Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 10:11

Musées région Centre-Val de Loire

Source : http://www.magcentre.fr

Conseil Municipal de Tours : la donation Cligman vers le Château de Tours, le CCNT aux casernes

Le dernier conseil municipal de Tours, de l’année 2016, s’est tenu lundi soir avec comme gros morceau le débat sur le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable), document principal du PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui est en cours de révision et qui sera lui débattu d’ici deux mois. Un débat qui aura duré plus de 3h30. Un sujet majeur, engageant l’avenir et l’évolution de la ville, dont nous reviendrons prochainement en détail sur ce site.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/114723-conseil-municipal-de-tours-la-donation-cligman-vers-le-chateau-de-tours-le-ccnt-aux-casernes/

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Tours) SAT : pour une donation Cligman au château

A son tour, la Société archéologique de Touraine (SAT) s’exprime sur le projet de donation Cligman voulue dans le jardin du musée des Beaux-Arts. Le communiqué s’intitule « Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain ». « La Société archéologique de Touraine – forte de ses 660 membres – se prononce très favorablement pour la donation Cligman, chance inespérée d’enrichissement des collections tourangelles, chance culturelle exceptionnelle pour notre métropole. Elle souhaite parallèlement alimenter la réflexion quant à sa localisation. Dans ce sens, elle en préconise l’accueil au
château. Ainsi l’autre donation pressentie par l’avocat américain Cantor pourrait être accueillie sans heurt. Fondée en 1840, la Société archéologique de Touraine, garante de notre patrimoine, soucieuse de l’intérêt général, est aussi résolument tournée vers l’avenir. » (intégral)
NR Indre et Loire, 19/12

La donation Cligman vers le château de Tours
En juin dernier, un ancien industriel, Léon Cligman, e t son épouse ont décidé de donner à l’État une importante collection de plusieurs centaines d’oeuvres d’art. Une partie de ces oeuvres devait alors être déposée à Tours, dans une extension du musée des Beaux-Arts, que l’industriel se proposait de financer. Deux demandes indispensables à la mise en place de cette donation. Suite à l’avis défavorable de la commission nationale des secteurs sauvegardés pour l’extension du musée des Beaux-Arts, le dossier semblait au point mort et certains craignaient de voir l’importante collection s’éloigner de Tours. Les deux précédents avis, celui de la commission locale des secteurs sauvegardés et celui de la commission départementale des sites, étaient, eux, favorables. Hier soir, en ouverture de la séance du conseil municipal, Serge Babary a apporté de nouveaux éléments au dossier : « M. Cligman a confirmé le souhait que sa donation à l’État soit déposée au plus vite à Tours. Le 2 décembre, il a visité plusieurs lieux et s’est arrêté sur un lieu qu’il aime beaucoup, le château, en respectant les conventions avec le Jeu de paume. La balle est maintenant dans les mains du ministère de la Culture, qui détient la donation. » Les modalités de mise
en place et de la présentation des oeuvres dans ce lieu, s’il est retenu par l’État, ne sont pas connues.
NR Indre et Loire, 20/12, p.11

(Le Pont-Chrétien-Chabenet) Il assume toute l’année le rôle du Père Noël pour enrichir son Petit Musée des jouets d’antan
Michel Blanchet vient d’étoffer sa série de lanternes magiques d’un spécimen de la fin du XIXe siècle et prépare actuellement une thématique sur les avions. Plusieurs modèles de voiliers ont aussi accosté dans son Petit Musée des jouets d’antan. Et un carrosse de poupée trône parmi ses dernières acquisitions : un jeu des sept familles de style images d’Épinal et des soldats en bois, peints à la main à la fin des années quarante. Ces objets ludiques abondent une collection de près de 2.100 jouets qui n’en finit pas de s’enrichir au gré de ses coups de coeur. Le retraité, qui a travaillé pendant soixante dans la fabrication de peluches, sillonne les brocantes, les magasins d’antiquités, et profite de son réseau d’amis et de connaissances pour dénicher la perle rare. Ses trouvailles exposées sur 600 m2, font le bonheur de visiteurs enclins à remonter le temps. La pièce la plus ancienne, une poupée au teint pâle et à la robe immaculée, date de 1893. Les créations les plus récentes s’arrêtent à la date butoir de 1980. Si les peluches sont légion, plus de six cents poupées, des voitures à pédales, des soldats de plomb, des dînettes, des jeux de société agrémentent cet endroit magique, ouvert au public depuis trois ans.
NR Indre, 22/12, p.5

(Orleans) L’abbé Leduc dans la lumière
Il y a un an, l’abbé Jacques Doublier faisait une découverte extraordinaire au presbytère de Beaune la Rolande. L’homme d’église a retrouvé des archives appartenant à l’abbé Leduc. Durant la Seconde Guerre mondiale, ce curé a joué un rôle important auprès des familles d’internés juifs du camp de Beaune, en quête de nouvelles de leurs proches ou cherchant un moyen de leur faire parvenir des colis. En servant d’intermédiaire, il leur a apporté aide et réconfort. C’est l’histoire de ce bienfaiteur et plus largement celles d’internés que l’on découvre à travers l’exposition du Cercil (centre d’études et de recherches sur les camps d’internement du Loiret), à Orléans, sur des documents parfaitement conservés.
RC Orleans, 23/12, p.5

(Chartres) La Ville, qui considère le lieu vétuste et insalubre du musée des Beaux Arts, va rendre les clefs au propriétaire, le Département

Plus de 50.000 oeuvres conservées depuis 78 ans sous les ors du palais épiscopal de Chartres. Érigés au XVIIIe siècle, les “ors” qui abritent le musée des Beaux Arts ont bien vieilli. À tel point que la Ville, qui possède les collections et assume les coûts de fonctionnement, a décidé de fermer les portes d’un musée dont le bâtiment appartient au Département. Le bail emphytéotique, qui liait les deux collectivités depuis 1914, a expiré en 2013. Depuis, une convention d’utilisation, reconductible chaque année, se substitue au bail. À partir du jeudi 1er janvier, date d’échéance de la dite convention, les grilles du palais épiscopal se refermeront. Jean-Pierre Gorges, député maire de Chartres, explique : « Les collections sont menacées en raison de l’état du bâtiment. Le 31 décembre, je rends les clefs. » Plusieurs millions d’euros de travaux sont nécessaires pour redonner au musée l’écrin et au bâtiment le lustre qu’ils méritent. La Ville consent à financer l’opération, à condition de devenir propriétaire des murs. Concrètement, cette fermeture ne signifie pas que les collections du musée vont tomber dans l’oubli : « Il existe d’autres lieux, dans la ville, où ces collections peuvent faire l’objet d’expositions temporaires. Quant au personnel du musée, il sera redéployé sur d’autres sites. » L’écrin, vidé et abandonné, reste à la charge du Conseil départemental, qui considère que l’état de délabrement du musée est imputable à la Ville.
+ Perspectives : « Un musée du XXIe siècle »
L'Echo, 23/12, p.8

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 2 Jan - 10:27, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 10:14

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


(Saint Amand) Un puits trouvé sous une dalle
Il était bien caché sous une plaque de béton, elle même enfouie sous une dalle. Un puits d’environ quatre mètres de profondeur a été découvert voilà une semaine, dans l’une des salles de l’ancienne école élémentaire de la Chaume. En creusant dans la dalle, les ouvriers ont mis au jour ce vestige en pierre qui contient actuellement une quarantaine de centimètres d’eau. Ce puits ne sera pas détruit mais sera recouvert par une nouvelle dalle. C’est la seconde fois, en six mois, que la ville découvre un puits sur un chantier. En mai, un puits de pierres taillées a été dévoilé dans la cour de l’hôtel de ville. Il restera visible.
Le Berry, 19/12

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mer 21 Déc - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 10:16

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : http://www.magcentre.fr

Chambord : c’est non au projet de spectacle du Puy-du-Fou !

Le projet de Guillaume Peltier (L.R) de monter un grand spectacle racontant l’histoire de France à Chambord avec Philippe de Villiers pour “l’expertise technique” ne semble pas du gout, mais pas du tout, des responsables du Domaine national de Chambord qui posent dans un communiqué bref et sans ambiguïté un ‘non’ catégorique à cette idée du chef de file de l’opposition au conseil régional et maire de Neung-sur-Beuvron.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/114756-chambord-cest-non-au-projet-de-spectacle-du-puy-du-fou/

La spéculation financière américaine finance la restauration des jardins de Chambord


Fierté nationale ou discrétion du mécène, c’est surtout la presse belge et néerlandophone, qui se fait l’écho du fait que la restauration des jardins à la française de Chambord, qui seront ouverts au public en mars 2017, n’a été permise que grâce au mécénat d’un riche américain.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/114672-la-speculation-financiere-americaine-finance-la-restauration-des-jardins-de-chambord/

Chambord embauche, et le fait savoir, dès le 10 janvier

Certes, ce ne sera pas pour être figurant dans un futur potentiel grand spectacle narrant l’histoire de France façon “Puy-du-Fou”, mais le Domaine national de Chambord organise, mardi 10 janvier prochain, son premier forum pour l’emploi.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/114862-chambord-embauche-et-le-fait-savoir-des-le-10-janvier/

Chaumont-sur-Loire : “bonheur d’hiver” et bonheur des enfants pour Noël

Le Domaine de Chaumont-sur-Loire propose des animations pour les enfants depuis samedi 17 décembre et durant toutes les vacances de fin d’année.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/114252-chaumont-sur-loire-bonheur-dhiver-et-bonheur-des-enfants-pour-noel/

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Bourges) L’habitat partagé se voit au Bon Pasteur
Un complexe hôtelier, un ensemble commercial, une résidence avec services pour seniors. Les années passent, les projets fleurissent autour du Bon Pasteur, grand ensemble immobilier du centre ville à l’abandon. Aucun n’a abouti. L’ancien établissement qui abritait les soeurs carmélites du début du XVIIe siècle jusqu’à la Révolution, avant de devenir un pensionnat pour filles, puis un établissement d’éducation surveillée de 1968 à 1994, attend toujours sa résurrection. Ne voyant aucun projet sortir de terre sur les 8.000 mètres carrés entre l’avenue Jean Jaurès et le boulevard Gambetta, une Berruyère, tournée vers l’Europe du nord où le concept est né il y a une quarantaine d’années, a eu une idée. Toute simple sur le papier. Redonner vie à ces bâtiments désaffectés, propriétés de la ville depuis 2009, sous la forme d’un habitat partagé. « Le lieu est idéal. En plein centre ville, à deux pas des commerces, des transports en commun, explique Claude Melin, ancienne professeure d’allemand en collège, initiatrice du projet. Le but serait d’y créer un espace dans lequel chacun vivrait dans un logement individuel – soit un appartement soit un pavillon, soit comme locataire, soit comme propriétaire –, tout en partageant des espaces communs, à l’image de la buanderie, d’un jardin, d’espace de jeux pour enfants. Ce type d’habitats’adresserait aussi bien aux retraités qu’aux jeunes couples. »
Le Berry, 19/12, p.7

(Chambray les Tours) Le pigeonnier va retrouver un toit

Le pigeonnier de La Fontaine, sur la route du Saint-Laurent, va retrouver son toit. L’an dernier l’état de vétusté de la charpente avait conduit Laurent Deneux, le propriétaire, à démonter totalement la couverture du vieux bâtiment carré, au départ une tour remontant au XVe ou XVIe siècle, transformé en pigeonnier avant la Révolution. Laurent Deneux a confié la construction de la charpente à Mathieu Dementin, charpentier à Saint-Branchs. Après trois semaines de taille et d’assemblage, « à l’ancienne », la charpente à lanterneau a été installée jeudi à l’aide d’une grue de 45 tonnes. La couverture prévue associera ardoises et tuiles, comme sur le toit d’origine. Avec cette restauration c’est un aspect important du patrimoine de Chambray qui est remis à l’honneur. (intégral)
NR Indre et Loire, 19/12

(Châteaudun) La magie des contes au château dunois

Une porte en bois brun s’ouvre sur un grand escalier de pierre. Le descendre, c’est l’assurance de découvrir des lieux étonnants. Car les sous sols du château de Châteaudun sont habituellement inaccessibles au public. Mais petits et grands pourront les visiter pour ces fêtes de fin d’année. Plus qu’une visite, c’est à un voyage dans le temps auquel les visiteurs participeront lors de cinq rendez vous baptisés « Contes et histoires », organisés pour la première fois. Ces rendezvous permettront de rencontrer Foulquès le Ménestrel. Il sera interprété par Fred Ange, de la compagnie du Bord des Mondes, basée dans le Loiret.
L'Echo, 20/12, p.18

(Nogent le Rotrou) Les marchés vont être lancés pour le projet de réhabilitation du pavillon Sully au château
Avec un seul point à l’ordre du jour de la dernière réunion de conseil municipal de l’année, les élus de Nogent le Rotrou n’ont pas réveillonné, hier soir, dans la salle du conseil, à l’hôtel de ville. L’affaire a même été expédiée en quelques minutes, le temps pour le maire (PRG) François Huwart de désamorcer quelques retours négatifs dont il avait eu vent à propos de ce projet d’aménagement au château Saint Jean. Car « Il s’agit bien du château Saint Jean. Nous n’avons rien débaptisé. Le château Saint Jean reste le château Saint Jean, la dénomination du château des Comtes du Perche concerne sur tout la communication que nous élaborons autour de ce projet ». En attendant les élus qui étaient présents et ceux quiavaient donné pouvoir ont largement adopté, à l’exception de trois abstentions de l’opposition, l’attribution du marché concernant le projet de réhabilitation du pavillon de style Louis XIII en espace gastronomique. Il le fallait avant la date butoir du 31 décembre pour s’assurer de l’attribution d’une aide de l’État de 128.700 € au titre du  fonds de soutien aux investissements locaux. Hier soir, sept des onze lots présentés ont été attribués, les quatre restants faisant l’objet de demandes de compléments d’informations ou étant restés infructueux faute d’entreprises candidates.
L'Echo, 20/12

Philippe de Villiers à Chambord ?
Jeudi dernier, Guillaume Peltier a vainement proposé au conseil régional de s’associer au projet de création d’un grand – vraiment très grand – spectacle en région Centre-Val de Loire. Son voeu a été rejeté par les conseillers PS, écologistes et FN. L’élu du Loir-et-Cher baisse d’autant moins les bras qu’il a quelques nouveaux soutiens de poids : celui de Maurice Leroy, président du  département du Loir-et-Cher et celui de Philippe de Villiers en personne. La NR a eu confirmation de l’un et de l’autre, Philippe de Villiers précisant : « Cela ne pourrait être qu’à Chambord ! » « La gauche n’a toujours pas compris que la croissance économique et touristique est fondée sur la fierté identitaire ! », regrettait Guillaume Peltier, après le rejet du voeu dans lequel il proposait à la Région de s’associer au projet de grand spectacle en région Centre-val de Loire. Il ajoutait : « La gauche n’a pas compris que les responsables de Beauval et Chambord, et bien d’autres, attendent une locomotive touristique qui manque à notre Région et qu’un tel grand spectacle jouerait ce rôle. » Sauf de la part du Front national, Guillaume Peltier n’est pas surpris par ce rejet : la gauche a brocardé le projet dès que Guillaume Peltier l’a lancé, lors de la campagne électorale pour les régionales. « Je vous confirme de la manière la plus nette et enthousiaste mon soutien », nous a répondu Philippe de Villiers. Ce dernier ajoute : « Pour moi, et depuis toujours, hors le Puy-du-Fou, il n’y a que deux lieux en France où je serais prêt à m’investir : Versailles et Chambord. » François Bonneau, président du conseil régional, maintient : « Je ne veux pas assécher l’ensemble du territoire au motif que l’on privilégierait un copier coller du Puy-du-Fou dans notre région. » Christelle de
Crémiers, vice-présidente de la Région, chargée du tourisme confirme : « Voulant faire un développement équilibré du tourisme dans tous les territoires, ce spectacle localisé dans l’espace et le temps serait donc contraire à notre politique. »
NR Loir et Cher, 20/12, p.2

(Vendôme) Une crèche vivante pour restaurer un tableau
Samedi dernier, le rendez- vous annuel de la crèche vivante dans l’église Saint-Jean-Baptiste du Plessis-Dorin a rassemblé tant de monde qu’il était difficile de se faufiler à l’intérieur de l’église pour assister au spectacle. Parmi les spectateurs, étaient présents Bernard Pillefer, conseiller départemental et Alain Péral, délégué adjoint de la Fondation du patrimoine et de nombreux élus des communes voisines. Une vraie crèche, avec le boeuf et l’âne, les agneaux, les bergers et les Rois mages et bien sûr Joseph, Marie, Marie-Madeleine, l’ange Gabriel avec une dizaine de petits angelots, sans oublier l’enfant Jésus, dont le rôle a été tenu brillamment par le jeune Hugo, âgé de onze mois. La chorale, constituée de chanteurs venus du Plessis-Dorin, de Mondoubleau et de Souday s’occupait de l’illustration sonore. L’association des Amis de l’église du Plessis-Dorin, qui participe au financement de la restauration de l’église et organisatrice de cette soirée, a récolté des fonds pour la restauration d’un tableau de Guido Reni, une annonciation, de la fin du XVIe siècle. Peu à peu, l’église retrouve ainsi sa brillance d’autant.
NR Loir et CherN, 20/12, p.21

(Saint Satur) Coup de jeune aux saints de l’abbatiale

«Aujourd’hui, pour nous, c’est un grand jour. » Au retour de deux statues fraîchement rénovées, les Amis de l’abbatiale de Saint Satur ne cachent pas leur joie. Parties en restauration au printemps, les sculptures, une de la Vierge et une de saint Roch, ont retrouvé leur place au sein de l’édifice  religieux la semaine dernière, sous les yeux émerveillés des membres de l’association qui oeuvrent quotidiennement pour la vie du site. Entièrement financées par les Amis de l’abbatiale, et conduites par la direction régionale des Affaires culturelles (Drac), ces restaurations ont coûté près de 7.000 euros. Haute de 96 centimètres, la vierge a fait l’objet d’un travail au niveau structurel. Pour saint Roch, statue en pierre de 50 centimètres de haut, le principal du travail s’est trouvé au niveau de la tête. Les Amis de l’abbatiale ont profité de cette restauration pour déplacer les statues. Si les Amis de l’abbatiale avouent être pleinement satisfaits du retour de ces deux statues, ils ne cessent pour autant pas d’oeuvrer pour le site avec, en projet à venir, la restauration du confessionnal qui devrait également être déplacé.
Le Berry, 21/12, p.20

(Loches) Le youtubeur Ben fait sa cuisine à la cité royale

Sa chaîne Youtube, Nota Bene, affiche 440.000 abonnés qui suivent ses podcasts sur l’histoire de France. Ben est un youtubeur à la renommée croissante. Depuis le mois de décembre, Ben, alias Benjamin Brillaud dans la vie non virtuelle, anime des tutoriels sur la cuisine médiévale pour le compte de la cité royale de Loches. Le Tourangeau, féru d’histoire, s’est créé une belle notoriété sur les réseaux sociaux avec son travail de vulgarisation de l’histoire. L’ancien étudiant en histoire, formé aux techniques de l’audiovisuel, avoue ne pas avoir hésité une seconde quand une institution comme le conseil départemental d’Indre-et-Loire, propriétaire de la cité royale de Loches, et l’agence de communication Banlieue Ouest, ont fait appel à ses services. « J’avais envie depuis un moment de parler de cuisine médiévale, l’occasion était trop belle, dit-il. Je m’y intéresse, et je vois que ça intéresse ma communauté. » Les deux premiers “ tutos ” ont largement dépassé les 20.000 vues chacun. Le tournage s’est déroulé au logis royal, devant la grande cheminée de la salle Jeanne d’Arc.
NR Indre et LoireE, 21/12, p.17

(grand ligueillois) Le Prieuré, nouvelle salle culturelle
Le Prieuré dont les origines remontent au XIIe siècle, a parmi ses bâtiments, la grange classique, qui sur décision de la communauté de communes du grand Ligueillois, a été l’objet de travaux de rénovation et d’aménagement au cours de ces derniers mois. Aujourd’hui, c’est une salle culturelle digne de ce nom, avec une installation scénique avec isolation thermique et phonique, ainsi que l’éclairage, le chauffage et la création de sanitaires. Cette salle peut accueillir 220 spectateurs et pour compléter est également installée une tribune télescopique pouvant accueillir 94 spectateurs. Tous ces travaux ont été contrôlés par Jean-Marie Vannier, vice-président de la communauté chargé des infrastructures et Gilles Chapoton, vice-président chargé de la culture, ainsi que Sébastien Lumet, technicien principal de la communauté. Le coût total des travaux, inscrits sur les crédits 2016, s’élève à la somme de 230.000 euros.
NR Indre et LoireE, 21/12, p.19

(Amboise) 20 000
C’est, en euros, le montant de la subvention versée par la ville d’Amboise à l’Association Renaissance Amboise, qui a proposé, cet été, un nouveau spectacle son et lumières au château. Au total, les dépenses liées au spectacle conçu par Damien Fontaine, s’élèvent à 571.500 euros. Cette subvention arrive en toute fin d’année. Avant le vote – à l’unanimité – Christian Guyon, le maire, a déclaré : « Pour ne pas que cette association se retrouve trop en difficulté, je vais lui faire une notification. Elle pourra en faire état, auprès d’éventuels bailleurs de fonds. Leur spectacle est de qualité, et il est
encore en train d’évoluer ». (intégral)
NR Indre et LoireE, 21/12

(Langeais) La Maison de Rabelais en restauration
L’Institut de France a réalisé d’importants travaux de restauration sur la partie nord du château et la maison du XVe qui lui fait face a retrouvé sa splendeur. Il restait la Maison de Rabelais, son pendant au nord de la place Pierre-de-Brosse. La municipalité en s’impliquant fortement dans ces dossiers a joué un rôle incitatif et les propriétaires, MM. Samson et Hosten, ont finalement décidéde lancer le projet mettant parallèlement l’immeuble en vente. C’est l’occupant des lieux, le pâtissier Emmanuel Errard, qui s’en est rendu acquéreur en juillet dernier. Il héritait de devis signés pour des travaux d’un montant de 140.000 € pour lesquels la Drac, la communauté de communes et la ville apportaient environ 25 % de subventions et il décidait donc de lancer l’opération pour la période hivernale afin de ne pas trop pénaliser son activité. Selon la formule classique « pendant les travaux la vente continue », il y a eu peu de répercussion sur la clientèle des habitués mais plus sur celle de passage. Depuis octobre, les bâches enferment le bâtiment pour un chantier d’environ de six à huit mois. Cette bâtisse, inscrite à l’inventaire supplémentaire des bâtiments de France, requiert une attention particulière de par son architecture typique de la Renaissance française (fin XIVe, début XVe).  Mais, faute de documents plus anciens, l’idée a été de revenir au très bel état du XIXe, état cohérent de plus avec le commerce existant pour ce chantier exceptionnel.
NR Indre et LoireW, 21/12, p.24

(La Celle) Une souscription pour quatre sculptures
Le temps a fait son oeuvre. Il a grignoté quatre structures en bois qui étaient abritées dans l’église romane du XIIe siècle. La mairie vient donc de lancer une opération de sauvegarde de ces quatre trésors. Pour financer ce chantier qui devrait durer au minimum six mois, elle lance une souscription avec la Fondation du patrimoine. Les travaux coûteront environ 13.000 euros. « La Direction régionale des affaires culturelles (Drac) subventionne une partie des travaux, indique le maire Philippe Auzon. Mais la commune ne peut pas prétendre à des subventions pour ces oeuvres car elles sont classées ou inscrites. Le conseil départemental nous a alloué 4.000 euros. » Le montant de la souscription étant illimité, l’argent collecté pourrait servir à la restauration du tableau de saint Blaise et de la statue de sainte Claire. En outre, un diagnostic intérieur et extérieur de l’église est envisagé. « Il faut faire ce diagnostic pour prévoir les travaux et éviter de faire des erreurs, estime Anne-Isabelle Berchon, conservateur délégué des antiquités et objets d’art du Cher. Des peintures murales sont visibles mais il faut savoir en quoi elles sont réalisées. Un diagnostic est onéreux. La souscription peut aider. »
Le Berry, 22/12, p.22

Jacques Loire revient d’une série de conférences au Japon

Le maître verrier chartrain Jacques Loire rentre du Japon, où il est resté dix jours. Il y a donné quinze conférences sur une douzaine de sites où son père, Gabriel Loire (1904-1996) a laissé son empreinte artistique. Il est allé, aussi, à l’université de Sendaï, où son père avait aussi réalisé des vitraux. Ces séjours réguliers au Japon remontent à une vingtaine d’années : «Mon épouse et moi avons été chaleureusement accueillis, très sincèrement aussi. Les Japonais souhaitent qu’on leur parle davantage de Gabriel Loire, car ils s’y intéressent. Ils veulent en savoir plus, comprendre, et, surtout, savoir comment il travaillait. Cela les passionne. De mon côté, j’ai été soumis à rude épreuve car j’ai dû évoquer l’oeuvre de mon père dans une salle où étaient exposés ses propres vitraux, répondre à des tas de questions et, bien sûr, y apporter les justes réponses». (intégral)
L'Echo, 22/12

(Saint-Maur) Les cloches clochent
L’église Saint-Martin en a vu d’autres mais réclame toutefois que l’on prenne soin de son clocher. Sa construction date du XIIe siècle et s’est achevée au XVIe siècle. Si l’on prend cette dernière référence et que l’on estime à 130.000 le nombre annuel de mouvements de balancement et de coups de battant, on arrive à un total colossal. Les trois cloches de 346, 246 et 40 kg, qui rythment la vie des Saint-Maurois, sont installées sur un beffroi à l’intérieur du clocher de Saint-Martin, mais aussi sur une poutre du clocher pour deux d’entre elles, si bien que les vibrations sont transmises à la couverture. Au fil du temps, ces vibrations ont entraîné le déplacement des ardoises et des infiltrations d’eau, ainsi que des dommages à la maçonnerie. Le conseil municipal, dans sa dernière séance, a pris connaissance de l’expertise réalisée et opté pour la confection d’un beffroi neuf en chêne, sur mesure, pour y réimplanter les cloches et le désolidariser de la maçonnerie et de la toiture du clocher. Ces travaux s’élèvent à près de 27.000€, dont 9.330 € seront pris en charge par le département. Le conseil municipal a donné son accord pour leur réalisation dans le courant de l’année 2017.
NR Indre, 22/12, p.11

Philippe de Villiers met le chambard à Chambord
Guillaume Peltier (LR), président du groupe d’opposition au conseil régional du Centre-Val de Loire, et Maurice Leroy (UDI), président du conseil départemental de Loir-et-Cher, ont sollicité Philippe de Villiers pour la création d’un « grand spectacle historique et populaire » dans ce département. Le créateur du Puy du Fou ne le cache pas : il en rêve, à condition que ce soit à Chambord. Tout en reconnaissant : « Le plus difficile, en tout cas le plus long, ce sera de lever les obstacles administratifs. » Cependant, une rencontre à l’Élysée a peut-être
déjà transformé le rêve en projet. « Au Puy du Fou, explique Philippe de Villiers à la NR, on a toujours pensé, et je le répète depuis quarante ans, que deux sites, en France, paraissaient
dignes d’intérêt pour une cinéscénie : Chambord et Versailles ! » C’est dire si le fondateur du seul site français élu deux fois « meilleur parc du monde » a accueilli avec enthousiasme
la sollicitation amicale de Guillaume Peltier et Maurice Leroy : « Cela remonte à trois ou quatre ans, ils m’ont demandé si j’accepterais de réaliser une expertise, à titre gracieux, sur le site de Chambord. »
+ ••• “ Chambord n’a pas vocation à être un fond de scène ”
NR Indre et Loire, 22/12, p.36

(Neuville aux Bois) La restauration de l’église touche à sa fin
Le maire Michel Martin, les services techniques et les responsables des entreprises partenaires ont réceptionné la fin des travaux de l’église Saint Symphorien, mardi. L’édifice avait été partiellement fermé en 2008 suite à quelques désordres constatés au niveau de sa structure. Cela a entraîné rapidement l’élaboration d’un véritable projet de restauration, concernant notamment la consolidation des fondations. Le conseil départemental et la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) ont pris part au projet, apportant des aides financières. En  juin 2014, la municipalité a lancé une souscription pour la restauration de l’église. En novembre 2014, l’Institut national de recherches archéologiques préventives a été chargée des fouilles pour un montant de 537.000 € TTC. L’entreprise ROC, pour sa part, a assuré les travaux de consolidation des fondations pour un montant de 858.000 € TTC. Le chantier a démarré le 16 février 2015. Il aura fallu près de deux années pour venir à bout des travaux de restauration de l’église Saint Symphorien.
RC Orleans, 23/12, p.19

(Jussy le Chaudrier) La dangereuse église sera démontée
Lors de la réunion publique sur le diagnostic sur la sécurisation de l’édifice, trois solutions ont été évoquées : travaux pour la sécurité (500.000 euros sans remise en service) ; réparation totale pour 1,5 à 2 millions d’euros ; démontage de l’église et construction d’une chapelle. Les études complémentaires n’ayant rien apporté, le conseil a décidé à la majorité le démontage de l’église qui menace de s’écrouler et est favorable à la reconstruction d’une chapelle avec l’avis et le soutien financier du diocèse. La consultation d’un architecte pour l’estimation du coût a aussi été validée. (intégral)
Le Berry, 23/12

(Chateaudun) Escapade autour du clocher, hier matin
Lorsque l’on nous a proposé de participer hier matin à la réunion de chantier de l’église Saint Valérien, avec l’architecte en charge et le représentant de la Ville, Christophe Goussu, on était plutôt décidé à rester au sol, bien à l’abri du vertige. Mais lorsque l’architecte, Patrice Calvel, a soumis l’idée que nous montions aussi,
nous ne nous voyions pas refuser… Nous avons donc pris le petit ascenseur extérieur, pour débarquer, trente mètres plus haut, au pied de la flèche (partie haute de clocher). Le pied sur l’échafaudage, derrière la bâche, contre la pierre, aucuns regrets : c’est un privilège que de découvrir les pierres sculptées que les artisans vont bientôt poser, de voir les cloches, et d’écouter parler l’architecte de 70 ans. Nous sommes ensuite redescendus, et l’avons questionné sur l’avancée du chantier.
L'Echo, 23/12, p.22

(Saint-Maur)L’association Les Amis d’Écrival vient de rééditer le livre “ Histoires de confection, textiles en Brenne ”.

Les Brennous sont autant attachés à leur patrimoine industriel qu’aux paysages et aux monuments du territoire. Le succès du livre Histoires de confection, textiles en Brenne, publié au mois de février par l’association blancoise Kaléidoscope en est la preuve. Les deux cents exemplaires de cet ouvrage de soixante pages, illustré de documents et de photos d’époque, sont partis comme des petits pains ; et de nombreux lecteurs potentiels n’ont pu l’acquérir. « Cette parution étant épuisée et face à l’engouement qu’elle a suscité, nous avons décidé de rééditer le livre », explique Claudine Gillet, présidente de l’association Les Amis d’Écrival, basée à Concremiers, qui a contribué à cette oeuvre collective en rencontrant des anciennes ouvrières en confection. Ce travail de fond, réalisé avec la directrice de l’Écomusée de la Brenne, Hélène Guillemot, et Marie-France Leymarie, membre des Amis d’Écrival, a permis de retracer l’existence d’une véritable industrie locale, qui apparaît à Saint-Gaultier dès 1867 avec l’atelier Brillaud-Lemelle.
NR Indre, 23/12, p.16

(Preuilly la ville) Maison du Prépicault : travaux urgents engagés
Les pierres d’une petite maison typique du XVIIe siècle, située dans le hameau du Prépicault, sur la commune de Preuilly-la Ville, étaient à vendre, pour quelques euros sur le site  Leboncoin. fr en 2014. Pour éviter la démolition du bâtiment, l’association Pierre qui roule a vu le jour. Un prêt de l’association Les Amis du Blanc a permis d’acheter cette maison rurale
traditionnelle, en mai 2014. Un an plus tard, la signature d’une convention avec la Fondation du patrimoine a acté le lancement d’une souscription. L’assemblée générale de  l’association, mardi soir à la Maison du Parc, a donné l’occasion au président, Bernard Peyriot, de souligner : « Nous avons collecté plus que prévu, 3.364 €, qui s’ajoutent aux subventions de la Région, du ministère de la Culture, de la Fondation du patrimoine et de la réserve parlementaire. Cela nous a permis d’entreprendre les travaux les plus urgents. »
NR IndreW, 23/12, p.17

(Fougères sur Bièvre) Je plante mes clous (de girofle) dans les oranges de Fougères
Rien qu’en montant l’escalier, le sens olfactif est charmé par des effluves fruités d’oranges, mais pas que. L’atelier emmené par Irène Peyron, animatrice du patrimoine, montre aux enfants qu’au Moyen Age et jusqu’au XVIIe, les pommes de senteur faisaient fureur. « C’étaient de petits bijoux précieux, boulettes d’orfèvrerie fine, qu’on portait à la ceinture ou en pendentif. Ces pommes de senteur, appelées pomanders, contenaient des épices hors de prix. C’était une manière de montrer sa richesse. » Ambre gris, musc, civette comptaient parmi les plus précieux. Ces produits distingués étaient aussi censés protéger des maladies, ou être aphrodisiaques ! Grâce à des tableaux anciens, y compris de maîtres comme Dürer, on voit combien cette mode était répandue… Une fête  organisée autour de grandes tables sur lesquelles les petits confectionnent leur chef-d’oeuvre, guidés par l’animatrice, la régisseuse du château Delphine Arnou, les parents, ou même
les grands-parents.
NR Loir et Cher, 23/12, p.7

Un livre sur le patrimoine local
Le CDPA 41, Comité départemental du patrimoine et de l’archéologie en Loir-et-Cher, a pour mission « d’étudier et de valoriser notre patrimoine pour mieux le transmettre ». Il mène de multiples actions, dont des publications sur les communes et pour 2017, c’est Pontlevoy qui a été choisi. Une réunion se tenait jeudi, à la salle de la Saulaie. « Il ne s’agit pas de réunir des documents déjà connus mais d’enrichir avec des inédits. Nous travaillons avec les locaux qui vont apporter leurs recherches, leurs idées. Plusieurs réunions sont nécessaires pour
faire le point d’autant plus que pour Pontlevoy, la matière est dense. Lors d’une première rencontre, nous avons fait la présentation de cette future publication, comment nous allions
travailler ensemble sur ce patrimoine qu’il soit géologique, architectural, traditionnel… », présente Alexandra Mignot, coordinatrice de projets du CDPA.
NR Loir et Cher, 23/12, p.8

“ Au printemps, avec le département du Loir-et-Cher, nous allons faire une promotion commune à Paris de nos châteaux ”
Cette annonce a été faite à Amboise par Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental d’Indre-et-Loire, mercredi, lors d’une visite des sites participant à l’opération « Noël aux châteaux ». Cette initiative résultant d’un partenariat public-privé pour la promotion des châteaux d’Amboise, Chenonceau, Chinon, Azay-le-Rideau et Langeais avec le Département, est une réussite selon M.Paumier qui ajoute : « C’est un concept qui sera décliné à l’avenir en thème ou en saison. Noël aux châteaux, c’est une vraie force de promotion. Cela rend les châteaux plus intimes. On y vient pour une histoire, pour les enfants. » L’opération à Paris devrait coûter environ 100.000 € à chaque département annonce Jean-Gérard Paumier. (intégral)
NR Indre et Loire, 23/12

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 2 Jan - 11:12, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 10:44

Source : lemonde.fr

Dessins de Van Gogh : le Seuil demande réparation

Depuis la sortie en librairie, le 15 novembre, d’un carnet retrouvé de soixante-cinq dessins de Van Gogh, dit « le brouillard d’Arles, dont l’authenticité a été contestée par le Musée Van Gogh d’Amsterdam, on attendait les réponses de l’experte qui avait étudié les œuvres, la Canadienne Bogomila Welsh-Ovcharov, et celles du Seuil, éditeur de l’ouvrage en France.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/12/21/dessins-de-van-gogh-le-seuil-demande-reparation_5052260_1655012.html#vUTirYGVolMriBSz.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 10:45

Source : lemonde.fr

Année faste pour les ventes d’art en France

Cela pourrait être la parabole du lièvre et de la tortue. Le marché de l’art français traîne habituellement la patte derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Mais la chance lui a souri cette année. Alors que Christie’s et Sotheby’s devraient accuser d’importantes baisses d’activité à New York et à Londres, leurs filiales françaises affichent des bilans en progression en 2016. Christie’s, qui occupe la première place du podium, aligne un chiffre d’affaires de 244,6 millions d’euros, en hausse de 4,5 %.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/marche-de-l-art/article/2016/12/21/2016-annee-record-pour-les-ventes-d-art-en-france_5052213_1764999.html#fMcmLte5QPZep9uH.99

Ventes d’Art : « Paris a encore un rôle important à jouer »

Christie’s France termine l’année 2016 avec 244,6 millions d’euros, en hausse de 4,5 % par rapport à 2015, notamment grâce à la vente d’un bouddha Vairocana en bronze doré de la dynastie Liao (13,3 millions d’euros) ou d’une toile de Francis Bacon (6 millions d’euros). Edouard Boccon-Gibod, directeur général de Christie’s France, explique la stratégie de la maison de vente de François Pinault.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/12/21/ventes-d-art-paris-a-encore-un-role-important-a-jouer_5052277_3234.html#vyYw5uiko3b1b6gF.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 10:50

Source : lefigaro.fr

Madrid: Le joli cadeau de Noël au Musée Reina Sofia

Le musée d'art contemporain va recevoir des œuvres saisies par la justice. Si leur propriétaire est condamné, il pourra les exposer.

«Vous dire que l'on a gagné le gros lot serait de mauvais goût, vu l'origine de ces œuvres. Parlons plutôt d'un sentiment de justice», nuance le directeur du Musée Reina Sofia, Manuel Borja-Villel.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/12/20/03015-20161220ARTFIG00205-le-joli-cadeau-de-noel-au-reina-sofia.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 11:00

Source : scinfolex.com

Une énorme faille dans la loi Valter sur les données culturelles ?

La loi pour une République numérique (dite Loi Lemaire) va avoir en France un impact important en matière d’ouverture des données publiques, puisqu’elle institue un principe d’Open Data par défaut, dont j’ai déjà eu l’occasion de parler plusieurs fois dans ce blog (ici ou là). Mais ceux qui ont suivi attentivement cette évolution savent qu’il y a un secteur qui a réussi à conserver une position de privilège pour ne pas participer à cette dynamique d’ouverture : celui de la culture et du patrimoine.
Lire la suite : https://scinfolex.com/2016/12/13/une-enorme-faille-dans-la-loi-valter-sur-les-donnees-culturelles/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 11:13

La culture : facteur clé de l’attractivité aux Rencontres du tourisme culturel 2016

Source : lagazettedescommunes.com


La culture revendique sa place de levier touristique

La ministre de la Culture et le secrétaire d’Etat au tourisme ont décidé de faire cause commune dans le cadre du Plan de relance du tourisme. Un des principaux enjeux est d'inciter les professionnels des deux secteurs à travailler ensemble.
Lire la suite : http://www.lagazettedescommunes.com/477866/la-culture-revendique-sa-place-de-levier-touristique/

Source : localtis.info

Audrey Azoulay lance une stratégie en faveur du tourisme culturel

En ouvrant, le 16 décembre, les premières Rencontres du tourisme culturel, organisées au Centre Pompidou, Audrey Azoulay a annoncé le "lancement en 2017 d'une stratégie en faveur du tourisme culturel". Pour la ministre de la Culture, cette stratégie "nous permettra d'être à nouveau présents dans les grands salons internationaux dédiés au tourisme, en lien avec Atout France, pour promouvoir la culture française [...] et d'accueillir, dès le mois de février prochain, des journalistes étrangers et des prescripteurs pour leur présenter des temps forts culturels de l'année 2017".
Lire la suite : http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250272657623&cid=1250272573434

Source : publicnow.com

Audrey Azoulay : 'Une stratégie en faveur du tourisme culturel en 2017'

Audrey Azoulay a annoncé vendredi 16 décembre, en ouverture des premières Rencontres du tourisme culturel (RTC) organisées au Centre Pompidou, le 'lancement en 2017 d'une stratégie en faveur du tourisme culturel'.
Lire la suite : http://www.publicnow.com/view/2E40D865926D5D32BE912BC8895BB9091F2A8E09?2016-12-16-12:00:29+00:00-xxx6308

Source : tom.travel

L’essor du numérique dans le tourisme culturel

Les Rencontres du tourisme culturel, journée de conférences ayant pour vocation à connecter les professionnels du Tourisme et de la Culture, se sont déroulées vendredi dernier. En fin de journée, une table-ronde intitulée « Tourisme culturel et culture numérique » avait pour objet l’essor du numérique dans les deux secteurs.
Lire la suite : http://www.tom.travel/2016/12/19/lessor-du-numerique-dans-le-tourisme-culturel/

Source : la-croix.f


Grégoire Tchékan : « Un tourisme ouvert sur le savoir et le plaisir de la découverte »

Grégoire Tchékan est responsable de la communication d’Arts et Vie, spécialiste du voyage culturel (1)
Qu’est-ce que le tourisme culturel ?

Grégoire Tchékan : C’est un tourisme ouvert sur le savoir et le plaisir de la découverte. Il permet d’aller à la rencontre des arts, des chefs-d’œuvre de l’humanité, des civilisations du monde, de se tourner aussi bien vers la connaissance au sens large du terme que vers les hommes et les femmes.
Lire la suite : http://www.la-croix.com/Culture/Gregoire-Tchekan-Un-tourisme-ouvert-savoir-plaisir-decouverte-2016-12-15-1200810872

La culture voyageuse

Partir, c’est se nourrir de l’âme des destinations élues. Dès le XIXe siècle, les pionniers du voyage, de Stendhal à Rimbaud, élargissaient leurs horizons culturels et géographiques.

Aussi, après l’éclosion du tourisme de masse, les voyageurs du XXIe siècle sont de plus en plus nombreux à chercher à se cultiver.

À l’occasion des assises du tourisme culturel dont la première édition s’ouvre aujourd’hui à Paris, « La Croix » invite à découvrir quelques lieux inspirés.
Lire la suite : http://www.la-croix.com/Journal/Evenement/La-culture-voyageuse-2016-12-16-1100810930?utm_term=507242

Source : lefigaro.fr

Indiens, Chinois, Italiens, Allemands... Ce qu'ils pensent vraiment de la France

INFO LE FIGARO - Une étude de l'Institut CSA montre que le domaine culturel est le point fort de la France, plus que le domaine économique. Mais chaque pays a sa petite idée sur la question...

Les Français sont beaucoup plus durs avec eux-mêmes que ne le sont les étrangers vis-à-vis d'eux. L'Institut CSA vient en effet de réaliser une étude dont les résultats, publiés en avant-première par Le Figaro, montrent qu'un «halo de sentiment positif» entoure l'hexagone. L'étude menée dans 9 pays indique néanmoins que la France suscite «des sentiments contrastés». Classement en trois catégories de ceux qui aiment plus ou moins la France.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/12/15/20002-20161215ARTFIG00015-indiens-chinois-italiens-allemands-ce-qu-ils-pensent-vraiment-de-la-france.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 11:27

Source : cultureveille.fr

[Vidéo] Attirer les Digital Natives dans les musées : le pari du Louvre


Emmené par son professeur, l’adolescent traîne maussadement ses semelles sur les sols de marbre du musée. Il lève à peine les yeux de son téléphone sur lequel défilent les dernières actualités de ses réseaux sociaux, et maugrée des « hmm… » et des « ah » à chaque interpellation de son guide qui tente désespérément de lui faire apprécier les beaux arts… »

Bientôt obsolète, cette image d’Epinal ? C’est ce que souhaite en tous cas le musée du Louvre, qui verrait bien plutôt ses allées arpentées par des hordes enthousiastes de jeunes amateurs d’art. Et pour ceci, le plus grand musée français a décidé de se mettre à la page des usages de ces « digital natives » et d’aller les chercher sur leur terrain.
Lire la suite : https://cultureveille.fr/video-digital-natives-musees-louvre/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Mer 21 Déc - 11:29

Source : lejdd.fr

Train de vie des élus, culture, théorie du genre… Les coupes des régions dans leur budget


A quelques jours de 2017, les Régions affaiblies financièrement par le désengagement de l'Etat votent leurs nouveaux budgets. Un an après les élections régionales et la vague Les Républicains (LR), zoom sur quatre secteurs plus ou moins touchés par les baisses de financement.
Lire la suite : http://www.lejdd.fr/Politique/Train-de-vie-des-elus-culture-theorie-du-genre-Quand-les-regions-font-des-coupes-dans-leur-budget-834097

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Ven 23 Déc - 10:57

Source : INRAP

Fouilles archéologiques au pied de la tour Saint-Nicolas à La Rochelle (Charente-Maritime) : premiers résultats

Si la première mention de La Rochelle apparaît dans une charte de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers (998-1000), la ville ne se développe véritablement qu’à partir du XIIe siècle. La première enceinte de ville, probablement fondée dans les années 1160-70, permet d’asseoir le statut de cette nouvelle cité portuaire qui s’émancipe progressivement des pouvoirs locaux, notamment au début du XIIIe siècle en englobant deux nouveaux quartiers - Saint-Jean du Perrot et Saint-Nicolas.
Lire la suite : http://www.inrap.fr/fouilles-archeologiques-au-pied-de-la-tour-saint-nicolas-la-rochelle-charente-11993?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=D%25C3%25A9cembre%25202016

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Ven 23 Déc - 11:00

Source : lejournaldesarts.fr

Budget - Les mauvais chiffres de l’archéologie
Les aléas de la redevance d’archéologie


Après des années de déséquilibre, la redevance d’archéologie préventive est désormais budgétisée. Les difficultés ne sont pas pour autant aplanies.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/141871/les-aleas-de-la-redevance-d-archeologie.php?xtor=939

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Ven 23 Déc - 11:01

Source : lejournaldesarts.fr

Le directeur des Musées royaux de Belgique porte plainte contre sa ministre

BRUXELLES (BELGIQUE) [22.12.16] - Les relations s’enveniment entre Michel Draguet, directeur général des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique et la secrétaire d’Etat Elke Sleurs. Le premier poursuit la seconde au pénal pour « harcèlement et coalition de fonctionnaires ».
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/142283/le-directeur-des-musees-royaux-de-belgique-porte-plainte-contre-sa-ministre.php?xtor=939

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   Lun 2 Jan - 11:14

Source : lejournaldesarts.fr

La chapelle des moines de Berzé-la-Ville passe dans le giron du CMN

Le Centre des monuments nationaux (CMN) et l’Académie de Mâcon, propriétaire de la chapelle des moines de Berzé-la-Ville, se sont associés pour la gestion de la chapelle pour une durée de 10 ans. Son ouverture au public sera assurée par le CMN à partir du 1er avril 2017.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/142308/la-chapelle-des-moines-de-berze-la-ville-passe-dans-le-giron-du-cmn.php?xtor=940

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (19 - 25 décembre 2016)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: