Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil  Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Partagez
 

 Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeVen 24 Juin - 9:28

Musées région Centre

Source : latribunedelart.com


Une donation menace le Musée des Beaux-Arts de Tours


« L’incroyable donation faite au musée des Beaux-Arts » de Tours. Le titre est de La Nouvelle République. Et les qualificatifs élogieux se multiplient : « exceptionnelle » (autre article de La Nouvelle République mais aussi Le Figaro), « incroyable » (la Tribune de Tours), « généreuse » pour 37° Mag, magazine en ligne (et « exceptionnelle » dans le corps du texte), « extraordinaire » si l’on en croit Connaissance des Arts… Il est vrai que les chiffres peuvent donner le tournis aux personnes les moins informées : 1200 œuvres d’art, 20 millions d’euros. Et, cerise sur le gâteau, le généreux donateur, Léon Cligman, un industriel de la région âgé de 96 ans, donne 5 millions d’euros de plus pour construire un nouveau bâtiment. Que demander de plus ?
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/une-donation-menace-le-musee-des-beaux-arts-de-tours

Source : magcentre.fr

Loches expose Lansyer et Courbet

De Loches, on retient en priorité qu’elle est depuis plus de mille ans, une cité royale.Son donjon roman, sa collégiale Saint-Ours qui abrite le tombeau d’Agnès Sorel, son logis royal, les façades de ses maisons, ses ruelles racontent un pan entier de l’histoire de France. Mais à cette riche palette, il ne faut pas oublier d’ajouter qu’elle fut la patrie d’un des plus grands peintres paysagistes du XIXe siècle, Emmanuel Lansyer.
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/100542-loches-expose-lansyer-et-courbet/

Source : panorama de presse de la DRAC Centre

(Bourges) Les tailleurs de rêves du duc

Parmi les manifestations qui ponctuent cette année la commémoration des six cents ans du décès du duc Jean, figure l’exposition Jean de Berry, le prince et les tailleurs de rêve. Proposée par les musées de la ville, elle est installée à l’hôtel Cujas et présente des œuvres en lien avec l’héritage artistique du duc Jean, jusqu’au 31 décembre, dans la salle souterraine et l’espace dédié à la période médiévale, réaménagé pour l’occasion. Ces œuvres mettent en lumière toute l’importance du mécénat destiné à affirmer la puissance politique et la ferveur religieuse du duc, en ces temps troublés par la guerre de cent ans et le grand schisme d’occident. Cette stratégie de mises en scène sublimées du pouvoir ducal était confiée à divers artistes comme les frères Limbourg, van Eyck ou Jean Beauneveu pour ne citer qu’eux.
Le Berry, 18/06, p.11

(Thiron Gardais) Saint-Roch, nouvel écrin de la collection Zao Wou-Ki


Ldu Musée Saint-Roch toutes ces œuvres qui ont si longtemps fait partie du quotidien qu’elle partageait avec son mari, ne laisse certainement pas indifférente Françoise Marquet-Zao. Mais le sentiment prédominant qui l’étreint est tout autre. Elle est heureuse. Fière d’avoir tenu cette promesse faite à son mari dès 1977, quand elle s’est mariée. «Il me laissait le choix du donataire, mais il avait plusieurs volontés : que ce soit une institution publique ; que la collection soit visible par le public ; que la donation ne soit pas morcelée. Ce musée, avec la qualité de ses œuvres et son cadre verdoyant magnifique, est un remarquable écrin pour la collection de mon mari. Aujourd’hui, je ressens la satisfaction du devoir accompli», a confié Françoise Marquet-Zao. Quelques heures avant d’inaugurer l’exposition des 90 œuvres qui composent la donation, Françoise Marquet-Zao – originaire de Martizay – s’est accordé un moment de détente avec son amie d’enfance dans le Berry, Marie Chenot, qui n’est pas étrangère à cet incroyable cadeau fait au Musée Saint-Roch. C’est elle, en effet, qui a présenté le musée à l’épouse de l’artiste.
NR Indre, 18/06, p.2

(Vendome) Le musée étoffe son héritage Rochambeau

C’est une bergère à oreilles, est-ce celle dans laquelle le comte de Rochambeau, pris d’un malaise, succomba quelques heures plus tard ? Le doute subsiste. «Deux fauteuils identiques existent, mais ce sont de très beaux fauteuils d’époque Louis XV», expliquait Philippe Rouillac, commissaire-priseur qui dirigeait la vente.Si la majorité des biens a été acquise par les États-Unis, le fauteuil était déjà désigné. «J’ai arrêté la vente, prévenu que le meuble intéressait la mairie de Vendôme et demandé à ce que les enchères ne montent pas. Je l’ai fait deux fois dans ma carrière.» L’objet a donc pu être adjugé à 3.500 €et le commissaire-priseur vendômois a fait don à la Ville de ses frais en guise de mécénat. Le fauteuil rejoindra un buste de Rochambeau. « Dans le cadre du projet scientifique et culturel du musée auquel nous réfléchissons pour les prochaines années, l’une des pistes est une salle sur les grands personnages de la ville », expliquait Laurence Guilbaud.
NR Loir et CherN, 18/06, p.21

(Tours) La donation Cligman modernisera le musée


A l’ombre des tours de la cathédrale, le musée des Beaux-Arts cultive son charme balzacien, proustien même, avec ses vieilles gloires à perruques à admirer sur le grinçant parquet en chêne. Des donations et des legs de marquises l’ont étoffé au fil des années, mais cette semaine, son histoire s’est accélérée, avec la donation à l’américaine d’un industriel du textile épris de Tours, Léon Cligman et de son épouse Martine. Elle est faite à l’État puis sera déposée au musée des Beaux-Arts de la Ville de Tours pour correspondre au vœu du couple : ne pas disperser cette collection acquise avec passion en plus d’un demi-siècle. Un cadeau extraordinaire, estimé à 20 M€ pour les 1.200 œuvres, mais aussi un vrai coup d’accélérateur pour ce musée. La Ville a  demandé la modification du plan de sauvegarde pour le permis de construire du nouveau bâtiment (estimé à 5 M€, financé par les époux Cligman) dessiné par son architecte, Jean-François Bodin. Cette belle signature vient d’achever l’aménagement du musée Picasso à Paris et celui du musée des Beaux-Arts de Marseille. S’il est accepté, et on ne peut imaginer l’inverse, son projet s’élèverait à la perpendiculaire de l’ancien archevêché, à l’ouest d’une partie du XVIII e siècle, avec un rez-de-chaussée et un étage pour disposer en tout de 1.100 m2. En bas, une salle d’exposition temporaire occuperait 300 m2. Cette extension serait accolée à l’ancien palais de l’archevêché.
+ ••• Des signatures prestigieuses qui manquaient au musée
NR Indre et Loire, 24/06, p.9

18 000

Il correspond au nombre d’oeuvres d’art possédées par le musée des Beaux-Arts de Tours. Faute de place suffisante, il ne peut en présenter actuellement que 500, sélectionnées pour leur intérêt. Le déménagement des réserves pour Saint-Avertin permettra de récupérer de la place, 4 ou 5 pièces situées plutôt dans l’aile ouest, du XVIIe siècle, un joli plus pour le musée. Il enregistre environ 65.000 visiteurs par an, ce qui le place en tête de la fréquentation pour les musées de la région. (intégral)
NR Indre et Loire, 24/06

(Saint Amand) Un voyage au milieu des contenants

C’est un voyage dans le temps. Dans celui des contenants de la fin du XIXe début XXe siècle, des pots, des valises, des boîtes publicitaires, des mignonnettes et des fioles de parfum… L’exposition Faire bonne contenance, présentée par les Forestins au musée Saint Vic jusqu’au 25 septembre, a l’odeur de notre enfance, fait rejaillir les souvenirs des boîtes reçues en cadeau, des pots utilisés par les grands mères, des soupières sur la table dominicale. «L’idée est venue en visitant les réserves du musée Saint Vic, explique Nicole Imbault, chargée du patrimoine au sein des Forestins. Il y avait beaucoup d’objets des distilleries Fournier Demars et Noyer. Mais l’intéressant c’était le contenu. On met en valeur ces  récipients des industries saint amandoises et les cartons comme ceux de la cartonnerie Thiolat.» Au travers de trois salles thématiques, des  centaines d’objets appartenant aux Forestins, à la ville et à des collectionneurs privés retracent le quotidien d’antan.
Le Berry, 21/06, p.23

(Tours) Un legs exceptionnel pour le musée des Beaux-Arts


Il arrive parfois que les cadeaux tombent du ciel. La Ville de Tours vient d’en recevoir un, et pas n’importe lequel. Les époux Cligman, Léon et Martine, souhaitent, en effet, léguer, au musée des Beaux-Arts, une partie de l’importante collection d’arts qu’ils ont réunie durant leur vie. Léon Cligman, 96 ans, ancien patron d’un immense empire industriel dans le textile, et son épouse, elle même artiste, ont proposé de céder des centaines d’œuvres : des peintures, des sculptures, des dessins… réalisés par Delacroix, Corot, Caillebote,  Toulouse-Lautrec, Degas, Carpeaux et bien d’autres encore. Une donation estimée à vingt millions d’euros Le legs comprend également des verreries et  des objets d’antiquité. La valeur estimée de l’ensemble avoisine les 20 millions d’euros ! Léon et Martine Cligman vont même plus loin et acceptent de financer la construction de l’écrin qui accueillera leurs œuvres ainsi que les collections que le musée ne peut abriter, faute de place. Un projet estimé à cinq millions d’euros. Le  bâtiment, d’une surface totale de 1.100 m2, comportera un étage permettant d’accéder aux terrasses du musée. Il sera contigu au bâti existant,  mais pas collé au mur d’enceinte. Reste maintenant à mener ce projet avec délicatesse. Construire dans un secteur sauvegardé, au  beau milieu des jardins de l’Archevêché, nécessitera, en effet, des fouilles archéologiques, des autorisations nationales. Se pose un vrai risque  de blocage pour Nicolas Gautreau («Tours2020») : «Je ne suis pas certain de l’accord de la commission nationale des secteurs  sauvegardés.» Hier soir, les élus ont voté ce projet d’extension et la demande de modification du secteur sauvegardé. Le début d’une nouvelle vie pour le musée des Beaux-Arts.
NR Indre et Loire, 21/06, p.11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 27 Juin - 12:50, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeVen 24 Juin - 9:28

Archéologie région Centre

Source : panorama de presse de la DRAC Centre

(Neuvy deux Clochers) Elle retrace le passé pour écrire le futur

Comprendre d’où l’on vient pour savoir où l’on va. Ce n’est pas un proverbe, mais le métier de Victorine Mataouchek. Spécialiste du bâti, cette archéologue étudie les sites pour comprendre leur histoire et leur évolution, afin de les valoriser et qu’ils continuent de vivre dans le respect de ce qu’ils ont été. «L’Homme s’est toujours demandé d’où il vient, déclare Victorine Mataouchek. Nier les fondements, c’est nier notre Histoire.» Très tôt attirée  par l’architecture, le métier de son père, Victorine Mataouchek veut l’aborder avec l’approche de l’archéologue. Pour cela, elle se spécialise dans le bâti. Et pour faire le lien entre les deux, durant ses études, elle suit des stages pour apprendre la taille de la pierre, le mortier, le dallage. «Je voulais avoir le chaînon manquant entre l’architecte et l’archéologue.» Employée par l’Institut national de recherche en archéologie préventive (Inrap), à Orléans (Loiret), la quadragénaire est amenée à suivre des missions dans toute la région.
Le Berry, 21/06, p.8

(Orleans) L’Histoire à portée de clic

Le résultat est à la hauteur du travail fourni. Plus de six mois ont été nécessaires à l’équipe du pôle d’archéologie d’Orléans pour réaliser et peaufiner son site Internet, lancé hier à l’occasion des journées nationales de l’archéologie (jusqu’au 19 juin). «L’objectif est de partager la connaissance de notre patrimoine au plus grand nombre, dans la droite ligne de ce qui a été réalisé avec le site des Archives municipales», explique Muriel Cheradame, maire adjointe déléguée à l’aménagement urbain et au logement. Afin de simplifier l’accès à cette connaissance, le portail numérique est organisé autour de six thématiques. Pour se rendre sur le site : archeologie.orleans-agglo.fr/
RC Orleans, 18/06, p.9

(Neuvy deux Clochers) Elle retrace le passé pour écrire le futur

Comprendre d’où l’on vient pour savoir où l’on va. Ce n’est pas un proverbe, mais le métier de Victorine Mataouchek. Spécialiste du bâti, cette archéologue étudie les sites pour comprendre leur histoire et leur évolution, afin de les valoriser et qu’ils continuent de vivre dans le respect de ce qu’ils ont été. «L’Homme s’est toujours demandé d’où il vient, déclare Victorine Mataouchek. Nier les fondements, c’est nier notre Histoire.» Très tôt attirée par l’architecture, le métier de son père, Victorine Mataouchek veut l’aborder avec l’approche de l’archéologue. Pour cela, elle se spécialise dans le bâti. Et pour faire le lien entre les deux, durant ses études, elle suit des stages pour apprendre la taille de la pierre, le mortier, le dallage. «Je voulais avoir le chaînon manquant entre l’architecte et l’archéologue.» Employée par l’Institut national de recherche en archéologie préventive (Inrap), à Orléans (Loiret), la quadragénaire est amenée à suivre des missions dans toute la région.
Le Berry, 21/06, p.8

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 27 Juin - 11:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeVen 24 Juin - 9:29

Patrimoine région Centre

Source : panorama de presse de la DRAC Centre

(Germigny l'Exempt) L’oratoire a fait l’objet de relevés en 3D


Line Van Wersch, docteur en histoire de l’art et archéologie et chargée de recherches à l’université de Louvain (Belgique) était de nouveau à Germigny. Elle a accompagné Florent Poux et Andréa Luczfalvy Jancso, chercheurs de l’université de Liège, pour réaliser des scannes 3D, c’est à dire des relevés qui reposent sur la lasergrammétrie et la photogrammétrie. Ils ont procédé à des relevés à la fois de l’abside et de l’oratoire dans son ensemble. Ces travaux s’inscrivent dans la continuité des précédentes recherches (étude des tesselles de la mosaïque mesures radiographiques archéologiques).
RC Orleans, 23/06, p.23

(Chartres) Le vitrail à l’épreuve du temps

Jean-François Lagier est convaincu et convainquant, lorsqu’il évoque le Centre international du vitrail, dont il est le directeur : «C’est la seule plateforme mondiale de diffusion de l’art du vitrail, et notre proximité immédiate de la cathédrale de Chartres, est un atout. Le vitrail d’aujourd’hui, voire de demain, est juste aux pieds de celui d’hier.» Celui qui est aussi le commissaire d’une nouvelle exposition, jusqu’au 28 octobre 2017, sur le vitrail du XXIe siècle, la présente comme «la réunion de créateurs des cinq continents, ayant dû travailler sur un format imposé de 45 cm sur 45. Intitulée “Lumières du monde”, cette exposition propose un thème unique, la recherche de la lumière du monde.» Jusqu’au 28 octobre 2017.
RC Loiret, 21/06, p.18

(Guainville) Des dégâts sur le mur du vieux château


Les intempéries continuent à faire des dégâts et non des moindres puisque le Vieux Château vient de subir les colères du ciel. Vendredi soir, de violents orages ont impacté toute la vallée de l’Eure de Marcilly sur Eure où l’on a relevé 30 millimètres au pluviomètre en 2 heures, Ézy sur Eure où des rues ont été inondées et Guainville. L’un des murs d’enceinte du Vieux Château n’y a pas résisté, ce sont une vingtaine de mètres de la forteresse qui se sont effondrés. Des blocs entiers, plusieurs dizaines de tonnes et un spectacle de désolation. «L’effondrement a eu lieu vers 21h15. Il n’y avait plus personne sur le site et les lamas sont sur l’autre partie des vestiges à cette heure là,» indique Nathalie Velin propriétaire. «Il s’agit du mur ouest, toute la coursive est tombée, par blocs. Une seule cassure, celle située au niveau de l’archère. Nous étions à cent lieues de penser que ce mur là allait tomber....
L'Echo, 23/06, p.21

(Alluynes) Des travaux de charpente et couverture sont en cours

Depuis plusieurs mois, à Alluyes, les chantiers de grande importance se succèdent. Depuis peu des échafaudages se montent autour de l’église, charpente et couverture de l’édifice vont être refaites. La facture est lourde : 600.000 euros hors taxes, pour les deux travaux réalisés en deux tranches. Avec les aides de la DRAC (direction régionales des affaires culturelles) et un legs dont la commune a bénéficié, il ne restera que 40.000 euros à financer. (intégral)
L'Echo, 23/06

(Amboise) Nouvelle exposition


À l’occasion du cinquième centenaire de l’arrivée de Léonard de Vinci au Clos Lucé d’Amboise (Indre et Loire), le château a décidé de mettre en valeur trois de ses plus belles œuvres : La Joconde ; La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte Anne, ainsi que Saint Jean Baptiste. L’exposition, qui a commencé le weekend dernier, met en lumière la construction du mythe sur les cinq siècles qu’ont traversés ces
trois tableaux, de la genèse des œuvres, en Italie, à leur parcours d’Amboise à Paris. L’exposition offre un regard actuel sur les interprétations artistiques et culturelles de ces chefs d’œuvre. Elle dure jusqu’au 15 novembre. (intégral)
RC Orleans, 22/06

(Boigny-sur-Bionne) La tour du château éboulée a été consolidée


La semaine dernière, une intervention a eu lieu durant plusieurs jours auprès de la tour du château de la Commanderie de Boigny-sur-Bionne. L’entreprise de charpenterie, menuiserie et couverture, Placier de Bellegarde, spécialisée dans les travaux de rénovation du patrimoine ainsi qu’une activité monuments historiques ont assuré sa consolidation par cinq renforts, suite à l’éboulement d’une partie dans la nuit du 31 mai au 1er juin dernier. Cette semaine devrait voir l’arrivée une autre entreprise de tailleur de pierre spécialisée dans la rénovation des monuments historiques pour la reconstruction de la partie éboulée. (intégral)
RC Orleans, 22/06

(La Chapelle Saint Sépulcre) Dormir dans les arbres au Bouchet

Ses volets sont encore comme des paupières chargées de sommeil, clos. Et le parc, pour ce que l’on en devine depuis la levée, a le branchage hirsute. Mais le château du Bouchet doit se réveiller, bientôt ; mieux, il va reprendre vie. Non seulement quatre lots de travaux de réfection ont été arrêtés par l’AgglO, propriétaire du bâtiment et de son parc depuis que la ville d’Orléans les lui a cédés, il y
aune dizaine d’années : pour le gros œuvre, les menuiseries extérieures, la serrurerie et la voirie. Mais Cyril Neveu y porte surtout un «très beau projet», jauge Jacques Martinet, maire de  Saint Denis en Val (où le château est situé) et vice président de l’intercommunalité en charge de l’économie et de l’emploi. «Un projet qui vient dans la continuité de son activité à l’île Charlemagne.» À 400 mètres.
RC Loiret, 21/06, p.18

(Lassay-sur-Croisne) Au chevet de l’église du XVe siècle

L’église de Lassay-sur- Croisne, (dont le chœur, terminé par une abside à trois pans ne comporte pas de chevet !) bâtie à la fin du XVe siècle sur des maçonneries plus anciennes, a besoin d’un sacré coup de jeune. Depuis quelques années, la municipalité, guidée par les experts de la Drac, intervient pour une sérieuse remise en état. De la toiture dans un premier temps, jusqu’aux voûtes  lambrissées plus récemment la municipalité a déjà financé de lourds travaux. Avec l’aide de l’association Saint-Denis Saint-Hilaire (SDSH) et des subsides de la Région, deux statues, l’une en bois du XVe siècle et l’autre en pierre du XVIe, toutes deux polychromes sont en voie de rénovation. En fin de semaine dernière, Dominique Ménanteau, conservateur départemental, Hélène Lebédel, conservateur des Monuments historiques, Brice Moulinier (conservation-restauration de peintures murales, principalement médiévales), Claire Dandrel, conservatrice et restauratrice, en présence de Valérie Chapeau du pays de la Vallée du Cher et du Romorantinais, du maire de Lassay, François Gautry, et de son adjoint, de représentants de l ’association SDSH, se sont retrouvés en l’église afin d’établir un diagnostic préalable à l’intervention sur les peintures murales.
NR Loir et CherS, 22/06, p.27

(La Chapelle Saint Sépulcre) Une nouvelle toiture pour l’église


En 1865, une souscription avait permis de financer la reconstruction du clocher détruit par la foudre. Cent cinquante et un ans plus tard, une opération du même type vient d’être lancée par la municipalité et la fondation de France afin de récolter des fonds pour la réfection de la toiture de l’église.Lors de la signature, samedi matin, de la convention, Denis Pétrini-Poli, maire, Bernard Vela, délégué départemental de la fondation de France, et Frédéric Néraud, conseiller départemental, ont mis l’accent sur la nécessité de protéger le patrimoine de proximité. Dans le seul département du Loiret, a rappelé Bernard Vela, cent quatre vingts projets ont déjà été menés à bien et donné l’occasion aux élus et aux habitants d’assumer ce «devoir de transmission» évoqué par Frédéric Néraud. D’un montant estimé de 170.000 €, les travaux, prévus pour démarrer dès le début de l’année prochaine, porteront sur la réfection des toitures de la nef, du chœur et de la sacristie dont le mauvais état avait fini par entraîner la détérioration du plafond et la chute de pans entiers de plâtre, la mise en place de gouttières et d’une protection contre la foudre.
RC Loiret, 21/06, p.18

La Fondation du patrimoine a toujours besoin de vous


On ne peut que se réjouir de l’engouement grandissant des Français pour le patrimoine, en particulier pour ce patrimoine rural, humble comme on le dit parfois, mais qui constitue aussi l’écrin de nos bâtiments emblématiques. Cet engouement décrit par Pascale Desurmont, déléguée départementale de la Fondation du patrimoine, se mesure au succès des émissions télévisées vantant les plus beaux villages de France… mais aussi à la multiplication des opérations permettant la sauvegarde et la restauration de ces lavoirs, moulins, granges, maisons, églises et autres fours à pain. Mais rien n’est jamais acquis, et comme l’a souligné Pascale Desurmont hier à Bracieux devant un parterre de personnalités et d’élus locaux, les recettes notamment en  provenance de l’État – via le produit des successions en déshérence –, ne vont pas en augmentant. «Ce petit patrimoine est pourtant un enjeu  économique et touristique indéniable pour nos territoires, il a aussi une utilité sociale et culturelle, a insisté la déléguée départementale, la notion a même été étendue au patrimoine naturel domestique, comme le dindon de Sologne, ou les abeilles.» Au côté de la Fondation, les  collectivités locales contribuent à cet effort de sauvegarde. En Loir-et-Cher, le conseil départemental est même son premier partenaire, depuis la création de la délégation en 2003, et verse chaque année une subvention de fonctionnement (21.850 € en 2016). «Ce que nous faisons pour  le patrimoine, nous le faisons non par devoir, mais par amour !» a affirmé Isabelle Gasselin, conseillère départementale.
NR Loir et Cher, 21/06, p.5

(Noyers sur Cher) La chapelle Saint-Lazare restaurée

Samedi soir, c’était l’inauguration de la restauration de la chapelle Saint-Lazare de Noyers, en présence du préfet Yves Le Breton, du président du conseil départemental Maurice Leroy, de Philippe Sartori, maire et conseiller départemental, ainsi que de nombreux autres élus du département, architectes ou directeurs de services. Édifiée vers le milieu du XIIe siècle, cette chapelle faisait partie d’un ensemble de  bâtiments, La Maladrerie, destinés à venir en aide aux lépreux en pèlerinage de Saint-Sylvain. La Révolution l’ayant reconverti en grange, elle fut désacralisée et subit nombre d’autres mutilations, du temps comme des hommes. Aujourd’hui, la chapelle, dont l’intérieur méticuleusement refait, montre les traces d’anciennes peintures murales et reprend donc sa fonction d’espace de communication dédié à l’art.
NR Loir et Cher, 21/06, p.18

(Savonnières) La loge de vigne fêtée malgré la crue


Il n’y a pas si longtemps les cabanes de vignes étaient très présentes dans le paysage agricole de nos régions. Aujourd’hui elles ont pratiquement toutes disparu parce que la mécanisation a fait qu’elles n’avaient plus d’intérêt. Avant, on y logeait ses outils et on s’y abritait pour manger, mais aujourd’hui les tracteurs offrent tout le confort de la modernité et ces petites maisons des champs ont disparu. Enfin pas tout à  fait, car pour ce passionné du souvenir qu’est Claude Aubert, se résoudre à les voir disparaître pour ne subsister que dans la mémoire n’était pas chose possible. Alors, avec l’association de La Treille tourangelle, ils en ont reconstruit une, un événement qu’ils fêtent chaque année.
NR Indre et LoireT, 21/06, p.18

(Loches) Ouvrage controversé : “ On a l’impression d’un sabotage ”

Bernard Briais n’est pas du genre à se mettre en avant. Auteur de plusieurs livres de référence sur l’histoire de Loches et du Lochois, il a longtemps hésité avant de prendre la parole au sujet de «Loches au cœur de la Touraine». Cet ouvrage, signé par un auteur et un éditeur extérieurs au Lochois, a été financé par la commune : 18.300 € hors taxe. Et il fait davantage parler de lui par les multiples bourdes qu’il contient – bombardement imaginaire à Loches en 1940, mauvais père attribué à François Ier, combats pendant la guerre  situés à Loches mais ayant en réalité eu lieu en forêt de Preuilly… – que par ses qualités promotionnelles pour la ville. A chaque page (parfois même à chaque paragraphe), Bernard Briais a mis des annotations pointant ici une erreur, là une approximation… «J’ai lu avec attention ce livre destiné à servir de “carte de visite” à Loches, et c’est vrai que j’ai trouvé que l’histoire de la ville avait été “ légèrement ”  malmenée par l’auteure, Claire de  Loynes», confie-t-il avec un art consommé de l’euphémisme. L’historien comprend d’autant moins qu’il a reçu Claire de Loynes au moment où elle préparait son livre.
NR Indre et LoireT, 21/06, p.25

(Puiseaux) Clocher : un apprenti réputé à l’œuvre


Sébastien Haye. Un des charpentiers qui officie sur l’opération de restauration du clocher tors de l’église de Puiseaux, au sein de l’équipe déléguée par l’entreprise Ateliers Perrault frères. À tout juste 21 ans, pour la réalisation de son œuvre – la charpente d’une mansarde en pin maritime –, il vient d’obtenir la médaille d’or du meilleur apprenti charpentier de France, après avoir brillamment raflé les titres départementaux (Maine et Loire) et régionaux (Pays de la Loire). Cette récompense, reçue à la Sorbonne, rejaillit sur Ludovic Coquelin, son maître d’apprentissage qui n’a aucun mal à le pousser sur les voies de l’excellence. En effet, pour cette prestigieuse entreprise familiale de Saint Laurent de la Plaine (Maine et Loire), les prix, labels et honneurs sont légion, mais jamais une banalité.
RC Loiret, 18/06, p.13

Une association des clochers tors active

L’assemblée générale de l’association des clochers tors s’est tenue début juin à Saint Côme d’Olt, dans l’Aveyron. Pour des raisons de santé, Jean-Claude Pompée, membre actif depuis de très nombreuses années, n’a pu participer à cette rencontre. Un  conseiller municipal, Jean-Luc Gosse, l’a représenté. «Sur place, j’ai mesuré la place importante tenue par Jean-Claude et Élisabeth Pompée et, par conséquent, Puiseaux, au sein de l’association», dit l’élu. Au total, 70 congressistes, représentant 30 villages de France et de Belgique dont le clocher est tordu ou vrillé, ont mené une réflexion sur leur organisation, les actions à mener pour promouvoir leurs chefs d’œuvre, la réédition d’ouvrages, ou encore, le site Internet.
RC Loiret, 18/06, p.13

(Tours) Quand la cathédrale rayonne dans la nuit tourangelle

Il aura fallu une semaine à l’équipe de Damien Fontaine pour mettre en place le dispositif qui permettra d’illuminer chaque soir, à partir du 1er juillet, la façade de la cathédrale. Un son et lumière   somptueux, de Mapping Video, qui verra la cathédrale s’animer avec des couleurs éclatantes. «C’est une évocation autour de la cathédrale, avec en filigrane la présence de Saint-Martin» précise le metteur en scène. Ainsi, sera mis en avant un épisode de la vie de saint Martin, rapporté par Sulpice Sévère, qui se prête parfaitement au spectacle. Le saint, ayant donné ses beaux vêtements à un pauvre, doit célébrer la messe affublé de guenilles : durant l’office, une boule de feu apparaît au-dessus de sa tête et il se trouve aussitôt paré somptueusement. Sur une musique composée pour le spectacle par le metteur en scène, on verra les vitraux de la cathédrale mais également ses nombreuses gargouilles animées, et, avec l’aide de gnomes surgis des recoins du monument, la cathédrale recouverte de fleurs, s’effondrant, transformée en orgue, figurant le manteau de saint Martin tranché d’un coup d’épée.
Nr Indre et Loire, 18/06, p.15

Le Pays Loire Touraine renforce les visites guidées

Il y a toujours beaucoup de monde en journée, et lors des visites du vendredi soir. Pour satisfaire encore plus l’appétit des touristes, sans oublier celui des habitants qui souhaitent mieux connaître «leur» patrimoine, l’équipe du Pays Loire Touraine a carrément prévu de doubler, cet été, le nombre de visites commentées, a annoncé Laurianne Keil, animatrice de l’architecture et du patrimoine.
+ ••• Ateliers pour enfants stages pour adultes
Nr Indre et Loire, 18/06, p.15

(Saint Léger le Petit) Restauration de deux statues à l’église

La commune détient dans son église deux statues en bois bientôt inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques : la statue de Saint Léger et celle de la Vierge à l’enfant. La municipalité et son maire, André Villette, ont décidé leur restauration avec le concours de la Fondation du patrimoine par la mise en place d’une souscription permettant de mobiliser les habitants et un mécénat populaire privé ou public en faveur de ce projet. Restaurer ces statues a un coût de 5.300 euros. Avec le temps, les statues ont été victimes d’insectes xylophages, décorations en polychromie endommagées et elles présentent quelques parties manquantes.
RC Loiret, 21/06, p.18

(Montipouret) Nouvelle couverture pour le Moulin d’Angibault

Dans le cadre de l’entretien et la conservation de son patrimoine, la commune de Montipouret procède actuellement à la réfection des toitures du Moulin d’Angibault. Les tuiles centenaires ont été  entièrement changées pour des tuiles de restauration de type brumaire, conservant ainsi le caractère ancien et authentique de ces toits. Sur se magnifique site arboré où la Vauvre coule des jours heureux en accueillant un parcours de pêche, le Grand Louis, si cher à George Sand, a de nouveau un toit. «Cette opération, très lourde financièrement pour la commune, plus 60.000 €, n’a pu être possible qu’avec l’aide de la Région Centre-Val de Loire qui finance cette restauration à hauteur de 40% », explique Alain Houtmann, maire adjoint chargé des travaux.
L'Echo, 23/06

(Amboise) Nouvelle exposition

À l’occasion du cinquième centenaire de l’arrivée de Léonard de Vinci au Clos Lucé d’Amboise (Indre et Loire), le château a décidé de mettre en valeur trois de ses plus belles œuvres : La Joconde ; La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte Anne, ainsi que Saint Jean Baptiste. L’exposition, qui a commencé le weekend dernier, met en lumière la construction du mythe sur les cinq siècles qu’ont traversés ces
trois tableaux, de la genèse des œuvres, en Italie, à leur parcours d’Amboise à Paris. L’exposition offre un regard actuel sur les interprétations artistiques et culturelles de ces chefs d’œuvre. Elle dure jusqu’au 15 novembre. (intégral)
RC Orleans, 22/06

(Boigny-sur-Bionne) La tour du château éboulée a été consolidée

La semaine dernière, une intervention a eu lieu durant plusieurs jours auprès de la tour du château de la Commanderie de Boigny-sur-Bionne. L’entreprise de charpenterie, menuiserie et couverture, Placier de Bellegarde, spécialisée dans les travaux de rénovation du patrimoine ainsi qu’une activité monuments historiques ont assuré sa consolidation par cinq renforts, suite à l’éboulement d’une partie dans la nuit du 31 mai au 1er juin dernier. Cette semaine devrait voir l’arrivée une autre entreprise de tailleur de pierre spécialisée dans la rénovation des monuments historiques pour la reconstruction de la partie éboulée. (intégral)
RC Orleans, 22/06

(La Chapelle Saint Sépulcre) Dormir dans les arbres au Bouchet

Ses volets sont encore comme des paupières chargées de sommeil, clos. Et le parc, pour ce que l’on en devine depuis la levée, a le branchage hirsute. Mais le château du Bouchet doit se réveiller, bientôt ; mieux, il va reprendre vie. Non seulement quatre lots de travaux de réfection ont été arrêtés par l’AgglO, propriétaire du bâtiment et de son parc depuis que la ville d’Orléans les lui a cédés, il y
aune dizaine d’années : pour le gros œuvre, les menuiseries extérieures, la serrurerie et la voirie. Mais Cyril Neveu y porte surtout un «très beau projet», jauge Jacques Martinet, maire de  Saint Denis en Val (où le château est situé) et vice président de l’intercommunalité en charge de l’économie et de l’emploi. «Un projet qui vient dans la continuité de son activité à l’île Charlemagne.» À 400 mètres.
RC Loiret, 21/06, p.18

(Lassay-sur-Croisne) Au chevet de l’église du XVe siècle

L’église de Lassay-sur- Croisne, (dont le chœur, terminé par une abside à trois pans ne comporte pas de chevet !) bâtie à la fin du XVe siècle sur des maçonneries plus anciennes, a besoin d’un sacré coup de jeune. Depuis quelques années, la municipalité, guidée par les experts de la Drac, intervient pour une sérieuse remise en état. De la toiture dans un premier temps, jusqu’aux voûtes  lambrissées plus récemment la municipalité a déjà financé de lourds travaux. Avec l’aide de l’association Saint-Denis Saint-Hilaire (SDSH) et des subsides de la Région, deux statues, l’une en bois du XVe siècle et l’autre en pierre du XVIe, toutes deux polychromes sont en voie de rénovation. En fin de semaine dernière, Dominique Ménanteau, conservateur départemental, Hélène Lebédel, conservateur des Monuments historiques, Brice Moulinier (conservation-restauration de peintures murales, principalement médiévales), Claire Dandrel, conservatrice et restauratrice, en présence de Valérie Chapeau du pays de la Vallée du Cher et du Romorantinais, du maire de Lassay, François Gautry, et de son adjoint, de représentants de l ’association SDSH, se sont retrouvés en l’église afin d’établir un diagnostic préalable à l’intervention sur les peintures murales.
NR Loir et CherS, 22/06, p.27

(La Chapelle Saint Sépulcre) Une nouvelle toiture pour l’église


En 1865, une souscription avait permis de financer la reconstruction du clocher détruit par la foudre. Cent cinquante et un ans plus tard, une opération du même type vient d’être lancée par la municipalité et la fondation de France afin de récolter des fonds pour la réfection de la toiture de l’église.Lors de la signature, samedi matin, de la convention, Denis Pétrini-Poli, maire, Bernard Vela, délégué départemental de la fondation de France, et Frédéric Néraud, conseiller départemental, ont mis l’accent sur la nécessité de protéger le patrimoine de proximité. Dans le seul département du Loiret, a rappelé Bernard Vela, cent quatre vingts projets ont déjà été menés à bien et donné l’occasion aux élus et aux habitants d’assumer ce «devoir de transmission» évoqué par Frédéric Néraud. D’un montant estimé de 170.000 €, les travaux, prévus pour démarrer dès le début de l’année prochaine, porteront sur la réfection des toitures de la nef, du chœur et de la sacristie dont le mauvais état avait fini par entraîner la détérioration du plafond et la chute de pans entiers de plâtre, la mise en place de gouttières et d’une protection contre la foudre.
RC Loiret, 21/06, p.18

La Fondation du patrimoine a toujours besoin de vous

On ne peut que se réjouir de l’engouement grandissant des Français pour le patrimoine, en particulier pour ce patrimoine rural, humble comme on le dit parfois, mais qui constitue aussi l’écrin de nos bâtiments emblématiques. Cet engouement décrit par Pascale Desurmont, déléguée départementale de la Fondation du patrimoine, se mesure au succès des émissions télévisées vantant les plus beaux villages de France… mais aussi à la multiplication des opérations permettant la sauvegarde et la restauration de ces lavoirs, moulins, granges, maisons, églises et autres fours à pain. Mais rien n’est jamais acquis, et comme l’a souligné Pascale Desurmont hier à Bracieux devant un parterre de personnalités et d’élus locaux, les recettes notamment en provenance de l’État – via le produit des successions en déshérence –, ne vont pas en augmentant. «Ce petit patrimoine est pourtant un enjeu économique et touristique indéniable pour nos territoires, il a aussi une utilité sociale et culturelle, a insisté la déléguée départementale, la notion a même été étendue au patrimoine naturel domestique, comme le dindon de Sologne, ou les abeilles.» Au côté de la Fondation, les collectivités locales contribuent à cet effort de sauvegarde. En Loir-et-Cher, le conseil départemental est même son premier partenaire, depuis la création de la délégation en 2003, et verse chaque année une subvention de fonctionnement (21.850 € en 2016). «Ce que nous faisons pour le patrimoine, nous le faisons non par devoir, mais par amour !» a affirmé Isabelle Gasselin, conseillère départementale.
NR Loir et Cher, 21/06, p.5

(Noyers sur Cher) La chapelle Saint-Lazare restaurée

Samedi soir, c’était l’inauguration de la restauration de la chapelle Saint-Lazare de Noyers, en présence du préfet Yves Le Breton, du président du conseil départemental Maurice Leroy, de Philippe Sartori, maire et conseiller départemental, ainsi que de nombreux autres élus du département, architectes ou directeurs de services. Édifiée vers le milieu du XIIe siècle, cette chapelle faisait partie d’un ensemble de bâtiments, La Maladrerie, destinés à venir en aide aux lépreux en pèlerinage de Saint-Sylvain. La Révolution l’ayant reconverti en grange, elle fut désacralisée et subit nombre d’autres mutilations, du temps comme des hommes. Aujourd’hui, la chapelle, dont l’intérieur méticuleusement refait, montre les traces d’anciennes peintures murales et reprend donc sa fonction d’espace de communication dédié à l’art.
NR Loir et Cher, 21/06, p.18

(Savonnières) La loge de vigne fêtée malgré la crue

Il n’y a pas si longtemps les cabanes de vignes étaient très présentes dans le paysage agricole de nos régions. Aujourd’hui elles ont pratiquement toutes disparu parce que la mécanisation a fait qu’elles n’avaient plus d’intérêt. Avant, on y logeait ses outils et on s’y abritait pour manger, mais aujourd’hui les tracteurs offrent tout le confort de la modernité et ces petites maisons des champs ont disparu. Enfin pas tout à fait, car pour ce passionné du souvenir qu’est Claude Aubert, se résoudre à les voir disparaître pour ne subsister que dans la mémoire n’était pas chose possible. Alors, avec l’association de La Treille tourangelle, ils en ont reconstruit une, un événement qu’ils fêtent chaque année.
NR Indre et LoireT, 21/06, p.18

(Loches) Ouvrage controversé : “ On a l’impression d’un sabotage ”

Bernard Briais n’est pas du genre à se mettre en avant. Auteur de plusieurs livres de référence sur l’histoire de Loches et du Lochois, il a longtemps hésité avant de prendre la parole au sujet de «Loches au cœur de la Touraine». Cet ouvrage, signé par un auteur et un éditeur extérieurs au Lochois, a été financé par la commune : 18.300 € hors taxe. Et il fait davantage parler de lui par les multiples bourdes qu’il contient – bombardement imaginaire à Loches en 1940, mauvais père attribué à François Ier, combats pendant la guerre situés à Loches mais ayant en réalité eu lieu en forêt de Preuilly… – que par ses qualités promotionnelles pour la ville. A chaque page (parfois même à chaque paragraphe), Bernard Briais a mis des annotations pointant ici une erreur, là une approximation… «J’ai lu avec attention ce livre destiné à servir de “carte de visite” à Loches, et c’est vrai que j’ai trouvé que l’histoire de la ville avait été “ légèrement ” malmenée par l’auteure, Claire de Loynes», confie-t-il avec un art consommé de l’euphémisme. L’historien comprend d’autant moins qu’il a reçu Claire de Loynes au moment où elle préparait son livre.
NR Indre et LoireT, 21/06, p.25

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeLun 27 Juin - 11:54

Source : lemonde.fr

Trois ministres et trois ans de débats pour une loi sur le patrimoine et l’architecture

C’est le soulagement. Le texte commun élaboré, le 15 juin, par la Commission mixte paritaire, et annexé au Projet de Loi relatif à la liberté de la création à l’architecture et au patrimoine (LCAP), a calmé le jeu. Il a fallu trois ministres, presque trois ans de très vifs débats, deux aller-retours entre les deux assemblées et 451 amendements pour que la loi, comptant 118 articles (dont 43 réécrits) soit, mardi 21 juin, adoptée à L’Assemblée, avant de l’être au Sénat la semaine prochaine puis au vote solennel.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/architecture/article/2016/06/25/trois-ministres-et-trois-ans-de-debats-pour-une-loi-sur-le-patrimoine-et-l-architecture_4958095_1809550.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeLun 27 Juin - 12:00

Source : lefigaro.fr

Somaliland: il faut sauver les peintures rupestres de Laas Geel

Ces peintures uniques en Afrique, qui datent de plus de quarante siècles, sont en train de s'effriter.

Ce site de patrimoine mural, parmi les plus anciens et les mieux préservés d'Afrique, est menacé par le ruissellement des eaux de pluie et l'afflux des visiteurs. Le manque de reconnaissance de la petite république autoproclamée en 1991 freine les aides internationales.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2016/06/27/03004-20160627ARTFIG00090-somaliland-il-faut-sauver-les-peintures-rupestres-de-laas-geel.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeMar 28 Juin - 15:48

Google Arts & Culture: les plus grandes institutions françaises et mondiales contributrices en reproductions d’oeuvres

Source : club-innovation-culture.fr

Nouveau nom, nouveau design de son site web, annonce de son 1 000 ème partenaire … l’Institut Culturel Google a récemment enchaîné les annonces et nouveautés. La plateforme web et application Google Art Project rebaptisée Google Arts & Culture dispose dorénavant d’un nouveau design et peut compter sur plus de 1 000 institutions partenaires et fournisseurs de contenus artistiques.
Lire la suite : http://www.club-innovation-culture.fr/google-arts-culture-institutions-france-monde-oeuvres/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeMar 28 Juin - 15:53

Week-end « Patrimoine(s) en immersion »: comment la réalité virtuelle et l’immersion peuvent-elles renouveler l’expérience muséale et patrimoniale ?

Source : club-innovation-culture.fr

Le samedi 11 et dimanche 12 juin 2016, le Musée des Arts et métiers et le Club Innovation & Culture / CLIC France organisent le premier Week end consacré en France aux « patrimoine(s) en immersion ». L’objectif de ce week-end est notamment de tester ces nouvelles formes de médiation auprès des futurs visiteurs des musées et monuments.
Lire la suite : http://www.club-innovation-culture.fr/week-end-patrimoines-immersion-regards-experts/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeMar 28 Juin - 15:56

Source : http://patrimoine.blog.pelerin.info

1700e anniversaire de la naissance de saint Martin de Tours


La ville de Tours célèbre saint Martin et les 1 700 ans d’un culte qui n’a jamais faibli. Une année est totalement dédiée à ce personnage d’exception porteur de valeurs de partage et de tolérance.

De juin à novembre, le coeur de la ville va battre au rythme de ce héros populaire pour faire rayonner la Cité tourangelle bien
au-delà de ses frontières à travers son histoire diffusée dans toute l’Europe depuis plus de dix-sept siècles
Lire la suite : http://patrimoine.blog.pelerin.info/2016/06/28/1700e-anniversaire-tours-celebre-saint-martin/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeMar 28 Juin - 15:58

Source : magcentre.fr

Le tourisme régional refait surface avec le sourire

Les images sont encore dans les mémoires : Chambord et le château de la Ferté-Saint-Aubin, encerclés par les eaux. L’un public, l’autre privé. L’inondation n’a pas fait de quartier…de noblesse « Nous avions 1,30 mètres d’eau dans la cuisine » témoigne Lancelot Guyot du château de la Ferté, « en quelques jours nous avons tout remis d’aplomb et ça sentait de nouveau la pâtisserie. La vie est revenue… ».
Lire la suite : http://www.magcentre.fr/101031-le-tourisme-regional-refait-surface-avec-le-sourire/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10214
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitimeMar 28 Juin - 16:00

Source : lefigaro.fr

Record au Quai Branly: près de 35.000 visiteurs en un week-end

Jamais la fréquentation n'avait été aussi élevée au musée des arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques. En tout, 34.586 touristes s'y sont rendus samedi 25 et dimanche 26 juin pour honorer son dixième anniversaire.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/06/28/03015-20160628ARTFIG00146-record-au-quai-branly-pres-de-35000-visiteurs-en-un-week-end.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Empty
MessageSujet: Re: Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)   Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 20 - 26 juin 2016)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Sauter vers: