Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (6-12 novembre 2017)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Mer 8 Nov - 11:29

Musée région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Orleans) Le Cercil va être absorbé !
L’avis a été publié, hier, dans les annonces légales de La République du Centre : le Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret va « fusionner » avec le Mémorial de la Shoah de Paris. Le Cercil sera donc dissous de plein droit, sans liquidation, après une assemblée générale extraordinaire, le 4 décembre, à Orléans. Les éléments actifs sont évalués à 476.705 € (hors locaux, qui appartiennent à la ville) et le passif à 264.758 €. L’universalité du patrimoine du Cercil revient au Mémorial de la Shoah. L’annonce peut troubler. Il n’y a pas de quoi. Explications.
+ Vocations et similitudes
RC Orleans, 07/11, p.5

Source : france3-regions.francetvinfo.fr


Dans les coulisses du musée des Beaux-Arts d'Orléans

Nous vous proposons une plongée dans les arcanes du musée des Beaux-Arts d'Orléans l'un des plus anciens musée de province, qui possède une collection de 10.000 dessins et 50.000 estampes. Suivez le guide !
Lire la suite : http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/loiret/orleans/coulisses-du-musee-beaux-arts-orleans-1360725.html

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Saint Amand) Le come-back des soldats américains

Cent ans après, les Américains reviennent. Mais, cette fois, aucune troupe ne débarquera au coeur du Boischaut. Les soldats ne prendront la forme que de mannequins ou de bustes. C’est Pierre Foäche, président du Cercle d’archéologie militaire du Saint Amandois (Camsa), qui est chargé de faire revivre ce moment important de la Première Guerre mondiale où le pays de l’oncle Sam s’est engagé au côté des Alliés. L’exposition, visible du 19 novembre au 26 février au musée Saint Vic, retracera l’entrée en guerre des États Unis et le séjour des troupes en France, notamment dans le Berry. Les Sammies, nom donné aux soldats américains, sont arrivés dans le courant de l’année 1917 dans le Boischaut et en sont repartis en 1919. Environ quatre cents objets seront visibles, dont environ trois cents appartenant à Pierre Foäche, au cours de cette exposition installée dans deux salles du musée.
Le Berry, 07/11, p.17


(Tours) Jean-Benoit Suvée, figure oubliée du néoclassicisme

Minerve tenant sa lance est sur le point de transpercer le corps de Mars, à terre. L’habit rouge du dieu de la guerre renvoie à la violence du coup que va lui asséner la déesse. Ce tableau, « Le Combat de Minerve contre Mars », représente la dispute des dieux à propos du sort de Troie. Il marque surtout la victoire de Joseph-Benoît Suvée face à Jacques-Louis David. C’est en effet grâce à cette peinture que Suvée a gagné le Grand prix de l’Académie en 1771. Son oeuvre a été jugée meilleure que celle de David, qui s’imposera par la suite comme le peintre de référence pour le néoclacissisme. Une carrière prestigieuse Suvée a été un peu oublié, alors qu’il est aussi très représentatif de ce mouvement artistique et de cette époque. C’est pour cette raison que Sophie Join-Lambert, directrice du musée des Beaux-Arts, a décidé d’exposer une centaine d’oeuvres du peintre belge. Jusqu’au 22 janvier 2018, le public peut étudier le style de l’auteur à travers ses tableaux, où l’on retrouve beaucoup la couleur rouge pour donner un rythme aux peintures.
NR Indre et Loire, 07/11, p.12

(Chinon) L’année Rabelais s’exporte et fait exemple à Lyon
Dix-huit communes qui, pendant plusieurs mois, célèbrent, chacune à sa façon, l’enfant du pays, l’illustre François Rabelais, telle était la belle idée d’Ann Chevalier, la vice-présidente de Chinon Vienne et Loire, en charge de la culture, qui voyait là l’occasion de créer du lien au sein de la communauté de communes. Petites ou grandes, ces localités de la Rabelaisie ont apporté chacune leur pierre à l’édifice, se sentant ainsi partie intégrante d’un tout. L’originalité, doublée du sérieux de la démarche et de l’exigence de bien faire, comme en témoignent les expositions de La Devinière et de l’écomusée notamment, a fait que cette année Rabelais a attiré le regard des spécialistes du créateur de Gargantua. Et pas de n’importe lesquels, mais des sommités en la matière. Voilà comment un colloque international autour de Rabelais, organisé par l’université de Lyon, a souhaité en savoir plus sur cette année Rabelais à volonté, et plus particulièrement sur le travail scientifique mené par l’écomusée du Véron autour de l’exposition Rabelais, un humanisme dévoilé. Ce colloque accueillait des chercheurs du Québec, d’Italie, ainsi que Mireille Huchon, éminente spécialiste de Rabelais, auteure de l’ouvrage de référence publié dans la prestigieuse collection de la Pléiade. Sans oublier Bruno  Pinchard, grand spécialiste et doyen de la faculté de philosophie de Lyon III, et qui fut enseignant à Tours, ayant comme élève Angèle de Latour, à qui il  accorda une mention très bien pour son mastère de philosophie sur la Renaissance. Devenue directrice de l’écomusée du Véron, Angèle de Latour avait d’ailleurs accueilli en septembre son ancien professeur, venu à Savigny-en-Véron donner une conférence sur le thème « Rabelais sans modération ». Mais, cette fois, c’est Angèle la directrice qui est intervenue en ouverture de ce congrès international dans la cité des Gaules.
NR Indre et LoireW, 04/11, p.14

(Saint Amand) Le musée fait une place aux tout-petits
Avez vous déjà repéré les animaux cachés à Saint Vic, sur des tableaux ou d’autres pièces exposées dans les différentes salles ? Depuis la rentrée, le musée saint amandois invite les tout petits à les trouver, à partir de bruitages imitant leurs cris. L’animation « Les animaux au musée Saint Vic » est inspirée d’un atelier déjà proposé aux plus grands dès le cours préparatoire. « Les animaux sont le fil directeur qui permet une approche globale des collections, adaptée à leur âge, explique Claire-Emmanuelle Pinjon, médiatrice du patrimoine. C’est par exemple l’occasion de les emmener voir la dent de mammouth ou encore l’arbre à sabots.  L’animation, d’une durée d’une heure, est agrémentée de comptines et se termine par un travail manuel. » Une soixantaine de tout petits accueillis l’an dernier Conçue au départ pour les petits inscrits en crèches, haltes garderies et classes de maternelle, cette nouvelle animation pédagogique est également proposée aux enfants à partir de deux ans hors de tout cadre scolaire ou institutionnel, pendant les vacances, avec les familles.
+ Très peu de musées ont une offre pour les enfants non scolarisés
Le Berry, 11/11, p.15

(Issoudun) Les oeuvres de Fred Deux et Cécile Reims rayonnent
Le conservateur du Musée Saint-Roch, Patrice Moreau, n’a pas souvenir d’avoir été autant sollicité que cette année par les musées pour un prêt d’oeuvres du couple castrais. Plus de 350 oeuvres auront donc quitté le territoire  issoldunois au cours des onze derniers mois, pour différentes expositions. De quoi faire honneur à Cécile Reims, qui a perdu l’homme de sa vie en 2015, avec qui elle a vécu plus de soixante ans. Comme une fierté de voir l’immortalité se dessiner pour Fred Deux, qui expose actuellement au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Et si le Musée Saint-Roch a prêté quarante-cinq oeuvres, de nombreuses autres proviennent du Musée des Beaux-Arts de Lyon mais également de galeries parisiennes et de collections privées. Certaines oeuvres prennent d’ailleurs la lumière publique pour la première fois, à l’instar d’un triptyque double face intitulé Le temps magique et qui est une profusion de personnages, de mots accrochés à des murs d’une forteresse quadrillée de petits traits dont il avait le secret.
NR Indre, 11/11, p.18

De Chartres à Saint-Tropez
Séverine Berger, conservatrice du Musée des Beaux-Arts, à Chartres, fait ses adieux à l’Eure-et-Loir, ce week-end.  Elle a démissionné de son poste pour rejoindre le sud de la France. Plus particulièrement le musée de l’Annonciade, à Saint-Tropez (Var). Originaire de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), Séverine Berger avait rejoint le Musée des Beaux-Arts le 23 octobre 2013. La Ville de Chartres recherche un nouveau conservateur. (intégral)
L'Echo, 12/11

Trésors chartrains à Paris
C’est une habitude pour les musées : ils prêtent régulièrement des objets de leurs collections pour enrichir les expositions temporaires. Les amateurs d’art peuvent actuellement voir à Paris, quelques trésors qui appartiennent au musée des Beaux-Arts de Chartres. Des dessins de Derain sont présentés au centre Georges-Pompidou dans le cadre de l’exposition ”André Derain 1904-1914. La décennie radicale” consacrée au peintre, jusqu’au 29 janvier. Le verre de Charlemagne, lui, restera au musée de Cluny jusqu’au 8 janvier, pour l’exposition “Le verre, un Moyen Âge inventif”. (intégral)
L'Echo, 12/11

(Romorantin) Musée Matra : derniers jours sous pavillon américain
Après sept mois à rouler pour l’Amérique, entre pick-up, Cadillac et autres Harley Davidson, le musée Matra va bientôt retrouver son « bleu » Matra plus habituel. Démarrée le 6 avril dernier, l’exposition « C’est l’Amérique au musée Matra » se prépare, en effet, à baisser le rideau ce samedi 11 novembre, une date pas tout à fait hasardeuse en cette date d’armistice, venue aussi sceller le départ des Américains, notamment de Sologne et vallée du Cher où le centenaire de la présence des soldats alliés est au coeur de nombreuses commémorations depuis plusieurs mois. Les retardataires ont jusqu’à samedi pour venir admirer la Ford T de 1917, la Indian Power, la Chevrolet Bel Air de 1954 ou encore la Studebaker Hawk 1955, parmi la trentaine de véhicules, motos et voitures, qui sont présentés dans les allés du musée de la rue des Capucins. Si les chiffres de fréquentation définitifs ne sont pas encore connus, Bruno Lorgeoux, directeur du musée depuis début janvier, estime déjà à près de 22.000 le nombre de visiteurs venus visiter l’exposition temporaire de 2017, en tête desquels les Loir-et-Chériens, Loirétains, Indriens et habitants du Cher voisin.
NR Indre et Loire, 08/11, p.10

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Nov - 11:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Mer 8 Nov - 11:30

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

26e rencontres d’Eure et Loir
Les 26e rencontres archéologiques d’Eure et Loir auront lieu samedi. Au programme : accueil, à 14 heures, au pied du siphon de Berchères la Maingot et de la Grande Arche et visite à 14 h 30 ; à 15 h 30, communication sur l’actualité archéologique départementale dans la salle Gabriel, à Berchères la Maingot, rue Gabriel ; à 17h30 pot de l’amitié. Entrée libre. (intégral)
L'Echo, 07/11

(Vasselay) Avant la rocade, faire parler le sol
Depuis le 16 octobre, des fouilles se déroulent à Vasselay, dans le hameau de Fontland. Des découvertes en 2016. Au printemps dernier, dans le cadre du projet de rocade nord ouest de Bourges, lancé par le conseil départemental, une intervention de diagnostic a été réalisée par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Une intervention qui a fait apparaître deux occupations, relevant de l’âge du Bronze (de 2200 à 800 avant J.C.) et de l’âge du Fer (de 800 à 52 avant J.C.), des ères marquées par de profondes évolutions en termes démographiques, technologiques et économiques. À la suite de ces découvertes, l’Inrap et Bourges plus, à travers son service d’archéologie préventive, se sont associées pour réaliser la fouille. Leur offre, retenue par le conseil départemental, se traduit depuis le 16 octobre sur le terrain, sous la responsabilité scientifique d’Éric Frénée (Inrap), assisté de Marion Bouchet (Bourges plus) comme responsable de secteur.
Le Berry, 09/11, p.6

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Nov - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Mer 8 Nov - 11:31

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Thiron Gardais) L’Ordre de Tiron réfléchit à son avenir
En mairie, Victor Provôt, président de l’Ordre de Tiron, et une dizaine d’adhérents avaient invité, samedi matin, Christophe Voros, président de la Fédération française des itinéraires culturels européens (FFICE) et également directeur de la fédération européenne des sites clunysiens. Déjà venu il y a deux ans pour un premier contact, il était de retour pour développer les perspectives d’évolution de l’Ordre. « Il y a deux ans, l’Ordre de Tiron a rejoint la FFICE. Ce qui lui permet de travailler avec les institutions et de lancer des demandes de financement dans le cadre d’Eramus + DECRA (Developing european culture routes for all – Développer les itinéraires culturels européens pour tous). Elle peut également échanger des compétences et profiter des expériences d’itinéraires semblables pour se fortifier et amplifier ses actions », a informé Christophe Voros. Il précise que la Fédération des sites clunysiens, forte de 23 ans d’expérience, est très ouverte au partage, face à des projets clairement établis, notamment la fête des 904 ans de l’Ordre, prévue en 2018. Victor Provôt indique : « Nous avons rencontré Stéphane Bern, qu i va s’associer à cet événement, cela aura plus de résonances. » (intégral)
L'Echo, 06/11, p.16

(Moutiers en Beauce) Le moulin a figé ses ailes pour l’hiver
Le moulin de Chesnaye, à Moutiers en Beauce, a fermé ses portes aux visiteurs. Les derniers ont été accueillis à la Toussaint. Comme chaque année, ce monument historique ne se visitera plus pendant la période d’hiver. Il devrait rouvrir au printemps 2018, lors du week end de Pâques. Cette année, les visites individuelles ont été relativement peu nombreuses. Quelques rallyes ou groupes se sont présentés et ont pu voir et entendre les explications des meuniers, notamment lors des Journées du patrimoine. La fête annuelle du moulin, elle, a connu, comme chaque année, un réel succès : plus de 400 visiteurs ont escaladé les marches qui mènent à la tourelle de l’édifice, ce qui représente presque la moitié des visites de l’année. Le moulin a ouvert tous les dimanches après midi de la saison. Beaucoup de visiteurs ont pu le voir fonctionner lorsque le vent de Beauce soufflait dans la plaine. (intégral)
L'Echo, 06/11

(Saint-Jean-de-Rebervilliers) Les Playmobil sauveront l’église
La dizaine de diaporamas occupant tout le centre de la salle des fêtes castelneuvienne a animé l’expo entre deux achats. Enfants ou adultes, les chineurs sont des passionnés et viennent y chercher la perle rare comme Morgane, 8 ans : « J ’ en ai plein ! Je m’amuse tous les jours avec : j’invente des histoires. J’ai les boîtes du zoo, police, pompier, équitation… Je fais exprès des économies car on vient tous les ans. J’ai 30 € dans mon porte monnaie mais je ne vais peut être pas tout dépenser aujourd’hui ». Le but de cette manifestation est de récolter des fonds pour la troisième tranche des travaux pour l’église Saint Jean de Rebervilliers. Après la restauration du choeur et de la sacristie, c’est la réfection de la nef romane qui doit être faite. Mais, ces travaux, dont le coût était estimé à 178.000 € en 2001, ne peuvent être inscrits au budget.
L'Echo, 06/11, p.16

(Sarzay) Nouveaux travaux au château
Depuis qu’il a acheté le château de Sarzay, en 1983, Richard Hurbain n’a pas ménagé ses efforts pour lui redonner son lustre  d’antan. Depuis trente ans, bien des travaux de restauration ont été entrepris. Les douves ont été mises à nu, une halle couverte a pris place dans l’enceinte, tous les étages de la forteresse ont été rénovés et la chapelle et son étage, aménagés. Depuis quinze jours, une tour en pierre attenant à l’entrée principale de la forteresse, dotée d’un encorbellement en bois avec petites tuiles et  bardeaux à la cime, a été refaite. L’ensemble, construit sur un modèle de fer à cheval, qui sera clos par le liant à la chaux sur les murs, a été réalisé par l’entreprise Guillot & Fils, qui était intervenue sur une des tours en encorbellement du logis, victime de la foudre en juillet 2015. Ce chantier a été rendu possible par le legs de 25.000 $ de l’architecte américain Gordon Schroeder (NR du 29 octobre 2016). Ce qui ne veut pas dire que les époux Hurbain ont reçu cette somme. Elle ne leur sera versée que quand ils auront transmis la preuve que les travaux ont été réalisés à la Fondation Gordon Schroeder. Ce qui n’empêche pas les châtelains de Sarzay de penser aux prochains travaux. L’embellissement se poursuivra par la réalisation d’une échelle de meunier pour accéder au premier étage de la chapelle et la pose d’enduits sur les murs qui entourent le château. (intégral)
NR Indre, 06/11

(Tours métropole) Le gisant de saint Martin ramené en bateau de Loire
La Loire et la lumière sont les deux grands atouts touristiques de Tours. Partant de ce constat, la municipalité a décidé d’organiser l’ensemble des animations liées à l’Été de la Saint-Martin sur les bords de Loire, vendredi 10 novembre. Partant de Candes-Saint-Martin le 8 novembre, c’est donc en lumière, avec l’embrasement des bords de Loire, que le gisant de saint Martin arrivera à Tours vendredi 10, emmené par les mariniers traditionnels. Un gisant de cire réalisé par l’artiste canadienne soeur Rose-Marie Labonté. Le but est de « faire revivre la légende de l’Été de la Saint- Martin », souligne Antoine Selosse, directeur du Centre culturel européen Saint-Martin-de-Tours. Cette légende raconte qu’à sa mort, son corps a été transporté en gabarre de Candes jusqu’à Tours. Les années précédentes, seul le manteau du saint était utilisé pour symboliser ce voyage. Les textes et la mise en scène de l’arrivée du bateau ont été réalisés par Yves Krier, de la compagnie Le Miroir aux alouettes. Il est également le directeur artistique des spectacles qui seront présentés au cours de la soirée.
NR Indre et Loire, 06/11, p.9

(Orleans) Les deux vitraux restaurés de la série Jeanne d’Arc réinstallés
Hier, Eddy Romet et Lisa Gallet de l’atelier Vitrail and Co sont intervenus dans la cathédrale pour remettre en place les deux vitraux qu’ils ont restaurés, à la demande de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) qui a financé l’opération. Pour permettre aux vitraillistes d’atteindre l’emplacement situé à une dizaine de mètres du sol, une nacelle araignée a été installée pour l’occasion. « Elle peut passer par une porte de 90 centimètres. On fait reposer les quatre stabilisateurs sur des cales en bois pour répartir son poids et être sûrs de ne pas abîmer le sol », indiquait l’un des conducteurs de l’engin. « Nous avons d’abord enlevé la plaque de polycarbonate installée pour combler le vide. Puis nous avons installé du mastic tout autour du grand arceau en métal. Cela assure le maintien et l’étanchéité du vitrail », explique Lisa Gallet. Les deux professionnels ont ensuite scellé le vitrail avec des feuillards, des morceaux arrondis de fer, qui sont aussi maintenus grâce à du mastic. Une tringle en métal est ensuite soudée au centre pour maintenir le tout. Hier, les vitraillistes ont constaté que celle de la rosace était disposée de biais. En discutant avec Gilles Blieck, conservateur au sein de la DRAC, autorité responsable de l’édifice, ils se sont finalement aperçus que ce n’était pas par erreur qu’elle était disposée de biais mais pour ne pas dissimuler les visages et les inscriptions sur le vitrail.
RC Orleans, 04/11, p.9

(Le Subdray) Travaux de réhabilitation de l’église, première tranche
Pour ces travaux, la collectivité avait sollicité un montant de 24.484,40 euros dans le cadre du fonds de concours 2e génération de Bourges Plus. Mais ces travaux ne pouvant être terminés à temps, il sera demandé à Bourges Plus d’inscrire cette opération au fonds de concours 3e génération pour le même montant. (intégral)
Le Berry, 04/11

(Sainte Solange) La chapelle a retrouvé ses vitraux
Mardi, la chapelle du Champ des Martyrs a retrouvé ses vitraux. Frédérik Pivet, peintre verrier, de l’entreprise Verre  Jade, a réalisé ce chantier. Il était accompagné de Jack Clare, un jeune artisan britannique, venu en France pour une semaine d’observation sur les monuments anciens ; il souhaite devenir dirigeant en Angleterre dans la restauration. Avec les explications de Frédérik Pivet, Jack Clare a pu assurer les soudures en cuivre, des vergettes. Pendant ce  temps, Frédérik Pivet a pu installer, fixer les vitraux et effectuer quelques reprises de peinture. Une opération très délicate. Le vitrail de sainte Geneviève a été posé en premier. Il était suivi par celui de sainte Germaine. Quant à sainte Solange, il manque encore à son vitrail sa partie basse, qui représente les pieds de la sainte.
Le Berry, 04/11, p.15

(Saint Amand) Les Ateliers d’Orval ont reçu, hier, le label Entreprise partenaire des Compagnons du devoir
Depuis septembre 2016, ils apprennent un métier grâce aux Compagnons du devoir et aux Ateliers d’Orval. Lucien Bertoux, dix neuf ans, et Lilien Cadoux, seize ans, sont apprentis en chaudronnerie dans l’entreprise spécialisée dans la fabrication et la maintenance de wagons ferroviaires pour l’industrie. La société orvalienne accueille depuis 2014 des apprentis compagnons. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a reçu, hier après midi en présence de nombreux élus locaux et Pôle emploi, le label Entreprise partenaire des Compagnons du devoir. Il s’agit de la première entreprise du Cher à recevoir ce titre. Créé en 2012, ce label « reconnaît l’engagement des entreprises accueillant des jeunes formés par les Compagnons du devoir », explique le prévôt Vincent Boulin. Pour le directeur des Ateliers d’Orval, David Grolière, « la formation des Compagnons du devoir est gage de qualité et nous, nous avons le devoir de former si on veut développer le savoir faire local et pérenniser l’activité ». Depuis près de quatre ans, l’entreprise a accueilli une dizaine de jeunes en apprentissage. « Ces partenaires permettent aux jeunes de réussir au mieux leur vie professionnelle en s’intégrant et en tenant leur place au sein de l’entreprise, en développant une envie de progresser dans leur métier, en allant vers une autonomie financière », souligne l’association des Compagnons du devoir.
Le Berry, 04/11, p.21

(La Chapelle Hugon) Des travaux à l’église au printemps
Un devis s’élevant à 22.329 euros hors taxes a été présenté afin de réaliser des travaux à l’église. Le toit de la sacristie est en mauvais état, à cause d’une infiltration d’eau, et souffre donc d’une humidité croissante. De plus, une pierre de la corniche (côté rue du Moine Hugon) est descellée. Elle est poussée par la charpente fatiguée non seulement par le poids des années mais aussi par celui de la  couverture qui a fait son temps. La décision de travaux sera prise début 2018 pour une exécution au printemps. (intégral)
Le Berry, 04/11

(Thiron Gardais) Alain Loison et Stéphane Bern ont présenté leur ouvrage
Ils ne s’étaient jamais rencontrés, même si leurs signatures sont dans le même livre. Mais hier matin, l’écrivain chartrain Alain Loison a poussé la porte de la demeure de Stéphane Bern, à Thiron Gardais, pour lui présenter son nouveau livre, Étonnants lieux d’Eure et Loir. Les Éditions De Borée viennent juste de le sortir, avec la préface que l’animateur a rédigée à partir du manuscrit. « Bravo pour votre ouvrage ! », s’exclame spontanément le célèbre animateur, en feuilletant les pages de ce copieux recueil, qui présente une histoire alternative des grands lieux de patrimoine du département, en multipliant les anecdotes insolites ou édifiantes. « C’est passionnant, on y traverse l’histoire de France en condensé », poursuit le présentateur,  visiblement sous le charme de l’Eure et Loir. « C’est un département qui a tout ! », résume t il, toujours avide de découvertes.
L'Echo, 04/11, p.6

(Laons) Saint-Martin veille sur l’église
La statue dédiée à Saint Martin qui orne la façade de l’église de Laons dédiée à Saint Martin, sera bénie, le samedi 11 novembre à l’issue d’une messe célébrée à 10h15 par l’abbé Sébastien Robert. Cet administrateur diocésain assure le fonctionnement du diocèse de Chartres depuis le départ de l’évêque Michel Pansard, et le père Olivier Monnier curé de la paroisse de François de Laval en Thymerais. La statue a été réalisée par Vincent Liévore, sculpteur à Pernes les Fontaines (Vaucluse). En offrant cette statue avec le concours de la mairie de Laons et d’une banque de Brezolles, l’association pour la Mise en Valeur  du Patrimoine de Laons et ses adhérents ont souhaité apporter leur contribution au grand chantier de restauration de l’église réalisé entre 2009 et 2010. Cela constitue la signature finale de ces importants travaux.
L'Echo, 04/11, p.20

(Chartres) Des échafaudages sont démontés
Grâce à un mécénat de grande envergure piloté par l’association des Amis de la cathédrale de Chartres, les travaux du tour de choeur de la cathédrale, pilotés par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) Centre-Val de Loire, avancent à bon rythme. Des échafaudages viennent d’être démontés, côté sud.  Le chantier a commencé en mai 2015. Plusieurs travées ont déjà restaurées. Réalisé principalement en craie de Vernon et en pierre de Saint Leu, le tour de choeur se dresse à plus de 6 m de hauteur et se développe sur une centaine de mètres. Le tour de choeur a été construit à partir du début du XVIe siècle, par Jehan de Beauce, sur deux siècles environ. (intégral)
L'Echo, 08/11

(Saint-Martin-le-Beau) Patrimoine

La protection au titre des Monuments historiques de trois statues de l’église de Saint-Martin est demandée : Sainte-Barbe en terre cuite signée Avisseau (1856), Sainte-Rose en terre cuite (XIXe siècle) et « La vierge aux serpents » (XIXe siècle), propriétés de la commune.Cette demande sera soumise à l’avis des Commissions régionales du patrimoine et de l’architecture (CRPA) qui statueront le 21 novembre. (intégral)
NR Indre et LoireE, 10/11

(Préaux) Des vitraux témoins de la Grande Guerre
Ils sont logés dans le choeur de l’église, sur les côtés : les deux vitraux, récemment restaurés, représentent les frères Preaulx. Ils témoignent du sacrifice de la commune de Préaux lors de la Première Guerre mondiale. Ils sont aussi un  hommage à ces deux membres d’une famille seigneuriale, présente au moins depuis le XVe siècle dans le secteur, qui a donné son nom à la commune. Sur un mur de la nef, une plaque rappelle qu’au moins trente-neuf personnes du village ont été tuées durant la Grande Guerre, dont on commémore aujourd’hui les 99 ans de l’armistice. « Toutes les communes ont payé un tribut approchant les 10 % de sa population », rappelle Guy Lévêque, maire. Le premier vitrail, au fond à droite de l’église, représente Raoul de Preaulx, blessé sur le champ de bataille. Alors qu’on lui tend une gourde, on peut voir au-dessus de lui des soldats à l’assaut, habillés d’uniformes bleus et portant des képis rouges. Ils sont sous la protection de sainte Geneviève qui aurait, au Ve siècle, convaincu les Parisiens de ne pas fuir devant les Huns, sauvant ainsi la ville. Raoul de Preaulx est mort de ses blessures, le 26 novembre 1914. Le second vitrail, juste en face du premier, montre Carl de Preaulx, lui aussi à terre. La composition est presque la même : des soldats en arrière-plan montent au front, sous la protection cette fois-ci de Jeanne d’Arc.
+ ••• “ La structure était très fragilisée ”
NR Indre, 11/11, p.2

(Chambon-sur-Cisse) Les tranchées de 14-18 arpentées par les collégiens
Ils travaillent sur la mémoire en tentant de retrouver des traces locales ou auprès de leurs familles : les élèves de deux classes de 3e au collège d’Onzain seront ce matin aux cérémonies commémoratives du 11 novembre 1918, dans leurs communes. Hier, ils sont allés se promener sur les traces des poilus en forêt de Blois. Le 113e régiment de Blois a en effet entraîné ses fantassins sur le site des Sablonnières, à  Chambon-sur-Cisse. Dès que les soldats se sont enterrés, ils se sont entraînés ici à creuser les tranchées, les aménager pour vivre, mais aussi en faire des lieux de communication stratégiques. Pour les guider sur ce site érodé par les ans, où la mousse a permis de retenir la terre et de conserver les tranchées, Alain Gauthier, historien  local, couvert d’un casque Adrian. C’est aussi le modeste inventeur de ce site, que tout le monde connaissait, mais qu’il a révélé historiquement pour les Rendez-vous de l’histoire 2013. Grâce à ses preuves et à sa pugnacité, le site a été, début 2015, classé au titre des Monuments historiques. « Il y en a eu d’autres en France, mais qui n’ont pas été conservés. C’est le seul connu à ce jour, grâce à la forêt qui l’a protégé. » Aux groupes qu’il promène de premières en deuxièmes lignes, il explique tout d’abord la fragilité. « Les élèves ont un plan du site, et des images d’époque en rapport. Ils vont faire leurs propres photos pour montrer ce qu’il est devenu aujourd’hui », explique Céline Lépinière. Avec son collègue Quentin Guénan, elle essaie de projeter ses élèves dans une réalité qui reste loin de leur vie.
NR Loir et Cher, 11/11, p.3

(Pontlevoy) Une souscription pour l’église
Suite avis de la Drac, il convient d’utiliser des ardoises de qualité patrimoine et de la zinguerie pré-patinée quartz pour les gouttières de l’église. Le devis pour les demandes de subventions est porté à 12.285€HT et la souscription « Fondation du Patrimoine » est prévue le dimanche 10 décembre. (intégral)
NR Loir et Cher, 11/11

(Ruffec-le-Château) L’ancienne tuilerie soldée aux plus offrants
Ils étaient venus de tout le département, et parfois de bien plus loin, pour acheter le contenu de la plus vieille tuilerie du département qui a fermé ses portes au printemps. Certains avaient flairé la bonne affaire pour récupérer de la marchandise à bas prix ; d’autres étaient là en connaisseurs, avec l’objectif de réemployer du matériel à des fins purement artisanales. Bernard Henriot, qui possède, à Corbigny (Nièvre), une tuilerie vieille de deux cent cinquante ans, défend cette culture du métier : « C’est tout un patrimoine qui s’en va. J’espère repartir avec quelques lots, même en mauvais état. Je possède des machines que je suis capable de réparer. Dans notre profession, c’est indispensable. » Près de lui, Philippe Vaucelle tourne comme un lion en cage. Il a effectué toute sa carrière dans l’entreprise de Ruffec-le-Château, avec la volonté de pérenniser un savoir-faire datant de 1774. Depuis sa retraite, il y a dix-huit ans, il a suivi le parcours chaotique d’un site repris en 2011 par Pascal Robin, commercial soucieux de développer la production avec le concours de trois ouvriers. Cette diversification, axée sur les produits haut de gamme et l’apport du label Entreprise du patrimoine vivant, n’est pas parvenue à faire décoller les Terres cuites de La Lorne, placées en redressement judiciaire en 2015 et mises en liquidation il y a quelques mois. L’absence de repreneur a débouché sur  cette vente aux enchères, animée par Maître Anne Meillant-Jamet, qui a ouvert le ban après la présentation habituelle des lots proposés.
NR Indre, 12/11, p.3

Des trésors à lire et à découvrir
C’est un bel ouvrage, un livre de collection, un livre à offrir, qui se feuillette, qui raconte de belles histoires et qui donne autant à voir qu’à lire. « Trésors cachés du Val de Loire » vient de sortir en librairie. Installée à Amboise (Indre-et-Loire), Christine Quinet a eu envie d’écrire sur la région. « Je cherchais une approche différente », explique-t-elle avant d’ajouter « J’ai eu envie de traiter des petits châteaux ». Elle a donc contacté une cinquantaine de sites sur les départements d’Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, Sarthe, Vienne et Maine-et-Loire. Son objectif était de réaliser un livre sur ces petits châteaux, privés, plutôt ouverts au public, que ce soit pour la visite, l’hébergement en chambres d’hôtes, mais qui offrent un intérêt patrimonial évident. « J’ai voulu apporter un traitement et une approche différente d’un château à l’autre, en fonction de l’histoire de chacun », explique Christine Quinet qui a fait appel, ensuite, à Philippe Fraysseix pour les photos. Au total, cela donne la présentation de 27 petits châteaux dans cet ouvrage qui fourmille aussi d’informations historiques locales et d’anecdotes. On y découvre ces sites qui vont de La Bussière à l’est d’Orléans jusqu’au château du Pin de l’autre côté d’Angers, en passant par Ménars, Troussay, Chémery, Château-Gaillard, Sansac, La Possonnière, Gizeux, Launay, etc. Christine Quinet gère aussi sa maison d’édition qui sort ce livre. L’ouvrage est disponible sur tout le territoire, dans les librairies et les boutiques des châteaux concernés. (intégral)
« Trésors cachés du Val de Loire », édition La pierre et la plume, 34,90 euros.
NR Loir et Cher, 01/11, p.3

La Vallée du Cher se souvient de ses soldats américains
Il y a quasiment un siècle – en janvier 1918 précisément – les premiers soldats de la 41e division américaine s’installaient autour du moulin de la Motte-Beaudouin, à Noyers-sur-Cher. La Vallée du Cher a servi de base d’entraînement pour ces Américains, appelés ensuite à se rendre sur le front pour remplacer leurs compatriotes blessés ou tués au combat. « Entre janvier 1918 et juillet 1919, un peu moins de 300.000 soldats sont passés par la 41e division, estime Valérie Chapeau, animatrice de l’architecture et du patrimoine du Pays d’art et d’histoire de la Vallée du Cher et du Romorantinais. La commune de Noyers de 1.800 habitants à l’époque a accueilli jusqu’à 30.000 soldats américains en janvier 1919. Ce fut le choc des civilisations. Il y avait beaucoup de méfiance, mais les barrières  sont vite tombées entre les deux peuples. Des liens d’amitié se sont créés. Des couples se sont même formés,  donnant naissance à des enfants franco-américains. »
+ Quatre Américains ont fait le déplacement ce week-end en Vallée du Cher pour participer à cette commémoration.
NR Loir et Cher, 12/11, p.3

(Tours) Plongée dans les entrailles de la basilique

Les sous-sols de la basilique Saint-Martin regorgent de cryptes où sont conservés nombre de trésors. Il semblerait qu’on puisse aller d’un bout à l’autre du bâtiment en restant sous terre. Mais l’accès est interdit, pour des raisons de  sécurité. Pendant les Journées Saint-Martin, le service patrimoine a organisé des visites guidées de deux cryptes. Seuls quarante chanceux ont eu l’occasion de découvrir ces lieux ouverts pour la première fois au public. La première crypte est dédiée à saint Louis et au pape Urbain II. « On pourrait normalement passer directement de cette crypte à l’autre », expliquait Annabelle Tourne, la guide conférencière. Mais toujours pour des raisons de sécurité, les visiteurs ont dû remonter dans la basilique pour passer par la crypte abritant le tombeau de saint Martin. Ils sont alors entrés dans le tout premier musée martinien, datant de 1886-1887. Ornements en terre cuite, pierres tombales, lampes à huile, statues… Un amoncellement d’objets, venant de l’ancien musée comme de celui fondé en 1990 et d’ailleurs, y sont aujourd’hui entreposés.
NR Indre et Loire, 12/11, p.6

(Brinon sur Sauldre) Aménagement à l’église Saint Barthélemy
Une rampe d’accès au choeur a été aménagée à l’intérieur de l’église Saint Barthélemy de Brinon sur Sauldre. Car bien que la bâtisse affichait une légère différence de niveau, elle a tout de même dû se conformer à la mise aux normes d’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments recevant du public. Elle a donc été dotée d’un marchepied en bois, permettant ainsi aux fidèles qui ont des difficultés de mobilité de rejoindre l’autel si nécessaire, sans dénaturer aucunement l’édifice. Un aménagement qui sera sans aucun doute salué par les personnes concernées. (intégral)
Le Berry, 09/11, p.17

(saint-gervais-la-forêt) Restitution du cadran de l’horloge de Robert-Houdin sur le clocher de l’église
En 1856, l’horloge électrique que Robert-Houdin voulait installer dans l’oculus de l’église de Saint-Gervais a été finalement transférée à l’hôtel de ville de Blois. Elle sera détruite lors de bombardements au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il est envisagé de construire un nouveau cadran, conforme à l’identique, qui serait installé à l’endroit initialement prévu. Cette opération nécessite de faire appel à la Fondation du Patrimoine pour lancer une souscription nécessaire pour cette opération. (intégral)
NR Loir et Cher, 09/11

Été de la Saint-Martin : le gisant remonte la Loire
Jacky Thierry et Jean Patra le portent à bout de bras, la confluence pour décor. Accompagnés de quelques curieux, leurs homologues mariniers assistent à la scène depuis la rive. Le gisant de cire de Saint Martin a quitté Candes, hier, pour un périple en bateau direction Tours. Le symbole d’une reconstitution du transfert du corps de l’évêque tourangeau, décédé en 397, qui, d’après les documents, avait vu les mariniers de Loire l’acheminer « entre le 8 et le 10 novembre ». « La Loire étant particulièrement basse, l’embarcation ne peut pas remonter le fleuve dans son intégralité, nous sommes donc obligés de partager le parcours entre bateau et voiture », explique Antoine Selosse, directeur du Centre culturel européen Saint-Martin de Tours, à l’initiative de cette célébration initiée il y a 12 ans. Les Bateliers des vents D’Galerne, de La Chapelle-sur-Loire, s’occupent du transfert jusqu’à Bréhémont à bord d’un fûtreau.
NR Indre et Loire, 09/11, p.8

(Bourgueil) La commune pourrait racheter l’abbaye
L’annonce par le maire, Laurence Riguet, d’un possible rachat d’une partie de l’abbaye par la municipalité, mardi soir, à l’issue du conseil municipal, a surpris une bonne partie des élus, ignorante de ce projet. Laurence Riguet a rappelé comment on en était arrivé là : la vente en un seul lot, de l’abbaye, propriété des Soeurs de la Pommeraye, en Maine et Loire, s’est avérée impossible. Depuis, l’ensemble a été divisé en trois lots : les vignes, qui ont trouvé preneurs, l’ancienne maison de retraite, et la partie principale (le château, la chapelle, le moulin et les jardins d’une superficie totale de 2,4 ha). C’est ce troisième lot qui pourrait être acquis par la municipalité, avec quelques idées d’utilisations : les jardins d’abord, qui pourraient être valorisés et ouverts à une visite payante, la chapelle désacralisée qui pourrait accueillir le projet de musée du syndicat des Vins de Bourgueil, le moulin qui pourrait devenir un lieu d’hébergement touristique soutenu par la communauté de communes, un restaurant...
NR Indre et Loire, 09/11, p.17

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 13 Nov - 12:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 10:00

Louvre Abu Dhabi

Source : lejournaldearts.fr

Emmanuel Macron inaugure le Louvre Abou Dhabi

Plus de 10 ans après son lancement, le Louvre Abou Dhabi est officiellement inauguré le 8 novembre. C’est une réussite architecturale. Il doit rapporter près d’1 milliard d’euros à la France.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/148549/emmanuel-macron-inaugure-le-louvre-abou-dhabi.php?xtor=1203

Source : lemonde.fr

Louvre Abu Dhabi, de sable et de lumière

Inauguré mercredi, le bâtiment, signé de l’architecte français Jean Nouvel, est un édifice intensément poétique. Un mirage, à la jonction du golfe Arabique et du croissant des émirats.

Lire la suite: http://www.lemonde.fr/architecture/article/2017/11/08/louvre-abu-dhabi-de-sable-et-de-lumiere_5211661_1809550.html#Ir8c7erw4lbg9CCK.99

« Le Louvre Abu Dhabi est un rouage majeur du resserrement autoritaire des Emirats arabes unis »


Pour le politologue Alexandre Kazerouni, l’ouverture de musées dans les pays du Golfe participe à la « clientélisation des élites culturelles occidentales ».
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/11/09/le-louvre-abu-dhabi-est-un-rouage-majeur-du-resserrement-autoritaire-des-emirats-arabes-unis_5212387_3218.html

L’universalité de l’art au cœur du Louvre Abu Dhabi


Les œuvres exposées écrivent une histoire des civilisations dont l’Occident n’est pas le centre et montrent les corrélations puis les échanges entre les peuples.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/11/08/l-universalite-de-l-art-au-c-ur-du-louvre-abu-dhabi_5211710_1655012.html

Portfolio : Le Louvre Abu Dhabi signé Jean Nouvel ouvre ses portes
Voir les photos : http://www.lemonde.fr/architecture/portfolio/2017/11/08/le-louvre-abu-dhabi-signe-jean-nouvel-ouvre-ses-portes_5211703_1809550.html

Source : lefigaro.fr

Le pari du Louvre des sables

Aboutissement d'un accord signé sous Jacques Chirac entre la France et les Émirats arabes unis, le musée est inauguré en grande pompe le 8 novembre.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2017/11/03/03015-20171103ARTFIG00183-le-pari-du-louvre-des-sables.php

Louvre Abu Dhabi : une réponse contre «la barbarie qui envahit le monde»

Né dans la suspicion voire la contestation d'une partie du milieu culturel, ce projet à la fois technique et diplomatique a véritablement pris son envol début 2013. Le musée ouvrira ses portes le 11 novembre et attend des touristes du monde entier.

Inauguré ce week-end, le «Louvre des sables», conçu par Jean Nouvel, ouvrira ses portes au public le 11 novembre. En septembre, la ministre de la culture Françoise Nyssen a visité rapidement le nouvel édifice, sous un soleil de plomb et par 40 degrés.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2017/09/06/03015-20170906ARTFIG00044-le-louvre-abu-dhabi-ouvrira-ses-portes-le-11-novembre.php

Source : leparisien.fr


Au Louvre Abu-Dhabi, des nus pas très culottés

L'histoire du nu n'est pas abordée dans le gigantesque musée inauguré mercredi dans la capitale des Emirats arabes unis. Plus tard, peut-être...
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/au-louvre-abu-dhabi-des-nus-pas-tres-culottes-09-11-2017-7382082.php

Les trésors universels du Louvre Abu Dhabi

Plus de 600 oeuvres, dont 300 cédées à titre temporaire par les musées français. Le Louvre Abu Dhabi, inauguré ce mercredi, rassemble toutes les époques et met en lumière les quatre coins du monde.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/les-tresors-du-louvre-abu-dhabi-07-11-2017-7377762.php

Source : ladepeche.fr

Les grands musées s'exportent, les français en pointe

Première déclinaison d'un musée célèbre, le Guggenheim de Bilbao va fêter ses vingt ans. Une implantation réussie pour ce pionnier, suivi depuis par le Centre Pompidou et le Louvre avec des formules très différentes.
Lire la suite : https://www.ladepeche.fr/article/2017/11/08/2680796-les-grands-musees-s-exportent-les-francais-en-pointe.html

Source : latribunedelart.com

Précipitation et pagaille au Louvre Abu Dhabi


Si notre position sur le principe même du Louvre Abu Dhabi (ill. 1) n’a pas changé, la signature d’un traité entre la France et l’émirat le 6 mars 2007 a forcément modifié la donne. Un contrat signé entre deux nations, cela se respecte. Depuis cette date, il n’est pas question pour nous d’appeler à ne pas remplir nos obligations, mais seulement d’appliquer cet accord le mieux possible, sans compromettre davantage les collections et la réputation des conservateurs français.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/precipitation-et-pagaille-au-louvre-abu-dhabi

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 9 Nov - 14:43, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 10:17

Source : lemonde.fr

Au château de Versailles, une historienne de l’art priée de se taire


Le château de Versailles avait déjà été précurseur en France dans la bataille contre les selfie-sticks, ces perches plébiscitées par les touristes pour faire des photos. Aujourd’hui, un incident au sein de l’institution attire l’attention sur un autre point méconnu de la réglementation des musées et monuments : le droit de parole.
Lire la suite  http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/11/03/au-chateau-de-versailles-une-historienne-de-l-art-priee-de-se-taire_5209888_1655012.html#Pbe2yRXf8A2y02SP.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 10:24

Source : lemonde.fr

Les nouvelles technologies au chevet des trésors d’Alep

Comment sauvegarder le cœur multi­millénaire mutilé d’Alep, la deu­xi­ème ville syrienne, une des plus vieilles cités de la planète, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1986 ? Et son vieux souk anéanti par les bombardements intensifs de 2016, du régime syrien et de son allié russe, visant à chasser les insurgés et les djihadistes, après quatre ans de guerre et trente mille morts ? Comment rendre vie aux treize kilomètres de venelles voûtées du bazar ? Ces questions étaient au cœur des débats organisés, vendredi 3 novembre, au ­Carrousel du Louvre, à Paris, dans le cadre du Salon international du patrimoine culturel.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/architecture/article/2017/11/03/les-nouvelles-technologies-au-chevet-des-tresors-d-alep_5209550_1809550.html#kr3gGO38UIeM0Com.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 10:37

Source : le figaro.fr

La Cueillette des pois: la justice restitue un Pissarro à une famille spoliée sous l'Occupation

Disparu pendant 50 ans après avoir été raflé pendant le régime de Vichy, le tableau du maître impressionniste était réclamé par ses anciens propriétaires. Le tribunal de Paris a rendu ce mardi sa décision.

Dans un champ inondé d'une lumière crépusculaire, on y voit six personnes à la cueillette des pois. Cette gouache, peinte en 1887 par l'un des maîtres français de l'impressionnisme, Camille Pissarro, a finalement été retirée ce mardi à ses derniers acheteurs, au profit de ses anciens propriétaires.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2017/11/07/03015-20171107ARTFIG00172--la-cueillette-des-pois-la-justice-restitue-un-pissarro-a-une-famille-spoliee-sous-l-occupation.php

Source: lejournaldesarts.fr


La justice restitue un Pissarro à une famille spoliée sous l'Occupation
Soixante-quatorze ans après avoir été confisqué sous Vichy, le tableau "La Cueillette" de Pissaro, acheté légalement par des Américains en 1995, devra être restitué aux descendants d'un collectionneur juif spolié, selon un jugement rendu mardi.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/148548/la-justice-restitue-un-pissarro-a-une-famille-spoliee-sous-loccupation.php?xtor=1203

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 9 Nov - 11:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 10:41

Source : lemonde.fr

Des visiteurs de musées assortis aux tableaux qu’ils regardent

Depuis 2014, le photographe Stefan Draschan s’intéresse aux choses qui s’assortissent : un homme et une voiture, les deux membres d’un couple ou, plus récemment, un visiteur de musée et le tableau qu’il est en train de regarder.

Cette dernière idée a donné lieu à la série « People matching Artworks » (« Des gens assortis à des tableaux ») visible sur le Tumblr de l’artiste.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/10/26/des-visiteurs-de-musees-assortis-aux-tableaux-qu-ils-regardent_5206308_4832693.html#vADRgWojpAkvdRwI.99


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/10/26/des-visiteurs-de-musees-assortis-aux-tableaux-qu-ils-regardent_5206308_4832693.html#vADRgWojpAkvdRwI.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 10:55

Source : lefigaro.fr

Israël et la Russie donnent une seconde vie à une collection de manuscrits rares

La Bibliothèque nationale israélienne a signé avec une grande institution russe un accord en vue de numériser et de publier une précieuse collection de manuscrits et de livres hébreux, mettant fin à une querelle d'un siècle sur la propriété du fonds.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/livres/2017/11/07/03005-20171107ARTFIG00259-israel-et-la-russie-donnent-une-seconde-vie-a-une-collection-de-manuscrits-rares.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 11:04

Source : lemonde.fr

Le Louvre lance un appel aux dons pour l’acquisition du livre d’heures de François 1er


Avec l’opération « Tous mécènes », le musée espère lever un million d’euros sur les 10 que coûte le manuscrit.

Acquérir le livre d’heures de François 1er, tel est l’objectif que s’est donné le Louvre en lançant, jusqu’au 15 février 2018, un appel aux dons en ligne dans le cadre de sa campagne annuelle « Tous mécènes ». Comme le musée l’avait fait en 2010 pour acheter Les Trois Grâces de Cranach, il s’agit de lever le million d’euros manquant afin d’être en mesure de répondre à l’offre d’un collectionneur anglais.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/10/26/le-louvre-lance-un-appel-aux-dons-pour-l-acquisition-du-livre-d-heures-de-francois-1er_5206342_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 11:07

Source : leparisien.fr

Une sauterelle morte découverte sur un Van Gogh aux Etats-Unis

L’insecte aurait pu arriver déjà morte sur la toile du peintre à cause d’un coup de vent.

Une sauterelle dans un tableau. Un musée du Missouri, dans le centre des Etats-Unis, a fait une drôle de découverte en étudiant au microscope un tableau de Vincent van Gogh : une sauterelle, cachée près du coin inférieur gauche de l'oeuvre depuis 128 ans.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/insolite/une-sauterelle-morte-decouverte-sur-un-van-gogh-aux-etats-unis-09-11-2017-7382565.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 11:10

Source : leparisien.fr

Cette restauration d’une peinture du XVIIe impressionne les internautes


Un marchant d’art britannique a publié sur Twitter une vidéo où il enlève le vernis d’une œuvre du XVIIe siècle.

C’est presque magique. Quelques coups de pinceau, et un tableau vieux de 1618 se débarrasse de la grosse couche de vernis marronâtre qui le recouvre. Impressionnant ? Oui, et c’est ce qui vaut à cette vidéo de restauration de peinture de remporter un joli succès sur les réseaux sociaux depuis sa diffusion lundi.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/cette-restauration-d-une-peinture-du-xviie-impressionne-les-internautes-08-11-2017-7381245.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 11:21

Source : actu.fr

Le Mumo, ce camion musée qui apporte l’art contemporain en Vallée du Loir

Un camion musée sillonne la Vallée du Loir depuis le 6 novembre. Il héberge une exposition d'art contemporain et permet au grand public ainsi qu'aux écoliers de découvrir cette forme d'art.
Lire la suite : https://actu.fr/pays-de-la-loire/ponce-sur-le-loir_72240/le-mumo-ce-camion-musee-apporte-lart-contemporain-vallee-loir_13324605.html

Source : lemonde.fr

Le MuMo, un musée qui flâne à la rencontre des enfants


C’est comme une comptine, à la fois grave et légère… « Et les enfants s’en vont devant, les autres suivent en rêvant » est une exposition entièrement imaginée pour les petits. Mais pas question d être gnangnan pour autant : lancé à l’occasion du Week-end des Frac, le projet, qui emprunte son titre à un poème d’Apollinaire, entend bien prendre les gamins pour des têtes pensantes, et des corps intelligents. Conçu à partir d’une sélection des œuvres du Frac des pays de Loire, il se veut aussi ambitieux qu’un projet destiné aux adultes.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/visuel/2017/11/01/le-mumo-un-musee-qui-flane-a-la-rencontre-des-enfants_5208736_1655012.html#p7BmgJccAhEdysqo.99

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 9 Nov - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 11:23

Source : paris.normandie.fr

Le Muséum et le musée des Antiquités vont fusionner à Rouen

Culture. Le Muséum et le musée des Antiquités ne formeront bientôt qu’un seul et même établissement. La philosophie des lieux, la scénographie, seront complètement revues dans ce projet qui s’annonce grandiose.
Lire la suite : http://www.paris-normandie.fr/region/le-museum-et-le-musee-des-antiquites-vont-fusionner-a-rouen-FE11370225

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 11:44

Source : lejournaldesarts.fr

Le Musée de l’immigration s’installe dans le paysage

Dix ans après son ouverture, le musée logé dans le Palais de la Porte Dorée commence à s’enraciner.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/148386/le-musee-de-l-immigration-s-installe-dans-le-paysage.php?xtor=1202

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 11:49

Source : lejournaldesarts.fr

Le Bass Museum se refait une image

Impliqué dans une affaire de faux dans les années 1960, le tout premier musée de Miami Beach rouvre aujourd’hui ses portes en se consacrant à l’art contemporain.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/148385/le-bass-museum-se-refait-une-image.php?xtor=1201

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 14:45

Source : latribunedelart.com

Le Musée des Beaux-Arts de Mulhouse sort de l’ombre


Il y a un Musée des Beaux-Arts à Mulhouse et celui-ci conserve de belles collections. La nouvelle pourra en surprendre plus d’un. Car les moyens accordés à cette institution ont toujours été si faibles qu’il n’avait pas de conservateur du patrimoine à sa tête, et que son fonds est pour une large part inédit. Fort heureusement, depuis trois ans Isabelle Dubois-Brinkmann, qui fut en poste au Musée des Beaux-Arts de Lyon avant de s’occuper des deux musées de l’étoffe et du papier peint de Mulhouse (des institutions sur lesquelles nous reviendrons un jour…), est désormais en charge de celui-ci qui vaut bien davantage que sa réputation à peu près inexistante.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-musee-des-beaux-arts-de-mulhouse-sort-de-l-ombre

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 15:01

Source : latribunedelart.com

M le Muséum, ou plutôt M le Maudit

52 000 œuvres, du Moyen Âge à nos jours. Cette antienne, le Musée M de Louvain (nom ridicule, mais c’est le sien) ne cesse de vous la répéter pendant votre visite. Vous êtes content de savoir qu’il contient autant d’œuvres, mais vous auriez préféré les voir.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/m-le-museum-ou-plutot-m-le-maudit

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 15:06

Source : latribunedelart.com

Un décor du XVIIe siècle retrouvé dans l’église de Retiers

Les maires qui prétextent l’impossibilité financière de restaurer leur église ou les œuvres d’art qu’elles contiennent, voire qui veulent les démolir, devraient regarder ce que réalisent certaines petites communes conscientes de leur responsabilité. Elles ne sont que les héritières de ce patrimoine et leur rôle est de le transmettre aux futurs générations, ce qu’a bien compris la municipalité de Retiers en Ille-et-Vilaine, à une quarantaine de kilomètres de Rennes.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-decor-du-xviie-siecle-retrouve-dans-l-eglise-de-retiers

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 15:08

Source : lemonde.fr

« Evitons une politique de défense du patrimoine bling-bling »


L’historien Nicolas Offenstadt, explique dans une tribune au « Monde », que le recensement que doit diriger Stéphane Bern est déjà fait par les services de l’Inventaire général et s’interroge sur la vision historique de ce dernier.
Lire la suite : http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2017/10/04/nicolas-offenstadt-evitons-une-politique-patrimoniale-bling-bling_5195937_3232.html

Source : latribunedelart.com


Emmanuel Macron, Stéphane Bern et le patrimoine

Certains applaudissent, d’autres se gaussent. Mais parmi ces derniers, nous n’en voyons pas beaucoup qui ont un jour manifesté leur intérêt pour le patrimoine, et encore moins qui ont cherché à le défendre. La mission donnée par Emmanuel Macron à Stéphane Bern de réaliser une liste de monuments historiques en péril et des ressources qu’il serait possible d’y affecter sans obérer davantage le budget de l’État mérite une analyse plus fine que ces applaudissements béats ou ces critiques systématiques.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/emmanuel-macron-stephane-bern-et-le-patrimoine

Le patrimoine est une chose trop sérieuse pour la laisser à cet historien

Le Monde a publié une tribune de l’historien Nicolas Offenstadt qui s’était déjà offusqué dans L’Obs de la mission confiée à Stéphane Bern sur le patrimoine (voir notre article). Nous avons tenté quelques échanges avec lui via Twitter en critiquant certaines affirmations erronées de son dernier texte, qui n’ont abouti, avec une mauvaise foi ahurissante, qu’à cette réponse de sa part : « « Tribune de l’art » ? ou service de la communication de Stéphane Bern ».
Lire al suite : http://www.latribunedelart.com/le-patrimoine-est-une-chose-trop-serieuse-pour-la-laisser-a-cet-historien

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 15:11

Source : latribunedelart.com

Batailles autour des photographies d’œuvres du domaine public


6/11/17 - Droits photos - Royaume-Uni et France - Des historiens de l’art et des éditeurs de revues d’histoire de l’art britanniques ont envoyé au Times un courrier dénonçant les droits photographiques que les musées réclament pour la publication d’œuvres d’art qui se trouvent pourtant dans le domaine public. Cette initiative a été prise par Richard Stephens et Bendor Grosvenor, dont le blog Art History News est l’un des meilleurs de langue anglaise, et qui est également le créateur de l’émission Britain’s Lost Masterpieces qui connaît un grand succès outre-manche et a ce mois-ci les honneurs de l’éditorial du Burlington Magazine.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/batailles-autour-des-photographies-d-oeuvres-du-domaine-public

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   Jeu 9 Nov - 15:16

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com


Trois dessins d’Eugène Devéria offerts au Louvre
http://www.latribunedelart.com/trois-dessins-d-eugene-deveria-offerts-au-louvre

Un tableau de Jean-Baptiste Oudry pour Agen
http://www.latribunedelart.com/un-tableau-de-jean-baptiste-oudry-pour-agen

Un tableau d’Étienne Bouhot acquis par Stockholm
http://www.latribunedelart.com/un-tableau-d-etienne-bouhot-acquis-par-stockholm

Une acquisition et un dépôt au Musée des Beaux-Arts de Rennes
http://www.latribunedelart.com/une-acquisition-et-un-depot-au-musee-des-beaux-arts-de-rennes

Un panneau attribué à Jan van Dornicke acquis par Cassel
http://www.latribunedelart.com/un-panneau-attribue-a-jan-van-dornicke-acquis-par-cassel

Récentes acquisitions napoléoniennes du Musée Fesch
http://www.latribunedelart.com/recentes-acquisitions-napoleoniennes-du-musee-fesch

Souscription pour un fonds de dessins d’un artiste oublié : Jean-Marie Delaperche
http://www.latribunedelart.com/souscription-pour-un-fonds-de-dessins-d-un-artiste-oublie-jean-marie-delaperche

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (6-12 novembre 2017)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (6-12 novembre 2017)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: