Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Lun 16 Jan - 10:06

Musées région Centre

Source : magcentre.fr


L’ambitieux futur MOBE se dévoile

Où en est-on de son avancée ? Quelle programmation scientifique et muséographique ? C’est ce qu’ont découvert quelques Orléanais samedi dernier à l’occasion de l’ouverture du cycle de conférences sur la métamorphose du MOBE (Muséum d’Orléans pour la Biodiversité et l’Environnement) à l’auditorium des Beaux-Arts.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/116473-lambitieux-futur-mobe-se-devoile/

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Saint Amand Montrond) Les vieux métiers s’exposent au musée
Pour la première fois, le musée Saint-Vic de Saint-Amand propose, à partir du dimanche 22 janvier et jusqu’au 7 mai, une exposition sur les vieux métiers. Intitulée Hier ils étaient… Aujourd’hui ils sont nos vieux métiers, l’exposition regroupe plus de deux cents objets dont la plupart n’a jamais été exposée. « Dans le grenier du musée, j’ai trouvé un atelier de charron en bon état, confie Jeanne Andrivon, la responsable du musée. J’ai alors cherché dans les archives et je n’ai pas trouvé de trace d’exposition sur les anciens métiers, mais sur l’imprimerie, sur Fournier Demars… J’ai donc eu l’idée de rechercher des vieux outils, notamment dans les réserves du musée. » Sont ainsi exposés des outils, une partie de l’atelier de charron, un présentoir à fers à cheval appartenant à un Saint Amandois. Car cette exposition mêle des objets appartenant au musée et des objets appartenant à des privés. Enfin, pour la première fois, un livret de l’exposition est édité. Il sera vendu 5 euros. (intégral)
Le Berry, 13/01

(Beaune la Rolande) Une oeuvre de Beaune au musée d’Orsay

À l’invitation du musée d’Orsay, une délégation du conseil municipal de Beaune la Rolande s’est récemment déplacée à Paris. Les conseillers ont ainsi pu visiter l’exposition que le célèbre musée consacre actuellement au peintre préimpressionniste Frédéric Bazille (1841-1870). Parmi la soixantaine d’oeuvres de cet ami de Claude Monet et d’Auguste Renoir, les élus beaunois ont retrouvé un tableau qui appartient à la commune. Il s’agit de l’oeuvre intitulée Le mariage mystique de Sainte Catherine, habituellement accrochée dans l’église de la petite commune. Superbement éclairé, le tableau (peint vers 1863 d’après l’oeuvre éponyme de Véronèse) ouvre cette exposition, exceptionnelle. Présentée cet été à Montpellier (musée Fabre), la ville natale du peintre, cette dernière restera en place jusqu’au 5 mars, avant de rejoindre la National gallery of art de Washington.
RC Loiret, 16/01, p.13

(Nogent le Rotrou) Des dons pour le musée municipal
Les gens font des dons ou des legs pour éviter que leurs objets ou collections soient jetés, bradés ou dispersés. Le conseil municipal a accepté plusieurs dons. Parmi ces derniers, le testament olographe en date du 19 mars 1630 de Rachel de Cochefilet (1566-1659), duchesse de Sully (don d’Harold Huwart). Un tableau d’Émile Courtin (1923-1997) Les Barques La
tempête primé au salon de Deauville. Le musée possède déjà en dépôt plusieurs oeuvres de ce peintre originaire de Soizé (don de Jeanne Favarel). Une affiche du 17 mars 1770 annonçant la vente de plusieurs biens situés à Nogent et le récit d’un poilu du 115e RI basé à Nogent (don de Gilles Cordier). Un merrain en chêne de l’ancienne voûte en bois de la nef de l’église Saint Hilaire (don de philippe Siguret et Yves Lescroart). Par ailleurs, Anne-Marie Prieur-Lecuyer fait don à l’école municipale de musique de plusieurs instruments de musique (piano, mandoline, flûtes à bec, tabourets pour piano, et une centaine de partitions pour instruments divers. (intégral)
L'Echo, 14/01

(La Chatre) Jean de Boschère à l’honneur dans son pays natal
Jean de Boschère, écrivain, peintre et sculpteur d’origine belge, a découvert le Berry en 1938, après sa rencontre avec Aurore Sand. Il s’est installé à La Châtre pendant la guerre, avec sa compagne, Élizabeth d’Ennetières, et y est mort en 1953. Le Musée George-Sand possède son atelier et ses outils; la bibliothèque de La Châtre conserve nombre de ses oeuvres littéraires. Le Castrais Alain Bilot, ayant droit de la propriété littéraire et artistique de Jean de Boschère et Élizabeth d’Ennetières, préserve leur mémoire. Avec les responsables du Musée George-Sand – dont Vanessa Weinling qui avait organisé, en 2013, une exposition sur la vie et l’oeuvre de ces deux personnages – il a reçu, la semaine dernière, Véronique Jago-Antoine. Attachée scientifique à la Bibliotheca Wittockiana de Bruxelles, elle est l’auteur de nombreux articles sur des écrivains aussi différents qu’Émile Verhaeren, Jean de Boschère ou Henry Bauchau. Jean de Boschère sera à l’honneur dans son pays natal par le biais d’une exposition, La Beauté du diable, Jean de Boschère, imagier rebelle des années vingt. Elle sera présentée à la Bibliotheca Wittockiana, à Woluwe-Saint-Pierre, dans la banlieue de Bruxelles, du 14 février au 31 mai.
NR Indre, 15/01, p.8

(Chateauroux) Les Amis des musées embarquent pour Rome
L’engouement pour l’histoire castelroussine ne se dément pas et jamais, sans doute, l’association des Amis des musées de Châteauroux n’avait compté autant d’adhérents parmi ses troupes. « 236 adhérents et un excédant d’exercice 2016 de 3.593 € », indique le trésorier, Bernard Sainson. Avec des nouveaux venus, comme l’a annoncé le président, Christian Moreau, lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée samedi : « Nicole Kervinio devient secrétaire générale et succède à Jacques Ricci dont la  rigueur nous fut précieuse, et Jean-Marc Sala entre également dans le conseil d’administration ». Fin 2016, les Amis des musées se sont montrés généreux et même chanceux. « Nous avons eu l’opportunité d’acheter une canne Napoléon, dite séditieuse, découverte sur une brocante par Michèle Naturel, directrice du musée », indique le président. Les Amis du musée ont également offert une maquette en bronze de la statue de Napoléon, réalisée par Jean-Pierre Dussaillant, ainsi qu’une lettre autographe de Ringel d’Illzach, « sculpteur français à qui nous devons le masque de Rollinat et un dossier sur Eugène Desjobert, peintre de Châteauroux ». Après un voyage à Saint-Pétersbourg (Russie), l’association aborde 2017 pour de nouvelles découvertes « avec un voyage à Rome en septembre mais des inscriptions avant le 31 janvier ».
NR Indre, 11/01, p.10

(Tours) Plus 8 % de fréquentation au musée des Beaux-Arts
L’année de la Saint-Martin restera une bonne année pour le musée des Beaux-Arts, la meilleure même puisqu’il a enregistré 68.754 entrées en 2016 (contre 63.903 en 2015 et 62.317 en 2014). Il se place un peu au dessus de celui d’Orléans (61.798 en 2016 contre 50.683 en 2015) qui enregistre aussi une belle progression. Un record donc. Il s’explique en partie par le succès de l’exposition sur le saint avec la présence d’oeuvres remarquables comme des soiries anciennes, un portrait par le Perugin, des manuscrits du Moyen Age, mais pas seulement. « Un effort très important a été fait sur la médiation, avec une diversification des offres, pour les enfants et les adultes, et des activités tous les jours. Nous avons aussi eu des prêts du musée de Nantes, avec un tableau de Picasso, un Soulage, mais surtout, nous avons ouvert deux salles du XX e siècle ces deux dernières années », se réjouit Sophie Jouin-Lambert,  conservateur du musée.
NR Loir et CherS, 10/01, p.17

(Orleans) Dans le cadre de la rénovation du muséum, le projet muséographique a été dévoilé au public
Samedi, Cécile Rémy, chargée de projet pour la rénovation du muséum, et Michel Binon, responsable scientifique, ont présenté au public le projet  muséographique du futur muséum. Un document de 130 pages qui fait suite au projet scientifique dévoilé fin 2015. Car dans cette nouvelle version de l’établissement, désormais nommé le Mobe, pour Muséum d’Orléans pour la biodiversité et l’environnement, il ne s’agira pas seulement de présenter des spécimens, mais de sensibiliser à la nécessaire protection de la nature, et aux dangers qui la menacent, de questionner. Et ce, à travers, six thématiques. À partir de ce document, l’équipe d’architectes/muséographes qui sera choisie au printemps prochain, mettra ces thématiques en espaces dans le lieu repensé.
RC Orleans, 10/01, p.9

(Romorantin) Dany Chamfrault l’avant et l’après “ Matra ”
Attraper Dany Chamfrault n’est pas une mince affaire. Non pas tant qu’il file à la vitesse des bolides qu’il a bichonnés pendant plus de dix ans, mais du fait d’une certaine réticence à se livrer, se raconter. Le désormais ex-directeur du musée Matra – il trouve le mot « pompeux » – préfère l’ombre à la lumière, les coulisses des expositions aux interviews radiophoniques, faire jouer son carnet d’adresses plutôt que d’exhiber ses riches années Matra… Le paradoxe vaut dès le départ. « Quand j’ai été licencié de chez Matra, je pensais que c’était fini, que je n’aurai plus jamais affaire à la marque et puis il a fallu que je vante Matra pendant des années ! », ne manque pas de relever Dany, jamais avare d’une ironie ou d’un trait d’humour à mettre au jour. L’Indrien d’origine, 63 ans aujourd’hui, a d’abord travaillé au service logistique de Matra  automobile pendant dix ans. Jusqu’au mois de juin 2003. Et là, la douche froide, comme plusieurs centaines d’autres salariés. Sauf que Dany Chamfrault, lui, reviendra au chevet du fleuron économique local trois ans plus tard, à la tête du musée Matra. Un virage professionnel pas tout à fait maîtrisé s’amuse-t-il encore : « Je ne savais même pas que le musée était aussi beau. Je ne le connaissais pasavant d’aller y travailler. J’ai d’ailleurs eu du mal à trouver la rue des Capucins la première fois ! » La rigueur et l’acharnement à bien faire ont  rapidement taillé la réputation de l’homme et du site qui n’a eu de cesse de rayonner toujours plus loin. Jusqu’à atteindre 24.000 visiteurs annuels, la vitesse de croisière de ces dernières années exceptée 2016, perturbée par les inondations.
+ ••• Bruno Lorgeoux à la tête du musée
NR Loir et CherS, 10/01, p.17

(Gien) Une journée dédiée au château
Le 22 avril prochain, le château de Gien rouvrira enfin ses portes au public, après presque 5 ans de fermeture pour travaux et modernisation de la muséographie. Un événement capital pour la ville, qui peut espérer voir revenir de nombreux touristes, pour les commerçants, mais aussi pour les historiens locaux, qui ont souhaité proposer un projet au maire de Gien, Christian Bouleau. Samedi, lors de l’assemblée générale de la Société historique et archéologique du Giennois (Shag), les membres du bureau ont annoncé que le 11 mars prochain, au centre Anne de Beaujeu, aurait lieu une après midi dédiée à des conférences sur le château. « Nous ferons venir des sommités à Gien », a indiqué Antoine Estienne. Et, en effet, sont attendu, entre autres, Jean Guillaume, professeur émérite d’histoire de l’art à la Sorbonne, Melinda Bizri, archéologue qui a dirigé les fouilles sur le site, Dominique Larpin, architecte en chef des Monuments historiques, qui évoquera la  restauration… Les membres de la société historique ont réaffirmé leur volonté de tisser une relation forte et suivie avec le château, propriété du conseil départemental du Loiret. Pour sa part, le maire de Gien a rappelé qu’une convention avait été signée avec le Département : « Par le passé, le château était un peu isolé, coupé de la ville. Grâce à cette convention, la commune et la communauté des communes disposeront de salles pour organiser des événements. Et les associations auront leur place. J’ai le plaisir de voir que l’association du musée repart, par exemple. »
RC Orleans, 07/01, p.8

(La Chatre) Un nouveau musée à l’étude
La cérémonie des voeux a permis de revenir sur l’année écoulée, mais aussi d’esquisser les projets envisagés en 2017. Nicolas Forissier a remercié le personnel municipal pour son travail et rappelé les dossiers importants qui ont été bouclés, pour apporter sans cesse une qualité de vie satisfaisante, la Maison de la petite enfance qui vient d’ouvrir ses portes, le gymnase, le centre social, avant d’annoncer les projets prévus dans le contrat de Pays et le Pôle d’excellence rural. Une étude va être lancée pour l’implantation d’un nouveau musée et d’un dojo à proximité de la MLCS.
NR Indre, 09/01, p.14

(Orleans) La ville présentera, aujourd’hui au public, les grandes ambitions et le contenu du Mobe
Expliquer aux Orléanais à quoi ressemblera le muséum de demain, ce qu’il racontera et quelle sera sa muséographie. C’est l’objectif de la conférence qui sera donnée aujourd’hui par Michel Binon, responsable scientifique de l’établissement fermé depuis l’été 2015, et Cécile Rémy, chargée de projet pour la rénovation du muséum. « C’est un premier temps de rendez vous, nous n’avons jamais été à la rencontre du futur public. Cette rencontre entre dans le cadre du programme “ Le muséum hors les murs”. Pendant les travaux, nous voulons continuer à capter le public », détaille Cécile Rémy. Les grandes ambitions du Mobe (muséum d’Orléans pour la biodiversité et l’environnement) seront présentées : parler de la biodiversité en ville, des interactions entre l’homme et la nature, la place du fleuve, la volonté de faire un centre de référence.
RC Orleans, 07/01, p.8

La fermeture du musée de Beaux-Arts de Chartres n’en finit pas de faire couler de l’encre, désormais virtuelle.
Révélée par L’Écho Républicain, la décision de la Ville de rendre les clefs du palais épiscopal au Département n’a pas échappé à Didier Rykner, créateur du magazine en ligne La Tribune de l’art. Depuis le 23 décembre, il interpelle le maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, donnant lieu à des conversations fleuries sur Twitter. Didier Rykner, chroniqueur d’art passé par l’École du Louvre, accuse Jean-Pierre Gorges de se cacher derrière des raisons dont « aucune, bien entendu, n’est bonne. » Le maire de Chartres lui reproche au rédacteur de se prendre pour « un chevalier blanc qui n’apporte rien au débat. » Par tweets interposés, le ton monte, chacun accusant l’autre de menaces. Didier Rykner écrit : « Dire qu’on va parler des projets patrimoniaux du maire de Chartres, c’est “le menacer”. C’est hallucinant. » Et Jean-Pierre Gorges de répondre : « Vous m’avez menacé ! C’est écrit ! Je transmets vos lignes à la Commission nationale du patrimoine, qui appréciera. » (intégral)
L'Echo, 08/01

(Tours) Des aménagements au muséum
Quelques changements vont avoir lieu au Muséum d’histoire naturelle de Tours, en ce début d’année. Le premier étage du muséum, consacré aux animaux du monde, où animaux naturalisés côtoient animaux vivants, sera fermé du mardi au vendredi 13 janvier en raison d’un réaménagement. Actuellement fermée, la bibliothèque, qui propose plus de 4.000 titres en sciences naturelles, rouvrira samedi 11 janvier. L’exposition « Plus vrai que nature » s’achèvera quant à elle dimanche 5 mars. D’ici là, les visiteurs pourront découvrir les coulisses du muséum, à travers différents objets. L’occasion de connaître les différentes techniques utilisées et le travail nécessaire à la gestion et à la conservation des collections. (intégral)
NR Indre et Loire, 08/01

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 24 Jan - 11:05, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Lun 16 Jan - 10:06

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Chartres) Fouilles : des monnaies trop usées
Les services archéologiques de la Ville étudient toujours les vestiges et objets retrouvés lors de la fouille préventive menée à Rechèvres, sur un terrain situé entre l’avenue de Verdun et l’esplanade Maurice Verdun. Les fondations d’un ensemble galloromain avaient alors été mises au jour. L’analyse de la céramologue devrait être connue prochainement. Mais, déjà, une mauvaise nouvelle est tombée pour les archéologues. Vincent Acheré, archéologue, explique : « Les pièces de monnaie retrouvées sur le site, qui auraient pu permettre une datation, sont trop usées. On ne parvient pas à distinguer le visage de l’empereur. » (intégral)
L'Echo, 10/01

(Chateauroux) Balsanéo
Les fouilles archéologiques viennent de s’achever sans découverte majeure. Une réunion avec les riverains du futur centre aquatique est programmée, vendredi 13 janvier. (intégral)
NR Indre, 07/01

(Ligueil) Les premiers agriculteurs en Touraine
Pendant une dizaine d’années, de 1983 à 1993, des fouilles ont été effectuées par des bénévoles au lieu-dit « Les Sables de Mareuil », à Ligueil, un site découvert par Josiane Schonenstein. Des recherches ont ensuite été effectuées sous la direction d’Alain Villes, conservateur. Ce dernier a captivé l’auditoire au cours d’une soirée organisée par l’Association
de sauvegarde du cadre ligolien, en collaboration avec les Amis du musée du Grand-Pressigny. Pas moins de 45.000 objets ont été trouvés et répertoriés, taillés sur des galets de silex attestant la présence de la plus ancienne humanité connue en Europe. L’environnement très diversifié, marais au sud-ouest et au nord, prairies humides de la rivière l’Esves, sols limoneux et sableux favorables à l’agriculture, permet au néolithique ancien, il y a environ 5.500 ans, la sédentarisation d’une population que l’on appelle le groupe de Chambon-Ligueil.
NR Indre et LoireW, 07/01, p.21

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 24 Jan - 11:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Lun 16 Jan - 10:06

Patrimoine région Centre

Source : Mag'centre

Chambord : l’année 2016 se termine bien, finalement

L’année 2016 aura été rude pour le tourisme en région Centre-Val de Loire, et Chambord n’a pas échappé à l’hécatombe, avec les inondations de fin mai, début juin dernier. Le Domaine national limite la casse avec “seulement” 7 % de baisse de fréquentation, avec 831.542 visiteurs (728.133 visiteurs du château et 103.409  clients des activités de loisir).  Cette baisse s’accompagne d’une exécution budgétaire maîtrisée, selon la direction de Chambord. Le budget 2016 s’élevait à 24,7 M€ avec un résultat négatif de 274.000 €.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/116095-chambord-lannee-2016-se-termine-bien-finalement/

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

Plusieurs communes du département ont été touchées par la tempête, hier soir, et pendant la nuit

Des communes privées d’électricité, des arbres couchés sur les routes… Les rafales de vents qui ont balayé le département, entre hier soir et cette nuit, ont entraîné de nombreux dégâts. A Châteaudun, la bâche entourant l’église Saint Valérien s’est décrochée à plusieurs endroits, hier soir. Par mesure de sécurité et pour éviter d’autres chutes, la rue Gambetta a été fermée.(intégral)
L'Echo, 13/01

(Chinon) Jeu de paume : le serment d’un investisseur anglais
Ld’un ancêtre. Celui du tennis. En se portant acquéreur de la salle dite du Jeu de paume, Simon Berry restaure les espoirs chinonais de voir réapparaître un jour ce sport de la Renaissance sur les bords de Vienne. C’est du moins ce que prévoit ce pratiquant britannique, originaire de Petworth (près de Portsmouth). Joueur licencié dans le Béarn, chargé des « relations extérieures » pour la fédération, il investit à Chinon suite à « un coup de coeur, il y a quatre ans ». La courte paume, qui se pratique en intérieur, avait disparu de Chinon au XVIIIe siècle. Les murs, eux, sont restés. A l’image de la charpente, dont certains éléments ont été datés à 1587 par le cabinet d’architectes Martin Brunelle. « Un véritable joyau » d’après son nouveau propriétaire. « Rarissime », aux yeux du Comité français de « courte », alors que la plupart des courts du genre ont disparu. Seuls Paris et Fontainebleau (Seine-et-Marne) subsistent. Après seize ans d’abandon – il a été transformé en écurie, en remise puis en poulailler – le bâtiment, inscrit au titre des Monuments historiques en décembre 2015, demande de lourds travaux. Avec l’objectif de le réhabiliter tel qu’il existait au XVIe siècle. Galerie à restaurer, aire de jeu à aménager, travaux d’isolation… Un projet « sérieux », assure Simon Berry. « Fabuleux mais gigantesque », reconnaît Paul Mirat,
ancien président de la fédération de « courte ». Facture chiffrée selon nos informations à près d’un million d’euros.
+ ••• “ Un des derniers modèles existant ”
NR Indre et Loire, 13/01, p.13

(Nohant en Graçay) Le clocher tors sera restauré cette année

Une grande partie de la population a répondu, samedi, à l’invitation du maire, Serge Perrochon, pour les troisièmes rencontres nohantaises. Substitut des voeux classiques, cette manifestation a pour but d’informer les habitants sur ce qui a été réalisé au cours de l’année précédente et présenter les projets. Côté projets, le clocher tors, classé monument historique, devrait lui retrouver son faste d’antan avec un chantier d’envergure mais nécessaire pour la sauvegarde de cette église du XIIe siècle. (intégral)
Le Berry, 12/01

(Bué) 2017, l’année de nouveaux chantiers
L’église est aussi au programme avec des travaux de ravalement à l’arrière et la réfection d’une partie du toit. Ces travaux seront effectués avec l’argent de la vente de l’ancienne gare Vinon-Bué pour 30.000 euros. (intégral)
Le Berry, 12/01

(Chartres - commune libre de Saint Brice) Une église à mettre en valeur
Fondée il y a quarante ans par Jacky Baroche, son président actuel, l’association de la commune libre de Saint Brice s’attache à valoriser le patrimoine historique du quartier et plus largement de la Beauce et du Perche. Les bénévoles sont conscients que le quartier possède un  joyau. « Pour l’instant, les fouilles se poursuivent dans l’église Saint-Brice, avec la découverte récente de sarcophages, mais il faudra bien redonner vie à l’édifice, une fois la campagne de fouilles achevée. Nous avons la chance d’avoir une église consacrée, avec un espace accessible où l’on peut facilement circuler et stationner, pourquoi ne pas décentraliser et proposer un autre lieu aux familles que Saint-Aignan ou Saint-Pierre ? », suggère Jacky Baroche. (intégral)
L'Echo, 12/01

(Le Mesnil Simon) Les réalisations ne manqueront pas cette année
Didier Simo a également annoncé une seconde tranche de travaux à l’église portant notamment sur la réfection du clocher et du beffroi. Une souscription a été signée mardi soir avec la Fondation du patrimoine, pour aider au financement de l’opération dont le coût s’établit à 300.000 € environ.
L'Echo, 12/01

(Tours) On pourra bientôt (re)découvrir la tour Charlemagne
Que les Tourangeaux qui n’ont pas pu profiter de l’ouverture au public de la tour Charlemagne entre le 22 septembre et le 13 novembre derniers se rassurent. De début avril – la date exacte n’est pas encore connue – à septembre, ils pourront à nouveau visiter le monument et profiter de la magnifique vue à 360 degrés depuis le belvédère. La Ville vient en effet de reprendre les travaux de restauration dont le montant s’élève à 200.000 €. Dans un premier temps, le chantier avait porté sur la métallerie et la ferronnerie, l’éclairage, l’électricité et la sécurité. « Il fallait notamment que les pompiers puissent accéder à chaque niveau », rappelle Brice Droineau, adjoint au maire en charge des bâtiments. Cette seconde phase concerne plus particulièrement la terrasse de 25 mètres sur 15. Au programme, la mise en place d’un revêtement en asphalte pour l’étanchéité, des travaux de maçonnerie sur la corniche avant la pose d’une couverture de plomb, ainsi que du rejointement en façade. « Ces travaux doivent se terminer à la fin du mois », souligne l’élu.
NR Indre et Loire, 12/01, p.12

(Saint-Martin le Beau) Voeux : début de la reconstruction de l’église en 2017
Pour Angélique Delahaye, l’année 2017 sera « une année charnière avec le début des travaux pour la reconstruction de l’église, la poursuite de l’agenda 21 (programme d’actions pour le XXIe siècle orienté vers le développement durable), la redynamisation de l’activité économique au travers d’un projet de regroupement des commerces et des services, le regroupement des écoles, la création d’un pôle jeune en partenariat avec la CCBVC, la mise en place d’un accueil petite enfance devenu nécessaire ainsi que la révision du Pos en Plui ». Enfin, elle a demandé à ses administrés une prise de conscience collective en faveur de l’environnement en respectant leur territoire et « d’être ainsi les ambassadeurs de leur commune en ayant une attitude pro active et active ».
NR Indre et LoireE, 12/01, p.12

(Saint-Denis-en-Val) Un recueil sur les fermes d’autrefois

Pendant des mois, le groupe de recherches de l’association Histoire, patrimoine et traditions locales a travaillé sur un sujet qui tenait à coeur à tous ses membres : les fermes d’autrefois à Saint-Denis-en-Val. Issu de ces recherches, un recueil est paru en ce mois de janvier. Tout le groupe a donné de son temps afin de recueillir des témoignages et des  archives familiales d’anciens agriculteurs, avec articles, photos et illustrations. Le groupe a également été reçu par d’anciens fermiers ou par de nouveaux propriétaires de fermes. « Un véritable travail de professionnels », comme tient à le souligner la présidente de l’association, Muguette Rigaud. « Le recueil présente des documents d’archives dont certaines n’ont jamais été publiés ».
RC Orleans, 16/01, p.15

(Loches) Patrimoine
Pas de grande annonce, samedi, lors des voeux du maire. Essentiellement des chantiers déjà connus ou engagés. Il faut encore restaurer les escaliers et les salles de la porte royale pour pouvoir l’ouvrir au public. Mais, avant tous travaux, il faut que les graffitis du XVe siècle découverts dans ces escaliers soient étudiés et protégés. Le maire a également évoqué les travaux de restauration engagés dans la collégiale Saint-Ours et la dévégétalisation d’une partie de l’enceinte de Loches mais sans préciser si la restauration des remparts va s’accélérer cette année. (intégral)
NR Indre et Loire, 16/01

(Orleans) Rectificatif
Le président de la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment - dont le siège se situe au 36 rue de la Charpenterie à Orléans et le Centre de formation à la Chapelle-Saint- Mesmin - précise que, contrairement à ce que mentionnait notre article du 11 janvier dernier, l’établissement qui vient d’ouvrir place Louis-XI ne vient pas en remplacement de l’établissement situé rue de le Charpenterie. « Les deux organisations compagnonniques sont bien distinctes : l’Association ouvrière et la Fédération compagnonnique. » Cette dernière est toujours présente rue de la Charpenterie (depuis plus de trente ans), « en partenariat avec la ville d’Orléans. » (intégral)
RC Orleans, 14/01

(Saint-Etienne-de-Chigny) Voeux du maire : le patrimoine à l’honneur
Mardi, Patrick Chalon, maire, a présenté ses voeux aux Stéphanois, dans une salle des fêtes bien remplie. En début de cérémonie il s’est réjoui de la convention adoptée entre la municipalité et la Fondation du patrimoine pour la restauration de l’église Saint-Etienne et des 80.600 € de dons récoltés jusqu’à présent. Après une intervention de Chantal Marchais, déléguée de la Fondation du patrimoine d’Indre-et-Loire, les deux parties ont signé officiellement la convention, sous les applaudissements du public. (intégral)
NR Indre et Loire, 14/01

(Gallardon) Une première en France pour des paroissiens bien au chaud
Si l’hiver est rigoureux, les paroissiens sont, depuis Noël, bien lotis sur les coussins chauffants des bancs de l’église. Le père Aubert explique : « Le chauffage façon grillepain est interdit et l’air pulsé ou le gaz reviennent à 300 € pour 1h30 de chauffage. Il a fallu trouver une idée à moindre coût. Avec des amis, nous avons découvert, en Pologne, une société  spécialisée dans le chauffage d’églises. Comme elle venait de lancer un nouveau produit de coussins chauffants, nous avons opté pour ce système. C’est la première installation de ce genre en France. » Pendant la semaine qui a précédé Noël, l’entreprise a donc équipé les soixante cinq bancs de l’église de Gallardon de coussins chauffants.
L'Echo, 15/01, p.5

(Voves) L’association oeuvre à la restauration du chemin de croix
Gabriel Loire (19041996) était peintre et maître verrier de renommée internationale. On retrouve ses oeuvres un peu partout dans le monde. L’artiste a aussi peint un  chemin de croix pour l’église de Voves. L’association Le chemin de Gabriel a été créée, il y a trois ans, pour protéger cette oeuvre et pour la restaurer. Le premier objectif a été atteint. Maintenant, il reste à réaliser le second. Pour cela, il faut réunir des fonds et convaincre la direction régionale des affaires culturelles d’investir dans cette entreprise. En attendant, l’association mène tout un travail visant à faire connaître le travail de l’artiste. Voilà pourquoi, une exposition sera programmée à la salle Feugereux, au printemps, à partir d’un tableau composant ce fameux chemin de croix. Les connaisseurs y reconnaîtront des paysages rappelant Voves et ses environs. Jacques Loire, fils de l’artiste et maître verrier, participera activement à la réalisation de cette exposition. L’association ne manque pas de dynamisme puisqu’elle prépare aussi une série de concerts de chant chorale au profit de l’association en 2018. (intégral)
L'Echo, 15/01

(Suèvres) Le moulin de Rochechouard restauré
Base opérationnelle du syndicat d’initiative de Suèvres et Cour-sur-Loire, le moulin de Rochechouard a fait l’objet d’un important chantier de restauration en cette fin d’année 2016. Tous les murs intérieurs ont été réenduits ainsi que les parties de la façade extérieure qui n’avaient pas encore été refaites. Les techniques  traditionnelles de la chaux hydraulique et du brossage manuel ont été utilisées pour ce bâtiment qui remonte au XIVe siècle. Quelques travaux supplémentaires  d’empierrement de berges ont été nécessaires suite aux inondations de la fin du mois de mai qui ont fait souffrir les soubassements au bord de la rivière. Il faut dire que le moulin reçoit chaque année environ 4.000 visiteurs et qu’une dizaine d’expositions y sont régulièrement présentées grâce au dynamisme des bénévoles du SI et de leur présidente Nicole Fiot. Ces travaux étaient devenus indispensables pour accueillir les visiteurs dans de bonnes conditions et accrocher les oeuvres des artistes dans un environnement propre et moins chargé. L’initiative de cette réfection revient à Jean-Pierre Rabier, président de l’ASME, l’Association de sauvegarde des moulins à eau du Loir-et-Cher, propriétaire du moulin depuis 2002, et à Pierre Laurand, trésorier, qui a joué un rôle primordial dans cette opération. C’est lui, en effet, qui a recherché les financements et a suivi le chantier du début à la fin, jouant ainsi le triple rôle de maître d’ouvrage, de maître d’oeuvre et de conducteur des travaux. Le montant global du chantier s’élève à 36.550 €.
NR Loir et Cher, 15/01, p.7

(Sorigny) Le retour de l’éolienne Bollée
Sorigny ne disposant pas naturellement de rivière, une éolienne Bollée avait été installée sur le lavoir municipal, en 1885. Elle a permis aux femmes de laver leur linge et, aux agriculteurs, de prendre de l’eau pour le bétail pendant 75 ans. Elle apparaît sur de nombreuses cartes postales anciennes. En 1960, n’étant plus que très peu utilisée, elle a été démontée, mise à la ferraille et le lavoir municipal détruit et remplacé par un parking. En 2012, des bénévoles ont eu l’opportunité d’acheter une éolienne identique auprès du conseil départemental des Hauts-de-Seine. La vente a été conclue en 2014 pour 1 € symbolique. L’an dernier, a débuté la réimplantation sur le bassin de la « Tour-d’Isoré » à la sortie sud du bourg. Parallèlement, la construction de la maisonnette destinée à abriter les pompes a vu le jour. Pour l’éolienne proprement dite, il reste le montage du rotor et du stator au sommet et son papillon d’orientati on. Enfin, il restera les aménagements extérieurs, la clôture d’enceinte et le parking à achever en mai-juin. L’objectif est de voir l’eau couler à la fin du premier semestre avec une inauguration officielle à la rentrée 2017.
NR Indre et Loire, 15/01, p.8

(Chambord ) Guillaume Peltier, élu régional, et Maurice Leroy, président du Loir et Cher, rêvent d'un projet de Puy du Fou à Chambord
Pourra t on assister à un spectacle son et lumière comparable à celui du Puy du Fou au château de Chambord, en Loir et Cher ? Guillaume Peltier, élu régional (LR) et maire de Neung sur Beuvron, avait annoncé ce projet lors de la campagne des régionales. Il se dit même prêt à le lancer avec Maurice Leroy, président (UDI) du département du Loir et Cher, et le concours de Philippe de Villiers, créateur du Puy du Fou. Guillaume Peltier n’imagine pas un « copier coller » du Puy du Fou. Il est impossible, à Chambord, de réunir 3.650 bénévoles pour jouer un épisode historique. Ce qui est le cas en Vendée où sont employés, par ailleurs, 180 salariés permanents et 1.500 saisonniers. L’élu régional et Maurice Leroy souhaitent utiliser les techniques les plus modernes utilisées au Puy du Fou pour raconter des épisodes de l’histoire de France. Avec, par exemple, des drones capables de reconstituer des scènes dans le ciel. Un procédé breveté par le Puy du Fou et utilisé uniquement, jusqu’à maintenant, sur le site vendéen. Joyau de la vallée des rois et du patrimoine français, le château de Chambord représente, selon les concepteurs du projet, un cadre idéal pour accueillir une telle initiative. Ils n’en sont ni à l’écriture du scénario du spectacle, ni à l’implantation des projecteurs mais l’été 2019 leur semble un objectif réalisable pour la présentation de la première. Pourquoi ce calendrier ? Parce que 2019 sera la date du 500e anniversaire de la construction du château. Techniquement, cela semble réalisable. Il reste une inconnue, de taille. Le Domaine de Chambord est une propriété de l’État.
+ Philippe de Villiers : « Mes trois raisons de donner un coup de main »
+ Locomotive pour le tourisme ?
RC Orleans, 11/01, p.3

(Orleans) Les Compagnons du devoir organisent des portes ouvertes
Ouverte il y a quelques mois, sur la place Louis XI, à Orléans, la maison des Compagnons du devoir a pour objectif de donner une visibilité à ces formations d’excellence. C’est aussi pour cela que les Compagnons d’Orléans se joignent à l’opération portes ouvertes organisée du 27 au 29 janvier dans une quarantaine de maisons de Compagnons en France. Ils feront découvrir les métiers qu’ils proposent et l’adaptation de ces compétences aux nouvelles techniques et technologies. « Nous allons présenter différents métiers en fonction des Compagnons qui pourront être présents comme le métier de couvreur, de menuisier, de maçon, de maroquinier, de boulanger, de pâtissier. Nous ferons des présentations voire des initiations », détaille le prévôt Vincent Boulin, qui gère les maisons d’Orléans, Bourges et Montargis.
RC Orleans, 11/01, p.9

(Rians) Travaux sur l’église
Christophe Drunat a évoqué les projets 2017 tout en faisant preuve de prudence, les travaux annoncés étant conditionnés au résultat du diagnostic effectué sur la structure de l’église suite à la découverte d’une poutre menaçant de rompre. (intégral)
Le Berry, 11/01

(Nérondes) Deux des quatre cloches de l’église de La Celle sont en cours d’inscription

À La Celle, on ne sonne plus les cloches de l’église que pour les offices religieux. C’est la cloche républicaine installée sur le bâtiment de l’école, dans l’ancienne mairie, qui donne l’heure aux habitants. Sylvaine, Gasparde, Marie-Françoise et Joséphine-Marie, les quatre cloches de Saint Blaise  ne restent pas pour autant abandonnées là haut au sommet de l’édifice. Après le passage d’un expert, à l’automne, la commission départementale des objets mobiliers (CDOM) a émis un avis favorable à l’inscription de deux d’entre elles aux Monuments historiques : Gasparde et Marie-Françoise. « L’arrêté d’inscription est en cours de signature auprès du préfet, précise la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) du Centre-Val de Loire. Un voeu de classement a également été émis pour ces deux cloches. Le dossier passera à la commission nationale des objets mobiliers, à une date inconnue à ce jour. » La décision reste en deçà des préconisations d’Hervé Gouriou, expert campanaire auprès du ministère de la Culture et de la Communication, venu le 21 octobre dernier. Il avait passé toute une matinée au chevet des cloches, pour étudier leur ADN. Mensurations, tribologie (partie de la mécanique traitant du frottement et de ses effets, notamment pour estimer le taux d’usure), iconographie et épigraphie, analyse acoustique, battant, joug… Tout avait été compilé dans un rapport d’une quarantaine de pages adressé à la Drac et à la commune. Pour Sylvaine, déjà classée, Hervé Gouriou estimait utile de « prévoir une extension de la protection au battant et au joug équipant cette cloche. » Il préconisait aussi de classer Gasparde et Marie-Françoise : la protection porterait sur la cloche, le joug ainsi que le battant dont chacune est équipée. Un avis favorable était aussi sollicité pour une protection de premier niveau de Joséphine Marie, c’est à dire une inscription.
Le Berry, 11/01, p.22

(Jussy le Chaudrier) L’église dangereuse sera démontée
Le maire a évoqué l’église en état de péril imminent. Le conseil municipal a décidé son démontage. « La disparition de l’église, c’est un peu un village qui perd son âme. Un appel d’offres va être lancé pour ce travail pour le 2e semestre 2017 car il y a urgence », a déclaré Jean-François Pasqué. D’ailleurs un architecte des Bâtiments de France viendra le 17 janvier pour se rendre compte des dégâts. « Pour pouvoir remonter une chapelle, il faut qu’une association soit créée sur la commune pour collecter des fonds privés et être aidé par la Fondation du Patrimoine » a expliqué le maire. (intégral)
Le Berry, 11/01

Mer) Des animations pour rénover Pommegorge
L’Association « Sauvegarde du prieuré de Pommegorge » organise son premier concours de belote et tarot, dimanche 15 janvier, à 14 heures, sous la Halle de Mer. Objectif : lever des fonds pour des travaux à venir sur les bâtiments du corps de ferme. C’est en 2005 que Béatrice Duché-Dormand et son père, André, ont acheté la ferme et le prieuré, au lieudit « Pommegorge », à Mer. Depuis, beaucoup de recherches, de témoignages et de visites ont été menés. Les propriétaires organisent des manifestations pour conserver et rénover ce patrimoine régional.
RC Orleans, 10/01

(Combleux) Le maire évoque la rénovation de l’église
Philibert de La Rochefoucauld, maire, a présenté ses voeux à la population dimanche après midi, à la salle communale. Il a laissé la parole à Mark Warner, adjoint, pour parler du projet de rénovation de l’église Saint Pierre, qui date de 1869. Le coût des travaux, qui débuteront au printemps, s’élève à 252.000 euros hors taxes. Le programme porte sur la réfection des crépis extérieurs, le renforcement du clocher et des voûtes abîmées par l’usure du temps. Un bon début pour la souscription Le Département a octroyé une subvention de 106.000 euros et le sénateur Jean-Noël Cardoux une enveloppe de 30.000 euros dans le cadre de sa réserve parlementaire. De plus, la souscription ouverte jusqu’à la fin des travaux a déjà recueilli 27.000 euros. Enfin, la commune attend une dotation de la région Centre Val de Loire. (intégral)
RC Orleans, 10/01

(Nérondes) Le clocher de l’église va être rénové
Le maire Roland Gilbert a présenté ses voeux à la population, vendredi soir, à la salle des fêtes, en présence de nombreux élus locaux. Après avoir évoqué les réalisations 2016, il a présenté la liste des projets. Les travaux de mise en séparatif du réseau d’assainissement de la rue de la Gare seront terminés à la fin du premier trimestre ; la rénovation du clocher de l’église sera réalisée.
L'Echo, 09/01, p.26

(Villedieu-sur-indre) L’église est enfin en travaux

L’année 2016 s’est terminée à Villedieu où les travaux et investissements ont été multiples. La restauration de l’église Saint-Sébastien a été retenue parmi les priorités régionales des actions de l’État en faveur des monuments historiques. Cet accord engage la participation financière de l’État à hauteur de 20 % du coût total du projet de restauration. La première phase des travaux de rénovation a débuté en 2016. Elle s’élève à 354.707 €, subventionnée à hauteur de 70.941 € par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), et consiste, dans un premier temps, en la pose d’un échafaudage sur l’ancien clocher. Les abords de l’église sont sécurisés afin de permettre à l’entreprise retenue  dans le cadre des appels d’offre de poser les échafaudages. Puis, les travaux de maçonnerie – taille de pierre, de pompage des fientes, charpente, couverture – seront effectués sous le contrôle de l’architecte, Marc Cioffi.  (intégral)
NR Indre, 10/01

(Saint Cyr sur Loire) Un demi-siècle plus tard, dans le Grand-Passage…
Jean-Claude Cousine et sa famille sont encore sous l’effet de surprise ! Lundi soir, lors d’une balade à Tours avec son épouse, empruntant la galerie du Grand-Passage, il se retrouve face à… lui-même, photographié à son insu au même endroit 47 ans plus tôt. Une très grande photo, sur laquelle il figure au premier plan, est exposée à la devanture d’un commerce actuellement fermé. La tentation est trop grande : Jean-Claude s’amuse à poser devant le cliché datant de 1970, « cette belle photo de ma jeunesse ». Il avait alors 28 ans, il en a aujourd’hui 75. Il n’a pas vraiment de souvenir de cette journée où il était accompagné de sa fille, Nathalie, âgée de 8 ans : « Sur la photo, elle n’est visible qu’en partie : elle était coiffée d’un bonnet blanc sur ses beaux cheveux longs. Je venais de lui acheter une crêpe que je tiens dans les mains », commente-t-il.Cette photo, il l’avait découverte dans l’exposition « Génération », de La Nouvelle République, en septembre 2014, à l’hôtel de ville de Tours : « Surpris et ravi qu’un citoyen lambda comme moi puisse figurer dans une exposition grand public. Un honneur aussi de participer comme figurant aux événements de la belle ville de Tours. »
NR Indre et Loire, 10/01, p.16

(Mazangé) La toiture de l’église sera restaurée
Samedi soir, dans la salle communale, le maire, Patrick Brionne, présentait ses voeux en présence de Jacky Foussard, Claude Bordier, Jean-Yves Menard, respectivement maires de
Meslay, Naveil et Villiers. Devant un public nombreux, le premier magistrat a énuméré les diverses actions engagées l’année passée. Pour 2017, le gros chantier sera la restauration de la toiture de l’église, après deux ans de démarches administratives. (intégral)
NR Loir et Cher, 09/01

(Tours) Cinq semaines de travaux à la tour Charlemagne
A compter du 9 janvier, pour cinq semaines, réfection de l’étanchéité de la tour Charlemagne. Stationnement interdit des deux côtés et circulation pouvant être interdite ponctuellement entre la rue du Change et la place de Châteauneuf. (intégral)
NR Loir et Cher, 05/01, p.12

Nogent le Rotrou) Le lycée Belleau entre dans l’Histoire

Quarante six ans après sa livraison, sur une parcelle de terre bordée par l’Huisne cédée par la ville de Nogent le Rotrou, le lycée Rémi Belleau a fait hier, son entrée officielle dans la liste des bâtiments classés au “Patrimoine du XXe siècle”. Une distinction symbolisée par la remise d’une plaque par la direction régionale des affaires culturelles Centre-ValdeLoire. Elle a été dévoilée en présence de nombreux élus parmi lesquels Harold Huwart et Cathy Munsh Masset, tous deux vice présidents de la Région Centre-Val de Loire. Une distinction qui vient saluer le travail de deux architectes, Louis Doco et François Spy. Ils ont repris le vocabulaire des réalisations des années 1950 hors du commun du maître de l’architecture française, Le Corbusier. Une influence qui se retrouve dans la création des pilotis, de la double façade, des volumes tronqués du réfectoire, la disposition en patio. Tout cela rappelant le couvent de la Tourette près de Lyon. Tout cela fait du lycée Rémi Belleau une réalisation moderne, inédite et toujours insolite dans la région.
+ Le premier lycée d’Eure-et-Loir labellisé
+ Un hommage à l’architecte Louis Doco, décédé le 26 décembre
L'Echo, 07/01, p.26

Le grand témoin de la NR “ L’utilisation des bâtiments justifie leur restauration ”

A l’occasion des 20 ans de la Fondation du patrimoine, Arnaud de Montigny, délégué départemental, décrypte l’actualité de la semaine pour la NR.
+ ••• Les plus belles rénovations en exposition : Une exposition photo des réalisations menées par la Fondation du patrimoine de l’Indre est à découvrir à la mairie de Châteauroux.
NR Indre, 08/01, p.13

(Chinon) La statue du Sacré-Coeur attend encore des donateurs
A l’image de la statue géante du Corcovado qui domine Rio de Janeiro, la statue du Sacré-Coeur semble bénir Chinon du haut du coteau. Son histoire est liée à celle de la ville, puisque son origine a pour contexte l’avancée des forces allemandes d’occupation au début 1940. Le curé de Chinon d’alors, le chanoine Vivient, fit le voeu solennel de construire une statue monumentale du Sacré-Coeur s’il n’y avait pas de mort dans la ville. Or, le 20 juin 1940, les Allemands s’installaient à Chinon sans qu’il n’y ait eu de victimes. Le chanoine Vivient, tenant sa promesse, se lançait donc, avec l’aide d’une artiste tourangelle, Paule Richon, dans la construction de cette statue, sorte d’ex-voto adressé à Dieu. La statue haute de 7,40 m, fut terminée en juin 1941. Les 75 ans de sa finition ont été fêtés en 2016. Trois quarts de siècle plus tard, la statue aurait bien besoin d’un lifting et des travaux sont envisagés, tout comme une mise en valeur du monument par un éclairage nocturne. Pour cela une souscription a été lancée avec l’aide de la Fondation du patrimoine. Ladite souscription pour la réparation de la statue est couverte à ce jour à 20 %. Des donateurs devraient être trouvés pour les sommes manquantes si chacun
se mobilise.
NR Indre et Loire, 08/01, p.9

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 24 Jan - 11:14, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Lun 16 Jan - 10:27

Au coeur de Paris, la bibliothèque Richelieu s’enrichit

Riders on the Storm, des Doors en fond sonore, ce n’est pas encore une boîte de nuit, mais au moins l’ambiance d’une surprise-partie des années 1970, à cela près qu’elle avait lieu dans le « magasin central » les locaux adjacents à la salle Labrouste, le plus grand espace de lecture de l’ancienne ­Bibliothèque nationale, rue Richelieu, lors de notre visite mercredi 14 décembre. Sur la chanson diffusée par un ghetto-blaster à l’initiative d’un documentaliste mélomane, les collègues de ce dernier, jeunes ou moins jeunes, ne dansaient pas, ­sinon un ballet réglé au millimètre par l’ordre alphabétique : ils et elles classaient des monceaux de ­livres dans les rayonnages de ce qui va devenir la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art(INHA, créé en 2001).
Lire la suite: http://www.lemonde.fr/culture/article/2017/01/11/la-celebre-bibliotheque-richelieu-entame-une-nouvelle-vie_5061086_3246.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Mar 24 Jan - 11:17

Source : latribunedelart.com

Les nouvelles salles de la Pinacoteca di Palazzo Chiericati à Vicence


Située au cœur de la Vénétie, entre Padoue et Vérone, Vicence est une ville de renommée planétaire pour son riche patrimoine bâti de Palladio, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1994. Projeté en 1550 par le fameux architecte pour le comte Gerolamo Chiericati, le Palazzo Chiericati compte parmi ces chefs-d’œuvre de la Renaissance (ill. 1). Bâtie pratiquement en face de l’iconique Teatro Olimpico, la demeure fut véritablement achevée à la fin du XVIIe siècle avec une certaine fidélité aux plans d’origine. La famille Chiericati la vendit en 1839 à la ville de Vicence, qui souhaitait y présenter ses collections artistiques.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/les-nouvelles-salles-de-la-pinacoteca-di-palazzo-chiericati-a-vicence

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Mar 24 Jan - 11:18

Source : latribunedelart.com

Des difficultés de l’attributionnisme en matière d’œuvres d’art. Examen critique d’un cas dévastateur : Schnetz ou Géricault !

Dans notre article Réflexions sur l’expertise à propos d’une exposition de la galerie Duchemin, nous indiquions que Jacques Foucart n’était pas d’accord avec l’attribution à Géricault de la Vieille Italienne du Musée du Havre. Comme nous ne précisions pas davantage ce point, Jacques Foucart nous a proposé de mettre en ligne l’article qu’il avait publié sur ce sujet en 2013 dans les Mélanges en l’honneur de Pierre Grégory L’art, la gestion et l’Etat, Paris, Editions Eska, 2013.
Comme nous avons beaucoup parlé en son temps de cette question de la Vieille Italienne (voir les articles), il nous a semblé intéressant de communiquer à nos lecteurs ce texte très argumenté.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/des-difficultes-de-l-attributionnisme-en-matiere-d-oeuvres-d-art-examen-critique-d-un-cas

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Mar 24 Jan - 11:19

Source : latribunedelart.com

Flèche de Saint-Denis : des pierres neuves et un état qui n’a jamais existé

Le 30 janvier, le ministère de la Culture a décidé de réunir la Commission nationale des monuments historiques, section travaux, pour lui soumettre le projet de reconstruction de la flèche de Saint-Denis. On se rappelle que ce projet très ancien avait été relancé en 2013 (voir cet article).

Les dernières informations que nous avons pu obtenir à ce sujet (de manière évidemment non officielle) démontrent encore plus clairement le scandale dont il s’agit, et les deux mensonges - qui pèsent évident lourd dans la balance - proférés par ceux qui tentent depuis plusieurs années de faire passer cette idée folle.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/fleche-de-saint-denis-des-pierres-neuves-et-un-etat-qui-n-a-jamais-existe

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Mar 24 Jan - 11:29

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com

Une coupe en jaspe sanguin achetée par le château de Rosenborg
Lire : http://www.latribunedelart.com/une-coupe-en-jaspe-sanguin-achetee-par-le-chateau-de-rosenborg

Des Guerchin qui se font attendre
Lire : http://www.latribunedelart.com/des-guerchin-qui-se-font-attendre

Acquisitions récentes du Musée des Beaux-Arts d’Agen
Lire : http://www.latribunedelart.com/acquisitions-recentes-du-musee-des-beaux-arts-d-agen

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   Mar 24 Jan - 11:35

Source : lemonde.com

Les quarante ans du Centre Pompidou célébrés à travers ses plus grandes expositions

Premier-né d’une nouvelle génération d’établissements culturels, le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, familièrement appelé « Beaubourg », s’est consacré pendant quarante ans à la création moderne et contemporaine...
En savoir plus: sur http://www.lemonde.fr/arts/portfolio/2017/01/21/les-quarante-ans-du-centre-pompidou-celebres-a-travers-ses-plus-grandes-expositions_5066734_1655012.html#rUFTkdHwqcFEFGUH.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (9 - 15 janvier 2017)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: