Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (1- 6 octobre 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 15:00

Musées Région Val-de-Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Malesherbes) Un Musée de l’imprimerie dans le Loiret
Malesherbes, dans le nord du Loiret, accueille depuis le 28 septembre un nouveau Musée de l’imprimerie, un bel espace de 5.000 m2 consacré à l’histoire des techniques. Ce projet a pu voir le jour grâce à la ténacité de l’imprimeur Jean-Paul Maury, patron du groupe du même nom, un poids lourd de l’impression dans la région avec plus de 1.200 salariés. Passionné par son métier, il avait acquis il y a 20 ans une collection de machines qu’il a enrichie au fil du temps, et souhaitait depuis longtemps pouvoir présenter ce patrimoine dans le cadre d’un musée qui préserverait aussi la mémoire et le  savoir faire des métiers du livre. Installé dans les locaux d’une ancienne entreprise, cet atelier musée présente six siècles de technique, du fac-similé de la machine de Gutenberg aux procédés les plus modernes comme la flexographie ou l’héliographie.
NR Loir et Cher, 02/10, p.2

Blois : “vive la magie”, un festival international
Imaginé en 2008 par Gérard Souchet, le Festival International “Vive la magie” existe depuis maintenant 10 ans et se déplace dans les grandes métropoles, en France et en Europe. Samedi 7 et dimanche 8 octobre il sera à Blois. À l’occasion de ses 20 ans, la Maison de la Magie Robert-Houdin accueillera la dernière prestigieuse étape de la tournée 2018 après des escales à Rennes, Bordeaux, Carquefou, Lille, Dijon, Lyon, Genève et Angers.
Mag'Centre, 01/10<http://www.magcentre.fr/163313-blois-vive-la-magie-un-festival-international/>

Blois. Vive la Magie fête ses dix ans.
A Blois, samedi et dimanche, la magie sera totalement internationale, un souhait de la Maison de la magie pour son vingtième anniversaire.
NR 41, 04/09/2018 p. 12

Dreux. «Apprendre sur le terrain»
Une centaine d’élèves de Branly passeront cette année par le musée du vin, pour y étudier la vigne. Un enseignement « plus vivant » que les élèves apprécient.
L'Echo rép. 04/10/2018, p. 19

Épilogue dans le dossier des malfaçons du musée du Grand-Pressigny

Si la responsabilité décennale des constructeurs est engagée du fait que l’ouvrage était devenu impropre à sa destination, le tribunal condamne in solidum la société Vinci Énergies, la Cetrac, l’architecte et la société Véritas Construction (contrôle technique) à verser au Département 37 la somme d’un peu plus de 150.000 € TTC à effet du 25 mars 2016, pour les travaux de réaménagement du local technique en toiture. Il écarte de l’indemnisation le préjudice d’image, les frais de personnel demandés par le Département et le préjudice acoustique non relevé par l’expert judiciaire. Rappelons que la construction de ce musée par le département d’Indre-et-Loire et la société Icade Promotion, également demandeur dans cette affaire, a débuté en 2003.  La maîtrise d’oeuvre a été confiée le 14 avril 2005 à l’architecte et à la société Cetrac, la mission de contrôle technique à la société Véritas et la société Cegelec Ouest avait en charge le lot n° 15 – qui a causé problème – « chauffage, traitement d’air et désenfumage » le 30 mars 2009. En effet, en septembre 2009, des dysfonctionnements sur les installations de chauffage climatisation ventilation ont été constatés après l’ouverture au public à cette date. Le tribunal condamne solidairement Vinci Énergies, l’architecte, Cetrac, Véritas à verser 150.800 € au Département, et ajoute 27.000 € pour les frais d’expertise et 2.000 € de frais de justice administrative.
NR Indre et Loire, 29/09, p.5

(Tours) Le CCC OD se tourne vers le Moyen-Orient
L’élu s’appelle Mathieu Dufois. C’est lui qui a été choisi par Alain LJulien-Laferrière, le directeur du CCC OD, pour partir en résidence à l’étranger. Le jeune artiste, installé à Tours, s’apprête donc à faire ses valises. Direction : le Fayoum Art Center, dans le fameux désert du Fayoum, en Égypte. Le départ est prévu début octobre. « C’est le premier séjour à l’étranger qu’on met en place, expl ique le directeur du Centre de création contemporaine Olivier-Debré. C’est important pour nous. Ce n’est pas parce que nous sommes une institution artistique de province qu’on ne peut pas aller à l’étranger. Au contraire ! » Cette internationalisation « donne une autre lecture de notre travail, continue Alain Julien-Laferrière. Local, global, c’est pareil. » Concrètement, le CCC OD s’est tourné vers le Moyen-Orient. « Nous avons des envies et des projets vers les cinq pays du Moyen-Orient. » Le premier de ces échanges se concrétise donc par la résidence de trois mois de Mathieu Dufois en Égypte. L’artiste, né à Chartres, est impatient.
NR Indre et Loire, 29/09, p.20

(Blois) Une performance inédite au château royal
En résidence depuis deux semaines au château royal, la compagnie blésoise Les Anthropomorphes s’est inspirée du Lézard noir, une pièce policière et fantastique du japonais Yukio Mishima, tirée elle même d’un roman d’Edogawa Ranpo, pour créer une performance originale. L’intrigue de ce roman ? La fille d’un grand bijoutier d’Osaka, Sanaé, est enlevée par le Lézard noir dans le Japon des années 1920. Le célèbre détective Akechi enquête sur cette disparition. « Il ne s’agit pas d’utiliser un lieu pour mettre en valeur une pièce de théâtre, mais bien au contraire d’utiliser une pièce de théâtre pour vous permettre de découvrir un lieu et ses collections de la manière la plus directe et vivante possible », explique la compagnie. Lors de la présentation de la générale, vendredi après-midi, rendez-vous était donné à la chapelle du château.
NR Loir et Cher, 30/09, p.5

Blois : “vive la magie”, un festival international

Imaginé en 2008 par Gérard Souchet, le Festival International “Vive la magie” existe depuis maintenant 10 ans et se déplace dans les grandes métropoles, en France et en Europe. Samedi 7 et dimanche 8 octobre il sera à Blois. À l’occasion de ses 20 ans, la Maison de la Magie Robert-Houdin accueillera la dernière prestigieuse étape de la tournée 2018 après des escales à Rennes, Bordeaux, Carquefou, Lille, Dijon, Lyon, Genève et Angers.
Mag'Centre, 01/10

(Malesherbes) Un Musée de l’imprimerie dans le Loiret
Malesherbes, dans le nord du Loiret, accueille depuis le 28 septembre un nouveau Musée de l’imprimerie, un bel espace de 5.000 m2 consacré à l’histoire des techniques. Ce projet a pu voir le jour grâce à la ténacité de l’imprimeur Jean-Paul Maury, patron du groupe du même nom, un poids lourd de l’impression dans la région avec plus de 1.200 salariés. Passionné par son métier, il avait acquis il y a 20 ans une collection de machines qu’il a enrichie au fil du temps, et souhaitait depuis longtemps pouvoir présenter ce patrimoine dans le cadre d’un musée qui préserverait aussi la mémoire et le  savoir faire des métiers du livre. Installé dans les locaux d’une ancienne entreprise, cet atelier musée présente six siècles de technique, du fac-similé de la machine de Gutenberg aux procédés les plus modernes comme la flexographie ou l’héliographie.
NR Loir et Cher, 02/10, p.2

(Nogent le Rotrou) Revivre le passé dans le musée du futur
Actuellement en cours de mise en place au sein du château des Comtes du Perche, la nouvelle muséographie du site devrait offrir aux visiteurs la possibilité de découvrir l’histoire des lieux à travers la réalité augmentée. Pour expliquer en deux mots de quoi il s’agit, il faut s’imaginer en train de visiter les lieux avec à bout de bras la possibilité d’accéder à des enrichissements interactifs textuels, iconographiques et sonores sur une tablette numérique. Ce sont la création et le financement de cette nouveauté qui ont été décidés lundi soir par les élus nogentais  réunis en Conseil municipal. Ce point n’a pas donné lieu à débat puisque l’unanimité s’est exprimée lors du vote des délibérations. Adjointe à la culture, Catherine Catesson a donc résumé la procédure : « Trois prestataires ont répondu à l’appel d’offres dans les délais. Au terme de l’analyse des offres conduite avec le cabinet “Histoires de…” qui nous assiste dans ce projet, il a été retenu la proposition de la société Art Graphique et Patrimoine ». Le cahier des charges prévoyait que l’outil numérique vienne abonder la visite du château avec des reconstitutions du donjon à différentes périodes de son histoire, de l’évolution architecturale du site, de l’appartement du duc de Sully et de l’appartement sous les BourbonCondé. La société prestataire a proposé d’y ajouter des enrichissements sur le territoire et son château, le donjon intérieur et extérieur ainsi que les reconstitutions d’une salle intérieure du donjon et du château depuis la Haute cour.
L'Echo, 03/10, p.25

(Dampierre en Burly) Un costume de Roger Lanzac au musée
Le costume de Roger Lanzac, Monsieur Loyal de « La Piste aux étoiles », célèbre émission télévisée de 1956 à 1978, est maintenant exposé au musée du cirque et de l’illusion situé à Dampierre en Burly. L‘antiquaire Julien Cohen, de l’émission de Sophie Davant « Affaire conclue », a remis à Rémy Demantes, mardi dernier, ce costume dont il a fait l’acquisition lors d’une émission en avril. « Cette pièce unique, convoitée par les collectionneurs, permet au musée d’ancrer encore davantage sa notoriété », assure son fondateur. (inégral)
RC Orleans, 05/10

(Bourges) Le Marsupilami au Muséum
« On a essayé de faire un écrin au Marsupilami. » Jusqu’au 4 novembre, les visiteurs qui pousseront les portes du Muséum d’histoire naturelle découvriront des planches de BD de l’artiste belge Batem dans des  lieux incongrus du musée : une vitrine de cactus, à côté de bisons empaillés… « Je suis content d’exposer dans de telles conditions, a déclaré l’artiste, hier, lors du vernissage. C’est gratifiant. » Le Marsupilami, créé par Franquin en 1952 dans les histoires de Spirou, vit ses propres aventures sous les traits de Batem depuis 1987. Dans le cadre du festival BulleBerry, qui se tient tout le weekend à Bourges, il poursuit ses péripéties dans la cité berruyère. (intégral)
Le Berry, 05/10

(Bailleau-Armenonville) À la découverte du Tourist Trophy
Les amateurs de belles – et vieilles – bécanes connaissent sûrement le lieu. Le musée l’Atelier des pionniers de Bailleau Armenonville, près de Gallardon, propose, depuis maintenant cinq ans, des expositions autour des motos et autos anciennes, ainsi que des runs ou des bourses d’échanges. En avril, le musée lançait une nouvelle exposition temporaire : “Les motos du Tourst Trophy”. Elle se termine de 28 octobre. Cyrille Veschambre, président de l’Atelier des pionniers, explique : « Les motos de cette époque sont emblématiques. C’est pour cela que nous avons choisi de les faire connaître. Nous souhaitions aussi que les spectateurs puissent voir l’évolution de la moto à travers les époques. » L’Atelier des pionniers propose trois grandes expositions. Deux sont permanentes.
L'Echo, 05/10, p.15

(Chartres) L’histoire militaire passe par les papilles
C’est la dernière acquisition de l’Historial militaire de Chartres et de l’Eure et Loir (HMCEL) et elle fait la fierté de ses bénévoles. Fièrement campée sur ses grandes roues, la « roulante », comme on l’appelle dans le jargon militaire, est un beau bébé d’une tonne, appelé Modèle 1916. « On l’appelle comme ça car les premières ont été fabriquées en 1916, pour que les gars dans les tranchées aient quelques repas chauds », raconte Yves Cuzin, président du HMCEL. « Ce modèle a été modifié en 1936. Celle que nous avons récupérée a dû être construite autour de 1956. Elle a servi en Algérie. » Initialement hippomobile, c’est à dire tractée par des chevaux, cette cuisine de campagne a évolué pour pouvoir être attelée à un GMC, un camion polyvalent, très utilisé par l’armée française. Le HMCEL en possède bien évidemment un.
+ La restauration du char avance
L'Echo, 07/10, p.7

(Tours) François Cheng : une vie tracée à l’encre de chine

Enfant du fleuve jaune, dont les rives ont baigné le confucianisme, François Cheng n’hésite plus à se dire depuis des années « fils de la Loire » tant elle l’habite. Comme bon nombre de poèmes, il la connaît par coeur depuis au moins 60 ans, l’époque de son mariage avec une Tourangelle. Le couple est souvent revenu à Tours, dans le quartier des Prébendes où il possède toujours un appartement, près du jardin. François Cheng observe les arbres, comme à Paris où un tilleul pousse devant son immeuble. Épris de culture française, il aime les Tourangeaux : Balzac, « un dieu » beaucoup lu, Debré, son ami le poète Yves Bonnefoy dont il a pensé qu’il a eu de la chance lorsque la bibliothèque lui a consacré une grande exposition. Sans qu’il s’y attende, son tour est venu. « Un rêve, un cadeau », s’étonne encore François Cheng. A l’initiative du musée des Beaux-Arts, et son conférencier Ghislain Lauverjat, une exposition dite « de poche », intimiste donc parfaite pour le sujet, présente des calligraphies sur papier de riz de François Cheng.
NR Indre et Loire, 06/10, p.9


Dernière édition par debraym le Ven 5 Oct - 16:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 15:03

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Nogent le Rotrou) Revivre le passé dans le musée du futur
Actuellement en cours de mise en place au sein du château des Comtes du Perche, la nouvelle muséographie du site devrait offrir aux visiteurs la possibilité de découvrir l’histoire des lieux à travers la réalité augmentée. Pour expliquer en deux mots de quoi il s’agit, il faut s’imaginer en train de visiter les lieux avec à bout de bras la possibilité d’accéder à des enrichissements interactifs textuels, iconographiques et sonores sur une tablette numérique. Ce sont la création et le financement de cette nouveauté qui ont été décidés lundi soir par les élus nogentais  réunis en Conseil municipal. Ce point n’a pas donné lieu à débat puisque l’unanimité s’est exprimée lors du vote des délibérations. Adjointe à la culture, Catherine Catesson a donc résumé la procédure : « Trois prestataires ont répondu à l’appel d’offres dans les délais. Au terme de l’analyse des offres conduite avec le cabinet “Histoires de…” qui nous assiste dans ce projet, il a été retenu la proposition de la société Art Graphique et Patrimoine ». Le cahier des charges prévoyait que l’outil numérique vienne abonder la visite du château avec des reconstitutions du donjon à différentes périodes de son histoire, de l’évolution architecturale du site, de l’appartement du duc de Sully et de l’appartement sous les BourbonCondé. La société prestataire a proposé d’y ajouter des enrichissements sur le territoire et son château, le donjon intérieur et extérieur ainsi que les reconstitutions d’une salle intérieure du donjon et du château depuis la Haute cour.
L'Echo, 03/10, p.25

(Bourges) « Ce n’était pas de grosses brutes idiotes »
Au musée de l’Homme, à Paris, Antoine Balzeau étudie l’évolution de la morphologie des hommes préhistoriques. Ce soir, au muséum de Bourges, le paleoanthropologue déconstruira les clichés qui collent encore aux baskets de nos lointains ancêtres dans le cadre des Mardis de la science et de l’exposition Préhistoire(s) l’enquête. « La préhistoire est une discipline que l’on simplifie tellement qu’elle en devient incompréhensible. Surtout en ce moment. On a l’impression qu’une fois surmédiatisée, chaque découverte révolutionne la discipline. Ce n’est pas le cas. En préhistoire, on a une connaissance partielle d’une histoire complexe. » Rencontre. Conférence à l’amphithéâtre du muséum à Bourges, ce soir, à 20 heures. Gratuit. Préhistoire(s), l’enquête est à voir jusqu’au 25 novembre.
Le Berry, 02/10, p.6

(Anet) La ville remonte à l’âge de bronze, mardi
C’est tout un pan de l’histoire locale qui sera expliqué mardi 2 octobre au public. L’association Les Amis d’Anet, en partenariat avec le Dianetum, a invité le service archéologique du Conseil départemental d’Eure et Loir pour une conférence sur les fouilles menées dans la commune. « C’est à la suite de  travaux à la périphérie de la ville entre Anet et Saussay qu’en mars 2016, un diagnostic archéologique a été mené, le préfet de Région a prescrit des fouilles dans deux sites de cet espace », détaille Évelyne Lefebvre, conseillère départementale. Celle ci explique : « Des fouilles ont été menées à l’été 2017 révélant des traces d’occupation remontant au Néolithique, à l’âge du bronze jusqu’à la période médiévale ». Ce sont les conclusions de ces découvertes qui seront présentées aux curieux lors de cette conférence où les archéologues qui ont effectué les fouilles détailleront leur travail. Des professionnels prévoient de rencontrer les scolaires durant la matinée pour dévoiler toutes les facettes de leur profession. (intégral)
L'Echo, 29/09

(Bourges) « Ce n’était pas de grosses brutes idiotes »
Au musée de l’Homme, à Paris, Antoine Balzeau étudie l’évolution de la morphologie des hommes préhistoriques. Ce soir, au muséum de Bourges, le paleoanthropologue déconstruira les clichés qui collent encore aux baskets de nos lointains ancêtres dans le cadre des Mardis de la science et de l’exposition Préhistoire(s) l’enquête. « La préhistoire est une discipline que l’on simplifie tellement qu’elle en devient incompréhensible. Surtout en ce moment. On a l’impression qu’une fois surmédiatisée, chaque découverte révolutionne la discipline. Ce n’est pas le cas. En préhistoire, on a une connaissance partielle d’une histoire complexe. » Rencontre.
Conférence à l’amphithéâtre du muséum à Bourges, ce soir, à 20 heures. Gratuit. Préhistoire(s), l’enquête est à voir jusqu’au 25 novembre.
Le Berry, 02/10, p.6

(Lorris) « Un gros brochet coûtait un salaire »
Les Rencontres médiévales, ce week-end à Lorris, portent sur le thème « Nourriture et alimentation ». Pour lever tous les clichés et savoir comment nos ancêtres se sustentaient. Rencontre avec Olivier Bouzy, directeur adjoint du centre Jeanne d’Arc d’Orléans.
RC Loiret, 05/10, p.17

(Sorel-Moussel) Fort Harrouard a trouvé ses protecteurs
Un espace perdu au fin fond de la forêt de la forêt domaniale de Dreux, qui surplombe un coteau. Un espace comme une clairière, où on ressent, malgré le calme et la tranquillité, la présence d’anciens hommes. Le site de Fort Harrouard est un endroit à part, qui raconte à la fois l’histoire des hommes et celle de la nature. Le lieu, situé sur la commune de Sorel Moussel, est fermé au public depuis de très longues années. Il devrait peu à peu sortir de sa torpeur et retrouver sa vitalité. La convention signée, lundi, au musée de Dreux entre la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et le conservatoire d’espaces naturels devrait permettre au site de tourner une nouvelle page de son histoire. Fort Harrouard est d’abord un site préhistorique. Des fouilles sauvages, puis plus officielles ont été menées par l’Abbé Philippe dans les années cinquante. Elles ont permis de prouver que le site a été occupé du Néolithique au Moyen Âge. De nombreux vestiges ont été mis à jour y compris lors des dernières campagnes de fouilles au milieu des années quatre vingt. Aujourd’hui, tout a été recouvert. « De nouvelles fouilles ne sont pas à l’ordre du jour », indique Line Spinnler, responsable des bâtiments de France à la Drac Centre Val de Loire. « Mais, on ne sait jamais. Il faudra peut être un jour en lancer de nouvelles pour en savoir encore plus sur ce site qui de toutes, est amené à évoluer. »
L'Echo, 05/10, p.17

Gérard Coulon dans l’arène des gladiateurs
Le petit gars de Mézières-en-Brenne, spécialiste de la civilisa- Ltion romaine, est ravi de sa première expérience télévisuelle. Fondateur et premier conservateur du Musée d’Argentomagus à Saint-Marcel, entre 1990 à 1999, puis conservateur en chef du Service départemental des monuments, musées et maisons d’écrivain de Touraine, Gérard Coulon – qui, au passage, a dirigé les travaux sur la Gaule romaine à l’École du Louvre – se retrouve aujourd’hui dans l’arène avec le film La Vie au temps des gladiateurs, réalisé par Benoît Renard et qui sera diffusé ce soir, sur France 4. « Ce n’est pas un péplum, c’est un documentaire-fiction avec des actions entrecoupées par des interventions d’historiens car Benoît Renard voulait que son film soit plausible. » Gérard Coulon n’est pas seul dans cette aventure cinématographique et historique : « Je retrouve Éric Teyssier, spécialiste des gladiateurs, qui est venu l’an dernier à l’Université populaire d’Argenton et aussi Jean-Claude Golvin avec qui je participe, comme co-auteur, sur le livre Le Génie civil de l’armée romaine, qui paraîtra chez Actes Sud, début novembre. »
NR Indre, 05/10, p.2


Dernière édition par debraym le Ven 5 Oct - 15:22, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 15:04

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Chartres) Une rentrée aux couleurs de la beauté
La beauté à la française, pour Régine Ferrère, c’est un savant mélange de hightech et de tradition, c’est « lier le passé au futur ». Avec son sens certain de la formule, la directrice du campus international de la beauté et de la cosmétique, alias l’IBCBS, a ouvert à L’Écho Républicain les portes des 2.500  m2 de l’ancien lycée Marceau entièrement rénové, rue Saint Michel. Déambulation avec la maîtresse des lieux au long des coursives et dans des salles de classe entièrement consacrées à la formation aux métiers du bien être. La fondatrice du campus ouvre également les portes de son cabinet de curiosités, installé dans l’ancienne bibliothèque du lycée Marceau. Dans les vitrines, des flacons pleins d’or liquide témoignent de la première passion de Régine Ferrère : la parfumerie. Certaines pièces sont de véritables trésors, comme cette collection complète des flacons de Shalimar de Guerlain en cristal de Baccarat ou ce coffret de Jean Patou, qui renferme du Joy, l’un des parfums les plus chers du monde. Durant leur scolarité, les élèves évolueront dans ce luxueux et confortable écrin. Mais Régine Ferrère le répète à l’envi, il leur faudra travailler.
L'Echo, 01/10, p.8

(Maintenon) L’aqueduc en lumières en 2019 ?
Et si l’aqueduc de Maintenon faisait partie de la fête ? C’est en tout cas l’idée que le maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, a émise dans nos colonnes, le lundi 17 septembre. Si rien n’est encore entériné, l’intégration de l’aqueduc maintenonnais parmi les monuments euréliens mis en lumières lors de Chartres en lumières n’est pas à exclure : « Pourquoi ne pas élargir cette mise en lumières à l’agglomération, jusqu'à l’aqueduc de Maintenon ? », a proposé le maire chartrain après la Fête de la lumière. De leur côté, les élus de Maintenon ne boudent pas leur plaisir quant à une éventuelle participation de la ville à l’événement chartrain. Alexis Robin, adjoint au maire de Maintenon en charge de la valorisation du patrimoine et du tourisme, explique : « Nous en avons en effet discuté avec Jean-Pierre Gorges. Intégrer Chartres en lumières serait une belle opportunité pour notre ville. » « Cet aqueduc est sublime mais il est vrai qu’aujourd’hui la végétation prend beaucoup de place. Sans parler de travaux, nous comptons en effet le sécuriser et faire du nettoyage. »
L'Echo, 01/10, p.15

(Bossay-sur-Claise) Restauration de l’église
Les aides départementales ayant été utilisées en 2018, des demandes en ce domaine ne pourront être faites qu’en 2020. Le conseil décide de repousser la restauration de l’église à cette date. Le maire va rencontrer les représentants de la DRAC afin d’étudier les différents projets et les aides qui peuvent s’y rapporter.
(intégral) NR Indre et LoireW, 01/10

(Venesmes) Une nouvelle vie pour le four à chaux
"J’aurais apporté ma pierre à l’édifice. » Le regard tourné vers son four à chaux, Bernard Gesset revient sur les dixsept années passées à la restauration de ce patrimoine industriel érigé au coeur de la campagne berrichonne, dans le village de Venesmes. « Quand je suis arrivé là, en 2001, le site était dans un drôle état », se souvient Bernard Gesset. Avec une voûte entièrement détruite, des structures démontées, des murs détériorés par les récupérations successives de pierres, un atelier en ruine et un champ en friche, le site avait triste mine. « Je suis un amoureux de la pierre et un militant pour la défense du patrimoine, sourit Bernard Gesset. Alors je me suis dit que cet ancien four à chaux méritait d’être sauvé. » Après avoir fait venir le  président et le vice président de la Fondation du patrimoine qui lui confirment que le site est « relevable », Pierre Gesset se lance dans une aventure un peu folle qui lui permet aujourd’hui de redonner vie à un bâtiment phare de l’activité économique du XIXe siècle.
Le Berry, 02/10, p.19

(Boissy en Drouais) La première messe depuis douze ans
L’église Notre Dame, inscrite aux monuments historiques en 1927, était fermée depuis 2006 du fait de problèmes de sécurité. Michel Étienne-Augustin maire, avec son Conseil municipal, a décidé de la remettre en état. Mission réussie, puisque le monument a pu reprendre ses fonctions. La première messe de secteur s’y est tenue dimanche. L’église était comble pour ce premier office depuis douze ans.
L'Echo, 02/10, p.20

(Braye sur Maulne) La fin des travaux de l’église
Jeudi 27, le maire de Braye-sur-Maulne, Bernard de Baudreuil et son conseil municipal ont reçu quelques personnalités. Ce jour en présence d’une soixantaine de personnes, marquait l’inauguration de la fin des travaux de l’église Saint-Pierre-aux Liens. Parmi les personnes présentes : Xavier Dupont, président de la communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire (TOVAL), l’entreprise Martineau père et fils, les restaurateurs de la toiture et charpente, Jérôme Robert pour les vitraux, Véronique Legoux, restauratrice en peintures murales, Laure de Guirant, restauratrice de sculptures et Sylvie Duthoo, déléguée départementale, représentante de la sauvegarde de l’art français. La maçonnerie a été réalisée par l’entreprise Cazy. Le financement des travaux se décompose ainsi : subventions et mécénat, 42,1 %, soit 72.314,00 €; emprunt Caisse d’épargne, 23,3 % soi t 40.000,00 € ; fonds propres mairie, 34,6 % soit 59.598,00 €; total : 171.912,00 €.
NR Indre et LoireW, 02/10, p.21

(Meung sur Loire) Fashion Week au château
Quelques jours après la Fashion Week de Paris, la Fashion Week Historique est l’occasion de découvrir l’évolution des costumes et de la mode à travers l’Histoire, les 6 et 7 octobre au château de Meung sur Loire. Pendant deux jours, les siècles défileront… À 15h30, les mannequins prennent place sur le  tapis rouge et font découvrir l’évolution du costume, de la Préhistoire à 1920. Passionnés et professionnels s’affronteront pour remporter le prix du plus beau costume historique. Il y a aussi le marché du costume et de l’accessoire, les 6 et 7 octobre de 10 à 18 heures. Au coeur du château, professionnels  et amateurs exposent leurs créations. Du chaperon médiéval à la robe à la polonaise du XVIIIe siècle, de l’aumônière aux bijoux. Studio photo éphémère, les 6 et 7 octobre en continu : grands et petits sont invités à venir s’immortaliser dans leurs plus beaux atours. Exposition de costumes d’époques et de cinéma, en continu durant les deux jours. Pendant la visite du château, sont exposés tout le long du parcours avec des costumes issus du monde du  cinéma : « la Princesse de Montpensier », de Tavernier ; « Bel Ami », de Donnellan et Ormerod ; « Un long dimanche de fiançailles », de Jeunet. (Les 6 et 7 octobre, de 10 à 18 heures ; Tarif réduit pour tous, 7€50 ; enfants 5 à 15 ans 5€50 ; gratuit 5 ans.)
(intégral) RC Orleans, 03/10

(Boiscommun) Les chorales chantent au profit de l’église
Dimanche après-midi, les membres des chorales La Villanelle et Les Fous des gammes sont venus chanter à l’église de Boiscommun, sous la direction de Fabien Desserprit, leur chef de choeur. La photographe Nathalie Chaumeau Elqotbi a accompagné l’événement avec une exposition vente de ses photos. Les sommes récoltées grâce aux chorales et la vente des clichés seront reversées pour la réfection de l’église classée monument historique le 12 juillet 1887. Ce très bel édifice nécessite une réhabilitation complète dont le montant global s’élève à 2.110.000 €. Avec le million d’euros versés par le département, les travaux de première urgence, c’est à dire l’arrêt des fuites, devraient débuter d’ici la fin de l’année. Une souscription auprès de la Fondation du patrimoine a été lancée afin de financer la suite des travaux prévus.
(intégral) RC Loiret, 03/10

(Loches) Protéger le centre ancien sans le figer.
Dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut ! Voilà ce que disait l’architecte des Bâtiments de France, Adrienne Barthélemy, dans nos colonnes en 2016, interrogée sur les règles d’urbanisme, parfois drastiques, en vigueur dans le coeur historique de Loches. Ces règles, regroupées dans le « plan de sauvegarde et de mise en valeur » ou PSMV, s’appliquent dans une zone bien précise du centre ancien, autrefois baptisée « secteur sauvegardé », désormais appelé « site patrimonial remarquable ». Peu importe le nom, c’est tout un pan de la ville, d’environ 25 hectares (*) et abritant plus de vingt monuments historiques, dont la réglementation s’apprête à changer. La municipalité vient d’engager la révision du PSMV. Un processus long, qui ne devrait aboutir qu’en 2022, mais auquel la population est associée dès ce jeudi au travers d’une réunion publique. Le PSMV qui s’applique aujourd’hui date de 1979. « A l’époque, commente le maire Marc Angenault, il s’agissait vraiment de sécuriser le patrimoine de Loches. Dans une optique très puriste. Tout un tas de bâtiments étaient voués à être détruits, notamment les maisons du XIXe siècle qui n’étaient pas dans l’esprit Renaissance ou XVIIIe siècle, ou bien pour dégager les remparts. »
+ ••• “ Il faut que la population se manifeste ! ”
+ ••• Requalifier le centre avant ?
(*) En 2016, son périmètre a été étendu afin d’intégrer le quartier de l’ancien palais de justice (place de Verdun, rue Lamblardie, avenue du Général-de-Gaulle et avenue des Bas-Clos), ainsi que le jardin public.
NR Indre et Loire, 03/10, p.24

Vierzon. La maison à pans de bois reprend vie
Squattée, souillée, dégradée, la maison à pans de bois situé rue Voltaire sur les bords de l'Yèvre  vient d'êra acquise pour 15 000€ par un entrepreneur bien connu dans le département. 200.000 euros seront consacrés aux travaux de restauration et à l’aménagement du lieu que le nouveau propriétaire prévoit de transformer en chambres d’hôtes et en espace dédié au shiitaké Berry Rép.
04/10/2018, p. 16

Valençay (36). Le patrimoine culturel s’enrichit
Samedi matin, lors de l’assemblée générale et pour les 20 ans de l’association Les  Amis de Talleyrand, a eu lieu, à la médiathèque, la remise d’une collection d’environ deux cents œuvres ayant trait à la vie de Charles-Maurice de Talleyrand. Ces œuvres ont appartenu à Jacques Brun, qui en avait fait don à l’association. Elles ont été remises, en présence de Roland Martinet, président de l’association ; de Claude Doucet, maire ;  d’Anne Giraudot, directrice des Archives départementale ; de Mme Giroux, directrice du château, et des membres de l'association Les Amis de Talleyrand. « C’est une journée mémorable pour les 20 ans de l'association.  ’association a eu l’excellente idée de choisir Valençay.  Ces oeuvres sont misesen valeur à la médiathèque et sont à la disposition du public. C’est un enrichissement de notre patrimoine culturel qui permet à nos territoires ruraux de ne pas tomber dans l’oubli », a indiqué Claude Doucet.
INTEGRAL NR 36 Ouest, 04/09/2018 p. 16

Fondettes (37). Découvrir le château de Taillé
L’association Fundeta pour l’histoire et le patrimoine de Fondettes propose de découvrir l’histoire de cette bâtisse qui a traversé les siècles. Le château de Taillé (centre de vacances appartenant à la ville de Saint-Denis-93)  Cet ancien fief relevait de l’abbaye de Saint-Julien de Tours. Pour une petite partie, il relevait du château de Tours… (de nombreux propriétaires se sont succédé). Du logis seigneurial, dépendait une chapelle qui est mentionnée dans le registre de visite du diocèse de Tours en 1787. Au-delà des colonies, Taillé accueille de multiples animations et a notamment participé, récemment, aux Journées du patrimoine.
NR 37 Ouest, 04/09/2018 p. 11

Tours. Enfin la quatrième étoile pour Le Grand Hôtel !
L’hôtel Art déco de la place de la gare a fini sa rénovation, exceptée sa façade sur laquelle le panonceau quatre étoiles sera bientôt posé. Construit en 1927 par l’architecte tourangeau Maurice Boille et le décorateur Pierre Charreau, l’hôtel aux 105 chambres a été entièrement rénové avec une décoration d’inspiration contemporaine.
NR 37 Ouest, 04/09/2018 p. 11

Ligueil (37). L’évocation des loges de vignes
La loge de vigne de Mache- fer, à Ciran et celle de Noizay à Ligueil, a proximité de l’ancienne ligne de démarcation, ont été restaurées par une équipe de bénévoles de l’association Mémoire et Patrimoine en Ligueillois. Restaurations qui ont valu, lors d’une visite des lieux, les félicitations des membres de l’ordre du mérite agricole. A ce sujet, Bernard Briais, historien de la région, devait rappeler notamment que « beaucoup de ces loges sont encore là, tapies au milieu des champs. Souvent hélas ! elles s’écroulent… Elles sont le témoin d’une époque ou la pièce de vigne avait sa place dans une polyculture en grande partie vivrière. Faire son vin, c’était d’abord avoir la certitude de savoir ce qu’on buvait. » « Construite avec soin, en moellons ou même en pierre de taille, la loge se composait en général d’une seule pièce… A l’intérieur [se trouvait] une cheminée dans laquelle on chauffait le repas de midi en brûlant de vieux ceps ou des sarments bien secs. Parfos un grenier était aménagé sous le toit de tuiles ou d’ardoises.  Dans le sol, un simple trou fermé d’une trappe permettait de garder les bouteilles au frais pendant l’été… »
NR 37 Est, 04/09/2018 p. 20

Montrichard (41). Le donjon mis en valeur

La ville de Montrichard a remis en valeur le donjon et ses « vieilles pierres »,
les remparts. Après un grand débroussaillage des alentours du vieux château lorsque l’on arrive par le pont de Faverolles-sur-Cher, désormais on voit dans son entier les murs et les bases du donjon qui, de ce fait paraît, plus beau, plus grand.
INTEGRAL NR 41, 04/09/2018 p. 18

Vendôme. Elle calligraphie la liste des sous-préfets
Éliane Challet, passionnée de calligraphie vient, à la sous-préfecture, de compléter bénévolement la liste des noms des différents sous-préfets de Vendôme qu’elle avait déjà rédigée en 2001. Et c’est sous les yeux de Léa Poplin, sous-préfète en place depuis cet été, que cet artiste oucquoise s’est appliquée à tracer pleins et déliés. La liste qui trône dans le bureau de la sous-préfète s’ouvre en l’an VIII. « En fait, je suis le 77e sous-préfet de Vendôme et la 7e femme, la première étant Gisèle Billand nommée en 1991 », commente Léa Poplin. l’an prochain, j’espère pouvoir ouvrir la sous-préfecture pour les Journées du Patrimoine », a conclu Léa Poplin.
NR 41, 04/09/2018 p. 19

(Mehun-sur-Yèvre) Mise en lumière du patrimoine

L’important chantier de revitalisation du centre ville, débuté depuis un an, comprend  quatre tranches de travaux.L’enfouissement des réseaux secs et la rénovation de l’éclairage public sont en passe d’être achevés. Ils concernent principalement la place du 14 Juillet et la rue Jeanne d’Arc. Des travaux d’aménagement des voiries et des espaces publics achèveront ces travaux. Les troisième et quatrième périodes de travaux (cette dernière prévue en 2020 a été avancée) débuteront dans les prochaines semaines. Elles concernent la mise en lumière des monuments historiques classés : la porte de l’horloge, la collégiale Notre Dame, le château Charles VII et la dissimulation des réseaux ; la rénovation de l’éclairage public rue Auguste Guignard et rue Émile Zola.
Le Berry, 29/09, p.13

(Pierrefitte ès Bois) Mobilisés pour l’église
En venant de Châtillon sur Loire, quelques dizaines de mètres avant de franchir les frontières de Pierrefitte ès Bois, ce village aux confins du Pays Fort,point culminant du Loiret avec son altitude de 273 mètres, laisse apparaître un centre bourg dominé par l’édification d’une église du XIIe siècle. Sans doute construite à l’emplacement où s’élevait la « Petra Ficta », littéralement Pierre Fichée, la structure présente différents éléments remarquables, qui donnent une apparence atypique à l’unique monument patrimonial de cette cité de 305 âmes. Un choeur, dont les colonnes, chapiteaux et arcades ont des ressemblances avec ceux de la basilique Saint Benoît sur Loire ; une chapelle de style gothique ; un clocher penché, avec un devers d’1,5 mètre, d’une hauteur de 42 mètres, édifié au XVIIe siècle. « Avec le temps, rongé par des infiltrations répétées, déstabilisé par des coups de foudre, notre beau clocher est malade et demande des réparations importantes et urgentes, confie Ghislaine Beaudet, maire de Pierrefitte ès Bois. Le bâtiment entier présente des désordres dont nous espérons qu’ils seront réparés dans les années à venir, mais la première  tranche de travaux concernera le clocher, du sol au faîte ».
+ Une convention de partenariat avec la Fondation du patrimoine
RC Loiret, 30/09, p.15

Il a croqué le château de La Ferté-Imbault
Difficile de rester insensible aux charmes du château de La Ferté-Imbault. Maxime Brousse en est le parfait exemple. Son tour de France de  Compagnon du Devoir de cinq années l’a mené, lui, le Bourguignon d’origine, en Sologne où il a vécu entre 2017 et 2018, travaillant comme charpentier  pour la société Rapaud-Dosque à Salbris. Pour faire partie des compagnons, il doit réaliser une maquette, « un chef-d’oeuvre de réception ». Ce sera le dôme à l’impériale du château solognot. « J’ai eu un coup de foudre », explique cet amoureux du patrimoine. Avec l’autorisation des propriétaires, de l’ancien et des actuels, il se rend dans les combles pour prendre les cotes de la charpente. « C’est une architecture typique du grand siècle, la charpente est d’origine, comme une coque de navire renversée, c’était un challenge pour lui », explique Olivier Ojzerowicz, propriétaire. Le jeune homme ne compte pas ses heures. Travaille sur son oeuvre jusqu’à tard le soir, jusqu’au milieu de la nuit, week-end compris, dans sa renardière (l’endroit où les compagnons façonnent leur chef d’oeuvre) à Villefranche-sur-Cher. De quoi susciter l’admiration de son patron, habitué à recevoir des compagnons. Au total , i l aura fallu 800 heures de temps pour achever l’oeuvre. Cette réplique au 1/10e est faite de 450 pièces de chêne.
NR Loir et Cher, 30/09, p.10

(Chartres) Une rentrée aux couleurs de la beauté
La beauté à la française, pour Régine Ferrère, c’est un savant mélange de hightech et de tradition, c’est « lier le passé au futur ». Avec son sens certain de la formule, la directrice du campus international de la beauté et de la cosmétique, alias l’IBCBS, a ouvert à L’Écho Républicain les portes des 2.500  m2 de l’ancien lycée Marceau entièrement rénové, rue Saint Michel. Déambulation avec la maîtresse des lieux au long des coursives et dans des salles de classe entièrement consacrées à la formation aux métiers du bien être. La fondatrice du campus ouvre également les portes de son cabinet de curiosités, installé dans l’ancienne bibliothèque du lycée Marceau. Dans les vitrines, des flacons pleins d’or liquide témoignent de la première passion de Régine Ferrère : la parfumerie. Certaines pièces sont de véritables trésors, comme cette collection complète des flacons de Shalimar de Guerlain en cristal de Baccarat ou ce coffret de Jean Patou, qui renferme du Joy, l’un des parfums les plus chers du monde. Durant leur scolarité, les élèves évolueront dans ce luxueux et confortable écrin. Mais Régine Ferrère le répète à l’envi, il leur faudra travailler.
L'Echo, 01/10, p.8

(Maintenon) L’aqueduc en lumières en 2019 ?

Et si l’aqueduc de Maintenon faisait partie de la fête ? C’est en tout cas l’idée que le maire de Chartres, Jean-Pierre Gorges, a émise dans nos colonnes, le lundi 17 septembre. Si rien n’est encore entériné, l’intégration de l’aqueduc maintenonnais parmi les monuments euréliens mis en lumières lors de Chartres en lumières n’est pas à exclure : « Pourquoi ne pas élargir cette mise en lumières à l’agglomération, jusqu'à l’aqueduc de Maintenon ? », a proposé le maire chartrain après la Fête de la lumière. De leur côté, les élus de Maintenon ne boudent pas leur plaisir quant à une éventuelle participation de la ville à l’événement chartrain. Alexis Robin, adjoint au maire de Maintenon en charge de la valorisation du patrimoine et du tourisme, explique : « Nous en avons en effet discuté avec Jean-Pierre Gorges. Intégrer Chartres en lumières serait une belle opportunité pour notre ville. » « Cet aqueduc est sublime mais il est vrai qu’aujourd’hui la végétation prend beaucoup de place. Sans parler de travaux, nous comptons en effet le sécuriser et faire du nettoyage. »
L'Echo, 01/10, p.15

(Bossay-sur-Claise) Restauration de l’église

Les aides départementales ayant été utilisées en 2018, des demandes en ce domaine ne pourront être faites qu’en 2020. Le conseil décide de repousser la restauration de l’église à cette date. Le maire va rencontrer les représentants de la DRAC afin d’étudier les différents projets et les aides qui peuvent s’y rapporter. (intégral)
NR Indre et LoireW, 01/10

(Venesmes) Une nouvelle vie pour le four à chaux
«J’aurais apporté ma pierre à l’édifice. » Le regard tourné vers son four à chaux, Bernard Gesset revient sur les dixsept années passées à la restauration de ce patrimoine industriel érigé au coeur de la campagne berrichonne, dans le village de Venesmes. « Quand je suis arrivé là, en 2001, le site était dans un drôle état », se souvient Bernard Gesset. Avec une voûte entièrement détruite, des structures démontées, des murs détériorés par les récupérations successives de pierres, un atelier en ruine et un champ en friche, le site avait triste mine. « Je suis un amoureux de la pierre et un militant pour la défense du patrimoine, sourit Bernard Gesset. Alors je me suis dit que cet ancien four à chaux méritait d’être sauvé. » Après avoir fait venir le  président et le vice président de la Fondation du patrimoine qui lui confirment que le site est « relevable », Pierre Gesset se lance dans une aventure un peu folle qui lui permet aujourd’hui de redonner vie à un bâtiment phare de l’activité économique du XIXe siècle.
Le Berry, 02/10, p.19

(Boissy en Drouais) La première messe depuis douze ans

L’église Notre Dame, inscrite aux monuments historiques en 1927, était fermée depuis 2006 du fait de problèmes de sécurité. Michel Étienne-Augustin maire, avec son Conseil municipal, a décidé de la remettre en état. Mission réussie, puisque le monument a pu reprendre ses fonctions. La première messe de secteur s’y est tenue dimanche. L’église était comble pour ce premier office depuis douze ans.
L'Echo, 02/10, p.20

(Braye sur Maulne) La fin des travaux de l’église
Jeudi 27, le maire de Braye-sur-Maulne, Bernard de Baudreuil et son conseil municipal ont reçu quelques personnalités. Ce jour en présence d’une soixantaine de personnes, marquait l’inauguration de la fin des travaux de l’église Saint-Pierre-aux Liens. Parmi les personnes présentes : Xavier Dupont, président de la communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire (TOVAL), l’entreprise Martineau père et fils, les restaurateurs de la toiture et charpente, Jérôme Robert pour les vitraux, Véronique Legoux, restauratrice en peintures murales, Laure de Guirant, restauratrice de sculptures et Sylvie Duthoo, déléguée départementale, représentante de la sauvegarde de l’art français. La maçonnerie a été réalisée par l’entreprise Cazy. Le financement des travaux se décompose ainsi : subventions et mécénat, 42,1 %, soit 72.314,00 €; emprunt Caisse d’épargne, 23,3 % soi t 40.000,00 € ; fonds propres mairie, 34,6 % soit 59.598,00 €; total : 171.912,00 €.
NR Indre et LoireW, 02/10, p.21

(Meung sur Loire) Fashion Week au château
Quelques jours après la Fashion Week de Paris, la Fashion Week Historique est l’occasion de découvrir l’évolution des costumes et de la mode à travers l’Histoire, les 6 et 7 octobre au château de Meung sur Loire. Pendant deux jours, les siècles défileront… À 15h30, les mannequins prennent place sur le  tapis rouge et font découvrir l’évolution du costume, de la Préhistoire à 1920. Passionnés et professionnels s’affronteront pour remporter le prix du plus beau costume historique. Il y a aussi le marché du costume et de l’accessoire, les 6 et 7 octobre de 10 à 18 heures. Au coeur du château, professionnels  et amateurs exposent leurs créations. Du chaperon médiéval à la robe à la polonaise du XVIIIe siècle, de l’aumônière aux bijoux. Studio photo éphémère, les 6 et 7 octobre en continu : grands et petits sont invités à venir s’immortaliser dans leurs plus beaux atours. Exposition de costumes d’époques et de cinéma, en continu durant les deux jours. Pendant la visite du château, sont exposés tout le long du parcours avec des costumes issus du monde du  cinéma : « la Princesse de Montpensier », de Tavernier ; « Bel Ami », de Donnellan et Ormerod ; « Un long dimanche de fiançailles », de Jeunet. (Les 6 et 7 octobre, de 10 à 18 heures ; Tarif réduit pour tous, 7€50 ; enfants 5 à 15 ans 5€50 ; gratuit 5 ans.) (intégral)
RC Orleans, 03/10

(Boiscommun) Les chorales chantent au profit de l’église
Dimanche après-midi, les membres des chorales La Villanelle et Les Fous des gammes sont venus chanter à l’église de Boiscommun, sous la direction de Fabien Desserprit, leur chef de choeur. La photographe Nathalie Chaumeau Elqotbi a accompagné l’événement avec une exposition vente de ses photos. Les sommes récoltées grâce aux chorales et la vente des clichés seront reversées pour la réfection de l’église classée monument historique le 12 juillet 1887. Ce très bel édifice nécessite une réhabilitation complète dont le montant global s’élève à 2.110.000 €. Avec le million d’euros versés par le département, les travaux de première urgence, c’est à dire l’arrêt des fuites, devraient débuter d’ici la fin de l’année. Une souscription auprès de la Fondation du patrimoine a été lancée afin de financer la suite des travaux prévus. (intégral)
RC Loiret, 03/10

(Loches) Protéger le centre ancien sans le figer
Dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut ! Voilà ce que disait l’architecte des Bâtiments de France, Adrienne Barthélemy, dans nos colonnes en 2016, interrogée sur les règles d’urbanisme, parfois drastiques, en vigueur dans le coeur historique de Loches. Ces règles, regroupées dans le « plan de sauvegarde et de mise en valeur » ou PSMV, s’appliquent dans une zone bien précise du centre ancien, autrefois baptisée « secteur sauvegardé », désormais appelé « site patrimonial remarquable ». Peu importe le nom, c’est tout un pan de la ville, d’environ 25 hectares (*) et abritant plus de vingt monuments historiques, dont la réglementation s’apprête à changer. La municipalité vient d’engager la révision du PSMV. Un processus long, qui ne devrait aboutir qu’en 2022, mais auquel la population est associée dès ce jeudi au travers d’une réunion publique. Le PSMV qui s’applique aujourd’hui date de 1979. « A l’époque, commente le maire Marc Angenault, il s’agissait vraiment de sécuriser le patrimoine de Loches. Dans une optique très puriste. Tout un tas de bâtiments étaient voués à être détruits, notamment les maisons du XIXe siècle qui n’étaient pas dans l’esprit Renaissance ou XVIIIe siècle, ou bien pour dégager les remparts. »
+ ••• “ Il faut que la population se manifeste ! ”
+ ••• Requalifier le centre avant ?
(*) En 2016, son périmètre a été étendu afin d’intégrer le quartier de l’ancien palais de justice (place de Verdun, rue Lamblardie, avenue du Général-de-Gaulle et avenue des Bas-Clos), ainsi que le jardin public.
NR Indre et Loire, 03/10, p.24

Vierzon. La maison à pans de bois reprend vie
Squattée, souillée, dégradée, la maison à pans de bois situé rue Voltaire sur les bords de l'Yèvre  vient d'êra acquise pour 15 000€ par un entrepreneur bien connu dans le département. 200.000 euros seront consacrés aux travaux de restauration et à l’aménagement du lieu que le nouveau propriétaire prévoit de transformer en chambres d’hôtes et en espace dédié au shiitaké
Berry Rép. 04/10/2018, p. 16

Valençay (36). Le patrimoine culturel s’enrichit
Samedi matin, lors de l’assemblée générale et pour les 20 ans de l’association Les  Amis de Talleyrand, a eu lieu, à la médiathèque, la remise d’une collection d’environ deux cents œuvres ayant trait à la vie de Charles-Maurice de Talleyrand. Ces œuvres ont appartenu à Jacques Brun, qui en avait fait don à l’association. Elles ont été remises, en présence de Roland Martinet, président de l’association ; de Claude Doucet, maire ;  d’Anne Giraudot, directrice des Archives départementale ; de Mme Giroux, directrice du château, et des membres de l'association Les Amis de Talleyrand. « C’est une journée mémorable pour les 20 ans de l'association.  ’association a eu l’excellente idée de choisir Valençay.  Ces oeuvres sont misesen valeur à la médiathèque et sont à la disposition du public. C’est un enrichissement de notre patrimoine culturel qui permet à nos territoires ruraux de ne pas tomber dans l’oubli », a indiqué Claude Doucet. INTEGRAL
NR 36 Ouest, 04/09/2018 p. 16

Fondettes (37). Découvrir le château de Taillé
L’association Fundeta pour l’histoire et le patrimoine de Fondettes propose de découvrir l’histoire de cette bâtisse qui a traversé les siècles. Le château de Taillé (centre de vacances appartenant à la ville de Saint-Denis-93)  Cet ancien fief relevait de l’abbaye de Saint-Julien de Tours. Pour une petite partie, il relevait du château de Tours… (de nombreux propriétaires se sont succédé). Du logis seigneurial, dépendait une chapelle qui est mentionnée dans le registre de visite du diocèse de Tours en 1787. Au-delà des colonies, Taillé accueille de multiples animations et a notamment participé, récemment, aux Journées du patrimoine.
NR 37 Ouest, 04/09/2018 p. 11

Tours. Enfin la quatrième étoile pour Le Grand Hôtel !
L’hôtel Art déco de la place de la gare a fini sa rénovation, exceptée sa façade sur laquelle le panonceau quatre étoiles sera bientôt posé. Construit en 1927 par l’architecte tourangeau Maurice Boille et le décorateur Pierre Charreau, l’hôtel aux 105 chambres a été entièrement rénové avec une décoration d’inspiration contemporaine.
NR 37 Ouest, 04/09/2018 p. 11

Ligueil (37). L’évocation des loges de vignes
La loge de vigne de Mache- fer, à Ciran et celle de Noizay à Ligueil, a proximité de l’ancienne ligne de démarcation, ont été restaurées par une équipe de bénévoles de l’association Mémoire et Patrimoine en Ligueillois. Restaurations qui ont valu, lors d’une visite des lieux, les félicitations des membres de l’ordre du mérite agricole. A ce sujet, Bernard Briais, historien de la région, devait rappeler notamment que « beaucoup de ces loges sont encore là, tapies au milieu des
champs. Souvent hélas ! elles s’écroulent… Elles sont le témoin d’une époque ou la pièce de vigne avait sa place dans une polyculture en grande partie vivrière. Faire son vin, c’était d’abord avoir la certitude de savoir ce qu’on buvait. »
« Construite avec soin, en moellons ou même en pierre de taille, la loge se composait en général d’une seule pièce… A l’intérieur [se trouvait] une cheminée dans laquelle on chauffait le repas de midi en brûlant de vieux ceps ou des sarments bien secs. Parfos un grenier était aménagé sous le toit de tuiles ou d’ardoises.  Dans le sol, un simple trou fermé d’une trappe permettait de garder les bouteilles au frais pendant l’été… »
NR 37 Est, 04/09/2018 p. 20

Montrichard (41). Le donjon mis en valeur
La ville de Montrichard a remis en valeur le donjon et ses « vieilles pierres », les remparts. Après un grand débroussaillage des alentours du vieux château lorsque l’on arrive par le pont de Faverolles-sur-Cher, désormais on voit dans son entier les murs et les bases du donjon qui, de ce fait paraît, plus beau, plus grand. INTEGRAL
NR 41, 04/09/2018 p. 18

Vendôme. Elle calligraphie la liste des sous-préfets
Éliane Challet, passionnée de calligraphie vient, à la sous-préfecture, de compléter bénévolement la liste des noms des différents sous-préfets de Vendôme qu’elle avait déjà rédigée en 2001. Et c’est sous les yeux de Léa Poplin, sous-préfète en place depuis cet été, que cet artiste oucquoise s’est appliquée à tracer pleins et déliés. La liste qui trône dans le bureau de la sous-préfète s’ouvre en l’an VIII. « En fait, je suis le 77e sous-préfet de Vendôme et la 7e femme, la première étant Gisèle Billand nommée en 1991 », commente Léa Poplin. l’an prochain, j’espère pouvoir ouvrir la sous-préfecture pour les Journées du Patrimoine », a conclu Léa Poplin.
NR 41, 04/09/2018 p. 19

A Dadonville, l’église mobilise
Pour que l’église de Dadonville perdure dans le temps, sa restauration est nécessaire. L’Atelier de dessin de Pithiviers et la municipalité organisent une expo de dessins et peintures samedi et dimanche, de 15 à 18 heures, à l’église, sur ce sujet. Les deux jours, à 15 heures, un historique de l’édifice et un point sur les travaux et la souscription publique seront présentés. L’entrée sera libre. Le dimanche 14 octobre, à 16 heures, les chorales La Villanelle et  les Fous des Gammes donneront un concert dans l’église, en sa faveur. (intégral)
RC Orleans, 05/10

(Courville sur Eure) « Il fallait intervenir ! »
Lancés en septembre 2015, les importants travaux de restauration de l’église Saint Pierre se remarque à l’intérieur comme à l’extérieur de l’édifice. « En octobre 2016, un élément lumineux en verre, au dessus de la porte d’entrée, a été recréé donnant un autre visage à ce bel édifice, souligne Richard Pépin, adjoint au maire. L’ancien vitrail avait été détruit par une tempête en 1807 et muré ensuite de pierres de silex qui affaissaient le porche par son poids, il fallait intervenir ! » Une cérémonie officielle, demain, à partir de 11 heures, viendra clore ces trois années d’intenses travaux de restauration à l’église Saint-Pierre, classée monument historique en 1907.
L'Echo, 05/10, p.14

(Déols) Le site clunisien, un monument qui s’impose
Lors du rendez-vous fixé par les responsables du site clunisien de Déols pour faire son bilan touristique, le maire de la ville, Michel Blondeau, était en retard. Tout excusé, ce dernier a dû gérer le relogement d’une famille après le gros incendie survenu la veille dans un appartement, avenue Maurice-Thorez. Mais très vite, il a retrouvé le sourire au moment d’évoquer la bonne santé d’un des plus importants sites  touristiques du département : le site clunisien et son abbaye vieille de plus de mille ans. « En trente ans, je n’ai jamais connu une telle affluence. Les chiffres de fréquentation pour cette année, notamment ceux de l ’été, sont excellents. » Pour continuer à développer  l’attractivité d’un site au « fort potentiel », une troisième salle du musée est en préparation. « Il y a du retard, mais son ouverture est prévue pour 2019 », promet Michel Blondeau. Ajoutez à cela le retour des fêtes médiévales, l’an prochain ; la Nuit européenne des musées et les Journées nationales de l’archéologie, vous n’avez pas fini d’entendre parler du site clunisien de Déols. Ce dernier, enfin, compte bien s’inscrire parmi les pionniers du réseau clunisien, fort de plus d’un millier de monuments en Europe.
NR Indre, 05/10, p.8

(Souesmes) Monuments historiques : demande de classement du calice
Le conservateur des antiquités et objets d’art du Loir et Cher a fait part de l’intérêt historique et de la qualité patrimoniale du calice du XVIIe siècle, conservé dans l’église et appartenant à la commune, en vue de son classement au titre des monuments historiques. La commune adopte à l’unanimité la présentation de la demande de classement. (intégral)
NR Loir et Cher, 05/10

(Cormery) Abbaye : l’entretien des Amis d’Alcuin
Samedi, une douzaine de bénévoles des Amis d’Alcuin et quelques autres bonnes volontés locales se sont donné rendez-vous sur le site de l’abbaye pour une opération de toilettage. En une matinée, le résultat escompté a été atteint : ménage dans les salles et mise en ordre des extérieurs, avec taille des haies et des rosiers, désherbage… La présidente, Christiane Desvergne, était très satisfaite : « C’est une action réussie, dit elle. Nous avons eu une équipe complémentaire. Nous avons en quelques heures rempli un camion benne de déchets verts, tout en ayant broyé une partie de ceux-ci pour le paillage des parterres et des pieds d’arbres. Le verre de l’amitié a clos cette joyeuse matinée. »
NR Indre et Loire, 03/10, p.24

(Argent sur Sauldre) L’éveil des Amis du patrimoine
Née en 2015 à l’initiative de Denis Mardesson pour soutenir la souscription destinée à la rénovation des bancs de l’église, l’association des Amis du patrimoine connaît, depuis cet été, un nouveau souffle. Le maire avait en effet convoqué une assemblée générale en juin, afin de redynamiser la structure et lui permettre de mettre en valeur le patrimoine argentais, en trois points. Les onze membres de l’organisation, présidée par Maryanik Coispel-Mozzi, s’attelleront d’abord à la  promotion du patrimoine de la commune, par l’animation des journées dédiées d’une part, mais également par la rédaction d’articles pour le bulletin municipal, le site internet, ou encore la réalisation d’une exposition sur la gare. Les Amis se chargeront aussi de l’entretien du patrimoine avec, notamment, la rénovation de certains vitraux de l’église, fortement abîmés, d’anciens bureaux de la gare qui pourraient être reconvertis en salle d’exposition ou en musée, du temple de Bacchus ou de passerelles et ponts à remettre en état.
Le Berry, 06/10, p.21

(La Riche) Une signalétique pour le patrimoine
Mercredi dernier, le conseil municipal s’intéressait à une dizaine de commissions, présentées et commentées en une heure. Toutes ont été votées à l’unanimité. Un arrêt sur image sur la convention d’’implantation des panneaux de signalétique patrimoniale sur la commune. Frédéric Domingo, conseiller municipal délégué au devoir de mémoire, aux parcs et espaces verts, constate un accueil favorable des Larichois sur les panneaux déjà  installés. « La ville de La Riche a été sollicitée par la Métropole pour développer une signalétique patrimoniale dont l’objectif est de recenser les sites remarquables. Le Prieuré Saint-Cosme, le couvent des Minimes, le château du Plessis-les-Tours, le manoir de la Rabaterie et la Chapelle Sainte- Anne ont été retenus pour y implanter une signalétique sous forme de totems ou de pupitres. La ville a déjà  installé 4 panneaux sur le domaine public. Restent à installer deux totems sur des propriétés privées, à savoir le manoir de la Rabaterie et la chapelle Sainte-Anne. »
NR Indre et Loire, 06/10, p.17

Montrond fait couler beaucoup d'encre
Thierry Lafouge, membre du conseil d’administration du cercle d’histoire et d’archéologie du Saint-Amandois (Chasa), avait déjà pris la plume, fin juin, pour dénoncer « l’attitude scandaleuse de la mairie concernant la forteresse de Montrond. » Cette fois, c’est au tour d’Annie Regond, en sa qualité de vice-présidente de l’union Rempart, dont le Chasa est membre, d’écrire un mot au maire Thierry Vinçon, pour demander « les raisons de l’éviction du Chasa. » Elle évoque une première lettre restée sans réponse. L’encre n’en finit donc pas de couler, plusieurs semaines après la rupture entre le Chasa, qui a longtemps oeuvré à la sauvegarde de la forteresse de Montrond, et la municipalité de Saint-Amand, propriétaire du site, qui en a repris la gestion. (intégral)
Le Berry, 07/10

(Loches) Centre ancien : comment changer les règles
Soixante-dix habitants de Loches ont participé, jeudi soir au moulin des Cordeliers, à la première réunion publique de lancement de la mise à  jour du règlement d’urbanisme qui s’applique au centre ancien. Son nom ? Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV). L’équipe pluridisciplinaire chargée par la municipalité de réaliser l’étude de révision du PSMV s’est présentée et a présenté sa méthode. « On fera notamment un inventaire parcelle par parcelle, bâtiment par bâtiment. Tous les extérieurs de maison vont être relevés. On pénétrera dans les parties privées, pour visiter de la cave au grenier, afin de confirmer la valeur patrimoniale des bâtiments que nous aurons repérés », a expliqué l’architecte du patrimoine, Élodie Baizeau, qui est à la tête de cette équipe. Un archéologue spécialisé dans la dendochronologie datera également les maisons les plus anciennes. Tout ceci permettra d’identifier, selon les mots d’Élodie Baizeau, « tous les éléments architecturaux remarquables à mettre en valeur ». Cet inventaire débutera en avril et se poursuivra jusqu’en juin 2020. Déjà, depuis le 12 septembre, l’équipe a commencé à dresser un diagnostic historique du centre ancien. La rédaction du futur règlement d’urbanisme débutera fin 2019 pour s’achever en juillet 2020. Dans la foulée, démarreront l’enquête publique et l’instruction administrative du dossier.
NR Indre et Loire, 06/10, p.19

(Sainte-Fauste) Une des cloches part se faire une beauté
Sur les deux cloches de l’église qui vont être rénovées, une seule a été descendue, direction l’entreprise Bodet Campanaire. Il s’agit de la plus ancienne, qui était dans la précédente église. Elle date de 1679 et elle est classée Monument Historique. Fragilisée à certains endroits, elle va être nettoyée et renforcée. Dans le  même temps, les montants en bois des deux cloches seront rénovés. Lorsque la cloche sera de retour, il sera possible, pendant quelques jours, de venir la contempler avant qu’elle ne soit remise en place et électrifiée pour de nouveau résonner dans la commune. La seconde cloche sera, quant à elle, réparée sur place. Toutes les personnes qui souhaitent participer financièrement à la réparation de ces cloches peuvent s’adresser en mairie où il leur sera fourni un dépliant d’explication pour le versement à la Fondation du Patrimoine, en précisant que ces dons se font au profit de la restauration des cloches de Sainte-Fauste, dans l’Indre. (intégral)
NR Indre, 07/10

L’union des Entreprises du patrimoine vivant
Dans la région, elles sont 54 à avoir décroché le label d’État "Entreprise du patrimoine vivant". Une association vient d’être créée afin de promouvoir ce label peu connu. La toute nouvelle association régionale prévoit de mettre sur pied une grande exposition itinérante intitulée "La beauté du geste, les entreprises du patrimoine vivant en région Centre-Val de Loire". Celle-ci devrait être visible dès l’an prochain dans différents lieux de prestige dont Chambord, l’hôtel de ville de Tours et le château de Valençay. « Ce projet fait partie des événements retenus dans le cadre des 500 ans de la Renaissance », précise Olivier Maupin, président de l'association. Il devrait donc bénéficier de subventions de la Région.
NR Indre, 15/10/2018, p. 3

Neuvy-Deux-Clochers. Cathédrale Jean-Linard

Week-end de réflexion, les 20 et 21 octobre Quel est l’avenir de la cathédrale Jean Linard ? Quel est l’avenir des sites comme elle, des anarchitectures, des jardins non réglementaires, des squats, des Zad… Un week-end de réflexion est organisé, à la cathédrale Jean Linard, à Neuvy-Deux-clochers, samedi 20 et dimanche 21 octobre. Samedi, à 16 heures, table ronde sur le thème : comment les habitants peuvent protéger un site hors les normes qu’ils considèrent comme bien commun ? ; 20 h 30, projection d’un film (programmation encore en cours) ; dimanche, à 11 heures, balade nature autour de la cathédrale ; 12 h 30, pique nique partagé tiré du panier ; 14 heures, restitution de la table ronde et propositions. (intégral)
Berry rép. 15/10/2018, p. 5

Athée-sur-Cher. Visite patrimoine et paysages à deux voix

Dans le cadre des Rencontres du Pays Loire Touraine, pas moins de trente cinq personnes sont venues, mardi en fin d’après-midi, profiter d’une visite à deux voix sur le thème « Patrimoine et Paysage », à Athée-sur-Cher. La première partie, conduite par Yves Delcroix, paysagiste et chargé de projets à la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, transportait les visiteurs dans une lecture participative du paysage sur le plateau de la Champeigne tourangelle, entre deux loges de vignes. La seconde partie plongeait l’assistance dans l’histoire passionnante et l’architecture remarquable de l’ancienne ferme du château de La Chesnaye, actuel Cellier du Beaujardin, grâce à l’inventaire mené et commenté par Martine Lainé, chercheur au service patrimoine et inventaire de la région Centre-Val de Loire et auteur de la publication « Bléré en vallée de Cher, Chenonceau et ses environs ».
NR Touraine Est, 15/10/2018, p. 16


Dernière édition par debraym le Ven 5 Oct - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 15:53

L'ouverture d'un musée insolite en Suède

Un musée consacré à la nourriture répugnante ouvre ses portes :


Un musée éphémère consacré à la nourriture dite répugnante ouvrira ses portes le 31 octobre prochain à Malmö, en Suède.
Lire la suite : http://www.quotidiendutourisme.com/humeur/un-musee-consacre-a-la-nourriture-repugnante-ouvre-ses-portes/176774

Suède. Un musée consacré à la nourriture dégoûtante va bientôt ouvrir :

Des dizaines de spécialités culinaires réputées « dégoûtantes » y seront présentées. Le conservateur de ce musée original souhaite interroger le concept de dégoût et provoquer une prise de conscience chez les visiteurs, notamment en ce qui concerne notre mode d’alimentation.
Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/europe/suede/suede-un-musee-consacre-la-nourriture-degoutante-va-bientot-ouvrir-5997240
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 15:56

A Bilbao, le musée des Beaux Arts a fait peau neuve :

Le bâtiment originel vient de subir une importante rénovation. Il rouvrira ses portes au public samedi 6 octobre.
Lire la suite : https://www.sudouest.fr/2018/10/03/en-images-a-bilbao-le-musee-des-beaux-arts-a-fait-peau-neuve-5446195-4018.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 16:01

Un musée dépoussiéré à Saint-Quentin

C’est une renaissance qui s’opère tout doucement au musée Antoine-Lécuyer avec la multiplication d’animations.
Lire la suite : http://www.courrier-picard.fr/140185/article/2018-10-04/un-musee-depoussiere-saint-quentin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 16:06

Philippe Charlier nouveau directeur de la recherche et de l’enseignement du quai Branly :

Le médecin légiste Philippe Charlier, également anthropologue et paléopathologiste, a été nommé directeur du département de la recherche et de l’enseignement au musée du quai Branly.
Pour en savoir plus : https://www.lejournaldesarts.fr/patrimoine/philippe-charlier-nouveau-directeur-de-la-recherche-et-de-lenseignement-du-quai-branly

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 16:08

En Libye, le patrimoine antique menacé par les combats et les pillages :

Construit entre les IIe et IIIe siècles, le majestueux amphithéâtre et ses colonnes de marbre rose sont défigurés par des impacts de balles et d'obus. Des douilles rouillées jonchent le sol près des ruines de ce qui fut l'un des joyaux de l'empire romain.
Pour en savoir plus : https://www.lejournaldesarts.fr/patrimoine/en-libye-le-patrimoine-antique-menace-par-les-combats-et-les-pillages-139952


Dernière édition par debraym le Ven 5 Oct - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 16:19

La nomination des remplaçants de Thierry Raspail à la tête du Musée d'Art contemporain de Lyon

Isabelle Bertolotti et Matthieu Lelièvre remplacent Thierry Raspail au Mac de Lyon :

On attendait cette nomination qui tardait à venir. En fait, ce n’est pas un remplaçant, qui arrive à la place de Thierry Raspail à la tête du Musée d’Art contemporain de Lyon, mais un tandem de deux spécialistes de la création d’aujourd’hui.
Lire la suite : https://www.connaissancedesarts.com/art-contemporain/isabelle-bertolotti-et-matthieu-lelievre-remplacent-thierry-raspail-au-mac-de-lyon-11105082/

Pourquoi le musée d'Art contemporain de Lyon change de mode de gouvernance :

Après le départ à la retraite de son emblématique directeur Thierry Raspail, le musée d'Art contemporain (Mac) Lyon entre dans une nouvelle ère avec l'émergence d'un duo, Isabelle Bertolotti et Matthieu Lelièvre. Une gouvernance inédite qui s'inscrit dans le cadre du pôle des musées d'art de la Ville de Lyon, marquant le rapprochement entre le Mac Lyon et le musée des Beaux-Arts (MBA).
Lire la suite : https://acteursdeleconomie.latribune.fr/territoire/culture/2018-10-04/pourquoi-le-musee-d-art-contemporain-de-lyon-change-de-mode-de-gouvernance-792748.html


Dernière édition par debraym le Ven 5 Oct - 16:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 29
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Ven 5 Oct - 16:22

Chefs-d’œuvre online : 15 musées milanais deviennent numériques :

Visiter les plus grands musées de Milan, de chez soi ou d’où le veut, c’est désormais possible. 15 musées de la capitale lombarde ouvrent leurs portes en ligne.
Lire la suite : https://lepetitjournal.com/milan/a-voir-a-faire/chefs-doeuvre-online-15-musees-milanais-deviennent-numeriques-241249
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Lun 15 Oct - 11:54

Patrimoine : à Paris, le Musée Carnavalet fait peau neuve

Une odeur de poussière flotte dans l’air. Encombré de planches, d’étais en attente, le franchissement de certains accès, jugés dangereux, est barré par des rubans de sécurité ; ailleurs, de grandes bâches masquent les antiques façades et leurs hauts-reliefs. Les revêtements muraux et les aménagements architecturaux les plus précieux sont parés de solides protections, les échafaudages finissant de troubler la lisibilité des lieux, intégralement vides et gris.
Lire la suite : https://www.lemonde.fr/architecture/article/2018/09/28/patrimoine-a-paris-le-musee-carnavalet-fait-peau-neuve_5361691_1809550.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Lun 15 Oct - 12:07

Comment le Musée Jacquemart-André a dû « négocier » dix Caravage

Le Caravage (1571-1610) est de ces rares artistes anciens qui réunissent les ingrédients capables d’attirer les foules : une vie picaresque en clair-obscur et une œuvre très expressive au goût du jour. En dix ans, d’ailleurs, pas moins d’une trentaine d’expositions lui ont été consacrées dans le monde. Mais pas une seule à Paris depuis 1965. Un vide que veut combler le Musée Jacquemart-André avec « Caravage à Rome, amis et ennemis » à partir du 21 septembre.
Lire la suite : https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2018/09/24/comment-le-musee-jacquemart-andre-a-du-negocier-dix-caravage_5359422_4497186.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Lun 15 Oct - 12:13

Le musée du quai Branly installe ses « ateliers nomades » à Argenteuil

La ville a signé un partenariat de deux ans avec l’établissement culturel parisien qui proposera des sorties d’œuvres, soirées et conférences dans différents lieux de la commune.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/le-musee-du-quai-branly-installe-ses-ateliers-nomades-a-argenteuil-05-10-2018-7912035.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9887
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   Lun 15 Oct - 12:18

L'abbaye de Moissac aura bientôt son musée

Le projet avance. Après des années de réflexion, les choses sérieuses ont enfin commencé. « Il faut bien un mandat pour mener à bien un chantier de cette envergure », avance même Muriel Valette, adjointe au maire en charge du patrimoine, des affaires culturelles et du tourisme à la mairie de Moissac.
Lire la suite : https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/09/2884953-projet-musee-abbaye-moissac-avance-bon-train.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (1- 6 octobre 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (1- 6 octobre 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: