Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (13 - 19 février 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (13 - 19 février 2017)   Ven 17 Fév - 10:01

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Orleans) Albert Maignan ou la fabrique de l’icône johannique
Le Musée des Beaux Arts d’Orléans propose jusqu’au  7 mai 2017  une exposition autour des projets de vitraux  dessinés par le peintre Albert Maignan et destinés à la cathédrale d’Orléans afin de glorifier celle qui n’était pas encore sainte Jeanne d’Arc, dans le cadre d’un concours national organisé suite à une souscription lancée en 1878 par Monseigneur Dupanloup, évêque d’Orléans. Le fond d’atelier du peintre Maignan ayant été déposé au Musée d’Amiens, musée où œuvra la nouvelle directrice du musée d’Orléans, Olivia Voisin, un heureux concours de circonstance lui fit découvrir  l’existence des cartons et esquisses des projets de ce peintre qui,  à son grand désespoir ne fut pas retenu, pourtant grand favori du concours finalement organisé en 1893. La restauration de ces documents fut donc engagée pour nous proposer aujourd’hui une exposition qui confronte plusieurs propositions de différents peintres verriers autour de la réalisation des huit vitraux nous racontant la vie de Jeanne d’Arc, dont le projet des artistes Galland et Gibelin, qui fut finalement réalisé, après moult modifications exigées par l’Église, pour la cathédrale d’Orléans. A la convergence de questions tant artistiques qu’historiques ou politiques, cette passionnante exposition nous plonge dans la fabrication de l’iconographie johannique.
Mag'Centre, 10/02

(Dreux) Exposition à l’Écomusée
Un véritable spécialiste de la vie de Jean Moulin a visité, hier matin, l’exposition consacrée à l’ancien préfet d’EureetLoir à l’écomusée. Accueilli par François Fillon et Michel Merckel, Wassim Kamel s’est fait présenter le travail effectué par les stagiaires du musée. « Il s’est engagé comme attaché de sous préfecture à 20 ans avant de devenir le plus jeune sous préfet de France à Rodez, à 25 ans, puis plus jeune préfet de France. Le parcours le plus fabuleux de corps électoral, c’est plus qu’un modèle pour chacun d’entre nous », a expliqué le sous préfet au cours de sa visite. Au point qu’à l’Écomusée, on aimerait bien l’engager comme guide jusqu’à la fin de l’expo, le 10 mars. (intégral)
L'Echo, 11/02

Vuitton fête cent ans de maroquinerie à Issoudun
Le musée de l’Hospice Saint Roch d’Issoudun (Indre) accueille jusqu’au 9 avril une exposition dont le titre, Louis Vuitton Issoudun, 100 ans de maroquinerie, renvoie autant à la marque de luxe française la plus vendue dans le monde qu’à un savoir faire local reconnu comme étant du meilleur niveau. L’exposition a été conçue pour Issoudun, le scénographe Alban Le Henry ayant imaginé et mis en espace un univers dont les dimensions sont exactement adaptées à la grande salle du musée. Et le visiteur découvre un double environnement qui débute, au centre, par les malles, réputation historique de la maison Vuitton, et se poursuit, en périphérie, par la petite maroquinerie puis les sacs à main. Jeudi après midi, avant une réception plus officielle, Jean-Marie Tizon, directeur des ateliers Louis Vuitton d’Issoudun et Condé, présentait les différents modèles en ne cachant pas avoir découvert certains d’entre eux. Le visiteur aura en effet l’occasion de voir certains de ceux qui n’avaient pas quitté le calme protecteur des collections Louis Vuitton. Ainsi, et c’est l’un des intérêts de cette exposition, que des sacs à mains réalisés par la maroquinerie de l’Indre avant sa reprise par le leader mondial.
+ D’Émilien Nicolas à Louis Vuitton
Le Berry, 11/02, p.2/3

(Saint marcel) Les choix cornéliens du Musée d’Argentomagus
La vie d’un conservateur de musée n’est pas un long fleuve tranquille. Parlez-en à Philippe Riffaud-Longuespé, en poste depuis trois ans au Musée d’Argentomagus. En arrivant à Saint-Marcel, ce spécialiste en histoire de l’art et archéologie, auparavant en poste à Troyes, bénéficiait d’un beau cadeau : le suivi de l’aménagement de la première tranche des vestiges de la cité gallo-romaine. Ce chantier, d’un montant de 600.000 €, destiné à valoriser le site et à apporter un plus à l’établissement, était inauguré en juin 2015, mais la conjoncture plombait déjà des projets. Faute de budget, le nouveau responsable du musée se voyait contraint d’annuler, l’année suivante, les Journées d’Argentomagus. « Cette manifestation, organisée fin juillet, nous amenait beaucoup de monde. En y ajoutant la disparition de la signalétique sur l’autoroute A20, la saison a été mauvaise, avec seulement 10.400 visiteurs. » Philippe Riffaud-Longuespé qui a dû, cette fois encore, faire un choix cornélien en préférant une exposition temporaire à cette animation estivale. « Ce rendez-vous, qui ne pourrait avoir lieu sans le concours de la Drac, aura lieu de juin à octobre, sur le thème Le torque, symboles et persistances en Gaule romaine. Il présentera des pièces exceptionnelles venant de nombreux musées. » Des animations par le personnel et le service éducatif compléteront la saison 2017, l’objectif étant de « bouger pour ne pas tomber dans l’oubli ».
NR Indre, 13/02, p.3

(La Chatre) Amis du Musée George-Sand : conférences et visites

Les Amis du Musée George-Sand se sont retrouvés, vendredi, à l’occasion de l’assemblée générale, présidée par René-Laurent Cambray. Le père Vincent Béguin a évoqué le tableau de Jean Tassel, situé dans l’église, qui a fait l’objet d’un prêt au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, à Paris. « Nous vivons un véritable renouveau associatif castrais avec la relance de l’association des Amis de l’orgue ; à Vicq-Exemplet ou à Thevet-Saint-Julien, les changements de présidents d’association. Nous saluons la venue d’Anne Gérardot, diplômée de l’École nationale des Chartes aux Archives départementales de l’Indre », a précisé René-Laurent Cambray. L’année écoulée a été l’occasion de rencontres fructueuses avec les fédérations nationale et régionale d’Amis de musées.
NR Indre, 13/02, p.15

(Vierzon) Les Amis du vieux Vierzon au chevet du patrimoine
Les Amis du vieux Vierzon, association créée en 1961, veillent au patrimoine local. Présidée par Francis Fontaine, l’association poursuit  ’inventaire des collections du musée de Vierzon, lancé en 2015. « Nous avons récupéré un catalogue de production de la porcelaine Hache qui ira au musée », a précisé le président lors de l’assemblée générale, lundi soir, salle du Beffroi. « Il faudrait songer à trouver un nouveau président » Les Amis ont, aussi, voté l’achat des archives du Grenier à sel dont le prix demandé de 1.500 euros reste à débattre avec le vendeur. En 2016, l’association a fourni des  renseignements sur le patrimoine de Thénioux et sur la Société française. L’appel lancé en février 2016 concernant  une cheminée ornée de faïences colorées a eu un écho du musée de Gien (Loiret) où se trouve un modèle du même genre.
Le Berry, 15/02, p.16

(Argenton) Nouvelle saison pour le Musée de la chemiserie
Le Musée de la chemiserie et de l’élégance masculine rouvre ses portes après un mois et demi de fermeture au cours duquel il a renouvelé ses collections. La saison débute avec l’exposition Home sweet home - cocooning au masculin. Visible toute l’année, elle  présente des vêtements d’intérieur pour hommes issus des collections du musée. Au cours du XVIIe siècle, la robe de chambre, ou robe d’intérieur, devient l’une des pièces essentielles du vestiaire masculin. En mai, l’industrie textile argentonnaise sera mise à l’honneur avec l’exposition Les Établissements Gravereaux, de Boulogne-sur-Seine à Argenton. Le Musée souhaite mettre en avant une période prospère de la chemiserie locale à travers l’histoire et le développement d’une entreprise. Le Musée de la chemiserie poursuit sa politique jeune public en  organisant des ateliers tout au long de l’année. Le premier aura lieu mardi 21 février, pendant les vacances, sur le thème Tricotin’doigt. Ouvert du mardi au dimanche, de 9h30 à 12h et de 14h à 18h ; tél. 02.54.24.34.69 ; www.museedelachemiserie.fr
NR Indre, 15/02

(Orgères en Beauce) La Beauce à travers les âges en exposition
Chaque année, la Maison de la Beauce présente une exposition consacrée à la région. Après les chants beaucerons et les crimes, c'est la vie de la Beauce et de ses habitants qui sera présentée au premier étage de l'établissement. L'installation des panneaux est en cours et sera dévoilée au public le dimanche 26 février. La Maison de la Beauce s'est entourée de professeurs, d'archéologues et d'experts pour comprendre comment vivaient les Beaucerons ou comment étaient les paysages. Un cheminement avec des dessins de Thierry Duchesne expliquera la vie dans les villages il y a plus de deux millénaires.
RC Orleans, 16/02, p.18

Deux expositions en un catalogue
C’est dans le cadre idyllique du château Raoul que les élus de Châteauroux et du conseil départemental, les responsables des Archives départementales et du Musée-Hôtel Bertrand se sont retrouvés pour présenter leur création commune, fruit d’un travail mené conjointement en 2015 autour de la réalisation de deux expositions ayant pour thème Le Grand Siècle. Après le succès des deux expositions, L’Esprit du Grand Siècle et Dans l’Intimité du Grand Siècle, un catalogue semblait s’imposer naturellement. « Ce catalogue est le fruit de ces deux expositions simultanées et des communications faites par des historiens spécialisés lors d’une journée d’études. Il constitue un témoignage de l’esprit de l’époque, de la vie de la société de province, mais évoque également l’histoire religieuse, dont les nouvelles quêtes de spiritualité, et l’histoire des sciences ».
NR Indre, 16/02, p.5

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 17 Fév - 10:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (13 - 19 février 2017)   Ven 17 Fév - 10:01

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Bourges) Le vin du Berry, il y a deux mille ans
Là où l’actuel lotissement des Pijolins II est sorti de terre il y a quelques années, poussaient des milliers de pieds de vigne il y a plusieurs siècles. Aussi étonnant que cela puisse paraître. Cela a été confirmé en 2005, lorsque des fouilles du sol à cet endroit ont révélé des traces de vignes datant de l’époque galloromaine. Le long de la rue de la Rottée, les archéologues ont découvert des traces d’anciennes plantations de vignes sur plus de 15.000 mètres carrés. « Des fosses rectangulaires nous apparaissaient au fil des fouilles, de 50 centimètres sur 30 centimètres. Les surfaces ont gardé la mémoire des impacts et incisions des outils utilisés à l’époque », décrit Nadine Rouquet, archéologue et attachée de conservation du patrimoine. Alors qu’un projet d’aménagement du lotissement Pijolins II est évoqué, le préfet de région prescrit la fouille de cette zone sensible, sous la direction de Jacques Troadec, alors conservateur en chef du patrimoine. En 2005, une équipe de quatre archéologues, dont Nadine Rouquet faisait partie, a retourné la terre des Pijolins, à la recherche d’indices temporels sur le passé de Bourges. « C’était presque une tâche ingrate. Il s’agissait de vider les fosses découvertes et analyser le sol. Nous ne trouvions que très peu d’objets, seulement quelques morceaux de céramiques, datant de l’époque galloromaine », explique Nadine Rouquet. À force de recherches, sur le terrain et dans les écrits anciens, les archéologues en sont sûrs : ils viennent de mettre en lumière les premières (et encore aujourd’hui seules) plantations de vignes en Berry de cette époque.
Le Berry, 11/02, p.10

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 17 Fév - 10:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (13 - 19 février 2017)   Ven 17 Fév - 10:02

Patrimoine région Centre

Source : Mag'centre

Blois-Chambord : 2016, une année à part pour le tourisme

Attentats, insécurité, grèves, météo pluvieuse, inondations : rien n’aura été épargné à l’année 2016, annus horribilis. La filière touristique française enregistre, comme on s’y attendait, une baisse de fréquentation. Le Centre-Val de Loire – tout en s’en sortant honorablement – a lui aussi souffert. La destination Blois-Chambord n’a pas été épargnée non plus par la diminution de touristes étrangers, toutefois les Français continuent à partir et sur des destinations plus proches, et Blois-Chambord en a bien bénéficié.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/120031-blois-chambord-2016-une-annee-a-part-pour-le-tourisme/

Source : [Région Centre-Val de Loire] ActuOCentre - N°57 - Février 2017

Chambord cultive son jardin… à la française

Grâce au financement de la Région, la reconstitution des jardins à la française du Château de Chambord, tels qu’ils avaient été aménagés sous le règne de Louis XV, a été rendue possible.

À l’identique ! Lauréate de l’Appel à projets «Innovation» régional, l’entreprise orléanaise J. Richard a réussi le tour de force de reproduire, devant la façade nord du château de Chambord, les jardins à la française tels qu’ils avaient été aménagés sous le règne de Louis XV. « Plus de 6.000 m3 de terre ont été remués pour décaper la surface et aménager les fosses de plantation », précise un dirigeant de la société J. Richard. Quelques 600 arbres, dont des prunus, des ifs, et des tilleuls, ont été plantés cet hiver pour que ces jardins à la française reprennent vie et forme au printemps, dans une version végétale d’une parfaite fidélité historique. Un nouveau sacre pour le château et une prouesse paysagère rendue possible, notamment, grâce à l’enveloppe de 103.000 euros versée par la Région à travers cet appel à projets. Vivement le printemps !

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Aschères le Marché) Le sort du château de Rougemont devant la justice
C’est un répit, tant pour l’artiste peintre, Nadine Forster, locataire du château de Rougemont, que pour la commune d’Aschères le Marché où est implantée l’imposante bâtisse. Le juge des référés du tribunal administratif d’Orléans a rejeté hier la requête initiée par la SCI Jules Ferry. En juillet dernier, cette société avait acquis, pour 124.000 euros, le manoir et ses dépendances, lors d’une vente aux enchères publiques. Or, depuis très longtemps, le château de Rougemont est occupé par
Nadine Forster, aujourd’hui âgée de 86 ans, et par son fils. D’abord propriétaire des lieux, l’illustratrice renommée a fait l’objet, voici plus de vingt ans, d’une  saisie immobilière. Malgré tout, l’octogénaire a été autorisée à résider dans le manoir. Aujourd’hui, la vieille dame ne dispose plus que de modestes ressources et le rachat du château de Rougemont remet en cause son maintien dans les lieux. C’est précisément pour éviter son expulsion que la municipalité d’Aschères le Marché a fait usage de son droit de préemption, dont le nouveau propriétaire contestait la validité devant la juridiction administrative.
RC Loiret, 11/02, p.14

(Bourges) Jeanclos
Le Centre des monuments nationaux et la Galerie Capazza vont organiser, au palais Jacques Coeur à Bourges et à la Galerie Capazza à Nançay, une exposition estivale consacrée à l’un des plus grands sculpteurs du XXe siècle, Georges Jeanclos. Intitulée Murmures, elle sera présentée dans les deux lieux du 17 juin au 17 septembre. (intégral)
Le Berry, 11/02

(Chartres) Chartres sanctuaire du monde se mobilise pour la chapelle Saint Piat
Actuellement en pleine rénovation, la chapelle Saint Piat, située derrière le choeur de la cathédrale NotreDame, accueillera à nouveau le trésor de la cathédrale, fin 2018. Accessible par un escalier droit depuis le déambulatoire, la chapelle recevra une série de vitrines, dans lesquelles seront présentés l’orfèvrerie ancienne et moderne, ainsi que des ornements liturgiques. Un projet suivi de près par Chartres sanctuaire du monde, avec à sa tête la présidente Servane de Layre Mathéus, présidente. L’association, qui oeuvre au rayonnement de la cathédrale, a décidé de s’associer en lançant une vaste opération de mécénat pour la restauration des verrières : « Ce sont des vitraux moins connus que ceux de la nef et des bas côtés, mais pourtant admirables. » Sept verrières (XIVe et XVIe siècles) seront restaurées. L’appel aux dons est donc ouvert pour cette opération, qui s’élève à 93.000 €, sachant qu’une partie pourrait probablement être financée par une entreprise. Une fois déposés (fin février), les vitraux partiront chez des maîtres verriers sélectionnés par la Drac pour leur restauration.
L'Echo, 11/02, p.9

Château d’Argy : la vente aura bien lieu
Le Club du Vieux Manoir, propriétaire du château d’Argy, leconfirme : « Oui, le château est actuellement en vente, et il le restera, n’en déplaise à l’association des Amis du château d’Argy. » Les membres de l’AACA se sont réunis, la semaine dernière, pour leur assemblée générale dont le principal début a été, évidemment, leur avenir incertain auprès du bâtiment qu’ils ont rénové, mis en valeur et fait connaître depuis neuf ans. Présents à l’assemblée générale, Régis Blanchet, maire de Buzançais et vice-président du conseil départemental, ainsi que d’autres maires et conseillers municipaux des cantons voisins, n’ont pu qu’écouter Françoise Bonnin, présidente de l’association, dresser le bilan de la situation : « Le CVM, qui connaît de graves difficultés financières, a en effet décidé, en octobre 2016, la mise en vente du château d’Argy et signifié tout de go qu’il rompait le contrat qui liait les deux associations, CVM et AACA. L’AACA a assumé 10.000 € de travaux dans le château, en 2016, indépendamment du temps considérable passé par ses bénévoles pour réaménager la cuisine, mettre en conformité une bonne partie de son système électrique, assurer les visites, les locations, la gestion du gîte et des salles, en un mot se substituer à la gestion défaillante et absente du Club du Vieux Manoir. Nous finançons annuellement entre 7.000 € et 12.000 € de travaux d’entretien dans le château et on avait finalisé la plantation du verger conservatoire. Tous ces efforts pour que le château soit finalement mis en vente sans préavis par le CVM. » Mais les membres de l’AACA ont manifesté leur volonté de rester mobilisés.
NR Indre, 11/02, p.5

(Selles Saint Denis) Église : réparation couverture
Le conseil municipal accepte le don de 10.598 € de l’Association de sauvegarde de l’église, ce qui lui permettra d’effectuer les travaux nécessaires à la mise hors eau du bâtiment. (intégral)
NR Loir et Cher, 11/02

(Saint Georges Motel) La propriété de Saint Georges Motel a hébergé Henri IV, Winston Churchill ou Goebbels
Sa coquette longère donne sur le vaste parc arboré du château de Saint Georges Motel, à une dizaine de kilomètres de Dreux. Membre de l’Association de sauvegarde du patrimoine, Martine Jones a réalisé de vastes recherches sur une propriété privée qui, érigée à partir de 1547 par une famille de la haute noblesse (De Pilliers De Menou), a connu plusieurs propriétaires, de la royauté à l’époque actuelle. « On est passé de la haute noblesse à la grande bourgeoisie». L’actuel propriétaire est David Hamilton. « Il n’a aucun lien avec le photographe disparu ». Le châtelain est un riche agriculteur américain « qui vient assez rarement au château ». Le site, classé monument historique (parc et façade), rayonne sur 94 hectares, à la confluence de l’ Avre et de l’Eure. Plusieurs figures historiques y ont logé au fil des siècles.
+ Une écurie réputée qui a gagné plusieurs prix de l’Arc de Triomphe
L'Echo, 12/02, p.8

(Déols) L’abbaye Notre-Dame souhaite se refaire une beauté
Le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) de l’Indre et la Ville de Déols organiseront, les 9 et 10 mai, un forum de l’architecture et du patrimoine intitulé Mise en valeur du site de l’abbaye de Déols. Au cours d’un atelier de deux jours sur le site ancien, des professionnels seront invités à présenter des éléments de réflexion sur la reconversion et l’utilisation du site. Ainsi un appel à manifestation d’intérêt est lancé jusqu’au 10 mars auprès d’architectes, urbanistes et paysagistes qui souhaitent se lancer dans ce projet particulier. « Ce forum est une première dans l’Indre. La CAUE du Loiret a déjà organisé ce genre d’atelier, à Sully-sur-Loire et à Cléry-Saint-André. Devant le succès qu’ils ont eu, nous avons décidé de le mettre en place, explique Alexandre Martin, directeur du CAUE 36. L’atelier a pour but de définir le programme de rénovation du site de l’abbaye. Les professionnels se trouveront sur place ; ils seront immergés dans le contexte, ce qui permettra d’échanger avec élus et habitants pendant ces deux jours. »
NR Indre et Loire, 12/02, p.6

(Blois) 400 lettres d’un poilu cédées aux archives départementales
Mon cher petit, tu viens d’avoir neuf ans […] trop jeune encore pour participer à la guerre, tu es assez grand pour avoir l’esprit marqué de ces souvenirs. Cette lettre de l’officier Albert-Jean Després, daté d’octobre 1916, et les 400 autres de sa correspondance épistolaire ont été données par ses descendants aux Archives départementales du Loir-et-Cher, mardi 7 février à Paris. Mobilisé dès août 1914, Albert-Jean Després, alors commerçant et secrétaire de mairie à Pierrefitte-sur-Sauldre, est blessé une première fois en 1915. Il a combattu sur le front jusqu’à sa mort lors de la bataille de Flandres en avril 1918, quelques mois avant la fin des
combats. Durant ces quatre années, le père de famille n’a cessé d’écrire à sa femme et à son fils, sur la vie au front, ses réflexions sur la guerre ou sur  sa nostalgie de la maison. Connue, la lettre pour l’anniversaire des neuf ans de son fils, Albert Després, était le sujet du concours de la Fondation Varenne en 2014. Dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, les élèves de collège devaient écrire la réponse du fils à la lettre de son père.
NR Loir et Blanc, 12/02, p.2

Un vent nouveau souffle sur le château de Talcy
Ici, on a l’impression que le propriétaire peut sortir de derrière une porte pour vous accueillir, déclare Ludivine Garrigue, chargée d’actions éducatives au château.
Intimiste, le château de Talcy est riche de quatre siècles d’histoire. Pourtant, il est encore discret sur la route des châteaux de la Loire. Alors que le nombre de visites s’est maintenu en 2016 avec 12.300 entrées, le programme de l’année à venir prend un nouveau tournant. Quatre siècles d’histoire, quatre visites. Face à la richesse historique du monument, il sera désormais possible de visiter le château en fonction de la période choisie.
+ ••• Le manuscrit retrouvé
NR Loir et Cher, 12/02, p.3

(La Chapelle-Enchérie et Epuisay) Implanter des éoliennes
Energie renouvelable et captage de l’eau sont, aujourd’hui, des sujets au coeur des préoccupations. Soulevant les doutes voire déchaînant les passions, ces installations sont loin de faire l’unanimité. Il y a un siècle et demi, les polémiques n’étaient pas à l’ordre du jour et l’élévation des fameuses éoliennes Bollée, comme à La Chapelle-Enchérie et Epuisay respectivement en 1900 et 1911 (*), était considérée comme un privilège. Famille d’origine mancelle, les Bollée développent de belles qualités d’ingénieurs-inventeurs. 80 % furent installés dans des châteaux comme celui de Maugué à La Chapelle-Enchérie qui fut équipé dès 1900. Les éoliennes alimentant des lavoirs ou des fontaines publiques étaient beaucoup plus rares. C’est en 1911 qu’Epuisay se dota de cette technologie à côté de laquelle le réservoir de 200 m3 reste impressionnant. Les deux sites ont conservé cet équipement (qui a fonctionné jusqu’en 1967 à Epuisay) alors que beaucoup furent démontés. C’est cette rareté qui a valu à Epuisay de voir son éolienne classée au titre des Monuments historiques en 1992.
(*) Sur ce sujet des éoliennes la notice de récolement de Dominique Menanteau de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) est une importante source d’information.
NR Loir et Cher, 12/02, p.3

Un “ Made in Château-Renault ” reconnu
Il y a huit ans, la maison Rémy Garnier, fondée à Paris en 1832 et spécialisée dans la fabrication de serrureries d’art et de luxe en bronze, ouvrait une antenne à Château-Renault en reprenant la Compagnie du Bronze. L’entreprise, de renommée mondiale, qui a reçu récemment le label « Entreprise du
patrimoine vivant », restaure et renouvelle les serrureries des plus grands hôtels, châteaux ou autres ambassades. La société emploie une trentaine de salariés sur son site castelrenaudais, spécialisé dans la fonderie. A l’initiative du directeur local, Thierry Roland, la société, tout en conservant la  fabrication traditionnelle et le savoir-faire ancestral avec ses fondeurs, ciseleurs et monteurs en bronze, innove en se lançant dans la transformation des modèles existants pour les fabriquer de manière numérique tout en restant dans le haut de gamme. On utilise aussi l’imprimante 3 D.
NR Indre et Loire, 12/02, p.10

(Chateaudun) Le château va “faire tapisserie” en mai
L’expression « faire tapisserie » va prendre une nouvelle signification, cette année, au château de Châteaudun. Afin de mettre en avant ses riches collections et de faire découvrir un aspect peu connu du patrimoine, le Centre des monuments nationaux a décidé de dédier sa nouvelle saison « En lices ! » à cet art textile séculaire. Le château de Jehan de Dunois, abritant une centaine de tapisseries flamandes et françaises des XVIe et XVIIe siècles, fait partie des six monuments qui seront mis à l’honneur au niveau national. « L’année 2017 va être marquée par une nouvelle présentation des tapisseries dans l’aile Longueville du château à compter du mois de mai, a annoncé, vendredi, l’administratrice, Anne Rousset. Un nouveau parcours de visite, intitulé « Du fil à la trame, l’art de la tapisserie », comprendra la présentation de très belles tapisseries restaurées et quatre salles thématiques dédiées à l’art et l’histoire de la tapisserie. »
+ Expositions, spectacles vivants et animations pour les familles
L'Echo, 13/02, p.17

L’Urbex dépoussière des lieux tombés dans l’oubli
Une fois qu’on y a goûté, c’est difficile de s’en passer. Guillaume, Castelroussin fondu de photos et d’histoire, a trouvé avec l’Urbex («Urban exploration») une pratique qui combine ses deux passions. Avec, en plus, une bonne dose d’adrénaline. Lors de ses explorations photographiques, il déniche des lieux figés. Comme si le temps s’était arrêté il y a quelques dizaines d’années, après le départ des derniers occupants. « J’ai découvert des maisons avec les couverts encore sur la table, ou une bouteille de bière prête à être bue. Dans une pièce, un calendrier de l’année 1978 était accroché au mur. » Les lieux sont souvent auréolés d’un mystère difficile à percer. Les dernières traces de vie révèlent une part de la  personnalité des occupants, sans dévoiler tous leurs secrets. Dans le respect des derniers occupants, Guillaume se conforme à la philosophie de l’Urbex. « Nous ne devons jamais rien prendre, rien déplacer, rien détériorer. » Et entrer sans effraction. « Nous devons trouver une fenêtre cassée, un passage étroit, une cave pour y accéder. Très souvent, nous ne pouvons pas entrer. C’est décevant, mais c’est le jeu. La seule trace que nous laissons est celle de nos pas. Les seules choses que nous ramenons sont nos photos. » Cette discipline underground « est illégale, rappelle Guillaume, qui restera anonyme. On ne peut pas exactement parler de lieux abandonnés. Ils ont toujours un propriétaire, plus ou moins lointain. Je dirai plutôt qu’ils sont délaissés. »
NR Indre, 13/02, p.6

(Vendome) Une souscription pour le presbytère
Discret, le bâtiment ne se voit pas de la rue Saint Jacques. Il faut entrer dans la cour du presbytère pour apercevoir la bâtisse près du chevet de l’église de La Madeleine. « Le presbytère est constitué de plusieurs bâtiments, un du XVIIIe siècle situé sur la rue des Béguines, la cure  elle-même, ayant brûlé en 1805, a été reconstruite à partir de 1813. Et enfin un bâtiment de dépendances du XVIIIe siècle », peut on lire dans le bon de souscription signé de père Pierre Cabarat, curé de La Madeleine. Une souscription lancée par la Fondation du patrimoine pour aider  l’Association diocésaine de Blois, propriétaire de l’ensemble qui était dans le passé propriété de la Ville. Elle se doit d’y conduire rapidement des travaux de conservation. La première priorité a été définie pour le bâtiment de la rue des Béguines dont la toiture a été refaite l’an passé. Suivra la rénovation de la dépendance proche de la roseraie. Et c’est grâce à la convention passée avec la Fondation du patrimoine qu’une part des dépenses de 57.000 € peut faire l’objet d’une souscription.
NR Loir et Cher, 13/02, p.15

(Saint Denis en Val) Faire découvrir le patrimoine depuis quinze ans
Muguette Rigaud, présidente de Histoire Patrimoine et Traditions Locales (HPTL), était satisfaite lors de l’assemblée générale. « Le bilan des 15 années qui se sont écoulées est largement positif. Par ses causeries, ses actions, l’association a permis de mieux faire connaître le patrimoine, le passé de notre commune et  également de notre région. Nous nous efforçons de retenir par les écrits, les photos, ce qui subsiste encore de l’ancien village et ses traditions. Nous restons cependant vigilants en ce qui concerne la sauvegarde du patrimoine local, en particulier pour les ruines du château de l’Isle. »
RC Orleans, 14/02, p.14

(Chateauneuf sur Loire) La Vierge à l’enfant installée en l’église
Offerte par la famille Thévard, la statue en bois « la vierge à l’enfant » datant du XIIIe siècle a retrouvé toute sa place dans l’église Saint Martial. Elle a été bénie samedi matin, par le père René Rousseau et le curé de Châteauneuf, Olivier Musabé, au cours d’une cérémonie organisée conjointement par la municipalité et la paroisse, à laquelle de nombreuses personnes ont assisté. Gabriel Thévard a retracé l’historique de la statue même si on ne connaît pas sa provenance. Elle se trouvait dans une maison de vigneron à Châteauneuf, où la famille en question avait emménagé. À la mort des parents, les descendants ont pris contact avec les monuments historiques avant d’en faire don à la commune.
RC Orleans, 14/02 p.17

(Bruère Allichamps) Une performance sur le thème de la résistance va être créée pour les Futurs de l’écrit à Noirlac
Châteaufer est le point de départ de la création d’une performance artistique sur le thème de la résistance, Soulève toi !, qui sera présentée début juin à l’abbaye de Noirlac, à Bruère Allichamps, lors des Futurs de l’écrit. Une réunion d’information, vendredi soir, à la ferme créative de l’abbaye de Noirlac, a permis de dessiner les contours de ce projet qui fait l’objet d’un appel à participation. Uto, plasticien et artiste multimédia propose de monter une performance audiovisuelle participative qui s’inspire de l’histoire de Châteaufer et des foyers de résistance des environs : « Soulève toi !, c’est une invitation à prendre part à une oeuvre collective qui s’interroge sur la mémoire, les traces que laissent les guerres, l’acte de résistance, et surtout comment on écrit au présent et au futur à partir d’une histoire passée, en reliant des générations. » L’oeuvre se construira à partir de projections sur un écran géant.
+ Ouverture inédite au public, du 1er au 15 juillet et du 15 août au 15 septembre (sauf semaine avant la rentrée scolaire).
Le Berry, 11/02

(Neuvy le Roi) Les Amis de la chapelle Saint-André réunis
Vendredi soir, les Amis de la chapelle Saint-André organisaient leur assemblée générale à la salle d’accueil. Le but de l’association est de valoriser la chapelle Saint-André, devenue, ces dernières années, propriété de l’intercommunalité. Avant de présenter le rapport moral de 2016, Madeleine Fargues, présidente de l’association, rendit hommage Anne-Marie Babonneaux, créatrice, avec son époux, de l’association. L’année écoulée fut déterminante pour les travaux de l’édifice : le pan ouest a été restauré, une réfection électrique et scénographique ont été réalisés ainsi qu’un espace d’exposition avec lampes et fixations. L’espace tourisme de cet été est une expérience à renouveler. En mars, l’association a reçu l’architecte Adrienne Barthélémy ; en mai, a eu lieu une conférence de généalogie ; en juin, Jean-Pierre Meyer a organisé une promenade historique sur Marray. En juillet, une rencontre musicale, en août, la participation aux 3es journées découverte en Pays de Racan, en septembre, un concert de jazz et en octobre l’inauguration des travaux, soit un bilan très satisfaisant avec un très petit budget.
NR Indre et LoireE, 14/02, p.21

Jussy-le-Chaudrier veut démolir son église
Située à 187 mètres d’altitude, la grande église domine le village de JussyleChaudrier. Mais il n’est plus possible de visiter l’édifice qui peut accueillir environ deux cents personnes. Depuis le 5 avril 2011, un arrêté municipal interdit l’accès à l’église pour des raisons de sécurité. La veille, une paroi intérieure du bâtiment s’était effondrée. Lorsque l’on s’approche de l’église, on s’aperçoit que le mur méridional penche dangereusement vers l’est. À l’intérieur, de nombreuses fissures parsèment la voûte, dans la partie située près du clocher. Le choeur semble moins affecté. Face à ce danger, la commune a pris une décision radicale, le 9 décembre dernier, par 14 voix pour, 1 voix contre et 2 abstentions : « Le conseil municipal décide de démonter l’édifice de l’église qui menace. » Le conseil municipal est également « favorable à la reconstruction en lieu et place d’une chapelle avec l’avis et le soutien financier du diocèse. » L’église est en effet propriété de la  commune, comme le sont tous les lieux de culte français construits avant 1905. De nombreux sites Internet se sont émus de la démolition annoncée, tout comme la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France ou l’Observatoire du patrimoine religieux, qui appellent le maire à revoir sa position. Avec une église qui s’effondre et des paroissiens quasi inexistants, la démolition semble inévitable. « C’est sûrement à mon avis la meilleure solution », déclare le père Jean-Paul Maréchal. Et quand on l’interroge sur le symbolisme de l’église, il relativise : « À La Chapelle Montlinard et à Saint Martin des Champs, il n’y a rien du tout. » Le diocèse de Bourges préfère ne pas se prononcer pour le moment. Pourtant, avant la démolition, il reste à recueillir l’avis de l’architecte des bâtiments de France, qui aura le dernier mot. « Le dossier est en cours de traitement par nos services », indique, de son côté, la direction régionale des affaires culturelles.
+ Un mobilier ancien
+ Retrouvez d’autres photos de l’intérieur et de l’extérieur de l’église Saint-Julien sur le site www.leberry.fr
Le Berry, 15/02, p.2/3

(Vesdun) Un tableau du Christ a été restauré
C’est lors des rencontres poétiques d’octobre 2016 qu’avait organisé l’association la Forêt des Mille poètes, qu’Éliane Hurtado, artiste peintre de renommée internationale, poétesse et restauratrice de tableaux anciens, a repéré, en visitant l’église romaine Saint Cyr, un tableau datant du XIXe siècle qui représente un portrait du Christ, en bien mauvais état. Sous le charme, elle a proposé au maire, Gilles Pointereau, la restauration de cette oeuvre à titre gracieux. Avec son accord, elle a emporté le tableau dans son atelier à Paris et l’a remis en état en lui donnant une deuxième jeunesse. « Ce qui m’importe, c’est de continuer à faire vivre le tableau » confiait elle. Ce travail lui a demandé une trentaine d’heures. Du dépoussiérage au nettoyage de la peinture, au masticage et rebouchage de petits trous, elle a recomposé la partie du portrait abîmé avec minutie en utilisant une peinture italienne spéciale pour la restauration. Elle a ensuite appliqué une couche de vernis qui préservera l’oeuvre, non signée, et l’a affairé d’un cadre américain noir, qui évitera au tableau de toucher directement le mur de l’église évitant qu’il ne se dégrade à nouveau.
Le Berry, 15/02, p.23

(Lavardin) Le château attend ses premiers soins
Les Amis de Lavardin organisent le premier débroussaillage du château de Lavardin. Le président Jean-Paul Brillard décline : « Le château se lamente dans ses vieux vêtements d’hiver usagés. Il demande une nouvelle parure pour le printemps. Pour lui prouver notre admiration et notre respect nous avons décidé de répondre à sa sollicitation et de l’habiller dignement pour recevoir les dizaines de milliers de touristes français et étrangers qui viendront cette année encore pour l’admirer. L’association fait donc appel à vous, bénévoles amoureux de cette magnifique forteresse pour un premier toilettage le samedi 25 février à 8 h place du château où un premier café vous accueillera pour créer l’ambiance conviviale qui vous aidera à l’embellissement de ce joyau historique de la région. N’oubliez pas vos outils ». Un repas est prévu vers 14 h dans la salle des fêtes. (intégral)
NR Loir etCherN, 15/02, p.17

(Talcy) Le château célèbre ses 500 ans
C’était en 1517. Bernardo Salviati, marchand et banquier lié aux Médicis, acquérait la terre de Talcy sur laquelle il allait faire construire un château, une résidence où se reposer lorsqu’il n’était pas à la cour royale de Blois. L’édifice a aujourd’hui 500 ans. Un anniversaire que le Centre des monuments nationaux célèbre à travers des manifestations plus nombreuses que les autres années.
RC Orleans, 16/02, p.15

(Lamotte-Beuvron) Une société historique pleine de vitalité
Samedi après midi, le Groupe de recherches archéologiques et historiques de Sologne (Grahs) a tenu son assemblée générale, à la maison des animations. L’association, de 368 membres, est dirigée par Frédéric Auger, directeur coordinateur du Grahs, employé dans le cadre d’un contrat Cap’Asso. Les projets pour cette nouvelle année sont : une étude sur deux ans sur le bâti solognot en briques, avec l’aide de l’enveloppe parlementaire du député Patrice Martin-Lalande ; poursuite de la publication des bulletins ; conférence ; diffusion de l’exposition itinérante « Se soigner autrefois en Sologne ».
RC Orleans, 16/02, p.16

Connaissance et sauvegarde du patrimoine publie une série d’ouvrages sur le Pithiverais

Les membres de Connaissance et sauvegarde du patrimoine se sont réunis pour leur assemblée générale. L’occasion d’apprendre que l’année 2017 devrait voir la conclusion d’un long travail entrepris par l’association, à savoir la publication de plusieurs ouvrages consacrés au Nord Loiret. L’année dernière sortait ainsi un nouveau tome de Croix de chemin, mais aussi des livres sur les églises de l’Outarvillois et du Bellegardois. Le dernier volet de la série, consacré aux paroisses du Neuvillois, doit sortir au cours de ce premier trimestre. Un énorme travail, mais qui a fait des heureux dans toutes les communes dont le patrimoine était mis à l’honneur.
RC Loiret, 16/02, p.8

(Chartres) Le projet de reconstitution de la Porte Guillaume a besoin d’une nouvelle étude
C’est un dossier qui commençait à s’enliser. Le projet de reconstitution de la Porte Guillaume, en basse ville de Chartres, sort de l’impasse. La semaine dernière, Patrick Géroudet, adjoint au maire en charge du patrimoine, a fait le point sur le calendrier de cette opération au long cours, devant les adhérents de l’association Porte Guillaume, réunis en assemblée générale, dans l’Hôtel Montescot. L’élu a annoncé qu’un appel d’offres avait été lancé, fin 2016, pour choisir un architecte, qui aura la maîtrise d’oeuvre du chantier : « Comme les vestiges sont classés, nous devons faire appel à un architecte des monuments historiques. La personne qui sera choisie devra mener une étude complémentaire à celle réalisée en 2010, par Patrice Calvel (NDLR : l’ancien architecte en chef des monuments historiques). » La Direction régionale des affaures culturelles (Drac) du Centre-Val de Loire a demandé à la Ville qu’une étude plus poussée soit réalisée sur les fondations de la Porte Guillaume et de la barbacane, qui servait de protection à l’une des principales entrées de la ville.
+ Des bénévoles sont très impliqués pour la renaissance du site
+ Feu vert du ministère de la Culture
L'Echo, 16/02, p.6

(Vendome) L’aile Saint-Jacques : la ruche municipale
Parc Ronsard, c’est une nouvelle vie qui commence pour l’aile Saint-Jacques. Un superbe bâtiment XVIIe, coquille de divers services administratifs, qui vient d’être totalement revu. Au rez-de-chaussée, après la relocalisation de la police municipale et de ses vestiaires, c’est une salle de réunions de 110 m2 qui a pris en partie  l’espace occupé jusqu’en 2013 par le centre communal et intercommunal d’action sociale. Une salle pour quarante-quatre personnes assises autour d’une table et de douze places dans le public qui sera utilisée dès ce jeudi soir lors du conseil municipal. Une séance « délocalisée » de la Porte Saint-Georges pour cause… de travaux, cette fois d’accessibilité. « Une exception car cette salle va essentiellement être utilisée par les services et les diverses réunions municipales ou communautaires. Ou encore pour les syndicats qui siègent ici comme TEA, SieraVL et le Scot », commente le maire Pascal Brindeau.
NR Loir etCherN, 16/02, p.14

Deux médailles d’or pour Nolan
C’est à la Sorbonne, à Paris, que s’est déroulée la remise de diplômes et de médailles au niveau national du concours MAF (Meilleurs Apprentis de France) organisée par les MOF (Meilleurs Ouvriers de France). 347 jeunes se sont retrouvés dans ce lieu emblématique. Parmi tous les lauréats, Nolan Poirrier, 19 ans, apprenti de l’entreprise Martineau et Fils, charpente-couverture-zinguerie d’ornement à Saint-Paterne- Racan, a eu l’honneur de recevoir ses diplômes et ses deux médailles. Il a, en effet, obtenu les médailles d’or nationales MAF zinguerie et MAF ornement. Six médailles en 2017 C’est une performance sans précédent pour le jeune homme puisqu’il est le seul à avoir réussi deux concours MAF la même année, portant ainsi le nombre de ses médailles d’or 2017 à six : deux au niveau départemental, deux en régional et deux en national. Nolan a intégré l’entreprise Martineau en 2013. Il y a trouvé une passion dans la restauration du patrimoine ancien et monuments historiques en charpente-couverture-zinguerie ornement.
NR Indre et Loire, 16/02, p.5

(Chinon) 120
C’est le nombre de places maximum que pourra accueillir la nouvelle salle de spectacles qui va être aménagée dans l’ancien abattoir, quai Pasteur. Voilà qui offrira un lieu à petite jauge, permettant une proximité avec les artistes, un endroit à caractère intimiste qui manquait dans l’offre culturelle chinonaise. L’Espace Rabelais est dimensionné pour un large public jusqu’à 650 places, mais la structure ne peut guère être configurée à dimension plus propice à un échange entre le public et l’artiste. L’abattoir y pourvoira.
NR Indre et LoireW, 16/02

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (13 - 19 février 2017)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (13 - 19 février 2017)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: