Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Mer 8 Juin - 9:01

Musées région Centre

Source : lemonde.fr

Une campagne de crowdfunding pour sauver les œuvres d’un musée inondé


Montargis est l’une des villes les plus sévèrement touchées par les inondations qui ont frappé le centre de la France la semaine dernière, dont le coût total pourrait dépasser le milliard d’euros. Dans cette sous-préfecture du Loiret, le Musée Girodet a été particulièrement touché par la montée des eaux.
Lire la suite http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/06/08/une-campagne-de-crowdfunding-pour-sauver-les-uvres-d-un-musee-inonde_4942357_4832693.html#T2G9fui2UydKAPwR.99

Source : latribunedelart.com

Premier bilan « rassurant » pour les œuvres inondées du musée Girodet


2 600 œuvres du Musée Girodet ont été immergées dans l’eau. Mais toutes devraient pouvoir être restaurées.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/137369/premier-bilan--etnbsprassurantetnbsp--pour-les-oeuvres-inondees-du-musee-girodet.php?xtor=801

Source : lemonde.fr

Une campagne de crowdfunding pour sauver les œuvres d’un musée inondé

Montargis est l’une des villes les plus sévèrement touchées par les inondations qui ont frappé le centre de la France la semaine dernière, dont le coût total pourrait dépasser le milliard d’euros. Dans cette sous-préfecture du Loiret, le Musée Girodet a été particulièrement touché par la montée des eaux.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/06/08/une-campagne-de-crowdfunding-pour-sauver-les-uvres-d-un-musee-inonde_4942357_4832693.html

Source : Magcentre.fr

Bonne pioche pour le Musée des Beaux Arts d’Orléans


Le musée des Beaux Arts a préempté ce mercredi 8 juin à l’Hotel Drouot le Portrait d’Aignan-Thomas Desfriches réalisé par Jean Baptiste Perronneau, acquisition qualifiée « d’historique » par la directrice du musée, Olivia Voisin.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/99608-bonne-pioche-pour-le-musee-des-beaux-arts-dorleans/

Source : latribunedelart.fr

Un pastel de Jean-Baptiste Perronneau préempté par le Musée des Beaux-Arts d’Orléans

Une fois de plus depuis l’arrivée à sa tête de sa nouvelle directrice Olivia Voisin, le Musée des Beaux-Arts d’Orléans se distingue en réussissant à préempter aujourd’hui à l’hôtel Drouot (SVV Eve), le magnifique portrait au pastel d’Aignant Thomas Desfriches par Jean-Baptiste Perronneau. L’œuvre, estimée 120 à 150 000 € a finalement été adjugée 330 000 €.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-pastel-de-jean-baptiste-perronneau-preempte-par-le-musee-des-beaux-arts-d-orleans

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Orleans) Vis ma vie d’Orléanais,en 14…


Début 1914, les 72.000 habitants d’Orléans vivent encore dans une relative insouciance, façon Belle époque. Mais à la fin juillet, changement d’ambiance. L’Autriche-Hongrie appuyée par l’Allemagne déclare la guerre à la Serbie, soutenue, elle, par la Russie. Deux jours  plus tard, anticipant le conflit mondial, les Orléanais se ruent à la banque de France pour échanger leurs billets en monnaie, quand l’Union des syndicats ouvriers du Loiret organise un meeting contre la guerre, qui rassemble un millier de personnes. Le début de la vie pendant la Grande Guerre, à Orléans, comme le raconte la nouvelle exposition du musée des Beaux Arts.
RC Loiret, 05/06, p.7

(Chartres) Des minitracteurs entrent au musée

Le temps d’un weekend, le TractoBrick n’est plus le seul engin agricole fabriqué en Lego, au Compa. Il a fait une petite place à d’autres tracteurs en version poche. Mais, derrières ces miniatures, il y a toujours les mêmes passionnésde la brique multicolore. Devant les yeux écarquillés des petits et surtout des grands, Benoit Vernet télécommande sa moissonneuse batteuse Claas Lexion 780. Une création entièrement faite main : «Quand je crée, je pars de zéro. Je regarde les modèles de machines sur les catalogues et j’assemble les pièces.» Il faut préciser que Benoît Vernet est agriculteur, ce qui aide pour ses créations. Benoît est un “Afol” (adult fan of Lego), un mordu de Lego, en français.
L'Echo, 05/06, p.7

(La Châtre) Robert Doisneau à l’Hôtel de Villaines

Les salles de l’Hôtel de Villaines accueillent une exposition exceptionnelle de tirages originaux de Robert Doisneau, inaugurée hier matin en présence de nombreuses personnalités, élus et présidents d’associations. «Cette exposition a pu se faire grâce à un riche partenariat culturel avec Spilimbergo, par l’intermédiaire de l’association Berritalia chargée du jumelage avec les deux villes», a précisé Patricia Vilches-Pardo, adjointe à la culture et présidente de Berritalia. «Toutes les photographies exposées sont la propriété du Centre de recherche et d’archivage de la photographie de Spilimbergo, qui s’est porté acquéreur en 1995 de cette série faite au Louvre.» L’exposition Robert Doisneau, un photographe au musée s’articule autour de deux thématiques. La première, avec une série de trente clichés faits au Louvre, en 1947, à la réouverture du musée. Le Tout Paris s’y précipite pour découvrir les trésors de l’histoire de l’art. Robert Doisneau va chercher à saisir les retrouvailles du grand public avec le patrimoine, à photographier les expressions du visiteur regardant les autres visiteurs. La deuxième ,avec une série de dix clichés de vues de Paris, dans les années 1945-1955.Cette exposition a reçu le soutien financier de la Direction des affaires culturelles du Centre, de la Région Centre-Val de Loire et du conseil départemental dans le cadre du Fonds d’action rurale.
Nr Indre, 05/06, p.8

(Loches) L’expo Courbet en avant-première…


L’un sous l’autre, les tableaux ont le même format. Et le même sujet : un paysage de falaises en bord de mer. L’un – «Les Roches noires à Trouville» – est de la main du grand maître Gustave Courbet, l’autre est signé par son élève, le peintre lochois Emmanuel Lansyer. Exposés dans la salle à manger de la maison Lansyer, ils disent tout de l’influence qu’a eu le premier sur le second, et aussi de leurs styles différents. Les premiers visiteurs pourront s’en faire une idée dès aujourd’hui, avec l’ouverture de l’exposition «Courbet s’invite chez Lansyer».
+ Des objets dérivés
NR Indre et Loire, 04/05, p.30

Dégâts des eaux au Musée Girodet (Montargis)


En rénovation depuis quatre ans, le musée Girodet de Montargis – dont la réouverture était prévue pour 2017 – avait décidé de stocker ses réserves au sous-sol d’un bâtiment municipal en face du musée, dans un ancien coffre de banque, censé être étanche, à l’exception de la porte d’entrée…
Mag'Centre, 05/06

(Montargis) Au chevet du musée Girodet

Les œuvres du musée Girodet, qui s’étaient retrouvées prisonnières de la montée des eaux, mardi, dans la salle des coffres de l’hôtel communautaire, sont en cours de restauration. Les premiers tableaux, dessins et bustes ont été sortis de l’eau, vendredi soir. Depuis samedi, des restaurateurs, dont Éleonore Kissel du musée du quai Branly à  Paris, sont à leur chevet. Il ne faut pas perdre de temps. Afin de lutter contre la boue séchée, il était impératif d’agir dès hier et encore aujourd’hui. Une levée de fonds sur le site dartagnans.fr, rubrique «art», a été en mise en place afin de financer ces travaux. (intégral)
RC Orleans, 06/06

(Montargis) La leçon de géographie était à Paris

Du côté du musée Girodet, c’est le branlebas de combat pour sauver de la boue qui a échoué sur les œuvres, mardi après midi, dans la salle des coffres engloutie de l’hôtel de l’agglo. Des restaurateurs ont engagé une course contre la montre afin d’être le plus efficace possible. Ils ont encore aujourd’hui pour arriver à leurs fins. Après un premier inventaire, ç’aurait pu être pire. «Le déluge» était à La Roche sur Yon et «La leçon de géographie» (la Joconde de Girodet) au musée Marmottan, à Paris, lorsque la salle des coffres a été inondée. (intégral)
RC Loiret, 06/06

(Romorantin) Premières mesures


Le Musée de Sologne, logé au coeur de la ville dans un ancien moulin sur la Sauldre, a toujours observé de près les mouvements de la rivière. Les équipes possèdent même un moyen de mesure de la Sauldre « un peu empirique », concède Martine Vallon, directrice du Musée, mais qui permet d’avoir une première estimation de l’ampleur de cette crue. « Nous pouvons situer le niveau de la Sauldre, durant cette crue, à 3,55 m… soit près de 70 cm au-dessus de celle de 1910 [2,88 m]. » C’est dire combien les instants vécus ces jours derniers sont historiques pour Romorantin et toute la Sologne. Rappelons que l’échelle de mesure officielle, située sous le pont du coeur de ville, en face du Musée de Sologne, a été totalement dépassée par la crue. C’est pourquoi il est difficile d’avoir un chiffre très précis de la hauteur du niveau d’eau atteint. (intégral)
Nr Loir et Cher, 06/06

(Romorantin) Tour d’horizon des structures

Le quotidien des Romorantinais risque d’être chamboulé pour longtemps encore. En ville, de nombreux bâtiments publics ont été touchés par la crue de la Sauldre. Les pompiers y effectuent actuellement les pompages qui permettront d’en savoir plus quant aux possibilités de remise en service. La Ville possède aussi les musées de Sologne et Matra. «On espère pouvoir rouvrir en fin de semaine la partie haute du musée, qui n’a souffert que d’humidité, annonce Dany Chamfrault, directeur du musée Matra. On va maintenant assécher tous les prototypes qui ont souffert au sous-sol.» «Je n’ai aucune idée du moment où je vais pouvoir rouvrir. Il y aura forcément de gros travaux, précise quant à elle Martine Vallon, directrice du Musée de Sologne. Mais aucun objet précieux et aucune archive ancienne n’ont été touchés.»
NR Loir et Cher, 06/06, p.35

(Montargis) Au musée Girodet


Manuel Valls et Bernard Cazeneuve se sont rendus à l’hôtel de l’agglo montargoise afin de se faire expliquer les modalités de sauvetage des œuvres du musée Girodet. Dès samedi matin, une quinzaine de professionnels (dont Eléonore Kissel, du musée du quai Branly) ont procédé à leur sortie de la salle des coffres, au deuxième niveau du sous-sol. Dans le cadre de cette entreprise, une levée de fonds sur internet est possible via DARTAGNANS.fr (intégral)
Lagarde et Michard
Lorsqu’il a vu les premières œuvres restaurées du musée Girodet, dans la salle du conseil de l’agglo montargoise, Manuel Valls les a touchées pour mesurer l’ampleur des dégâts. Benoit Digeon lui a soufflé que certains tableaux étaient visibles dans les Lagarde et Michard», ouvrages de référence pour les bacheliers aujourd’hui âgés d’une bonne quarantaine d’années qui passaient l’épreuve de français. Une référence qui a fait tilt chez le Premier ministre : «Maintenant que vous me le dites». (intégral)
RC Orleans, 07/06

(Romorantin) (VIDEO) : Le Musée de Sologne découvre l'ampleur des dégâts

Un peu moins d'une semaine après le début de la crue historique qui a touché Romorantin et les bords de Sauldre plus largement, l'heure est désormais au nettoyage. Ce lundi 6 juin, nous avons pu pousser les portes du Musée de Sologne et mesurer l'ampleur des dégâts dans les pas de Martine Vallon, la directrice des lieux.
NR Loir et Cher, 06/06 : https://www.dailymotion.com/video/x4epqyt_romorantin-video-le-musee-de-sologne-decouvre-l-ampleur-des-degats_news

(Romorantin) Musée de Sologne “ Une table de 400 kg est allée valdinguer… ”

« Tout ce qui était précieux, les archives anciennes notamment, a pu être sauvé. On a monté ce qu’on a pu dans les étages », retrace Martine Vallon, la directrice du musée, qui explique avoir redouté le pire dès mardi dernier. Seul « le dossier “ crues ”, que j’ai oublié d’emporter, est sous l’eau », souligne avec humour celle qui estime à 3,55 m le niveau de la crue du 2 juin, contre 2,88 m en 1910, lors de la fameuse crue millénaire. Armés de bottes et de gants pour éviter les blessures, le  personnel du Musée de Sologne s’est attaqué aux branchages, parfois des troncs, échoués sur la passerelle mais aussi dans les pièces de l’ancien moulin de la Sauldre. A l’intérieur, des faïences de la boutique flottaient encore hier matin, tandis que la sécurité civile achevait de pomper les litres d’eau amassés dans les pièces du rez-de-chaussée. Les bureaux et la tour Jacquemart, sur l’autre rive, n’ont pas été épargnés par la violence de la Sauldre. « On a une table en chêne de 400 ou 500 kg qui est allée valdinguer à l’autre bout du hall », raconte Martine Vallon, montrant aussi les fissures apparues sur les baies vitrées. La réouverture ? Une question de mois, voire d’années, selon elle. Les experts étaient attendus hier. (intégral)
Nr Loir et Cher, 07/06

(Seuilly) Le rire de Rabelais à La Devinière

Connu pour ses facéties et l’amour de la bonne chère, Rabelais était surtout un écrivain brillant, mêlant les mots avec dextérité. A l’image du rire, thème autour duquel la maison natale de l’humaniste, La Devinière à Seuilly, présente sa programmation 2016 autour de l’exposition «Le Rire de Rabelais» jusqu’au 14 novembre. Elle s’articule autour des différentes facettes du rire rabelaisien, de son origine à ses interprétations et interrogations d’actualité. L’exposition plantée dans la cour, les caves mais aussi le pigeonnier et les jardins raconte un Rabelais rieur. Quant au musée, il évolue avec l’écrivain humaniste aperçu autrement. Rire de santé, de contestation, de résistance, en mots, en images ou en musiques, etc., autant de rires possibles proposés aux visiteurs à travers l’exposition, avec un parcours ludique. Et si on riait un peu ? (intégral)
NR Indre et LoireW, 10/06

(Montargis) Aide pour le musée Girodet

Le ministère de la Culture débloquera prochainement des crédits pour aider les musées touchés, «dont celui de Girodet», assure  Jean-Pierre Door, député-maire de Montargis. Le ministère de la Culture, via la DRAC, va organiser une réunion avec les élus et les  conservateurs pour déterminer, au vu des besoins spécifiques et du montant des travaux, le niveau d’intervention de l’État pour sauver les œuvres. (intégral)
RC Orleans, 11/06

(Thiron Gardais) Stéphane Bern a inauguré, hier soir, les jardins et le musée du collège royal de Thiron Gardais

On aurait aimé vous en montrer plus, vous donner envie d’aller visiter ce musée dès son ouverture, dans moins d’un mois. Franchement, ça vaut le coup ! Stéphane Bern et ses équipes de scénographes et muséographes ont réalisé un travail remarquable dans un lieu que le célèbre propriétaire a, on le sait déjà, restauré avec soin. Mais, hier soir, avant et pendant l’inauguration officielle de ce musée et des jardins du collège royal militaire de Thiron Gardais, une agence de communication chargée de l’organisation de l’événement nous a interdit, «à la demande des ministres», de photographier comme on l’aurait voulu notre guide dans son antre, «l’œuvre de sa vie», comme il le décrit, «ce qui restera de moi quand je ne serai plus là». Interdiction de prendre des images, à moins de les payer à une agence extérieure… Alors oui, on a bien croisé des personnalités, les ministres de l’Economie Emmanuel Macron, la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, le Prince Jean de France, Line Renaud, le papa de Stéphane Bern, tout un aréopage d’élus et de personnalités euréliennes venus accueillir dans son collège royal et militaire un très heureux et sincèrement très ému néo Percheron… Sécurité ? Bref il y avait sans doute là de quoi faire monter d’un cran les restrictions en matière de sécurité. Mais de là à restreindre à une seule agence photo vendant ensuite ses images, quand on ne se trouvait encore qu’à une dizaine de personnes avec le maître des lieux, on a du mal à comprendre…
L'Echo, 11/06, p.3

Bonne pioche pour le Musée des Beaux Arts d’Orléans

Le musée des Beaux Arts a préempté ce mercredi 8 juin à l’Hotel Drouot le Portrait d’Aignan-Thomas Desfriches réalisé par Jean Baptiste Perronneau, acquisition qualifiée «d’historique» par la directrice du musée, Olivia Voisin.
Mag'Centre, 11/06

(Romorantin) Le musée de l’automobile rouvrira jeudi

Jour et nuit depuis le 1er juin, l’équipe du musée Matra, le personnel technique de la ville et de nombreux bénévoles se dépensent pour réparer les dégâts des inondations, à Romorantin-Lanthenay (Loir et Cher). Tous ces efforts ne sont pas vains, ils vont permettre à l’un des plus beaux musées automobile de France d’accueillir de nouveau des visiteurs à partir du jeudi 16 juin. (intégral)
RC Loiret, 12/06

(Briare) Le musée des deux marines en fête

On n’a pas tous les jours vingt ans ! Le musée conservatoire des deux marines et du pont canal de Briare fête cet anniversaire, samedi. L’association du même nom organise une journée
spéciale, avec pique nique, concours de peinture, dîner, spectacle et feu d’artifice sur le site du Baraban à Briare. Le musée des deux marines, ouvert en juin 1996, année du centenaire du pont canal, est le fruit de la passion d’un homme, Cyriaque Gavillon, et de sa rencontre avec la Loire, le canal et sa ville. Avec une équipe de bénévoles, il a conçu, construit, aménagé et animé ce musée privé qui présente l’histoire des marines de Loire et des canaux (canal de Briare, canal latéral et sa traversée de la Loire). Sur 500m²  et à travers huit salles, ce centre de découverte unique raconte l’histoire d’un carrefour batelier de la Loire et des canaux, qui était considéré comme le plus important de France.
RC Loiret, 09/06, p.19

(Blois) D’énormes p’tites bêtes au Muséum

Des rosiers, ces jolies plantes qui nous offrent de belles fleurs Let embaument le jardin, abritent de bien étranges locataires. Des petites bêtes qui ont toutes une utilité dans l’écosystème du jardin. Patrice Blain, animateur au Muséum d’histoire naturelle de Blois, propose aux enfants de les découvrir en suivant les animations du muséum. «Les visites accompagnées du samedi matin sont destinées aux enfants à partir de quatre ans. La visite dure 30 minutes pendant laquelle je raconte des histoires sur les insectes. C’est éducatif et ludique, ça plaît aux enfants. L’après-midi, la visite est familiale et j’assure un accompagnement commenté de l’exposition Pétales & mandibules.» L’exposition est impressionnante. Des insectes géants dont la taille est multipliée par100 ou 150, sont installés sur les murs, sur les poutres, accompagnés de magnifiques dessins de roses et de petites bêtes.Des sculptures impressionnantes qui induisent quelques réactions d’effroi des visiteurs.
Nr Loir et Cher, 08/06, p.12

(Romorantin) Les prototypes Matra sèchent hors les murs

Le soleil de ces deux derniers jours a aidé à la manœuvre. Depuis lundi, l’équipe du Musée Matra s’attelle à sécher la trentaine de prototypes submergés par l’eau au rez-de-chaussée du bâtiment de la rue des Capucins.Transportés chez des garagistes ou des carrossiers, les véhicules sont passés en cabine de peinture afin de retirer le maximum d’humidité, tandis que le personnel sèche les sièges et autres mousses sur le parking arrière. Les voitures qui avaient de l’huile dans le moteur ont, quant à elles, été transportées à l’atelier Epaf pour être vidangées. Pour rappel, la Sauldre a atteint 1,20 m dans la salle basse du musée. Des morceaux de murs et les radiateurs sont même tombés. «C’est un peu tôt pour dire si on va pouvoir tous les sauver, mais on a bon espoir», assurait hier Dany Chamfrault, le directeur du musée, qui espère maintenant pouvoir rouvrir au public (sur le 1er étage uniquement) vers le 15 juin. (intégral)
NR Loir et CherS, 08/06

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Juin - 16:05, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Mer 8 Juin - 9:02

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Chinon) La Brèche bloquée par des vestiges ?


Petite nouvelle à grand effet potentiel. Jean-Luc Dupont, qui a rappelé que « rien n’était acté dans le projet Brèche », qui reste un projet à l’étude, a fait part de la possible «découverte de vestiges antiques » lors des récentes fouilles archéologiques effectuées sur le site, notamment près de la halte-garderie. Un rapport de l’archéologue sera  remis à la Ville à l’automne. Si, les découvertes, qui dateraient du IIe ou IIIe siècle, s’avèrent importantes, cela ne pourrait que retarder de façon importante, « voire remettre en cause le projet actuel ». Voilà qui va peut-être faire que tout soit reconsidéré, ou au moins stoppé pour de longs mois. (intégral)
NR Indre et Loire, 07/06

(Saint Amand) Des archéologues de l’Inrap évaluent le potentiel des Séjots

Cette semaine, une équipe de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) creuse des tranchées sur le terrain du futur lotissement des Séjots. «On enlève les couches de terre une à une, jusqu’à ce qu’on trouve des vestiges ou jusqu’aux niveaux antérieurs aux occupations humaines, détaille Jean-Philippe Gay, archéologue et responsable de l’opération. Ce diagnostic est réalisé pour évaluer le potentiel archéologique du site. Si on trouve quelque chose, on regarde ce que c’est, si ça présente un intérêt, si c’est bien conservé, on évalue de quand ça date, etc. On établit ensuite un rapport destiné à une commission qui décide de faire, ou non, des fouilles.» Pour l’instant, l’équipe a identifié beaucoup de fossés, plutôt liés au drainage de la parcelle, «mais pas du tout de mobilier, ni de céramiques».
Le Berry, 08/06, p.24

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Juin - 14:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Mer 8 Juin - 9:02

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Déols) Un trésor à découvrir dès aujourd’hui


La découverte est de taille. Un vrai miracle. «On se doutait bien qu’il y avait quelque chose de singulier dans cette sacristie», raconte Paule Besson, née à Jussy Champagne et dont la vie est étroitement liée à celle de la paroisse. «Quand on y entrait, on nous disait de faire très attention, de ne rien abîmer et encore moins d’ouvrir les tiroirs.» Autant dire que ces recommandations ont entretenu le mystère jusqu’à ce que Bénédicte Ducateau devienne maire de la commune, en 2014. Soucieuse de la préservation et de la conservation du patrimoine architectural de l’église Saint André (XIe et XIIe siècles), classée monument historique en 1911, elle mobilise une troupe de bénévoles armés de tête de loup, de balais et de chiffons pour nettoyer l’édifice. Les portes et les tiroirs du mobilier de la sacristie s’ouvrent alors sur un impressionnant assortiment  de vêtements et objets liturgiques. «Nous avons répertorié plus de deux cents pièces, dont certaines datent du XVIIIe siècle», souligne Bernard Ducateau, président des Amis de l’église Saint André, association qui s’est vite constituée pour «entamer une réflexion sur le devenir de cette découverte».
Le Berry, 04/06, p.7

Bourges comme vous ne l’aviez jamais vue


Faire comme l’oiseau et sur voler en rasemottes le Bourges d’il y a six cents ans. Prendre un peu de hauteur pour tutoyer les remparts, flirter avec la grosse tour autrefois dressée en lieu et place de l’hôtel de ville, passer sous l’imposante porte d’Auron, pénétrer dans le palais ducal et se frayer un chemin sous les vitraux de la Sainte Chapelle. De ce glorieux passé qui fait tant rêver les férus d’histoire locale, il ne reste, en 2016, plus rien ou plus grand chose. Le chef d’œuvre architectural, construit entre 1380 et 1410 a été en très grande partie détruit en 1757, à la suite d’un ouragan. Trois siècles plus tard, un vent nouveau, celui des nouvelles technologies, souffle sur Bourges. Et ce rêve fou d’un voyage dans le temps, devant l’écran, devient réalité grâce au travail mené par Ingrid Labeaume et Dominique Rossi. Deux «geeks purs et durs» comme ils se définissent, manifestant un grand intérêt «pour la richesse du patrimoine berruyer».
+ Plus belle la ville avec Jean Chen l’aquarelliste
Le Berry, 05/06, p.2/3

(Chateaudun) Le rayonnement de l’industrie dunoise

Les heures florissantes de l’industrie à Châteaudun méritaient bien un ouvrage digne de ce nom. Après la publication en 2007 de 1723-1914, de l’incendie à la belle époque, deux siècles d’urbanisme à Châteaudun, le maire (LR) Alain Venot émet l’idée de renouveler la démarche avec, cette fois ci, l’industrie. Autour de ce projet culturel, trois enthousiastes passionnés s’attellent à la tâche. Composée de la directrice de la médiathèque Christine Fernandez, du vice président de la Société archéologique dunoise Didier Caffot et de Pascale Brus, responsable des archives municipales, l’équipe a d’ores et déjà défriché le terrain. Une exposition découlera de cette rétrospective. Sept réunions ont permis de baliser le travail de recherche et d’enrichissement de contenus. La ligne de conduite est tracée entre 1880 et 1960.
L'Echo, 04/06, p.21

(Dreux) Des travaux estivaux à la chapelle royale

C’est une importante opération qui débutera dans les prochaines semaines « sur les parties hautes et la toiture de la chapelle.» Il est prévu de restaurer les margelles, situées au dessus du portail central. «Ce sont des toits en terrasse faiblement pentus, soit en zinc, soit en pierre, et il faut reprendre toutes les parties en pierre, et parfois resculpter ce qui est abîmé» explique Jean-Louis Sureau, secrétaire général de la Fondation Saint Louis. Il s’agit d’une tranche de tranche de travaux de l’ordre de 300.000 €.» La Fondation Saint Louis ne sera pas seule à mettre la main à la poche, puisque l’État subventionne cette préservation du patrimoine à hauteur de 40%, ainsi que la Ville de Dreux (15%) et le Conseil départemental. Ce chantier entre dans le cadre d’un plan pluriannuel de restauration en lien avec l’architecte en chef des monuments historiques. «Cela devrait encore durer une dizaine d’années.»
L'Echo, 05/06, p.10

(Thiron Gardais) Stéphane Bern apporte sa pierre

Stéphane Bern livrera mardi soir dans son émission le palmarès 2016 du Village préféré des Français (France 2 à 20h55). Les internautes avaient jusqu’à vendredi minuit pour choisir le plus beau site, à leurs yeux, parmi une sélection de 13 villages représentant autant de régions françaises. Mais à ses yeux à lui, c’est évidemment Thiron Gardais, dans le Perche eurélien, qui remporte tous les suffrages. L’homme de télé et de radio y a acquis en 2013 ce qui restait de l’ancien collège royal et militaire, lui même issu de certaines dépendances de l’abbaye fondatrice de l’Ordre de Tiron. Deux ans de travaux plus tard, le dynamique propriétaire s’apprête à y ouvrir au public le 6 juillet juillet un musée consacré à l’histoire des lieux. Celle de l’abbaye de Thiron, fondée ici par Bernard de Tiron et régie par la stricte observance de la règle de Saint Benoît et celle du collège royal et militaire qui s’y installa entre 1630 et 1776.
+ Des objets personnels ou issus de collections
+ Il s’est entouré des meilleurs pour réaliser son projet
L'Echo, 05/06, p.20

(Lisle) Eglise

Étant donné la nécessité d’envisager des travaux de réfection sur le vitrail de l’église, les élus ont décidé de confier l’analyse des devis pour conseil au cabinet d’architecte Ken Mimran pour un montant de 279 € HT. (intégral)
NR Loir et CherN, 04/06

(Chouday) “ Colombe ” a retrouvé son clocher


Vendredi, en fin d’après- midi, une cloche de 168 kg a réussi le tour de force, pour sa cérémonie de bénédiction, de réunir autour  d’elle, outre les Choudayiens, la sous-préfète, les deux sénateurs, le président du conseil départemental et plusieurs maires des  communes alentour. Fidèle depuis 1514 à son église Saint-Martin, cette vénérable aînée vient de subir, pour la première fois en cinq  cent deux ans, une cure de jouvence rendue nécessaire par un taux d’usure important au niveau de ses anses qui fragilisait son utilisation. Ainsi, depuis fin avril dernier,  des mains expertes de l’entreprise Bodet, du Maine-et-Loire, lui ont, entre-autres,  prodigué plusieurs traitements de rajeunissement ainsi qu’une jolie restauration de ses ornements.
Nr Indre, 06/06, p.34

(Nohant-Vic) L’église Sainte-Anne renaît

Vendredi soir, la communauté nohantaise s’est réunie autour de l’Association de Sauvegarde de l’église de Nohant, devant la petite église Sainte-Anne. Un instant d’émotion devant cet édifice dont la restauration a nécessité pugnacité, temps et  financement de toutes parts. Entre enjeux culturels, cultuels et un projet cher à la population, les différents travaux (extérieur et intérieur), dont «la CDC La Châtre - Sainte-Sévère a pris la compétence des différents sites sandiens non gérés par l’État», viennent d’aboutir. «Cette restauration a été si bien conduite que cela ne se voit pas. L’église semble éternelle», mentionne Nicolas Forissier qui a rappelé l’investissement des différents financeurs (1).
(1) 438.000 €, Drac. 480.000 €, État. 79.000 €, conseil départemental ; 134.800 €, CDC ; 44.000 €, Asen.
Nr Indre, 06/06, p.34

(Orleans) Mieux accueillir les touristes

«Nous souffrons, dans nos magasins, d’un déficit d’accueil au niveau des touristes. Nous avons été critiqués à ce sujet. Nous avons vraiment besoin d’une meilleure connaissance de notre ville et de notre patrimoine culturel pour mieux la faire connaître à nos clients.» Le constat, fait par Élisa Pinault, présidente des Vitrine d’Orléans, est aujourd’hui sur la voie de l’amélioration. A quelques semaines du début de la saison touristique, 27 commerçants d’Orléans ont participé,  hier matin, à une visite du centre ville. L’occasion pour eux d’approfondir leur connaissance de la cité johannique, «les commerçants étant les premiers ambassadeurs de la ville», précise Élisa Pinault. Mais pour l’être, il faut savoir «donner envie aux touristes». Une seconde visite est donc d’ores et déjà programmée pour une nouvelle tournée de commerçants, lundi prochain.
RC Orleans, 07/06, p.8

(Maisonnais) Une journée George Sand

C’est en préparant une exposition surGeorges Sand et la Presse que le président du Centre de la presse, Pascal Roblin, a fait l’une des plus belles acquisitions de l’association : le premier article de presse attribué à Amantine Aurore Lucile Dupin, la future George Sand. Cet article est paru dans Le Figaro du 3 mars 1831.L’article qui se présente comme une petite nouvelle d’une cinquantaine de lignes, est intitulé Molinara ; sa paternité est attestée par des lettres de celle qui va s’appeler plus tard George Sand à Jules Boucoiran, le précepteur de ses enfants (4 mars 1831) et à Charles Duvernet, ami et voisin à Nohant (6 mars 1831). Cet article du Figaro est disponible au Centre de la Presse à Maisonnais dans le cadre d’une exposition temporaire, visible jusqu’en novembre, avec une trentaine d’autres périodiques originaux imprimés du vivant de George Sand. Des revues et journaux précieux et rares que l’association possédait ou qu’elle a pu acquérir durant les derniers mois.
Le Berry, 07/06, p.27

Chambord : une réouverture au ralenti


Après cinq jours de fermeture, le château de Chambord se relève doucement, et avec lui ses commerçants. « Les Anglais sont en pleine période de vacances, c’est compliqué. Vous imaginez ne pas travailler pendant cinq jours », sedésole la restauratrice des Armes du château. Malgré le soleil qui est revenu ce lundi 6 juin, l’ambiance est encoreun peu morose aux alentours du château. « On a perdu beaucoupde nourriture, comme il n’y a pas eu de rotation pendanttout ce temps, le château était fermé et les routes inaccessibles.On ne pouvait pas travailler. Ce matin, c’est calme.La semaine a été dure. Tant que les routes ne seront pas rouvertes,ce sera compliqué. En temps normal, la saison est bienavancée, cette année on n’est pas gâté.» Le château de Chambord aussi a subi divers dommages. C’est pourquoi, en partenariat avec la Fondation du patrimoine, le Domaine lance un appel aux dons.
Nr Loir et Cher, 07/06, p.2

(Blois) “ Du jamais vu depuis plus d’un siècle ”

Un petit coin de paradis au bord du Cosson. Un écrin de verdure dans un environnement propice à la contemplation. Sauf que dans la nuit de mardi à mercredi, l’éden   s’est métamorphosé en marécage sous la poussée du Cosson dont les eaux ont d’abord submergé le pont reliant Saint-Gervais avant de s’engouffrer dans la cour, puis dans l’entrée, atteignant rapidement le salon, la cuisine et le bureau. Jusqu’à une hauteur de plus de 70 cm ! Par chance, la propriétaire, une femme âgée de 81 ans, n’était pas présente à son domicile. Mais le lendemain, lorsque ses enfants se sont rendus sur place, c’est avec stupeur qu’ils ont découvert l’ampleur des dégâts. Hier matin, alors que la décrue de l’affluent du Beuvron était bien amorcée un peu partout, la bâtisse restait pourtant toujours inaccessible. D’autant que rien ne laissait présager un phénomène de cette ampleur. «Juste à côté, côté Saint-Gervais, l’auberge du Moulin est encore sous l’eau. Mais notre moulin, il n’avait jamais été inondé depuis sa construction au XIXe siècle.»
Nr Loir et Cher, 07/06, p.12

(Tours) Basilique Saint-Martin : les charpentiers à l’oeuvre

Après quatre mois de démolition, les travaux de rénovation de la basilique Saint- Martin ont pris un nouveau tournant : les charpentiers ont rejoint le chantier ce lundi 6 juin. «Nous sommes plutôt dans les temps», se félicite Brice Droineau, l’adjoint au maire chargé des bâtiments communaux. En effet, les travaux de démolition de l’ancienne structure sont terminés. Les plaques de plomb qui garnissaient le dôme : démontées et refondues. En dessous, la structure en briques et plâtre : démontée. Plus de 30.000 briques, soit 60 tonnes de gravats tout de même, ont ainsi été évacuées, triées et stockées.  On ne pensait pas qu’il y en aurait autant, on a été surpris !», souligne Bertrand Penneron, l’architecte en charge de la rénovation de la basilique. La charpente métallique du dôme, construite en 1889, et pour laquelle l’histoire raconte que la candidature de Gustave Eiffel n’aurait pas été retenue, sera conservée en l’état, mis à part un bon coup de peinture. La charpente en bois Douglas, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, est en cours d’assemblage pour être fixée directement sur le métal, à la place de la brique.
NR Indre et Loire, 07/06, p.13

(Amilly) Le château de Dondainville se visite

La municipalité d'Amilly organise une opération portes ouvertes au château de Dondainville, dimanche. Situé entre Amilly et Mondonville, lesite recèle des richesses ancestrales que le promeneur ignore quand il longe le bâtiment. Intarissable, passionné d'histoire, d'art et de généalogie, Denis-Marc Sirot-Foreau, le maire d'Amilly, s'est plongé dans le passé du lieu et a retracétout l'historique des propriétaires, agrémenté d'anecdotes. « L'objectif de cette journée, c'est queles gens découvrent ce patrimoine local que nous devons préserver».
RC Orleans, 09/06

Audrey Azoulay au chevet de Chambord


Accueillie par le préfet Yves Le Breton, le président du Domaine de Chambord Guillaume Garot et le directeur général Jean d’Haussonville, Audrey Azoulay ne perd pas son temps avec les journalistes qu’elle semble fuir comme la peste. Fendant la petite foule des personnalités venue lui rendre hommage, elle marque une étape devant un plan de Chambord sur lequel sont localisées les plaies dont souffre le Domaine. Pendant ce temps, les 4 x 4 trépignent: deux cortèges se forment pour aller visualiser les dégâts à travers les 5.540 ha du Domaine. La plèbe journalistique d’abord, puis les officiels, vont embrasser du regard le mur d’enceinte écroulé sur une centaine de mètres à la ferme de Pinay. Pour ceux jouissant d’un excellent sens de l’orientation, on se trouve à l’extrême est de Chambord, près de la commune de Thoury. Les gardes capables de sillonner le Domaine les yeux fermés, reprennent le volant pour déposer l’assemblée devant la triste mine de l’étang de Périou : une digue est arrachée, laissant un trou béant, menaçant… Retour enfin au château, entre sous-bois marécageux et routes ravinées. Là, briefing avec les élus… A huis clos !
NR Loir et Cher, 10/06, p.2

(Vendôme) Une bergère pour témoin


Il sera beaucoup question du maréchal de Rochambeau, ce lundi, à la vente aux enchères au château d’Artigny en Indre-et-Loire. Parmi les lots dispersés sous le marteau de Philippe Rouillac, une bergère aux oreilles qui a une longue histoire. Estampillé Carpentier, d’époque Louis XV, ce fauteuil, selon la tradition familiale, serait celui où le maréchal, enterré à Thoré-la-Rochette, aura rendu son dernier soupir le 12 mai 1807. Et pour prouver que le fauteuil était bel et bien dans la chambre du maréchal, une photo signée des studios Damoye de Vendôme. «Comme la photo n’est pas XVIIIe siècle, difficile de savoirs’il était vraiment mort dans ce fauteuil ou non, mais la légende est belle», souligne le commissaire-priseur. (intégral)
NR Loir et Cher, 10/06

(Joué-lès-tours) Les maisons de la cité Gobel


S’il est un quartier peu connu, c’est bien celui des maisons de la cité Gobel, rue de Chambray. Fanny et Gérard, retraités, y sont arrivés en 1964 et se souviennent. Fanny est jocondienne à 100%, son mari tourangeau. «Ces maisons appartenaient à l’entreprise Gobel (moules à gâteaux), toujours en activité. Vingt et un pavillons furent construits pour le  personnel.» Gérard, ayant travaillé dans l’usine, a donc eu la priorité pour acheter une de ces maisons dans les années 60, alors que leur fille Sylvie n’avait que 3 ans. Avec le temps, les coquettes maisons ont été vendues et revendues. «Lorsque l’on travaillait, c’était un peu chacun chez soi, même si l’on s’entendait bien avec les voisins. Et maintenant, beaucoup sont partis ou décédés. Heureusement, notre voisin Dominique a eu l’excellente idée, cette année, de réunir les voisins. Une réussite !» Le temps s’écoule, dans cette petite cité tranquille entourée d’usines, bureaux et clubs sportifs. Même le train ne parvient pas à déranger ses habitants ! (intégral)
Nr Indre et Loire, 10/06

(Epeigné-les-bois) La cloche de l’église est de retour dans son village

Dans le cadre de la première tranche des importants travaux de restauration de la toiture de l’église Saint-Aignan débutés en janvier, la cloche a fait un petit séjour en Allemagne pour recharge des points de frappe. Un travail qui restitue à la cloche sa résonance d’origine. Elle est de retour depuis lundi après-midi mais ne sera remise en service qu’une fois le beffroi monté. «Nous devons maintenant la désolidariser de la charpente car elle ne l’était pas et c’est interdit», expliquait le maire, Christian Percevault, lundi qui, comme bien souvent dans les petites communes, est allé chercher son propre tracteur pour la sortir du camion de transport. La cloche pèse quand même 280 kg. Une sortie qui n’est pas passée inaperçue, habitants et enfants de l’école sont tous venus assister à ce petit événement et voir ainsi de près la grosse cloche avant qu’elle ne retourne dans son clocher. (intégral)
NR Indre et LoireE, 10/06

(Dreux) La passerelle enfin restaurée


Le chantier promet d’être spectaculaire. Tout au moins, lorsque l’actuelle passerelle, qui enjambe la Blaise, en partant du square de la République, sera déposée à l’aide d’une grue. Fermée depuis plusieurs mois, la passerelle en acier va enfin être rénovée. «C’est un petit bijou de structure métallique, qui date de la construction de la Tour Eiffel», détaille Jean-Michel Poisson, l’adjoint à l’urbanisme de la mairie de Dreux. Mais ce «petit bijou» a été victime d’une dégradation  lente au fil des décennies. «À l’époque de sa construction et même ensuite, on ne savait pas forcément entretenir l’acier comme aujourd’hui. Ce qui fait que le niveau de rouille des éléments de structure est tel, qu’il existe un risque tangible d’affaissement de la passerelle. Cela nous a conduit a condamné le passage, par précaution. La passerelle est actuellement dangereuse», poursuit l’adjoint.
Le Berry, 11/06, p.21

(Arville) Nouvelle saison pour la commanderie


Christian Hallouin, directeur de la commanderie d’Arville, dirige une équipe entièrement dévouée à l’accueil du public, petit et grand. Depuis 1989, tout est mis en œuvre pour restaurer, développer et faire connaître ce lieu magique que Régine Pernoud, médiéviste reconnue, considérait comme «unique et d’une totale originalité.» Huit espaces scénographiés proposent un voyage jusqu’au cœur de l’Orient. «Ce n’est pas un musée au sens classique du terme, mais un centre d’interprétation qui retraduit l’histoire douloureuse des Templiers et des croisades», indique Christian Hallouin. Les salles se succèdent pour un voyage dans le temps et dans l’histoire. Il est accompagné par du son, des lumières, et un dispositif interactif. Le jardin d’inspiration médiévale est signé Dominique Mansion. Il est découpé en quatre carrés plantés d’une centaine d’espèces de plantes des champs, utilitaires, médicinales et potagères.
NR Loir et Cher, 11/06, p.27

(Loches) Un livre promotionnel à 18.000 € et des coquilles

Des coquilles, il y en a. Valérie Gervès, première adjointe au maire, l’admet au sujet du livre «Loches au cœur de la Touraine». Un bel ouvrage commandé par la ville et financé entièrement par elle pour 18.300 € HT. L’élue a néanmoins une autre lecture de la liste d’erreurs relevées par la NR la semaine dernière.
+ ••• Comment la ville peut faire corriger ce livre ?
Nr Indre et LoireW, 11/06, p.28

(Orleans) Le travail des archivistes

À l’occasion de la journée internationale des archives (jeudi dernier), les Archives départementales du Loiret présentent au public deux  documents relatant le travail des archivistes aux XVIIIe et XIXe siècle. En 1775, l’archiviste François Battheney publie un manuel à l’intention de ses collègues ; puis en 1842, le maire de Saint Benoît sur Loire, M. Héau, informe le sous préfet sur les méthodes employées sur sa commune. À voir du lundi au jeudi de 8 heures à 18h30, et le vendredi de 8 heures à 17h30, dans le hall de l’hôtel du Département, 15 rue Eugène Vignat à Orléans. (intégral)
RC Loiret, 12/06

(Dreux) Sur les traces de la famille Pastre

L’entreprise Pastre, c’est un héritage familial marqué et une entreprise qui donna son nom à tout un quartier. Bernard Pastre, est né au 3 rue Pastre et il a grandi au 9 bis. IL garde des souvenirs familiaux assez flous, son grand père décédé en 1969 et ses archives familiales ayant disparu. Ce dernier nous confie cependant la conception du quartier et de l’entreprise Pastre. «Mon grand père avait acheté au début du XXe siècle, tous les terrains entre la rue Pastre et la rue Gromard. Il faisait construire des maisons et les vendait.» Ces maisons sont facilement distinguables, de  part leur architecture singulière, faites en silex et en pierre meulière. L’ancienne maison de ses parents est  aujourd’hui devenue une crèche, après avoir abrité pendant des années une clinique. Le bâtiment est toujours marqué par l’héritage de l’entreprise Pastre.
L'Echo, 12/06, p.11

(Senonches) Le château musée espère 20.000 visiteurs

Lors du dernier conseil municipal, Xavier Nicolas, maire LR, a annoncé aux conseillers municipaux, que l’ouverture du château était proche. En raison de cela, la tarification de la billetterie a été votée. Un tableau comprenant les catégories et les prestations a été présenté aux élus qui l’ont accepté. Quatre rubriques sont définies dans le tableau, : Visite libre expo permanente, visite libre expo temporaires, forfait expos visite libre, forfait visite guidée expo permanente ou temporaire et accès libre aux espaces d’expos. Selon la rubrique un tarif est spécifié. Néanmoins les adultes paieront 6 €. Gratuit pour les enfants de 0 à 6 ans. Le Maire LR, Xavier Nicolas, est ambitieux,il préconise 20 000 visiteurs par an !
L'Echo, 12/06, p.11

Cité de la gastronomie : Tours est-elle à la hauteur ?


Il y a trois ans, le label «Cité internationale de la gastronomie» était attribué à quatre villes de France : Tours, Paris-Rungis, Dijon et Lyon. Une vingtaine de villes s’étaient portées candidates à la suite de l’inscription par l’Unesco du repas gastronomique français au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Pour Tours, l’ancien maire, Jean Germain, et Serge Babary, alors président de la chambre de commerce, étaient allés présenter le dossier au ministère de l’Agriculture. Avec le succès que l’on sait, donc. Pas question pour les quatre villes lauréates de se faire concurrence. L’idée, soufflée par l’État, était de s’organiser en réseau, de manière complémentaire, avec à chacune sa spécialité. Les cuisines du monde pour Paris-Rungis, le vin et la vigne pour Dijon, les relations entre gastronomie et santé pour Lyon et l’art de vivre pour Tours, avec une option universitaire autour de la constitution d’une Université des sciences et des cultures de l’alimentation. En janvier dernier, Serge Babary annonçait à Tour(s) plus que cette future Cité internationale de la gastronomie, s’installerait – à la rentrée de septembre – avec l’Institut universitaire de l’alimentation, à «La Gentilhommière», boulevard Béranger, à Tours. À moindres frais donc, puisqu’il s’agira de réaménager un bâtiment existant dans l’ancienne antenne de la faculté de droit. Là où d’autres se lancent dans des projets très ambitieux et donc coûteux, Tours joue la carte de la modestie. Et l’assume.
+ ••• Quid de Dijon, Lyon et Paris-Rungis ?
NR Indre et Loire, 12/06, p.2

(Amboise) Un pont ? Non, un concentré de génie léonardien


Le Bosphore est un endroit très venteux. Léo- nard de Vinci le savait, bien sûr : son pont de la Corne d’or, qu’il a dessiné il y a 500 ans pour le sultan Bajazet II, et dont l’objet était de relier les deux rives de Constantinople, était composé de deux arches elliptiques justement conçues pour couper les vents latéraux. «On voit toutes les connaissances qu’avait Léonard en aéronautique», s’enthousiasme François Saint- Bris, le  directeur du Clos Lucé. Le château amboisien célèbre cette année le 500e anniversaire de l’arrivée de son hôte le plus célèbre : la notoriété de Léonard de Vinci est planétaire, et cette dimension internationale se retrouve dans la conception de la réplique de ce pont mythique, inaugurée  dans le parc du Clos Lucé vendredi dernier : «Les Compagnons du devoir d’Armedieval CCB ont travaillé le bois – du chêne massif – comme  au Moyen Age, et ils ont été conseillés par l’artiste norvégien Vebjorn Sand», détaille François Saint-Bris.
NR Indre et Loire, 12/06, p.9

(Germigny) Retour sur les études menées à l’oratoire

Un colloque sur l’oratoire de Germigny sera donné demain vendredi, et samedi, dans le village germignon. Deux journées organisées par le centre d’études médiévales Saint Germain d’Auxerre et la Direction régionale des affaires culturelles Centre-Val de Loire, en partenariat avec le FNRS et l’UCL de Louvain la Neuve (Belgique). Ces rencontres, qui réuniront des spécialistes de l’art carolingien, sont destinées à faire un retour sur les recherches qui ont été récemment menées sur l’oratoire, la mosaïque et les abords. Classée monument historique sur la première liste de 1840, l’église de Germigny a fait l’objet d’importantes restaurations vers 1866-1871, par l’architecte des monuments historiques Juste Lisch, et de fouilles par sondages réalisées en 1930.
RC Orleans, 09/06

(La Chatre) Forepabe : recrutement de tailleurs de pierre

Reconnu par ses formations diplômantes, Forepabe se développe et accueille une quarantaine de personnes par an (demandeurs d’emploi, salariés d’entreprise et particuliers), souhaitant se reconvertir, se spécialiser ou recherchant une qualification dans le secteur des métiers de la pierre.Les formations sont financées par le conseil régional Centre-Val de Loire et le Fonds social européen. Depuis le début de l’année, le centre accueille une dizaine de stagiaires sculpteurs ornemanistes sur pierre, seule formation diplômante sur le plan national, ainsi qu’une dizaine de stagiaires maçons. Un recrutement pour la prochaine session de formation en taille de pierre est en cours, pour une entrée en formation à partir du 5 septembre. Contact : du lundi au vendredi, tél. 02.54.48 33.28. (intégral)
NR Indre, 09/06

(Amboise) Château Gaillard est redevenu “ un bijou ”

Impeccables allées, impeccables arbres fruitiers et délicates roses disposées dans des carrés bordés de petit houx, si typique des jardins italiens à la Renaissance : on peine à imaginer que plus d’un mètre d’eau recouvrait encore toute cette beauté, la semaine dernière ! Avec ces inondations, l’équipe de Château Gaillard a eu une grosse frayeur, annonce d’emblée le propriétaire, Marc Lelandais, mais elle a été soutenue par « les bénévoles et les partenaires, et nous avons fait quelque chose d’impensable : Château Gaillard a été remis à l’endroit, alors qu’il était devenu un lac ». L’inauguration du château restauré a donc pu avoir lieu comme prévu, mardi soir. Parmi la foule se trouvaient de nombreux artisans ayant participé à cette restauration qui s’apparente à une prouesse, effectuée en quatre ans et demi. Marc Lelandais leur a rendu hommage. Une exposition consacrée à ces hommes « qui pérennisent le geste des métiers ancestraux » sera d’ailleurs visible toute la saison. Marc Lelandais a en outre salué « la prudence » dont a fait preuve le maire d’Amboise, Christian Guyon : « Il a refusé de signer le document qui aurait permis de lotir ce domaine de 15 ha, situé en centre-ville. C’était une décision incroyablement judicieuse. » Le site n’a pas été démantelé. Mieux : le château renaît, grâce au mécénat privé.
Nr Indre et LoireE, 09/06, p.22

(La Ferté St Aubin) Le château de nouveau opérationnel


Grandement touché par les inondations, le château de La Ferté est finalement de nouveau opérationnel pour la saison estivale. En effet, avec le débordement du Cosson, la semaine dernière, une partie du site du château avait été inondée. Aussi, toute l’équipe, aidée de bénévoles, s’est mobilisée pour évacuer l’eau et tout remettre en ordre. Les cuisines ont été nettoyées, le sanglier raccroché et le fourneau restauré. Sans oublier les animaux, qui se portent à merveille. Le monument a ainsi pu rouvrir ses portes au public dimanche dernier et l’odeur des petites madeleines au miel emplit de nouveau les cuisines. Hier, Lancelot Guyot, propriétaire du château, devait recevoir la visite d’Audrey Azoulay, ministre de la Culture. Finalement annulée, celle ci devrait être reportée à demain, jeudi. L’occasion pour le jeune homme de faire le point sur les inondations (dégâts estimés à 400.000 €) et les difficultés économiques du patrimoine architectural. (intégral)
RC Orleans, 08/06

(Argent sur Sauldre) Appel aux dons pour l’église

La salle du conseil a été jeudi dernier le cadre de la signature d’une convention pour la restauration des bancs clos de l’église Saint André.Une souscription a été lancée auprès des habitants par le maire, Denis Mardesson, et par François Gréau, délégué départemental de la Fondation du Patrimoine. «Notre église, classée Monuments historiques, possède des bancs clos du XVIIIe siècle de chaque côté de la nef centrale qui constituent l’une de ses originalités. Ils doivent être restaurés d’urgence pour des questions de sécurité, mais la commune ne peut prendre seule à sa charge les travaux. C’est pourquoi nous avons fait appel à la Fondation du Patrimoine qui nous accordera une subvention en fonction du montant des dons reçus». En effet, cette restauration, pour tant au programme de tous les maires successifs, ne se fera que si les habitants montrent une motivation au projet. Le conseil économique de la paroisse a déjà participé en faisant don de 6.000 euros, suivi de près par une banque qui, en plus d’un don, a pris à sa charge les flyers et affiches pour lancer la souscription. Une demande de 5.000 euros a aussi été faite à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles).
Le Berry, 08/06, p.23

(Dreux) La mairie dit oui aux travaux


Dans cet ancien salon de l’hôtel d’Arjuzon, des milliers de Drouais se sont dits oui pour la vie. Sous le buste bienveillant de Marianne et le plafond mouluré et peint azur et or. «La salle des mariages n’a pas subi de travaux de rénovation depuis au moins vingt cinq ans. Elle se dégrade un peu. Il y a quelques infiltrations d’eau. Les papiers peints se décollent. Nous avons entrepris l’entretien des chéneaux, pour éviter les problèmes d’humidité», résume Quentin Bilbille, responsable du service bureau d’études architecture à la mairie de Dreux.Dans quelques jours, les travaux de restauration de la salle des mariages seront lancés. La municipalité va débourser 100.000 € pour rénover ce joyau du patrimoine drouais.
L'Echo, 08/06, p.13

(vallée de la Cisse) Ce qui demeure… ceux qui demeurent…

Deux photographes associées, Sandra-Vanessa Liegeois et Sydney Mons-Peron sont parties sur les traces laissées à la Renaissance en vallée de la Cisse et plus précisément à Chambon-sur-Cisse et à Molineuf. C’est le fruit de leur travail qui est abrité actuellement au Fonds patrimonial de la bibliothèque Abbé-Grégoire au milieu de documents anciens spécifiques à l’histoire ces sites. Préparée pour marquer les 10ans de la promenade artistique de Molineuf en 2015, l’exposition se présente sous une forme originale. Les deux artistes ont pris le parti d’enrichir les images du patrimoine architectural de ce territoire par des témoignages des habitants actuels ou des passionnés de ces lieux.
Nr Loir et Cher, 07/06, p.2

(Tours) Adjugé, vendu !

La Fondation du patrimoine-Basilique Saint-Martin de Tours organise une vente aux enchères d’objets et d’œuvres anciens, généreusement offerts à la ville par des Tourangeaux, au profit de la restauration du dôme de la basilique et de sa statue. Les 73 lots seront exposés dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville, jeudi 9 juin à partir de 16h, la vente ne commençant pas avant 18h, sous le marteau de maître Bertrand Jabot. Livres anciens, estampes, gravures, aquarelles, lithographies, dessins, tableaux, céramiques, soieries, argenterie, objets d’art et de décoration et sculptures contemporaines seront vendues aux enchères par l’Hôtel des ventes Giraudeau, qui ne prélèvera pas de frais pour l’occasion. Tous les curieux sont les bienvenus, fortunés ou non : les premiers lots, des cartes postales ou des estampes, partiront pour 10 ou 15 €. La mairie espère ainsi récolter plus de 10.000 euros. (intégral)
Nr Indre et Loire, 08/06

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Juin - 14:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Mer 8 Juin - 11:15

Source: figaro.fr

La vente d'une toile de Duchamp au profit de MSF bat tous les records

Estimée entre 500.000 et 700.000 euros, la toile Nu sur Nu est partie à 1,243 million. Il s'agit à la fois d'un des legs les plus importants jamais reçu par Médecin sans frontières et du prix de vente le plus élevé pour une oeuvre signée du peintre contemporain.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2016/06/07/03016-20160607ARTFIG00132-la-vente-d-une-toile-de-duchamp-au-profit-de-msf-bat-tous-les-records.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Mer 8 Juin - 11:18

Source : lefigaro.fr

La momie d'une femme tatouée découverte en Égypte


Des babouins, des vaches, des serpents... Les plus anciens tatouages figuratifs de l'Humanité ont été observés à Deir el-Médineh par une équipe d'égyptologues. La personne qui les portait aurait vécu peu après le règne de Toutânkhamon, il y a plus de 3.300 ans.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/06/07/03004-20160607ARTFIG00020-la-momie-d-une-femme-tatouee-decouverte-en-egypte.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Mer 8 Juin - 11:19

Source : lefigaro.fr

Louvre: début d'incendie maîtrisé sous les guichets

Une frayeur de plus pour le Louvre. Trois palettes ont pris feu, à l'aplomb des façades du quai François Mitterrand. Rapidement maîtrisé par des pompiers, l'incendie n'a causé aucuns dégâts dans le musée lui-même, mais a noirci les murs.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/06/06/03004-20160606ARTFIG00250-louvre-debut-d-incendie-maitrise-sous-les-guichets.php


_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 14:23

Source : lemonde.fr

Les musées font le bilan après les inondations

Alors que la décrue s’amorce après une semaine d’inondations, voici l’heure des comptes pour les établissements culturels touchés de plein fouet par la montée brutale des
eaux. Le bilan est particulièrement lourd pour plusieurs monuments historiques situés en Loir-et-Cher.
Le débordement du Cosson, affluent du Beuvron, a contraint le château de Chambord, rapidement encerclé d’eau, à fermer pendant cinq jours. « On a au moins 150 000 à 200 000 euros de pertes d’exploitation liées au parking, aux visites guidées ou au spectacle équestre », égrène Jean d’Haussonville, directeur général du château de Chambord. Une perte d’autant plus critique que ce montant correspond au bénéfice net annuel de l’établissement public, « juste la marge qui fait qu’on est dans le rouge ou pas », ajoute le maître des lieux.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/08/les-musees-font-le-bilan-apres-les-inondations_4943013_3244.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:04

Source : lemonde.fr

Clément Chéroux quitte le Centre Pompidou pour le MoMA de San Francisco

Le Centre Pompidou souffrirait-il d’une fuite des cerveaux ? C’est la deuxième fois en trois ans que le musée français perd son conservateur en chef pour la photographie au profit d’un grand musée américain. Il faut croire que les « Frenchies » ont la cote aux Etats-Unis : après Quentin Bajac, son prédécesseur, parti prendre la tête des collections de photographie au prestigieux Musée d’art moderne (MoMA) de New York, c’est au tour de Clément Chéroux d’être recruté par le MoMA de San Francisco, ou SFMOMA. Un lieu qui a pris une nouvelle ampleur en mai, avec une extension qui en fait désormais le plus grand musée d’art moderne du monde.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/06/13/clement-cheroux-quitte-le-centre-pompidou-pour-le-moma-de-san-francisco_4949436_1655012.html#KwFr9Bt58k5OZHJA.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:06

Source : lemonde.fr

Buren jette un arc-en-ciel sur la Fondation Vuitton

Lorsqu’on aborde la Fondation Louis Vuitton du côté de l’avenue du Mahatma-Gandhi et par temps de pluie, on se dit que Daniel Buren a réellement cochonné les voiles translucides du bâtiment de Frank Gehry. La grande conque qui abrite la gauche de l’entrée est en effet ponctuée de rectangles ou de trapèzes d’un orange peu ragoûtant, celle de droite accueillant le même dispositif, mais en vert : un contraste dur que même Delacroix avait du mal à maîtriser.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/06/10/buren-jette-un-arc-en-ciel-sur-la-fondation-vuitton_4947248_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:07

Source : lemonde.fr

La crue et le ressac du Louvre

Le patron du Louvre a regardé la Seine monter. Il a cerné les scénarios, une infiltration par le sol ou, pire, le déversement de l’eau par le rez-de-chaussée, mais rien n’est arrivé. Pas une trace d’humidité. Près de 35 000 œuvres montées dans les étages en une nuit et une journée, et pas un incident.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/m-actu-chroniques/article/2016/06/10/le-vrai-probleme-du-louvre-n-est-pas-la-crue-mais-ce-qu-elle-a-revele_4946874_4573473.html

Source : latribunedelart.fr

Inondations : le dépôt des œuvres d’art de la Ville de Paris

La montée des eaux de la Seine nous donne l’occasion de parler d’un lieu inconnu du public, mais très important du point de vue patrimonial : la réserve où la Ville de Paris « conserve » une grande partie des œuvres provenant des édifices civils ou religieux de la Ville de Paris et n’ayant plus d’affectation. Il s’agit d’une immense halle en proche banlieue parisienne1 (d’ailleurs protégée au titre des monuments historiques car il s’agit d’une très belle architecture métallique), qui se trouve juste à côté de la Seine en pleine zone inondable.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/inondations-le-depot-des-oeuvres-d-art-de-la-ville-de-paris

Inondations : irresponsables au plus haut niveau

On sait ce que nous pensons (et ce que les conservateurs du Louvre et la grande majorité de la communauté scientifique pensent) de la décision de Jean-Luc Martinez de construire des réserves à Liévin, une aberration dont le Louvre paiera longtemps les conséquences. La situation actuelle ne nous fait pas changer d’avis, bien au contraire.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/inondations-irresponsables-au-plus-haut-niveau

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Juin - 15:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:08

Source : lemonde.fr

Le château de Versailles, victime d’un trafic de fausses chaises ?

Après un an et demi d’enquête, l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) a commencé, mardi 7 juin, à effectuer plusieurs auditions dans le milieu des antiquaires. Deux d’entre eux, Bill Pallot, expert en sièges, et Laurent Kraemer, de la galerie Kraemer, l’une des plus anciennes de Paris, ont été auditionnés dans la soirée puis placés en garde à vue à Nanterre (Hauts-de-Seine). Ils sont soupçonnés d’avoir vendu de faux meubles, notamment au château de Versailles.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/06/09/peches-de-chaises_4943975_1655012.html

Source : lefigaro.fr

Scandale des antiquaires : Versailles et le ministère de la Culture réagissent

Au lendemain de la mise en examen de Bill Pallot et de Laurent Kraemer, interpellés par l'OCBC qui les soupçonne d'avoir vendu des faux meubles du XVIIIe siècle, les communiqués officiels tombent. Pour Le Figaro, la galerie Aaron évoque la mise en détention provisoire de son représentant.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/06/11/03004-20160611ARTFIG00151-scandale-des-antiquaires-versailles-et-le-ministere-de-la-culture-reagissent.php

Source : latribunedelart.fr

Des faux à Versailles ?

Fausse grille, fausse fontaine, fausse entrée d’hôtel… À tous ces faux assumés et revendiqués, le château de Versailles a-t-il ajouté à quatre reprises, entre 2009 et 2012, l’achat de faux meubles, pour un montant total évalué à 2 millions d’euros ?
C’est, en tout cas, ce que semble penser l’OCBC qui vient de procéder à plusieurs auditions et perquisitions toute la journée d’hier dans le monde du marché de l’art. C’est ce que tout le milieu, des conservateurs aux marchands, en passant par les historiens de l’art spécialisés, murmure à demi-mot depuis au moins un an.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/des-faux-a-versailles

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Juin - 15:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:22

Source : lefigaro.fr

Découverte de plusieurs cités médiévales au Cambodge

Une nouvelle technologie basée sur le laser a permis de détecter un empire du XIIe siècle. Certaines cités seraient aussi grandes que la capitale cambodgienne, Phnom Penh.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/06/13/03004-20160613ARTFIG00056-decouverte-de-plusieurs-cites-medievales-au-cambodge.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:27

Source : lefigaro.fr

Louvre-Lens: Marie Lavandier prend la tête du musée

À la fin de cet été, l'historienne spécialiste de l'art du XXe siècle, conservateur général du patrimoine, prendra la direction de l'antenne du Louvre dans le Pas-de-Calais, succédant ainsi à Xavier Dectot.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/06/10/03015-20160610ARTFIG00305-louvre-lens-marie-lavandier-prend-la-tete-du-musee.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:29

Source : lefigaro.fr

Daech a bien détruit le temple de Nabû en Irak

Des images prises par satellite ont confirmé que l'entrée principale du sanctuaire dédié au Dieu babylonien de la sagesse, avait subi des dégâts considérables, après l'explosion programmée par les djihadistes de l'État islamique.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/06/10/03004-20160610ARTFIG00154-daech-a-bien-detruit-le-temple-de-nabu-en-irak.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9442
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   Lun 13 Juin - 15:42

Enrichissement des collections

Source : latribunedelart.com

Acquisitions du Musée de Cluny : des émaux sur basse taille du XIVe siècle

C’est une œuvre qui se trouvait dans le tiroir d’un particulier depuis des années ; celui-ci espérait en tirer quelques centaines d’euros en l’apportant à un commissaire priseur qui l’a fait expertiser... Elle a été adjugée 450 000 euros lors de la vente du 6 février organisée par Maître Patrice Biget à Alençon et préemptée par l’État pour le Musée de Cluny. Il s’agit d’un tableau-reliquaire probablement réalisé à Paris au XIVe siècle, représentant le Christ en croix. Sa qualité suggère une commande princière voire royale.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/acquisitions-du-musee-de-cluny-des-emaux-sur-basse-taille-du-xive-siecle

Un tableau de Dumont le Romain pour le Musée des Beaux-Arts de Rennes

Né dans une famille de sculpteurs, le peintre Jacques Dumont se fit appeler le Romain alors qu’il ne passa que peu d’années en Italie qu’il quitta à l’âge de 25 ans. Son biographe Guy Vattier1 explique qu’il se donna lui-même ce surnom afin qu’on ne le confonde pas avec un autre peintre d’histoire, également académicien, Jean-Joseph Dumons.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-tableau-de-dumont-le-romain-pour-le-musee-des-beaux-arts-de-rennes

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 6 - 11 juin 2016)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: