Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (15- 21 octobre 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 11:35

Musées région Centre-Val de Loire

Orléans : suivi climatique hight-tech pour les œuvres d'art du musée


Le musée des beaux-arts d'Orléans se dote de capteur météo pour mesurer les conditions de conservation des tableaux. Des petits boîtiers high-tech conçus par deux start-up du Lab'O informent en temps réel sur la température et l'humidité des salles d'expositions et des réserves.
Lire la suite : https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/loiret/orleans/orleans-suivi-climatique-hight-tech-oeuvres-art-du-musee-1561410.html

Châteauneuf célèbre Maurice Genevoix
Quelle cité plus propice que celle de sa jeunesse, et qu’il aura tant aimée, pour célébrer l’oeuvre et la mémoire de Maurice Genevoix ? L’enfant du pays (1890-1980) est donc, quelque part, un peu de retour chez lui, à Châteauneuf, le temps de l’exposition (ouverte) que lui consacre le charmant Musée de la marine de Loire, dont l’écrivain parraina par ailleurs la naissance, au début des années 1960. On retiendra ainsi, là bas, le souvenir du lauréat du Goncourt 1925 (pour Raboliot), par le manuscrit, la correspondance, la photo de famille ou l’effet personnel, jusqu’au 28 janvier. Mais que propose de découvrir, au juste, l’exposition « Maurice Genevoix, un hymne à la vie » ? « Elle est rythmée par les grandes séquences de son existence, sa jeunesse à Châteauneuf, ses études au lycée Pothier d’Orléans, ses huit mois passés au front de la Guerre 1914-18… », liste la directrice Audrey Madec. Mais encore la naissance de l’écrivain, son oeuvre, ses années à l’Académie française, ses voyages… Sans oublier le chapitre de l’amour, immense, qu’il vouait à celle qui avait fini par incarner l’image de cette mère qu’il perdait trop tôt : la Loire qu’il aura tant célébrée, à travers ses romans, poèmes et chansons… Entre les murs du petit musée, à travers lesquels on entendrait presque couler le fleuve juste derrière, se déploie à présent une fragile et courageuse tentative de restituer l’essence d’une vie.
RC Loiret, 21/10, p.2/3

(Issoudun) Le projet d’extension du musée fait débat
La parole donnée sera tenue, aime à répéter le maire, André Laignel. Il l’a réaffirmé jeudi soir en conseil municipal, en réponse à la conseillère d’opposition, Sabine Renault-Sablonnière, qui avait émis des réserves sur l’un des investissements de cette fin de mandat. Sa remarque portait sur le projet d’extension du Musée Saint-Roch, avec la création d’un parc de sculptures extérieur. « Grâce à votre talent, nous avons un musée remarquable. Comme vous, j’aime la culture mais il s’agit d’un gros investissement de fonds publics qui va générer des dépenses importantes pour l’avenir, a argumenté Sabine Renault-Sablonnière, en évoquant notamment les frais d’assurance et les coûts de transport des sculptures pour les expositions temporaires. Est-ce une priorité dans le contexte actuel ? Ne vaudrait-il pas mieux privilégier d’autres sujets, comme la sécurité des citoyens et la création d’une vraie cohésion sociétale dans cette ville ? » D’un ton d’abord calme et posé, André Laignel a rétorqué que « tous les frais engendrés par ce projet seront parfaitement absorbables, sans augmenter les taux d’imposition. Quant à l’investissement, il est en autofinancement, sans aucun emprunt ». Prenant un ton plus ironique, le maire a ensuite rappelé la signature, en juillet, d’une convention pour la prévention et la sécurité, avec le préfet de l’Indre.
NR Indre, 20/10, p.18

(Bourges) Du rififi à l’hôtel Lallemant

«Vous avez de la chance, cet après midi, vous allez visiter l’hôtel Lallemant avec un guide compétent. » Le regard planqué derrière des petites lunettes rondes, Christophe invite les visiteurs à le suivre dans la cour haute. Ses connaissances sont à la hauteur de sa grandiloquence et il le fait savoir. L’exposition des céramiques de la Borne ? « C’est à moi qu’on la doit. À vrai dire, j’ai tout fait. » Dans l’assistance, Michel Bigonneau réalise un reportage pour le magazine Terroir et tradition. Clicclac, le guide adore être pris en photo. De la cour basse, où il fait l’éloge des préciosités italiennes, à l’oratoire, il n’y a qu’un pas. Christophe dégaine son verbe savant, dédaigne l’alchimie et s’énerve une fois de plus devant l’ignorance de son auditoire et les manières du journaliste. Le portable sonne. Il n’aime pas être dérangé, mais là, le directeur du Louvre est au bout du fil… Il se radoucit, et sort. Nicolas Eugène, l’un des visiteurs, en profite pour ramener sa fraise. Il y a du dérapage dans l’air. C’est arrivé hier…
Le Berry, 21/10, p.10

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Beaugency)  « Le lieu importe moins que les projets »

La question du devenir de la maison du parc Thérel, à Beaugency, revient régulièrement. À l’occasion d’une réunion publique, le maire David Faucon a apporté quelques précisions. S’il a un temps été envisagé d’en faire un musée, notamment pour les collections de l’ancien musée Vannier, cette éventualité n’est plus à l’ordre du jour. Outre des travaux de réhabilitation importants qu’il faudra réaliser, le coût de fonctionnement annuel d’un musée municipal est largement déficitaire (environ 150.000 € par an). L’idée est plutôt de valoriser le patrimoine sur des lieux différents, à Beaugency ou ailleurs, pour des expositions temporaires et tournantes. Certains exemples récents, comme la rétrospective consacrée au passage du peintre Kupka à Beaugency, en sont une parfaite  illustration. Pour le maire, le lieu est moins important que les projets que la commune est en capacité de mener. Il estpréférable de construire des expositions autour de thématiques qui peuvent changer régulièrement. (intégral)
RC Orleans, 19/10

(Lorris) Un tournage au Musée de l’horlogerie
L’équipe de tournage de C’est vous qui le dîtes !, émission de France 3 Centre Val de Loire qui donne la parole aux habitants, s’est rendue mercredi à Lorris. Et qui mieux que le musée de l’horlogerie pour aborder le sujet retenu pour ce numéro spécial changement d’heure. Un sondage en août a démontré que 84 % des personnes se sont exprimées en faveur de l’abandon du changement d’heure. Cette initiative a été décidée par l’Union  européenne. Elle fait suite à une consultation lancée par la commission européenne, les Européens étaient invités à se prononcer sur le sujet. Flavien Texier, journaliste rédacteur, et Charly Krief, journaliste reporter d’images, sont donc allés à la rencontre de la population pour recueillir leur avis. Parmi les personnes sollicitées figurent l’ancien président du musée de l’horlogerie, une pharmacienne, et une touriste de passage. Cette émission consacrée à la fin du changement d’heure sera diffusée ce soir, à 19 heures, sur la page Facebook de France 3 Centre Val de Loire. Elle sera également diffusée dimanche 21 octobre dans, le 19/20 de France 3 Centre Val de Loire. (intégral)
RC Loiret, 19/10

(Dreux) Le musée s’ouvre aux entreprises
La nouvelle saison du musée d’art et d’histoire de Dreux recèle de nombreuses nouveautés. Christophe Le Dorven, adjoint à la culture et au patrimoine et Damien Chantrenne, directeur du musée d’art et d’histoire, les ont présentées, vendredi matin. L’accent sera mis sur le patrimoine. Alice Léger proposera des visites patrimoine de Dreux pour les scolaires. Neufs thématiques différentes s’offrent aux écoles, dont la découverte insolite de Dreux, au fil de l’eau ou lors de deux périodes historiques : au Moyen Âge ou à la Renaissance. « Les enfants apprendront, par exemple, que les maisons à pans de bois ne sont pas plus anciennes que celles en pierre », éclaire  Christophe Le Dorven. L’adjoint a également souhaité que le musée s’ouvre davantage aux groupes d’adultes et aux entreprises. « Nous proposons aux entreprises qui le souhaitent d’organiser des soirées privatives ou des journées de cohésion dans le musée. Cela apporte des fonds supplémentaires, mais surtout ça permet de faire connaître le musée à des gens qui ne le fréquentent pas », précise Christophe Le Dorven.
+ Encore deux mois pour (re) découvrir une cinquantaine de trésors
L'Echo, 19/10, p.19

(Blois) A la découverte de créatures étranges au Muséum
Parler de monstre fait La machine à Papin souvent froid dans le dos, dresse les poils sur les bras et les cheveux sur la tête. Au Muséum d’histoire naturelle la nouvelle exposition visible depuis quelques jours, « Monstrueux ? », inventorie et répertorie les différentes catégories de monstres et pas seulement ceux qui font peur. Le premier monstre à découvrir est soi-même, ou sa propre image reflétée dans les deux miroirs à l’entrée de l’exposition. Monstrueux moi ? La question reste posée… Il fut un temps où les monstres pouvaient ressembler… à des licornes ! Ces licornes roses et si mignonnes que l’on voit partout en ce moment ont été pendant longtemps classées dans la catégorie de monstre imaginaire. On peut s’interroger sur ce qu’est un monstre. L’exposition Monstrueux ? présente un inventaire presque complet de ces monstres mythiques issus de l’imaginaire des hommes et des fantaisies de la nature.
NR Loir et Cher, 19/10, p.12

Orléans. Un bilan illustré de la guerre
Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale (1914-1918), et à l’occasion de sa quatrième exposition temporaire, le centre Charles-Péguy s’interroge, et nous interroge, sur 1918, la fin du désastre ! Et maintenant ? Exposition jusqu’au samedi 5 janvier 2019.
RC Orléans, 16/10/2018, p. 11

(Bourges) La mystérieuse momie passe au scanner
Un patient égyptien un peu particulier a rendez-vous à la clinique Guillaume de Varye de Saint Doulchard. Son nom : Djedhor. Son âge : plus de 2.300 ans. Le 15 novembre, la momie va quitter son cercueil et le musée du Berry où elle est exposée. Confiée aux mains de spécialistes, elle va suivre une batterie d’examens, notamment un scanner, pour tenter de percer les mystères d’une pièce qui, par le passé, a déjà parlé. À la fin des années 1980, grâce à la lecture faite des hiéroglyphes présents sur l’ensemble funéraire par Michel Dewachter, égyptologue du Collège de France, un nom avait pu être mis sur cette momie. Les travaux du scientifique avaient également permis de la dater, en la replaçant dans l’époque ptolémaïque, soit au début du IIIe siècle avant notre ère. Le temps des études s’ouvrira ensuite pour une équipe composée d’un archéoanthropologue du service d’archéologie préventive de Bourges plus et d’universitaires bordelais, spécialistes de l’imagerie médicale appliquée à l’archéologie. Financée à 20 % par la ville de Bourges, à 40% par la Direction régionale des affaires culturelles et à 40% encore par la Région Centre Val de Loire au titre du fonds régional d’aide à la restauration – ce montage financier a fait l’objet d’une délibération, en septembre, lors d u conseil municipal –, la mission Djedhor a été chiffrée à 8.296 euros hors taxe.
+ Comment Djedhor a atterri dans le Berry
Le Berry, 17/10, p.6
[/justify]


Dernière édition par debraym le Ven 19 Oct - 11:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 11:39

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Ferrières en Gatinais) Un don de pierres à la mairie
Moïse et Odile Meunier, un couple d'agriculteurs ferriérois, étaient les propriétaires de cette collection de pierres, jusqu'à ce qu'Odile décide d'en faire don à la commune. Avec le temps, Moïse avait constitué un vrai trésor, amassant une à une les pierres qu'ils repéraient dans les champs pendant les labours, en marchant derrière son cheval, du côté du lieudit Le Perrochet. La quantité de pierres léguées étant très importante, le concours d'un archéologue du musée de la Préhistoire de Nemours (Seine et Marne) a permis de faire un tri, de dater et d'exposer en vitine les plus beaux spécimens.
RC Loiret, 20/10, p.17

(Bourges agglo) Une station d’épuration à livrer en 2021
À quelques mètres de l’actuelle station d’épuration de l’agglomération Berruyère, chemin de la Prairie, un chantier commence à prendre forme. Pour  l’heure, ce sont des archéologues qui sont à l’oeuvre afin de scruter les sous sols pour tenter de découvrir quelques vestiges. De quoi avoir la confirmation d’une présence humaine avec des vestiges d’objets de chasse et de pêche. Dans quelques semaines, les ouvriers auront remplacé les archéologues pour le lancement d’un chantier devant durer plusieurs mois : celui de la nouvelle station d’épuration des eaux usées (Step) de l’agglomération Bourges plus. Ce projet nait sur une surface totale de 51.000 mètres carrés, pour une emprise construite de 35.000 mètres carrés. La nouvelle station communautaire doit être livrée en 2021.
Le Berry, 17/10, p.20

(Saint Laurent Nouan) La préhistoire à ciel ouvert
Dimanche après midi, des portes ouvertes étaient organisées à l’archéovillage. Ouvert en 2015, ce parc de reconstitution présente la vie à différentes périodes de la Préhistoire, depuis le Paléolithique jusqu’à la période gauloise. Ce site en construction, animé par l’association Archéologie pour tous, est installé sur un terrain prêté par la commune de Saint Laurent Nouan. Il accueille déjà des groupes scolaires, des stages pour les bénévoles, des chantiers d’été pour les adolescents. Marie-France Creusillet, archéologue à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) et bénévole à l’association, a répondu à la curiosité des visiteurs, dimanche. La démarche se veut à la fois pédagogique et ludique.
RC Orleans, 17/10, p.20



Dernière édition par debraym le Ven 19 Oct - 11:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 11:40

[justify]Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Auneau-Bleury-Saint Symphorien) Une subvention pour l’église.
Le bail du presbytère a été renouvelé, et une demande de subvention pour la réfection du portail avant de l’église Saint Martin, à Bleury, a été demandée. Une bonne nouvelle pour la commune. Cette demande va être prochainement envoyée à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) et au Conseil départemental.
L'Echo, 18/10, p.14

(Châteauroux) Les possibilités infinies des imprimantes 3D
Tout y est : la moindre colonne, le moindre carreau de fenêtre, même l’inscription sur le fronton du bâtiment ! La maquette en plastique de la préfecture de l’Indre réalisée par Sofiane Bouzid est stupéfiante de réalisme. Sa particularité : elle a été entièrement réalisée avec… des imprimantes 3D ! Le jeune auto-entrepreneur de 36 ans est en effet spécialisé dans la fabrication d’objet en trois dimensions, sa passion depuis 2015. A tel point qu’il a même créé sa société, Syrax 3D, pour répondre à toutes sortes de demandes de particuliers ou d’entreprises : ici, un amateur de tir qui lui demande de fabriquer une nouvelle crosse sur-mesure pour son arme ; là, un passionné de voitures de collection qui a besoin de fabriquer une pièce cassée et introuvable dans le commerce ; ou encore un DJ qui veut se doter d’un masque en plastique… « On peut tout faire avec la 3D », confie ce féru d’architecture, de décoration, d’art et de design. Sa maquette de la préfecture est réalisée avec du PLA ou Polylactic acid (acide polylactique), une matière plastique d’origine végétale, utilisant de l’amidon de maïs comme matière première.
site Internet : www.syrax.net<http://www.syrax.net>
NR Indre, 18/10, p.8

Académie du Centre : les jeunes s’y mettent.
L’Académie du Centre proposera sa première conférence en début de soirée salle Pierre-Balsan. Coup d’envoi d’une année historique très chargée. Pour cette première conférence, l’Académie du Centre a fait appel à de jeunes chercheurs : les 19 février et 16 avril, Carole Rivière et Manon Beulay proposeront des conférences tirées de leurs travaux de Master, sur George Sand patronne de presse et Les œuvres cachées au château de Valençay.
NR Indre, 16/10/2018, p. 8

Un nouveau président pour l’Académie de Touraine Michel Garcia succède à Hélène Indart-Morel.
Ce professeur émerite de l’université de Paris III (Sorbonne Nouvelle) – spécialiste de l’Espagne médiévale – n’est pas un inconnu dans le paysage culturel du département puisqu’il a présidé durant une vingtaine d’années l’association des Amis du Vieux Chinon, une autre société savante qui a longtemps géré le musée local de la cité de Rabelais et son imposant fonds d’archives. Michel Garcia arrive à la tête de l’Académie de Touraine avec la volonté d’ouvrir plus largement la vénérable institution à travers des partenariats renforcés avec la Ville de Tours, la Métropole, le Département, l’université et d’autres acteurs comme la Société d’archéologie. Le nouveau président souhaite notamment multiplier les conférences, publications et expositions à destination du grand public.
NR 37 Tours agglo, 16/10/2018, p. 8

“ Da Vinci Tour ”
Les 500 ans de la Renaissance du Centre-Val de Loire sont lancés à Milan (lire sur lanr.fr), ville où a vécu Léonard de Vinci durant 18 ans. Une délégation est en effet en Italie ces 15 et 16 octobre pour le voyage promotionnel de ce prestigieux anniversaire qui donnera lieu à de multiples événements durant l’année 2019. En Loir-et-Cher mais pas seulement. Parmi cette délégation, évidemment des représentants de la région, dont François Bonneau, mais aussi le directeur d’Atout France pour l’Italie et la Grèce, Frédéric Meyer, ou encore ceux de plusieurs sites touristiques dont Chenonceau, le châteaud’Amboise, le Clos-Lucé, le château du Rivau… Et bien sûr l’incontournable Domaine de Chambord, dont la construction a démarré en 1519 et qui entend bien fêter cet anniversaire dignement (intégral). !
NR Loir-et-Cher Nord 16/10/2018, p. 2

Aschères-le-Marché (45). La facture va s’alourdir.
Les élus locaux étaient réunis en conseil municipal, mardi, à la salle du Champart. À l’ordre du jour : les travaux de la mairie, de l’église, ou encore la vente du château de Rougemont.
Concernant les travaux de l’église Notre-Dame, 25.000 euros sont à ajouter au financement du chantier pour faire face à un supplément de travail généré par l’état des pierres, recouvertes de ciment. Une subvention de la Direction des affaires culturelles (Drac) pourrait absorber 20 % de ce montant. 20.000 euros resteraient à la charge de la commune. La cloche est pratiquement réparée et le coq restauré.
Le conseil a également évoqué le parc éolien Abo Wind. La commune pourrait accueillir deux éoliennes supplémentaires qui viennent s’ajouter aux quatre existantes.
RC Loiret, 16/10/2018, p. 12  

Germignonville. Châtelain de village, baron de Cambray PORTRAITS AU CŒUR DE LA BEAUCE DU XIXe SIÈCLE. Chaque semaine, à travers une série de portraits, l’historien Alain Denizet nous transporte en Beauce dans la première moitié du XIXe siècle. Une remontée dans le temps puisée aux archives. Le dernier article concerne le baron de Cambray, un être hors du commun pour les villageois.
L’Écho13/10  p.13

Tournoisis. Rendez-vous avec l’histoire du pays beauceron
Dans le cadre du 29e Jeudi de l’histoire, organisé par l’association Racines du pays Loire Beauce, la conférence portera sur les spiritualités en Beauce. Organisateur depuis la création des jeudis de l’histoire, François Pointereau reste toujours autant motivé.
RC Orléans 13/10 p.24

Centenaire de l'armistice. Travail de mémoire... à la brosse.
Des lycéens orléanais entretiennent les sépultures des poilus. Il faut bien comprendre que l’exercice ne s’est pas résumé à un banal nettoyage des sépultures. Sous l’impulsion des enseignants, chaque élève s’est vu affecter le nom d’un poilu. Charge à lui d’effectuer un travail historique et généalogique. Où était-il soldat ? Était-il marié ? Quel combat lui a été fatal ? Clément s’est ainsi penché sur le passé de Michel, Lily sur celui du soldat Abraham… Chaque élève a ainsi pu, dans un diaporama, présenter «son»  poilu en classe. Était-il soldat muletier ou servant crapouillot ?
+ En savoir plus sur l'association Le Souvenir français.
RC Orléans 14/10 p.5

(Meung sur Loire) Explorer l’Histoire locale en s’amusant
Dans la continuité des loisirs pédagogiques menés au château de Meung, les animations « Explorateurs de l’Histoire » proposent une aventure historique aux enfants, pendant les vacances scolaires, du samedi 20 octobre au dimanche 4 novembre. Un bon moyen de voyager dans le temps pour les enfants. Les explorateurs effectuent leur voyage en compagnie de Dame Marie, voyageuse du temps professionnelle (historienne et médiatrice culturelle). Avec elle, ils vont apprendre comment survivre. Déguisés, ils remontent au temps de Jeanne d’Arc, François 1er ou Napoléon.
RC Orleans, 17/10, p.21

(Ferrières en Gâtinais) Une petite cité de caractère
Le label de Petite cité de caractère a été remis vendredi à la ville de Ferrières en Gâtinais, à la chapelle Sainte Élisabeth, un fleuron du patrimoine local. Une convention avait auparavant été signée entre le maire Gérard Larcheron et Roger Bataille, maire d’Ervy le Chatel, dans l’Aube, et vice président de l’association des « Petites cités de caractère ». Ferrières en Gâtinais, village de 3.700 habitants, possède un bâti suffisamment dense pour donner l’aspect d’une cité. Avec son abbaye et ses deux églises, son patrimoine architectural est riche et de qualité ; de plus, la commune, déjà engagée dans un programme de réhabilitation et de mise en valeur de son patrimoine, a protégé son patrimoine par la mise en place d’une aire de valorisation architecturale et patrimoniale. Ce label, accordé pour une durée de cinq ans, renouvelable, est un atout dans le développement touristique et économique du territoire.
RC Loiret, 17/10, p.18

(Chartres) Ce n’est pas elle la plus belle...
Sur la page Facebook de Gare & Connection, les votants se sont finalement portés sur l’imposante gare de Tours (Indre et Loire). Au niveau régional, ils avaient le choix entre la ga re de Chartres, Orléans (Loiret) et Blois-Chambord (Loir et Cher). Le concours proposait d’élire la plus belle gare de la Région Centre Val de Loire, dont certaines avaient été sélectionnées au préalable « par les collaborateurs de Gares & Connexions au cours d’une phase de votes interne », explique Franck Gallard, à la direction régional Centre-Val de Loire. Proposé du 8 au 10 octobre, le concours a rassemblé plus de 3.000 votants.
L'Echo, 17/10, p.9

(Champrond en Gâtine) Le toit de l’église est flambant neuf
Depuis quelques jours, les ouvriers de l’entreprise de charpente et de couverture Jean Jacques Rousseau de Friaize ont achevé les travaux de réfection de la toiture du choeur de l’église Saint Sauveur. Ils ont également refait l’ensemble du réseau de gouttières. Ces travaux ont été réalisés pour un coût de 22.300 €. À maintes reprises, la municipalité a mis en valeur ce magnifique édifice datant du XIIe siècle grâce au réaménagement de son entrée avec des espaces verts dans le cadre du coeur de village en 2016.
L'Echo, 17/10, p.25

(Chailles) L’église Saint-Martin fait peau neuve
L’église Saint-Martin de Chailles est en cours de rénovation. L’édifice dépendait jadis de l’abbaye de Bourgmoyen et ses éléments les plus anciens datent du XIIIe siècle. Des réaménagements ont eu lieu au XVe et XVIe siècles. Les boiseries du choeur sont du XVIIe siècle et une voûte en briques est ajoutée au-dessus de la nef au XIXe siècle. Malheureusement le temps a fait son oeuvre et une réfection était indispensable. Après plusieurs mois de travaux et une indisponibilité totale pour les différentes cérémonies, jeudi 11 octobre, en présence des entreprises qui sont intervenues, le maire et quelques conseillers sont venus constater l’avancement des travaux. Le ravalement des pierres est terminé ainsi que la pose des lustres assurant l’éclairage et le chauffage. Reste encore la réfection du choeur de l’église et ses nombreuses peintures, qui sera effectuée ultérieurement et qui fera appel à des restaurateurs d’art.
(intégral) NR Loir et Cher, 17/10

(Montrésor) La fin d’année au château
Le 1er septembre, Charline Guillaume a pris ses fonctions de chargée de mission (développement du tourisme, accueil et communication) au château de Montrésor. Outre un BTS Tourisme, elle est titulaire d’une licence et d’un master en histoire de l’art préparés à la Sorbonne. Selon Georges Szérauc, gérant du groupement agricole foncier (GAF) de Montrésor, son recrutement répond à deux nécessités. En premier lieu, pour financer les travaux importants engagés sur tous les remparts de la forteresse, il s’agit d’accroître la fréquentation du château. Charline Guillaume explique vouloir « redonner vie au château en créant des événements ». Elle aura, par ailleurs, en charge la préparation de la campagne 2019 et la gestion des réseaux sociaux, de la billetterie en ligne et de la diffusion des flyers dans toute la région Centre-Val de Loire. La seconde nécessité est de faire connaître Montrésor et, surtout, le château et, donc, de fidéliser le public.
NR Indre et Loire, 17/10, p.16

(Ligueil) Chapelle Notre-Dame des Anges donnée à la commune
Elle est appelée communément la Bonne Dame. Les actuels propriétaires font don à la commune de la chapelle Notre-Dame des Anges, pour permettre à ce joyau, reconstruit fin XIXe siècle, d’être préservé, voire même classé.
(intégral) NR Indre et Loire, 17/10

Une hauteur de vues sur des sites remarquables

Un cliché peut être plus persuasif que les mots les mieux choisis. C’est pourquoi une exposition d’une dizaine de photos réalisées par Alex Maclean accompagne la délégation régionale lors du tour Viva Leonardo da Vinci. Commissaire de cette exposition, Chantal Colleu-Dumond, par ailleurs directrice régionale du domaine de Chaumont sur Loire, a fait appel à l’artiste américain de renommée mondiale, connu pour ses clichés aériens montrant des paysages et, surtout, l’influence de l’homme sur leur évolution. L’ambition était, non pas de montrer de superbes édifices vus du ciel, ce qui a déjà été fait, mais de présenter une interprétation artistique de ces monuments. Alex Maclean a survolé une vingtaine de châteaux sur tout le territoire  (dont celui de Chamerolles, dans le Loiret) et les montre sous un aspect inédit qui, parfois, surprend même les responsables des sites.
RC Orleans, 19/10, p.7

(Montargis) Au chevet de l’église Sainte-Madeleine
En mai 2016, le Gâtinais était frappé par des inondations d’une ampleur exceptionnelle. Comme tout le centre ville, l’église Sainte Madeleine de Montargis n’avait pas échappé à la montée des eaux, qui ont endommagé les peintures murales de l’édifice. L’humidité s’est en effet infiltrée dans les murs des chapelles, créant au fil des mois des dégâts sur les parties basses. Depuis lundi, deux peintres décoratrices, Christine Pascal et Catherine Angot, sont à l’oeuvre pour réparer et effacer les outrages de l’eau. Depuis la crue, des cloques se sont ainsi formées et du salpêtre est apparu sur les décors peints, réalisés au début des années 1860. À l’époque, une importante campagne de restauration de l’édifice est menée, sous l’impulsion d’Eugène Viollet le Duc, qui confie les travaux à son élève Anatole de Baudot. Les peintures de l’église Sainte Madeleine de Montargis ont été faites par Alphonse Chaignon et reprennent des modèles visibles sur les chapelles de Notre Dame de Paris. De 2010 à 2013, elles avaient été l’objet d’une campagne de restauration. Les travaux actuels ont été confiés à l’atelier parisien Arcoa, spécialiste de la restauration de peintures murales.
RC Loiret, 19/10, p.18

(Montargis) À vendre, hôtel particulier du XVIe, rue Leclerc

Un bien singulier est à vendre actuellement, à proximité de l’église Sainte-Madeleine, au 61, rue du Général-Leclerc. Il s’agit d’un hôtel particulier du XVIe siècle. Mise à prix : 265.000 €. Le bâtiment, d’une superficie de plus de 400 m², a la particularité d’appartenir au Conseil départemental du Loiret, qui y a logé un temps les services de l’Aidaphi. L’association a quitté les lieux en avril 2016. Avant cela, cette belle bâtisse accueillait une étude de notaire. Si vous êtes intéressés, vous avez jusqu’au 13 novembre pour visiter l’immeuble et  jusqu’au 15 novembre pour formuler une offre. Les candidats devront en effet décrire de manière succincte quelle destination ils comptent donner aux lieux. Les offres seront examinées la deuxième quinzaine de novembre. Une redynamisation de la rue Leclerc est inscrite dans le projet Action Coeur de ville, mais la mairie ne formulera aucune proposition d’achat. « On achète très peu d’immeubles », confie Benoît Digeon. « Et le problème, avec ce type de bâtiment ancien, c’est l’accessibilité. » (intégral)
RC Loiret, 19/10

(Neuvy deux Clochers) Réflexion sur un autre habitat
Ce weekend, un premier temps fort se tiendra à la Cathédrale de l’artiste Jean Linard (décédé le 17 février 2010), au lieudit les Poteries, afin de préparer un événement qui se déroulera l’été prochain, autour de la thématique : habiter et bâtir autrement. L’idée est venue, au printemps, quand les membres de l’association Autour de la Cathédrale de Jean Linard ont lu une tribune par rapport à la destruction de la Zone à défendre (Zad) Notre Dame des Landes et la pétition lancée par des architectes et des citoyens en faveur de la défense de modes de constructions autres. Jean Linard a construit sa maison pour y vivre, sans permis de construire, avec des matériaux de  récupération en harmonie avec la nature : soit plein de points communs avec les habitants de la Zad qui ont construit leurs habitations pour y vivre. Or, d’un côté, on veut détruire les maisons tandis que la Cathédrale a été classée Monument historique. Quel type d’habitat construire aujourd’hui qui ait un impact moindre envers la nature ?
Le Berry, 19/10, p.17

(Chartres) La renaissance du Christ en croix
À la demande de la Ville de Chartres, une croix en bois de 5 mètres de hauteur, sur laquelle repose une statue du Christ, a été déposée, cette semaine, dans l’église Saint Pierre, en basse ville de Chartres. Cette opération a été rendue nécessaire à la suite d’une attaque de la partie tendre du bois par des insectes xylophages. Une équipe de trois restaurateurs est intervenue pour soulever la croix qui était fixée à un mur de l’église. À l’aide d’une poulie et équipés d’un échafaudage, les professionnels ont déposé la croix en chêne et l’ont restaurée sur place. Agathe Houvet, restauratrice de sculptures installée à Chartres, explique : « On a fait un traitement et on a consolidé le bois avec un adhésif adapté. La sculpture du Christ a été nettoyée au coton et à l’eau. » Hier, après quatre jours de travail, les restaurateurs ont reposé le Christ en croix à sa place. (intégral)
L'Echo, 18/10

(Saint-Chartier) Travaux en projet à l’église
La commune envisage le nettoyage et la restauration des peintures, le changement de la cimaise et la mise aux normes de l’éclairage du choeur. Une subvention sera déposée auprès des services de l’État (12.879 €). Elle permettra de financer les travaux sur le budget 2019. Une autre demande sera faite, au conseil départemental, au titre du Fond patrimoine. (intégral)
NR IndreE, 19/10

(Montrésor) La tour Barbacane en chantier pour six mois

Voilà cinq mois, l’entreprise Billon, de La Roche-Clermault, installait ses échaudages impressionnants à partir de l’allée des Roches, au pied des remparts jusqu’au sommet du châtelet à l’entrée du château de Montrésor. Elle réalisait là, à la demande de Franck Charnassé, architecte des Bâtiments de France (ABF), une première tranche de travaux d’urgence sur les deux plus vieilles tours du château. Elle vient, ces jours-ci, d’entreprendre le même travail sur les murs de la tour Barbacane (*), en face du bureau de tabac. C’est la première partie de la seconde tranche de la rénovation des remparts de la forteresse montrésorienne qui devrait s’étaler sur plus de dix ans. Au cours de ce chantier, d’une durée estimée à six mois, les murs seront dévégétalisés puis les joints refaits. La nature de ces travaux fastidieux (d’un montant de 47.000 €) a été choisie par l’ABF.
(*) Le terme barbacane désignait, pendant le Moyen Age, un petit ouvrage de fortification avancé, le plus souvent de forme circulaire, qui protégeait un passage, une porte ou poterne, et qui permettait à la garnison d’une forteresse de se réunir sur un point saillant à couvert pour faire des sorties, pour protéger une retraite ou l’introduction d’un corps de secours.
NR Indre et LoireE, 19/10, p.19

(Coinces) Le moulin recouvre ses ailes
Après une longue phase d’études, puis celle des dossiers de subventions et enfin la sélection des entreprises, les travaux de restauration du moulin de Lignerolles sont entrés dans leur phase opérationnelle et presque terminale, avec la fixation, cette semaine, des ailes de type Berton (voiles munies de planchettes articulées). Ce bâtiment a fait l’objet d’une réhabilitation totale, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, afin de préserver ce patr imoine à intérêt pédagogique, et relancer le tourisme. Ce moulin à vent, également appelé moulin chandelier ou moulin sur pivot, est l’un des derniers du Loiret. Les Amis du moulin étaient très désireux de voir sa rénovation, visant à redonner vie à la bâtisse.
RC Orleans, 20/10, p.22

(Gien) Le fonds « Chambault » officiellement remis à la Ville
Mercredi soir, en petit comité, la convention du don André Chambault a été signée par Patrick Chambault, fils d’André Chambault, et Christian Bouleau, maire de Gien et président de la Communauté des communes du Giennois. André Chambault, décédé en juin 2015, membre éminent et respecté de la Société historique et archéologique du giennois (SHAG) était un grand collectionneur de cartes postales, d’objets diverses, de documents et de maquettes. Il était également photographe et a laissé derrière lui de nombreux témoignages de l’histoire de Gien. Si la valeur marchande et matérielle de ce trésor peut être estimée à 50.000 euros, il en est tout autre pour la valeur historique. En effet, cette collection comporte des documents uniques que bien des collectionneurs rêveraient d’avoir en leur possession.
RC Loiret, 20/10, p.19

(Blois) Un morceau du Département vendu aux enchères !
Ces deux lots sont évidemment un peu à part dans la vente aux enchères prévue le samedi 27 octobre à l’étude de Maître Pousse-Cornet de Blois. Les chiffres 242 et 243 qu’on leur a attribués ne disent rien de leur place dans le classement des biens qui seront les mieux vendus. Ils arriveront sans doute dans le trio de tête même s’ils sont, pour l’heure, estimés entre 1.500 € et 3.000 €. D’abord parce que ces objets sont symboliques pour le département du Loir-et-Cher, et plus encore pour la ville de Blois. En effet, ces deux plafonniers, en tôle forgée, réalisés par l’artiste Jean Touret (1916-2004), étaient installés dans la salle des délibérations du conseil départemental. « Dans les années soixante, il y avait un grand projet de réaménagement des salles de la préfecture, d’une grande salle qui était avant une abbaye », se souvient François Touret, fils de l’artiste. L’objectif est de « transformer la chapelle en salle de délibérations », projet confié à son père. « Deux salles » jouxtant cette pièce sont également concernées par ces travaux se souvient-il. C’est ainsi que Jean Touret se lance dans la création de ces deux plafonniers en tôle forgée et noircie à trente-quatre lumières, finalement réalisés par un ferronnier du groupe des Artisans de Marolles et du Loir-et-Cher, vraisemblablement dans l’atelier de M. Courtin à Chitenay. La facture de ces deux plafonniers, dédiés à éclairer la salle des délibérations, remonte au 16 juin 1968.
NR Loir et Cher, 20/10, p.13

(Saint-Gervais-la-Forê) Le cadran de l’horloge sera inauguré mardi 23 octobre

La municipalité de Saint-Gervais-la-Forêt, en partenariat avec la Fondation du Patrimoine, inaugurera le cadran de l’horloge, imaginée par Jean-Eugène Robert-Houdin, mardi 23 octobre à 18h. Le rendez-vous se fera rue Bergevin, au pied du mur des escaliers. Cette inauguration se poursuivra à 20h30, à l’Espace Jean-Claude-Deret, avec la diffusion d’un film consacré à « Monsieur Robert-Houdin ». Ouverture des portes à 20 heures. Pour les fêtes de Noël 1966, la télévision française diffusait le tout premier film jamais consacré à Robert-Houdin. Pendant une heure vingt d’un récit mêlant la vérité historique et la fantaisie de la fiction, le jeune public découvrait tout l’itinéraire d’un personnage hors norme. L’acteur qui incarnait Robert-Houdin était Marcel Cuvelier, grand nom du théâtre (pensionnaire de la Comédie française) et de la télévision. Ce film a marqué une génération de futurs magiciens et d’autres très nombreux jeunes rêveurs. Un demi-siècle plus tard, le Cnami (Conservatoire national des arts de la magie et de l’illusion) a pu restaurer ce téléfilm.
NR Loir et Cher, 20/10, p.16

(Tours) Le faucon pèlerin est revenu
De retour à l’automne dernier après deux ans d’absence, le faucon pèlerin occupe de nouveau les toits de la cathédrale. Parti le 8 avril pour l’Europe du Nord, où il se reproduit habituellement, l’oiseau a été aperçu le 22 septembre sur les hauteurs de l’édifice où il passera l’hiver niché entre les gargouilles et les sculptures. Pour l’apercevoir, la Ligue de protection des oiseaux donne quelques indices : un dos gris bleu ardoise, un ventre blanc strié de noir et une cagoule sombre contrastant avec des joues blanches. Et mieux vaut se concentrer la partie nord de Saint-Gatien, celle tournée vers la Loire où le rapace trouve une nourriture abondante. Perché très haut, l’animal peut surveiller son territoire et chasser en piqué (à la vitesse de 300 km/h, ce qui en fait l’oiseau le plus rapide) sur ses proies (pigeons, corneilles, corbeaux, mouettes) en contrebas. Malgré la présence de nichoirs, dont un installé en haut d’une des tours de la cathédrale, le faucon pèlerin ne se reproduit pas en Touraine pour le moment. (intégral)
NR Indre et Loire, 13/10

(Neuvy-deux-Clochers) Sauver la cathédrale de Jean Linard

C’est le projet d’une vie. Une maison construite dans les bois avec des matériaux glanés localement, beaucoup de récupération, sans permis de construire. Et, dans la clairière, des arches en forme de circonflexes, des animaux multicolores, des poissons sonnants, les noms des apôtres en mosaïque… Un monument d’art brut que le céramiste Jean Linard a nommé « cathédrale », et qui parle simplement de toutes les spiritualités. « Jean Linard est arrivé dans le coin dans les années 60. Il a bâti cela en toute illégalité. Il récupérait des matériaux partout. Parfois, il se trompait et, avec ses copains, ils ne démontaient pas la bonne maison, sourit Chiara Scordato, de l’association Autour de la cathédrale Jean Linard. On en rigole aujourd’hui, mais heureusement que le maire, les institutions l’ont laissé faire. » C’était avant le Larzac, avant les ZAD. Jean Linard meurt en 2010. L’indivision Linard met le site en vente en 2011. L’année suivante, des bénévoles répondent à la demande d’aide de sa veuve et de sa plus jeune fille, Anne-Marie et Élodie Linard. Ils créent Autour de la cathédrale Jean Linard, une association qui a vocation à entretenir et faire vivre le monument. Dans ce coin du Berry, la nature reprend vite ses droits et la cathédrale est une oeuvre fragile. « Depuis sept ans, l’association ouvre la cathédrale au public, énumèrent Chiara Scordato et Danilo Proietti, tous les deux Romains et tous les deux salariés à mi temps. On a créé une saison culturelle avec spectacles, expositions, conférences, résidences d’artistes… En 2018, on a développé l’accueil des scolaires. On veille à l’entretien des espaces verts et des sculptures à travers des chantiers participatifs ou professionnels. » Les visiteurs sont au rendez vous mais, pour sauver la cathédrale pour de vrai, il faut l’ancrer dans des problématiques d’aujourd’hui. C’est pourquoi, cet automne et jusqu’au mois d’avril, pendant les vacances scolaires, Autour de la cathédrale lance un cycle de réflexions et de d’animations baptisé Bâtir et habiter autrement.
+ «Faire acheter la cathédrale par le plus grand nombre»
Le Berry, 21/10, p.2/3

(Cluis) Des chèvres tondeuses au service du patrimoine
L’Association pour la sauvegarde des sites de Cluis, qui a en charge l’entretien des vestiges de la forteresse, se penche depuis plusieurs années sur l’épineux problème de la tonte et du débroussaillage de ses abords. Ne trouvant plus de bénévoles assez agiles pour escalader les escarpements des lieux, la solution de faire appel à des chèvres pour accomplir ce travail a été proposée par Yves Pétoin, membre du bureau. Après avoir visité, en compagnie de la présidente, Marie-Thérèse Ampeau, les sites de Saint-Benoît-du-Sault et de Crozant, adeptes de cette formule, la mise en place d’un éco-paturage a été retenue. Bernadette Perrot, éleveuse et productrice à « Villeginais », a proposé le prêt d’une partie de ses chèvres. Jean-François Lhuilier et Julie Duclois se sont portés volontaires pour mettre en place les parcages, soigner et rentrer quotidienne les bêtes en enclos pour la nuit. Des agriculteurs et éleveurs ont cédé des piquets de clôture et de la paille pour aménager un abri. L’association a investi un millier d’euros pour l’achat de grillage et d’une clôture électrique. Outre l’absence de pollution sonore et atmosphérique en raison de la non utilisation de débroussailleuse thermique, les chèvres, friandes des jeunes repousses, permettent de désherber et de débroussailler. Hormis quelques chevrotements, seul le timbre de la clochette tintinnabulant au cou de l’une d’entre elles, informe de leur présence.
NR Indre, 21/10, p.8

(Le Blanc) Un siècle de vie laïque chez les Bénédictins
Le château de Cingé, situé à quelques centaines mètres de département de l’Indre, sur la commune de Bossay-sur-Claise, a abondé un temps la riche histoire de l’abbaye de Fontbombault. Cet épisode méconnu est longuement évoqué dans la récente publication des associations Petrus a Stella et Les Amis du Blanc et de sa région. Le livre La Renaissance de l’abbaye de Fontgombault (1848-1948) révèle aussi moult événements disparus de la mémoire populaire, et minutieusement collectés par Patrick Grosjean. « C’est l’aboutissement d’un vieux projet, explique le vice président des Amis du Blanc. Je me suis intéressé au sujet en 2005, lorsque Gérard Coulon avait fait paraître Les Boutonnières oubliées ; Le Blanc, Fontgombault, et Charneuil. La présence d’une cité ouvrière près du monument religieux avait attiré mon attention. Ma rencontre avec l’archiviste de l’abbaye, qui travaillait sur le centenaire de la Grande Guerre, a débouché sur un partenariat avec Petrus et Stella, l’association culturelle du site, et la parution de cet ouvrage collectif. »
NR Indre, 21/10, p.10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 13:03

Le musée La Piscine à Roubaix enfin rouvert au public

La Piscine compte aujourd'hui 30 salles d'exposition, dont le fameux "bassin" entouré de sculptures et dont les cabines sont également aménagées pour pouvoir présenter des oeuvres d'art. Céramiques, tissus, sculptures, peintures,... la Piscine met en valeur des artistes du cru et des artistes internationaux.
Lire la suite : https://www.rtbf.be/info/medias/detail_le-musee-la-piscine-a-roubaix-enfin-rouvert-au-public?id=10050652


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 13:08

Deux millions d’euros prévus en 2019 pour l’agrandissement du musée de la Résistance

Il était presque 22 h, jeudi, quand le conseil municipal s’est penché sur le rapport d’orientation budgétaire, limpidement présenté par Xavier Ruyant, adjoint aux finances. Pas de quoi favoriser le débat, particulièrement au sein d’une même majorité. Surtout, comme l’a glissé le maire, Patrick Delebarre, le projet «  avait été travaillé ensemble et est dans la ligne  » municipale.
Lire la suite : http://www.lavoixdunord.fr/472479/article/2018-10-19/deux-millions-d-euros-prevus-en-2019-pour-l-agrandissement-du-musee-de-la


Dernière édition par debraym le Ven 19 Oct - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 13:11

Le Mans. Nouveau : un musée à ciel ouvert à découvrir

Sarah Eddoha, guide à la Maison du Pilier Rouge, propose une visite guidée autour de l'art contemporain dans le centre-ville....
Pour en savoir plus : https://lemans.maville.com/actu/actudet_-le-mans.-nouveau-un-musee-a-ciel-ouvert-a-decouvrir_52734-3556338_actu.Htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 13:19

Première en France : les musées de Rouen adoptent une charte pour l’égalité femmes-hommes :

« Les femmes furent et sont partout au musée : artistes, mécènes, collectionneuses, professionnelles ou fondatrices, constate la Réunion des musées métropolitains (RMM), la structure qui rassemble les musées de l’agglo rouennnaise. Force est de constater néanmoins que leur présence est souvent peu visible au sein des collections et des expositions. »
Lire la suite : https://actu.fr/normandie/rouen_76540/premiere-france-musees-rouen-adoptent-charte-egalite-femmes-hommes_19120003.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 13:44

La momie du musée du Berry, à Bourges, sera transférée mi-novembre à la clinique de Saint-Doulchard

Un patient égyptien un peu particulier a rendez-vous à la clinique Guillaume-de-Varye de Saint-Doulchard. Son nom : Djedhor. Son âge : plus de 2.300 ans. Le 15 novembre, la momie va quitter son cercueil et le musée du Berry où elle est exposée. Confiée aux mains de spécialistes, elle va suivre une batterie d’examens, notamment un scanner, pour tenter de percer les mystères d’une pièce qui, par le passé, a déjà parlé.
Lire la suite : https://www.leberry.fr/bourges/science/2018/10/17/la-momie-du-musee-du-berry-a-bourges-sera-transferee-mi-novembre-a-la-clinique-de-saint-doulchard_13019133.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 13:47

Musée de la marine: spectaculaire transfert du "Canot de l'Empereur" de Paris à Brest

Opération délicate et spectaculaire dimanche au musée national de la Marine à Paris. Le Canot de l'Empereur, un bateau d'apparat de 2 tonnes et 18 mètres de long construit en 1810 sous Napoléon Ier a quitté les murs du musée pour Brest, son port d'attache.
Pour déplacer le Canot, un mur du Palais de Chaillot a dû être percé. Un trou de près de 7 mètres de large sur 4,75 mètres a été réalisé. Cette opération avait déjà eu lieu en 1945, à l'entrée du navire au musée.
Pour en savoir plus : https://www.bfmtv.com/culture/musee-de-la-marine-spectaculaire-transfert-du-canot-de-l-empereur-de-paris-a-brest-1544719.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 13:55

Disparition de Xavier Bonnet, tapissier et historien de l’art :

Disparu soudainement dans son sommeil à seulement 48 ans, Xavier Bonnet avait une double compétence, et chacune était menée à son plus haut niveau. Il était tapissier, reçu compagnon du Devoir en 1993, profitant de son tour de France pour mener des recherches en archives sur les tapissiers du XVIIIe siècle. Il était aussi historien de l’art ; en 2000, il entame des études à l’École du Louvre et se spécialise en architecture, décor et ameublement des grandes demeures. En 2005, son mémoire de muséologie porte sur la conservation-restauration des garnitures de meubles du XVIIIe siècle (histoire des pratiques et perspectives d’avenir)
Lire la suite : https://latribunedelart.com/disparition-de-xavier-bonnet-tapissier-et-historien-de-l-art
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debraym



Messages : 44
Date d'inscription : 18/09/2018

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Ven 19 Oct - 14:01

La direction des patrimoines s’affirme favorable au classement du Conservatoire :

Il est donc très satisfaisant de constater que la direction générale des patrimoines est toujours favorable à ce classement, demandé par ailleurs par l’association Sites et Monuments.
Pour en savoir plus : https://latribunedelart.com/la-direction-des-patrimoines-s-affirme-favorable-au-classement-du-conservatoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 10:33

Réouverture de La Piscine

Un grand coup de projecteur sur le musée et la ville

Radios, télés, presse écrite, la réouverture de La Piscine a mis le musée en lumière comme jamais. On en parle même en Angleterre et en Italie !
Lire la suite : http://www.lavoixdunord.fr/474001/article/2018-10-21/un-grand-coup-de-projecteur-sur-le-musee-et-la-ville

Avant-première Visitez le musée La Piscine agrandie, à Roubaix, avec nous en vidéo


Le musée La Piscine de Roubaix rouvre ce samedi après deux ans de travaux. Découvrez en avant-première en vidéo les nouvelles salles.
Voir les images : http://lavdn.lavoixdunord.fr/472910/article/2018-10-20/visitez-le-musee-la-piscine-agrandi-avec-nous-en-video

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 22 Oct - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 10:35

Mécénat : qui veut offrir ce tableau d’Emile Bernard au musée d’Orsay ?

L’Etat offre une réduction d’impôt, à hauteur de 90% de 4 millions d’euros, à toute entreprise voulant acquérir l’oeuvre impressionniste pour le Musée d’Orsay.

Le ministère de la Culture a lancé un appel au mécénat d’entreprise pour permettre au Musée d'Orsay d’acquérir un tableau de 1888 du peintre Emile Bernard, « tournant historique dans le dépassement de l’impressionnisme », selon un avis paru au Journal Officiel.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/mecenat-qui-veut-offrir-ce-tableau-d-emile-bernard-au-musee-d-orsay-21-10-2018-7924752.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 22 Oct - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 10:41

La FIAC, l'immense succès d'un musée d'art contemporain éphémère

La 45e Foire internationale d’art contemporain s’achève ce soir. 195 galeries de 27 pays étaient présentes sous la verrière du Grand Palais pour présenter leurs artistes. L’un des plus prestigieux marché dédié à l’art contemporain où se croisent acheteurs et vendeurs du monde entier. Mais pour la plupart des visiteurs, c’est aussi un incroyable musée éphémère avec des milliers d’œuvres exposées.
Lire la suite : https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/evenements/la-fiac-le-succes-d-un-musee-d-art-contemporain-ephemere-280915

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 10:48

Monde Festival Montréal : A quoi sert un musée ?

Les grands musées du monde sont à l’heure d’un choix stratégique, entre leurs missions traditionnelles et leur ouverture à des questions de société. Les missions traditionnelles ? Enrichir leurs collections, mieux les présenter au mur, expliquer les œuvres, découvrir des artistes, concevoir des expositions et catalogues de qualité, attirer un public toujours plus nombreux, plus jeune et plus diversifié, équilibrer leurs comptes, en augmentant leurs ressources propres.
Lire la suite : https://www.lemonde.fr/festival/article/2018/10/18/monde-festival-montreal-a-quoi-sert-un-musee_5371489_4415198.html

A quoi sert un musée ? Un débat du Monde Festival : https://www.lemonde.fr/festival/video/2018/10/17/a-quoi-sert-un-musee-un-debat-du-monde-festival_5370564_4415198.html

Au Québec, les médecins peuvent prescrire une visite au musée sur ordonnance : https://www.lemonde.fr/festival/video/2018/10/17/au-quebec-les-medecins-peuvent-prescrire-une-visite-au-musee-sur-ordonnance_5370577_4415198.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 11:04

À quoi sert encore un ministère de la Culture ?

D’abord parce que, dans une démocratie, la culture est l’affaire de chacun, et qu’il n’appartient pas à un pouvoir politique de la dicter.
Lire la suite : https://www.lejournaldesarts.fr/opinion/quoi-sert-encore-un-ministere-de-la-culture-140338?xtor=1529

Franck Riester, un politique et chef d'entreprise au ministère de la Culture


Dans un mouvement classique de balancier, le député Franck Riester, longtemps à l’UMP, a été choisi pour remplacer Françoise Nyssen, pur produit de la société civile.
Lire la suite : https://www.lejournaldesarts.fr/actualites/franck-riester-un-politique-et-chef-dentreprise-au-ministere-de-la-culture-140418?xtor=1528

Françoise Nyssen, une étoile filante et pâlissante

L’éditrice à succès n’aura pas su incarner la fonction, malgré un bilan somme toute honorable.
Lire la suite : https://www.lejournaldesarts.fr/actualites/francoise-nyssen-une-etoile-filante-et-palissante-140419?xtor=1528

L’État, piètre employeur

On peut comprendre que l'État soit pris au dépourvu lorsque ce sont les intéressés eux-mêmes qui claquent la porte brusquement, à l’exemple de Sylvie Hubac à la tête de la RMN-Grand Palais. Mais la conseillère d’État est partie depuis bientôt cinq mois.
Lire la suite : https://www.lejournaldesarts.fr/opinion/letat-pietre-employeur-140423?xtor=1527

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 22 Oct - 11:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 11:05

Les Monuments Men revoient le jour au sein de l’armée britannique

L’armée britannique recrute des experts afin de constituer une unité de sauvegarde du patrimoine dans les zones de conflits.
Lire la suite : https://www.lejournaldesarts.fr/actualites/les-monuments-men-revoient-le-jour-au-sein-de-larmee-britannique-140329?xtor=1529

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 11:13

Les mauvais comptes du Louvre Abu Dhabi

Le traité de 2007 sur la création du Louvre Abu Dhabi prévoyait que l’émirat verse 400 millions d’euros au Louvre au titre de l’utilisation du nom Louvre pour désigner le nouveau musée.
Lire la suite : https://www.latribunedelart.com/les-mauvais-comptes-du-louvre-abu-dhabi

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   Lun 22 Oct - 11:15

Enrichissement des collections

Un plat du service « bleu céleste » de Louis XV préempté par Versailles
Lire : https://www.latribunedelart.com/un-plat-du-service-bleu-celeste-de-louis-xv-preempte-par-versailles

Une console de Lannuier rejoint les collections du Metropolitan
Lire  : https://www.latribunedelart.com/une-console-de-lannuier-rejoint-les-collections-du-metropolitan

Belle préemption de Strasbourg, pour un tout petit prix...
Lire  : https://www.latribunedelart.com/belle-preemption-de-strasbourg-pour-un-tout-petit-prix

Un plâtre de Rodin acquis par Marmottan
Lire : https://www.latribunedelart.com/un-platre-de-rodin-acquis-par-marmottan

Le musée de Poitiers achète un tableau de Jean-Victor Bertin
Lire : https://www.latribunedelart.com/le-musee-de-poitiers-achete-un-tableau-de-jean-victor-bertin

Le Christ consolateur de Scheffer pour le Musée Bartholdi
Lire : https://www.latribunedelart.com/le-christ-consolateur-de-scheffer-pour-le-musee-bartholdi

Une préemption du Musée des Tissus de Lyon à la vente Malatier
Lire : https://www.latribunedelart.com/une-preemption-du-musee-des-tissus-de-lyon-a-la-vente-malatier

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (15- 21 octobre 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (15- 21 octobre 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: