Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)   Mer 9 Nov - 12:09

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

De belles « Paroles de papier » au musée des Beaux-Arts
L’association des Amis des musées d’Orléans lance, mercredi, au musée des Beaux-Arts, son deuxième cycle d’ateliers créatifs à destination des adultes. Intitulé « Paroles de papier », cet atelier créatif s’adresse aux adultes qui souhaitent découvrir le musée des Beaux Arts d’Orléans et aborder une pratique artistique sur un mode ludique et sensible avec le papier pour fil conducteur. Le premier papier est dédié aux mots, donnant la parole à une oeuvre du musée orléanais, dévoilant quelques secrets cachés dans les images. Le deuxième papier n’est plus écrit mais sculpté, gravé, découpé, déchiré, collé, abordant de multiples techniques et continuant le dialogue avec l’oeuvre découverte précédemment. Chacun des cycles est composé de quatre animations et indépendant, laissant la possibilité de s’inscrire tout au long de l’année ou plus ponctuellement en fonction de ses disponibilités. (intégral)
RC Orleans, 09/11

(Vendome) Échange d’oeuvres entre Versailles et le musée
C'est le genre d’occasion pour laquelle il a littéralement fallu prendre des gants : hier matin, tandis qu’une des oeuvres quittait l’exposition permanente du deuxième étage, l’autre rejoignait la collection. Un chassé-croisé permis grâce à l’accord entre le château de Versailles et le musée. Le premier souhaitait exposer la harpe de Marie-Antoinette, propriété du second. « Mademoiselle de Trémault l’a reçue à la suite d’un héritage ; elle a fait don de très nombreux objets personnels, dont cette harpe. » L’instrument a été restauré en 1988 afin de préparer le bicentenaire de la Révolution française. « C’est ainsi qu’a été découverte la date à laquelle elle a été offerte, le 10 novembre 1774. » Un cadeau qui pourrait faire suite à l’avènement de Louis XVI suite au décès de Louis XV. Versailles organise prochainement une exposition portant sur les fêtes et divertissements sous l’Ancien Régime et a demandé à ce que cette pièce puisse en faire partie. « C’est la seconde fois qu’elle est prêtée, elle avait déjà fait l’objet d’une exposition au Grand Palais en 2008 », expliquait Laurence Guilbaud, conservateur du musée. D’où la venue, en contrepartie d’une oeuvre du château de Versailles. La peinture représente Louis-Philippe, duc d’Orléans, en train de sauver de la noyade « Siret », un ingénieur des Ponts et chaussées à Vendôme.
NR Loir et Cher, 09/11, p.18

(Vendome) Musée Matra : de “ La France qui gagne ” à l’Amérique !
Hasard du calendrier, c’est à la veille de l’élection présidentielle américaine que nous avons passé la porte du Musée Matra. Une journée un peu particulière, d’une année qui ne l’est pas moins. Attentats de Paris, pénurie d’essence, inondations… Si la place de chacun de ces événements n’est pas quantifiable, la conséquence s’est fait sentir dans les caisses du musée romorantinais. « Moins 20 % sur la fréquentation par rapport à Ferrari l’année précédente », chiffre Dany Chamfrault, le directeur des lieux. Un chiffre qui s’explique par la fermeture du musée pendant trois semaines en raison des inondations du 2 juin qui ont plongé le rez-de-chaussée où étaient présentés les prototypes Matra sous 1,30 m d’eau, mais aussi par la désertion des visiteurs au cours de l’été. « On a eu un mois de juillet très mauvais », explique Dany Chamfrault : « En revanche, on fait un automne très bon avec à peu près 2.500 entrées en octobre, c’est presque l’équivalent de Ferrari. » Le bientôt ex-directeur, qui prendra sa retraite le 31 décembre prochain constate particulièrement la désertion de la clientèle étrangère : « On en avait 20 % environ, cette année seulement 7 ou 8 %. » En attendant le 20 novembre, date de clôture de l’exposition « La France qui gagne », la vingtaine de véhicules sportifs ou populaires emblématiques, parmi lesquels la DS3 de Sébastien Loeb, la 2 CV Cocorico, la Peugeot 908 ou encore la 4L parisienne sont toujours visibles dans les allées du musée qui se prépare à laisser ensuite la place à l’Amérique, en cette année 2017 decommémoration du centenaire de l’arrivée des soldats américains sur le territoire français, dont la vallée du Cher.
NR Loir et Cher, 10/11, p.21

(Vendome) Musée Matra : de “ La France qui gagne ” à l’Amérique !

Hasard du calendrier, c’est à la veille de l’élection présidentielle américaine que nous avons passé la porte du Musée Matra. Une journée un peu particulière, d’une année qui ne l’est pas moins. Attentats de Paris, pénurie d’essence, inondations… Si la place de chacun de ces événements n’est pas quantifiable, la conséquence s’est fait sentir dans les caisses du musée romorantinais. « Moins 20 % sur la fréquentation par rapport à Ferrari l’année précédente », chiffre Dany Chamfrault, le directeur des lieux. Un chiffre qui s’explique par la fermeture du musée pendant trois semaines en raison des inondations du 2 juin qui ont plongé le rez-de-chaussée où étaient présentés les prototypes Matra sous 1,30 m d’eau, mais aussi par la désertion des visiteurs au cours de l’été. « On a eu un mois de juillet très mauvais », explique Dany Chamfrault : « En revanche, on fait un automne très bon avec à peu près 2.500 entrées en octobre, c’est presque l’équivalent de Ferrari. » Le bientôt ex-directeur, qui prendra sa retraite le 31 décembre prochain constate particulièrement la désertion de la clientèle étrangère : « On en avait 20 % environ, cette année seulement 7 ou 8 %. » En attendant le 20 novembre, date de clôture de l’exposition « La France qui gagne », la vingtaine de véhicules sportifs ou populaires emblématiques, parmi lesquels la DS3 de Sébastien Loeb, la 2 CV Cocorico, la Peugeot 908 ou encore la 4L parisienne sont toujours visibles dans les allées du musée qui se prépare à laisser ensuite la place à l’Amérique, en cette année 2017 decommémoration du centenaire de l’arrivée des soldats américains sur le territoire français, dont la vallée du Cher.
NR Loir et Cher, 10/11, p.21

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 10 Nov - 16:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)   Mer 9 Nov - 12:10

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Bourges) Après l’abattage, place aux fouilles
Mercredi 12 octobre. Arrivées à Séraucourt au petit matin, CRS et société d’abattage se retirent la nuit tombée et laissent derrière eux un site métamorphosé, amputé de 80 arbres. C’est là que doit sortir de terre, au printemps 2020, la future Maison de la Culture. Près d’un mois après, les barrières – dressées ce jour là pour barrer la route aux opposants au projet – sont toujours debout. Derrière le périmètre de sécurité, le no man’s land n’en est plus un. Sur les pentes dévalent des engins de chantier. Des fouilles archéologiques XXL viennent de démarrer. Entamée mercredi dernier – le maire (UDI) Pascal Blanc avait pourtant communiqué sur début décembre –, l’opération était jusque là passée inaperçue. Ou presque. Une poignée d’opposants à la MCB2 est venue le jourJ démonter le périmètre de sécurité et installer une banderole s’en prenant, sans le citer, au maire : « Il ruine et détruit Bourges ». Loin du cliché de l’archéologue genou à terre, passant au peigne fin des vestiges, les fouilles de Séraucourt ressemblent pour l’heure « plus, c’est vrai, à un très gros chantier de BTP qu’à des fouilles archéologiques, et pourtant, il s’agit bien du début des fouilles », explique Mélanie Fondrillon, responsable de l’opération au service archéologie de la communauté d’agglomération Bourges plus qui a remporté l’appel d’offres pour la réalisation de ces fouilles préventives. Ce lundi matin, rue Jean Bouin, les semi remorques défilent. S’arrêtent. Se chargent de terre. Repartent. Et reviennent. Un bulldozer attend son heure. Les pelles mécaniques, elles, creusent. Encore et encore. Ce n’est que le début. Les machines d’abord, les archéologues ensuite.
Le Berry, 08/11, p.10

(Orleans) Voyage archéologique au coeur du Loiret
Saviez-vous que La Neuville-sur-Essonne, près de Puiseaux, compte un site médiéval ? Alors que Boiscommun dispose d’un complexe antique très important, Vienne-en-Val de vestiges de l’âge du bronze, Artenay et Gidy de marques gallo-romaines… Signée du service départemental d’archéologie préventive (SAP), ouverte jusqu’au 27 novembre à l’Hôtel du Département, à Orléans, l’exposition « Voyage archéologique au coeur du Loiret » permet d’actionner la machine à remonter le temps de fort belle manière ! Sollicités pour des expertises, en amont de la réalisation d’infrastructures (comme la future déviation de Jargeau), précieux en termes de conseil pour les communes et intercommunalités, les treize agents du SAP naviguent constamment entre futur et passé.
RC Orleans, 09/11, p.5

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 10 Nov - 15:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)   Mer 9 Nov - 12:10

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre


(Dimancheville) Église du village : les nouveaux travaux
En 2012, la municipalité lançait les travaux de remise en sécurité de l’église Saint Blaise  : restauration des toitures et du clocheton, destruction d’un faux plafond… Lors des interventions, des ornementations de qualité devaient être découvertes. Une étude en vue de leur réhabilitation était alors confiée à Antoine Leriche, architecte du patrimoine. Samedi, Gérard Gainville, le maire de Dimancheville, donnait le coup d’envoi de la seconde tranche de travaux. Prévus pour durer une dizaine de mois, ceux ci (dirigés par Antoine Leriche) permettront la mise en lumière des peintures murales du XIIIe siècle ornant les deux portes entourant le retable. Des lambris du XVIIe, ainsi que la porte latérale seront aussi réhabilités. À l’entrée de l’église, un panneau revient sur le financement de l’opération. Les travaux – 150.000 € – bénéficient de subventions. Parallèlement au sauvetage des oeuvres picturales (par l’entreprise Eschlimann et par LP3 conservation), des travaux de maçonnerie (réalisés, eux, par RP Lagarde), et d’autres d’éclairage (par 2EC Elec), vont prochainement intéresser le choeur de l’édifice. Une étude touchant au confessionnal, ainsi qu’à la chaire (la tribune), est également en cours.
RC Loiret, 07/11, p.13

Saint-Benoît patrimoine ne désarme pas
L’association Saint Benoît Patrimoine poursuit son combat : préserver l’authenticité et la beauté de Saint Benoît sur Loire et surtout de son abbatiale. L’association s’élève contre la façade du futur centre d’interprétation, qui masquera, selon elle, la vue sur l’abbatiale. Le bâtiment qui a été démoli laissait entrevoir depuis le centre bourg la basilique et sa flèche, ce qui ne sera plus le cas avec ladite façade. L’association s’oppose non pas au projet de centre d’interprétation même, mais à l’édification d’une façade aveugle de 15 mètres de haut, prévue pour cacher l’ascenseur montant au « belvédère » dont elle conteste l’intérêt.
RC Loiret, 07/11, p.35

(Montireau) Les charpentes de l’église à l’étude
Un inventaire des charpentes de l’église Saint Barthélemy a été réalisé, ce jeudi, par la conservation régionale des monuments historiques, dans le cadre du lancement de l’étude diagnostic du bâti de l’église, engagée par la commune de Montireau. Fabienne Audebrand, conservatrice des antiquités et objets d’art en Eure et Loir, explique : « Cette analyse dendrochronologique des charpentes de l’église va  permettre de dater chaque élément et de comprendre l’évolution historique et architecturale de l’édifice classé ». Elle ajoute : « Ce n’est pas si  courant pour nous d’étudier une charpente d’église édifiée au XVIe siècle. Cette analyse vise également à compléter les  connaissances actuelles, tant sur le plan structurel que sur celui des techniques de conception liées à l’histoire de la forêt ». Tout au long de l’après midi, Christophe Perrault, dendrochronologue de l’entreprise CEDRE de Besançon (Doubs) a mené une série de prélèvements, « afin de dater avec précision la période d’abattage des bois de la charpente ».
L'Echo, 07/11, p.24

26.110 €
C’est le montant total des recettes collectées vendredi au château de la Bourdaisière, lors de la vente aux enchères organisée par les vignerons de Montlouis pour financer la reconstruction de l’église de Saint-Martin-le-Beau, incendiée en avril 2015. La soirée a été couronnée de succès. Plus de deux cents personnes y ont assisté. La plus belle adjudication est allée à une médaille de saint Martin qui a été achetée 11.000 € par un philanthrope libanais, Gilbert Mujaberr. Ce dernier – qui a déjà financé la (re)construction de 27 églises au Moyen-Orient – l’a aussitôt offerte à la mairie de Saint-Martin-le-Beau. Par ailleurs, une bouteille balthazar (12 litres) de montlouis a été adjugée 2.000 €. Et un patchwork géant réalisé par les habitants de Saint-Martin-le-Beau a rapporté 2.600 €. Enfin, une bouteille de montlouis millésimée 1921 est partie à 1.000 euros. (intégral)
NR Indre et Loire, 07/11

(Vendome) Le château s’offre une nouvelle entrée
Plus de placette aux nids-de-poule au pied d’une des tours du château. En trois semaines, les nouveaux abords du château, dessinés par les services de la Ville, ont été réalisés. « C’était un des premiers projets du mandat, je trouvais que cette rampe n’était pas assez valorisée », explique Philippe Chambrier, adjoint en charge de l’urbanisme. L’aménagement de ce quartier historique doit cependant faire l’objet d’une approche spécifique. « Le bois est qualifié dans le Plan local d’urbanisme d’espace boisé classé. Nous devons avoir l’autorisation de l’architecte des Bâtiments de France. » Durant ce chantier, deux arbres ont dû être abattus. Un dégagement d’espace nécessaire à la création des 16 places de parking qui se situent en amont de la placette. Elles ont été entourées de ganivelles, des barrières faites de piquets de châtaigniers et recouvertes d’un sable calcaire.
NR Loir et CherN, 08/11, p.21

(Bourges) Lifting à 35.000 euros pour les remparts

Une mini pelle qui fracasse l’escalier de béton. Des employés municipaux qui arrachent haies, arbustes. Des portes de camionnettes qui claquent. Des agents qui passent la seconde pour évacuer les déchets verts. Depuis lundi, l’habituelle quiétude de la promenade des Remparts est brisée. L’heure de relooker ce chemin parallèle à la rue Bourbonnoux a sonné. Attendus depuis de longs mois par l’association de riverains, les travaux dans la promenade sont passés de l’état de promesse aux actes. « Enfin », glisse Anne Wybo, présidente de l’association Bourbonnoux, amoureuse d’un lieu dont elle se demandait encore comment le Guide vert Michelin, ouvrage de référence en matière de tourisme, pouvait encore attribuer une étoile à pareil endroit. Pierre-Antoine Guinot, adjoint au patrimoine, le reconnaît : « Ces remparts avaient bien besoin d’une remise en beauté. » Un relooking « assuré en très grande par tie en régie municipale » et pour lequel 35.000 euros ont été débloqués. Rome ne s’est pas faite un jour. Ce sera pareil pour ce chemin.
Le Berry, 09/11, p.10

(Eure et Loir) Le privé à la rescousse du patrimoine
La délégation départementale de la Fondation du patrimoine récompense des projets de restauration du patrimoine eurélien. Les cloches d’une église qui résonnent à nouveau à Escorpain, une chapelle à l’abandon qui entame une nouvelle vie à Saint Avit les Guespières, un vieux four à pain qui retrouve son cachet d’antan à Arrou… De nombreux édifices euréliens, publics ou privés, ont été restaurés, avec le soutien de la Fondation du patrimoine, qui fête ses 20 ans, en 2016. Cet organisme privé, orchestré dans le département d’EureetLoir par Henri Reau, Léa Trouillaud et François Lemonne, est très actif. Lundi, neuf propriétaires privés euréliens ont reçu leur label pour l’aboutissement d’un projet de restauration. Quatorze communes ont également été récompensées. Le label permet à des propriétaires privés de bénéficier de déductions fiscales pour des travaux de sauvegarde ou de restauration de leurs biens. La fondation accompagne aussi des communes qui souhaitent lancer une souscription auprès de donateurs, afin de financer une opération de rénovation. La commune de Prunay le Gillon a récolté 66.100 € pour la restauration de son église. Le maire, Jacky Ferré, insiste : « Sans la souscription, nous n’aurions jamais pu réaliser ce projet. »
L'Echo, 09/11, p.9

Pontlevoy : l’abbaye vendue aux enchères
L’abbaye de Pontlevoy s’apprête à tourner sa page américaine entamée en 2001 lorsque Murray Wikol, investisseur fortuné du Michigan et expert en négociation immobilière, avait succombé aux charmes du monument bénédictin mis en vente par le marquis Charles-Antoine de Vibraye. A l’époque, le nouveau propriétaire voyait grand avec la création d’un centre d’études international et d’un campus dénommé « theabbey.us » où plus de 200 étudiants de l’université du Sud-Mississippi, venus de tous les Etats-Unis, devaient effectuer chaque année une partie de leur cursus. Le projet avait reçu le plein soutien du conseil départemental de Loir-et-Cher, la signature de l’acte notarié se déroulant même dans ses murs. Ouvert en 2002, le centre d’études a accueilli de nombreuses promotions d’étudiants durant de longues années. Mais celui qui dirige aujourd’hui Provisions, société d’investissement dans la pierre basée à Troy (Michigan) et gérant de la SCI Pontlevoy, a probablement eu l’appétit plus gros que le ventre, les liquidités dont il disposait ayant vite été englouties dans les travaux de mises aux normes… « Et rien n’a été fait pour restaurer les lieux » se désole Hubert Armand, premier adjoint de la commune. Au fil des ans, l’abbaye n’a donc cessé de se détériorer. L’étau s’est peu à peu resserré sur la SCI Pontlevoy qui n’a plus été en mesure de respecter ses engagements vis-à-vis de son créancier, la banque HSBC. Une situation qui a poussé l’établissement financier à demander la saisie du bien et sa mise en vente judiciaire aux enchères. Celle-ci interviendra le 15 décembre au palais de justice de Blois avec une mise à prix de 2 M€ sachant que les enchères pourraient démarrer à 1 M €.
NR Loir et CherN, 09/11, p.3

Petite année et grands moments pour la Jocondie
Après six mois de navigation sur le Cher, la Jocondie a retrouvé ses quartiers d’hiver la semaine dernière. Pour les mariniers du comité d’animation Joué Centre, cette treizième saison n’a pas été un long fleuve tranquille, et à l’heure où la toue cabanée prend le chemin de la ferme des Granges pour son toilettage hivernal, Didier Augereau (président du CAJC) et Alain Duboc (responsable pôle bateau) dressent un premier bilan, et reviennent sur les évènements marquants de 2016.  Une coûteuse réparation, les crues de juin, une opération nettoyage du Cher...
NR Indre et Loire, 09/11, p.15

(Saint Just) Au chevet de l’église fragilisée
L’église Saint Just, patrimoine de la commune de Saint Just, nécessitait des travaux extérieurs, des fissures importantes apparaissaient au chevet. En architecture religieuse, le chevet désigne généralement l’extrémité du choeur d’une église derrière le maître autel et le sanctuaire. Ces fissures fragilisaient l’ensemble de la structure. Une société de ravalement, basée aux Aix d’Angillon, a été chargée d’exécuter ces travaux. Les fissures ont été comblées par un chaînage (ferraille et ciment fibré). Le coût est estimé à 26.000 euros, selon le maire, Stéphane Garcia. Une subvention d’un montant de 6.000 euros a fait l’objet d’une demande au conseil départemental.
Le Berry, 10/11, p.11

Abbaye de Pontlevoy : “ Elle ne sera pas vendue ”

Si la banque HSBC a bien demandé la saisie de l’abbaye de Pontlevoy et sa mise en vente judiciaire aux enchères le 15 novembre prochain, le directeur du site est formel : « Elle ne sera pas vendue. Je ne peux pas entrer dans les détails, ajoute Johan Jaffry, mais le propriétaire veut conserver l’abbaye. Et nous avons des projets en cours pour la faire vivre. » Nommé à la direction du sitedepuis 2013 par Murray Wikol, Johan Jaffry dément catégoriquement que l’état de l’abbaye se soit de plus en plus dégradédepuis son rachat en 2001. « L’architecte en chef des Bâtiments de France est venu cette année à l’abbaye pour un état des lieux complet. Il a conclu que les maçonneries présentaient un état d’usure normal. Les toitures ont besoin d’un entretien, et nous sommes en train de lever des fonds pour entreprendre ces travaux. La Région est prête à nous aider. » Johan Jaffry en convient, le projet initial n’est plus à l’ordre du jour. Entre le désengagement du premier partenaire, l’université du Sud-Mississipi, dès 2002, la crise économique, les attentats en France, « et aujourd’hui l’élection de Donald Trump dont on ne sait pas ce que ça va donner dans les relations internationales », l’abbaye de Pontlevoy n’a plus guère d’avenir dans l’accueil d’étudiants américains. « Mais elle offre un potentiel indéniable en matière d’hébergement touristique, entre Chambord et Beauval, explique le directeur, avec un bâtiment central répondant à toutes les normes, y compris Jeunesse et sports. Nous investissons au moins 150.000 € par an rien que sur ce chapitre. »
NR Loir et Cher, 10/11, p.6

(Tours) Saint-Libert s'affranchit
La Société archéologique de Touraine, propriétaire et restauratrice de la chapelle Saint-Libert, l’Union Philatélique de Tours et La Poste ont noué un partenariat pour l’émission d’un nouveau timbre-poste consacré à la restauration de la chapelle Saint-Libert, ce très ancien édifice religieux tourangeau, désormais nouvel espace culturel et artistique dans la ville de Tours. Cette émission, du type « premier jour », s’accompagnera d’une exposition philatélique originale qui présentera, en particulier, la réalisation d’un timbre « en taille douce » consacré à l’Hôtel Goüin. L’événement se déroulera, le samedi 19 et le dimanche 20 novembre 2016, de 10 à 18 heures, dans la chapelle (37, avenue Malraux à Tours). Entrée gratuite Le créateur du cachet oblitérant sera présent le samedi 19 novembre pour dédicacer les souvenirs philatéliques. Contact : pour la Société archéologique de Touraine : Yves Cogoluègnes - tél. 06.07.27.35.01 - courriel : yves.cogoluegnes@orange.fr. (intégral)
NR Indre et Loire, 09/11, p.15

(Loches) Ils vont modéliser en 3D la collégiale Saint-Ours
Après Chambord, la collégiale Saint-Ours. Après avoir mené des relevés architecturaux du célèbre château de François Ier notamment dans la chambre du roi, l’escalier central à double hélice… l’École nationale des sciences géographiques (ENSG) a choisi de collaborer avec la ville de Loches, pour les travaux pratiques de ses élèves. Plutôt flatteur pour Loches, d’autant plus qu’il s’agit de la deuxième opération de ce type après Chambord. Balayée au laser Jusqu’au 18 novembre, 19 stagiaires de l’ENSG encadrés par six enseignants-chercheurs scrutent les moindres détails architecturaux de la collégiale. Cette école dépend de l’Institut national de l’information géographique et forestière, plus connue sous le signe IGN. Ces étudiants sont en Mastère spécialisé (Bac + 6) « Photogrammétrie, positionnement et mesure de déformations ». Depuis lundi, ils procèdent à des relevés en 3D de l’édifice. Leur technique : la photogrammétrie, la lasergrammétrie. Et si le temps le permet, l’utilisation d’un drone.
NR Indre et LoireE, 10/11, p.15

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 10 Nov - 16:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)   Mer 9 Nov - 12:50

Tourisme

Source : magcentre.fr

Tourisme: les escaliers comme des pains au chocolat


Un milliard d’euros débloqués par le gouvernement pour faire revenir les touristes en France et en particulier à Paris. C’est une des mesures qui viennent d’être annoncées par le gouvernement. Dans la capitale les hôtels de luxe sont désertés, par les Asiatiques en particulier, mais pas uniquement. L’idéal serait que nos ministres, nos responsables du tourisme, soient confrontés au parcours d’un touriste lambda.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/109927-tourisme-les-escaliers-comme-des-pains-au-chocolat/  

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)   Jeu 10 Nov - 15:55

Ambition culturelle

La région Centre-Val de Loire lance les états généraux de la culture afin de partager une nouvelle ambition. Elle a engagé une démarche large de consultation, par le biais de réunions préparatoires et d’une plateforme de concertation. Contributions, expériences et propositions sont à proposer sur le site : http://concertation.regioncentrevaldeloire.fr Cinq rencontres sont encore à venir, de 14 heures à 18h30, ouvertes à tous : le jeudi 10 novembre, « emploi et formation » (à l’Astrolabe, à Orléans) ; le mardi 15 novembre, « habitants, publics et actions culturelles » (à l’Équinoxe, à Châteauroux, Indre) ; le mardi 2 novembre, « territoires » (au lycée Eplefpa de Chartres la Saussaye, Eure et Loir) ; le mardi 29 novembre, « coopération, réseaux » (à Emmetrop, à Bourges, Cher) ; le mardi 6 décembre, « création et diffusion » (au château de Blois, Loir et Cher). (intégral)
RC Orleans, 08/11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)   Jeu 10 Nov - 16:01

Des visiteurs comme conservateurs et expériences muséales personnalisées

Source : rcip-chin.gc.ca

Les musées adoptent de plus en plus de nouvelles stratégies pour attirer les visiteurs, qu’ils soient nouveaux ou assidus, en les engageant d’une manière personnalisée et interactive. On reconnaît davantage que les visiteurs se créent leur propre définition de leur expérience au musée. Cela signifie que le public s’intéresse moins aux expériences passives que sont les expositions et collections des musées; un nombre croissant de musées cherchent des moyens d’encourager une participation accrue de leurs clients.
Lire la suite : http://www.rcip-chin.gc.ca/sgc-cms/nouvelles-news/francais-french/?p=8453

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 7 - 13 novembre 2016)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: