cet effet. C'est l'entreprise Vitrail de France, située a Neuville sur Sarthe, à qui l'on doit déjà la rénovation de verrières de la cathédrale Notre Dame de Chartres, qui traite les vitraux de l'église.
L'Echo, 09/04, p.12


Chartres en habits de lumière

Vingt quatre monuments et bâtiments de Chartres s’illumineront, à la nuit tombée, du 16 avril au 8 octobre  avec de multiples scénographies, historiques, abstraites ou poétiques. Un événement qui séduit des visiteurs de plus en plus nombreux. Le spectacle, organisé par la Ville, a bien évolué depuis ses débuts, en 2003. «Proposer une animation gratuite sur plus de vingt sites, pendant 176 soirées, c’est exceptionnel», martèle Aurelien Charpille, directeur de l’office de tourisme. Laurent  Lhuillery, conseiller municipal délégué à Chartres en lumières, ajoute, enthousiaste : «La vie nocturne s’est transformée, et les retombées sont importantes pour les hôtels, restaurants, chambres d’hôtes.» L’événement contribue désormais,aussi, à l’attractivité de Chartres. Pour élargir les horizons et attirer au delà des frontières euréliennes, une exposition sera d’ailleurs programmée en mai, à Paris, dans le hall grand voyageur de la gare Montparnasse.
+ De nouvelles scénographies se dévoilent
+ Un concours de lightpainting, pour les illuminés du cliché
L'Echo, 10/04, p.20

(Jouet sur l'Aubois) La bannière de retour à la mairie


Une pièce emblématique du patrimoine jouettois, la bannière de la Société de secours mutuels, vient de retrouver sa demeure. Deux nouveaux habitants, les époux Fresnais,dont madame est la fille d’André Haton, garde champêtre chef principal nouvellement retraité, ont trouvé ce petit trésor lors de l’acquisition de leur maison, qui était celle de Jean Minchin, maire de la commune de 1896 à 1919. Mercredi après midi, entouré de son équipe municipale, Serge Laurent, maire, s’est vu remettre cette bannière. Un moment fort en émotions. Datant de la deuxième moitié du XIXe siècle, la bannière en soie et métal laisse apparaître deux mains tenues en signe de solidarité et d’entraide. drap mortuaire noir met en évidence que la question des obsèques revêt une importance primordiale aux yeux des mutualistes de l’époque qui, en cela, reprennent la tradition des anciennes confréries.
Le Berry, 10/04, p.16

(Aize) La cloche pourrait être rénovée

Mardi après-midi, l’église Saint-Hilaire s’est exceptionnellement ouverte à la visite. Marc du Pouget, directeur des Archives départementales et du  patrimoine historique, conservateur des antiquités et objets d’art, accompagné de Jérôme Descoux, conservateur délégué au même service, se sont rendus au chevet de Charles, la cloche du village. Bénite en 1696, elle se nomme ainsi en hommage aux seigneurs d’Aize. Une demande de protection à titre conservatoire a été introduite par la municipalité ouvrant éventuellement la possibilité de sa sauvegarde. A son sommet, formant une couronne, elle est gravée de caractères gothique, ouvragée de trois médaillons représentant le Christ, l’archange Saint-Michel et la Vierge. Sa datation la fait naître entre 1500 et 1520. Elle est en mauvais état, usée par le temps, percée et détériorée. Son mécanisme est vieillissant elle ne sonne plus l’angelus pour la préserver. Son poids est estimé entre 100 et 120 kg. «Faite d’un mélange de bronze et d’argent, pour la sonorité, elle a probablement été moulée sur place», déclarent les spécialistes qui ont également inventorié et photographié le mobilier et les objets liturgiques, ostensoir, tenture, croix, que contient l’église. Le dossier présenté par la municipalité sera examiné lors de la session de la Commission départementale de protection des objets mobiliers, qui se tiendra le 17 mai, au château de Bouges.
NR, Indre, 08/04, p.6

(Maves) C’est reparti pour le moulin de Lonlon

Pour la neuvième année, tous les dimanches jusqu’à la fin septembre, les ailes dumoulin de Lonlon vont se remettre à tourner au gré des vents et des groupes de visiteurs. C’est une belle aventure que l’on doit à une équipe de bénévoles, Les Amis de Lonlon, animée par Jean-Claude Fournieux. Ils accueillent les touristes, les curieux, les enfants des écoles et des centres de loisirs pour leur expliquer le fonctionnement du moulin. Léon Tournois, dit Lonlon, a été le dernier meunier de Maves. Il a arrêté son activité en 1990. Pour l’euro symbolique, les propriétaires ont donné le moulin à la commune de Maves qui a eu le souci de procéder aux travaux indispensables et de valoriser ce joli patrimoine inscrit à l’inventaire. C’était l’année où Jean-Claude prenait sa retraite decharpentier-couvreur. Il a alors participé à l’entretien régulier du moulin et a appris son fonctionnement.
NR, Loir et CherN, 10/04, p.7

Châteaux et monuments affinent leur programmation

Proposer chaque année une programmation différente et de qualité demande un travail de longue haleine, soulignait Céline Ballesteros, vice-présidente du conseil départemental en charge de la
politique culturelle, lors du lancement de la saison 2016, à l’hôtel Goüin à Tours. La fréquentation est globalement stable dans les huit monuments départementaux comptabilisant désormais 350 à 400.000 visiteurs annuels, pour 3,5 à 4 millions d’euros de recettes. Elle est même en augmentation à Chinon : la forteresse royale gagne 10.000 visiteurs en 2015, pour avoisiner les 140.000 entrées.
«La programmation culturelle – avec des projets ambitieux - est fondamentale pour conquérir le public, remarquait Sophie Coulon, directrice de la culture. D’autant que nous faisons face à une concurrence très importante sur le département.» Et d’insister sur la «logique de développement» des sites : «On a refait la boutique du musée Rabelais et du Donjon de Loches. On va renouveler la
scénographie à Loches durant les deux années à venir.»
NR, Indre et Loire, 10/04, p.2

(Tours) A l’hôtel Goüin, une plongée dans 200 ans de tourisme en Touraine


Mieux comprendre comment le tourisme s’est développé en Touraine, au fil des temps, et comment les actions de promotion se sont ajoutées pour y parvenir… C’est ce que propose
cette exposition inédite à l’hôtel Goüin, proposée par le conseil départemental d’Indre-et-Loire, pendant deux mois. Destination phare du tourisme en France, la Touraine, que l’on qualifiait jadis de jardin de la France, bénéficie d’un réelengouement depuis la fin du XIXe siècle, aux yeux de «ceux qui se déplacent pour leur plaisir», comme le précise dans cette expo une définition tout autant historique du mot «touriste». Sur les trois niveaux de l’hôtel Goüin réhabilité, on redécouvre les premiers guides de voyage qui suivirent l’avènement du chemin de fer, les premières campagnes d’affichage peintes, qui vantaient la Touraine et «la douceur de son climat,ses magnifiques campagnes, l’intérêt de ses grands monuments»…
+ ••• les prémices de l’accueil touristique
NR, Indre et Loire, 10/04, p.4

(Mehun sur Yèvre) Toute la vérité sur les cathédrales

Michel Vogler et Philippe Bon ont inauguré leur expositionsur les cathédrales, lundi matin à la bibliothèque municipale Alain Fournier de Mehun sur Yèvre, en présence du sénateur François Pillet, du maire Jean-Louis Salak, Élisabeth Mathieu son adjointe, Maryse Courveaulle directrice des services et de nombreuses personnalités. Avec le soutien du Groupe historique et archéologique de Mehun et des Amis de la cathédrale de Bourges, l’exposition se décompose en une quinzaine de tableaux explicatifs et imagés, avec la présentation des diocèse et concathédrale, visible jusqu’au 15 avril.
Le Berry, 07/04, p.13

(Chartres) « Le beffroi est un magnifique décor »

Le rideau se lèvera dans la soirée du samedi 10 septembre. Ce soir là, le beffroi sera la star d’un son et lumière racontant son histoire… et un peu plus ! Chef d’orchestre de cette création haute en couleurs, Marguerite-Marie Lozac’h est déjà en pleins préparatifs, avec l’ensemble de ses partenaires publics et privés. Son ambition est de réunir toutes les forces vives de la Ville pour honorer et fêter un monument affichant 500 ans. «Le titre du son et lumière sera Amour et révolution. Car il n’y a jamais de bouleversements dans l’histoire sans de grandes valeurs, comme l’amour. À travers l’histoire d’amour de deux lycéens de Rotrou, nous allons remonter le temps et l’histoire du célèbre monument. N’oublions pas que le beffroi est un magnifique décor de théâtre. On peut tout envisager !» Ce grand show sera agrémenté de textes classiques et rendra hommage au dramaturge drouais, Jean Rotrou.
+ L’hommage de la fille à son père…
L'Echo, 07/04, p.15

La langue des signes fait son entrée à Chambord


De toutes les catégories de handicapés, les malentendants sont les plus discrets. Aucun signe extérieur ne permet de les identifier. Sauf peut-être, pour Émilie, nouvelle agent d’accueil du château de Chambord, qui a suivi une formation à la langue des signes et côtoyé longuement des personnes atteintes de cette infirmité. «Au départ, je me destinais simplement à une carrière dans les métiers du patrimoine» explique la jeune femme, originaire de Blois et formée à l’histoire de l’art à Tours. Dans le cadre de son cursus universitaire, elle a été amenée à suivre un stage dédié à l’accueil des handicapés dans les monuments nationaux. C’est là qu’elle a découvert la problématique particulière liée à la déficience auditive. «Ce qui m’a motivée, c’est bien entendu l’envie de rendre service à un public trop souvent oublié, mais aussi le désir de rentrer dans le monde de la langue des signes, dans lequel j’ai découvert un univers culturel fascinant ».Une première initiation pour acquérir le lexique élémentaire lui a été fournie par l’Urapeda Bretagne (Union des parents d’enfants déficients auditifs). Mais à la suite de son recrutement à Chambord, elle a bénéficié d’un perfectionnement auprès de l’association «Savoirs et partage» créée dans l’Indre, à Fonguenand, en février 2014.
NR, Loir et Cher, 07/04, p.3

(La Chapelle-saint-martin-en-plaine) Fin de restauration pour la chapelle du Villiers

Samedi, la petite église Saint-Vincent du Villiers était trop petite pour contenir le public venu inaugurer le monument après trois ans de travaux de  restauration. C’est avec une légitime fierté que le maire, Joël Moreaux, a accueilli les nombreuses personnalités en les remerciant des aides financières qu’elles ont accordées pour ce chantier qui aura coûté 360.000 € TTC. Monseigneur Verrier s’est livré à un exercice pédagogique très applaudi en expliquant la signification des peintures murales qui ont pu être partiellement rétablies : le Christ en majesté entouré des quatre évangélistes, la galerie des douze apôtres et une représentation de la Cène où l’on peut deviner, sur le côté et dans l’ombre, Judas quittant la table. Pascale Desurmont, au nom de la Fondation du patrimoine, s’est félicitée du merveilleux livre d’images offert par cette petite église rurale du XIIe siècle, tandis que Martine Tissier de Mallerais, correspondante départementale de La Sauvegarde de l’art français, a évoqué «l’ancrage esthétique et spirituel que revêtait cette entreprise de restauration exemplaire». Quant à Bernard Ruel, l’architecte, il a rappelé les difficultés administratives rencontrées pour abattre le mur qui empêchait une vue globale sur le chœur et sur l’ensemble des peintures. Les financeurs et mécènes de l’opération sont la Drac, la réserve parlementaire, le conseil départemental, le Crédit Agricole et sa fondation, la Sauvegarde de l’art français, la Fondation du patrimoine, un club de mécène et la souscription publique.

(Chargé) Quand un hôtel du XIIe se refait une beauté

C’est un gros programme d’investissement de plusieurs centaines de milliers d’euros sur plusieurs années. Le château de Pray, situé à Chargé en bord de Loire, est lancé dans un gros chantier de rénovation. Cet édifice datant du XIIe siècle a non seulement ciblé le confort de son hôtel avec la réfection de chambres, salles de bains, couloirs, la climatisation, mais aussi la partie restauration. En effet, la salle du restaurant qui était située dans l’édifice, a été transférée dans l’ancienne orangerie.
NR, Indre et LoireE, 07/04, p.9

(Nohant Graçay) Deuxième tranche de travaux pour l’église

L’année 2016 est, entre autres, de nouveau consacrée à la réfection de l’église Saint Martin. Ce bâtiment classé va subir une deuxième tranche de travaux afin que celui ci retrouve, dans un avenir proche, toute sa beauté d’antan. Les travaux à effectuer concernent plus particulièrement la chapelle nord de l’édifice. Ce sont donc des tailleurs de pierre, des charpentiers et autres couvreurs qui vont se succéder sur ce chantier d’envergure,nécessaires à la conservation de ce patrimoine datant du XIIe siècle au clocher si particulier appelé tors. Le coût de cette nouvelle tranche sera de 189.450 euros. Par ailleurs,différentes subventions ont été obtenues, à hauteur de 89.881 euros, émanant de la région, d’un fond sénatorial, de la Dotation d’équipement des territoires ruraux et de la Sauvegarde de l’art Français,afin de mener à bien ce projet.
Le Berry, 11/04, p.16

(Chateauroux) La démolition de la colère

Evoquée lors du dernier conseil municipal, la question avait provoqué la grosse colère de Georges Rambert, adjoint à l’urbanisme, au patrimoine
et à la culture. «Pour le moment, la chapelle ne bouge pas. C’est le bâtiment adjacent qui est concerné. Décision de l’architecte des Bâtiments de France. C’est très simple.» L’explication concerne évidemment le site de la chapelle Saint-Denis, dont un des bâtiments sera prochainement détruit, pour laisser place à un parking. Au grand dam de l’Association des amis du quartier Saint-Denis, présidée par Gérard Galliot et forte aujourd’hui de plus de soixante dix adhérents. «Nous n’en faisons surtout pas une affaire politique, cela n’aurait aucun sens. Nous sommes simplement désespérés de constater qu’on continue à détruire la ville, comme par le passé. Le bâtiment en question n’a pas un caractère architectural de premier ordre, je le concède bien volontiers», souligne Gérard Galliot. Pour ce dernier, il semble pourtant y avoir deux poids, deux mesures. «Quand un particulier veut refaire sa toiture, on lui demande de cacher les zincs gris jugés inesthétiques. Et, à l’issue d’une réunion entre la municipalité, l’architecte des Bâtiments de France et les Archives départementales, on accorde un permis de démolir sans aucune restriction, sur un site où il a déjà été trouvé de véritables trésors archéologiques. Nous sommes stupéfaits. Et tout cela pour six places de parking…» «Il semble qu’aucun diagnostic archéologique ne soit prévu», poursuit l’historienne locale Francesca Latour, elle aussi très remontée. «Pourquoi ne pas faire de fouilles préventives, sur un site majeur de l’histoire de Châteauroux ?» (intégral)
NR, Indre, 11/04

(Blois) Fêter son anniversaire au château, c’est royal


Guide-conférencière agréée, Camille Grall n’est pas une débutante dans le monde des visites. Elle a occupé un poste au château royal pendant quelques années, après avoir exercé à la commanderie d’Arville et dans d’autres lieux en région Centre et en Picardie. Forte de cette expérience, elle s’est engagée dans un projet de visites atypiques, Acti’visit, de la ville de Blois principalement. Par l’intermédiaire d’une couveuse d’entreprise, la BGE Ismer, elle a mis son projet en exécution depuis quelques semaines. «Je suis engagée pour un an renouvelable six mois dans cette couveuse. J’y apprends le métier d’entrepreneur et j’y trouve un appui logistique. C’est très appréciable lorsqu’on commence.» L’enfant “ roi d’un jour ” Camille Grall a découvert Blois et depuis apprécie beaucoup la ville pour son patrimoine. Elle a eu envie de travailler sur des projets qui ont germé quand elle travaillait au château de Blois. Elle a ainsi créé six visites guidées originales dont une où elle propose aux enfants de fêter leur anniversaire au château.
NR, Loir et Cher, 11/04, p.11

(Dimancheville) Tous mobilisés pour leur petite église

Rappel des faits : en octobre 2012 des travaux d’envergure se terminaient à l’église Saint Blaise. À l’époque, restauration des toitures et du clocheton, puis réouverture de la baie occidentale et destruction d’un faux plafond, avaient permis de remettre l’édifice aux normes de sécurité, et, dans la foulée, de l’ouvrir au public. Lors de ces interventions, un diagnostic avait mis au jour des ornementations de qualité. À savoir, des peintures murales du XIIIe siècle, des huiles sur bois, des lambris, ou encore des décors datant du XVe et du XVIe, jusque là recouverts de chaux. «Quand nous avons eu connaissance de ces œuvres, nous avons confié à Antoine Leriche, architecte du patrimoine, une mission d’étude pour leur réhabilitation», explique Gérard Gainville, le maire de la petite commune.
RC, Loiret, 12/04, p.12

Trois tour-opérateurs indiens à Chartres

Seema Devjani, Reshma Shivalkar et Mildred Noronha-Smith débarquaient de Bombay et Bangalore. Après quelques clics sur Internet, ces trois Indiennes ne connaissaient pas grand chose de Chartres, hormis sa cathédrale. Une petite journée passée dans la ville leur a permis de s’en faire une idée plus précise. La venue de cette délégation de tour-opérateurs indiens, vendredi, est de bon augure dans un contexte économique très instable pour le tourisme, depuis les attentats de Paris, en novembre. Les Indiens ont de plus en plus la possibilité de voyager. Ils sont plus de 18% à sortir de leurs frontières chaque année, sachant que la population totale est de 1,3 milliard. Espérés dès 2017 Après avoir visité la cathédrale et la crypte et flâné dans les rues, le bilan apparaît positif. Seema Devjani, employée de Itri Holidays, commente : «La ville est à la fois très près de Paris et bien différente. C’est comme un village avec de la bonne gastronomie.» Anjali Janakiraman, guide et interprète, relève : «Jusqu’à présent, la présence de touristes indiens était restée très marginale à Chartres, hormis pour le tourisme religieux.» Sauf que l’Inde fait partie des pays en plein développement.
Le Berry, 12/04, p.6

Du nouveau au château de Chambord

L’année 2016 sera marquée par quelques nouveautés, au château de Chambord (Loir-et-Cher). Parmi les temps forts, l’ouverture d’une «grande promenade» de 200 hectares, l’inauguration d’une nouvelle halle d’accueil et le projet de jardins à la française doivent améliorer le confort des visiteurs. À l’intérieur du monument, on note l’ouverture des cuisines du XVIIIe siècle en mai, la tablette numérique HistoPad ou encore l’accès WiFi offert à tous les visiteurs. Enfin, plusieurs événements sont prévus : le nouveau spectacle de chevaux et de rapaces «François Ier, le roi chevalier», de mai à septembre ; «Haendel : feux d’artifices royaux», un concert de plein air accompagné d’un feu d’artifice qui ouvrira la 6e édition du festival de Chambord en juillet. Expositions, lectures, concerts, etc.,
figurent, également, au programme. (intégral)
RC, Orleans, 13/04

Le voile levé sur les Fêtes johanniques

Après un passage à La Source le samedi 30 avril, un concert d’ouverture en la cathédrale SainteCroix le lundi 4 mai… Les 587es Fêtes de Jeanne d’Arc ont dévoilé un peu de leur déroulé, hier. Deux retours marqueront donc les festivités : celui de la Pucelle (et de son escorte) dans le grand quartier du sud de la Loire, était acquis depuis des mois déjà. «Tout se déroulera au même endroit, à l’allée des Sapins, dès 15 heures», rappelle Jean-Pierre Gabelle, le conseiller municipal délégué aux fêtes johanniques. Dans les animations de la kermesse médiévale d’abord (reconstitution d’un campement, combat, etc.), puis lors de la soirée, elle aussi médiévale, «avec dîner payant et retraite aux flambeaux».
RC, Orleans, 13/04, p.8

(Fay aux Loges) La belle endormie se réveille


Une ancienne péniche à moteur (1930) de type berrichon avait été acquise par le syndicat du canal à la fin des années 1990. «Le Suave» est longtemps resté à l’ancre dans le port de Pont aux Moines, puis à Donnery et, depuis, il dort sur le canal à Nestin, devant l’ancienne usine d’électricité de Fay aux Loges. L’association de Combleux « Les chemins de l’eau » a décidé de réveiller la belle endormie en la faisant de nouveau naviguer. Le syndicat du canal d’Orléans vient de lui confier pour 10 ans la gestion de ce témoin du passé.
RC, Orleans, 13/04, p.15

(Chateauroux) Chapelle Saint-Denis : le maire veut rassurer

Dans la foulée de sa première réunion de quartier à la salle Jean-Moulin, Gil Averous s’est rendu à la maison de quartier Est, pour faire le point avec les habitants du Fontchoir, de Bitray et du Rotissant, en compagnie de Roland Vrillon et de Dominique Tourres, délégués de ces quartiers.Chapelle Saint-Denis. Le sujet brûlant du moment a été le premier abordé. Le conseil municipal vient en effet de valider la démolition d’un bâtiment adjacent à la chapelle, afin d’aménager six places de parking pour la maison de retraite. Gérard Galliot, président des Amis du quartier Saint-Denis, a fait part de ses inquiétudes sur le devenir du site, de ses doutes sur son évaluation par les Bâtiments de France, et a demandé au maire d’exiger des fouilles préventives. «Je ne crois pas avoir ce pouvoir de prescription», lui a répondu l’édile qui s’est dit «attaché à la préservation du patrimoine» et a affirmé n’avoir «aucune raison de démolir la chapelle.» Son adjoint aux travaux et à la voirie, Rolland Vrillon, s’est lui aussi voulu rassurant : «Si on trouve quelque chose, bien sûr qu’on fera attention ». Plus tard, une autre intervenante a demandé s’il était envisageable de réserver une partie du bâtiment pour un musée dédié à Ernest Nivet. Hors de question pour le premier élu, qui tient à en faire de l’hôtellerie-restauration, «même si on peut imaginer que des peintures ou des esquisses puissent y trouver leur place comme éléments de décoration.» (intégral)
NR, Indre, 13/04

(La Pérouille) L’église Saint-Martin retrouve son charme d’antan

Après plus de dix-huit mois de travaux, la jolie petite église romane Saint-Martin a fait peau neuve. La municipalité a procédé à son inauguration, dimanche, en présence, notamment, de Jean-François Mayet, sénateur, et de membres du conseil départemental ainsi que de Marc Cioffi, architecte ayant assuré la maîtrise d’œuvre. Les travaux ont concerné la charpente, entièrement révisée ; la couverture, refaite en totalité ; le remplacement du coq ; les enduits extérieurs et intérieurs ; la reprise de l’ensemble de la voûte. Le coût global s’élève à 220.000 €. 153.000 € de subventions ont été perçues de la part du conseil départemental, de fonds parlementaire et de la Sauvegarde de l’art français. Ces travaux ont permis de découvrir d’anciennes peintures ainsi que des baies romanes et autres anciennes pierres qui ont été conservées et mises en valeur.
NR, Indre, 13/04, p.12

Du nouveau au château de Chambord

L’année 2016 sera marquée par quelques nouveautés, au château de Chambord (Loir-et-Cher). Parmi les temps forts, l’ouverture d’une «grande promenade» de 200 hectares, l’inauguration d’une nouvelle halle d’accueil et le projet de jardins à la française doivent améliorer le confort des visiteurs. À l’intérieur du monument, on note l’ouverture des cuisines du XVIIIe siècle en mai, la tablette numérique HistoPad ou encore l’accès WiFi offert à tous les visiteurs. Enfin, plusieurs événements sont prévus : le nouveau spectacle de chevaux et de rapaces «François Ier, le roi chevalier», de mai à septembre ; «Haendel : feux d’artifices royaux», un concert de plein air accompagné d’un feu d’artifice qui ouvrira la 6e édition du festival de Chambord en juillet. Expositions, lectures, concerts, etc.,
figurent, également, au programme. (intégral)
RC, Orleans, 13/04

Le voile levé sur les Fêtes johanniques

Après un passage à La Source le samedi 30 avril, un concert d’ouverture en la cathédrale SainteCroix le lundi 4 mai… Les 587es Fêtes de Jeanne d’Arc ont dévoilé un peu de leur déroulé, hier. Deux retours marqueront donc les festivités : celui de la Pucelle (et de son escorte) dans le grand quartier du sud de la Loire, était acquis depuis des mois déjà. «Tout se déroulera au même endroit, à l’allée des Sapins, dès 15 heures», rappelle Jean-Pierre Gabelle, le conseiller municipal délégué aux fêtes johanniques. Dans les animations de la kermesse médiévale d’abord (reconstitution d’un campement, combat, etc.), puis lors de la soirée, elle aussi médiévale, «avec dîner payant et retraite aux flambeaux».
RC, Orleans, 13/04, p.8

(Fay aux Loges) La belle endormie se réveille

Une ancienne péniche à moteur (1930) de type berrichon avait été acquise par le syndicat du canal à la fin des années 1990. «Le Suave» est longtemps resté à l’ancre dans le port de Pont aux Moines, puis à Donnery et, depuis, il dort sur le canal à Nestin, devant l’ancienne usine d’électricité de Fay aux Loges. L’association de Combleux « Les chemins de l’eau » a décidé de réveiller la belle endormie en la faisant de nouveau naviguer. Le syndicat du canal d’Orléans vient de lui confier pour 10 ans la gestion de ce témoin du passé.
RC, Orleans, 13/04, p.15

(Chateauroux) Chapelle Saint-Denis : le maire veut rassurer

Dans la foulée de sa première réunion de quartier à la salle Jean-Moulin, Gil Averous s’est rendu à la maison de quartier Est, pour faire le point avec les habitants du Fontchoir, de Bitray et du Rotissant, en compagnie de Roland Vrillon et de Dominique Tourres, délégués de ces quartiers.Chapelle Saint-Denis. Le sujet brûlant du moment a été le premier abordé. Le conseil municipal vient en effet de valider la démolition d’un bâtiment adjacent à la chapelle, afin d’aménager six places de parking pour la maison de retraite. Gérard Galliot, président des Amis du quartier Saint-Denis, a fait part de ses inquiétudes sur le devenir du site, de ses doutes sur son évaluation par les Bâtiments de France, et a demandé au maire d’exiger des fouilles préventives. «Je ne crois pas avoir ce pouvoir de prescription», lui a répondu l’édile qui s’est dit «attaché à la préservation du patrimoine» et a affirmé n’avoir «aucune raison de démolir la chapelle.» Son adjoint aux travaux et à la voirie, Rolland Vrillon, s’est lui aussi voulu rassurant : «Si on trouve quelque chose, bien sûr qu’on fera attention ». Plus tard, une autre intervenante a demandé s’il était envisageable de réserver une partie du bâtiment pour un musée dédié à Ernest Nivet. Hors de question pour le premier élu, qui tient à en faire de l’hôtellerie-restauration, «même si on peut imaginer que des peintures ou des esquisses puissent y trouver leur place comme éléments de décoration.» (intégral)
NR, Indre, 13/04

(La Pérouille) L’église Saint-Martin retrouve son charme d’antan

Après plus de dix-huit mois de travaux, la jolie petite église romane Saint-Martin a fait peau neuve. La municipalité a procédé à son inauguration, dimanche, en présence, notamment, de Jean-François Mayet, sénateur, et de membres du conseil départemental ainsi que de Marc Cioffi, architecte ayant assuré la maîtrise d’œuvre. Les travaux ont concerné la charpente, entièrement révisée ; la couverture, refaite en totalité ; le remplacement du coq ; les enduits extérieurs et intérieurs ; la reprise de l’ensemble de la voûte. Le coût global s’élève à 220.000 €. 153.000 € de subventions ont été perçues de la part du conseil départemental, de fonds parlementaire et de la Sauvegarde de l’art français. Ces travaux ont permis de découvrir d’anciennes peintures ainsi que des baies romanes et autres anciennes pierres qui ont été conservées et mises en valeur.
NR, Indre, 13/04, p.12

Une toile de Montargis affole New York

Longtemps resté dans l’anonymat d’une demeure montargoise, un tableau de l’artiste peintre Rose-Adelaïde Ducreux, Portrait d’une femme, vient d’être vendu pour la somme de 112.500 dollars (99.853 euros) lors d’une vente aux enchères, mercredi à New York. Selon Christie’s, qui organisait l’événement, il s’agit d’un record mondial pour une œuvre de l’artiste. Un tableau si précieux qu’il a été inclus dans la vente intitulée Révolution, regroupant des œuvres des XVIIIe et XIXe siècles, qualifiées d’«exceptionnelles» du côté de chez Christies. La vente de ces 33 lots a totalisé 11.566.125 $. Un portrait réalisé par Ingres a couronné la vente, trouvant preneur à 1.721.000 $. Rose-Adelaïde Ducreux (17611802) est la fille aînée du portraitiste Joseph Ducreux. Cette artiste avait la particularité de ne jamais signer ses œuvres et n’a donc pas bénéficié de la renommée de son père. Le Portrait de femme, retrouvé par la déléguée «Centre» de la société Christie’s, Marine Desproges-Gotteron, avait été estimé avant la vente à une somme comprise en 40.000 et 60.000 €. (intégral)
RC, Orleans, 13/04

(Orleans) L’artisanat s’établit aux Carmes

C’est le début de la métamorphose des Carmes voulue par la mairie. Après le lancement des travaux, en janvier, sur les bâtiments dans le cadre de la rénovation Carmes Madeleine, le renouveau commercial est enclenché. Une première enseigne plus conforme à la volonté de faire évoluer le tissu commercial de la rue vers «du plus qualitatif», ouvrira ses portes lundi, au 3, rue des Carmes, à la place de l’enseigne Innov’Bain. Avec Vitrail and Co, Lisa Gallet et Eddy Romet, vitraillistes, sont les premiers à bénéficier des facilités d’installation octroyées par la mairie. «Nous avons eu le choix entre deux locaux, dont un plus loin dans la rue. Nous avons préféré celui ci. Nous avons un bail précaire de 2 ou 3 ans et après les travaux de la rue, la mairie nous mettra à disposition un local au milieu de la rue des Carmes.» Tous deux ont quitté le poste d’artisan vitrailliste qu’ils occupaient à Saint Cyr en Val pour installer leur propre boutique.
RC, Orleans, 15/04, p.10

(Bourges) Un concert au profil de la restauration de l'église Notre Dame

L’association Sauvegardons Notre Dame de Bourges, qui a pour objet de contribuer à la restauration, l’embellissement et l’animation de cet édifice classé monument historique, organise un concert intitulé Haëndel : les héros d’opéra au temps des castrats, samedi 30 avril, à 20h30, à l’église Notre Dame. Luc-Emmanuel Betton, contreténor, et Elena Bayeul, qui l’accompagne au clavecin, évoqueront de grands personnages comme Richard Ier, Jules César, Tolomeo ou encore Orlando, au travers d’une série d’airs culte. Entrée libre. Une collecte sera réalisée au profit de la restauration de l’église Notre Dame de Bourges. Renseignements au 06.84.72.85.88. (intégral)
RC, Orleans, 13/04, p.15

Une pierre d’achoppement à Berchères

Depuis janvier 2015, un nouveau plan de circulation et d’aménagement est en projet sur la commune, suite à la fermeture de la route des Marats. Si les 2/3 des propositions font l’unanimité, la transformation du chemin de promenade dit “chemin blanc ou chemin du bois Berlin” en départementale et les aménagements qui en découlent restent un point d’achoppement. Un collectif, créé en début d’année 2015, s’est transformé en association loi 1901 “Berchères Patrimoine”, en fin d’année. Vingt cinq adhérents et plus de trois cents soutiens œuvrent pour qu’une partie de ce projet ne soit pas réalisée. L’association s’oppose au classement du chemin rural du Bois Berlin en route départementale et cela pour plusieurs raisons : passage d’un flot de véhicules dans un site tranquille, avec une éolienne Bollée et un lavoir inscrits à l’inventaire du patrimoine historique ; écoute des habitants qui sont ravis de « se promener dans ce site agréable » et apprécient les démarches de restauration du lavoir, en cours.
L'Echo, 15/04, p.10

Le château de Luynes ferme ses portes au public

La belle saison débute, et avec elle, l’ouverture au public des châteaux. Mais, à Luynes, c’est la fermeture définitive. Ouvert au public depuis 1996, ce château, propriété du duc Philippe d’Albert de Luynes, n’est plus aux normes pour recevoir les visiteurs. Les conditions de sécurité sont de plus en plus strictes et l’édifice n’est pas adapté à tous les publics. «Il n’y a pas d’accès pour les personnes handicapées et cela ne serait de toute façon pas possible à mettre en place», regrette le duc de Luynes. Une mise aux normes difficile pour une forteresse construite au XIIe siècle et inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. De plus, pour le duc de Luynes, «la mise en conditions du château serait plus chère que sa rentabilité». Le nombre de visiteurs est insuffisant à tel point que le bilan de la saison précédente a été déficitaire. Financer des travaux de grande ampleur pour l’accueil du public est donc hors de question.
NR, Indre et Loire, 15/04, p.7

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mer 20 Avr - 11:11, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 6 Avr - 17:44

Source : lejournaldesarts.fr

Le musée de Cherbourg met ses donateurs à l’honneur

Après quatre ans de travaux, le Musée Thomas Henry rouvre, faisant la part belle à l’histoire de ses collections, nourries par les dons et legs de Cherbourgeois.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/135746/le-musee-de-cherbourg-met-ses-donateurs-a-l-honneur.php?xtor=753

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 6 Avr - 17:46

Source : lejournaldesarts.fr

Laurence Engel, nouvelle présidente de la Bibliothèque nationale de France

Laurence Engel a été nommée présidente de l’établissement public de la BNF en remplacement de Bruno Racine, dont le départ le 1er avril après 9 années de présidence, avait rendu vacant le poste.

Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/135859/laurence-engel-nouvelle-presidente-de-la-bibliotheque-nationale-de-france.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 6 Avr - 17:47

Source : lejournaldesarts.fr

« Trésor nazi » : la collection Gurlitt sera exposée à Berne

Le Musée des Beaux-Arts de Berne, héritier de l'impressionnant stock d'oeuvres d'art cachées par Cornelius Gurlitt, dont le père fut un marchand d'art sous le IIIe Reich, a annoncé lundi qu'il exposerait une partie de ces oeuvres.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/135850/--tresor-nazi----la-collection-gurlitt-sera-exposee-a-berne.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Lun 18 Avr - 10:23

Source : lejournaldesarts.fr

Lascaux 4, ouverture en décembre

Lascaux 4 offrira une version plus complète du site d’origine, tout en protégeant la colline. Lascaux 2 restera ouverte.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/135747/lascaux-4-ouverture-en-decembre.php?xtor=755

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Lun 18 Avr - 10:24

Source : lejournaldesarts.fr

Le Musée Essl en Autriche fermera bientôt au public

17 ans après son ouverture, le Musée privé Essl, créé par un couple de collectionneurs, ferme ses portes au public pour des raisons économiques. L’entreprise des Essl avait elle-même déposé le bilan l’an dernier.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/135860/le-musee-essl-en-autriche-fermera-bientot-au-public.php?xtor=754

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 9:47

Source : latribunedelart.fr

À Lausanne, on détruit le patrimoine pour construire un musée

Le but du jeu ? Détruire un bâtiment protégé. Que les moins doués se rassurent, c’est beaucoup plus facile qu’on ne le pense. Certes, les règles du jeu sont subtiles, mais une fois qu’on les a comprises, on gagne à tous les coups.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/a-lausanne-on-detruit-le-patrimoine-pour-construire-un-musee

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 9:49

Source : latribunedelart.com

Loi patrimoine : comment l’Assemblée nationale a détricoté les travaux du Sénat

Sans surprise, l’Assemblée nationale, à l’instigation du Gouvernement ou du ministère de la Culture, a gravement compromis certaines des modifications ou compléments législatifs indispensables votés par le Sénat.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/loi-patrimoine-comment-l-assemblee-nationale-a-detricote-les-travaux-du-senat

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 9:55

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com

Préemption du Portrait de George Sand par le Musée Delacroix
Lire : http://www.latribunedelart.com/preemption-du-portrait-de-george-sand-par-le-musee-delacroix

Musées et monuments, des appels à souscription toujours plus nombreux
Lire : http://www.latribunedelart.com/musees-et-monuments-des-appels-a-souscription-toujours-plus-nombreux

Un tableau de Gillot Saint-Evre pour le Musée de la vie romantique
Lire : http://www.latribunedelart.com/un-tableau-de-gillot-saint-evre-pour-le-musee-de-la-vie-romantique

La National Gallery de Londres acquiert un panneau fragmentaire de Signorelli
Lire : http://www.latribunedelart.com/la-national-gallery-de-londres-acquiert-un-panneau-fragmentaire-de-signorelli

Deux oiles de cyLubin Baugin préemptées par le Musée des Beaux-Arts de Nancy
Lire : http://www.latribunedelart.com/deux-toiles-de-lubin-baugin-preemptees-par-le-musee-des-beaux-arts-de-nancy

Dessins : un don au Louvre, deux achats de la Bnf
Lire : http://www.latribunedelart.com/dessins-un-don-au-louvre-deux-achats-de-la-bnf

Une toile de Berckheyde pour le Muiderslot
Lire : http://www.latribunedelart.com/une-toile-de-berckheyde-pour-le-muiderslot

Caravage, le Judith et Holopherne enfin dévoilé
Lire : http://www.latribunedelart.com/caravage-le-judith-et-holopherne-enfin-devoile

Une miniature d’après Danloux préemptée par le Musée Condé
Lire : http://www.latribunedelart.com/une-miniature-d-apres-danloux-preemptee-par-le-musee-conde

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:15

Source : lemonde.fr

Le patrimoine russe menacé par les détournements

Le couvent de Novodievitchi (XVIe et le XVIIe siècle dans le style baroque), au sud-ouest de la capitale moscovite, était un îlot de tranquillité, placé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2004, et qui avait survécu aux exactions de Napoléon et de Staline. Mais, une nuit de mars 2015, le feu se déclencha dans une tour en restauration. Heureusement, peu de dégâts furent occasionnés. L’incident a néanmoins eu de sérieuses répercussions.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/04/15/le-patrimoine-russe-menace-par-les-detournements_4902808_3214.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:19

Source : lefigaro.fr

Une start-up française va relever Palmyre de ses ruines

Saccagé par Daech, le site archéologique classé au patrimoine mondial de l'Unesco va être scientifiquement restauré. Yves Ubelmann, fondateur d'Iconem, a lancé une vaste mission de numérisation en 3D des principaux monuments de la ville pour faciliter les travaux.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/04/20/03015-20160420ARTFIG00025-une-start-up-francaise-va-relever-palmyre-de-ses-ruines.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:28

Source : lefigaro.fr

Volées par les nazis, trois toiles de la Renaissance ressurgissent

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale il n'y avait plus aucune trace de dix-huit tableaux de la collection du prince Félix de Luxembourg. Retrouvés fin 2014, plusieurs d'entre eux viennent d'être montrés au public pour la première fois.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/04/19/03015-20160419ARTFIG00182-volees-par-les-nazis-trois-toiles-de-la-renaissance-ressurgissent.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:32

Source : lefigaro.fr

Comment l'État a perdu 23.000 pièces de son patrimoine

Tapisseries, tableaux, bureaux, mobilier... Plus de 20.000 pièces du patrimoine national ont disparu des lieux administratifs où ils étaient exposés. La commission chargée du bon suivi de ces œuvres est débordée, a révélé Libération.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/04/18/03015-20160418ARTFIG00199-comment-l-etat-a-perdu-23000-pieces-de-son-patrimoine.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:41

Le Caravage dans un grenier

Source : lepariesien.fr

Un trésor dans le grenier

Un tableau oublié dans un grenier, probablement du peintre italien Le Caravage, vient d'être classé trésor national. Le Louvre aura-t-il les moyens de l'acquérir ?
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/un-tresor-dans-le-grenier-13-04-2016-5709733.php

Source : lemonde.fr

Un Caravage a-t-il été découvert dans un grenier en France ?

Un tableau, découvert en avril 2014 dans un grenier près de Toulouse, et présenté comme une œuvre du Caravage (1571-1610) par le cabinet d’expertise parisien Eric Turquin, a été dévoilé mardi 12 avril lors d’une conférence de presse. L’œuvre montre Judith tranchant le cou d’Holopherne.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/04/12/un-caravage-a-t-il-ete-decouvert-dans-un-grenier-en-france_4900222_1655012.html#JrXAxF3TOmUc0qQq.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mer 20 Avr - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:46

Musées et numérique

Source : echosciences-grenoble.fr

Numérique et médiation : la révolution ?

Avec l’arrivée des tablettes, des écrans et des tables tactiles, les musées et centres de Science ont changé de visage. Autrefois poussiéreux, exposant squelettes de dinosaures et documentaires sur les fourmis, ils sont aujourd’hui plus en vogue que jamais.
Lire la suite : http://www.echosciences-grenoble.fr/articles/numerique-et-mediation-la-revolution

Source : artdesigntendance.com

La stratégie numérique du Musée des Beaux-Arts de Lyon #1

Art Design Tendance, en partenariat avec le blog Tonio Libero poursuit son travail d’investigation sur le thème de l’irruption du numérique dans les institutions muséales et les lieux de patrimoine. Après le Centre Pompidou, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, et le Musée des Arts Décoratifs de Paris, me voici reçu au Musée des Beaux-Arts de Lyon.
Lire la suite : http://artdesigntendance.com/la-strategie-numerique-du-musee-des-beaux-arts-de-lyon-1/#sthash.3bTdfrDQ.dpuf

Source : lemonde.fr

La #MuseumWeek résumée en quelques tweets


Le marathon annuel de la #MuseumWeek a couru du lundi 28 mars au dimanche 3 avril. Le succès de cette opération culturelle, lancée sur Twitter en 2014, ne se dément pas, avec un nombre de tweets générés cette année de quelque 650 000 tweets et retweets. Soit un peu plus qu’en 2015 (600 000), qui avait enregistré une expansion impressionante par rapport aux 260 000 tweets de la première année.
Lire la suite: http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/04/07/la-museumweek-resumee-en-quelques-tweets_4897571_1655012.html#Mq7jkAXm3Tr3bdA0.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:56

Source : lemonde.fr

La Pinacothèque de Paris ferme sa filiale à Singapour

Moins de deux mois après la fermeture inopinée de la Pinacothèque de Paris, sa filiale de Singapour a tiré le rideau, le 11 avril. Un communiqué des plus concis invoque une fréquentation plus réduite que celle escomptée – à peine 150 visiteurs par jour – ainsi que « d’autres défis commerciaux et financiers ».
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/04/14/la-pinacotheque-de-singapour-baisse-a-son-tour-le-rideau_4901726_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse ( 4 - 17 avril 2016)   Mer 20 Avr - 10:58

Source: lemonde.fr

Adele et Katy Perry dopent la fréquentation du « Broad Museum », à Los Angeles

Ouvert depuis six mois à Los Angeles, le musée créé par les collectionneurs Eli et Edythe Broad connaît un succès remarquable : 400 000 visiteurs, des files d’attente canalisées par des barrières, des admissions toutes les demi-heures. L’entrée est pour l’instant gratuite, mais se fait sur réservation, et il semblerait que tout soit complet au moins jusqu’au mois de mai. On en a presque mal pour le Museum of Contemporary Art, situé presque en face, et qui paraît du coup un peu déserté, ce qui est bien dommage.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/04/13/the-broad-une-collection-parmi-les-meilleures_4901074_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 10 avril 2016)   Mer 20 Avr - 11:01

Source : le monde.fr

« Panama papers » : le Modigliani caché a été placé sous séquestre

La justice genevoise a donc décidé d’agir. Trois jours après les révélations des « Panama papers », le parquet de la cité suisse a annoncé lundi 11 avril qu’elle avait placé sous séquestre un tableau de Modigliani soupçonné d’avoir été spolié pendant la seconde guerre mondiale et dissimulé depuis 1996 par l’intermédiaire d’une société offshore.

Lire la suite : http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/11/panama-papers-le-modigliani-cache-a-ete-place-sous-sequestre_4900132_4890278.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 4 - 17 avril 2016)   Mer 20 Avr - 11:13

Source : lejournaldesarts.fr

L’ancien palais de Saddam Hussein transformé en musée à l’automne 2016

La résidence de l’ancien président irakien sera reconvertie en musée en septembre 2016 et accueillera des collections d’antiquités et d’art islamique. C’est la première ouverture d’un nouveau musée depuis l’occupation de l’Irak en 2003.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/135906/l-ancien-palais-de-saddam-hussein-transforme-en-musee-a-l-automne-2016.php?xtor=759

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 4 - 17 avril 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 4 - 17 avril 2016)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: