Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (18 - 24 avril 2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Ven 22 Avr - 10:47

Musées région Centre

Source : Latribunedelart.fr

Pendant quelques jours, le Musée Girodet s’expose à l’Institut

Montagis, Musée Girodet et Paris, Institut - L’exposition ne dure que que deux semaines, autant dire qu’il faut se dépêcher d’y aller, d’autant qu’elle est magnifique. Le Musée Girodet de Montargis présente à Paris, dans des salles mises à sa disposition par l’Institut, un ensemble de dessins de son fonds. On y voit donc, bien sûr, de nombreuses feuilles d’Anne-Louis Girodet-Trioson, ce qui permet ainsi d’admirer sa dernière acquisition1 : une superbe tête de Galatée en lien avec le tableau, Pygmalion et Galatée acquis par le Louvre en 2002.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/pendant-quelques-jours-le-musee-girodet-s-expose-a-l-institut

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Levroux) Fête du cuir : 10 ans en octobre

Le Musée du cuir et parchemin, présidé par Laurent-Michel Pineau, a tenu son assemblée générale mercredi dernier. Les rapports d’activités et financier, présentés par Annie-Dupuet Laurent, secrétaire, et Michel Roi, trésorier, laissent apparaître une fréquentation régulière du musée et une situation budgétaire excédentaire pour l’année écoulée. Après avoir remercié la Fédération française du cuir pour son aide précieuse, ainsi que le Conseil départemental, la municipalité et les bénévoles, le président a dévoilé les projets 2016.
Nr, Indre, 18/04, p.12

(Orleans) « Les Tumultes » d’Anne Jallais en vitrine


Jusqu’au 12 juin, les vitrines du musée des Beaux-Arts d’Orléans accueillent dix peintures d’Anne Jallais, artiste et professeur à l’Institut privé d’enseignement supérieur arts appliqués
(Ipesaa) de Montpellier. Sur les toiles horizontales, très étroites, actuellement exposées sous les arcades du musée, des traces de peintures de différentes couleurs, peintes avec une large brosse, se mêlent en mouvements parfois souples, parfois saccadés. Cette série intitulée «Les Tumultes, ce qui arrive» et débutée en 2013, évoque pour son auteure «l’expérience des eaux déchaînées».
RC, Orleans, 19/04, p.12

(Chevannes) Forge réhabilitée : l’enquête commence

C’est dans une usine désaffectée que la forge, en piteux état, a été retrouvée, à Paris. Après avoir séjourné chez un particulier, à Chevannes, elle a été donnée à la commune dans la perspective de la prochaine création d’un musée de la forge. Le premier adjoint, Jean-Claude Dellion, et le conseiller municipal, Mathieu Walocq, ont décidé de la réhabiliter à l’identique, en refaisant et en assemblant différentes pièces de métal. Le projet est bien avancé et il ne manquera bientôt que le soufflet. La municipalité lance un appel aux généreux donateurs pour compléter l’ouvrage.
RC, Loiret, 19/04, p.18

(Nogent le Rotrou) La bannière de retour

Au moment de la cérémonie des vœux, en janvier, François Huwart, le maire (PRG) de Nogent le Rotrou, avait quasiment évoqué le sujet du bout des lèvres : l’installation d’un restaurant salon de thé dans un des logis du château Saint Jean. Depuis, les études de diagnostic par un architecte du patrimoine et de faisabilité ont été réalisées et la Ville a lancé cette semaine ses premières demandes de subventions pour conduire les travaux de restructuration du pavillon Louis XIII. Campé sur son contrefort, coincé entre les tours de Brunelles et de Saint Victor de Buthon, ce pavillon abrite aujourd’hui l’équipe administrative du musée et accueille certaines animations. «Ces deux études vont permettre à la Ville de déterminer l’enveloppe financière à consacrer à ce projet», a expliqué François Huwart, lors de la dernière réunion du Conseil municipal, lundi dernier. Selon le cabinet d’architecte, le bâti nécessite d’être consolidé, les maçonneries restaurées et la couverture refaite. Le contrefort extérieur apparaît comme une priorité. «En même temps, le cabinet a préconisé d’intervenir sur le pont d’accès à l’édifice. Cette partie ne faisait pas partie du programme initial mais il paraît plus que nécessaire d’envisager ces travaux de consolidation en même temps que la restauration du pavillon», a décrit le maire. Avec 252.700 € pour le logis et 292.600 € d’intervention sur le pont, les travaux extérieurs se chiffrent à 545.400 € environ. Par ailleurs, la Ville a commandé une étude de faisabilité qui s’est concentrée sur les nécessaires travaux d’aménagement intérieur du pavillon Louis XIII. Il en va de près de 390.000 €. Tout mis bout à bout, c’est donc 1,122 million d’euros de travaux qui sont envisagés au château Saint Jean dans les prochains mois.
L'Echo, 16/04, p.22

(Chaon) Bérangère accueille désormais le public à la Maison du braconnage


Depuis le 1er avril, une jeune femme, Bérangère Esnault, accueille le public à l’entrée de la maison du braconnage. Originaire de l a Sarthe, elle est employée par la mairie pour accueillir, assurer les visites à la maison du braconnage, gérer le site internet entre autres tâches. Bérangère a un master en recherches en histoire médiévale et un en métiers des archives. Avant de répondre à l’annonce d’emploi diffusée par la mairie de Chaon, elle a fait des stages à l’Agence de l’eau et à la Drac Centre Val de Loire. Actuellement, elle apprend à découvrir la Sologne, le braconnage. «C’est un territoire intéressant», précise t elle.
RC, Orleans, 19/04, p.12

(Chartres) Le Musée de l’école reçoit le soutient de GrDF

Hervé Le Chalony, directeur régional Centre-Val de Loire GrDF, (Gaz réseau distribution France), Patrick Géroudet, adjoint à la promotion de la ville, au tourisme et au patrimoine, et Marie-Françoise Soulier, présidente de l’association des Amis du Musée de l’école, ont signé, mardi, une convention de mécénat. Les 1.500 € mobilisés accompagneront la mission de sauvegarde et de valorisation du patrimoine scolaire que le musée assure depuis quarante ans. Marie-Françoise Soulier en a profité pour présenter la richesse des collections du musée «dont seulement 3 % sont exposées». Hervé Le Chalony a relevé l’importance d’un tel patrimoine qui « permet de retrouver l’historique des découvertes d’hier pour mieux comprendre les enjeux de demain ».
L'Echo, 21/04, p.8

(Loches) Courbet, peintre du “ buzz ”

Carine Joly décolle peu à peu le ruban qui protégeait la gravure des aléas du transport. Progressivement, apparaissent le visage et le physique massif, presque hors normes, de Gustave Courbet. Le célèbre peintre, au cœur de l’exposition qui s’ouvrira pour cinq mois à partir de juin au musée Lansyer, dépassait toutes les bornes, dans la vie comme dans son œuvre. «On dirait aujourd’hui qu’il faisait le buzz. Il était refusé au salon officiel ? Qu’à cela ne tienne, il installait lui-même sa propre exposition en face de l’exposition universelle», raconte l’historienne de l’art et conservatrice adjointe de l’Institut Courbet. Carine Joly est arrivée hier à Loches avec dans ses bagages une trentaine d’objets liés à Gustave Courbet. Des gravures, des photos de l’artiste, des lettres signées de sa main… C’est une première étape dans la mise sur pied de l’exposition «Courbet s’invite chez Lansyer».
Nr, Indre et LoireE, 22/04, p.20

(Pithiviers) Le demi-siècle du Musée des transports
Cela fait aujourd’hui tout juste cinquante ans que le Musée des transports pithivérien a été inauguré. Pour marquer le coup, une cérémonie sera organisée sur le site de la rue Carnot, à 14 heures. L’occasion de rappeler les plus belles heures du tramway Pithiviers-Toury, qui a fonctionné de  1892 à 1964, et le travail acharné des bénévoles depuis un demi siècle pour faire revivre cette époque glorieuse du chemin de fer dans le Pithiverais. En un demi siècle, les bénévoles de l’Association du musée des transports de Pithiviers ont remis en état des locomotives, aménagé des voitures, constitué une collection de matériel roulant, embelli le musée… On retrouve sur le site de l’ancien dépôt une collection d’objets anciens relatifs aux métiers du chemin de fer : lanternes, casquettes, affiches, documents photographiques… L’association a également préservé des locomotives à vapeur, un tramway «citadin» et une voiture «salon», tous classés aux Monuments historiques.
RC, Loiret, 23/04, p.12

(Dreux) J’étais une carriole oubliée


Je n’ai ni chauffage, ni climatisation et je n’avance qu’au rythme du pas d’un mulet, soit environ 1 % de la vitesse du son. C’était comme cela en 1900. En ce monde où foncer est une vertu absolue (sauf dans les jumelles de la maréchaussée), je pensais être à jamais reléguée au fond de ma grange de Vigny, un hameau connu de ses seuls habitants dans l’immense plaine de Marville Moutiers Brûlé. Fabriquée à Dreux Oubliée, jusqu’au jour où Philippe, mon ancien propriétaire, a décidé à la faveur d’un déménagement de m’offrir une nouvelle vie. Et là, bingo ! Depuis quelques mois, je suis devenue la jument d’amour du musée Flora Gallica.
Le Berry, 23/04, p.19

(Lorris) Transmettre l’histoire et la mémoire

Depuis 1988, l’ancienne gare de Lorris, désaffectée depuis 1969, a trouvé une nouvelle vie et abrite le musée de la Résistance et de la Déportation. Un musée créé à l’initiative d’anciens résistants et déportés du Loiret, repris en gestion par le conseil départemental depuis 2008. Il est situé «à  quelques kilomètres seulement du Maquis de Lorris, organisé dans le but de former des unités mobiles de part et d’autre de la Loire, après le 6 juin  1944, mais qui est devenu bien plus important», précise Marie-Pierre Le Men, responsable du musée.
RC, Loiret, 24/04, p.20

“ La France qui gagne ” à Romorantin

Après avoir battu son record de fréquentation (*) avec l’exposition consacrée à Ferrari, le Musée Matra de Romorantin accueille depuis hier «La France qui gagne», thème choisi pour cette nouvelle saison. Un thème fédérateur, qui permet de saluer les performances réalisées par Matra Sport sous l’impulsion de Jean-Luc Lagardère, et plus récemment par Renault, Peugeot ou Citroën. Les voitures de course ne sont d’ailleurs pas les seules à l’honneur : «La France qui gagne» passe aussi par l’exemple de la 2 CV ou de la 4 L. Plusieurs inventions bleu-blanc-rouge dont le Minitel sont également rappelées dans les vitrines de l’exposition. Inaugurée hier «elle gagne à être connue», a lancé le directeur des lieux, Dany Chamfrault, avant de passer le micro au grand pilote Henri Pescarolo. Avec une telle exposition, le musée romorantinais devrait gagner encore en renom. « La France qui gagne », exposition visible jusqu’au 20 novembre (intégral)
(*) Plus de 25.000 visiteurs accueillis en 2015.
Nr, Loir et Cher, 23/04

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 25 Avr - 16:29, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Ven 22 Avr - 10:47

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Grand-Pressigny) Des fouilles à la portée des jeunes


Des stages destinés aux 13-17 ans pouvant accueillir douze participants maximum auront lieu cet été au Grand-Pressigny. Ils sont conçus pour des débutants, et leur contenu est adapté pour les stagiaires désirant se perfectionner ou s’inscrire pour deux sessions consécutives. L’initiation est encadrée par un archéologue. Elle se déroulera sur le terrain de l’école des fouilles implanté près de l’Archéolab d’Abilly et à la Maison de la préhistoire et de la nature du Grand-Pressigny pour des activités post-fouilles. Les différentes activités pratiquées pendant ces stages sont : initiation à la taille du silex, présentation du site archéologique du Petit-Paulmy, initiation à la fouille archéologique en Préhistoire, manipulation d’outils en silex néolithiques, visite du nouveau musée de la Préhistoire et découverte de sites mégalithiques locaux.
Nr, Indre et Loire, 19/04, p.8

(Meung sur Loire) Les mégalithes de la région à la Monnaye

L’inauguration de l’exposition «De pierres en pierres : dolmens et menhirs de la région» a lieu ce soir à la salle Éric Doligé, à l’espace culturel la Monnaye. Il n’y a pas qu’en Bretagne que les hommes du Néolithique ont levé des cailloux. Dans la région Centre-Val de Loire, on compte presque 300 mégalithes. Ces monuments constitués d’une ou plusieurs pierres (parmi lesquels on retrouve les dolmens et les menhirs) ont été érigés par l’homme sans mortier ni ciment. L’exposition, conçue par la Société archéologique de Meung sur Loire, en partenariat avec l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et le musée municipal, dévoile les mégalithes présents aux alentours de Meung sur Loire. Sur le même thème, vendredi 13 mai à 18h30 à la Fabrique, Jean Bruant, de l’Inrap, animera la conférence «Y’a des cailloux sur toutes les routes». (intégral)
RC, Orleans, 22/04

(Rouvres-les-bois) Des ossements humains retrouvés à proximité de l’église


Toute cette semaine, un diagnostic archéologique réalisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives, sur prescription de l’État et de la Drac Centre Val de Loire, est mis en place avant les travaux d’aménagement du centre-bourg, concernant l’installation du réseau de tout-à-l’égout. Mardi, le maire, Jean-Michel Guillemain, accompagné de quelques conseillers, était présent pour s’informer des
avancées du chantier. Jean-Philippe Chimier, archéologue à l’Inrap, a donné quelques précisions.
Nr, IndreW, 22/04, p.13

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 25 Avr - 15:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Ven 22 Avr - 10:49

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

D’un salon montargois jusqu’à NewYork

Le scénario est un peu différent de celui du Caravagere trouvé dans un grenier toulousain voici deux ans. Mais l’histoire est tout aussi singulière : mercredi, le Portrait d’une femme, tableau déniché à Montargis, s’est adjugé 112.500 $ lors d’une vente aux enchères organisée par Christie’s à New York. Un record mondial pour une œuvre de l’artiste Rose-Adelaïde Ducreux (1761-1802), précise la société. Cette toile d’exception, qui a trouvé sa place dans une vente de 33 œuvres d’une valeur totale de 11 millions de dollars, doit son destin peu commun à une femme de terrain, Marine Desproges-Gotteron. Cette experte en objets d’art est déléguée par Christie’s, plus grande société de vente aux enchères au monde, pour sillonner le centre de la France. C’est elle qui, en octobre 2015, a repéré tout l’intérêt de l’œuvre, accrochée dans le salon d’une maison cossue du XVIIIe siècle, au bord du canal. Si le vendeur a préféré que son anonymat soit préservé, on retiendra que cette toile d’exception est restée dans la même famille durant 200 ans avant de s’envoler pour les États Unis.
+ Dans la même famille depuis l’Empire
RC, Loiret, 16/04, p.15

(Bourges) La fontaine de fer sort la tête de l’eau


Peu de Berruyers, et donc encore moins de touristes, ne savent pas que la rue de la Fontaine de Fer, à deux pas du complexe sportif Pierre de Coubertin et de l’avenue Marx Dormoy, ne dissimule un trésor. Derrière un muret se cache une fontaine, qui existe depuis le XIIe siècle, où coulait de l’eau ferrugineuse. Cette eau avait des vertus et les habitants se pressaient dans cet enclos pour la boire. Un édifice qui était laissé à l’abandon. Du lierre, de la mousse, de l’herbe avaient envahi la cour de la fontaine. Des joints étaient en train de s’effriter. Mais depuis la fin du mois de mars, c’est de l’histoire ancienne. Les membres de l’association Cobaty, qui regroupe des professionnels de l’art de la construction, sont en train de la restaurer.
Le Berry, 18/04, p.11

(Orval) La Promenade patrimoine a vingt sites

Le lavoir de la Loubière, la motte féodale, la Croix de Mission, Orval plage… Voici quelques uns des sites orvaliens qui font partie de la Promenade patrimoine inaugurée samedi matin. Le but : mettre en valeur ce patrimoine local, pas forcément très connu, et proposer ainsi une balade dans la commune. «L’idée a germé voilà 5 ou 6 ans, raconte le maire Clarisse Duluc. Alors adjointe, j’avais mis en place un comité patrimoine avec Alain Andriau et Patricia George. Nous avions beaucoup travaillé, avec Jean-Claude Lemonnier, sur les archives de la commune. C’est ainsi que sont nées les journées du patrimoine, les visites estivales. Mais nous voulions aller plus loin car une partie du patrimoine de la commune passe inaperçu.» C’est ainsi qu’est née cette Promenade patrimoine. Vingt sites ont donc été répertoriés pour intégrer, dans un premier temps, ce cheminement. Parmi eux, l’église Saint Hilaire, le vieux cimetière, le lavoir sur la Loubière, la cartonnerie Thiolat, la Croix  de l’Ombrée, l’étang du Moulin… C’est Jean-Claude Lemonnier qui a été chargé de rédiger les textes figurant sur les panneaux
Le Berry, 18/04, p.32

(Dreux) Comme un trait d’union entre tous

Dreux, ville aux 64 nationalités différentes, ville de cultures et d’origines sociales diverses, Dreux où l’on se jette parfois le communautarisme à la figure, a pourtant quelques atouts pour se créer une identité. Sa chapelle royale, son histoire qui se confond avec celle des druides et du berceau de la France, sa fête des Flambarts qui fait l’unanimité dans tous les quartiers de la ville. Et… son beffroi, un monument historique, un facteur de cohésion entre tous les habitants de la ville. Un peu comme un phare planté en plein milieu du centre ville, le beffroi regarde l’histoire de la ville se dérouler à ses pieds depuis cinq siècles. Toutes les manifs à ses pieds Il sert de point de repères. C’est là que l’on se donne volontiers rendez vous. Le beffroi sert de décor à des spectacles et même des films. Il sert de cadre aux exploits des mômes, fans de vélo ou de rollers. Quand ils seront lycéens, ils reviendront s’asseoir sur ses marches pour refaire le monde. Planté au cœur de la ville, il sert aussi de ciment entre tous les Drouais. Chacun a un beffroi à raconter.
L'Echo, 18/04, p.14

(Mennetou-sur-cher) Des travaux porte Bonne-Nouvelle

Durant les vacances scolaires, le Cham (Chantiers d’histoire et architecture médiévale) intervient de nouveau sur la porte Bonne-Nouvelle. Cette fois-ci les travaux concernent la façade extérieure de la porte, travaux de dévégétation, de maçonnerie et de rejointement, de consolidation et de sécurisation avec taille de pierre et même le changement de quatre pierres. Huit personnes interviennent ici durant ces deux semaines, dont Aurélie Bourgeois, directrice, membre du Cham, mais aussi Jean, tailleur de pierre, retraité de Blois, Gaultier, également tailleur de pierre et qui effectue là son service civique, André, administrateur de l’association, venu de Valence, et quelques jeunes bénévoles qui ont à coeur de consacrer un moment de leurs loisirs au service de l’association. Josette, monestoise assure leur restauration.
NR, Loir et Cher, 18/04, p.39

Quelle vie à Orléans pendant le conflit ?


«À Orléans, on parle beaucoup de la Seconde guerre mondiale, car elle a fait des dégâts mais aussi car elle est plus présente dans les mémoires. La Grande guerre reste moins connue. On voulait parler de la vie d’Orléans et des Orléanais pendant ce conflit.» Un postulat qui a servi de point de départ pour l’exposition «Orléans pendant la Grande Guerre, une ville et des vies à l’arrière», qui commencera samedi et se poursuivra jusqu’au 21 août au musée des Beaux Arts. Riche de documents visuels et sonores, de pièces d’archives et d’objets d’époque, l’exposition promet un voyage de cent ans en arrière aux visiteurs. «Nous avons conçu un parcours en huit séquences,un cheminement au fil des quatre années du conflit, pour montrercomment les Orléanais ont pu s’adapter», explique Aurélie Bonnet-Chavigny, directrice des fonds documentaires du centre Charles Péguy, et commissaire de l’exposition avec Marie Maignaut, de la médiathèque d’Orléans, et Christelle Bruant, archiviste aux archives municipales.
+ Plus d’un an et demi de travail pour l’expo
+ De documents nombreux donnés
+ Si loin du front mais si près du quotidien
RC, Orleans, 19/04, p.10/11

(Olivet) Une salle des mariages neuve


Les travaux commencés en décembre devraient s’achever fin avril. Dès la mi mai, les mariages pourront à nouveau y être célébrés et le conseil municipal pourra s’y tenir fin mai. La réfection a été financée
par la ville pour un total de 293.579 €. Martine Ramat, architecte du patrimoine tourangelle, a été choisie pour ce projet. Michel Leclercq, adjoint chargé des travaux qui a suivi le dossier, détaille le projet : «Nous avons décidé d’une vraie restauration à l’authentique, dans l’esprit du XIXe siècle. Ainsi les plafonds resteront d’époque (ndlr, de 1887)». Les trois lustres sont aussi conservés. Concernant les tableaux, ceux qui existaient seront remplacés par des œuvres en provenance du musée des Beaux arts, par convention avec la ville d’Orléans. Pour autant, la salle des mariages aura un nouveau visage : les vieux rideaux orange sont remplacés par des tentures en velours gris perle, une tapisserie épaisse mouchetée dans des teintes blanc crème habillera les murs. Le plancher en bois a été rafraîchi et vitrifié. Le mobilier sera changé.
RC, Orleans, 19/04, p.18

(Neuvy deux Clochers) Alain Pelletier et ses idées lumineuses


Toutes les sculptures lumineuses d’Alain Pelletier sont nées d’idées tout aussi lumineuses. À tel point que l’artisan vient d’obtenir le premier prix du concours organisé au Salon régional des métiers d’art qui s’est tenu fin février, à Orléans (Loiret). «C’est un Salon très prisé, explique Alain Pelletier. Chaque année, il y a environ cent cinquante artisans, des écoles et des centres de formation. C’est François Bonneau, le président de la Région, qui m’a remis mon trophée.» Pour ce concours, dont le thème était la légèreté, Alain Pelletier a présenté un luminaire nommé Sho Gekijo, qui signifie «petit théâtre», en  japonais. L’un de ses trois petits théâtres mettait en scène une plume, l’autre du plomb et le troisième, l’air. Le tout illuminé par des leds, le matériau de prédilection de l’artisan installé à Neuvy Deux Clochers.
Le Berry, 19/04, p.16

(Chevry sous le Bignon) La commune manque de moyens pour le fronton du cimetière

En septembre 2015, la commune signait une convention avec la Fondation du Patrimoine pour la réhabilitation du fronton qui surplombe la porte d’entrée du cimetière, une construction exceptionnelle sur laquelle figure la devise de la République. L’inscription date de 1892, l’année de la construction de ce nouveau cimetière qui a remplacé celui de l’église. Elle constitue un témoignage sur ces années précédant la séparation de l’Église et de l’État. Mais la souscription qui a été lancée n’a recueilli que 4.000 € de dons, alors que le montant des travaux s’élève à 23.000 €. La fondation, elle, s’engage à donner le double des dons à hauteur de 20% de la somme totale. Dans un contexte budgétaire serré, la municipalité doit mettre la priorité sur la défense incendie. Le chantier du fronton ne peut donc pas commencer.
RC, Loiret, 20/04, p.18

(Subdray) L’église va se refaire une santé

La municipalité du Subdray, soucieuse de la conservation de son église, a prévu depuis quelque temps déjà, une restauration de l’intérieur et de l’extérieur de l’édifice. Elle devrait se réaliser en deux fois. La première tranche de travaux concernera le crépi, la couverture, la charpente et le beffroi. D’ailleurs les cloches n’auront pas attendu le début des travaux pour se taire. En effet, le beffroi étant  endommagé, le conservateur des antiquités a conseillé de ne plus les faire sonner et de fermer temporairement l’église au public. La deuxième tranche concernant l’intérieur, interviendra probablement en 2017. La municipalité espère une aide de la part de la région (Direction régionale des affaires culturelles) et l’association subdréenne Patrimoine et mémoire envisage d’organiser une souscription pour apporter une aide financière au projet de restauration. (intégral).
Le Berry, 20/04

(Colombiers) Premiers carottages et sondages

Jusqu’à ce matin, une entreprise spécialisée effectue les premiers carottages et sondages dans le cadre de l’étude de solidité et de réhabilitation du pont canal de la Tranchasse. L’ouvrage qui enjambe le Cher entre Colombiers et Ainay le Vieil, au sud de Saint Amand, est en mauvais état, notamment ses rambardes. Au point qu’en mai 2014, les maires des deux communes ont chacun pris un arrêté pour y interdire la circulation jugée trop dangereuse. Les principaux objectifs de l’étude, qui doit durer cinq mois et dont le montant s’élève à 41.800 euros, visent à apprécier l’état de l’ouvrage, contrôler sa capacité portante, identifier les problèmes de sécurité susceptibles d’affecter les futurs usagers, estimer et chiffrer les travaux nécessaires à sa réhabilitation et à sa pérennisation, examiner la «franchissabilité» et la continuité écologique de la rivière Cher au droit de l’ouvrage, et proposer un plan d’actions.
Le Berry, 20/04, p.23

(Pays Loire Val d’Aubois) Le Pays redonne vie à la tuilerie Sauvard

Une réunion du conseil syndical du Pays Loire Vald’Aubois (PLVA) a eu lieu mercredi dernier, sous la présidence de Serge Méchin. À cette occasion, une large place a été consacrée à la présentation du projet final d’aménagement et de mise en valeur de la tuilerie Sauvard. La création de ce centre d’interprétation du patrimoine (CIAP) vise à renforcer les ambitions du Pays d’art et d’histoire mais également celles  du développement culturel sur l’ensemble du territoire. Ainsi, Vincent Courtilat, directeur du PLVA, et Marie Berbain, animatrice de l’architecture et du patrimoine, ont exposé la nature des travaux relatifs à l’aménagement du site qui comprendra : au rez de chaussée le CIAP avec une exposition permanente dans et autour du four Hoffman (416 mètres carrés), une exposition temporaire avec accueil et  bibliothèque (105 m2), une salle d’ateliers et salle de conférence (83 m2 ), une réserve et chaufferie (27 m2) et de sanitaires (18 m2) ; le premier étage accueillera des bureaux.
Le Berry, 20/04, p.26

(Maintenon) Les anciennes écuries réaménagées


Lors du dernier conseil communautaire des Terrasses et Vallées de Maintenon, les conseillers se sont penchés sur l’installation de l’Office de tourisme dans les anciennes écuries du château. C’est en septembre 2015 que la communauté de communes a signé avec la société “Image Inn” un contrat VIR, vente d’immeuble à rénover, pour la somme de 983.000€ TTC. Les subventions obtenues des divers organismes se montent environ à 645.000€. Il s’agit uniquement du rez de chaussée des anciennes écuries du château destiné non seulement à l’Office de Tourisme mais aussi à une salle d’exposition culturelle. Ce rez de chaussée sera livré rénové, certes, mais totalement vide.
L'Echo, 20/04, p.13

(Trancrainville) L’église soigne ses plaies


Très impactée par le violent orage de grêle du 9 juin 2014, l’église de Trancrainville a subi, comme tous les bâtiments de la commune, de nombreux dégâts sur sa toiture. Des réparations sommaires ont été effectuées mais de nombreuses fuites subsistaient. Plusieurs tuiles ont été percées dans cette toiture vétuste. Le Conseil municipal a, donc, pris la décision de faire des réparations. Et, après un appel d’offres, c’est l’entreprise locale Baranton qui a été retenue pour un montant de 137.600 €. Le chantier a débuté et va durer environ quatre mois pour redonner à cette église des XIIIe et XIVe siècles son aspect antérieur et éviter toute fuite. Les élus, satisfaits de voir aboutir un lourd dossier, sont maintenant très préoccupés par le nouveau tracé de la future autoroute A 154 qui vient de leur être dévoilé et va fortement impacter le village.
L'Echo, 20/04, p.22

Une souscription pour le moulin de Suèvres

Comptant près de 110 adhérents, l’Association de la sauvegarde des moulins à eau (Asme) de Loir-et-Cher a, cette année, choisi Romorantin pour tenir son assemblée générale. La réunion, qui s’est  déroulée, ce samedi, à l’hôtel de La Pyramide, a été marquée par la signature avec la Fondation du Patrimoine d’une nouvelle souscription. Celle-ci concerne le moulin de Rochechouard, à Suèvres, dont l’association est propriétaire. Elle prévoit d’y réaliser pour près de 31.000 € de travaux. Ils ont été présentés par Bernard Fauquembergue, membre de l’Asme et du syndicat d’initiative de Suèvres et Cour-sur-Loire, qui anime le moulin ouvert au grand public de mai à septembre. Ces travaux portent essentiellement sur la réfection des murs intérieurs du moulin, pour valoriser les présentations artistiques ou artisanales accueillies. Des raccords de ciment à gratter, des poutres à changer, des enduits à reprendre… font partie du chantier qui doit être réalisé pendant la prochaine saison hivernale.
Nr, Loir et Cher, 20/04, p.9

(Montrichard) Cure de jouvence pour la fontaine Saint-Célerin


La fontaine Saint-Célerin fait peau neuve. Rue Nationale, au pied du château, la superbe fontaine avec sa belle tête de lion d’où par la bouche jaillit une eau claire (mais non potable) se fait belle pour cet été.  Le 14 avril, sous une pluie battante, une petite équipe de la commune de Montrichard a lavé des pieds à la tête le bel obélisque et sa fontaine. Construit par Jean de Beaune au XVIe siècle, qui fit prendre la source de la fontaine du Rocher, située juste sous le château, ce bel ouvrage montre également ses armoiries sur la droite du monument. À l’époque, les habitants de Montrichard venaient y prendre de l’eau à la gueule du lion. Avec ce nettoyage de printemps, ce patrimoine communal est remis en valeur. (intégral)
NR, Loir et Cher, 20/04

(Tours) L’encre de Chine sur le tuffeau du cloître de la Psalette


Accolé à la cathédrale – le monument le plus visité de la ville avec 250.000 visiteurs par an – le cloître de la Psalette, ouvert au public depuis 1998, n’en demeure pas moins quasi inconnu des Tourangeaux, n’attirant qu’un sur dix des visiteurs de Saint-Gatien. Il est vrai que la visite de ce dernier est payante : 3 euros. Chrystelle Laurent, administratrice de ce monument national ainsi que du château d’Azay-le-Rideau, a plein de projets pour faire découvrir et animer ce lieu magique qui pourrait pourtant se suffire à lui-même par sa beauté, son silence et sa lumière. Ainsi, l’ancien scriptorium du cloître accueille-t-il régulièrement des expositions de choix. «Pierre et encre en résonance, l’art du vide et du plein» donne à voir, jusqu’au 6 juin, des peintures traditionnelles chinoises réalisées par deux artistes contemporains, père et fils, du nord de la Chine, Minquan et Yanqiu Gao. Exposition «Pierre et encre en résonance», jusqu’au 6 juin.
NR, Indre et Loire, 20/04, p.14

(Villandry) Alan Halliday inaugure la saison d’exposition au château


Jusqu’au 30 mai, Alan Halliday expose au château pour débuter sa saison artistique. S’il parle peu français, il sait, avec ses  pinceaux, exprimer toute la beauté sensuelle et féerique des châteaux de la Loire. Mais l’homme n’est pas seulement peintre, il  est aussi historien de l’art, docteur de la prestigieuse université d’Oxford et s’est essayé avec succès au théâtre avec la Royal  Shakespeare Company. Mais c’est à la peinture qu’il a décidé de consacrer sa vie. C’est un artiste reconnu qui ne compte plus  ses expositions internationales. Il est venu avec beaucoup de toiles, toutes sur les châteaux de la Loire et leurs jardins, dont Villandry.
NR, Indre et Loire, 20/04, p.17

(Orval) La tentative de vol de la croix reliquaire échoue

Un joyau du patrimoine orvalien a failli être dérobé la semaine dernière. C’est vendredi matin que la tentative de vol de la croix reliquaire, conservée dans l’église d’Orval, a été constatée. Cette croix reliquaire a été offerte par Saint Louis au seigneur d’Or val entre 1250 et 1270. En vermeil, mesurant 35 cm de haut et 20 cm de large, la croix reliquaire contiendrait une épine extraite de la couronne que portait le Christ lors de la Passion. Classée par les Monument historiques en 1891, elle est conservée dans une vitrine blindée dans l’église. C’est là, en cassant un vitrail situé à l’extérieur de l’édifice, qu’une ou plusieurs personnes sont entrées. Elles ont essayé de fracturer la vitrine qui a résisté aux nombreux impacts.
Le Berry, 17/04, p.11

(Huisseau-sur-Cosson) Sous les plâtres des fresques remarquables

Réaliser des travaux peut réserver de belles surprises. C’est ainsi que l’ancien propriétaire suisse du château des Grotteaux à Huisseau-sur-Cosson, en grattant du plâtre, est tombé nez à nez avec Zeus, en peinture. C’est ensuite Gaël du Halgouët, nouveau propriétaire des lieux, qui a fait une découverte fortuite, dans cette même chambre : «En cassant les sanitaires, Artémis est apparue», puis Hestia et Poséidon quelques mètres plus loin. Une enfilade de dieux de l’Olympe réalisée par Jean Mosnier, «grand peintre blésois ayant travaillé à Cheverny et Beauregard», au retour d’Italie vers 1620. «Le caractère exceptionnel réside dans sa rareté. selon Brice Moulinier en charge de la restauration. Nous disposons de peu de peintures murales du XVIIe siècle.» Ces peintures en grisaille, très complexes et basées sur un dégradé d’une couleur, ont été commandées par Guillaume Ribier, prestigieux locataire du château. Leur restauration débute fin 2015. Concernant les autres peintures de l’actuel couloir, «elles ne seront pas restaurées, les moyens ne sont pas infinis»,  précise en souriant le propriétaire. Elles ont donc été documentées pour la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), prises en photos, nettoyées, consolidées et recouvertes de nouveau d’un plâtre. Gaël de Halgouet espère voir aboutir le classement de ces pièces aux Monuments historiques.
NR, Loir et Cher, 16/04, p.6

Caravage : “ 148 millions d’euros dorment-ils à Loches ? ”

C’est Aymeric Rouillac, commissaire-priseur à Tours, qui pose la question : «148 millions d’euros dorment ils à Loches ?» Pour lui, «la découverte cette semaine d’une oeuvre du Caravage par [mon] confrère commissaire-priseur deToulouse, avec le concours de notre expert parisien en tableauxanciens, réveille des questions concernant les deux tableaux attribuésau maître italien en 2002, et conservés depuis dans la galerie Antonine de Loches». A la suite de l’ancien maire Jean-Jacques Descamps, il relève bon nombre de points communs entre les deux situations : «Mention expresse dans des archives originales du début du XVIIe, existence d’autres versions dans de grandes collections, absence de dessin préparatoire et gravure caractéristique du maître faite au manche du pinceau, présence de repentirs, existence des pigments et de matériels originaux, débats d’experts…» Et constate que «ces mêmes observations ont conduit aux mêmes conclusions de nécessaire protection par l’État, avec toutefois un résultat différent au détriment de la ville de Loches». Et de conclure : «Je suis prêt à prendre le pari que si Loches demandait leur radiation de l’inventaire des Monuments historiques pour envisager une vente internationale, les choses bougeraient rapidement. Il faut parfois la perspicacité d’un commissaire-priseur pour authentifier des trésors disparus».
NR, Indre et Loire, 16/04, p.23

(Chevry sous le Bignon) La commune manque de moyens pour le fronton du cimetière

En septembre 2015, la commune signait une convention avec la Fondation du Patrimoine pour la réhabilitation du fronton qui surplombe la porte d’entrée du cimetière, une construction exceptionnelle sur laquelle figure la devise de la République. L’inscription date de 1892, l’année de la construction de ce nouveau cimetière qui a remplacé celui de l’église. Elle constitue un témoignage sur ces années précédant la séparation de l’Église et de l’État. Mais la souscription qui a été lancée n’a recueilli que 4.000 € de dons, alors que le montant des travaux s’élève à 23.000 €. La fondation, elle, s’engage à donner le double des dons à hauteur de 20% de la somme totale. Dans un contexte budgétaire serré, la municipalité doit mettre la priorité sur la défense incendie. Le chantier du fronton ne peut donc pas commencer.
RC, Loiret, 20/04, p.18

(Subdray) L’église va se refaire une santé

La municipalité du Subdray, soucieuse de la conservation de son église, a prévu depuis quelque temps déjà, une restauration de l’intérieur et de l’extérieur de l’édifice. Elle devrait se réaliser en deux fois. La première tranche de travaux concernera le crépi, la couverture, la charpente et le beffroi. D’ailleurs les cloches n’auront pas attendu le début des travaux pour se taire. En effet, le beffroi étant  endommagé, le conservateur des antiquités a conseillé de ne plus les faire sonner et de fermer temporairement l’église au public. La deuxième tranche concernant l’intérieur, interviendra probablement en 2017. La municipalité espère une aide de la part de la région (Direction régionale des affaires culturelles) et l’association subdréenne Patrimoine et mémoire envisage d’organiser une souscription pour apporter une aide financière au projet de restauration. (intégral).
Le Berry, 20/04

(Colombiers) Premiers carottages et sondages


Jusqu’à ce matin, une entreprise spécialisée effectue les premiers carottages et sondages dans le cadre de l’étude de solidité et de réhabilitation du pont canal de la Tranchasse. L’ouvrage qui enjambe le Cher entre Colombiers et Ainay le Vieil, au sud de Saint Amand, est en mauvais état, notamment ses rambardes. Au point qu’en mai 2014, les maires des deux communes ont chacun pris un arrêté pour y interdire la circulation jugée trop dangereuse. Les principaux objectifs de l’étude, qui doit durer cinq mois et dont le montant s’élève à 41.800 euros, visent à apprécier l’état de l’ouvrage, contrôler sa capacité portante, identifier les problèmes de sécurité susceptibles d’affecter les futurs usagers, estimer et chiffrer les travaux nécessaires à sa réhabilitation et à sa pérennisation, examiner la «franchissabilité» et la continuité écologique de la rivière Cher au droit de l’ouvrage, et proposer un plan d’actions.
Le Berry, 20/04, p.23

(Pays Loire Val d’Aubois) Le Pays redonne vie à la tuilerie Sauvard

Une réunion du conseil syndical du Pays Loire Vald’Aubois (PLVA) a eu lieu mercredi dernier, sous la présidence de Serge Méchin. À cette occasion, une large place a été consacrée à la présentation du projet final d’aménagement et de mise en valeur de la tuilerie Sauvard. La création de ce centre d’interprétation du patrimoine (CIAP) vise à renforcer les ambitions du Pays d’art et d’histoire mais également celles  du développement culturel sur l’ensemble du territoire. Ainsi, Vincent Courtilat, directeur du PLVA, et Marie Berbain, animatrice de l’architecture et du patrimoine, ont exposé la nature des travaux relatifs à l’aménagement du site qui comprendra : au rez de chaussée le CIAP avec une exposition permanente dans et autour du four Hoffman (416 mètres carrés), une exposition temporaire avec accueil et  bibliothèque (105 m2), une salle d’ateliers et salle de conférence (83 m2 ), une réserve et chaufferie (27 m2) et de sanitaires (18 m2) ; le premier étage accueillera des bureaux.
Le Berry, 20/04, p.26

(Maintenon) Les anciennes écuries réaménagées


Lors du dernier conseil communautaire des Terrasses et Vallées de Maintenon, les conseillers se sont penchés sur l’installation de l’Office de tourisme dans les anciennes écuries du château. C’est en septembre 2015 que la communauté de communes a signé avec la société “Image Inn” un contrat VIR, vente d’immeuble à rénover, pour la somme de 983.000€ TTC. Les subventions obtenues des divers organismes se montent environ à 645.000€. Il s’agit uniquement du rez de chaussée des anciennes écuries du château destiné non seulement à l’Office de Tourisme mais aussi à une salle d’exposition culturelle. Ce rez de chaussée sera livré rénové, certes, mais totalement vide.
L'Echo, 20/04, p.13

(Trancrainville) L’église soigne ses plaies

Très impactée par le violent orage de grêle du 9 juin 2014, l’église de Trancrainville a subi, comme tous les bâtiments de la commune, de nombreux dégâts sur sa toiture. Des réparations sommaires ont été effectuées mais de nombreuses fuites subsistaient. Plusieurs tuiles ont été percées dans cette toiture vétuste. Le Conseil municipal a, donc, pris la décision de faire des réparations. Et, après un appel d’offres, c’est l’entreprise locale Baranton qui a été retenue pour un montant de 137.600 €. Le chantier a débuté et va durer environ quatre mois pour redonner à cette église des XIIIe et XIVe siècles son aspect antérieur et éviter toute fuite. Les élus, satisfaits de voir aboutir un lourd dossier, sont maintenant très préoccupés par le nouveau tracé de la future autoroute A 154 qui vient de leur être dévoilé et va fortement impacter le village.
L'Echo, 20/04, p.22

Une souscription pour le moulin de Suèvres

Comptant près de 110 adhérents, l’Association de la sauvegarde des moulins à eau (Asme) de Loir-et-Cher a, cette année, choisi Romorantin pour tenir son assemblée générale. La réunion, qui s’est  déroulée, ce samedi, à l’hôtel de La Pyramide, a été marquée par la signature avec la Fondation du Patrimoine d’une nouvelle souscription. Celle-ci concerne le moulin de Rochechouard, à Suèvres, dont l’association est propriétaire. Elle prévoit d’y réaliser pour près de 31.000 € de travaux. Ils ont été présentés par Bernard Fauquembergue, membre de l’Asme et du syndicat d’initiative de Suèvres et Cour-sur-Loire, qui anime le moulin ouvert au grand public de mai à septembre. Ces travaux portent essentiellement sur la réfection des murs intérieurs du moulin, pour valoriser les présentations artistiques ou artisanales accueillies. Des raccords de ciment à gratter, des poutres à changer, des enduits à reprendre… font partie du chantier qui doit être réalisé pendant la prochaine saison hivernale.
Nr, Loir et Cher, 20/04, p.9

(Montrichard) Cure de jouvence pour la fontaine Saint-Célerin

La fontaine Saint-Célerin fait peau neuve. Rue Nationale, au pied du château, la superbe fontaine avec sa belle tête de lion d’où par la bouche jaillit une eau claire (mais non potable) se fait belle pour cet été.  Le 14 avril, sous une pluie battante, une petite équipe de la commune de Montrichard a lavé des pieds à la tête le bel obélisque et sa fontaine. Construit par Jean de Beaune au XVIe siècle, qui fit prendre la source de la fontaine du Rocher, située juste sous le château, ce bel ouvrage montre également ses armoiries sur la droite du monument. À l’époque, les habitants de Montrichard venaient y prendre de l’eau à la gueule du lion. Avec ce nettoyage de printemps, ce patrimoine communal est remis en valeur. (intégral)
NR, Loir et Cher, 20/04

(Tours) L’encre de Chine sur le tuffeau du cloître de la Psalette

Accolé à la cathédrale – le monument le plus visité de la ville avec 250.000 visiteurs par an – le cloître de la Psalette, ouvert au public depuis 1998, n’en demeure pas moins quasi inconnu des Tourangeaux, n’attirant qu’un sur dix des visiteurs de Saint-Gatien. Il est vrai que la visite de ce dernier est payante : 3 euros. Chrystelle Laurent, administratrice de ce monument national ainsi que du château d’Azay-le-Rideau, a plein de projets pour faire découvrir et animer ce lieu magique qui pourrait pourtant se suffire à lui-même par sa beauté, son silence et sa lumière. Ainsi, l’ancien scriptorium du cloître accueille-t-il régulièrement des expositions de choix. «Pierre et encre en résonance, l’art du vide et du plein» donne à voir, jusqu’au 6 juin, des peintures traditionnelles chinoises réalisées par deux artistes contemporains, père et fils, du nord de la Chine, Minquan et Yanqiu Gao. Exposition «Pierre et encre en résonance», jusqu’au 6 juin.
NR, Indre et Loire, 20/04, p.14

(Villandry) Alan Halliday inaugure la saison d’exposition au château

Jusqu’au 30 mai, Alan Halliday expose au château pour débuter sa saison artistique. S’il parle peu français, il sait, avec ses  pinceaux, exprimer toute la beauté sensuelle et féerique des châteaux de la Loire. Mais l’homme n’est pas seulement peintre, il  est aussi historien de l’art, docteur de la prestigieuse université d’Oxford et s’est essayé avec succès au théâtre avec la Royal  Shakespeare Company. Mais c’est à la peinture qu’il a décidé de consacrer sa vie. C’est un artiste reconnu qui ne compte plus  ses expositions internationales. Il est venu avec beaucoup de toiles, toutes sur les châteaux de la Loire et leurs jardins, dont Villandry.
NR, Indre et Loire, 20/04, p.17

(Artenay) Le moulin de nouveau ouvert aux visites


Les conversations allaient bon train, dimanche, autour du vieux moulin de pierre qui a rouvert ses portes aux visiteurs. Gilles Hue, le nouveau président de l’association Les Amis du moulin, Guy Lorin et Robert Plessis qui connaissent le monument comme leur poche, accueillaient et guidaient les visiteurs. «Aujourd’hui nous ne faisons pas tourner les ailes du moulin mais nous expliquons son histoire, les meules, le mécanisme du vieux moulin et surtout comment il a été sauvé in extremis de la démolition», a notamment expliqué Gilles Hue. De quoi captiver petits et grands car la vie du vieux moulin n’a pas été de tout repos. Le monument a été inscrit en 1974 à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Entièrement restauré, il est aujourd’hui en quelque sorte le phare de la ville d’Artenay.
RC, Orleans, 21/04, p.25

(Neuvy deux Clochers) Alain Pelletier et se


Une exposition photographique proposée par Maisons paysannes de France est installée actuellement, et ce jusqu’au 7 mai, à la bibliothèque Abbé-Grégoire. Composée d’une sélection de superbes
clichés réalisés par des participants au concours organisé l’an passé par l’association à l’occasion de son 50e anniversaire, elle témoigne de la variété du patrimoine rural, bâti et paysager présent sur le  territoire. Vendredi soir, lors de son inauguration aux côtés de Jean- Marc Moretti, élu en charge de la culture à Agglopolys, Bernard Talichet, délégué départemental, se félicitait d’accueillir cette exposition en Loir-et-Cher et dans ce lieu privilégié pour «sensibiliser les visiteurs à la nécessité de préserver cet héritage, mais surtout le faire connaître, car 50 ans après la création de l’association, le patrimoine rural est toujours menacé.»
NR, Loir et Cher, 21/04, p.13

(Loches) Caravage : le maire fera appel au Louvre

La découverte d’un tableau attribuable au Caravage à Toulouse a réveillé le débat sur les deux «Caravage de Philippe de Béthune» exposés dans la galerie antonine à Loches. Leur authenticité fait l’objet de doutes dans la communauté des experts, mais l’affaire n’a jamais été tranchée par une véritable expertise. A la suite de la trouvaille toulousaine, l’ancien maire de Loches, Jean-Jacques Descamps, très attaché aux deux toiles, est monté au créneau. Dans un texte adressé à son successeur Marc Angenault et à la NR, il suggérait de les présenter «à Paris après une actualisation de leur analyse technique». Lors de la réunion de mardi soir, le propriétaire du camping de Loches Gilles Drouet a interrogé Marc Angenault sur les suites qu’il comptait donner ou non à cette histoire. Dans un premier temps, le maire s’est montré prudent : «Toulouse vit ce que nous avons vécu il y a quelques années. Un moment de buzz. Ensuite, c’est retombé pour nous en raison des doutes sur les tableaux. Il faut être prudents. Il ne s’agit pas d’avoir un retour de bâton» si l’attribution au Caravage était écartée. Néanmoins, Marc Angenault va écrire au directeur du Louvre pour lui proposer de lui présenter les deux tableaux et de les soumettre à une analyse. (intégral)
Nr, Indre et LoireT, 21/04

(Saint Jean de la Ruelle) Un documentaire fait revivre la Seconde Guerre mondiale dans la commune

Une douzaine de récits, plus de deux heures de souvenirs collectées, et au final, un documentaire de 65 minutes sur la Seconde Guerre mondiale à Saint Jean de la Ruelle. Passionnés d’histoire autant que soucieux de transmettre, Jean-Pierre Bourdiot et Jean-Marie Bois ont réalisé «1939-1945, passeurs de mémoire», un film qu’ils présenteront en avant première samedi matin à la médiathèque Anna Marly. La primeur sera notamment réservée à leurs grands témoins, et plus généralement à tous ceux à qui ils doivent leur film. Une seconde projection, moins privée celle là, interviendra plus tard, le 11 mai. D’autres suivront, à Ingré sans doute, mais pas avant 2017. Déjà associés pour travailler au centenaire de la Grande Guerre, en 2014 («On avait déjà rencontré beaucoup de personnes, écouté et noté leurs témoignages, sur l’exode, les restrictions… »), Jean-Pierre Bourdiot et Jean-Marie Bois ont refait équipe avec un bonheur audible.
RC, Orleans, 22/04, p.16

(Bourges) Jean de Berry à l’ère interactive


Neuf élèves de terminale en CAP menuiserie au lycée Jean de Berry viennent de se lancer dans un travail de longue haleine qui devrait être passionnant. D’ici le mois de juillet, ils réaliseront une carte interactive sur les sites concernés par Jean de Berry. Leur premier contact avec le personnage dont on fête actuellement le six centième anniversaire de la mort avait lieu mardi matin à la bibliothèque des Quatre Piliers. Les lycéens ont découvert l’univers du document ancien, encadrés par Alexis Hajdukievicz, documentaliste du lycée, et par plusieurs membres du service du patrimoine de l’agglomération, Delphine Dusserre, responsable du service pédagogique du patrimoine, et Marie-Lyn Brunel, stagiaire et responsable de ce projet. Aujourd’hui, les élèves seront au service géomatique, qui leur fournira les fonds de cartes, avant plusieurs séances consacrées aux textes, aux photos et aux vidéos. La carte interactive, en cours de préparation, sera disponible en juillet prochain sur le site de la ville.
Le Berry, 22/04, p.11

(Montrond) Un parapluie pour la tour de l’horloge


Les visiteurs n’ont pas besoin de se précipiter pour prendre la dernière photo de la tour de l’horloge. La fortification bastionnée de la forteresse de Montrond n’est pas menacée d’effondrement, comme évoqué vendredi dernier en conseil municipal. «Elle ne va pas tomber demain, mais le processus de dégradation se poursuit, explique Gilles Cazenave, président du Cercle d’histoire et d’archéologie du Saint Amandois (Chasa), association qui oeuvre à la sauvegarde et à la mise en valeur du site, propriété de la ville de Saint Amand. D’ailleurs, on en a fermé l’accès pour les visites. Les gens passent à proximité.» Seule élévation visible jusqu’à l’engagement du Chasa sur le terrain, au début des années 1970, cette tour de 1430 connaît des problèmes d’étanchéité. «Dans la dernière grande étude, qui date de vingt ans, l’architecte en chef des monuments historiques constatait déjà des infiltrations, malgré les interventions réalisées en 1971. La pierre se fragmente. Le problème est complexe, car il ne reste qu’une demi voûte de la croisée d’ogive.»
Le Berry, 22/04, p.24

(Jussy le Chaudrier) Danger à l’église : un diagnostic lancé

Un diagnostic a été lancé. L’église, qui présente un danger, est actuellement fermée. Une réunion publique d’information sera proposée aux habitants. (intégral)
Le Berry, 22/04

(Amboise) La première année Léonard fêtée au château royal


Depuis quelques mois, l’échafaudage masque une partie du rempart nord du château. Cette réfection, débutée il y a plusieurs années, continue avec deux tranches en 2016. Le chantier, sur cette muraille d’une vingtaine de mètres de hauteur, consiste à nettoyer le mur des végétations, à enlever les parties des pierres abîmées, à les remplacer par de la pierre de taille, à faire les joints et à passer un badigeon. La première tranche, d’un montant de 215.000 €, devrait se terminer d’ici la fin mai. La seconde (180.000 €) sera assurée d’ici la fin de l’année. Un autre chantier important est en cours de réalisation dans l’enceinte du château. Il s’agit de l’orangerie où se situaient autrefois la boutique et les toilettes. Des infiltrations ont nécessité d’enlever toute la terre du dessus pour retrouver la cavité naturelle. Ce chantier devrait se terminer à l’automne.
+ Une mise en lumière attendue cet été
NR, Indre et Loire, 22/04, p.10

Le registre s’exposerait à Amboise

Le registre des comptes du château d’Amboise datant de 1495-1496 est assuré de faire partie des collections des Archives nationales. En effet, ce registre de 300 feuilles de parchemin manuscrites donnant l’état des recettes et dépenses lors des travaux menés au château à la demande de Charles VIII par 700 artisans de tous les métiers avait été reconnu Trésor national en juin 2015. Le mécénat exclusif d’Axa a permis d’acquérir ce document pour 90.000 €. La souscription publique lancée par la Fondation du patrimoine devrait permettre de récolter 10.000 € pour la restauration du registre qui devrait intégrer le fonds Moyen Age du fonds ancien des Archives nationales à la fin de l’année. On peut alors espérer que le registre retrouve le château royal d’Amboise au printemps 2017 pour une exposition temporaire.(intégral)
Nr, Indre et LoireT, 22/04

(Châteaudun) Un nouvel avion militaire à restaurer…


Un de plus ! L’association les Amis de Canopée, dont les locaux sont sur la base aérienne de Châteaudun, ont rentré au début de l’année un MD 312 Flamant. «C’est un avion qui date d’après la Seconde Guerre mondiale, explique Jean Maurice Meyrault, responsable de la communication de l’association. Il faisait partie du matériel de l’armée de l’air sur lequel les pilotes étaient certifiés “multimoteurs”. C’est un avion qui a beaucoup compté. Mon père a enseigné sur ce type d’avion.» Il s’agit d’un don fait à l’association. «Le propriétaire, à Montceau les Mines (Saône et Loire), qui avait entendu parler de l’association, nous a contactés. Et il nous a dit qu’il nous le donnait parce qu’il savait qu’il manquait à notre collection.»
L'Echo, 24/04, p.13

(La Chatre) Des enseignants autour de George Sand

Une journée d’animation pédagogique vient d’être proposée aux enseignants du second degré, menée en partenariat avec le domaine de George Sand, à Nohant, et le service culturel de la ville de La Châtre. «Nous avions envie de travailler ensemble.C’est la première fois que nous nous organisons une telle formation, dont l’objectif est, ensuite, de pouvoir accueillir les classes sur les deux sites et élargir notre champ d’action à d’autres établissements scolaires, explique Aurore Proudhon, chargée d’actions éducatives dans plusieurs sites du Centre des monuments nationaux, dont le domaine de Nohant. Nous avons fait appel à l’inspection académique, pris contact auprès des collèges et lycées du département de l’Indre pour leur proposer cette journée de rencontres.» Une quinzaine d’enseignants des collèges de Châteauroux, Issoudun, Buzançais et George-Sand de La Châtre y ont participé.
NR, Indre, 23/04, p.20

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 25 Avr - 15:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Ven 22 Avr - 13:24

Source: lemonde.fr

Fréquentation exceptionnelle pour la 40e édition du Printemps de Bourges

Une fréquentation exceptionnelle. La meilleure depuis plus de quinze ans. La 40e édition du Printemps de Bourges, qui s’achèvera dimanche soir avec un concert de Maître Gims, a été un succès, a annoncé samedi 16 avril son directeur, Boris Vedel.

Le festival aura attiré en six jours 64 580 spectateurs payants cumulés (et 9 715 invités), soit près de 10 000 entrées payantes de plus qu’en 2015 (54 900), selon les organisateurs de l’événement.

Lire la suite : http://www.lemonde.fr/musiques/article/2016/04/16/frequentation-exceptionnelle-pour-la-40e-edition-du-printemps-de-bourges_4903656_1654986.html#cb6JfUZQUVrju20F.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Ven 22 Avr - 13:34

Source : La Nouvelle République

A Chaumont, les jardins se tournent vers l’avenir

Qu’ils figurent une nature qui reprend ses droits, qu’ils racontent une végétation transformée par l’action humaine ou qu’ils fantasment une harmonie entre l’homme et son environnement, les jardins du 25e Festival international de Chaumont-sur-Loire regardent tous vers le futur. Suivant le thème choisi cette année pour l’événement, « Jardins du siècle à venir », les installations dévoilées ce jeudi matin posent les questions très actuelles du réchauffement climatique, des progrès de la science, de l’écologie… La vingtaine de projets retenus, parmi ceux de 300 paysagistes candidats, a été conçue par des artistes des quatre coins du globe – des Français, des Russes, des Coréens, des Américains… Outre les jardins du Festival en lui-même, Chaumont accueille cinq intrigantes « Cartes vertes », dont la création du parfumeur Jean-Claude Ellena – qui travaille notamment pour Hermès –, la « Petite Loire », inspirée par le cadre qu’offre Chaumont, du designer Mathieu Lehanneur, et un jardin chinois fruit d’un partenariat naissant entre le Domaine et le Musée du jardin chinois de Pékin.
NR, Loir et Cher, 21/04, p.6

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 15:39

Source : journaldesarts.fr

Déficitaire, le MET de New York se serre la ceinture et annonce des suppressions de postes


Alors que le Metropolitan Museum of Art est confronté à des difficultés financières, l’obligeant à supprimer une douzaine d’emplois et à suspendre la construction de l’aile conçue par David Chipperfield, le MoMA de New York annonce avoir reçu une donation de 100 millions de dollars du producteur américain David Geffen.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/136047/deficitaire-le-met-de-new-york-se-sert-la-ceinture-et-annonce-des-suppressions-de-poste.php?xtor=767

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 15:43

Source : journaldesarts.fr

L’école de Condé rachète l’EAC

Après l’ICART et l’IESA, l’EAC - Economie, Art, Communication - change à son tour de propriétaire. La fondatrice il y a 27 ans de l’EAC a vendu son groupe au réseau qui possède notamment l’école de Condé.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/136023/l-ecole-de-conde-rachete-l-eac.php?xtor=765

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 15:44

Source : journaldesarts.fr

Sceaux retrouve son orangerie

Le parc de Sceaux, propriété des Hauts-de-Seine, a rénové l’orangerie du château de Colbert, une nouvelle étape dans le grand chantier de restauration du domaine.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/135890/sceaux-retrouve-son-orangerie.php?xtor=764

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 15:47

Source : lemonde.fr

Avec Musées debout, l’art aussi a son agora

Sur la place de la République occupée, il est d’abord venu seul, la copie d’une toile de Zurbaran sous le bras. Mais très vite des curieux se sont approchés, des discussions ont pris corps, et l’histoire de l’art a fait irruption sur la place, entre une fanfare joyeuse et une tente consacrée aux militants freegan, opposés au gaspillage alimentaire. Nuit debout venait de donner naissance à l’un de ses nombreux rejetons : Musées debout. Au gré des dialogues s’est ainsi dessiné un collectif mouvant, né du désir de « remettre le musée au cœur du débat public, et le débat public au cœur du musée », résume son initiateur, Guillaume Kientz.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/04/23/avec-musees-debout-l-art-aussi-a-son-agora_4907568_3246.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 15:49

Source : lemonde.fr

Le high-tech vole au secours du patrimoine

Que ce soit à Palmyre (Syrie), Khorsabad (Irak) ou Angkor (Cambodge), au Caire et à Assouan (Egypte), Bamiyan (Afghanistan) ou Cagliari (Sardaigne), les nouvelles technologies révolutionnent l’archéologie. Sur le terrain, drones, scanners, photogrammétrie, modélisation en trois dimensions (3D), rayons laser et reconstitution virtuelle produisent des documents inédits. Omniprésent sur des zones de conflits souvent minées comme le sont les territoires tenus par l’organisation Etat islamique (EI), le drone permet de photographier l’inaccessible.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/04/24/le-high-tech-vole-au-secours-du-patrimoine-en-peril_4907861_3246.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 15:56

Source : lefigaro.fr

Affaire Caravage: les secrets d'une identification

L'identification du tableau découvert dans un grenier à Toulouse se poursuit. Un long processus pour savoir s'il s'agit d'un chef-d'œuvre à 120 millions d'euros.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/04/24/03015-20160424ARTFIG00093-caravage-les-lois-de-l-attribution.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 15:59

Source : lefigaro.fr

Jean Nouvel, une scénographie Lascaux en Corée


L'architecte a bâti un édifice pour accueillir le fac-similé de la chapelle Sixtine de la préhistoire, juste à l'entrée de la mine de Gwangmyeong, caverne d'Ali Baba de la banlieue de Séoul.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/04/24/03015-20160424ARTFIG00080-jean-nouvel-une-scenographie-lascaux-en-coree.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 16:11

Source : lexpress.fr

Un Picasso volé il y a 15 ans retrouve sa place à Pompidou

Quinze ans après sa disparition, "La Coiffeuse", une toile cubiste de Picasso, a officiellement retrouvé jeudi sa place sur les murs du musée d'art moderne du Centre Pompidou, à Paris. Le tableau a été retrouvé en décembre 2014 à Newark, près de New York. Très endommagé, il a dû subir une restauration de plus de cinq mois.
Lire la suite : http://videos.lexpress.fr/culture/art/video-un-picasso-vole-il-y-a-15-ans-retrouve-sa-place-a-pompidou_1776566.html#BbwDVU60QPVdbrLv.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 16:15

Source : lexpress.fr

Un tableau perdu de Rembrandt redécouvert par une galerie d'art


Une galerie parisienne avait acheté la toile un million de dollars lors d'une vente aux enchères aux Etats-Unis. Elle l'a déjà revendue, et la toile sera exposée aux Pays-Bas.

C'est ce qui s'appelle avoir du flair. La petite toile de 21,6 sur 17,8 cm que la galerie parisienne Talabardon & Gautier avait acheté un million de dollars lors d'une vente aux enchères aux Etats-Unis en 2015 s'est avérée être une oeuvre du jeune Rembrandt. Elle l'a vite revendue et la toile sera exposée à partir du 11 mars à la prestigieuse foire internationale d'art et d'antiquités de Maastricht, la TEFAF.
Lire la suite : http://www.lexpress.fr/culture/art/un-tableau-perdu-de-rembrandt-redecouvert-par-une-galerie-d-art_1771907.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 16:21

Source : latribunedelart.com

La grande détresse des musées départementaux de la Moselle

« Ça tombe comme à Gravelotte ». L’expression est connue, elle traduit la violence des combats qui eurent lieu en 1870 dans cette petite commune de la Moselle. Elle pourrait également servir d’allégorie à ce qui arrive aujourd’hui aux musées de ce département dont, d’ailleurs, celui de la Guerre de 1870 et de l’Annexion, qui se trouve à Gravelotte, fait partie. La situation que nous allons décrire est le résultat direct de la politique de Patrick Weiten, président du Conseil départemental et depuis le début de l’année premier vice-président de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Nous avons, bien entendu, cherché à plusieurs reprises à interroger Patrick Weiten. Celui-ci a obstinément refusé de répondre à nos questions.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/la-grande-detresse-des-musees-departementaux-de-la-moselle

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 16:31

Source : latribunedelart.com

L’ancienne abbaye royale de Saint-Denis en restauration


Juste à côté de la basilique Saint-Denis se trouve l’un des plus beaux et sans doute l’un des plus méconnus des monuments historiques du XVIIIe siècle, pourtant construit par trois des plus grands architectes français : Robert de Cotte, Jacques V Gabriel et Charles de Wailly. Il s’agit de l’Abbaye royale de Saint-Denis, séparée de la basilique depuis l’installation dans ses murs de la Maison d’éducation de la Légion d’Honneur, qui est toujours aujourd’hui un lycée.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/l-ancienne-abbaye-royale-de-saint-denis-en-restauration

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   Lun 25 Avr - 16:34

Enrichissement des collections

Source : latribunedelart.com

Un autoportrait de la finlandaise Helene Schjerfbeck acquis par Helsinki
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-autoportrait-de-la-finlandaise-helene-schjerfbeck-acquis-par-helsinki

Deux tableaux du XVIIe siècle hollandais entrent à la National Gallery de Washington
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/deux-tableaux-du-xviie-siecle-hollandais-entrent-a-la-national-gallery-de-washington

Une plaque émaillé de Léon Jouhaud acquise pour le musée de Limoges

Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/une-plaque-emaille-de-leon-jouhaud-acquise-pour-le-musee-de-limoges

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (18 - 24 avril 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (18 - 24 avril 2016)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: