Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (7-28 août 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Lun 28 Aoû - 10:27

Musées région Centre-Val de Loire

Source : Magcentre


Rétro: le musée Saint-Roch, une oasis d’art contemporain dans la plaine berrichonne


Le musée Saint-Roch d’Issoudun, contrairement à la légende de son saint patronyme ne vous guérira pas de la peste, mais il ne manquera pas d’étancher la soif de tout amateur d’art contemporain qui aura fait l’effort de parcourir cette campagne indolente du Berry pour le découvrir.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/135601-retro-le-musee-saint-roch-une-oasis-dart-contemporain-dans-la-plaine-berrichonne/

Source : latribunedelart.com


Trois Cogniet pour Orléans


23/8/17 - Acquisitions - Orléans, Musée des Beaux-Arts - Infatigable, le Musée des Beaux-Arts d’Orléans continue à enrichir sa collection. Deux acquisitions récentes ont ainsi permis de renforcer le fonds Léon Cogniet, déjà très important, par trois peintures.
Source : http://www.latribunedelart.com/trois-cogniet-pour-orleans

Source : panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Mer) Deux grands artistes expo
La postérité n’a retenu de lui que son statut de « fils de ». Lise Bissonnette, commissaire de l’exposition qui est consacrée à Maurice Sand, au Musée George Sand de La Châtre, va mettre en lumière la singularité de la production de ce créateur, lors d’une journée d’étude, dimanche 3 septembre, au château D’Ars. Illustrateur, dessinateur, peintre, écrivain, marionnettiste, naturaliste, Maurice Sand a proposé à ses contemporains des parcours relevant avec constance d’un fantastique lesté de science et allégé d’ironie, qui forme un tout étonnant. « Notre époque trouve également, chez lui, des intuitions et surtout des procédés de création dont l’art et la scène de notre temps font désormais leur quotidien », précisent les organisateurs. Journée d’étude le 3 septembre, au château d’Ars, avec plusieurs conférences organisées.
NR Indre, 25/08, p.13

(Le Blanc) Le souvenir marquant des Américains

Sur la rivière gauche de la Creuse, l’Écomusée accueille actuellement l’exposition itinérante Hier, les Américains. Un événement qui interpelle forcément les  Blancois puisque Jean-Claude Prot, président de l’association Châteauroux, c’était l’Amérique, a grandi en Ville Haute, place de la Palisse. Avec Yves Bardet, historien conservateur, il retrace la présence des Yankees à Châteauroux, de 1951 à 1967.
NR Indre, 25/08, p.17

(Mer) Deux grands artistes exposés au musée
Le vernissage de l’exposition dédiée à René Valette et Ludovic Duclos aura lieu vendredi. Né à Mer en 1874, dans la maison de ses grands parents à la Corbillière,
René Vallette était professeur de dessin au collège de Pontlevoy. Il a notamment eu comme élève Germain Bazin, futur conservateur en chef du  département de peinture du musée du Louvre. Ludovic Duclos est quant à lui né à Paris en 1866 et décédé à Herbilly en 1956. Dessinateur et peintre du réel, il s’intéressait principalement aux paysages et aux activités du Val de Courbouzon.
RC Orleans, 24/08, p.15

(Amboise) Ambacia, la Gauloise emballe le public !
La fréquentation au musée- hôtel Morin a explosé. Plus 40 % par rapport à juin 2016 et plus 79 % par rapport à juillet de l’an dernier ! souligne avec satisfaction Emmanuelle, du service culture de la mairie d’Amboise. La raison principale de ce regain d’intérêt tient dans l’exposition temporaire sur Ambacia, la Gauloise, 100 objets racontent la ville antique d’Amboise. « C’est la plus grande synthèse réalisée, à ce jour, sur les vestiges gaulois d’Amboise » souligne Christelle Benoît,  responsable des archives de la ville. « Le visiteur apprend que l’oppidum de la ville est non seulement l’un des plus grands sites archéologiques de la région, mais désigne aussi l’une des plus grandes agglomérations gauloises du nord-ouest de la Gaule » ajoute-t-elle. Les objets exposés (statuettes, bijoux, poteries,  amphores…), issus des fouilles menées depuis 1980, permettent de deviner ce qu’étaient les modes de vie au sein de la société gauloise. Ils sont complétés par une exposition, dans l’église Saint-Florentin, de 18 panneaux sur les grandes étapes de l’archéologie et les principales caractéristiques de la ville gauloise.
NR Indre et Loire, 24/08, p.15

(Orleans) Jusqu’au 22 octobre
Initialement prévue jusqu’au 17 septembre, la première rétrospective consacrée à Jean-Baptiste Perronneau (1734-1782) se prolonge au musée des Beaux Arts d’Orléans jusqu’au vendredi 22 octobre. Cette exposition invite à découvrir l’Europe des Lumières, époque du plus extraordinaire engouement pour le portrait. Plus de 150 oeuvres sont exposées, provenant de prestigieuses collections privées et publiques (comme le musée du Louvre, la National Gallery…), souvent inédites, mais aussi du musée des BeauxArts, qui conserve le fonds le plus riche d’oeuvres de l’artiste. (intégral)
RC Orleans, 22/08, p.15

(18-Bourges) Dépoussiérer les boutiques des musées

Mal achalandées ou agencées, toutes les boutiques des musées municipaux ne font pas recette. Un petit effort budgétaire va être consenti.  Les ambi­tions ne sont pas démesurées. Quatre mille euros devraient être débloqués dans un premier temps. Les musées du Berry et des Meilleurs ouvriers de France de­vraient être concernés. Au mu­sée des Arts décoratifs, l’accent sera mis sur les recueils consa­crés aux Lallemant et aux grès de la Borne, objets d’une expo­sition actuelle. Les trente ans du musée Estève devraient aussi permettre de rentrer quelques nouveaux produits. En revanche, la boutique du Palais Jacques Coeur, rénovée en 2016, affiche une belle santé avec  environ 150.000 euros de chiffre d’affaires par an.
Berry rép. 15/08/2017, p. 7

(37-Le Grand-Pressigny) La foudre sur le château-musée : le pire a été évité

Alors que les artisans exposants de « L’art et la Matière » étaient en pleine installation, un grand éclair accompagné d’une boule de feu s’est abattu hier matin sur les murs du pont-levis et la toiture de l’orangerie, provoquant un trou dans les tuiles et des chutes de pierres et de morceaux de charpente. Aucun blessé.
NR Tours Agglo, 16/08/2017, p. 4

(45-Orléans) «Le pastel dans tous ses états»
A l'occasion de l'exposition "Jean-Baptiste Perronneau", Valérie Luquet, restaura­trice du musée des Beaux­-Arts spécialisée dans les arts graphiques, propose des visites guidées sur le thème du « Pastel dans tous ses états ». Cette exposition unique présente 151 œuvres – dont 53 pastels – prove­nant de prestigieuses col­lections publiques (musée du Louvre, Rijksmuseum à Amsterdam, National Gal­lery à Londres…) et pri­vées.
Rép. Centre Orléans 12/08/2017, p. 8

(18-Bourges) Six bonnes raisons d’aller se cultiver

Les musées Lallemant, Estève, du Berry et des meilleurs ouvriers de France, le musée de la Résistance et le muséum : six musées ouvrent leurs portes tout l’été à Bourges. Six lieux, six bonnes raisons, pour les touristes et les Berruyers, de découvrir l‘histoire et les richesses de la ville pen­dant la saison estivale.
Berry rép. 10/08/2017, p. 8

Un nouveau site pour les Amis des musées
La Fédération française des sociétés d’amis des musées, à laquelle adhère l’association vierzonnaise, vient de mettre en ligne un nouveau site Internet. Les Amis du musée de Vierzon peut désormais mettre à jour son programme d’activités et présenter ses dernières acquisitions, sa principale mission. Site Internet : salon-dulivredevierzon.e-monsite.com.
Berry rép. 17/08/2017, p. 14

(28-Chartres) Le musée en mode renaissance
Fermé pendant six mois, le musée des Beaux-arts a rouvert le 1er juillet. Plus d’un mois après cette renaissance, le bilan est très encourageant.
Echo rép. 18/08/2017, p. 7

(45-Châteauneuf-sur-Loire) Un patrimoine qui a le vent en poupe

Depuis des mois, le musée de la marine de Loire abrite dans sa cour un chantier naval. Parallèlement, le musée en profite pour proposer aux visiteurs une exposition temporaire sur la construction des bateaux de Loire.
Berry rép. 21/08/2017, p. 8

(45-Gien) Des visiteurs unanimes sur le musée
Les touristes sont venus par milliers découvrir ou redécouvrir le château-musée de la chasse, qui a rouvert après cinq ans de travaux. Seize pièces à visiter, 1 500 objets exposés et 15 000 objets en stock. Lors de la pre­mière semaine (gratuite), 6.000 personnes sont venues, essentiellement des locaux. Au total, depuis avril, le musée a accueilli 17.000 vi­siteurs venus de France et d'ailleurs.
RC Loiret, 19/08/2017, p. 13

(28-Dreux) Une collection riche de 33.597 objets
Commencé en 2008, le récolement du musée d’art et d’histoire vient de se terminer. Première observation du direc­teur du musée, à l’issu de ce ré­colement : « Cela nous a  permis de constater que la collection est en bon état de conservation, en dehors quelques œuvres re­pérées, qu’il faudra restaurer. Le récolement permet de prévoir les restaurations futures par or­dre de priorité. »
Echo rép. 08/08/2017, p. 11

(Bourges) Le muséum d’histoire naturelle est devenu un spécialiste reconnu des chiroptères
Depuis qu’elle a accueilli pour la première fois, en 1991, les rencontres nationales de la chauve souris, Bourges est devenue la capitale des chiroptères. Un statut qu’elle a arraché également en obtenant le détournement de la rocade est de Bourges pour protéger les chauves souris. Depuis, toute l’année, un travail important est mené par le muséum d’histoire naturelle de la ville. Participation à l’Atlas de la biodiversité, pose de gîtes…
Le Berry, 26/08, p.7

Nouvelle destination pour la donation Cligman ?
Selon nos confrères de La Croix (hier), la donation Cligman pourrait prendre le chemin des Pays de la Loire et l’ancienne abbaye royale de Fontevraud. Une conférence de presse, à l’initiative du président LR du conseil régional des Pays de la Loire, est annoncée pour vendredi 1er septembre afin de préciser les contours de cette donation, toujours selon La Croix. Riche de 1.200 oeuvres, la collection Cligman devait un temps s’installer sur le site du musée des Beaux-Arts, avec la construction d’un nouveau bâtiment. Un projet rejeté par la commission nationale des secteurs sauvegardés. Il était ensuite envisagé une installation dans le château de Tours. Des désaccords profonds entre l’ancien industriel et la municipalité de Serge Babary ont mis fin aux discussions en mars. Si la donation Cligman s’installe à Fontevraud, elle  n’aura pas totalement coupé les ponts avec la Touraine si chère à Léon Cligman et à sa femme, l’artiste Martine Martine. Outre le fait que l’ancienne abbaye royale se trouve à quelques kilomètres de la « frontière » avec l’Indre-et-Loire, elle est dirigée depuis quelques mois par un élu municipal de la ville de Tours, Antoine Godbert. Contacté, le conseil régional des Pays de la Loire ne nous a pas confirmé l’information. (intégral)
NR Indre et Loire, 26/08

(Beaune la Rolande) Sur les traces de l’ancien camp

Il y a 75 ans, du 15 août au 27 septembre 1942, les enfants du Vel d’Hiv étaient transférés depuis les camps de Beaune la Rolande  et de Pithiviers à Drancy, avant leur déportation à Auschwitz où ils furent assassinés. Pour commémorer cet épouvantable  événement, le Cercil (Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret) organisait cette semaine, en partenariat avec la municipalité beaunoise, une visite commentée sur les traces de l’ancien camp d’internement beaunois. Plusieurs dizaines d’adultes ainsi que quelques adolescents ont retrouvé en milieu d’après midi Nathalie Grenon, directrice du Cercil, et Jean Richard, président des Amis de l’histoire  de Beaune.
RC Loiret, 27/08, p.11

(Nogent le Rotrou) Un autre regard sur le monument
Aquarelles, huiles sur toile, gravures, eaux fortes, photographies, affiches, objets… Depuis le début de l’été le château Saint Jean expose des oeuvres issues des collections du musée et de ses réserves. Certains documents exposés n’ont même jamais été montrés au public. L’exposition intitulée sobrement Regards d’artistes donne à voir les créations d’une vingtaine d’artistes, plus ou moins connus et d’autres d’anonymes. Leur point commun : ils et elles ont, un jour, et à différentes époques, posé leur regard sur le château. L’exposition qui s’achève le 2  octobre met donc en scène des pièces inédites dont certaines très fragiles, ce qui ne permet pas de les exposer trop longtemps. « L’exposition raconte une histoire, elle confronte les différents points de vue, résume Gwenaëlle Hamelin, directrice du musée. Le visiteur part de la vue panoramique et se rapproche jusqu’à arriver au pied du château. » (intégral)
L'Echo, 27/08

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 29 Aoû - 11:14, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Lun 28 Aoû - 10:28

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Argenton) Des vestiges couvés par le dieu Mercure
Le dieu Mercure a dû surveiller, de son Olympe, les opérations de près. Les vestiges du bâtiment commercial du plateau des Mersans, sur lesquels il veillait depuis l’antiquité, sont totalement mis à jour. Ce travail est l’aboutissement de trois campagnes de fouilles estivales organisées par l’Association pour la sauvegarde du site d’Argentomagus et Amis du musée. Le chantier 2017, dirigé comme les précédents par l’archéologue locale Annette Levasseur, était programmé sur un mois. Depuis le 24 juillet, plusieurs équipes, composées d’étudiants de Bordeaux, Clermont- Ferrand et Poitiers, mais aussi d’enseignants et d’amoureux des vieilles pierres, ont exploré le site, à raison de quinze à dix-huit personnes par semaine. La responsable de l’intervention souligne l’intérêt de cet espace de 600 m2, aménagé à la fin du Ier siècle ou au début du IIe, tout près de la fontaine monumentale. Déjà reperé il y a une cinquantaine d’années par le  docteur Allain, pionnier des fouilles d’Argentomagus, et étudié plus récemment par l’archéologue Françoise Dumasy, il est maintenant entièrement dégagé.
NR Indre, 25/08, p.15

(Vendôme) Fouilles
Des poteries, des ossements, des maçonneries… Des éléments qui dateraient probablement du XIe siècle ont été trouvés la semaine dernière lors des fouilles du site de la collégiale Saint-Georges, chantier aujourd’hui terminé. « On supposait que le site avait été occupé avant la construction de la collégiale mais, si nos hypothèses sont vérifiées, on aurait la preuve d’une occupation à l’époque carolingienne », explique Gaël Simon, archéologue vendômois en charge des recherches, d’ores et déjà prêt à poursuivre les fouilles l’été prochain. (intégral)
NR Loir et Cher, 24/08

(Loches) A la recherche d’une salle du XIe siècle
Ils sont une dizaine à mordre la poussière depuis le 16 août. Deux archéologues dépêchés par le conseil départemental et quelques bénévoles réalisent des fouilles dans le parc du logis royal. Pour la cinquième année consécutive, ils sont à la recherche de vestiges médiévaux ou plus anciens. L’an dernier, Pierre Papin, archéologue responsable du chantier, avait mis en évidence l’existence d’une « grande salle seigneuriale » datant du XIe siècle, située au niveau de l’actuel parc du logis royal. Alors cet été, les fouilles continuent autour du bâtiment.
NR Indre et Loire, 22/08, p.8

(36-Meunet-Planches) Sur les traces d’antiques forgerons
Depuis deux semaines, l’archéologue Nadine Dieudonné-Glad, professeur d’archéologie antique à l’Université de Poitiers, décrypte les secrets de dix fours gaulois du Ve siècle avant notre ère.
NR Indre 14/08/2017, p. 2

(36-Saint-Marcel) Les archéologues en herbe tamisent le passé
Onze enfants ont découvert les techniques de fouilles archéologiques, dans le cadre d’un   atelier pédagogique organisé par le musée d’Argentomagus.
NR Indre 16/08/2017, p. 15

(37-Cormery) Dans les entrailles de l'abbaye de Cormery
Thomas Pouyet, doctorant en archéologie à l'université François-Rabelais de Tours, a initié et dirigé un programme de fouilles, du lundi 24 juillet au samedi 5 août, avec une équipe de huit personnes toutes bénévoles. L'objectif du projet, autorisé et soutenu financièrement par le service archéologie de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) est « d'appréhender l'état des vestiges archéologiques du site par deux sondages : un dans la galerie sud du cloître adossée au mur nord de la nef de l'église abbatiale ; un autre dans la partie nord du transept de l'église accolée à la salle capitulaire », explique le responsable.
NR Tours agglo 10/08/2017, p.14

(28-Chartres) L’archéozoologie pour enfants
Durant tout l’été, les animateurs du service archéologie de la ville s’emploient à expliquer aux enfants ce qu'est l’archéozoologie à travers l’étude des restes d’animaux.
Echo rép. 18/08/2017, p. 8

(37-Loches) Fouilles dans la cité royale : de retour pour la saison 5

Pour la cinquième année, les archéologues sont de retour au Logis royal. Les archéologues du conseil départemental sont à nouveau à pied d’œuvre au fond du parc du Logis royal. La cinquième campagne de fouilles consécutive a débuté mercredi dernier. Tout tourne autour de la grande salle seigneuriale du palais des comtes d’Anjou mise au jour l’été dernier tout près du logis du fou. Ses dimensions gigantesques – 16 mètres de large sur, peut-être, une trentaine de mètres de long – suffiraient à elles seules à donner envie d’en savoir plus sur elle. Cette fois, Pierre Papin, responsable du chantier, a décidé de fouiller sur toute la largeur de cette pièce d’apparat. A l’été 2018, les fouilles s’intéresseront sans doute aussi à la grande cave située derrière les bâtiments de l’entrée du Logis royal.
NR Tours agglo 21/08/2017, p. 15

(41-Vendôme) Gaël Simon, un Vendômois amoureux des ruines

Gaël Simon a toujours voulu faire parler les pierres. Cette semaine, c’est le sol de la collégiale Saint-Georges du château qu’il passait au crible. Après le Lycée Ronsard, une licence d’histoire à Tours, un master, une thèse, Gaël Simon est aujourd'hui membre de la Société archéologique du Vendômois depuis 2012 et enseignant vacataire à l’université de Tours.
NR Loir-et-Cher 20/08/2017, p. 8

(18-Saint­-Thibault) L’épave d’un bateau théâtre de fouilles.
Retrouvée il y a deux ans, l’épave d’un bateau vieux de plusieurs centaines d’années très bien conservé est actuellement le théâtre de fouilles archéologiques menées par le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-­marines (DRASSM). Depuis lundi, les archéologues s’attachent à extraire la cargai­son de l’épave. « Il y a une quarantaine de blocs de pierre en partie taillés ainsi que des ar­doises. Ce chargement était très proba­blement destiné à une construc­tion pour un édifice prestigieux comme un château, une église ou une abbaye. »
Berry rép. 09/08/2017, p. 16

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 28 Aoû - 11:19, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Lun 28 Aoû - 10:29

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

Le Châteauroux d’hier vit sur la toile aujourd’hui
Ils sont aujourd’hui 3.000 à échanger autour des clichés publiés. La gare, le palais de justice, le parc des Capucins. Des photos en noir et blanc, souvent, issues de collections personnelles, où se mêlent cartes postales et photos personnelles. Ce sont ses propres clichés que Jean-Christophe Vernet, Castelroussin de naissances et passionné de photo, a commencé à publier dans le groupe. « Avec mon père, on s’est mis très tôt à la photo ; on a fait nos propres pellicules en noir et blanc qu’on développait ensuite. » La famille n’a rien manqué des événements de la ville. Une histoire contemporaine dont il n’a encore montré qu’une infime partie. « Il faut tout numériser… » Une charge de travail incalculable alors que l’animation de ce groupe lui prend aussi beaucoup de temps. « La règle, c’est de ne publier que des photos de Châteauroux ; on accepte aussi Déols et Saint-Maur parce que c’est à côté mais pour le reste du département, il y a d’autres groupes pour ça. » Si l’administrateur a commencé en invitant quelques amis, les contributeurs les plus fidèles sont des passionnés qu’il n’a pas encore rencontrés. « Il me tarde, certains ont vraiment des perles. »
NR Indre, 25/08, p.8

(Blois) Les scientifiques garants de l’esprit “ Renaissance ”
N’en déplaise à Félix Duban, le château royal de Blois est désormais bel et bien meublé. Restauré par l’architecte français dès 1843, celui ci préférait les salles épurées de sorte que son – remarquable – travail soit mis en valeur. C’est dans cet esprit, après la nouvelle campagne de restauration des années 1990 à 2000, que le château pouvait se visiter. Depuis l’arrivée en 2005 d’Élisabeth Latrémolière, conservateur en chef, le château s’est lancé un nouveau défi : reconquérir un public – 227.000 visiteurs en 2005 – désireux de découvrir la vie à la cour. Dotée de 35.000 oeuvres, la collection du château a de quoi nourrir l’ensemble des pièces, d’autant que celle-ci, via la Société des amis du château,  continue à s’enrichir de nouveaux meubles sous contrôle de l’équipe scientifique. Le musée lapidaire, le musée des beaux-arts, ainsi que les expositions temporaires bénéficient, elles aussi, de la richesse des réserves ainsi que de prêts extérieurs.
NR Loir et Cher, 25/08, p.6

(Tours) A la découverte de l’Art déco sur les façades de la ville
Les flâneries d’été donnent l’occasion de lever les yeux et de poser un regard – presque de touriste – sur sa ville. Ainsi, si l’on prend la thématique Art déco, Tours offre de beaux exemples de ce mouvement artistique né au cours des années 1910 et qui a pris son plein épanouissement au cours des années 1920 avant de décliner à partir des années 1930.
NR Indre et Loire, 25/08, p.9

(Razines) L’église Sainte-Catherine en péril

L’église Sainte-Catherine a connu une affluence peu ordinaire dimanche dernier. Une cinquantaine de personnes avaient répondu à l’invitation de Guilmine Eygun, présidente de la toute jeune association des Amis de l’ancienne église. Sous la conduite de René-Charles Guilbaud, historien d’art, les visiteurs ont pu mesurer l’état de délabrement de l’édifice. « Sainte-Catherine, église paroissiale, est évoquée dans un écrit de 1106. Au fil des siècles, elle a subi des transformations, non datées précisément. Éloignée du bourg, elle est désaffectée en 1860. Elle est ensuite vendue à un particulier et servira de grange. La commune l’a rachetée il y a quelques années, et elle est inscrite aux Monuments historiques », a détaillé l’historien. Aujourd’hui, la nef a disparu. La toiture, la charpente, les couronnements des façades et le porche sont fortement endommagés. La municipalité a diligenté une étude pour une restauration d’ensemble, qui se chiffre à hauteur d’un million d’euros. Pour Guilmine Eygun et ses amis, l’urgence est de mettre le bâtiment hors d’eau. Pour cela, des financements, institutionnels ou privés, doivent être recherchés : appel au mécénat, aux dons de particuliers, financement participatif… Toutes les pistes seront explorées.
NR Indre et LoireW, 25/08, p.15

(Oulins) Un été prometteur pour la guinguette

Au début de l’année, la municipalité d’Oulins lançait un appel afin de trouver un gérant pour occuper les locaux de la guinguette située en bordure des étangs des Vingtaines. Doté d’un cadre idéal et de nombreux atouts dont une charmante terrasse au bord de l’eau, l’établissement allait séduire quelques mois plus tard Christiane Pichard, tentée par l’aventure. La guinguette attire tous ceux qui veulent passer du bon moment autour des étangs. Mais, elle pourrait aussi devenir un lieu incontournable dans le tourisme local grâce à son architecture. Les lieux sont désormais inscrits dans la liste du ministère de la Culture sous le label du patrimoine du XXe siècle. Une plaque située juste à l’entrée de la guinguette rappelle cette distinction qui a pour objet d’identifier les constructions dont l’intérêt architectural justifie de les transmettre aux générations futures.
L'Echo, 24/08, p.14

(Chassant) Les joyaux de l’église s’exposent au public
Les membres de l’association des Amis de l’église Saint Lubin ont assuré l’ouverture de l’édifice durant les deux mois d’été. Depuis le premier dimanche de juillet, ils se relayent pour guider les visiteurs. L’association a été fondée sous l’impulsion de Mathilde Bacchi en 1992. Avec le soutien de la commune, les subventions et les dons, elle est parvenue à mener à bien un travail combinant restauration du bâtiment sous la direction des Bâtiments de France, rénovation des statues et du mobilier par des artisans ou des bénévoles de l’association et commande d’oeuvres à des artistes contemporains, tel le vitrail de Saint Lubin, le tableau du retable ou les porte cierges. Dimanche 27 août sera le dernier jour de visite.
L'Echo, 24/08, p.18

(Déols) L’abbaye poursuit sa mue

Pour le moment, treize sont déjà installés et deux autres arriveront sous peu. Les panneaux d’explication, écrits en version française et anglaise, sont désormais présents tout autour de l’abbaye de Déols. Devant le clocher, l’ancienne nef, la crypte ou encore devant la salle au trésor, ces nouveautés donneront certaines informations essentielles aux touristes, dont des illustrations représentant les bâtiments de l’époque, un fléchage et un sens de parcours. « On voyait souvent des gens venir lire le seul panneau présent et puis s’en aller, explique Andy Chambon, responsable du site. C’est donc à eux que tous ces panneaux s’adressent, qu’ils puissent faire le tour de l’abbaye et comprendre, s’imaginer ce qu’elle était à l’époque. Mais ces panneaux sont aussi complémentaires des visites guidées, ils serviront de support. » Tous les panneaux sont libres d’accès, à l’exception de ceux à l’intérieur du cloître qui nécessite de passer par le musée.
NR Indre, 24/08, p.10

(Mérigny) Les Amis de Mérigny inquiets
Le bureau, membres et adhérents de l’association des amis de Mérigny et de ses environs ont tenu leur assemblée générale vendredi, salle du Prieur, présidée par Jean-Claude Fillaud. Deux points préoccupants ont ensuite été évoqués. En premier lieu, les travaux de restauration des vitraux de la  chapelle Bellusson tardent trop. « Un seul des six vitraux a été restauré, alors que le projet a été totalement financé. » Par ailleurs, l’association déplore « le manque d’intérêt que le Parc de la Brenne, pourtant propriétaire, porte à la chapelle de Plaincourault, joyau de notre patrimoine. Il est vrai que l’édifice, dans son écrin de verdure, constitue un lieu absolument remarquable. » L’association porte ses espoirs sur la toute nouvelle direction du Parc. « Il y a urgence, certaines dégradations vont devenir irréversibles », a-t-il été souligné.
NR Indre, 24/08, p.12

(Chambord) Un fossé énigmatique sur la grande promenade
L’ouverture de la grande promenade de Chambord, au printemps dernier, a permis aux premiers promeneurs de découvrir un ouvrage hydraulique insolite connu sous le nom de « grand fossé ». La partie la plus spectaculaire se trouve le long du cheminement piéton ou cycliste qui relie les routes de Huisseau-sur-Cosson et Bracieux, à proximité de l’étang de la Faisanderie. Il s’agit d’une tranchée atteignant jusqu’à dix mètres de profondeur, bordée par un haut talus constitué des matériaux extraits lors de la construction. Ce tronçon est le mieux conservé, mais il n’est pas unique. D’autres ont été identifiés qui composent avec lui une sorte d’arc de cercle très aplati prenant son origine sur le cours du Cosson au niveau de la ferme du Pinay (limite Est du domaine) et aboutissant dans la même rivière en aval du château, près du pavillon de la Chaussée-Lecomte (limite ouest). Deux ponts au moins le franchissent.
NR Loir et Cher, 23/08, p.3

(Lochois) Des logis tout aussi royaux…
Il n’est vraiment pas du genre à se dévoiler d’emblée. Le château de La Guerche, dans la commune du même nom, aime à garder ses mystères. On entre par un  portail à quelques pas de la mairie et, dans un premier temps, on ne voit rien. Rien qu’une étendue à la verdure reposante. Traverser le parc du château est un bonheur en soi. Puis l’on découvre l’édifice par sa face médiévale : celle qui rappelle que ce château fort a été construit au XVe siècle. Les impacts bien visibles laissés par les arquebuses sur ses murs le rappellent si besoin. Pourquoi un château aussi imposant dans un petit village ? La raison coule juste à côté : la Creuse, qui a de tous temps constitué une frontière naturelle, a fait de ce site un endroit stratégique. Outre la cité royale, le Lochois regorge de monuments superbes quand on se lance hors des sentiers battus.
+ ••• L’harmonie à travers les siècles
+ ••• Une perle sur un éperon
NR Indre et Loire, 22/08, p.16

(28-Chartres) «C’est plus long que ce que je pensais»

Attendu par les Chartrains, le projet de restauration de la Porte Guillaume est ambitieux, et les étapes avant qu’il ne commence sont longues et rigoureuses… Pour l’instant, les fouilles ar­chéologiques ont déjà été me­nées, et le terrain a été comblé. La prochaine étape, à la rentrée, va consister à trouver le maître d’œuvre. « C’est un chantier qui ne doit rien coûter aux Char­trains, martèle l’adjoint au mai­re. On cherche donc des mécé­nats par sponsoring ». Plusieurs pistes sont en cours ­ dont la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et Bouygues ­ et l’élu espère que ce point­-là sera réglé fin 2017/début 2018. Puis, une phase de diagnostic, et une étude complémentaire à l’étude préalable menée en 2010 par Patrice Calvel, l’ancien architec­te en chef des Monuments his­toriques, sera réalisée. Le dossier sera ensuite instruit par la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles), et le préfet de région, pendant six mois. La singularité de ce program­me de restauration, c’est qu’il prévoit un chantier école, qui permettra de former les élèves de lycées professionnels de Chartres et CFA aux savoir-­faire de l’époque médiévale.
L'Écho rép. 16/08/2017, p. 5

(37-Loches) La collégiale Saint-Ours se refait une beauté
Altérée par l’humidité, l’église Saint-Ours fait, depuis fin mai, l’objet d’une restauration extérieure. Des travaux sans incidence sur l’accès au public.  Le budget initial, comprenant la phase de diagnostic et les trois opérations ayant débuté cet été, s’élevait à 300.000 €, partagés entre la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles), le conseil départemental et la municipalité de Loches. Cependant, cette enveloppe « ne permet pas de traiter tous les points de fragilité », concède Stéphane Blond,  adjoint à la mairie chargé du patrimoine. « Il faudra lisser le budget » afin d’assurer à l’église « une pérennité pour les prochaines années », poursuit-il.
NR Tours Agglo, 12/08/2017, p. 18

Blois (41) : que sont devenues les anciennes gares ?

En plus de la gare principale, la ville a compté plusieurs autres gares, dont les bâtiments ont été transformés ou détruits.
NR Loir-et-Cher 14/08/2017, p. 5

(45-Olivet) C’est l’opération restauration
Au total, six tableaux (sur les neuf prévus au programme) ont déjà été restaurés depuis le début du programme initié  par la ville, propriétaire des œuvres, en 2013.  Deux nouveaux tableaux de l’église Saint­-Martin se­ront bientôt restaurés. Ils iront rejoindre, en septembre, dans l’Aube, l’atelier de Valérie Tré­moulet, restauratrice pro­fessionnelle d’œuvres peintes qui a déjà travaillé pour la ville d’Olivet.
Rép. Centre Orléans 13/08/2017, p. 10

(45-Le Neuville-sur-Essonne) Le Château des deux tours bichonné
Pour la deuxième année consécutive, le Théâtre des Minuits, compagnie artistique, a fait appel à l’Union Rempart et à des béné­voles pour la restauration des vestiges du Château des deux tours, implanté dans son en­ceinte
Rép. Centre Orléans 13/08/2017, p. 12

(28-Saint-Piat) Au secours de la briqueterie

Michèle Martin, mai­re de Saint­-Piat, ac­compagnée de son premier adjoint, Albert Marsot, de quelques con­seillers et de Régis Martin, architecte des Bâtiments de France, a fait visiter la briqueterie Lambert, à Saint-­Piat, à la préfète d’Eure­-et-­Loir, Sophie Brocas, hier après­-midi. La municipalité a décidé d’acquérir ce bâtiment en voie de complet délabre­ment, en  l’achetant à la famille Lambert pour un euro symbolique ou en faisant l’acquisition du bien par donation. La Ville insiste sur le fait que les accès autour de la brique­terie devraient faire partie de la transaction pour une éventuelle redéfinition des lieux.
Première urgence : mettre le site hors d'eau avant l'hiver. Or, pour cela, il faut compter sur un budget de 300.000 € et même en ta­blant sur un gros volume de subventions, il resterait au moins 80.000 € à la charge de la commune. Si la commune, une fois propriétaire, met le bâti­ ment hors d’eau grâce à un emprunt ou une sous­cription, il lui restera à procéder à sa remise en état totale, qui est pour l’instant encore envisagea­ble, mais qui coûterait, toujours selon l’architecte, la somme de 1.7 million d’euros.
L'Echo rép. 10/08/2017, p. 5

(36-Le Blanc) L’église, vrai patrimoine et boutique éphémère

Restaurée en 1985, Saint-Cyran (12e siècle) est devenue l’écrin d’une salle d’exposition et, pour la seconde année, d’une boutique de produits locaux. Les œuvres de Vital Angot, sculpteur forgeron côtoient les foulards Lebrun, les céramiques de Bruno Giraud et Claire Roques, les sacs en maroquinerie et paniers de fabrication locale. Des produits alimentaires du territoire tiennent également une place importante. Écomusée, église et boutique de produits locaux contribuent ensemble à l'économie locale.
NR Indre 10/08/2017, p. 18

(37-Amboise) “ La Prophétie d’Amboise ” se poursuit au château

Après un démarrage un peu difficile la montée en puissance du spectacle nocturne (avec deux cents figurants et des effets spéciaux de projections monumentales) redonne le sourire aux organisateurs. De séances en séances, le nombre de spectateurs augmente pour arriver à un spectacle à guichet fermé le 2 août dernier.
NR Tours agglo 10/08/2017, p. 15

(41-Cheverny) A Troussay, entre souvenirs familiaux et exotiques

Parti de zéro en 1900, le mobilier du château de Troussay s’est recréé au gré des héritages et des voyages des membres de la famille.
NR Loir-et-Cher,  10/08/2017, p. 5

(18-Nozières) La statue de l’évêque sera restaurée

La commune lance, avec la Fondation du Patrimoine, une souscription pour pouvoir conserver et restaurer la statue d’un évêque, mise au jour l’an dernier avant les travaux à l’église. Le montant de l’opération est estimé à 7.000 euros. Sur les conseils de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), Nozières a choisi Laure de Guiran installée à Montlouis-­sur-­Loire (Indre­-et­-Loire) pour réaliser les travaux.
Berry rép. 20/08/2017, p. 14

(28-Châteaudun) De « précieux témoins du passé »
La Société dunoise conserve deux plans originaux de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire dans son fonds patrimonial. Les deux plans de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret) ont été dessinés à la fin du XVIIIe siècle par Jean Alexis Merlet (1760- 1822). Une reproduction sur panneaux pour une exposition est envisagée.
Echo rép. 20/08/2018, p. 12

(36-Lurais) Les vertus combinées de la chaux et du chanvre

L’opération Patrimoine basse consommation diligentée par le parc naturel régional de la Brenne, compte déjà deux chantiers de référence : une maison vigneronne de Thenay et l’immeuble Petit-Jean de Rivarennes, primé en 2016 au palmarès des bâtiments biosourcés de la région Centre. Cette expérience grandeur nature destinée à démontrer l’efficacité de solutions d’amélioration thermiques utilisant ces matériaux écologiques se poursuit actuellement au bourg de Lurais.
NR Indre 17/08/2017, p. 3

(36-Châteauroux) Usine Balsan : un bâtiment ravagé par le feu
Un incendie a détruit la toiture d’une aile classée destinée à accueillir les écoles d’infirmières et d’aides-soignantes. L'alerte a été donnée, jeudi, vers 21 h 45. 500m 2 environ de bâtiment sont partis en fumée. Pas question de raser le bâtiment. « Il est classé à l’inventaire des Bâtiments de France, souligne Ronald Chapuis, directeur général adjoint des Bâtiments, à Châteauroux Métropole. Il est destiné à être rénové. Il va vite falloir refaire une couverture pour protéger les murs en moellon et éviter que ça ne se détériore plus et que les murs tombent.» La toiture devait de toute façon être refaite. Mais les travaux seront donc plus conséquents puisque la charpente est partie en fumée, tout comme une grande partie du plancher et les poutres qui le soutenaient, entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Les pompiers ont dû intervenir à nouveau samedi vers 14h pour neutraliser une reprise du feu.
NR Indre 19/08/2017, p. 4 - 20/08/2017, p. 4

(37-Artannes-sur-Indre) L’église Saint-Maurice en travaux

Plusieurs entreprises interviennent sur cette première tranche des travaux de l'église : l'entreprise Hory-Chauvelin va procéder au remplacement des pierres du clocher ;  l’atelier Van-Guy, doit changer des vitraux cassés, nettoyer les existants et procéder à la réfection du vitrail classé du XVIe siècle avec pose d'une protection ; Acanthe Patrimoine, est intervenu sur les peintures murales pour les consolider et protéger des peintures datant du XIVe siècle, mises au jour par les architectes. C'est Claire Bourget, du cabinet d'architecture Atelier 27, qui pilote les travaux, qui devraient être terminé fin septembre pour un montant de 135.000 €. l'Association du patrimoine artannais qui sont les principaux apporteurs de donations.
NR Tours et agglo, 17/058/2017, p. 15

Chaumont attire toujours plus de visiteurs
Le Domaine de Chaumont-sur-Loire voit sa fréquentation progresser de plus de 10 % cet été. Fort de trois pôles – le château offrant un superbe balcon sur la Loire, le Festival international des jardins reconnu dans le monde entier et le Centre d’art contemporain mêlant culture et nature – le Domaine a de quoi séduire un large public.  Actuellement, la moitié de nos visiteurs sont originaires de la région Centre et nous avons, en tout, 70 % de Français, précise la directrice. Son objectif est d'attirer davantage de visiteurs étrangers notamment asiatiques.
NR Loir-et-Cher 17/08/2017, p. 3

(45-Dimancheville) Des fresques du XIIIe siècle mises au jour !
Lors de la restauration des hauteurs intérieures des peintures murales des XIIIe et XVIIe siècles ont été mises au jour. L’une d’entre elle représente la cène, le dernier repas du Christ, les autres, au­ des­sus du maître­-autel, lais­sent deviner un Christ en gloire et deux anges… Ces fresques vont faire l’objet d’une campagne de restauration qui débutera à l’automne. Une présen­tation du programme sera faite aux représentants des partenaires, le 17 septem­bre à 10 h 30.
RC Loiret 21/08/2017, p. 11

(45-Malesherbes) Malesherbes,le patrimoine au cœur
La porte de l’ancien jardin botanique et le Lavoir des Tanneurs vont être mis en valeur pour dynamiser l’attractivité de la ville et fédérer les habitants autour d’un projet commun.
RC Loiret 17/08/2017, p. 10

(45-Fleury-les-Aubrais) Ils ont retapé leur vieille loco de 1946
L’Amicale des anciens et amis de la traction vapeur Centre-Val de Loire a démonté, nettoyé et graissé cette vieille dame (il n'en existe que 5 en Fr. Cette loco à vapeur a été fabri­quée aux États-­Unis. Elle fait partie des quelque 1.300 machi­nes livrées en urgence à la Fran­ce entre 1945 et 1947, après que la moitié du parc de la SNCF a été détruit (déraillement, bom­bardements, vols). En France, il n’en reste que cinq. Deux seulement sont en état de rouler. L’une d’elles se trouve à Fleury-­les-­Aubrais et s’apprête à embarquer à nou­veau des passagers le 16 sep­tembre.
RC Orléans 09/08/2017, p. 16

(36-Châteauroux) L’histoire de Balsan se construit sur Internet

La famille Balsan qui se réjouit de la reconversion de l’ancien site industriel de Châteauroux, a mis en ligne sur Internet les belles pages de cette histoire. Après l’ancienne Manufacture Royale du Parc, créée en 1751 par Louis XV, il faut rappeler que l’entreprise Balsan (rachat du site par Pierre Balsan, en 1859) a contribué au développement de Châteauroux pendant plus d’un siècle avec près de 1.200 employés en 1900. C’est en 1988 que la Ville rachète ce qui est devenu une friche industrielle. Il faudra attendre 2010 pour le lancement de Campus Centre, après le rachat d’une partie du site par la CCI.
NR Indre 08/08/2017, p. 9

(Saint Amand) La sculpture le Paysan et le Forgeron installée sous la halle

Surprise samedi matin pour les commerçants et promeneurs du marché. L’oeuvre du sculpteur saint amandois ÉmileAndré Leroy, datant de 1939, est désormais installée au fond de la halle, sur un socle. Elle a été dévoilée vendredi après midi après une restauration qui a duré plusieurs mois. La sculpture le Paysan et le Forgeron, qui se trouvait auparavant juste à côté de l’entrée de la salle des Actes de la mairie, avait été enlevée avec précaution en octobre 2016. Elle avait alors bien besoin d’un entretien. « Elle était très sale et abîmée », indique l’adjointe au maire en charge des affaires culturelles Élisabeth Mériot. L’entreprise Jacquet de Bourges a redonné une nouvelle jeunesse aux deux géants de 2,30 mètres environ. La main droite du paysan à laquelle il manquait plusieurs doigts a été reconstituée et les expressions du visage qui avaient été érodées par le temps ont refait leur apparition. Il suffit de lever les yeux pour les voir ! (intégral)
Le Berry, 31/07

(Chinon) Elle détient les clés de la forteresse
La forteresse royale de Chinon, elle en connaît tous les recoins, tous les passages secrets. Cela fait une vingtaine d’années que Marie Brossard fait faire le tour du propriétaire aux visiteurs curieux, aux touristes de passage, impressionnés par la majesté du monument historique. Mais la fringante guide a un rapport très particulier avec les lieux : ses grands-parents maternels, qui habitaient sur place, ont été les premiers à faire visiter la forteresse dans les années 30. A l’époque, le conseil départemental ouvre le lieu au public après une prise de conscience de son potentiel touristique. Par la suite, sa maman est née au sein même de la tour de l’Horloge, comme deux de ses oncles. Malgré tout, Marie ne souhaite pas que cette histoire familiale exceptionnel le prenne le pas sur sa passion pour le patrimoine et l’architecture.
NR Indre et Loire, 31/07, p.6

(Saint-cyr-sur-loire) Les cloches retrouvent Sainte-Julitte
A la mi-juin, les deux cloches de l’église Saint-Cyr-Sainte-Julitte étaient sorties du clocher et le beffroi, démontées pour une restauration effectuée dans les ateliers de l’entreprise Bodet, dans le Maine-et-Loire, seule entreprise française qui effectue la rénovation de cloches. Mardi, l’entreprise a procédé à la réinstallation des deux cloches dans le beffroi de l’église. La plus grosse des deux, qui pèse 200 kg, a été entièrement restaurée, passant dans un four à 600° et subissant la restauration de ses ornementations. La plus petite, qui avoisine les 150 kg, a fait l’objet d’un simple nettoyage. Une seconde jeunesse nécessaire pour les deux cloches datées de 1859, faites d’airain (alliage de cuivre et d’étain). C’était la première fois qu’elles quittaient leur beffroi. On peut supposer qu’elles ne reprendront pas de sitôt la voie des airs, l’entreprise Bodet garantissant la restauration de cloches à vie. Le beffroi a été refait à neuf par la même entreprise.
NR Indre et Loire, 31/07, p.12

(champigny-sur-veude) L’état de la Sainte chapelle inquiète l’association Avec

L’assemblée générale de l’Association de valorisation de l’environnement de Champigny (Avec) a été l’occasion de revenir longuemment sur le dossier de la chapelle. Jean-François Perdereau, président, a fait le point sur les démarches entreprises. « Voilà quatre ans que le rempart s’est écroulé et que le dôme troué de la tour menace de s’effondrer. Nous avons eu un entretien avec le directeur adjoint de la conservation des Monuments historiques. Il nous a indiqué que le code du patrimoine oblige les propriétaires d’un monument historique à l’entretenir. Des subventions publiques, à hauteur de 50 % du coût des travaux sont accordées. » Devant le silence et l’inaction des propriétaires, une procédure de travaux d’office pourrait être engagée par l’Etat pour mettre en sécurité l’édifice afin qu’il cesse de se dégrader.
NR Indre et LoireW, 31/07, p.15

(Dadonville) Plongez dans l’univers d’un précurseur

Il se situe au 1 rue Duhamel du Monceau, comme un symbole. Le château de Denainvilliers, sur la commune de Dadonville, n’est pas le plus connu et recèle de secrets, au point d’être classé Monument historique. La demeure date du début du XVIIe siècle. Henry-Louis Duhamel du Monceau y a habité durant des années. Météorologue, chercheur, écrivain, membre de l’académie des sciences à partir de 1727, cet homme a, de par ses inventions, fait le bonheur de la région. Olivier de Pelet, propriétaire du château, fait visiter au public les pièces où Henry-Louis Duhamel du Monceau a vécu. Les pièces ouvertes au public sont d’origines.
RC Loiret, 26/08, p.10

(Chartres) La borne du blé réapparaît en ville

Elle a été installée le long du tertre de la Poissonnerie à Chartres, sans tambours ni trompette, durant le mois de juillet. Les touristes qui passent par là y jettent très souvent un oeil admiratif. L’oeuvre a fière allure. Cette ancienne borne rehaussée d’une construction en vitrail représentant la cathédrale de Chartres est signée de l’artiste plasticien Serge Ganachaud, qui pour la petite histoire a élu récemment domicile dans un appartement en face, sans le savoir. « C’est moi qui l’ai dessinée, mais ce sont les ateliers Loire qui l’ont réalisée », tient à préciser l’artiste, qui a travaillé pour la Ville de Chartres à partir de 1987, en tant que plasticien scénographe. L’oeuvre a été conçue avec une dalle de verre de 22 millimètres, de la résine et de la pierre de Berchères. « La pièce a été commandée peu de temps après notre arrivée à la mairie et confectionnée sur une borne ancienne qui était stockée, à l’époque, à la ferme de la Renaissance, à Nogent le Phaye », explique Daniel Guéret, adjoint au maire.
L'Echo, 26/08, p.8

(Châteaudun) Le musée abrite du verredragon
Châteaudun ne ressemble pas du tout à Peydragon, l’île que l’on a découvert dans la saison 7 de la série télé américaine Game of Thrones. Mais elles ont un point commun. Elles abritent toutes deux du verredragon, une roche volcanique capable de blesser les Marcheurs blancs, ces terribles créatures de glace et leur armée de zombies qui menacent le monde des hommes. Le verredragon, qui aurait été créé par les dragons et leur feu magique, est plus communément appelé obsidienne. Et le musée des beaux arts et d’histoire naturelle de Châteaudun ne connaît que cette seule dénomination. « Je ne connais pas du tout cette série », avoue Anna Rodriguez, chargée des animations au musée. Par contre, elle sait très bien que les réserves du musée contiennent de l’obsidienne : « Nous possédons deux pointes de flèche taillée en obsidienne. La première est noire, l’autre est verte et une partie latérale est manquante. Elles proviennent d’Amérique et sont issues de la collection du marquis de Tarragon, à qui l’on doit les quelque 3.000 oiseaux et mammifères naturalisés de notre collection d’ornithologie. » Roche à l’éclat vitreux, l’obsidienne a une structure amorphe qui permet une taille facile.
L'Echo, 26/08, p.8

(Chateauroux) Le tourisme castelroussin renouvelle ses totems
Les premiers totems touristiques ont été installés à Châteauroux en 1997, sous l’impulsion de Pierre Josse, maire-adjoint à la culture pendant le mandat de Jean-Yves Gateaud. A chaque époque, son style. Vingt ans plus tard, leur design a fait son temps. C’est pourquoi ils ont été remplacés par des panneaux davantage « modernes et élégants, pour renforcer l’attractivité du territoire », détaille Alexis Rousseau-Jouhennet, directeur de l’office de tourisme de Châteauroux. « On a regardé ce qui se faisait ailleurs, notamment à Tours. On a fait appel à l’entreprise Besson qui a réalisé, pour Châteauroux, un modèle de totem unique. L’impression a été réalisée par Sprint Sérigraphie, à Déols. » Mieux qu’un simple remplacement, tout a été repensé. Un petit groupe de travail a été constitué, avec Anna Sabathé, guide conférencière à l’office de tourisme ; Lucien Lacour, président de l’association Les Amis du Vieux Châteauroux ; Jean-Louis Cirès, responsable des archives municipales, et Christophe Le Bris, du service communication de Châteauroux Métropole. De nouveaux textes ont été écrits, traduits en anglais, enrichis, pour chacun, d’une illustration, et de nouveaux emplacements déterminés, afin d’être davantage identifiés.
NR Indre, 26/08, p.8

(Loches) Le nouveau look de la cité royale

Finis l’escalier et la montée directe au premier étage du Logis royal. Lorsque le nouveau parcours de visite sera ouvert, le public entrera dans l’édifice par une porte à peu près au milieu du Logis (*) et commencera sa découverte au rez-de-chaussée, aujourd’hui fermé au public, par une salle d’interprétation sur la droite. Là, le visiteur aura accès à une maquette présentant les monuments de la cité royale et plus particulièrement le Logis et le Donjon. Par ailleurs, sur les murs, seront présentées les principales personnalités qui ont marqué les lieux (Agnès Sorel, Charles VII…). Le Département va investir 1,1 million d’euros sur trois ans pour refaire le parcours de visite du Logis royal et du donjon. Il vient de lancer un appel d’offres pour des « travaux d’accompagnement » dans le cadre de la restructuration de la scénographie au logis royal et au donjon. Début du chantier prévu en novembre de cette année.
(*) A peu près à l’endroit où s’achève le Logis royal le plus ancien (XIVe siècle) et où commence le plus récent (XVe).
+ ••• “ Donner les clés de lecture du donjon ”
NR Indre et Loire, 26/08, p.20

(Villages Vovéens) José Gili va restaurer le Christ de l’église

José Gili a peint de très nombreuses toiles et créé de nombreuses écoles en France. Ce peintre et sculpteur flamand, de renommée internationale, vit et travaille à Prasville. Il a récupéré le tableau qu’il a offert à l’église de Voves pour le restaurer. José Gili s’est très tôt lié d’amitié avec l’ancien curé de Voves, Bernard Perthuis, aujourd’hui décédé. Ce dernier venait souvent le voir et admirait ses toiles. Le peintre lui a alors proposé de lui donner un tableau du Christ pour son église. Intitulé Le Christ qui règne dans l’église et sur la terre, ce tableau peint en 1986 a rejoint l’église de Voves en 2009, mais son emplacement était sans doute inapproprié car trop accessible. Il a été récemment abîmé, certains visiteurs l’ayant gratté de manière irréversible dans sa partie basse. L’artiste a donc récupéré le tableau afin de lui redonner sa lumière et son aspect originel
L'Echo, 27/08, p.7

(Saint Marcel) L’entreprise sinistrée reste bien charpentée
En partie scalpée, l’ancienne fonderie du Moulinet a échappé au pire. L’ossature calcinée de sa charpente atteste de la violence de l’incendie qu’elle a subi, le 7 août, mais ses murs restent debout et la SCI Azela, propriétaire des lieux, effectue déjà les démarches nécessaires à sa restauration. « Il s’agit d’une structure historique, qui a marqué l’histoire locale », souligne Jean-Philippe Duval, gérant de cette société spécialisée dans la location de terrains et de biens immobiliers. Le bâtiment a en effet été construit en 1890 et a été occupé durant 112 ans par une fonderie.
+ ••• Un patrimoine à sauvegarder
NR Indre, 27/08, p.9

(Vendome) Promenade historique le long des petits clous

Entre le circuit « Au coeur de la ville » et celui menant au château surplombant Vendôme, pour ce bol d’air en centre-ville, notre choix se porte sur le second. Plus excentré du coeur de la ville, il promet quelques efforts physiques, mais aussi des lieux et paysages peut-être plus insolites. Un passage à l’office du tourisme pour récupérer la brochure bien fournie « Au fil de la ville » et nous voilà lancés sur les traces des petits clous dorés et fléchés.
+ ••• Des carnets de jeux pour les plus jeunes
NR Loir et Cher, 27/08, p.8

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Mar 29 Aoû - 9:56

Source : lemonde.fr

A Malaga, la renaissance par les musées

Une succursale du ­Centre Pompidou de Paris, une autre du Musée russe de Saint-Pétersbourg, une antenne du Musée Thyssen de Madrid, un centre d’art contemporain… S’il pouvait voir les grands musées dont s’est dotée Malaga, sa ville natale, Pablo Picasso n’en croirait sans doute pas ses yeux. Le ­peintre espagnol avait essuyé, en 1954, le refus du gouverneur militaire de Malaga d’héberger, dans un musée local, le contenu offert en donation de deux camions remplis de ses œuvres. La dictature ne lui avait pardonné son Guernica ni ses gravures Sueño y mentira de Franco (« Rêve et mensonge de Franco »), son engagement communiste et son art ayant été jugés anticléricaux et pornographiques.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/08/23/a-malaga-la-renaissance-par-les-musees_5175426_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Mar 29 Aoû - 10:27

Source : lefigaro.fr

Suisse: un tableau inédit de Gustave Courbet légué au canton du Jura

Jusqu'à présent inconnue des historiens de l'art, l'huile sur toile baptisée Paysage du Jura a été redécouverte en 2015. Estimée à plus de 260.000 euros, elle appartenait à une famille d'origine delémontaine et va être exposée au Musée d'art et d'histoire du canton Suisse.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2017/08/26/03015-20170826ARTFIG00006-suisse-un-tableau-inedit-de-gustave-courbet-legue-au-canton-du-jura.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Mar 29 Aoû - 10:52

Source : lefigaro.fr

La BnF veut redorer son salon Louis XV

Surnommée le «cabinet des bijoux» et située rue de Richelieu, à Paris, la pièce a été démontée pour être restaurée. L'établissement lance une souscription.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2017/08/25/03004-20170825ARTFIG00194-la-bnf-veut-redorer-son-salon-louis-xv.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Mar 29 Aoû - 11:03

Source : latribunedelart.com

Une entrée du XVIIIe siècle des catacombes menacée de destruction

Un scandale patrimonial menace, à nouveau, d’impliquer la Ville de Paris.
Lors du chantier préparant le futur musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin qui sera installé dans la barrière d’octroi de Claude-Nicolas Ledoux, place Denfert-Rochereau, les ouvriers sont tombés sur une découverte inattendue, mais à laquelle on pouvait tout de même s’attendre !
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/une-entree-du-xviiie-siecle-des-catacombes-menacee-de-destruction

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Mar 29 Aoû - 11:03

Source : latribunedelart.fr

La grande misère des fontaines parisiennes

L’abandon du patrimoine parisien par la municipalité d’Anne Hidalgo n’est pas seulement celui des églises. Ce sont bien, peu ou prou, tous les monuments historiques appartenant à la Ville de Paris qui sont menacés, faute d’entretien. Nous avons ainsi enquêté sur les fontaines parisiennes. Et nous sommes allé les voir une par une (soit environ 200 fontaines, dans tout Paris), pour vérifier leur état, mais aussi si elles fonctionnaient ou non. Et le résultat est édifiant, comme nous le démontrons ici, en complétant notre article par une carte Google.
Lire la suite : Revue de presse (7-28 août 2017)

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Mar 29 Aoû - 11:07

Source : latribunedelart.fr

Une initiative originale pour sauver le château de Paluel

Devant les difficultés que connaît le patrimoine historique français, trop souvent négligé par les pouvoirs publics, certains ont de la volonté, et des idées. C’est ainsi que l’association « Adopte un château », créée il y a deux ans, se propose comme son nom l’indique d’impliquer tous les Français dans la sauvegarde et la protection de châteaux en péril.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/une-initiative-originale-pour-sauver-le-chateau-de-paluel

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (7-28 août 2017)   Mar 29 Aoû - 11:57

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com

Nouvelle acquisition pour Stockholm : un portrait de Saint-Ange par Von Breda
Lire : http://www.latribunedelart.com/nouvelle-acquisition-pour-stockholm-un-portrait-de-saint-ange-par-von-breda

Le Musée Savoisien acquiert le diptyque de Charlotte de Savoie
Lire : http://www.latribunedelart.com/le-musee-savoisien-acquiert-le-diptyque-de-charlotte-de-savoie

Acquisitions récentes et spectaculaires du Getty
Lire : http://www.latribunedelart.com/acquisitions-recentes-et-spectaculaires-du-getty

Le Saint François de Gérard Seghers acquis par le Musée des Beaux-Arts de Caen
Lire : http://www.latribunedelart.com/le-saint-francois-de-gerard-seghers-acquis-par-le-musee-des-beaux-arts-de-caen

Le portrait d’une femme par Richard Wilson entre au musée de Cardiff
Lire : http://www.latribunedelart.com/le-portrait-d-une-femme-par-richard-wilson-entre-au-musee-de-cardiff



_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (7-28 août 2017)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (7-28 août 2017)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: