Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 28 novembre - 3 décembre 2016)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 28 novembre - 3 décembre 2016)   Jeu 8 Déc - 9:30

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre -Val de Loire

(Dreux) L’écomusée fête ses trente ans
Deux caves sauvés in extremis de la destruction ; voilà le point de départ de la création de l’association Flora Gallica. En 1986, dans le cadre d’un projet immobilier, une route d’accès par la rue Sainte Thibault devait être construite. Mais contrairement au petit jardin de la chanson de Jacques Dutronc, détruit par des promoteurs immobiliers, le coteau connaîtra un sort meilleur. La construction des deux caves attenantes à l’immeuble qui héberge aujourd’hui l’écomusée remonte au XIIe siècle. « Mais », raconte François Fillon, le président de l’écomusée, « le maire de l’époque, Jean Hieaux, a décidé de faire stopper les travaux à condition qu’il y ait un projet d’animation du lieu », pour faire vivre ce patrimoine local. Aujourd’hui, Flora Gallica possède des milliers d’objets, pas encore tous répertoriés liés à l’artisanat local.
L'Echo, 29/11, p.19

(Orleans) La salle Jeanne-d’Arc de l’Hôtel Cabu est fermée jusqu’au 11 mars
La salle Jeanne d’Arc du musée Historique et Archéologique de l’Orléanais, rebaptisé Hôtel Cabu – Musée d’Histoire et d’Archéologie, a  fermé ses portes jusqu’en mars. L’Hôtel Cabu se dotera dès lors de deux salles d’exposition qui accueilleront chaque année deux  expositions liées à l’histoire et à l’archéologie. La salle Jeanne d’Arc rouvrira le 11 mars prochain à l’occasion de l’exposition « Histoire(s) de migrations en région Centre Val de Loire ». Cette réorganisation s’inscrit dans ce projet de restructuration du pôle muséal afin de donner une cohérence et une lecture d’ensemble aux cinq musées de la ville et ainsi mettre la culture au premier plan de notre capitale régionale.(intégral)
RC Orleans, 1er/12

(Artenay) Musée du théâtre forain
Sans le moindre enthousiasme ni commentaires, les élus ont adopté la nouvelle saison culturelle au Musée du théâtre forain. Elle débutera le 17 décembre. « Onze spectacles, pour un montant de 28.652 €. Le coût estimé pour la commune est de 4.790 €, l’an dernier, il avait été estimé à 7.000 € et on avait fini à 9.000 € », a expliqué le maire. (intégral)
RC Orleans, 1er/12

(Eguzon) Nouveaux regards sur la vallée de la Creuse
La Vallée des peintres, entre Berry et Limousin, est une porte d’entrée touristique et culturelle, foyer d’échanges et de travaux. Un pôle de recherche y est associé, piloté par le département de la Creuse, avec le ministère de la Culture et la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) de la Nouvelle  Aquitaine, en partenariat avec les communes de Fresselies, Crozant, Gargilesse et Éguzon. Les travaux de six de ses chercheurs sont présentés  actuellement, intitulés Du paysage à l’oeuvre, de l’oeuvre au paysage, au musée de la Vallée de la Creuse d’Éguzon. Après ceux de Vibeke Rostorp sur le peintre Allan Osterlind, déjà présentés au château d’Ars ; les travaux de Joséphine Billey, Paule Pointereau, Lucie Poirier, paysagistes ; ainsi que ceux d’Olivier Marty, plasticien et Arnaud Sallé, compositeur, permettent d’appréhender la Vallée de la Creuse entre Argenton et La Celle-Dunoise, avec des yeux nouveaux, complétant l’approche contemporaine de Gilles Clément, Éric Winarto, Nils Udo notamment, et celle des impressionniste de l’école de Crozant et des 450 artistes qui s‘y intéressent.
NR Indre, 1er/12, p.17

(Vierzon) Réhabilitation de la grande nef en vue

Le débat d’orientations budgétaires était le gros morceau du conseil communautaire. Un des nouveaux projets a suscité des échanges fut la poursuite de la réhabilitation du B3. « Des travaux sont nécessaires au B3, a commenté Jean Rousseau (opposition républicaine). Mais ils devraient s’accompagner de projets… » Le président de la communauté de communes Vierzon Sologne Berry, François Dumon, a expliqué que « plusieurs scénarios étaient en vue », suite à une étude menée par la Drac qui révèle que la réhabilitation et l’aménagement de la grande nef, destinée à une nouvelle partie du musée, coûteraient 5 millions d’euros. L’idée de créer une réserve pour des oeuvres monumentales, venant d’autres musées a été évoquée. (intégral)
Le Berry, 02/12

(Tours) Donation Cligman : des voix pour un plan B
Coup sur coup, le projet de donation Cligman au Musée des Beaux-Arts de Tours vient d’essuyer deux revers. Le premier vient de la Commission nationale des secteurs sauvegardés (un organe indépendant, précision importante) qui, le 10 novembre, a rendu à l’unanimité un voeu négatif sur ce projet. Une première car la Commission locale du secteur sauvegardé et la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites l’ont toutes deux approuvé bien que le secteur bénéficie de tout l’arsenal de protection juridique. Le second désaveu vient d’une association nationale reconnue d’utilité publique, Patrimoine-Environnement. Sur son site, elle vient de publier une chronique à ce sujet et répond à la Tribune de l’art, le premier détracteur du projet financé (5 M€) par le donateur lui même à cet emplacement. Une autre association, Site et Monuments (l’ex-Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France) propose aussi d’autres pistes pour cette donation.
+ ••• Une autre donation sous condition
Comme dans toute bonne série, il faut un rebondissement, au bon moment, histoire de garder l’attention. Il vient… des États-Unis ! D’après le site La Tribune de l’art, Mitchell Cantor, un avocat New Yorkais, francophile et francophone, souhaite aussi léguer sa collection au Musée des Beaux-Arts de Tours. « A condition qu’elle soit présentée toujours dans un cadre traditionnel et classique. J’ôte cette donation s’ils construisent l’aile Cligman, qui va rompre toute la dignité et la sérénité des lieux et qui va transformer un lieu magique en un lieu dénaturé, laid et sans contexte », a-t-il déclaré au site qu’il a contacté lui-même.
NR Indre et Loire, 02/12, p.14

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 8 Déc - 10:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 28 novembre - 3 décembre 2016)   Jeu 8 Déc - 9:31

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre -Val de Loire

(Amboise) Dix sondages archéologiques sur l’île d’Or
En prévision de l’enfouissement des réseaux aériens sur l’île d’Or, des sondages archéologiques vont être réalisés. La circulation et le stationnement seront interdits ces prochains jours : mercredi 30 novembre rue des Chamoiseurs, jeudi 1er décembre rue Commire, lundi 5 décembre place Saint-Roch et jeudi 8 décembre rue de La Tannerie. La circulation se fera par alternat jeudi 1er décembre sur le quai du Maréchal-Foch et lundi 5 décembre, rue des Bateliers. Le stationnement sera interdit sur la place des Bateliers, mardi 6 décembre. Renseignements en mairie : tél. 02.47.23.47.23. (intégral)
NR Indre et LoireE, 28/11

(Rechèvres) Découverte d’un site archéologique
Cinq semaines de fouilles ont permis aux archéologues de la ville de Chartres de découvrir, dans un terrain situé entre l’avenue de Verdun et l’esplanade Maurice Verdun, un ensemble galloromain, petit établissement rural, datant du Ier ou du IIe siècle. Les fondations de plusieurs bâtiments et un mur d’enceinte ont été mis en évidence. Des morceaux de céramique, des fragments de fresques, des tuiles ont notamment été retrouvés par les archéologues. Un rapport sera prochainement remis au service régional de l’archéologie. Ces fouilles préventives étaient organisées avant le démarrage d’un projet immobilier. Quatre petits immeubles, pour du logement social et privé, seront construits sur le site. (intégral)
L'Echo, 29/11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 8 Déc - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 28 novembre - 3 décembre 2016)   Jeu 8 Déc - 9:31

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre -Val de Loire

(Meung sur Loire) Une stèle à la mémoire de la fonderie
« Soixante huit ans de fonderie à MeungsurLoire, de 1938 à 2006. Les anciens ont souhaité que cette plaque fasse mémoire des femmes et des hommes qui ont  durement travaillé ici, et ont participé à l’essor économique de la région. » Cette inscription, gravée sur la plaque commémorative dévoilée samedi par les jeunes élus du conseil municipal des enfants, atteste de cette période importante de l’histoire du patrimoine industriel magdunois. La cérémonie se déroulait en présence du maire Pauline Martin, d’élus de la communauté de communes du Val des Mauves, et de nombreux anciens salariés de l’entreprise. La plaque, enchâssée dans une stèle, petit édifice symbolique en forme d’usine, donne désormais du sens à ce lieu, devenu parking de la Fonderie derrière la gare SNCF.
RC Orleans, 29/11, p.24

(Drevant) Elle va être réalisée dans la maison du patrimoine actuellement occupée par le CAP qui déménage
Sur sa façade, le panneau Derventum vicus galloromain (*) a été enlevé hier. La maison du patrimoine, voisine de la mairie et qui héberge l’association de Conservation et animation du patrimoine (Cap) Drevant-La Groutte, va être transformée en maison d’accueil communale. Les travaux débuteront dans quelques semaines. « Nous nous sommes aperçus que pour prétendre à être reconnus dans le domaine du tourisme, il nous fallait travailler sur l’accueil, estime Jean-Pierre Gilot, le premier adjoint au maire. Drevant a des atouts dont le site archéologique qui est notre élément moteur, mais nous avons un manque du côté de l’accueil. Nous y pensons depuis longtemps. Nous allons donc y remédier. » La commune va donc profiter de la rénovation du bâtiment surplombant le théâtre galloromain pour y installer le Cap : « La Direction régionale des affaires culturelles (Drac) a remis en état l’avant scène du théâtre et a mis hors d’eau et hors d’air le bâtiment qui accueillera un centre d’interprétation. La mairie a signé, en juillet, une convention avec la Drac pour utiliser ce bâtiment et va en confier l’animation, par une convention, au Cap. L’association s’y installera, au printemps, pour les visites du site et les expositions. Ils seront en surplomb du site, c’est plus logique », confie le maire, Bernard Jamet.
(*) Drevant site galloromain.
Le Berry, 29/11, p.29

(Mondoubleau) “ Le couronnement d’épines ” de retour
Une cérémonie célébrait le retour du tableau « Le couronnement d’épines », vendredi en l’église Saint-Denis de Mondoubleau, en présence du père Paul Boule, curé de la paroisse et de Jean-Jacques Gardrat, maire de Mondoubleau, ainsi que de nombreux invités. Annie Legrand, restauratrice depuis une trentaine d’années auprès des antiquaires, des châteaux, et des particuliers, était retenue pour réaliser cette reconstitution. Elle consacre 50 % de son temps à la restauration d’oeuvres du patrimoine. « Celle-ci, explique-t-elle, est une reproduction du XIXe siècle qui était très endommagée, d’après une oeuvre de Titien ». Elle projetait ensuite sur écran le déroulement de son travail, depuis le tableau descendu en rappel, d’ailleurs ajoute-t-elle amusée, « le tableau et le mur également endommagé, sont descendus en même temps » jusqu’à sa restitution. Le mur a été reconstitué à l’identique par un plâtrier et le tableau remis en place, mais sur la paroi d’en face moins exposée aux infiltrations d’eau.
NR Loir et CherN, 29/11, p.22

(Crissay-sur-Manse) Au secours de l’église Saint-Maurice

Une demande de souscription par le biais de l’association du patrimoine a été faite en mars dernier pour sauver l’église Saint-Maurice de Crissay-sur-Manse, village comme le souligne le maire Michel Mirault qui est classé parmi l’un des plus beaux villages de France et qui reçoit des milliers de visiteurs chaque année. L’église Saint-Maurice qui, malheureusement se dégrade de jour en jour, a bien besoin de travaux de restauration afin de conserver ce patrimoine. La première tranche de travaux a commencé depuis plusieurs jours. Le maire indique qu’il est toujours possible d’aider au financement grâce à la fondation du patrimoine (déductible des impôts). Site Internet : www.fondation-patrimoine.org ; tél. 02.47.58.54.05. (intégral)
NR Indre et LoireW, 29/11

••• Cinq châteaux, cinq thèmes
L’opération « Noël au pays des châteaux » se déroule durant un mois, à partir du 3 décembre jusqu’au 8 janvier. Elle associe dans une même démarche les cinq sites d’Amboise, Azay-le-Rideau, Chenonceau, Chinon et Langeais. Chacun s’est engagé à présenter des décors, un parcours de visite et des animations suivant un thème spécifique. Suivez le guide. Infos pratiques sur www.noelaupaysdeschateaux.com ou www.touraineloirevalley.com
NR Indre et Loire, 30/11, p.2

(Tours) Nouvelle vocation en vue pour La Grande Bretèche
Le 14 octobre dernier, à l’occasion d’un déplacement à Bourgueil, la ministre de la Santé Marisol Touraine annonçait une aide de 7 millions d’euros destinée aux structures d’accompagnement aux personnes âgées et handicapées de la région Centre. Sur cette enveloppe, tirée de la réserve ministérielle, 650.000 € seront alloués au budget de fonctionnement d’un Ehpad de 65 places dont l’aménagement est prévu sur une partie du site de La Grande Bretèche. Le couvent, remarquable bâtiment posé sur les bords de Loire, est occupé par la  congrégation des soeurs dominicaines de la Présentation. Il s’apprête ainsi à connaître une profonde mutation, même si la plupart des aménagements concerneront l’intérieur de l’existant.
NR Indre et Loire, 30/11, p.11

(Chartres) Arlette Boué a étudié l’ancien site de Saint Lubin des Vignes
C’est une ancienne professeur de lettres classiques, au lycée Jehan de Beauce, à Chartres. Elle est bénévole à la Société archéologie d’Eure et Loir (Sael) depuis sa retraite, en 2014. Arlette Boué avait déjà traduit du latin le Cartulaire 1 de Saint Père en Vallée, paru en 2015, dans les cahiers de la Sael. La bénévole vient de terminer la traduction et une recherche minutieuse sur le site de Saint Lubin des Vignes, autrement dit l’actuelle place des Vieux Capucins, dans le quartier des Comtesses. Arlette Boué, qui projette d’éditer un ouvrage entier sur cette partie de l’histoire locale (du VIe au XXe siècle), explique : « J’ai consacré toute l’année dernière à l’étude d’une partie du quartier Saint Brice, celle où se trouvait le prieuré de Saint Lubin des Vignes, qui a laissé la place, après la Révolution, à des fondeurs. » Cette passionnée a pu étudier, grâce aux témoignages d’historiens locaux, des événements des XVIe et XVIIe siècles : guerres de religion, installation de l’ordre des Capucins, etc
L'Echo, 1er/12, p.10

(Châteauroux) Les sites industriels et la mémoire humaine
Vous qui passez sans me voir… Non, les sites industriels qui ont fait la grandeur de Châteauroux ne disposent pas du don de parole. Impossible pour les anciens bâtiments de la Seita ou de Balsan d’évoquer l’activité passée et les flots d’ouvriers sortant des manufactures qui ceinturaient la cité à la jointure des XIXe et XXe siècles.. Cette semaine, le conseil de développement du Pays castelroussin Val de l’Indre a donc décidé de reprendre le flambeau encore chaud, en organisant une conférence à l’intitulé évocateur : Retrouver la mémoire humaine des sites industriels. Cinq intervenants ont été invités à prendre la parole dans les locaux symboliques du Centre d’études supérieures. Entre les historiens Christine Méry-Barnabé, Pierre Rémerand et Robert Pasquiet, ancien des Tabacs, on retrouve le même amour des vieilles pierres. Plus étonnants sont les cheminements de Pierre Frinck et Thierry Vincent. Le premier est étudiant et membre de l’association Chtx Arts ; il a beaucoup photographié la partie de Balsan laissée à l’abandon.
NR Indre, 1er/12, p.7

(Le Puiset) Des panneaux indicateurs du XIXe siècle ont été restaurés
Mercredi, les élus du Puiset ont réceptionné les plaques de cocher restaurées par Nicolas Jamois, passionné par ces objets d’un autre temps. Comme l’a expliqué Jean-Louis Desforges, « nous avions tous déjà vu ces plaques sans rien connaître de l’histoire qu’elles racontent. Nicolas Jamois nous a permis de prendre la réelle mesure de l’importance de ce patrimoine ». Nicolas Jamois, qui réside à Courcy aux Loges, est comme un « chasseur » de plaques de clocher. Il a décidé de les restaurer bénévolement pour leur donner une seconde vie.
RC Loiret, 02/12, p.14

(Jussy le Chaudrier) Quel sort pour l’église ?

L’église du village de Jussy le Chaudrier est fermée par arrêté municipal du 5 avril 2011, à la suite de la chute d’un mur et du risque d’éboulement des voûtes. Le maire, Jean-François Pasqué, et son conseil municipal, avaient sollicité un bureau d’étude, ICB Dagallier Fouchet, pour établir un diagnostic sur l’état de l’édifice. Une réunion publique s’est tenue lundi soir à l’initiative de la municipalité pour rendre compte du bilan de ce diagnostic et du devenir de l’église. L’évaluation de l’état structurel a mis en évidence la dangerosité de l’église, dont le mur côté cimetière s’est écarté de 20 cm et celui côté mairie de 60 cm. La partie la plus fragilisée est celle située entre la nef et le clocher. Comme l’a souligné Jean-François Pasqué, « ce problème date de très longtemps et fait suite aux travaux en 1840 avec la construction de la voûte et les modifications de charpente. »
Le Berry, 02/12, p.42

Chambord fait encore rêver pour les fêtes de Noël
Ils ont été nombreux à s’activer au coeur du Domaine de Chambord ces derniers jours, pour le transformer en château de contes de Noël. Depuis le 1er décembre, quarante sapins de trois mètres de haut, arrivés tout droit de Leuglay en Côte d’Or, habillent les allées du château et sont incandescents le soir. Guirlandes et éclairages illuminent également la façade sud du château ; et avec le nouvel accueil-billeterie, les lumières accompagnent les visiteurs jusqu’aux parkings. La décoration intérieure a, quant à elle, été confiée aux élèves du lycée horticole de Blois. La demande d’animations de Noël se fait plus forte chaque année à Chambord, avec une montée en puissance durant les vacances scolaires. Le Domaine a donc, en plus de ces illuminations, concocté un programme pour les vacances encore plus musclé que l’an passé. Il sera centré sur un spectacle phare, qui l’an passé avait fait le plein. Seize représentations du Chat botté version vie de château à Chambord seront proposées pour toute la famille, à partir de 5 ans.
NR Loir et Cher, 02/12, p.3

(Lassay-sur-Croisne) Un chèque pour la restauration de deux statues
L’association Saint-Denis Saint-Hilaire est née en août 2014. Elle se donne pour but d’organiser des événements festifs de qualité afin de collecter des fonds pour aider à la restauration du patrimoine de la commune et plus particulièrement de l’église. Elle oeuvre en collaboration avec des partenaires locaux, institutionnels, associatifs ou commerciaux. Dernièrement, le président Thierry Cochardet la secrétaire Fanny de Marchéville ont remis un chèque au maire, François Gautry, pour la restauration des deux statues des XVe et XVIe siècles. En 2016, les bénévoles ont organisé une dizaine de manifestations et sur rendez-vous des visites guidées de l’église. Ces manifestations ont permis à l’association de collecter des fonds et ainsi de pouvoir reverser 1.500 € de trésorerie à la commune lors d’une très simple réunion à laquelle ont participé les bénévoles.
NR Loir et CherS, 02/12, p.28

(Lignières) Les vitraux bientôt restaurés
Décision validée lors de la dernière réunion du conseil municipal, les vitraux de l’église vont être restaurés, au rythme d’un ou deux par an, grâce au concours de l’atelier vitrail de Résurgence. Déjà, le groupe de bénévoles, sous la houlette de Philippe Dumont, est venu prendre les mesures pour attaquer cette phase spectaculaire pour cette église remarquable à plus d’un titre. En effet, Lignières possède la particularité d’être placée sous un double patronage, celui de saint Aignan et celui de saint Laurent. Au fil des siècles, les Lignérois ne se sont jamais désintéressés de leur église, y réalisant sans cesse améliorations et restaurations. Désormais, ce sont les maîtres verriers qui sont sollicités avec la restauration des vitraux qui apporteront leurs chatoyantes couleurs à cet édifice déjà remarquable.
NR Loir et CherS, 02/12, p.28

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 28 novembre - 3 décembre 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 28 novembre - 3 décembre 2016)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: