Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 12 - 18 février 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 12 - 18 février 2018)   Lun 19 Fév - 11:30

Musée région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Bourges) Danser sur des oeuvres de Maurice Estève
Dévoiler sa singularité à travers l’écriture d’un solo tout en puisant l’inspiration dans l’oeuvre de Maurice Estève, voilà le défi relevé par les élèves des classes de cycle III et de cycle d’orientation  professionnelle en danse Jazz Ce travail de chorégraphie picturale s’est déroulé avec la professeur Sabrina Sapia. Il s’agit de duo et solos avec des propositions qui tiennent compte des contraintes de lieu. Les élèves ont choisi les oeuvres sur lesquelles ils souhaitaient danser avec des musiques que l’artiste aimait écouter en travaillant. Pour ces jeunes, il s’agit de faire émerger leur créativité, de les sortir du studio de danse et d’expérimenter leur écriture chorégraphique dans l’id ée d’écrire un solo. ■ Pratique. Jeudi 22 février, à 19 heures, au musée Estève. 13, rue Édouard-Branly. Entrée libre. (intégral)
Le Berry, 16/02

(Issoudun) Jean Le Moal : quand la couleur submerge
Le Musée Saint-Roch n’en finit pas de nous étonner. Des expositions de qualité : toujours. Mais certaines sont plus fantastiques que d’autres. Et tant pis pour la subjectivité. La nouvel le exposition, des oeuvres de Jean Le Moal, est une explosion de couleurs. Pas seulement, d’ailleurs. La longévité de l’artiste, décédé en 2007 à l’âge de 98 ans, sa difficulté à trouver son chemin pictural, en font une traversée de la peinture du XXe siècle. Jean Le Moal a touché à tout. Presque tout. Du figuratif dans sa jeunesse, à l’instar d’un autoportrait réalisé en 1929, avant de se lancer dans le cubisme, le surréalisme et enfin, un post-impressionisme qui lui allait si bien. « C’est une peinture qui n’a pas été vue depuis cinquante ans dans son ensemble. La seconde école de Paris, dont il faisait partie, était considérée comme secondaire. Il y a des modes, comme ça ! », rappelle Philippe Bouchet, le commissaire de l’exposition.
NR Indre, 14/02, p.17

(La Couture Boussey) Un vent d’animations souffle au musée
Printemps chargé pour le musée des instruments à vent qui vient de dévoiler sa programmation pour les mois à venir. Pa s moins de trente six dates sont déjà inscrites à l’agenda jusqu’au mois d’août. Les animations s’adressent à tous les âges. Constance Pentiaux, agent d’accueil au musée, explique : « Notre point fort est de proposer des ateliers pour les enfants mais aussi pour les familles, ce qui permet de réunir ces dernières autour d’une même activité, au moins une fois par semaine ». C’est ainsi qu’au fil des mois, un mercredi par mois, les plus jeunes pourront s’initier à la fabrication d’instruments. Les samedis, parents et enfants se réuniront autour de travaux manuels lors de matinées au nom évocateur, “En à vent la famille”.
L'Echo, 13/02, p.18

(Nouan le Fuzelier) Musée de Sologne
Une convention sera signée avec le musée de Sologne de Romorantin (Loir et Cher) pour la mise à disposition de panneaux pour l’exposition de novembre sur la guerre 1914-1918. (intégral)
Le Berry, 12/02

(Nouan le Fuzelier) Musée de Sologne
Une convention sera signée avec le musée de Sologne de Romorantin (Loir et Cher) pour la mise à disposition de panneaux pour l’exposition de novembre sur la guerre 1914-1918. (intégral)
Le Berry, 12/02

(Bourges) Sainte Solange est de retour

C’est une statue en bois polychrome. Officiellement, elle daterait du XIXe siècle. Christophe Gratias, responsable des publics dans les musées de Bourges, n’y croit pas. « Je pense qu’elle est plutôt du XVIIe ou XVIIIe siècle. On ne peut pas l’affirmer. On ne dispose pas de sources. » La statue de sainte Solange, patronne du Berry, vient de retrouver sa place au musée du Berry. « Elle avait été placée en quarantaine voici fort longtemps, poursuit Christophe Gratias. On avait craint un problème de vrillettes du bois. Elle avait été mise sous anoxie. C’est à dire dans une poche plastique, sans air. Un ensemble d’oeuvres avaient été infestées dans les réserves du musée, l’anoxie était obligatoire. »
Le Berry, 10/02, p.10

(Vierzon) Le renouvellement des collections exposées est en cours
La fermeture annuelle du musée de Vierzon est l’occasion de renouveler l’exposition des collections. De nouveaux articles de confection feront leur apparition, pour évoquer ce pan encore oublié de l’économie locale qui a fait travailler surtout des femmes, durant plusieurs décennies. Un apport de vêtements de l’ancienne confection Robinet va enrichir ce fonds. Et hier matin, ce sont de grosses pièces du machinisme agricole qui ont été déplacées. Un tracteur 303 restauré par l’association Mémoire industrielle et agricole du pays de Vierzon, comptant parmi les derniers modèles sortis de l’usine Société française de Vierzon (SFV) dans les années 1950, a fait son entrée au musée. La rutilante locomobile SFV retourne quant à elle
à l’atelier, pour être remise en fonctionnement.
Le Berry, 10/02, p.17

(Nogent le Rotrou) Les collections du musée s’enrichissent

Rien pour l’heure n’est encore visible de la métamorphose du musée du château Saint Jean en musée de l’histoire du Perche mais dans les coulisses, le travail de préparation avance à grands pas. L’une des préoccupations majeures est l’enrichissement des collections. « Un travail est mené sous la direction de Gwenaëlle Hamelin, directrice du musée château Saint Jean, avec les équipes de la ville et le cabinet de muséographie et scénographie que l’on a missionné, pour  non seulement faire ressortir des réserves les oeuvres les plus importantes mais surtout procéder a des acquisitions et des dépôts », souligne Harold Huwart, élu nogentais par ailleurs vice président de la région Centre Val de Loire. L’objectif est de faire du château et de son futur musée « un lieu incontournable pour tous ceux, habitants du territoire ou touristes, qui voudront comprendre et découvrir l’histoire du Perche. » Le nouveau musée n’aura plus rien à voir avec son  prédécesseur dans la forme et le contenu.
L'Echo, 10/02, p.22

Paul Métadier grand admirateur de Balzac et sauveur du château de Saché, se confie à la NR.

2019, l’année Balzac. Que faut-il envisager ?
« Tout un programme avec des conférences, du théâtre, de la musique. J’ai déjà pris des contacts avec Erik Orsena, Hélène Carrere d’Encausse. Ce ne sera pas un évènement national mais il y aura matière pour organiser une belle animation. »
Faut-il ouvrir un musée Balzac à Tours ?
« Non, les gens ne comprendraient pas car Saché n’est qu’à 20 km. J’aimerais même que toutes les oeuvres de Balzac soient rassemblées à Saché. Il y en a au musée des Beaux-Arts, au bout d’un couloir où personne ne va, à Châteauroux, dont deux vases et un portrait de Mme Hanska. Saché est un avatar de Tours. La page Balzac est tournée, la mode est passée, mais pas celle de la Comédie humaine. »
NR Indre et Loire, 10/02, p.6

(Issoudun) Nouveau moment d’exception au musée
Jusqu’au 13 mai, le Musée Saint-Roch offre a ses visiteurs un nouveau moment d’exception : ils peuvent se mettre en contemplation devant des oeuvres de Jean Le Moal et de Juana Muller. En présence d’Anne Le Moal, la fille de l’artiste, Philippe Bouchet, commissaire scientifique de l’exposition, a souligné que « cette manifestation a été réalisée en partenariat avec le Musée de Valence et le  Musée des beaux-arts de Quimper. Ces échanges permettent au Musée Saint-Roch de garder son rythme et sa qualité. » André Laignel a fait part des sentiments que lui inspirent le travail de Jean Le Moal : « C’est avec un autre regard que j’ai découvert ces oeuvres. Ce qui me séduit chez cet artiste, ce sont les formes épurées qui  dégagent malgré tout une telle force et un grand talent. Le cheminement de l’artiste est en permanente évolution, il ne subit pas l’influence du temps et qui a su s’évader des influences et des tendances. Vivre libre est encore plus difficile que de créer. Jean Le Moal nous donne à voir sa liberté, il explose en terme de couleurs qui brillent  de tout leur feu et produisent des gerbes multicolores qui nous réconfortent par ces temps de neige et de froid. Je vous engage en contemplant ces tableaux de dialoguer avec l’art, mais chacun par son regard saura interpréter à sa manière l’oeuvre magistral de l’artiste. » (intégral)
NR Indre, 11/02

(Mer) L’émotion s’affiche au musée de la Corbillière
Changement d’ambiance et de décor avec cette nouvelle exposition temporaire « coup de coeur » qui se dévoile au musée de la Corbillière de Mer. Pour prendre la suite de l’exposition photo « Petite Beauce » qui a rencontré un franc succès (662 visiteurs en trois semaines), la tapissière et artiste peintre Agnès Frattini a su se montrer surprenante. Son travail a séduit les nombreux visiteurs présents au vernissage qui n’ont pas manqué de  superlatifs pour qualifier l’exposition. Sublime, incandescent, magnifique, une stupéfiante exposition de sièges crapauds, de méridiennes, de toiles de tapissier qui fusionnent avec les tableaux de cette artiste inventive. Exposition « Émotions sur toile(s) peintures et assises singulières », jusqu’au 28 février.
NR Loir et Cher, 11/02, p.7

Lauranne Stainier, la brique en toile de fond

Certains Solognots connaissent Lauranne Stainier depuis son enfance à Pierrefitte-sur-Sauldre ou bien durant son parcours scolaire à Salbris ou Romorantin. C’est en 2016 qu’un plus large public faisait connaissance de la jeune diplômée de la faculté de Tours où elle a soutenu un master d’histoire de l’art. Elle orchestrait alors ses premières conférences sur « L’histoire de la brique en Sologne avant 1800 ». Le succès a été immédiat. Le public s’avère intéressé par ses recherches approfondies dans de nombreux villages ou des monuments spécifiques. Son discours clair et l’importante photothèque accumulée hors des sentiers battus font sa force. « C’est le film “ Da Vinci Code ” d’après le best-seller de Dan Brown qui a été l’un des déclencheurs de ma vocation. Un peu plus tard, ma participation sur un festival d’art animalier à Pierrefitte confirmait mon sentiment. J’ai abandonné mes études de comptabilité pour me consacrer à un cursus d’histoire de l’art. » Après son parcours universitaire, Lauranne travaille au château de Gien où la brique est omniprésente.
NR Loir et Cher, 11/02, p.11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 22 Fév - 15:50, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 11:31

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Chartres) Les archéologues rejoignent l’Agglo
Réduire les délais des programmes d’aménagement tout en valorisant le patrimoine de la collectivité, c’est le double objectif qui incite la Ville de Chartres à “céder” son service archéologique à la Communauté d’agglomération Chartres Métropole. Le Conseil communautaire avait autorisé cette prise de compétence lors de sa séance du 21 décembre 2017. Jeudi soir, c’était au tour du Conseil municipal de Chartres de se prononcer. Il a approuvé cette délibération, à l’unanimité. Si les opérations de fouilles préventives sont ouvertes à tous les opérateurs, publics ou privés, les diagnostics archéologiques ne peuvent être réalisés que par les opérateurs publics sur le territoire de la collectivité territoriale à laquelle ils sont rattachés. En Eure et Loir, ne peuvent donc inter venir que l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), le service archéologique du Département et la Direction de l’archéologie de la Ville de Chartres, mais uniquement sur le territoire communal. En transférant cette compétence à Chartres Métropole, la Direction de l’archéologie pourra réaliser des diagnostics sur l’ensemble de l’agglomération soit soixante six communes.
L'Echo, 16/02, p.6

(Bourges) Le site Monin tombe avant d’être fouillé
Jusque là accroché sous une fenêtre du bâtiment administratif, le vieux logo Monin a disparu. Aux Marronniers, quartier qui tire un trait sur son passé sirupeux pour écrire son avenir avec une résidence seniors, le symbole est tombé. Les cloisons aussi. L’ancien immeuble de la société laisse entrevoir ses entrailles. Visibles depuis quelques jours, les grandes manoeuvres ont en réalité débuté lundi dernier « par le curage des bâtiments, explique Julien Legrand, conducteur de travaux pour la société Dubuget. La pelle équipée d’un bras de démolition doit arriver demain (aujourd’hui, NDLR). » Entre l’acceptation du permis de démolir par les services de la ville et les premiers coups de pelle, un peu plus de trois mois se sont écoulés. Il ne s’agit que d’une étape, une de plus, dans le processus qui doit mener à la construction d’une résidence avec services pour seniors, un projet porté par France seniors. Car si les démolisseurs préparent le terrain, c’est  d’abord pour les archéologues et ensuite, peut être, pour les bâtisseurs. Peut être car, comme l’expliquait fin 2017 Olivier Monin, PDG de la société de sirops, « un protocole a été signé, mais la vente n’est pas effective. Elle est véritablement conditionnée aux fouilles ». Mi mars, pendant plusieurs semaines, le service d’archéologie préventive de Bourges plus doit prendre le relais afin de réaliser, conformément à la prescription faite par le préfet de Région, le diagnostic archéologique d’un site dont les sous sols pourraient se  révéler riches. De l’intérêt des découvertes qui nécessiteront peut être des fouilles plus approfondies dépendra la suite donnée par France seniors à son projet  immobilier.
Le Berry, 13/02, p.7

(Conseil communautaire de Chartres Métropole) Fouilles archéologiques
En matière d’intercommunalité, le Conseil communautaire de Chartres Métropole a autorisé la prise de compétence en matière d’archéologie préventive et de fouilles  programmées. Les principaux objectifs de cette prise de compétence par Chartres Métropole permettront d’accélérer les programmes d’aménagement en réduisant le délai de prise en charge des opérations archéologiques préventives pour les communes de l’agglo et contribueront à la valorisation du patrimoine en proposant une offre culturelle et touristique. (intégral)
L'Echo, 13/02

(Chartres) La société Graals poursuit sa quête
Ils sont une dizaine de passionnés à travailler d’arrachepied sur le projet. L’année 2018 sera déterminante pour la société Graals, qui ambitionne de créer un immense parc d’attractions médiéval, sur 150 à 200 hectares, près de Chartres. Installée en Eure et Loir, depuis début 2017,  après avoir subi des déconvenues dans la Sarthe, l’équipe de Graals, dirigée par Raphaël Geslan, a prévu de choisir, cet été, le nouvel emplacement de son parc. L’équipement aurait dû initialement voir le jour à Cherré, près de la Ferté Bernard. Raphaël Geslan explique : « Le projet était très avancé, mais l’étude d’impact a révélé la présence de zones humides, qui rendaient infaisables les aménagements. À Chartres, nous serons encore mieux positionnés, grâce à la proximité immédiate de l’Ile de France et la richesse culturelle qu’offre la ville avec la cathédrale. » La société Graals avance en étroite collaboration avec les ser vices de l’État et ceux de Chartres Métropole. « Nous étudions onze sites dans le périmètre de l’agglomération chartraine. D’ici quelques mois, nous aurons les résultats. » La structure de portage du futur Graals Ecoparc, dont le coût est évalué entre 175 et 200 millions d’euros, est en cours d’élaboration.
L'Echo, 12/02, p.6

(Beaune la Rolande) Quand Beaune était gallo-romaine…
Quand on vous dit que des travaux dans une ville n’occasionnent pas que des désagréments ! Lors des fouilles archéologiques préventives à la réalisation de l’autoroute A19, en 2006-2007, des restes carpologiques ont été découverts dans les environs de Beaune la Rolande. Hein ? Quèsaco ? Il s’agit en fait de semences et de grains. Mais ce n’est pas tout. Des vestiges de constructions – contenant des silos, latrines, fossés, caves, récipients – ont également été trouvés. Aussi, après un tri minutieux et l’aide de différents experts, il a été possible de retracer la vie quotidienne de la bourgade, du Ier au IVe siècle après Jésus Christ. Détail intéressant, le Beaune d’aujourd’hui a gardé la même disposition. Certains terrains sont entourés de thermes et de plantations de vignes. Dans le quartier Nord, une activité de métallurgie a été décelée, via la présence de foyers, forges ou scories de métal. Les prélèvements dans les silos et fosses ont, quant à eux, révélé l’existence d’un véritable garde manger...
RC Loiret, 11/02, p.11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 19 Fév - 12:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 11:31

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Chartres) À l’assemblée générale de l’association Porte Guillaume
«Tous les obstacles administratifs sont aplanis », assure JeanJacques Chapin, président de l’association Porte Guillaume. Trente personnes ont participé, mardi soir, à l’assemblée générale qui s’est tenue à l’hôtel de ville. L’association, créée en 2010, a pour but de reconstruire la Porte Guillaume dynamitée par les troupes allemandes, en août 1944. Cette reconstruction est également un engagement de campagne 2001, du maire Jean-Pierre Gorges. Concernant l’édifice, le bureau s’interroge reste dans l’attente de réponses sur les prochaines étapes qui seront enclenchées quant aux travaux. Des interrogations restées sans réponses, puisque Jean-Pierre Gorges, attendu à l’assemblée générale, n’a pu se rendre disponible, et que Jean-Maurice Duval, conseiller municipal, chargé du dossier, en remplacement de Patrick Géroudet, était absent.
L'Echo, 16/02, p.7

(Chateaudun) «On ne fait que progresser depuis 2009»
Les grottes du Foulon, à Châteaudun, n’en finissent pas de séduire les touristes. La saison 2017 confirme la progression de ce site géologique d’exception. « Nous avons enregistré 43.682 entrées, soit 7.354 de plus qu’en 2016 (36.328 entrées), annoncent les propriétaires, Corinne et Jérôme Philippot. C’est une bonne année et même notre meilleure année, mais on ne fait que progresser depuis que nous avons racheté et rouvert le site en 2009. » La France a connu un regain d’attractivité l’an dernier après une baisse consécutive à la vague d’attentats et les grottes du Foulon en ont profité. « Nous avons accueilli beaucoup plus d’Allemands, d’Anglais, d’Espagnols, de Belges et de Néerlandais. Les Chinois, Américains, Canadiens et Australiens ont été moins nombreux, mais nous avons reçu la visite de Colombiens et de Péruviens. » Les touristes français sont, également, venus en nombre observer les géodes marines et les os géants de dinosaures.
+ L’Atelier du son et de l’image va changer l’éclairage
L'Echo, 16/02, p.17

(Lamotte Beuvron) Un livre sur la brique de Sologne en préparation au GRAHS
Samedi, le GRAHS (Groupe de recherches archéologiques et historiques de Sologne) a tenu son assemblée générale dans les locaux de la Maison des  animations, sous la présidence de Bernard Heude. Le rapport moral a retracé les activités de l'année écoulée. Le GRAHS affiche 363 membres. En 2017, le groupe a multiplié les conférences, les expositions mais a aussi organisé «Le printemps des livres». En 2018, le grand projet est la sortie d'un livre sur l'utilisation de la brique en Sologne. Un projet qui a pu aboutir grâce à l'aide de la réserve parlementaire de l'ex député Patrice Martin Lalande. Le 25 février, se tiendra à la salle des fêtes «Le  printemps des livres, édition 2018» mais dès le 21, il y aura déjà des échanges avec les auteurs.
RC Orleans, 15/02, p.17
NR Loir et CherS, 15/02, p.14

(Chartres) La Constellation des voyageurs prend forme
Après le retour, en début de semaine, de l’horloge restaurée, la gare SNCF de Chartres se pare, depuis hier, d’une immense verrière de 40 m2. Cette oeuvre a été imaginée par l’artiste parisien Jean-Paul Albinet, qui connaît bien Chartres : « J’ai souvent traversé ce hall. Je n’avais jamais pensé que je participerai, un jour, à un tel projet. » Dans le cadre de la rénovation totale du bâtiment d’accueil des usagers de la gare SNCF, la Ville a souhaité offrir une grande luminosité au hall d’entrée. L’artiste détaille : « Je me suis inspiré d’une technique de vitrail utilisée au Moyen Âge, le thermoformage. On imprime des motifs, de différents diamètres, sur du plâtre qui s’incrustent, ensuite, sur du verre soufflé. » L’artiste a proposé des imprimés jaunes d’argent, une couleur ancienne, qui s’étend du jaune au jaune orangé, et fabriquée par cémentation. Il a baptisé son oeuvre La Constellation des voyageurs : « L’idée était de former une sorte de petits nuages. » Le dessin de Jean-Paul Albinet a été validé, notamment, par l’architecte de SNCF Gares et Connexions, Bertrand Ahier. La moitié des éléments, soit 120 carreaux, restent translucides. Jean-Paul Albinet a modifié ses recherches artistiques, commencées en 2016, lorsque de nouvelles contraintes lui ont été imposées. Par soucis de sécurité et d’esthétisme, il a été décidé de remplacer les menuiseries, en aluminium, par de l’acier : « J’ai dû recalibrer le nombre de motifs sur les carreaux. »
L'Echo, 15/02, p.7

(Argenton) Les Amis de l’orgue ont de grandes ambitions
Nos soixante-sept adhérents et ceux qui assistent aux concerts nous encouragent et nous soutiennent dans notre combat lié à l’intérêt commun pour le plaisir de tous, résume Jean-Philippe Flaud. Le président des Amis de l’orgue d’Argenton souligne cependant que la Ville est propriétaire de l’instrument et en assure l’entretien. Parmi les adhérents, figurent deux organistes liturgiques : Émilie Livernette et de Jean-Philippe Flaud. Les Amis de l’orgue espèrent participer à nouveau au Festival Debussy et souhaitent le retour des Estivales de l’orgue qui avaient connu un véritable succès, l’an dernier.
NR IndreW, 15/02, p.15

(Beaulieu) Appel aux dons pour terminer les travaux de l’église

Samedi, Alain Ovan, maire de Beaulieu et Laurence Fraissignes, déléguée départementale de la Fondation du patrimoine, ont signé une convention de souscription publique pour aider au financement de la dernière tranche des travaux de l’église Saint-Nicolas. Le député, François Jolivet ; le président de la Communauté de communes de la Marche occitane-Val d’Anglin, Philippe Gourlay ; l’architecte du Patrimoine, Marc Cioffi ; le délégué du Mécénat, Dominique Claverie ; la correspondante de Sauvegarde du patrimoine de la Brenne, Agnès Chombart de Lauwe, étaient présents. Les travaux concernent le bras de transept nord, la sacristie et la finition de la couverture, y compris la charpente du choeur architectural roman du XIIe siècle. Leur montant est évalué à 117.437 € hors taxes. Les dons devront atteindre au moins 5 % de cette somme afin que la Fondation du patrimoine puisse y participer, également à hauteur de 5 %. D’autres subventions ont été accordées par la communauté de communes, la Direction régionale des Affaires culturelles, le Département, Sauvegarde de l’art français et les fonds parlementaires. Contact : www.fondation-patrimoine.orgue/36203 ; mairie-beaulieu-36@wanadoo.fr (intégral)
NR IndreW, 15/02

Quand le château de Meslay inspirait Honoré de Balzac
Il y aurait mille histoires à raconter sur le château de Meslay… Ce lieu aurait par exemple inspiré Honoré de Balzac, ancien élève du collège des Oratoriens à Vendôme (*). L’écrivain l’aurait placé sous le nom de « château de Merret » dans « La Grande Bretèche », nouvelle dont l’intrigue se situe en Vendômois. Un fait peu contestable, à côté duquel le propriétaire du château de Meslay, Charles de Boisfleury, ne pouvait passer. Egalement fondateur du groupe des Amis de cette bâtisse quasi  tri-centenaire, l’homme a ainsi décidé de créer l’événement pour conclure l’assemblée générale de son association. « J’ai demandé à Bruno Massardo, bien connu en Vendômois, d’adapter “ La Grande Bretèche ” en pièce de théâtre de 45-50 minutes. Elle sera jouée ce dimanche à la chapelle Saint-Jacques, à la fin de notre réunion. » Cette nouvelle de Balzac, qui fait partie de l’ensemble d’ouvrages « La Comédie humaine », raconte un drame de la jalousie.
(*) De 1807 à 1813.
NR Loir et Cher, 15/02, p.13

(Vendôme) Un label demandé pour La Possonnière
L’assemblée générale de l’association Pierre de Ronsard, composée de 123 adhérents, s’est tenue samedi dernier en présence de Claire Granger, vice-présidente des Territoires vendômois et de Monique Richard, maire. La présidente a évoqué le partenariat de qualité engagé avec la communauté d’agglomération par le biais des rencontres mensuelles avec Claire Granger et sa rencontre avec le président Pascal Brindeau, au cours de laquelle elle a constaté que « le travail de la quinzaine de bénévoles était pris en considération ». Claire Granger a informé de la démarche des Territoires vendômois pour l’obtention du label « Maison des illustres » pour le manoir de La Possonnière et de la finalisation en début d’année du parcours pédagogique du parc.
NR Loir et CherN, 15/02,p.14

A saisir, rare représentation de Romorantin
En trente ans, c’est la première représentation de Romorantin qu’on propose lors d’une vente. Me Philippe Rouillac l’assure, le tableau mis en vente, le 20 février, à l’étude vendômoise est exceptionnel par sa rareté. « Des peintures de Vendôme, de Blois ou de la Sologne, il y en a, mais, visiblement, Romorantin n’a pas retenu l’intérêt des artistes. » Cette toile, signée Paul-Désiré Trouillebert (1829-1900), représente une vue du château de Romorantin, l’actuelle sous préfecture avec la Sauldre au premier plan. « Il est probablement venu à Romorantin, il n’a pas réalisé cette toile à partir d’une carte postale », annonce l’expert. « Cette peinture fait partie de la collection Charon, une famille de notaires à Romorantin. » L’oeuvre est estimée entre 500 et 800 euros.
Vente « Gravures, tableaux et dessins modernes », samedi 20 février, à 14 h, à Vendôme, route de Blois.
NR Loir et CherS, 15/02, p.13

(Bléré) Le moulin des Aigremonts se porte bien
Les amis du moulin des Aigremonts se sont réunis en assemblée générale vendredi soir dans la salle du conseil municipal. Le président, Régis Chauvel, a rappelé que l’association avait 14 ans d’existence et que le moulin, après une totale restauration, fonctionne depuis 9 ans. « A ce sujet, permettez-moi de rappeler que l’ensemble Moulin et Loge de vigne sont des édifices communaux et que le rôle de notre association est de faire vivre ce patrimoine et mieux faire connaître  notre ville de Bléré. On peut même dire aujourd’hui, en toute modestie, que le Moulin des Aigremonts est devenu l’image de Bléré. Nous en sommes fiers ». Depuis juin 2009, date de l’inauguration du moulin, les meuniers guides ont reçu 12.500 visiteurs. En 2017, ils ont été 1.250, un nombre égal à la moyenne depuis 2009.
NR Indre et LoireW, 15/02, p.17

Soupçonnés d’avoir dévalisé le château
Les cambrioleurs présumés du château de Combreux ont été arrêtés, hier matin, par les gendarmes de la section de recherches de Bourges (Cher) et de l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels. Interpellés dans la région lyonnaise, ils ont été placés en garde à vue pour vols en bande organisée, recel de vols en bande organisée, association de malfaiteurs et blanchiment. L’équipe est soupçonnée d’avoir commis d’autres vols dans des châteaux, entre mars 2017 et janvier 2018, à Lignières (Cher) Bourg Archambault ( Vienne), Vieure (Allier), Couzonau Mont d’Or (Rhône), Rochefort sur Brévon (Côte d’Or), Ozolles (Saône et Loire) et Neublans Abergement (Jura). À Combreux, le château a subi au moins trois intrusions entre juin et la fin de l’année 2017. « Des portraits, des souvenirs de familles », ont notamment été dérobés, indique Philibert de La Rochefoucauld, propriétaire des lieux, qui souligne que le préjudice est aussi moral avec des pièces du château qui ont été « totalement vandalisées ». De source proche de l’enquête, le butin amassé – principalement des tableaux – avoisinerait les 50.000 € pour le seul château de Combreux. À Lignières, des tableaux, des bibelots, des objets d’art, de l’argenterie et une grosse jarre ont été emportés. Les voleurs ciblaient principalement peintures, mobilier et argenterie. Des objets d’un montant estimé de 150.000 à 200.000 euros avaient été dérobés, dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2017, au château propriété du prince Sixte-Henri de Bourbon Parme.
RC Orleans, 14/02, p.4
Le Berry, 14/02, p.4

(Bonnée) Église
Les pierres de la façade de l’édifice se descellent. Une demande de devis est en cours pour une remise en état de la façade, une vérification de l’état des murs extérieurs et un ravalement de l’édifice. (intégral)
RC Loiret, 14/02

(Lunery) Des dons pour restaurer l’église
Entre 1909 et 1911, grâce au don de Marie Dumez, l’église Saint Albert a été construite en hommage à son mari décédé, Albert Dumez. En 2002, l’église a été acquise par la commune de Lunery, suite au rachat de la SA Rosière par le groupe Candy. La tempête de décembre 1999 avait provoqué des dégâts sur le clocher qui a été
sommairement réparé par la SA Rosières en 2000. Aujourd’hui, pour la sécurité de l’édifice communal, il est impératif de refaire la toiture du clocher. Rappelons qu’en 2008, les vitraux avaient été déjà rénovés grâce à une première souscription de la Fondation du patrimoine.
Le Berry, 14/02, p.13

(La Chapelle Montlinard) Maintenir la bâtisse en état
L’association Les Amis de la Blancherie gère une ancienne bâtisse publique datant de 1840, destinée au cantonnier chargé de l’entretien des berges du canal et de la Loire et située dans le lit majeur de la Loire. Samedi, la présidente, Bernadette Daroux, qui a été élue à ce poste en novembre dernier suite au d é c è s d e Je a n Michel Agnus, a dressé le bilan et présenté les actions de l’année 2018. Avant cela, Gérard Rozière, le viceprésident, a rendu hommage à l’ancien président qui s’est toujours mobilisé pour sauvegarder la Blancherie. Aujourd’hui, l’activité principale est de maintenir la bâtisse en bon état, avec sa vue imprenable sur la ville de La Charité sur Loire (Nièvre).
Le Berry, 14/02, p.22

(Chaumont sur Loire) Un hôtel à la ferme de Queneau

Dix ans après avoir pris en main le Domaine de Chaumont, le conseil régional peut se targuer d’une réussite. Les recettes couvrent 70 % des frais, la Région apportant une sorte de subvention d’équilibre de 2,1 M€. La réussite se mesure au nombre de visiteurs, et aussi à la notoriété des artistes qui y ont exposé ou exposent. « Beaucoup d’artistes étrangers ont exposé ici avant Beaubourg ! » se flatte légitimement la directrice, Chantal Colleu-Dumond. Devant cette réussite, François  Bonneau, président de la Région, (propriétaire du Domaine) estime le moment venu d’y ouvrir un hôtel, tant il est vrai qu’une journée ne suffit plus à tout voir. Le projet se concrétisera à la ferme de Queneau, dans l’immédiate proximité du Domaine. C’est un espace dont 1.700 m² sont constructibles. La Région y envisage un hôtel «  trois ou quatre étoiles, d’une capacité de 65 chambres environ », explique François Bonneau. En régie directe, comme les restaurants ? « Pas forcément ; il existe d’autres formules, associant aussi le privé » répond François Bonneau. La forme juridique n’est pas arrêtée, le budget non plus et les travaux évidemment pas  entrepris. Dans ces conditions, la Région ne s’aventure pas à avancer une date d’ouverture. On sait seulement que le style sera « très original, parfaitement en phase avec le Domaine. » (intégral)
NR Loir et Cher, 14/02

(Lochois) L’avenir des villages coincés entre les vieilles pierres

L’église Saint-Martin (XIIIe-XVe siècles), inscrite au titre des Monuments historiques en 1926, et son retable (XVe siècle) du peintre Jean Fouquet, dit « La Pietà » de Nouans, découvert en 1931. Et son maire, Eric Moreau, fier du patrimoine de sa commune et énervé par les contraintes que cela impose au quotidien. Par contraintes, il entend la réglementation dictée par l’architecte des Bâtiments de France (ABF) pour tout ce qui concerne l’urbanisme. Le périmètre délimité des abords d’un patrimoine inscrit ou classé est de l’ordre de 500 mètres. A Nouans, comme dans bon nombre d’autres communes, autant dire que si l’église est bien au milieu du village, c’est toute la commune qui est concernée. Pour Eric Moreau, cette réglementation n’aide pas à dynamiser le centre-bourg, aussi bien pour les commerces que  l’habitat. « Nous sommes sur des territoires en déprise, avec plus de biens à vendre que de demandes. Quand on parle du périmètre ABF, s’il y a des travaux en plus à réaliser lors d’un achat de maison, les gens regardent les devis, tournent les talons et s’en vont », indique-t-il. Pour le maire, l’ABF n’est bien sûr pas 100 %responsable de la dévitalisation des communes rurales. Mais il a décidé de lancer un SOS Villages peu ordinaire. Il compte sur ces collègues- maires du sud de la Touraine pour le soutenir dans un premier temps, puis sur tous les maires ruraux d’Indre-et-Loire dans un second temps. Le maire a aussi une autre idée, dont il veut vérifier la possibilité : « Il y a trente ou quarante ans, avoir un bâtiment inscrit ou classé était un atout. Maintenant, c’est un handicap. On est bien arrivé à les inscrire et les classer, on doit bien arriver à les déclasser ! ».
+ ••• 156 monuments inscrits ou classés dans le Sud-Touraine
NR Indre et Loire, 14/02, p.12

(Levesville la Chenard) Stéphane Bern au secours du moulin ?

L’assemblée générale du moulin de Lesvesville la Chenard s’est tenue, ce weekend, en présence d’une assistance clairsemée en raison des mauvaises conditions météo et de l’état des routes. L’an dernier, le moulin n’a été ouvert que sur rendez vous et peu de visiteurs se sont présentés en dehors de la fête du 10 juin, qui a connu un grand succès grâce aux bénévoles. « Le moulin est triste sans ses ailes depuis plus d’un an maintenant », indiquent
les responsables. Après concertation au sein du bureau, un courrier a été adressé à l’animateur de télévision Stéphane Bern pour évoquer l’état du moulin et sa restauration. Le dossier pour la rénovation des deux ailes est entre les mains de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles). Dans l’attente, des petits travaux d’entretien ont été effectués dont le bouchage des trous dans la tourelle, la taille des arbres et le replacement des  archures. La prochaine fête se tiendra le 9 juin. Elle aura pour thème « Les pompiers », avec diverses expositions. (intégral)
L'Echo, 13/02

(Saint Martin d’Auxigny) Les panneaux marron de retour sur
L’assemblée générale du Prieuré de Bléron, samedi, salle multimodale a permis à la présidente, Monique Duteil, d’affirmer que tous les objectifs avaient été atteints en 2017, grâce en partie à « tous les besogneux » qui vont transpirer régulièrement à Bléron (*). Les objectifs, cette année, seront la poursuite des travaux de restauration des fenêtres de la chapelle d’une part et sécuriser les parties hautes des murs près de sa porte. Il sera aussi question de l’entretien de la carrière et continuer à développer l’école de la forêt (qui accueille des scolaires). La restauration des fenêtres et de la porte ouest de la chapelle sera inaugurée le 24 mars.
(*) Ce prieuré en forêt domaniale d’Allogny sur la commune de SaintMartind’Auxigny est sauvegardé par l’association. Avec l’autorisation de l’office national des forêts, les bénévoles le mettent en lumière et sécurisent le site.
Le Berry, 13/02, p.12

(Bossay sur Claise) Conseil : l’église va être restaurée
A l’ordre du jour de la réunion de conseil municipal du 5 février figurait la délibération concernant la restauration de l’église. Le bureau d’études avait présenté, lors du conseil de janvier, un projet en cinq phases : Tranche 1 : première urgence, consolidation du bas côté nord et façade ouest avec deux options (coût total HT 205.672 €) ; tranche 2 : restauration du clocher : (268.433 € HT) ; tranche 3 : restauration du chevet et des élévations du transept (150.000 € HT) ; tranche 4 : restaurations des façades sud et nord (147.450 € HT) ;  tranche 5 : intérieurs (196.600 €). Soit un total HT de 968.124 € et un total toutes dépenses confondues de 1.161.749 €. Le conseil décide d’accepter le projet pour les phases 1, 2, 3 et 4 en retirant les options de la phase 1 concernant un auvent au-dessus du porche, mais en ajoutant une option de chauffage de l’intérieur de l’église. Le maire va contacter le bureau d’études et commencer à étudier les aides possibles pour ce dossier qui sera mis en oeuvre 2019. Dans cet esprit, la commune va adhérer à la Fondation du patrimoine et versera une cotisation de 75 € à l’organisme. (intégral)
NR Indre et Loire, 13/02

(Ligueil) Mémoire et protection du patrimoine
L’association, Mémoire et Patrimoine en Ligueillois, présidée par Christian Grellet, a au cours de son assemblée générale présenté le rapport moral de l’année 2017.  Rapport commenté par Colette Jourdanne secrétaire, qui a rappelé la participation de l’association aux Journées du patrimoine sur le thème « Lessive et lavoirs », avec une randonnée afin de découvrir les lavoirs de Ligueil. Les projets 2018 ont été présentés. Emilie Toury, vice-présidente, a évoqué une future exposition au cours des Journées du patrimoine, qui aurait lieu au château de La Roche-Berthault à Ciran, avec présentation de costumes qui ont servi au cours de ces dernières années pour les spectacles du comité des fêtes de Ciran. Par ailleurs, l’association participera au comice agricole de Ligueil. Elle poursuivra l’inventaire dans les églises de Louans et de Ligueil. Elle va contacter le conseil départemental pour organiser une exposition avec conférence sur les objets trouvés au cours des fouilles sur les tracés des déviations de Ligueil et de Ciran. Le président Christian Grellet a émis le souhait de réaliser l’inventaire des immeubles d’intérêt patrimonial dans le cadre des documents d’urbanisme.
NR Indre et LoireE, 13/02, p.15

(Mardié) Un concert pour récolter des fonds pour restaurer l’église
Concert était donné en l’église de Mardié ce samedi soir, au profit de ladite église, puisque les fonds récoltés le sont dans le cadre de la souscription de la fondation du patrimoine. Inscrite à l’inventaire des monuments historiques, sa restauration nécessaire s’effectue par étapes. Après les vitraux, le clocher, les façades, ce sera au tour de l’intérieur avec les enduits, peintures, nettoyage et éclairage. Les voûtes millénaires ont donc résonné avec les morceaux de solo piano joués par Nathalie Joda et la vingtaine de chants classiques, traditionnels, contemporains, interprétés par la Chorale Chantemoy, superbe jeu de mots composé à partir de Chanteau et Semoy d’où sont originaires les 84 choristes.
RC Orleans, 12/02, p.16

Les panneaux marron de retour sur l'A20 entre Vierzon et Brive
«Cathédrale de Bourges, patrimoine mondial de l’Unesco », « La Sologne », « Abbaye de Noirlac », « Champagne berrichonne »… Depuis plus de cinquante et un ans, les panneaux marron fleurissent au bord des autoroutes. Dans le Cher, on les rencontre tout au long de l’A71. Entre Vierzon et Bourges, ils ont été changés de 2013 à 2015. Et ils sont autant appréciés des collectivités que des automobilistes. Prochainement, on pourra aussi les retrouver sur l’A20.
+ Une charte pour Vinci autoroutes
+ De nouveaux panneaux «chocolat» pour l’A20 Vierzon-Brive
Le Berry, 12/02, p.2/3

(Jussy Champagne) Riche année pour les Amis de l’église
Une bonne vingtaine d’adhérents des Amis de l’église Saint André participaient à l’assemblée générale jeudi. Fin 2017, l’association comptait cent trente sept adhérents dont soixante dix neuf à jour de cotisation. Le président, Bernard Ducateau, notait une plus forte affluence de  visiteurs, en 2017, puisque c’est environ 550 personnes qui ont été accueillies lors des expositions de vêtements et d’objets liturgiques. Cette forte affluence est due pour partie aux quatre visites programmées par les Guides de Bourges. S’agissant des projets, les Amis de l’église Saint André prévoient plusieurs événements. D’abord, le lancement des travaux pour la restauration des chapelles, du choeur et de l’abside dont la complexité a été évoquée par le président en raison du classement « monument historique » de l’église. Plusieurs architectes du patrimoine sont déjà venus la visiter.
Le Berry, 12/12, p.10

Réouverture de la commanderie d’Arville
Ce lundi 12 février, Christian Hallouin, directeur de la commanderie d’Arville, lancera la nouvelle saison. Les neuf salariés et les dix-sept intervenants sont prêts pour accueillir groupes et familles. Ils animeront la cinquantaine d’ateliers proposés à tous, pour une journée ou pour un séjour de trois ou cinq jours, logés dans le centre d’hébergement. Delphine Berthelot, responsable des groupes et des adultes, et Matthieu Bourel du service promotion et animation, conjuguent leurs talents pour innover et fidéliser un tourisme culturel de plus en plus important.
NR Loir et Cher, 12/12, p.6

(Saint martin) La réunion publique pour l’église est reportée
Vendredi soir, Philippe Villeneuve, architecte en chef des Monuments historiques, était attendu à Saint-Martin-le-Beau, où il devait animer une réunion publique afin de présenter la reconstruction de l’église, détruite suite à des incendies volontaires sur la place du village, en avril 2015. Las ! A cause des intempéries, Philippe Villeneuve n’a pas pu quitter la capitale, où il réside. La réunion publique est donc reportée au vendredi 2 mars, à 19 h, salle des Closiers. (intégral)
NR Indre et Loire, 12/02

(Preuilly suyr Claise) Les travaux avancent à la chapelle
Une réunion de chantier, mardi, a permis aux représentants de la municipalité et de la Société archéologique de Preuilly de faire le point sur l’avancée des travaux avec l’architecte Jean-Philippe Barthel et le tailleur de pierre Romain Laumy. La première tranche est maintenant bien avancée. L’édifice abritant une très rare peinture de danse macabre est recouvert depuis quelques mois d’une bâche permettant les opérations de maçonnerie sur les sablières et le pignon ouest, ainsi que la restauration de la charpente. Les différents tableaux peints sur les murs ont été protégés par des panneaux. La voûte est constituée de lambris peints reproduisant les motifs entourant les personnages de la danse macabre. Un calepinage minutieux de ces lambris (certains très détériorés) a été effectué pour permettre de les restaurer et de les replacer à l’identique. Ceux laissés en place ont été stabilisés par des couvre-joints. Les travaux de charpente ont pu être effectués et sont maintenant terminés. Les sablières ont dû être changées. Le clocheton a retrouvé sa structure octogonale oubliée depuis des décennies.
NR Indre et LoireE, 12/02, p.12

Le gang des châteaux sous les verrous
Le colonel Ludovic Ehrhart, patron de l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC), est presque admiratif : « C’est une équipe très organisée, très aguerrie, comme nous n’en avions pas vu depuis une dizaine d’années. Une équipe qui organise culturellement ses méfaits, qui ne va pas dans un château au hasard, qui repère, réfléchit et prend du sol au plafond. Une équipe avec une filière pour revendre les objets volés. » Arrêté mardi dans la région lyonnaise à la suite d’une enquête menée notamment par des gendarmes berruyers, le gang des châteaux est sous les verrous. Cette équipe, composée de quatre voleurs présumés dont un père et son fils, est soupçonnée d’avoir cambriolé au moins huit châteaux, entre mars 2017 et janvier 2018. Âgés d’une trentaine à une cinquantaine d’années, ils oeuvraient discrètement, de nuit, avec des véhicules de location, parfois en présence de personnes à l’intérieur des châteaux. Ils n’emportaient que les objets et oeuvres de valeur. Le butin, en cours d’estimation, est de « plusieurs centaines de milliers d’euros », selon le procureur. Le préjudice du cambriolage au château de Lignières est de 150.000 à 200.000 euros. Trois camions de déménagement ont été nécessaires pour transporter les plus de huit cents objets découverts dans divers entrepôts de la région lyonnaise.
+ La police de l’art a aidé les gendarmes berruyers dans cette enquête
Le Berry, 17/02, p.4

(Bourges) Un nouveau chantier à la cathédrale

Cela faisait presque quatre ans que la cathédrale Saint Étienne de Bourges n’avait plus connu d’échafaudages. La dernière fois, c’était pour la rénovation de la toiture et de la charpente de la nef. Depuis début janvier, une partie de la façade sud de la cathédrale est de nouveau recouverte de métal. Les échafaudages sont en cours d’installation par la société Comi Services. L’État mène en effet des travaux de rénovation de couverture des bas côtés de la cathédrale, c’est à dire des nefs latérales. Il s’agit de refaire la toiture et une partie de la charpente. La première tranche du chantier concerne les bas côtés au sud de la cathédrale (c’est à dire place Etienne Dolet), entre la tour sud et le portail sud. Le montant des travaux de cette première tranche s’élève à 1,2 million d’euros, entièrement financés par l’État. Le second chantier, invisible de l’extérieur, est la mise en sécurité électrique de la cathédrale. Le coût des travaux se monte à 1,25 million d’euros. Il s’agit aussi de mettre en oeuvre une centrale de système de sécurité incendie.
+ Un chantier de longue durée
Le Berry, 17/02, p.9

(Saint Amand) L’association CAP Drevant La Groutte a un nouveau bureau
L’avenir de l’association CAP Drevant La Groutte est assuré. Ce qui n’était pas gagné à l’issue de l’assemblée générale, le 25 janvier dernier : le président sortant Jean-Michel Cagé, qui était à la tête de l’association depuis 2016, et son équipe souhaitaient passer la main. Mais personne ne voulait prendre les rênes. Du coup, après un temps de réflexion et devant la menace de voir l’association disparaître ou mise en sommeil, trois bénévoles ont décidé de reprendre les fonctions du bureau. Nathalie Hely, de Drevant et dans l’association depuis sa création en 2002, a été élue présidente ; Chantal Boels Prévost, de Drevant, est la nouvelle secrétaire et Bernard Courtaud, également de Drevant, le nouveau trésorier.
Le Berry, 17/02, p.21

(Chateaudun) Des plaques utiles à restaurer
Après les graffitis de l’église Saint Jean de la Chaîne, qui avaient fait l’objet d’une publication en 2017, l’Association dunoise pour la valorisation du patrimoine (ADVP) s’intéresse, cette année, aux plaques de cochers. L’annonce a été faite, jeudi soir, par Gérard Charloux, président de la structure, lors de l’assemblée générale : « Les plaques de cochers ont été instaurées en 1835, et les villes avaient obligation de les mettre en place. Elles servaient de panneaux indicateurs pour les cochers. Aujourd’hui, ces plaques sont devenues des monuments quasi historiques. Il nous en reste quelques unes à Châteaudun et elles sont en mauvais état. »
L'Echo, 17/02, p.18

(Charonville) Les amis de l’église ne baissent pas les bras

Après un bref mot d’accueil, Gérard Chailloux, le président, a souligné : « Nous comptons quatre vingt trois adhérents et espérons toujours que les travaux permettant de rouvrir l’église soient décidés. L’édifice se dégrade et rien ne bouge. Nous allons néanmoins poursuivre note mobilisation dans l’espoir qu’une solution rapide soit enfin trouvée ! »
L'Echo, 18/02, p.8

(Montlandon) Sacristie et boiseries à restaurer à l’église
Créée en février 2012, l’association de sauvegarde de l’église Saint Jacques de Montlandon (seize adhérents) a tenu son assemblée générale. L’occasion de dévoiler ses projets. La signature d’une convention avec la Fondation du Patrimoine est en pourparlers depuis début 2017 pour une nouvelle tranche de travaux dans l’église, datant du XIIe siècle : « Pour l’instant, et en raison de l’absence d’un représentant, nous sommes dans le néant. Pourtant, rien ne s’oppose au lancement de la nouvelle souscription », a confié le président. Une partie de cette somme va servir à financer la remise en état de la sacristie et des boiseries du choeur prévue courant 2018.
L'Echo, 18/02, p.16

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 12:40

Source : ladepeche.fr

Le musée des Jacobins fait sa révolution

Le musée des Jacobins va faire une grosse cure de jouvence. Plus d'une année de travaux durant laquelle les quelque 52 000 objets du musée déménage.

Le musée des Jacobins ferme ses portes le 31 mars au soir. Une fermeture pour travaux qui durera plus d'une année. Conséquence de ce chantier, toutes les pièces du musée sont actuellement transférées en d'autres lieux ! Sur les trois étages du musée, y compris évidemment la réserve, tout doit déménager de la moindre épingle au plus gros mobilier lapidaire (jusqu'à une tonne). Chacune des pièces subira un conditionnement très attentionné avant transport.
Lire la suite : https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/19/2745404-le-musee-des-jacobins-fait-sa-revolution.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 12:42

Source : actu.fr

Musée de Vire : le travail de l’ombre…

Fermé depuis le 4 novembre dernier, le musée de Vire, qui accueille chaque année entre 6 000 et 8 500 visiteurs, va connaître une rénovation de grande ampleur. Entre la préparation du futur contenu, les recherches d’objets, les authentifications, les vérifications, les inventaires, la communication, la médiation, les iconographies, les devis, etc. Le travail ne manque pas pour l’équipe !
Lire la suite : https://actu.fr/normandie/vire-normandie_14762/musee-vire-travail-lombre_15539928.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 12:44

Enrichissement des musées

Source : wukali.com

Le plan de Breteuil du Potager des princes acquis par le musée Condé

Grâce au soutien financier des Amis du Musée Condé, et avec l’appui juridique du Service des Archives de France, le musée Condé a pu faire jouer le droit de préemption de l’État en vente publique, et acquérir auprès de la maison de vente Artcurial, le mardi 13 février 2018, un beau plan détaillé du Potager des princes, à Chantilly
Lire la suite : http://www.wukali.com/+Le-plan-de-Breteuil-du-Potager-des-princes-acquis-par-le-musee-Conde-1089+

Source: latribunedelart.com

Un dessin de Schnetz pour la Madeleine préempté par Orléans

Le Musée des Beaux-Arts d’Orléans a préempté, aujourd’hui vendredi 9 février, à l’hôtel Drouot chez Lasseron & Associés, pour 6 500 € hors frais (et grâce à la société des amis du musée), un grand et très beau dessin de Jean-Victor Schnetz (ill. 1) préparatoire à la peinture murale réalisée par l’artiste dans l’église de La Madeleine à Paris.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-dessin-de-schnetz-pour-la-madeleine-preempte-par-orleans

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 19 Fév - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 12:45

Source : ladepeche.fr

Émilien Châtelain met en résonance les collections du musée de Gajac

L'artiste contemporain Émilien Châtelain ouvre la saison muséale 2018 au musée de Gajac avec son exposition «Échos et Résonances», jusqu'au 15 avril.

Dans la grande salle du musée de Gajac, les images des œuvres du musée de Gajac, à partir desquelles Émilien Châtelain a travaillé, sont projetées sur les quatre murs, ainsi que sur les quatre colonnes de miroirs, différentes en hauteur, inspirées des gravures de Piranèse. «Cela crée visuellement d'autres images.
Lire la suite : https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/18/2744861-emilien-chatelain-met-resonance-collections-musee-gajac.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 12:49

Source : ladepeche.fr

Un musées avec la plus grande collection de Picasso au monde va ouvrir à Aix-en-Provence

À l’origine de ce projet d’envergure, Catherine Hutin-Blay, la belle-fille de l’artiste espagnol. Au décès de sa mère (en 1986, soit 13 ans après Picasso, ndlr), Jacqueline Roque, qui n’est autre que la dernière femme du peintre, elle hérite de très nombreuses pièces uniques et méconnues. Selon The Art Newspaper, il s’agirait de l’une des plus belles collections signées de Picasso. Cette dernière est composée de travaux effectués entre 1952 et 1973, des dates qui correspondent à la période où Jacqueline Roque et Picasso ont vécu ensemble, d’où le futur nom « Musée Jacqueline et Pablo Picasso »
Lire la suite : https://www.demotivateur.fr/voyage/aix-en-provence-va-accueillir-la-plus-grande-collection-de-picasso-au-monde-des-2021-12665

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 12:53

Source : leparisien.fr

Des tableaux en 3D pour les malvoyants au musée de l'Ardenne

Rendre l'art pictural accessible aux malvoyants grâce à des répliques en version tactile, c'est l'objectif du musée de l'Ardenne, à Charleville-Mézières. Un travail de longue haleine.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/des-tableaux-en-3d-pour-les-malvoyants-au-musee-de-l-ardenne-17-02-2018-7564113.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 12:54

Source : lemonde.fr

Dans les musées, faut-il se résigner aux chefs-d’œuvre ?

Thomas Schauder, professeur de philosophie, s’interroge sur le recours des musées aux chefs-d’œuvre, après que Françoise Nyssen a évoqué de déplacer « La Joconde » ou la tapisserie de Bayeux.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/02/14/dans-les-musees-faut-il-se-resigner-aux-chefs-d-uvre_5256826_4401467.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 13:34

Source :20minutes.fr

«À musée vous, à musée moi» : Quand Arte donne vie aux toiles de maîtres


Une exposition qui n’a rien d’académique ! Jusqu’au 4 mars, les toiles de maîtres s’animent dans des sketchs loufoques et décalés chaque soir, sauf le mardi, à 20h45 sur Arte dans la série courte A musée vous, à musée moi, créée par Fouzia Kechkech, avec la voix de Joey Starr en guise de générique. Comment le réalisateur et scénariste Fabrice Maruca (La Minute Vieille) a-t-il réussi à donner vie aux personnages de 10 chefs-d’œuvre ?
Lire la suite: https://www.20minutes.fr/serie/2218867-20180211-musee-musee-quand-arte-donne-vie-toiles-maitres

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 14:46

Source : latribunedelart.com

La Joconde, si fragile que le Louvre ne se la prêtera pas !


Revenons un instant sur ce qu’a dit Françoise Nyssen, ministre de la Culture, lors des vœux à la presse le 24 janvier dernier sur la Joconde. Nous avions déjà consacré un éditorial à cet hypothétique déplacement de la Joconde dans lequel nous rappelions les constats effectués par les conservateurs expliquant pourquoi ce tableau est trop fragile pour voyager.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/la-joconde-si-fragile-que-le-louvre-ne-se-la-pretera-pas

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 14:48

Source : latribunedelart.com

Jubé de Chartres : des hypothèses sont-elles des preuves ?

Il y a longtemps que nous n’avons pas parlé de la revendication par l’État d’un fragment du jubé de Chartres. Cela fait pourtant désormais près de onze ans que la procédure judiciaire est en cours et que les décisions successives des tribunaux font un peu désespérer de la justice. Nous ne rappellerons pas ici tous les détails que nous avons largement évoqués dans deux articles, celui du 10 juillet 2009 où nous révélions l’affaire, et celui du 3 février 2010 où nous expliquions pourquoi les arguments du ministère de la Culture n’étaient pas recevables. Depuis, trois décisions de justice ont eu lieu. Le tribunal de grande instance de Paris a jugé en première instance le 26 novembre 2015 et la cour d’appel a confirmé ce jugement le 18 janvier 2018. Le tribunal administratif de Paris qui était saisi depuis l’origine et ne s’était jamais emparé du dossier a finalement décidé d’une audience et a pris une décision le 29 juin 2017.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/jube-de-chartres-des-hypotheses-sont-elles-des-preuves

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 15:08

Source : latribunedelart.com

Les associations et les écologistes veulent une consultation locale sur les tours à Paris

Cela pourrait passer pour une pétition de plus, mais c’est bien davantage. Le groupe EELV et de nombreuses associations de protection du patrimoine ont lancé une pétition sur internet afin de réunir suffisamment de signatures pour obtenir un référendum sur la construction de tours dans la capitale. La loi permet en effet aux citoyens d’une commune d’organiser une pétition demandant l’inscription d’un sujet à l’ordre du jour du conseil municipal. Dans le cas de Paris, le nombre de signatures à obtenir est de 5000.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/les-associations-et-les-ecologistes-veulent-une-consultation-locale-sur-les-tours-a-paris

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 15:10

Source : latribunedelart.com

Des œuvres volées retrouvées grâce à La Tribune de l’Art

Les informations obtenues grâce à la publication d’une annonce d’œuvres d’art volées sur La Tribune de l’Art ont été très utiles à l’enquête comme nous l’a confirmé l’Office Central de lutte contre le trafic de Biens Culturels. L’enquête en question a permis d’arrêter une bande de cambrioleurs de châteaux, et de mettre en examen six personnes, dont un receleur, comme l’a révélé le procureur en charge (voir par exemple sur le site de La Montagne).
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/des-oeuvres-volees-retrouvees-grace-a-la-tribune-de-l-art

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 19 - 25 février 2018)   Lun 19 Fév - 15:11

Source : latribunedelart.com

Restitution d’un triptyque flamand par le Musée Crozatier du Puy-en-Velay

La ministre de la Culture a rendu aux petits-enfants d’un couple de collectionneurs un tableau que ceux-ci avaient vendus en 1938 en Allemagne pour fuir les persécutions nazies. Contrairement à ce qu’on a pu lire ici ou là, la restitution n’a pas été effectuée réellement par le Louvre, à qui il avait été affecté, mais par le Musée Crozatier du Puy-en-Velay où il était déposé depuis 1966 après l’avoir été au Musée des Beaux-Arts d’Alger entre 1952 et 1961.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/restitution-d-un-triptyque-flamand-par-le-musee-crozatier-du-puy-en-velay

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 12 - 18 février 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 12 - 18 février 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: