Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)   Mer 24 Jan - 9:26

Musées région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

2017 : un bon cru pour les musées tourangeaux
L’heure du bilan des fréquentations en 2017 est arrivée pour les musées de la ville de Tours. Et il s’avère plutôt positif ! Le Muséum d’histoire naturelle enregistre la plus forte hausse de fréquentation en 2017 avec son exposition sur les "fourmis".  Le Musée du Compagnonnage peut se réjouir avec une augmentation de 28 % de sa fréquentation par rapport à 2016. En revanche le musée des beau-xarts a enregistré une baisse de 7%.  C’est néanmoins le Jeu de Paume qui a connu la plus grosse baisse. Inauguré le 11 mars 2017, le Centre de création contemporaine Olivier Debré a attiré  76.700 visiteurs en 9 mois. L'objectif de 100 000 visiteurs par an semble devoir êre atteint.
NR Tours-Agglo, 24/01/2018, p. 10

(La Chatre) Les vitraux de l’église restaurés pour être exposés
Le Musée de La Châtre va connaître une vaste restructuration cette année. Le déménagement des collections dans les nouvelles réserves, davantage adaptées à la conservation, a permis de répertorier toutes les pièces qui y étaient entreposées. Parmi elles, sept magnifiques vitraux, appartenant à l’ancienne église, classés au patrimoine des Monuments historiques. Suite à l’effondrement du clocher de l’ancienne église en 1896, ces vitraux avaient terriblement souffert. Réalisés par Jean Lécuyer, peintre verrier de Bourges, et inspirés de la Renaissance, ils représentent la scène du martyr de saint Vincent. Après avoir été consolidés, ils furent longtemps exposés  dans le musée, lorsqu’il était situé à l’hôtel de ville. Depuis que le transfert du musée a été fait dans le vieux donjon de l’ancien château, ils étaient restés dans les réserves. Ces sept panneaux vont bientôt retrouver une place d’exception. Ils sont partis à l’atelier Hervé-Debitus, à Tours, pour dix mois de restauration.
NR Indre, 23/01, p.13

(Châteaudun) Le musée des beaux arts et d’histoire naturelle consacre une exposition au renard
Considéré par les contes comme un nuisible voleur fourbe, le renard a une mauvaise image qui lui colle à la peau. Mais, dans la réalité, il est bien plus utile qu’on ne le pense. La nouvelle exposition temporaire du musée des beaux arts et d’histoire naturelle de Châteaudun a souhaité rappeler son rôle crucial dans la biodiversité. « Le renard est loin d’être nuisible. C’est un magnifique animal qui a toute sa place », souligne Mireille Bienvenu, responsable du musée, qui a souhaité proposer une  exposition « aussi ludique qu’enrichissante » avec « un regard le plus scientifique et le plus objectif possible ». Un concurrent des chasseurs Les panneaux loués à  l’Association pour la protection des espèces sauvages (ASPAS) nous révèlent que Maître Renard paie cher sa mauvaise réputation. Avec 600.000 à 1 million de morts chaque année dans le cadre de la chasse, du piégeage et du déterrage, c’est l’animal le plus tué en France.
L'Echo, 22/01, p.20

(Artenay) La vieille roulote, symbole du musée du théâtre Forain, sera réhabilitée
L’association des Amis du musée du théâtre Forain s’est réunie en assemblée générale, samedi au musée. Elle est présidée par Lydia Métais et son bureau est constitué de Bernard Chevolot, trésorier et Lilian Massé, secrétaire. Elle a été fondée en 2010, avec comme objectifs, la promotion et le soutien des actions et le rayonnement du musée auprès du public. Elle compte aujourd’hui 117 adhérents. « Le musée n’est pas seulement un lieu de mémoire, c’est aussi un lieu de vie où on peut découvrir les 1.000 facettes du théâtre forain », a expliqué Lydia Métais. Benoît Têtu, directeur du musée, et Lydia Métais ont fait part des différentes actions menées avant d’évoqué les projets 2018. Réaménager la salle opérette, refaire la totalité des vitrines, et sans doute l’acquisition par l’association d’un piano droit, qui sera installé dans cette salle.
RC Orleans, 25/01, p.20

(CC Coeur de Beauce) Tourisme et culture
La Com’com a en charge la compétence tourisme et culture. « Nous travaillons sur le musée de Loigny et sur la Maison de la Beauce qui pourrait bien devenir un centre de tourisme pour valoriser notre territoire. » (intégral)
L'Echo, 25/01

(Chateauroux) La volière de Sainte-Hélène en voyage
Le musée des Beaux arts de Montréal présentera, du 30 janvier au 6 mai, une exposition intitulée la Maison de l’empereur (*). Celle ci a pour ambition de faire revivre l’esprit de la cour impériale tout en analysant les arcanes de son fonctionnement. Itinérante, elle sera ensuite présentée aux États Unis, au Virginia Museum of fine arts, à Richmond, et au Nelson Atkins museum of arts, à Kansas City, puis, en 2019, au Musée national du château de Fontainebleau. Quatre des pièces réunies pour cette exposition, et non des moindres, proviennent du musée Bertrand, à Châteauroux. Il s’agit du bâton de cérémonie de grand officier de la Mai s on de l’empereur ayant appartenu à Bertrand en sa qualité de grand maréchal du palais, de l’un de ses rares portraits, à l’âge de 35 ans, d’une gouache de la maison de Longwood, dernière demeure de Napoléon sur l’île de Sainte Hélène, et de la volière qui s’y trouvait.
(*) Cette exposition est organisée par le musée des Beaux arts de Montréal avec la participation du château de Fontainebleau et le soutien exceptionnel du Mobilier national de Paris.
Le Berry, 28/01, p.5

(Henrichemont) Le musée de la Poterie ne va pas rester de marbre en 2018
Le musée de la Poterie a tenu son assemblée générale sous la présidence de Renaud Régnier. Plusieurs pistes sont explorées pour continuer son développement. En 2018, des rencontres vont être organisées avec les partenaires comme le centre céramique qui accueille beaucoup plus de visiteurs et la communauté de communes des Terres du haut Berry. Il est envisagé de créer un billet commun pour les trois sites bornois : le musée de la poterie, le centre céramique et le musée Ivanoff. Des rencontres avec les archives départementales et la mise en place d’un partenariat pourraient apporter une aide dans la gestion des archives. Des contacts vont être pris avec la mairie de Bourges pour mettre en place un rapport plus fluide, notamment lors de l’emprunt de pièces céramiques. Dans le but de créer une nouvelle dynamique, il est envisagé de mettre en place, dès 2019, une seconde exposition en cours d’année afin de créer quelque chose de l’ordre de l’événementiel.
Le Berry, 28/01, p.14

(Chartres) Les divers métiers du musée se dévoilent
Huit personnes travaillent en permanence au musée des Beaux-Arts de Chartres, à l’accueil, dans les salles ou les bureaux. Jeudi, quatre d’entre elles ont parlé de leur travail, souvent ignoré par le public. Cette plongée dans les coulisses a visiblement passionné les personnes présentes.
L'Echo, 28/01, p.8

(Dreux) L’écomusée ne sait pas de quoi demain sera fait

Flora gallica vient de clore sa trentième année d’activité. Un joli bail et un bel âge, mais quelques nuages sombres planent sur l’association, dont le président, François Fillon n’est pas particulièrement optimiste. L’inquiétude ne vient pas de la fréquentation, de l’ordre de 3.000 personnes, dont 500 scolaires pour qui « l’entrée est gratuite, parce qu’accès à la culture doit être gratuit pour les écoles. » Une dizaine de groupes ont d’ores et déjà réservé leur visite en 2018, mais François Fillon préfère ne pas trop s’engager au delà de la période estivale. « Sera t on encore ouvert en septembre, aura t on encore du personnel ? » s’interroge un président dans l’incertitude.
L'Echo, 28/01, p.12

Bientôt un musée des Debré en Touraine ?

les Debré en Touraine, une véritable saga qui épouse tout le XXe siècle. Des personnalités fortes. Robert, le grand-père, le célèbre pédiatre. Ses deux fils, Michel, le Premier ministre de Charles de Gaulle, et Olivier, le peintre de la Loire. Les petits-fils, les jumeaux Jean-Louis et Bernard, ou encore Patrice, le médecin, pour ne citer qu’eux. Des lieux emblématiques aussi. Le château de Nazelles, la mairie d’Amboise chère à Michel, la propriété de L’Épine fleurie à Montlouis (vendue après la mort de celui-ci), et celle des Madères bien sûr, à Vernou-sur-Brenne. « De l’Épine fleurie, on voit les Madères, de l’autre côté de la Loire » s’amusait Michel Debré. Les Madères, c’est le berceau de trois générations de Debré depuis les années 30, où vécurent Robert puis Olivier, Patrice maintenant, qui entretient la flamme familiale. La propriété, avec ses dépendances troglodytiques, vient d’être classée site emblématique du département, avec la bénédiction de l’Unesco. La « maison Debré » en Touraine, comme disait Robert ? Qu’en reste t-il concrètement aujourd’hui ? Michel repose au cimetière d’Amboise, où il a laissé son nom à la place du château. Robert est en terre à Vernou. Patrice a été la cheville ouvrière, côté famille, du centre d’art contemporain de Tours baptisée Olivier-Debré et inauguré en 2017. Et il y a eu cette belle exposition du peintre Édouard Debat-Ponsan, beau-père de Robert, présentée au musée des Beaux-Arts de Tours.Mais, est-ce suffisant ? L’idée fait son chemin : et pourquoi pas un musée tout à la gloire des Debré (y compris les pages tristes et sombres) en Indre-et- Loire ? Les documents et témoignages ne manquent pas. Avec eux en effet, on touche à tout, arts, peinture, architecture, sciences, musique, littérature, patrimoine, médecine,Ve République de 1958 à nos
jours… Un musée aux Madères ? Ce serait logique.
+ “ Nous gérons des maisons d’écrivains en Touraine. Le plus compliqué, après l’investissement, c’est le fonctionnement, le financement à long terme ” observe Jean-Gérard Paumier, président du Département, qui juge malgré tout séduisante l’idée d’un musée des Debré.
NR Indre et Loire, 28/01, p.2

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 2 Fév - 10:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)   Mer 24 Jan - 9:26

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

Un autre palais signé Foulques Nerra !
C'est sans doute le plus gros scoop d’une campagne de fouilles marquée par de nombreuses surprises. Les archéologues ont passé plusieurs mois à analyser les données scientifiques qu’ils ont collectées l’été dernier près du Logis royal. Et ils ont pu établir un fait qui bouleverse la connaissance que l’on avait de la cité royale : vers l’an mil, Foulques Nerra ne s’est pas contenté de construire à Loches le donjon, ce chef-d’oeuvre de l’architecture défensive et résidentielle. Il a également érigé un second palais, au fond de l’actuel parc du Logis royal (1). C’est à ce comte d’Anjou, grand bâtisseur et redoutable guerrier, que l’on doit la grande salle seigneuriale découverte par les archéologues du conseil départemental en 2016. « On a toutes les preuves scientifiques (2) », précise le responsable de la campagne de fouilles, Pierre Papin. « Cette  grande salle a été construite au tout début du XIe siècle, en plein règne de Foulques Nerra. C’est lui qui a bâti le donjon et la salle » ainsi que le palais à laquelle elle  appartenait. C’est dire, aux yeux de Foulques Nerra, l’importance majeure de Loches qu’il a dotée à la fois d’une tour exceptionnelle – le donjon, à la vocation à la fois militaire et de logis – et d’un palais plus confortable.
+ ••• C’était bien le castrum antique
+ Les remparts étaient doubles !
(1) Le Logis royal n’a quant à lui commencé à voir le jour que plus de trois siècles plus tard.
(2) Aussi bien au travers de l’étude des fragments d’objets retrouvés que de l’étude des niveaux de sol.
NR Indre et LoireE, 20/01, p.15

(Senantes) Tous les métiers des Gaulois en exposition
L’association Senantes, Loisirs, culture, nature présentait, vendredi, dans la salle des fêtes de Dancourt, une exposition sur « les métiers Gaulois », réalisée par l’Institut National des Recherches Archéologiques Préventives (INRAP). Grâce aux archéologues, les découvertes des vingt dernières années ont bouleversé les idées reçues sur les Gaulois, notamment en ce qui concerne la variété et la spécificité de leurs métiers. Sur de grands panneaux illustrés, les visiteurs ont pu découvrir le charpentier, le potier, le tisserand, le mineur, l’orpailleur, l’agriculteur, l’éleveur, le chaudronnier, le saunier, le verrier, le bijoutier, au temps des Gaulois. Les organisateurs justifient une telle exposition par « l’histoire même de Senantes où l’on trouve encore des chemins et des fossés datant du Ve siècle av JC. Les enfants du regroupement pédagogique de Chaudon et celui de Faverolles Les Pinthières ont déjà bénéficié de l’exposition. Ceux de Coulombs pourront l’admirer la semaine prochaine. (intégral)
L'Echo, 21/01

(Bonnée) Très chères fouilles archéologiques...
Lors de ses voeux, le maire, Michel Auger, a lancé un appel aux élus locaux, à l'Assemblée nationale et au Sénat : « Si vous souhaitez soutenir la ruralité, il est indispensable que vous interveniez et relanciez les débats sur des lois définissant la participation des communes lors de travaux telles les fouilles archéologiques. Comment engager des travaux d'aménagement dans des conditions comme celles imposées par la direction régionale des affaires culturelle. Notre budget de fonctionnement est de 480.000€. Comment pouvons nous consacrer 135.000€ à des travaux de fouilles archéologiques ? La défense de la ruralité passe aussi par là. » (intégral)
RC Loiret, 25/01

(La ChapelleSaint Ursin) La villa antique se dessine
Le trait historique toujours aussi précis, Jean Chen enchaîne les projets. Dans son atelier berruyer, l’artiste empile les aquarelles sur les temps anciens du Berry. Il y a celles, monumentales, de Bourges au temps du duc Jean de Berry, autour de 1400, ou encore de la ville au XVIe sous le règne de François Ier. Des oeuvres compilées dans un livre : Bourges au fil des siècles. Plus discrète est sa dernière réalisation, fruit d’une étroite collaboration avec le service d’archéologie préventive de la communauté d’agglomération Bourges plus. Petite touche par petite touche, Jean Chen a couché sur le papier une représentation de l’Angoulaire, cet ensemble gallo romain révélé, entre 2015 et 2016, à l’est de La Chapelle Saint Ursin, par les archéologues. Avant que le site ne devienne une zone pavillonnaire. Par « crainte de l’anachronisme, mes connaissances étant insuffisantes dans ce domaine », Jean Chen a pris le parti de ne représenter ni humain ni animal sur ses planches vouées à être exposées et à figurer dans une plaquette archéologique de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac).
Le Berry, 27/01, p.6

L’avenir de l’association CAP Drevant-La Groutte est menacé

Quel est l’avenir de l’association Conservation et animation du patrimoine (CAP) de Drevant et La Groutte ? La question se pose sérieusement puisque, à l’issue de l’assemblée générale de jeudi soir, le bureau a démissionné et personne ne s’est manifesté pour prendre la suite. L’association, qui fait vivre le patrimoine galloro main sur ces deux communes, est menacée de « mise en sommeil voire même de dissolution », a confié Jean-Michel Cagé, le président démissionnaire. « Lorsque j’ai pris la présidence, j’avais dit que c’était pour un mandat de deux ans. Nous y sommes, explique Jean-Michel Cagé. Le secrétaire est là depuis trois ans, le trésorier depuis trois ans aussi et il avait même été secrétaire pendant deux ans juste avant. » Tous veulent passer la main. Mais, jeudi soir, au moment de demander s’il y avait des candidats, personne ne s’est proposé.
Le Berry, 27/01, p.21

(Bossay-sur-Claise) Association de préhistoire et d’archéologie : une année dense
Lors de l’assemblée générale de l’Apab (Association de préhistoire et d’archéologie de Bossay-sur-Claise), samedi, le président, Raoul Guichané, a rappelé les activités de l’année écoulée. L’exposition temporaire au musée avait choisi de montrer la paille dans tous ses états et avec toutes ses utilisations pratiques. Le clou de l’exposition était un ensemble de tableaux constitués de brins de paille collés sur étoffes. La sortie annuelle était sur le même thème, avec la visite d’une maison en paille. Le président a annoncé le thème de la prochaine exposition : le chemin de fer, en hommage à la voie ferrée locale qui vient d’être démantelée.
NR Indre et LoireE, 27/01, p.18

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 2 Fév - 10:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)   Mer 24 Jan - 9:27

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

Chartres. Cathédrale : le trésor espéré mi-2020
La restauration extérieure de la chapelle Saint-Piat se termine. La Direction régionale des affaires culturelles (Drac) Centre-Val de Loire a piloté la restauration de l’ensemble de l’enveloppe extérieure (charpente, couverture et maçonnerie) ainsi que la totalité des verrières qui ont été doublées pour les protéger des intempéries. La prochaine étape consistera en la restauration et l’aménagement intérieurs de la chapelle Saint-Piat, notamment de la salle capitulaire, au rez-de-chaussée. Le travaux ne commenceront pas avant janvier 2019
Echo rép. 24/01/2018, p. 7

Amboise. Orgue de Saint-Denis : la souscription est lancée
Lundi, la mairie et la Fondation du patrimoine ont signé une convention de souscription pour permettre la restauration de l’orgue de l’église Saint-Denis.
NR Touraine Est, 24/01/2018, p. 17

Ligny-le-Ribault. La commune apparaît sur grand écran
L’écomusée patrimoine propose la projection du documentaire fiction Courjumelle, jeudi, à la salle polyvalente en présence du réalisateur, Jean­ Claude Raoul. Environ 160 habitants de Sologne permettent de re­vivre des tranches de vie des années 20 et de se re­plonger au cœur de cette période. Plus d’une vingtaine de com­munes, dont Ligny­-le-­Ri­bault au travers de la tuilerie de la Bretèche, ap­paraissent dans le film.
Rép. Centre Orléans, 24/01/2018, p. 18

Annonçé au moment des voeux en commune

Saint Lyé la Forêt : Puis, Chantal Beurienne est revenue sur l’interdiction, depuis 2014, de faire sonner la cloche, le beffroi étant défectueux ainsi que les baies abatsson. Tout a été réparé et une nouvelle cloche est en exposition à l’église. Elle sera baptisée dimanche, à 13h30, avant d’être installée au clocher de l’église. Coût des travaux : 32.604 euros avec une subvention de l’État de 11.411 euros.
RC Loiret, 23/01
: Le maire a annoncé un vaste programme de travaux à l’église. Un chantier qui s’étalera sur 7 ans, pour un montant de 1 million d’euros. La première tranche sera réalisée cette année pour un montant de 350.000 €, subventionné par la DRAC et le conseil départemental. Elle concernera essentiellement l’étanchéité de la bâtisse, très préoccupante, et la restauration du retable.
Suancé au Perche : travaux et études à mener pour l’année 2018 : un diagnostic patrimoine concernant l’église en collaboration avec les Amis de l’église Saint Georges
L'Echo, 23/01
Argy : préservation du clocher de l’église et protection de sa partie haute
NR Indre, 23/01
Bouffry : Le second chantier touche le patrimoine de la commune avec la restauration de la porte de l’église ainsi que la dépose, restauration et repose des trois vitraux. L’ensemble a également été chiffré à 10.000 €. Des subventions doivent venir aider la commune dans cette démarche.
NR Loir et Cher, 23/01

(Saint Avit) Si le trésor de Saint-Avit m’était conté
«Le Temps n’est qu’un instant présent, qui oublie le passé ne saurait comprendre l’avenir. » Alliance et ponts, l’association paroissiale de Saint Denis les Ponts, Lanneray, La Chapelle du Noyer et Logron, pourrait faire sienne cette citation de Sénèque. Elle a retracé en octobre l’« incroyable existence » de l’abbaye royale dédiée à SaintAvit, moine orléanais (480570) aux dons de guérisseur et de voyance, du  VIe au XIXe siècle, à Saint Denis les Ponts » pour « retrouver un peu du passé de la commune » « Cette exposition a été vue par plus de mille personnes en trois jours et fait naître une effervescence autour de Saint Avit. Pourvu que cela ne s’éteigne pas », a souligné, mardi, Olivier d’Espinay, membre de l’association paroissiale, après avoir annoncé qu’un livre était en gestation. « Nous avons reçu énormément de demandes lors de l’exposition. C’était impressionnant, mais j’ai estimé que c’était trop tôt. La préparation de l’exposition a nécessité dix mois de travail et j’étais un peu fatigué. J’avais plutôt envisagé un roman au départ et je savais que ce serait un boulot énorme. » Le succès de l’exposition a tout changé : « La Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) nous a sollicités car une partie de notre travail l’intéresse. Elle fait actuellement des recherches sur les abbayes de femmes jusqu’à la Révolution française dans la région et s’est dite prête à nous subventionner si nous éditons un livre. Cela nous a un peu décidés à nous lancer. »
L'Echo, 23/01, p.21

(Flacey) L’Annonciation retrouve l’église du village
Le domaine de Moresville a accueilli une nouvelle fois les habitants de la commune, vendredi soir, pour la cérémonie des voeux de la municipalité. À cette occasion, ils ont pu redécouvrir le tableau L’Annonciation, toile du début XVIIe siècle représentant la fougue juvénile d’un ange aux ailes déployées au côté d’une Vierge à l’expression craintive. L’oeuvre anonyme, restaurée grâce à l’initiative de l’abbé François Mucher y, retrouvera sa place dans l’église. (intégral)
L'Echo, 23/01

(Saint Firmin des Prés) La chapelle à “ emporter ” s’en ira vers la Sologne
A Saint-Firmin-des-Prés, la chapelle néogothique à vendre « à emporter », restera dans le Loir-et-Cher. Cet édifice désacralisé situé dans l’enceinte du château de Moncé, propriété du sexologue Jacques Waynberg, a été acquis aux enchères ce lundi par Monique Pozzo di Borgo. Cette passionnée d’art religieux compte transférer la chapelle dans sa propriété de Vouzon en Sologne, qu’elle habite depuis 30 ans. Et c’est pour 20.000 €, « plus 4.000 € pour les frais », que le bâtiment a été adjugé par les commissaires-priseurs Aymeric et Philippe Rouillac. « Une vente inespérée » pour Jacques Waynberg, qui souhaitait se départir de sa chapelle trop coûteuse à remettre en état, sans pour autant en être réduit à la détruire. La vente n’aura duré que quelques minutes, les acquéreurs potentiels étant au nombre de trois ou quatre. Monique Pozzo di Borgo elle même, n’a eu connaissance de cette vente qu’il y a peu. « J’étais sur le point d’en faire édifier une en briquettes et en vieux bois. Puis ce vendredi, j’ai appris par Internet que cette vente se préparait. » Tout de suite, elle est séduite par l’édifice religieux datant de la fin du XIXe siècle, et notamment « son autel ». Aujourd’hui nouvelle propriétaire, comment compte-t-elle déplacer les 100 tonnes du bâtiment ? « On n’en est pas encore là », répond-elle, en précisant avoir « consulté des spécialistes » avant d’acheter. La déconstruction, le déplacement et la reconstruction « pourraient coûter un million d’euros », estimaient sur place plusieurs connaisseurs.
NR Loir et Cher, 23/01, p.3

Annonçé au moment des voeux en commune
Briare : Pour l’année qui arrive, le fleuron de la ville qu’est le Pont Canal sera rénové, en étroite collaboration avec les Voies navigables de France (VNF) pour attirer encore plus de visiteurs et tenter de dépasser les 400.000 passages par an.
RC Loiret, 22/01
Auneau-Bleury-Saint-Symphorien : Sur le secteur de Bleury Saint Symphorien, poursuite de la restauration de l’église Saint Martin. Sur le secteur d’Auneau, le réaménagement de la vallée de l’Aunay a été annoncé tout comme une première tranche de restauration de l’église Saint Rémy
L'Echo, 22/01

(Saint Hilaire les Andrésis) Aider « Marie » à sonner sans risque
Âgée tout de même de 371 ans, Marie est fatiguée et a de plus en plus de mal à remplir son office. Marie, c’est le nom de la cloche de l’église que la municipalité a décidé de restaurer, avec le soutien de la fondation du patrimoine. Une opération qui donnera lieu  prochainement à deux événements spectaculaires : la descente et la remontée de la cloche auxquelles sera conviée la population. Samedi matin, lors de la signature de la convention pour la mise en place d’une souscription populaire, Lionel de Rafelis, maire, et Bernard Vella, délégué départemental de la fondation du patrimoine, ont mis l’accent sur la nécessité de protéger le patrimoine qui constitue non seulement un témoignage du passé, mais aussi un élément fondamental du développement du tourisme rural. Bonne nouvelle pour les habitants : la restauration ne leur reviendra pas  bien cher, car la dépense, estimée à 24.867 euros, bénéficiera d’une subvention de 12.433 euros de la direction départementale des affaires culturelle (Drac), à laquelle s’ajoutera, bien sûr, le produit de la souscription.
RC Loiret, 22/01, p.14

Ces entreprises qui font vivre le patrimoine
Promouvoir un savoir faire « rare, notoire, indiscutable » reposant tout à la fois sur des techniques traditionnelles et une « identité forte » : telle est la mission conférée aux  Entreprises du patrimoine vivant (EPV). En 2005, ce label a été créé par le secrétariat d’État à l’Artisanat et aux PME pour distinguer « l’excellence française ». S’il fait désormais référence auprès des pouvoirs publics, des gros donneurs d’ordre et d’une clientèle avertie, il reste encore trop méconnu du grand public. C’est le sentiment  général qui est ressorti d’une première rencontre des EPV du Centre-Val de Loire qui s’est tenue fin novembre à Orléans, à l’initiative de la direction du travail (Direccte) et de la chambre régionale des métiers et de l’artisanat. Avec une quinzaine d’entreprises labellisées EPV, l’Indre-et-Loire est le département le mieux doté de la région Centre-Val de Loire qui en compte 50 au total. Malgré un taux d’accréditation supérieur à la moyenne nationale sur les dix dernières années, celle-ci rassemble seulement 3,5 % des labellisations nationales. Une représentation encore trop discrète. D’où la volonté de renforcer le réseau et la dynamique collective. A Orléans, la Dirrecte a suggéré la création d’une association régionale regroupant les EPV.
+ ••• Quinze EPV labellisées en Touraine
NR Indre et Loire, 22/01, p.2

Annonçé au moment des voeux en commune
Château Renard : Pour 2018, les marchés ont été attribués pour les restaurations d’une partie de l’église et de la maison du XVIIe siècle, de l’Île de Canada (une souscription est ouverte).
Boismorand : Le maire a présenté les projets pour 2018. Le dossier prioritaire est la restauration de l’église. Une étude réalisée en 2017 a démontré la nécessité d’engager des travaux importants. Des dossiers de subventions pour réaliser le montage financier sont déposés. La maîtrise d’oeuvre dépose le permis de construire et monte le dossier de consultation des entreprises.
RC Loiret, 20/01
Humbligny : Pour 2018, la municipalité prévoit des travaux de mise aux normes de l’électricité de l’église, pour un montant de 1.446 euros. Et de nouveaux bancs, pour l’église toujours, doivent être livrés d’ici la fin du mois, soit un investissement de 6.144 euros.
Le Berry, 20/01La Colombe : Dans l’église trois tableaux qui n’étaient pas mis en valeur et se détériorent, devrait être restaurés en fonction des subventions qui sont à l’étude.
NR Loir et Cher, 20/01
Vicq Exemplet : Le maire a rappelé les travaux 2017, dont la première tranche de travaux de restauration de l’église. La seconde tranche, prévue dans l’année 2018, permettra la pose des enduits sur le choeur, la mise en place du nouveau vitrail et le retour des cloches. Une souscription lancée avec la Fondation pour le Patrimoine a permis de récolter 14.045 € pour mener à bien ce chantier de 95.000 €.
NR Indre, 20/01

(Vierzon) Une maison pour les champignons
Une maison du Shiitaké à Vierzon… Plus rien n’arrête l’homme d’affaires Olivier Rivet, qui a créé les Champignonnières de Sologne l’année dernière. Celui qui a entrepris le pari fou de faire pousser des champignons dans des anciens containers aux Forges, s’est porté acquéreur de la maison à pans de bois située rue Voltaire. « Un jour, je déjeunais dans un établissement en face et je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose de cette maison », affirme Olivier Rivet. Visible sur la majorité des cartes postales vierzonnaises, l’édifice érigé sur trois niveaux pourrait devenir la vitrine de la société. « Nous l’avons visité. Au début, nous avions plusieurs idées de projets comme un salon de thé ou un logement. Finalement, je me suis dit, pourquoi pas en faire une maison du Shiitaké ! ». Ainsi, la semaine dernière, Olivier Rivet a fait une proposition financière à l’agence  immobilière qui gère le bien. « Nous attendons un retour. Il y aura un certain nombre de travaux, même si les bases sont  solides. » Si la demande de rachat est validée, Olivier Rivet aimerait rapidement entreprendre des travaux pour son futur temple de la mycologie.
Le Berry, 20/01, p.15

(Chartres) Le tour de choeur expliqué au public

L’office de tourisme, en collaboration avec le service accueil et visites de la cathédrale, propose une visite guidée, sur le tour de choeur de la cathédrale, aujourd’hui, à 14h30. Elle sera animée par Isabelle Paillot, présidente des Amis de la cathédrale, sous les angles historique, iconographique et sur la restauration de l’édifice. Pour Isabelle Paillot, « c’est un tour de choeur unique. Il y en a d’autres très beaux dans des édifices gothiques, mais au XVIIIe siècle, beaucoup ont disparu, parce qu’à cette époque, on a privilégié des choeurs ouverts. » « Ce qui est extraordinaire dans cette restauration, précise Isabelle Paillot, c’est qu’enfin le tour de choeur est regardé et contemplé par les touristes et les visiteurs de la cathédrale. Autrefois, ils visitaient l’édifice, allaient dans le déambulatoire dos à la clôture de choeur pour regarder les vitraux. »
L'Echo, 20/01, p.12

(Issoudun) Livre sur l’histoire des arbres de Jessé
Les Amis du vieil Issoudun ont tenu leur assemblée générale, sous la présidence de Jean-Jacques Desormiers. Revenant sur l’année écoulée, le président a notamment cité l’exposition 1917, envol de l’école US autour d’Issoudun et la parution du bulletin n° 20, qui « traite uniquement des Américains en Champagne berrichonne et a rencontré un vif intérêt. » Les projets ne manquent pas pour 2018. Faisant suite au « succès remporté par les trois conférences de Jean-Pierre Dermenghen sur les Arbres de Jessé, nous prévoyons la parution d’un très beau livre sur ce sujet », a annoncé Jean-Jacques Desormiers.
NR Indre, 20/01, p.18

(Joué les Tours) Un lifting avant le printemps au château des Bretonnières
S’ils lèvent les yeux l’été prochain, les enfants du centre de loisirs qui s’installe chaque année au château des Bretonnières, noteront peut-être le changement. La façade nord du bâtiment aura alors bénéficié d’un rafraîchissement bienvenu, qui devrait lui donner une tout autre allure que celle d’aujourd’hui. C’est en tout cas l’objet des travaux qui ont débuté vendredi matin et qui doivent s’achever fin avril. « Trois entreprises vont se succéder pour réaliser ces travaux », explique Noëlle Blot, directrice des bâtiments à la ville de Joué-lès-Tours. « Nous allons d’abord remplacer les pierres de tufeau de la façade et refaire les enduits, puis nous allons remplacer la zinguerie, et enfin repeindre les menuiseries. » Plus de 14 m3 de pierres de tufeau, venues de Villentrois, dans l’Indre, seront nécessaires au ravalement.
NR Indre et Loire, 20/01, p.16

Les belles dames de Talcy assurent sa renommée
Mais de mon Paradis je méprise leur terre Et le ciel ne m’est rien au prix de ta beauté… Si on s’intéressait en premier aux amours d’Agrippa d’Aubigné ? Le Huguenot à l’esprit mordant, homme de guerre volontiers querelleur, était aussi un poète. Ayant des terres près de Mer, sa relation avec Diane Salviati (nièce de Cassandre) est parfaitement avérée. On dit qu’elle l’a soigné avec dévotion à Talcy même, gravement blessé… Guide conférencier du château, Jean-Yves Pouchoux émet une hypothèse : « D’Aubigné était un grand admirateur de Ronsard. On peut se demander s’il ne s’est pas identifié à lui en chantant ses amours pour Diane, une Salviati, comme Cassandre… » Quelle richesse pour un monument de sentir la présence de telles muses, dont on ne possède d’ailleurs aucune image ! Laissant la bride sur le cou à l’imaginaire… Cet onirisme si particulier, le ministère de la Culture le célèbre en attribuant à Talcy son label « Maisons des Illustres ». Il « valorise les lieux qui conservent et transmettent la mémoire des femmes et des hommes qui se sont illustrés dans l’histoire politique, scientifique, sociale et culturelle de la France. » Un label qui ne s’obtient pas en claquant des doigts ! « Désormais, notre site figure dans les documents diffusés par le ministère, ainsi que de tous les offices de tourisme », se réjouit Anne Alligoridès, en charge de la communication de Talcy. Cette reconnaissance nationale et au-delà se double d’autres avantages, par exemple une signalisation routière spécifique.
NR Loir et Cher, 21/01, p.3

(Azay-le-Rideau) Le château confirme sa renaissance
Des hausses de fréquentation de 30 à 74 % enregistrées entre juillet et décembre qui scellent le retour à son rang du château d’Azay-le-Rideau. Le domaine a, d’après le Centre des monuments nationaux (CMN), propriétaire des lieux, accueilli 281.000 visiteurs en 2017. La demeure des Biencourt renoue ainsi avec des chiffres « satisfaisants » et aborde l’avenir avec enthousiasme. Objectif fixé pour 2018 : la barre des 320.000 entrées à la fin d’une année jugée « essentielle », la première depuis 2014 sans échafaudage. Si le bouche à oreille semble redonner à Azay-le-Rideau de son crédit, la stratégie de développement repose aussi sur l’accueil des groupes (5 % de la clientèle en 2012, 10 % à moyen terme). « Des segments de clientèle que nous sommes allés chercher, en plus de ceux que nous avions perdus et qui reviennent », explique Chrystelle Laurent, administratrice du château. La page du chantier du siècle et ses 8 millions d’euros investis étant tournée, le château et la ville se structurent de manière à assumer une affluence à la hauteur des ambitions.
NR Indre et Loire, 21/01, p.9

Annonçé au moment des voeux en commune
Morogues : Les travaux de l’église sont presque terminés. Il reste encore l’aménagement intérieur à finir. Une journée festive s’annonce pour célébrer le réveil de l’église, mise en sommeil durant de longs mois. Les travaux ont demandé beaucoup de temps, beaucoup d’énergie « çà n’a pas été simple mais on en voit le bout », remarquait le maire.
Sainte Montaine : Le maire a ensuite évoqué le gros dossier de la commune avec la demande d’étude diagnostique du choeur et de la charpente de l’église préalablement à la restauration. « En attendant, Thierry Guittot a conseillé de ne pas pénétrer dans l’édifice », ajoutait l’élu avant de passer la parole à Frédéric Chesnet, adjoint en charge du dossier. « Le contrôle de la charpente de l’église n’est pas bon, l’ancienne voûte en bois avait été remplacée par une voûte en plâtre. Il va falloir tout refaire, ce sont des travaux très importants. La couverture est également en mauvais état, on ne sait pas encore s’il faudra du neuf ou du remplacement. »
Bannegon : Dans ses projets, la commune compte aussi s’intéresser au plafond de l’église qui sera partiellement réparé et un éclairage extérieur sera créé.
Le Berry, 24/01
Batilly en Puisaye : Côté projets, les travaux de rénovation du clocher de l’église débuteront en mars prochain. Ce chantier sera subventionné à hauteur de 75%. Une souscription a, en outre, été lancée auprès de la fondation du patrimoine.
RC Loiret, 25/01
Subdray : Un gros chantier qui tient à coeur la municipalité, la restauration de l’église Notre Dame. L’an dernier, les travaux portaient sur la réfection de la couverture, de la charpente, des enduits extérieurs et des vitraux. La cloche la plus ancienne (1516) a quitté son clocher pour être restaurée en Allemagne. Cette année, la réfection du beffroi et de l’intérieur de l’église est prévue. À ce propos, Corinne Suplie a rappelé que toutes ces restaurations coûtent cher et c’est pourquoi une souscription a été lancée en partenariat avec l’association Patrimoine et mémoire.
Saint Outrille : Suite à une étude réalisée, en 2017, d’importants travaux devraient débuter concernant la réfection de la collégiale et le traitement de l’humidité, un chantier conséquent et coûteux qui se déroulera suivant un programme pluriannuel, défini en fonction des moyens budgétaires de la commune.
Crézançay sur Cher : Côté travaux, en 2018, la commune va réaliser la réfection intérieure de l’église. « Le désamiantage va commencer sous peu. Le coût total des travaux s’élève à 63.000 euros. Ces travaux seront subventionnés. »
Le Berry, 25/01
la ferté-imbault : Après être revenue sur les diverses animations et réalisations de 2017, la maire a indiqué que les travaux de réhabilitation de la “ Maison blanche ” et la construction d’une médiathèque se termineront en fin d’année voire en 2019. Une souscription va être lancée pour la création de la médiathèque, du cabinet médical avec Mme Doire de la Fondation du patrimoine. L’architecte qui a été choisi pour ce projet est M. Jouan. Autre projet l’achat de la gare (18.000 €) afin d’y voir un jour des associations et un musée.
NR Loir et Cher, 25/01

(Argenton) Le Cercle d’histoire enrichit ses collections
Le Cercle d’histoire vient d’acheter un lot de 2.969 plaques photographiques en verre de Raymond Rollinat, prises entre 1914 et 1918, à Argentons-ur-Creuse, lors d’une vente aux enchères de collections ayant appartenu à l’érudit berrichon, Joseph Pierre, au château de Charon, à Maillet. Ces plaques seront dévoilées au public à l’occasion des prochaines Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre. Une exposition sera mise en place, du 15 au 23 septembre, à la chapelle Saint-Benoit.
NR Indre, 25/01, p.13

(Romorantin) Hôpital vend bien d’exception pour 800.000 euros
Au coeur de Romorantin, ensemble immobilier à restaurer d’environ 3.350 m2 sur quatre niveaux dans un parc boisé de 6.390 m2 entièrement clos. L’annonce a de quoi allécher, comme le prix de vente : 800.000 € net vendeur. Le centre hospitalier vend son ancienne maison de retraite Saint-Roch. Le site, propriété de l’hôpital depuis 1971, a accueilli jusqu’en 2014 les personnes âgées dans un cadre idyllique en plein centre-ville. Les locataires valides pouvaient le rejoindre via le square voisin ou traverser le jardin de l’hôtel de ville par le passage souterrain passant sous le faubourg Saint-Roch. Dans le bâtiment principal : plusieurs chambres, des salles d’animations au rez-de-chaussée, au niveau inférieur une chapelle et une cuisine. Les autres chambres étaient situées dans la « ceinture », les dépendances entourant le site, dont l’ancienne  maison du gardien à l’entrée. Le futur acquéreur de cette ancienne maison de retraite achètera bien plus qu’un complexe immobilier avec du cachet, ce site est une part de l’histoire de Romorantin. L’hôtel particulier en pierre de tuffeau a été occupé par la famille Normant. « C’est leur première maison, Marianne Normant y habite dès 1816,  explique Hélène Leclert, présidente de la Société d’art d’histoire et d’archéologie de Sologne. Au départ, c’est un site industriel, avec les premiers bâtiments dans l’actuel parc. Les Normant achètent parcelle par parcelle pour agrandir le site, le cloisonner, construire plusieurs habitations, puis la grande maison bourgeoise. »
NR Loir et Cher, 25/01, p.25

Annonçé au moment des voeux en commune

Chassignolles : Pour 2018, le conseil municipal prévoit la poursuite des chantiers engagés ; la consolidation du clocher, avant une restauration plus conséquente de l’église.
Lourdoueix-saint-michel : Parmi les projets pour 2018, il y aura le changement de la chaudière du logement locatif, la réhabilitation de la chapelle du collège pour 225.000 € en deux tranches pour accueillir des expositions, des concerts, le réaménagement des abords à l’arrière du collège pour 245.000 €, avec des subventions de l’État.
NR Indre, 27/01
Epeigné sur dême : Le parvis de l’église sera réalisé après accord de l’architecte des Bâtiments de France.
La celle-guenand : L’église est toujours en attente de restauration de sa toiture. La Drac, qui est venue la visiter, propose une subvention de 50 % sur une estimation à 280.000 €.
Indre et Loire, 27/01

(Girolles) Des travaux engagés sur l’église
Les membres de l’association Ultreïa ont accueilli les adhérents pour leur assemblée générale, à la salle des fêtes. Les manifestations de 2017 ont toutes eu des retours et des résultats positifs, ce qui s’est traduit par l’approbation, à l’unanimité, du rapport d’activité et des comptes. Mandat a été donné à la présidente, Françoise Weymiens, pour faire un don de 900 € à la Fondation du Patrimoine. Depuis quelques jours, des échafaudages sont installés autour de l’église pour la rénovation de la charpente du beffroi et le nettoyage des cloches. Elles devraient sonner de nouveau dès le mois de mai prochain. Pour cette tranche de travaux, la Fondation du Patrimoine a offert 3.000 €, conformément à la souscription signée en septembre 2011.
RC Loiret, 27/01, p.19

(Vignoux sous les Aix) La nouvelle mairie dans l’ancien presbytère
Le plus gros projet de Vignoux sous les Aix est la réalisation d’une nouvelle mairie et d’une salle associative. La physionomie de la commune va s’en trouver changée, avec un site beaucoup plus accueillant pour le public et un outil de travail plus agréable pour le personnel. personnes à mobilité réduite. Les travaux devraient commencer début avril pour environ douze mois. L’année 2017 a vu le lancement de l’étude pour la réalisation de ces travaux avec un bâtiment d’une superficie de 207 mètres carrés. Un appel d’offres a été fait en novembre dernier, décomposé en neuf lots. Le maître d’oeuvre retenu est Pauline Albizzati, de Quatro Architecture à Vierzon. L’entrée du bâtiment se fera par la route de Menetou, le mur d’enceinte et les pilastres seront modifiés.
Le Berry, 27/01, p.14

(Bourges) La chapelle Sainte Jeanne de France va retrouver sa charpente

Située avenue du 95edeligne, la chapelle Sainte Jeanne de France, qui date du début du XVIe siècle, est méconnaissable. D’imposants échafaudages ont été montés jusqu’à dix mètres de hauteur. L’État mène en effet, via la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), des travaux d’urgence pour restaurer la charpente de l’édifice. La chapelle est inscrite au titre des Monuments historiques. Le montant des travaux s’élève à 435.000 euros. Depuis 2010 en effet, la chapelle était fermée au culte en raison d’une « faiblesse structurelle » de la charpente. « Le propriétaire (l’armée, NDLR) a vu des fissures et a préféré fermer l’édifice », souligne Pascal Chauveau, technicien des Bâtiments de France à la Drac. Les travaux ont commencé en septembre 2017 et doivent se terminer avant juin 2018. « Nous remettons la charpente dans sa disposition d’origine (1503), poursuit Pascal Chauve a u . Au XVIIe siècle, une deuxième charpente s’est ajoutée à la première. On avait une voûte plate avec un faux plafond. Nous avons décidé de déposer la voûte plate et de reposer des entraits (de longues poutres horizontales, NDLR), pour éviter que les murs ne s’écartent, de repositionner les poinçons et de reconstituer la voûte en bois »
+ Des sculpteurs réalisent les quarante engoulants de la charpente
Le Berry, 28/01, p.9

(Tours) L’Étoile bleue continue de dévoiler tout son charme
Nichée dans la ruelle du Champ-de-Mars, l’Étoile bleue ne passe pas inaperçue avec sa façade art déco, ses volets rouges et sa mosaïque réalisée par Sante Vallar au début des années 20. La demeure, maison close jusqu’en 1946, appartient depuis 1981 à la Jeune Chambre économique (JCE). Ces dernières années, l’association a souhaité redonner tout son lustre au bâtiment et aux nombreuses fresques qu’elle abrite. Des travaux d’isolation ont eu lieu en 2011, suivis d’une restauration des fresques en 2016, par Sabine de Freitas, et des peintures murales en 2017 par Marin Motreuil. Pour financer ces travaux, la JCE, qui ne peut recevoir de subventions, le bâtiment n’étant pas classé, fait appel aux dons. Et cherche pour cela à se faire connaître en accueillant le public autant que possible. Après les Journées du patrimoine, durant lesquelles quelque 2.000 visiteurs ont découvert les fresques coquines de Jacquemin, la JCE accueille ce week-end et le suivant une exposition de Michel Audiard et de Fabienne Polge. D’autres événements publics sont à venir en février et en mars, à l’occasion de la Journée de la femme.
NR Indre et Loire, 28/01, p.6

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 2 Fév - 10:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)   Jeu 25 Jan - 13:50

Monté des eaux

Source : http://www.lejournaldesarts.fr

Le Louvre et Orsay se préparent à la crue de la Seine

PARIS [24.01.18] - La montée des eaux de la Seine devant s'aggraver dans les prochains jours, le Louvre a procédé à la fermeture préventive d'une partie de ses espaces. Orsay annule sa nocturne de jeudi.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/150358/le-louvre-et-orsay-se-preparent-a-la-crue-de-la-seine.php?xtor=1275

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)   Jeu 25 Jan - 13:52

Nominations

Source : lejournaldesarts.fr

Hervé Lemoine prend la direction des Gobelins

PARIS [25.01.18] - Le directeur des archives de France est depuis hier le nouveau patron du Mobilier national et des manufactures nationales des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie, vacant depuis le départ d’Hervé Barbaret en juillet dernier.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/150359/herve-lemoine-prend-la-direction-des-gobelins.php?xtor=1275

Simon Baker nouveau directeur de la Maison Européenne de la Photographie

PARIS [24.01.18] - Simon Baker, conservateur de la photographie à la Tate Modern, succédera à Jean-Luc Monterosso le 1er avril 2018 à la direction de la Maison Européenne de la Photographie. Quentin Bajac, grand favori, reste à la tête du département de la photographie du MoMA à New York.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/150357/simon-baker-nouveau-directeur-de-la-maison-europeenne-de-la-photographie.php?xtor=1275

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (22 - 28 janvier 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: