Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil  Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Empty  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Juillet 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Revue de presse (24 - 30 décembre 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10207
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (24 - 30 décembre 2018)   Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Icon_minitimeLun 7 Jan - 11:49

Musées région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


(Montargis) Dans le bureau de Feuillette
Le Centre national de la construction paille (CNCP), basé à la maison Feuillette, à Montargis, a une idée originale pour fêter  dignement le centenaire de la vénérable construction, la plus ancienne maison bois paille au monde. Créer un mini-musée, «  Le bureau d’Émile Feuillette », pour témoigner de l’ingéniosité des inventeurs du début du XXe siècle, dont l’ingénieur français est un bel exemple. L’équipe du CNCP fait appel aux citoyens et recherche meubles, objets, vaisselle, livres, images, sous forme de don, de dépôt, de vente à bas prix, afin de réaliser ce projet. (intégral)
RC Loiret, 27/12

(Malesherbes) Peu à peu, l’AMI imprime sa marque
Ils se sont laissés un peu de temps, pour que le grand bâtiment se fasse sa place dans le paysage, pour que les premiers curieux viennent se plonger dans l’histoire de l’imprimerie et pour que le bouche à bouche puisse jouer. Petit à petit, les équipes de l’Atelier musée de l’imprimerie (AMI), ouvert depuis le 28 septembre à Malesherbes, mettent en place leur projet. Lequel ne se limite pas à la gestion de l’immense espace (5.000 mètres carrés) dans lequel les histoires technologiques, littéraires ou commerciales s’entremêlent autour du thème de l’imprimerie, entre pièces de collection, livres et autres objets. Dans, et autour de cet écrin flambant neuf, l’équipe de l’établissement porté par Jean-Pierre Maury et l’association Artegraf entend mener un travail d’animations plus large. « Le mot qui revient le plus chez nos premiers visiteurs, c’est “impressionnant”. Mais surtout, ils se rendent compte qu’après la découverte et la première visite sur l’histoire  de l’imprimerie, pour laquelle ils sont en général venus, il y a plein de choses à faire », souligne Claire Valériaud-Pougat, chargée de communication au musée. Le musée a passé la barre des 5.000 premiers visiteurs avant les vacances de Noël et vise à terme une vitesse de croisière à 50.000 visiteurs annuels – avec parmi eux, une proportion importante de  scolaires. Pour atteindre ces objectifs, les équipes de l’AMI souhaitent diversifier leur offre, déjà enrichie par les ateliers proposés depuis l’ouverture (calligraphie, pliage...), auxquels d’autres s’ajoutent pendant les vacances. « Le côté expérimentation, le fait de toucher les objets, ça incite à la discussion et au partage 1», estime Claire Valériaud-Pougat.
RC Loiret, 29/12, p.8

(Illiers Combrais) Un grand “Printemps Proustien” prévu en mai

Initié par le Département d’Eure et Loir, soutenu par le ministère de la Culture et la Région Centre Val de Loire, placée sous le haut patronage de  l’Académie Goncourt, un événement culturel majeur intitulé “Printemps Proustien” se déroulera en Eure et Loir, du 11 au 19 mai, afin de célébrer le centenaire du Pr ix Goncourt décerné à Marcel Proust pour A l’ombre des jeunes filles en fleurs, deuxième tome de À la recherche du temps perdu. Le maire, Bernard Puyenchet, Chantal Jagou, conseillère municipale et présidente déléguée de la commission culture et tourisme et Pierre Ivanoff, chargé avec Olivier de Brabois de l’organisation et de la programmation du projet, ont présenté les grandes lignes du projet à l’Union des commerçants, industriels, artisans et libéraux. « Cet événement est organisé dans un esprit d’ouverture. Une majorité des manifestations sera gratuite. Elles seront ouvertes à tous. L’accès à la maison de tante Léonie sera gratuit durant toutes les festivités. »
L'Echo, 29/12, p.12

(Château-Renault) Musée du cuir et de La Tannerie

La municipalité a lancé une étude de faisabilité pour la restructuration du musée ; en partenariat avec l’association gestionnaire du musée, la Région, le Pays Loire Touraine et l’architecte des Bâtiments de France. Le projet prévoit une entrée depuis la place des Droits-de-l’Homme, avec la création d’une passerelle pour atteindre les lieux de visite de l’ancienne tannerie Tenneson. Ce projet serait mutualisé avec la communauté de communes en associant l’ancien bâtiment de rivière (150 m2) qui servirait d’accueil touristique, de billetterie du musée et de boutique artisanale. A l’intérieur du musée, la visite sera réaménagée et audioguidée. Le conseil vote la rétrocession du bâtiment de rivière à la communauté de communes pour 1 €. Les travaux pour le bâtiment de rivière s’élèvent à 200.000 euros, à la charge de la communauté de communes et à hauteur de 550.000 euros à la charge de la Ville pour le musée (intégral)
NR Indre et LoireW, 29/12

(Issoudun) Les coulisses de Saint-Roch se réveillent
Retardataires, précipitez-vous au musée ! Les oeuvres de Jean Pons, Francisco de Goya et Bram Van Velde – dernières expositions temporaires de l’année – sont encore visibles pour quelques heures. Ce soir, le Musée Saint-Roch fermera ses portes au public, comme tous les ans, jusqu’au 1er février. Un mois de vacances pour les oeuvres qui pourront ainsi se reposer des regards et des éclairages. Mais pour le personnel, c’est le début d’un vrai marathon. « Il règne une certaine effervescence pendant ces quatre semaines de fermeture. C’est une période intense, où les coulisses du musée se réveillent », explique Maxence Colleau, régisseur du musée. L’équipe en profite ainsi pour inspecter minutieusement chacune des oeuvres et vérifier l’absence d’altération.
NR Indre, 30/12, p.7

(Tours) Le souffle de vie en deux expos
Cachées entre les salles consacrées à l’orientalisme et celles au réalisme, l’« exposition de poche » dédiée aux « encres poétiques » du Chinois François Cheng offre une parenthèse inattendue aux visiteurs du musée des Beaux-Arts. « Une belle découverte qui incite à la rêverie en quelques minutes », se sont étonnés, hier, Dominique et Virginie, de La Croix-en-Touraine, qui, comme beaucoup de Français, n’ont aucune connaissance en matière de calligraphie. « J’aime bien regarder le titre avant et voir ensuite l’impression qui se dégage des lettres, commentait Virginie. A moins qu’il ne faille procéder dans l’autre sens ? » Elle a apprécié et s’est prise à rêver.
NR Indre et Loire, 30/12, p.5

(Chateaudun) Un tableau prêté à Azay-le-Rideau

Le château d’Azay le Rideau (Indre et Loire), qui vient de subir d’énormes travaux de restauration et de remeublement, va modifier son parcours muséographique. Il souhaite présenter des documents iconographiques évoquant l’évolution architecturale de cette élégante demeure de la Renaissance construite au début du règne de François 1er. Parmi eux, un tableau peint par François Edmé Ricois représentant le château d’Azay le Rideau. « Cette oeuvre est la propriété de la Ville de Châteaudun qui l’a acquise en 1954, précise Alice Baudet, adjointe au maire de Châteaudun en charge de la culture. Elle est en réserve au musée des beaux arts et d’histoire naturelle de Châteaudun. Elle n’est pas présentée au public et c’est pour cette raison que nous pouvons la prêter au château d’Azay le Rideau en vue d’agrémenter son exposition. » Estimé à 10.000 €, le tableau de François Edmé Ricois présente une vue du château et un couple qui embarque dans une barque recouverte d’un dais rouge. Deux pages les attendent à bord. Quelques silhouettes brunes sont représentées en arrière plan.
+ Trois objets déposés à Nogent-le-Rotrou
L'Echo, 28/12, p.21

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 7 Jan - 11:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10207
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (24 - 30 décembre 2018)   Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Icon_minitimeLun 7 Jan - 11:50

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


(Crézancy en Sancerre) Conférence d'Yves Coppens

On lui doit la découverte du fameux fossile d’australopithèque Lucy, il y a plus de quarante ans, en Éthiopie. Le paléontologue et paléoanthropologue Yves Coppens viendra en sancerrois dimanche 20 janvier pour donner une conférence consacrée aux origines de l’homme, à 16 heures, à la salle des fêtes de Crézancy en Sancerre, dans le cadre de la programmation culturelle de Crézanswing. Professeur au Muséum national d’histoire naturelle, titulaire d’une chaire au Collège de France, le scientifique de quatre vingt quatre ans est directeur du Musée de l’Homme. Les réservations sont, déjà, ouvertes au 06.48.32.18.97 ou à crezanswing@gmail.com (intégral)
Le Berry, 28/12

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 7 Jan - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10207
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (24 - 30 décembre 2018)   Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Icon_minitimeLun 7 Jan - 11:51

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


(Sainte Lizaigne) Le puits Yves-Cartier a été inauguré
Le puits du Péliau de Villiers les Roses, creusé en 1907 par des puisatiers de Saint Florent sur Cher, a fonctionné jusqu’en 1959. Ce puits communal avait bien souffert des ravages du temps mais Yves Cartier y était resté très attaché. Il souhaitait « redonner vie à celui qui, pendant des années, a tant donné » et avait fondé l’association Les amis de la sauvegarde du puits pour oeuvrer à sa restauration. Samedi dernier, en présence d’une cinquantaine de personnes, le maire, Pascal Pauvrehomme, a inauguré le nouveau puits, désormais dénommé Yves Cartier en hommage à cet habitant disparu. L’entreprise Burn, de Reuilly, a assuré la rénovation du mécanisme artisanal fabriqué en son temps par la maison Beguin d’Issoudun. Les travaux d’un montant de 4.850 euros ont été financés par les dons reçus par l’association Monument pour la paix à Sainte Lizaigne et par la subvention de 1.411 euros du conseil départemental, au titre du Fonds patrimoine. (intégral)
Le Berry, 27/12

Château royal de Blois : l’hiver lui va si bien
Quand j’ai vu les Playmobil, mes yeux ont brillé. Il n’y a rien à faire : les années passent et la petite figurine élaborée dès 1970, par Hans Beck, chef de la création de Geobra-Brandstätter à Dietenhofen, près de Nuremberg, fait toujours le même effet. Mazarine et Mauryne, habitantes de Dunkerque, en vacances dans la région, n’ont découvert qu’à leur arrivée au château qu’une exposition Playmobil était proposée. Des milliers de personnages et d’accessoires prennent l’édifice d’assaut. Neufs diaporamas sont visibles dans autant de salles du château : cuisine médiévale et banquet, construction d’une cathédrale, scène de cour (avec reconstitution de la façade François Ier), évasion de Marie de Médicis à Blois, atelier de beaux arts, mais aussi évocation de Noël avec une crèche napolitaine ou encore château de princesses et de contes… Du haut de ses 7,5 cm, le petit jouet préféré des enfants s’empare du château jusqu’au 6 janvier 2019. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les visiteurs sont conquis.
+ ••• Exposition Playmobil : un nouveau record ?
NR Loir et Cher, 27/12, p.9

(Nohant) Un Noël au temps de George Sand
Comment la bonne dame de Nohant fêtait-elle Noël ? Réponse avec l’exposition accueillie dans sa demeure jusqu’au 6 janvier. Longtemps, George Sand n’est venue à Nohant qu’aux beaux jours. L’installation d’un calorifère à la cave au début des années 1850 a permis d’y passer l’hiver. Avec l’arrivée de ses petites filles, Noël est devenu, dans les années 1860, un temps de fête et de bonheur partagé dans la maison. Le Centre des monuments nationaux, qui assure la gestion du domaine de Nohant, a demandé à Jean-Yves Patte, historien de l’art et muséologue castelroussin, d’évoquer ces Noëls d’antan. Ce dernier a déniché, chez des particuliers et dans les collections des Gâs du Berry, quantité d’objets d’époque. « Il ne reste que très peu d’objets ayant appartenu à George Sand, beaucoup ont été vendus », rappelle t il.
Le Berry, 29/12, p.7

(Epernon) Derrière les portes du Prieuré St-Thomas
C’est un lieu à part, situé derrière le haut mur longeant la rue qui porte son nom. À travers la grille du prieuré Saint Thomas, les passants n’aperçoivent qu’une partie de l’édifice et de ses jardins à la française. La première pierre est posée en 1056. Des moines bénédictins, rattachés à l’abbaye de Marmoutier (Indre et Loire), près de Tours, s’y installent. Ils construisent une église dont deux murs d’enceinte, à l’architecture romane distinctive, subsistent, accolés aux constructions ultérieures. « Les moines ont probablement défriché et asséché les terres marécageuses. Nous pouvons imaginer qu’ils vivaient au dessus de l’église », précise Soeur Michèle, responsable de l’accompagnement spirituel du prieuré. Les bénédictins vivent plus de 700 ans dans ces lieux, jusqu’à ce qu’ils soient confisqués pendant la Révolution française. Les différents propriétaires privés qui se succèdent font des aménagements aux bâtiments existants, à la maison du prieur notamment, construite au XVIIe siècle.
L'Echo, 29/12, p.13

(Fougères sur Bièvre) Les cinq sens racontent toute la vie au Moyen Âge
Nous n’avions pas encore effectué un travail de fond autour des odeurs, du goût, du toucher, de la vue, de l’ouïe résument Kathia Guerrero et Virginie Morère, adjointes d’accueil au château de Fougères. « Nous testons une nouvelle visite qu’on pourra  reproduire cet été. » S’appuyant sur les richesses variées du site, c’est une leçon d’histoire sérieuse mais bon enfant, sonnant le glas d’idées préconçues. Par exemple, devant l’imposante entrée du château, on apprend qu’on n’a jamais arrosé les assaillants d’huile bouillante. Mais avec de la poix enflammée (résine de pin), à la bonne heure ! Diplomatie : « En 1470, on ne construisait plus de château fort comme celui-ci. Cela montrait aux voisins combien le propriétaire, Pierre de Refuge, bénéficiait de la confiance du roi qui avait donné son autorisation. Venant du si méfiant Louis XI, cela prenait toute sa saveur. » Saveurs qu’on décline en arpentant le jardin.
NR Loir et Cher, 29/12, p.5

(Richelieu) Convention triennale avec la Drac
Une convention triennale avec la Drac sera de nouveau établie, ce qui permettra de soutenir financièrement un projet d’envergure. L’étude de la restauration du Pavillon d’angle est validée. (intégral)
NR Indre et LoireW, 29/12

(Valençay) Des nouveautés pour la fin de saison

Après une année de fête autour de son patrimoine avec l’ouverture de la salle des Trésors et la fin des travaux de la tour nord ouest, le château de Valençay (Indre) achèvera cette saison 2018 avec une ouverture pour les fêtes de fin d’année. Au programme, visite de la demeure du prince de Talleyrand, visites guidées du théâtre, « speed visite » pour découvrir le domaine en 20 minutes, salle à manger nouvellement dressée, exposition Natures gourmandes en trompe l’oeil dans la galerie d’Estampes. Là sont présentées quatorze oeuvres originales de Catherine Auguste et Henri Peyre. Tous deux issus des Beaux Arts de Paris, ils exposent des natures mortes. Dans le prolongement de la thématique autour de la gastronomie, les visiteurs pourront découvrir la grande table de la salle à manger nouvellement dressée. Autre nouveauté en cette fin d’année, la « speed visite ». En seulement 20 minutes, un guide présente aux visiteurs la grande diversité du domaine, allant de son histoire à son architecture, en passant par la richesse du mobilier, le parcours de son illustre propriétaire, Charles-Maurice de Talleyrant-Périgord.
Le Berry, 30/12, p.6

(Suèvres) Le château de Laloin retrouve sa toiture
C’est avec soulagement que les Sodobriens peuvent apercevoir au bout du parc des équipes de charpentiers et de tailleurs de pierre qui remettent en état la toiture et les lucarnes du château de Laloin. Tout le monde se souvient du dramatique incendie, d’origine inconnue, survenu tôt le matin du 28 février 2013 qui a ravagé plus de la moitié de la toiture du bâtiment. Alertés par les voisins, les pompiers sont arrivés rapidement. Inévitablement, leurs lances ont aggravé les dégâts en causant des infiltrations aux étages inférieurs. Comme si cela ne suffisait pas, le gérant de l’époque a essayé de préserver ce qui restait avec une terrasse en béton non étanche et une balustrade en fausses pierres sur le toit. Le bâtiment fut non seulement défiguré mais fragilisé ! Il semblait perdu pour tous. Racheté en avril 2018, le nouveau propriétaire, Hervé Archambeau a engagé une restauration à l’identique comme on peut le voir en ce moment. Son projet est d’accueillir des animations touristiques et musicales de qualité. Après une histoire aussi mouvementée, le domaine mérite bien de retrouver toute sa noblesse d’antan.
NR Loir et Cher, 30/12, p.7

Le patrimoine de neuf communes de Château-Renault à la Loire
Depuis sa création en 1998, le Pays Loire Touraine, regroupant 55 communes du nord est de l’Indre-et-Loire, participe à la préservation, à la sensibilisation et à la valorisation du patrimoine de son territoire. Ces actions ont été reconnues par le ministère de la Culture et de la Communication par l’attribution du label « Pays d’art et d’histoire ». Depuis 2010, le Pays a engagé un partenariat avec la région Centre-Val de Loire pour la réalisation d’inventaires du patrimoine culturel. Neuf communes de la vallée de la Brenne (Auzouer-en-Touraine, Chançay, Château-Renault, Le Boulay, Neuillé-le-Lierre, Neuville-sur-Brenne, Reugny, Vernou-sur-Brenne et Villedômer) ont ainsi été étudiées par Arnaud Paucton, chargé de mission inventaire du patrimoine. Afin de valoriser les résultats de cette étude, plusieurs animations ont été organisées : rallye patrimoine, conférences, visites guidées de bourgs et d’édifices… Une synthèse est également présentée dans un ouvrage intitulé « La vallée de la Brenne, de Château-Renault à Loire », publié aux Éditions Lieux-Dits (112
pages, 22,50 €).
NR Indre et Loire, 30/12, p.9

(Nérondes) La réfection du toit du clocher terminée

La remise en place du coq sur le clocher de l’église après son nettoyage a marqué la fin des travaux commencés en mai. La réfection de la toiture a été réalisée par l’entreprise Hemery, de Bourges. Le coût du chantier s’élève à 129.677 euros HT, dont le financement a bénéficié de deux subventions : 10.000 euros de l’enveloppe parlementaire du sénateur Rémy Pointereau, ainsi que 6.000 euros de l’association Sauvegarde de l’art français. (intégral)
Le Berry, 28/12

(Loches) Refoulée du château de Versailles pour “ tenue incorrecte ”
Une robe longue à fleurs, de longs gants blancs, un petit col imitation fourrure pour se protéger du froid, des souliers rouges que l’on devine sous la robe… La tenue vestimentaire choisie par Paloma Bernot pour visiter le château de Versailles, bien qu’élégante, n’a pas été du goût des personnes à l’entrée du monument. « Le château de Versailles me refuse l’entrée pour tenue incorrecte. Je vous laisse juger du délit avec la photo de ma tenue lors des faits aujourd’hui. Je suis triste, en tant que citoyenne et grande amoureuse de la culture, que certains lieux et musées publics puissent interdire l’accès à ceux qui se présentent à eux en fonction de leur sexe et de leurs vêtements », a posté Paloma Bernot sur la page Facebook en lien avec son activité de couturière, Madame Augustine. Paloma Bernot est installée Grande rue à Loches comme couturière cette année. La jeune femme a créé sa boutique et sa marque de vêtements sous le nom de Madame Augustine. Elle s’inspire de la mode des femmes aux XVIIe et XIXe siècles, d’une période allant de 1700 à 1815. Elle vit d’ailleurs habillée quotidiennement avec des vêtements de ce style, qu’elle crée entièrement. Pour elle, ce refus est « discriminatoire ! ». « J’ai le droit de m’habiller comme je veux au XXIe siècle ! D’autant que la robe que je portais était plutôt “ soft ”. Je rêvais de visiter Versailles depuis toute petite. Versailles m’inspire beaucoup pour mes collections. J’avais pris des vacances exprès ! ».
+ ••• Versailles reconnaît une erreur d’appréciation
NR Indre et Loire, 28/12, p.16

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Empty
MessageSujet: Re: Revue de presse (24 - 30 décembre 2018)   Revue de presse (24 - 30 décembre 2018) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (24 - 30 décembre 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: