Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil  Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 8:50

Musées région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

Escape game au musée Lansyer, unique et surprenant

Sur cet escape game, on ne vous dira rien ou pas grand-chose. En tout cas pas les codes des cadenas, les indices, les solutions aux énigmes, et la surprise finale, vraiment inattendue. Vous aurez vous aussi une heure, pas plus, pour parvenir à vos fins en jouant à ce jeu très à la mode. « Disparition au musée Lansyer » a été entièrement conçu et réalisé par le service patrimoine de la Ville. C’est une des grandes nouveautés de cet été et on vous le recommande fortement.
Lire la suite : https://www.lanouvellerepublique.fr/loches/escape-game-au-musee-lansyer-unique-et-surprenant

(Graçay) L’exposition estivale à ne pas manquer
Comme chaque été depuis deux ans, le musée photo Lucien Prévost et l’association du Groupe Lumière accueillent différents artistes pour une exposition qui a pour particularité de se situer en plusieurs endroits du village. Le photographe animalier Jérôme Bouet présente au public une série de remarquables clichés au Musée de la Photo dans une exposition, intitulée L’Intimité des buses. Né dans le Berry en 1968, cet artiste a toujours été attiré par la nature et la vie sauvage. Au Café du Commerce, partenaire du musée, c’est JeanPaul David, membre de l’association de photographes indépendants du Groupe Lumière, qui propose Attitudes, une série de photos noir et blanc, à la lumière surprenante et au grain travaillé.
Le Berry, 09/07, p.35

(Chateaudun) L’étonnante histoire d’une momie

La Ville de Fontainebleau (Seine et Marne) a déposé au musée de Châteaudun la momie d’une femme de 18 ans datant de l’époque ptolémaïque (200 ans avant Jésus Christ) en août 2013 pour cinq ans. Ce dépôt arrivant à expiration en août prochain, les deux parties ont souhaité le prolonger encore cinq ans. « Pour nous, c’est l’occasion d’enrichir notre salle d’égyptologie ce genre d’objet ne s’achète paset de tordre le cou à la légende de la “Belphégor de Fontainebleau” », se  félicite Mireille Bienvenu, responsable du musée des beaux arts et d’histoire naturelle de Châteaudun,  devant cette momie d’1,65 m qui aurait les bras croisés sur la poitrine, comme le veut la position traditionnelle. « Elle était stockée dans un grenier à cause de sa mauvaise réputation. On disait qu’elle portait le mauvais oeil, provoquait des malaises et même un suicide, que son fantôme se promenait comme Belphégor dans les couloirs du Louvre ! Mais cette momie ne s’est jamais vengée. Sa malédiction n’existe pas. » La “Belphégor de Fontainebleau” serait la momie d’une jeune femme dont on ignore le nom. Le musée de Châteaudun va garder “sa” momie égyptienne encore cinq ans. L’occasion de revenir sur son passé, sa légende et ses péripéties.
L'Echo, 09/07, p.24

(Prissac) Réouverture des Trois Musées
Suite au transfert de compétences entre les collectivités locales, le musée de la commune a dû fermer ses portes il y a quelques mois. Mais c’était sans compter sur la ténacité de Gilles Touzet, maire, et de son équipe municipale, qui n’ont eu de cesse de chercher  et trouver une solution pour la réouverture de ce lieu unique qui regroupe trois musées en un seul site. Depuis le 6 juillet, Tristan, 21 ans, étudiant en architecture à Bordeaux, accueille de nouveau le public et ce jusqu’à fin septembre. « Ce travail saisonnier est très intéressant pour moi. J’ai trois mois pour mener une réflexion sur le futur du musée, et pour réfléchir à une nouvelle scénographie pour améliorer le confort de la visite », précise le jeune homme. Ce musée atypique, créé en 1986, voit passer environ 1.200 visiteurs par an, ainsi que des groupes et des scolaires. Il présente une collection de machines agricoles de plus de cinq cents pièces, du plus petit outil manuel à la moissonneuse-batteuse, et de nombreux tracteurs, dont le plus ancien date de 1912. L’espace Gutenberg expose deux siècles d’évolution technique du matériel d’imprimerie. Enfin, le musée du Facteur rural retrace cent cinquante ans d’histoire de La Poste en Berry à travers différents objets exposés.
NR Indre, 10/07, p.13

(Orleans) Lee Jeffries sublime les SDF au centre Charles-Péguy

Le centre Charles-Péguy, rue du Tabour, expose une série de portraits, principalement en noir et blanc, du photographe Lee Jeffries. Né en 1971, Lee Jeffries vit et travaille à Manchester, au nord ouest de l’Angleterre. Il parcourt les grandes villes du monde telles que Londres, Paris, Los Angeles, à la rencontre des sans abri. De ses rencontres sont nés des portraits qui ne sont pas sans rappeler les célèbres « visages de l’Ouest » du photographe Richard Avedon. Lee Jeffries a su créer un lien de confiance avec son sujet. Les portraits sont anonymes et sans mention de lieu pour préserver les personnes photographiées ; des gens auxquels on ne fait guère attention, habituellement. Le rendu esthétique des tirages ferait presque oublier les visages marqués par la rue et le temps.
RC Loiret, 11/07, p.11
Mag'Centre, 10/11

(Loches) Escape game au musée Lansyer, unique et surprenant

Sur cet escape game, on ne vous dira rien ou pas grand-chose. En tout cas pas les codes des cadenas, les indices, les  solutions aux énigmes, et la surprise finale, vraiment inattendue. Vous aurez vous aussi une heure, pas plus, pour parvenir à vos fins en jouant à ce jeu très à la mode. « Disparition au musée Lansyer » a été entièrement conçu et réalisé par le service patrimoine de la Ville. C’est une des grandes nouveautés de cet été et on vous le recommande fortement. La maison-musée Lansyer étant fermée pour travaux, le service patrimoine a eu l’idée d’ouvrir le musée au public d’une manière originale. L’initiative en revient à Elise Bellanger, animatrice adjointe du patrimoine qui, aidée de Lucie Bertaut (en mission pour six mois dans ce service) a imaginé dès l’automne dernier une série d’indices et d’épreuves à réaliser dans trois pièces du musée. Au-delà du jeu, il s’agit de découvrir le peintre Lansyer, un proche de Gustave Courbet. Avant son lancement public mercredi 18 juillet, le service patrimoine a fait tester son jeu par plusieurs personnes dont des aficionados d’escape game. Et à la presse locale. C’est ainsi qu’une équipe de six personnes (nombre maximum pour ce jeu) a été constituée avec nos confrères de La Renaissance lochoise. L’impression générale de l’équipe RL-NR est unanime : un jeu vraiment original car il se passe dans un vrai musée, ce qui est unique à notre connaissance en France. A faire en famille avec des ados ou entre amis.
NR Indre et LoireE, 11/07, p.16

(Chécy) Trois expositions pour l’été au musée de la Tonnellerie
Une quarantaine de personnes ont assisté à un vernissage, jeudi, dans le jardin du musée. Les expositions, « Curiosa », « Laissons le vent tout faire » et la dernière, fil rouge de l’été, « Le tonneau sous toutes ses formes », sont présentées en simultanée. Les Amis du PatrimoinE (CAPE) multiplient les expositions, jusqu’au 8 septembre, au musée de la Tonnellerie. À l’occasion du vernissage, Luc Tafforeau, adjoint au maire, a souligné les attraits de la commune avec, entre autres, ces expositions et, surtout, « le bien vivre la période estivale en dégustant Chécy autrement ». « Curiosa » présente différentes collections, retrouvées et prêtées par le MOBE en raison de sa fermeture jusqu’à fin 2019 pour transformation. Elle porte sur la biodiversité et l’environnement avec, notamment, la zoologie, l’entomologie, l’ornithologie, l’ethnographie et la botanique, à travers un curieux voyage photographique. « C’est l’occasion de faire découvrir ce patrimoine qui n’est pas réservé aux conservateurs », notait Laure Danilo, conservatrice du muséum d’Orléans. Pour « Laissons le vent tout faire », le Cacien Jano Sculpteur a travaillé avec l’éolien sur la création de 21 mobiles réalisés uniquement avec des éléments de récupération. (intégral)
RC Loiret, 14/07

(Chartres) Exposition “Insectes sociaux : guêpes, fourmis, abeilles” au Compa
Que vous soyez phobiques des insectes ou nostalgiques de Maya l’abeille, l’exposition “Insectes sociaux : guêpes, fourmis, abeilles”, présentée au Compa, peut vous intéresser. Jeudi, l’auteur des photos présentées, Damien Rouger, s’est improvisé guide. L’exposition est divisée en trois thèmes. Il s’agit, d’abord, de comprendre l’habitat de ces hyménoptères. S’ils sont sociaux, c’est d’abord parce qu’ils bâtissent ensemble. Nids de guêpes et fourmilière peuvent, ainsi, être observés. Vient, ensuite, un espace dédié à leur vie en société où sont décrits leur fonctionnement ainsi que les castes qui les composent. Enfin, l’accent est mis sur les interactions de ces espèces avec leur environnement.
L'Echo, 14/07, p.9

(Argenton) L’été au Musée de la chemiserie
Le Musée de la chemiserie et de l’élégance masculine propose de nombreuses activités, cet été, pour petits et grands. Nouveauté cette année : une visite commentée de l’exposition Le Coffret romantique, élégance et art de vivre au masculin, tous les dimanches, à 11h, en juillet et août. Cette exposition permet de découvrir l’univers intime de la bourgeoisie du XIXe siècle, à travers l’utilisation de boîtes et coffrets avec inscription sur le couvercle. Une visite commentée est programmée aujourd’hui, à 16h, et mercredi 15 août, à 11h. Les après-midi récréatifs pour les enfants de 6 à 12 ans ont repris. Chaque semaine, un thème développé dans le musée servira de fil conducteur pour une petite visite et un atelier créatif. (intégral)
NR Indre, 14/07

(Tours) Peinture fraîche au musée des Beaux-Arts

A défaut de pouvoir s’étendre, le musée des Beaux-Arts se réorganise. Il profite du déménagement des réserves à Saint-Avertin pour récupérer deux belles salles, repeintes, et y exposer des oeuvres italiennes dans l’une, de grandes peintures françaises d’artistes prestigieux dans l’autre. Ainsi, juste à côté de la salle Louis XIII avec sa belle cheminée polychrome, les visiteurs pourront découvrir des oeuvres d’artistes contemporains de Louis XIV, de Gabriel Blanchard, mais surtout de Philippe de Champaigne et d’Eustache Lesueur, le « Raphaël français ». En écho, le musée propose à l’étage une exposition de dessins italiens anciens. Les vacances, c’est l’Italie.
NR Indre et Loire, 14/07, p.13

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 16 Juil - 12:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 8:51

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Saint Marcel) Le temple 4 ouvre ses portes à Argentomagus
Ces fouilles programmées du temple 4 précèdent la deuxième tranche de mise en valeur du projet d’aménagement du site d’Argentomagus, sur le plateau des Mersans, à Saint-Marcel. Les jeunes qui ont participé au chantier sont des étudiants, placés sous la responsabilité de Simon Giron, docteur en archéologie. Il est également responsable de l’opération des fouilles programmées sur le temple 4, qui représentait à l’époque le centre urbain d’Argentomagus. « Ce chantier est l’achèvement de la fouille de ce temple. La fin des travaux sera ouverte au public, vendredi 13 juillet, dans l’après-midi », a indiqué Philippe Riffaud-Longuespé, directeur du musée archéologique et du site d’Argentomagus.
NR Indre, 09/07, p.16

(Pithiviers) Des sépultures et 330 vestiges trouvés
Une place des halles calme, ornée de jardinières, avec des espaces pour les piétons et des places de stationnement. Ce résultat devrait être livré fin octobre. En attendant, les travaux continuent et réservent parfois de belles surprises. En témoigne la découverte il y a quelques jours de sept sépultures, par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), à l’emplacement de la chapelle Saint Michel de l’ancien Hôtel Dieu. Ce bâtiment érigé au XIIème siècle était un hôpital à l’époque médiévale. Les ossements, qui sont vraisemblablement ceux de donateurs ou d’anciens patients, ont été prélevés, comme l’explique François Capron, responsable d’opérations à l’Inrap : « Ils ont été envoyés au centre régional où ils sont lavés, inventoriés puis étudiés. » Depuis le début des fouilles, le 6 juin, 330 pièces archéologiques ont été débusquées. Désormais, les archéologues vont se concentrer sur des tranchées qui devraient les mener vers les vestiges de l’ancienne boucherie médiévale diagnostiquée il y a un an. Les fouilles doivent se terminer pour le 20 juillet. Tous les prélèvements de faits archéologiques (vestiges) seront analysés.
RC Loiret, 10/07, p.9

(Orleans) Des fouilles archéologiques uniques pour la région Centre-Val de Loire
Le site de l’AgreenTech Valley est pour le moment aux mains des archéologues. Ils ont à leur disposions un lieu d’une extrême richesse. Tous travaux amènent leur part de fouilles. Avant la construction de l’AgreenTech Valley, le terrain est livré aux archéologues, ceux de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et de la mairie d’Orléans, qui travaillent sur une mission commune : comprendre comment vivaient les autochtones. Des vestiges datant de l’âge du Bronze ont été déterrés. « C’est la première fois qu’on trouve un site de cette période à Orléans », s’enthousiasme Émilie Roux, archéologue pour la ville d’Orléans. Les fouilles ont aussi révélé plusieurs cellules d’habitations sur la zone. C’est seulement la deuxième fois dans la région Centre Val de Loire que des restes de cette époque ont été trouvés, après le site de Cléry Saint André. Les chercheurs ont aussi procédé à un traitement des sols pour essayer de savoir quand la Loire avait quitté la zone.
RC Loiret, 14/07, p.8

(Bourges) Le temps des études autour de Séraucourt
À Bourges, l’avenir des pentes de Séraucourt se trouve entre les mains des ouvriers. Depuis mars, ils construisent la future Maison de la Culture, bâtiment devant être livré au printemps 2020. Un autre chantier, invisible du grand public celui ci, est mené en parallèle par un aréopage d’experts. Le riche passé des lieux a été confié à des céramologues, des anthropologues, etc. Leur mission : faire parler un peu plus encore les vestiges mis au jour lors des fouilles archéologiques. De novembre 2016 à avril 2017, soit quatre ans après un diagnostic ayant révélé l’existence de murs d’une habitation gallo romaine et de fragments de vaisselle correspondant à l’occupation gauloise, 8.000 mètres carrés ont été passés au peigne fin par les femmes et les hommes du service d’archéologie préventive de Bourges plus. « Pour donner une idée du travail qui a été mené sur le terrain, on a prélevé un total de 156 kg de mobilier, 187 objets en bronze, 20.341 tessons de céramiques, 2.144 fragments d’ enduits peints, sans compter les ossements d’animaux et d’humains, énumère Laurence Augier, chef du service chargé des opérations. Cela donne aussi une idée de l’ampleur des études à mener pour nous permettre d’en savoir plus sur l’histoire des lieux et de la ville en général.» E n 2020, un rapport complet doit être rendu à la Direction régionale des affaires culturelles (Drac). D’ici là, la plus surprenante des découvertes réalisées à Séraucourt aura peut être révélé ses secrets.
+ D’autres fouilles ont éclairé le passé berruyer
Le Berry, 15/07, p.4/5

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 16 Juil - 12:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 8:55

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Briare) Un lieu de création au pays des émaux
Un bloc de pierres rouges, comprenant une cinquantaine de pièces, soutenu par deux tours rondes, une cour abritant des arbres remarquables. Le château de Trousse Barrière fait partie intégrante du paysage briarois depuis la fin du XIXe siècle. Sa grande salle de réception marque les esprits avec ses vitraux dessinés par Henri Harpignie, peintre du XIXe siècle, élève de Jean-Baptiste Camille Corot. Ils représentent le château sous tous ses angles. Il y a également une huile sur une toile de quatre mètres par deux qui évoque les bords de Loire à l’endroit où la Cheuille se jette dans le fleuve royal. Ce tableau d’Harpignie vient d’être inscrit à l’inventaire des monuments et mobiliers historiques. S’il est aujourd’hui un centre d’expositions prisé par les artistes, cela n’a pas toujours été le cas. Actuellement, Isabelle Bernard-Vitali, artiste plasticienne, et Jennifer Grassi, peintre, vivent au coeur du château dans le but d’avancer leurs travaux. Nombre d’artistes sont venus s’inspirer du lieu. Peintres, écrivains, comédiens, tous les arts ont été représentés à Briare. La légende dit que beaucoup d’entre eux se seraient installés par la suite en région Centre Val de Loire. Les résidents s’installent pour six mois en moyenne mais peuvent étendre leur bail à un an. Durant cette période, une exposition dans les galeries de Trousse Barrière leur est garantie.
RC Loiret, 09/07, p.10

(Bruère Allichamps) Un regard sur les Sammies
Une exposition intitulée les Américains 1917-1919 est actuellement installée à la ferme de Châteaufer. Cette exposition, qui est le fruit des nombreuses recherches effectuées par le Cercle d’archéologie militaire du Saint Amandois (Camsa), retrace quelques épisodes de la présence des Sammies en Berry au moment de la guerre 1914 1918. Arrivés le 4 juillet 1918, des soldats américains ont séjourné à  Châteaufer pendant deux années. L’exposition comporte une quinzaine de vitrines et autant de kakémonos retraçant les grandes étapes de la présence de ces soldats, venus d’outre Atlantique pour apporter leur aide militaire à la France.
Le Berry, 09/07, p.40

(Azay le Ferron) Visite insolite "Dans les pas des domestiques"

Gilet jaune à rayures noires, noeud papillon, Nestor, guide du château, aux allures du célèbre serviteur du capitaine Haddock, invite les visiteurs à entamer un parcours insolite dans des lieux ordinairement fermés. Les hôtes d’un soir vont donc fréquenter couloirs, escaliers et pièces réservés aux domestiques à l’époque où le domaine était la propriété de la famille Hersent, au début du XXe siècle. Des passages particulièrement usités, puisque le château a compté jusqu’à soixante-quinze serviteurs. « Il faut dire que les besoins étaient grands. La famille recevait beaucoup et souvent », explique Nestor. Elle accueillait fréquemment plusieurs dizaines de personnes. Il fallait les moyens de s’occuper de tout ce monde, leur assurer dignement le gîte et le couvert. Pendant plus d’une heure, la déambulation permet de se familiariser avec la vie et l’organisation du quotidien au   château, il y a un siècle. Nestor, accompagnant la visite d’une foule d’anecdotes, d’indications précises sur l’aménagement de la bâtisse et sur la  place occupée par les domestiques. Une visite captivante dans une ambiance sympathique qui se termine par une dégustation de produits régionaux proposée par le guide Alain, alias Nestor, ses collègues, ainsi qu’Annie et Jocelyne, ex-domestiques, membres de la troupe de théâtre Le Rideau rouge. Programme complet des animations sur le site : www.chateau-azay-le-ferron.com
NR Indre, 09/07, p.19

Chambord aura son chai à la ferme de l’Ormetrou

C’est oui… et c’est non ! La Commission nationale de l’architecture et du patrimoine, réunie, jeudi 5 juillet, a rendu deux avis de nature différente sur des projets présentés par le Domaine national de Chambord. Pour commencer, la réponse est favorable à la construction du chai adossé la ferme de l’Ormetrou, à proximité des vignes, là où seront produites à terme les bouteilles de vin du Domaine. Ce bâtiment, d’allure contemporaine, sera conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, l’homme qui a déjà repensé le Relais de Chambord, l’hôtel haut de gamme qui a remplacé l’ancien Saint-Michel. Selon nos confrères de « La Revue des vins de France », qui citent le responsable du vignoble Pascal Thévard, ce chai devrait être construit en bois et avoir une forme circulaire, afin de s’intégrer parfaitement dans le paysage. Le coût des travaux est estimé à un million d’euros. Quant au second projet  chambourdin, qui portait sur la restauration des lanternons du château, il a en revanche reçu un accueil défavorable de la Commission nationale d’architecture et du patrimoine. Il s’agissait notamment, sur la base de descriptions précises datant de la Renaissance, de dorer lesdits lanternons à la feuille d’or, tels qu’ils l’avaient été pour accueillir l’empereur Charles Quint en 1539. Il était aussi prévu, dans un second temps, de restituer les ornements de plomb, afin de les remettre en concordance avec l’architecture de pierre. Le coût total de ce chantier avait été estimé à 2 M€ qui auraient été en grande partie abondés grâce à du mécénat privé. Les membres de la commission en ont donc jugé autrement, estimant que la qualité du monument se suffisait à elle même. Pour mémoire, on se souviendra qu’à l’époque, ils n’avaient pas plus validé la mise en place des jardins à la française dont le succès ne se dément pas aujourd’hui. Leur avis n’est, en effet, que consultatif : la décision finale reviendra à la ministre de la Culture, Françoise Nyssen.
NR Loir et Cher, 09/07, p.2

(Moulins sur Yèvre) Maubranche ouvre ses portes au public
À Moulins-sur-Yèvre, le propriétaire du château de Maubranche, Amaury de Chaumont-Quitry, fait visiter son bien tout l’été. C’est un travail colossal qu’a dû fournir Amaury de ChaumontQuitry pour orchestrer la restauration du château. Il a passé « dix ans à le remettre en état ». Et aujourd’hui, après s’être essayé aux Journées du patrimoine, il l’ouvre au public pour la première fois. En particulier le parc du château, un écrin dont il a voulu respecter « le coeur de la pensée Duchêne ». Henri Duchêne, c’est le paysagiste qui, à la fin du XIXe siècle, a rendu aux jardins du château de Maubranche leur style de jardins à la française. Et c’est de cette tradition que s’est inspiré le maître des lieux pour rénover la propriété, jusqu’au dessin de la grille d’entrée. Un jardin à la française, et un château… à l’écossaise !
Le Berry, 10/07, p.10

(Châteauneuf sur Cher) Les travaux sur la tour lancés
Deux tranches de travaux étaient prévues dans la restauration du château de Châteauneuf sur Cher. La première, commencée en juin 2017, regroupait des travaux de maçonneries ayant permis la démolition du château d’eau en béton, la remise en état du parement du chemin de ronde, la reprise des maçonneries défectueuses, le rejointoiement des maçonneries, la reprise des manques et, pour finir, une ceinture de plomb afin que l’eau tombe dans le chemin de ronde et que celleci soit ainsi canalisée. La seconde tranche, qui se déroule actuellement sur la tour de guet, permet la réfection de la couverture de la tour d’escalier. L’étape finale sera l’étanchéité.
Le Berry, 10/07, p.23

(Maintenon) "Chartres ou la lumière retrouvée"
Une projection du film de Anne Savali, Chartres ou la lumière retrouvée, a été présentée, vendredi soir, à l’Orangerie du château de Maintenon, grâce au regroupement du CCler et de Chartres Sanctuaire avec le concours gracieux du Conseil départemental d’Eure et Loir. Ce film documentaire a passionné les quelque 120 personnes présentes dont deux des principales restauratrices ont participé au débat qui s’ensuivit, Claire Babet, présidente de l’association des Maîtres Verriers de Chartres et Jane Marshall, une des principales restauratrices des parois et des enduits. Ce débat était animé par Patrice Calvel, architecte honoraire en chef des Monuments historiques, Paul Trouilloud, architecte des Bâtiments de France ayant dirigé la première partie des travaux de restauration de la cathédrale, ainsi que par Laurent Segal producteur du film, société Kanari Film, lauréat de nombreuses distinctions lors de sa présentation dans plusieurs festivals culturels liés au patrimoine. Tous ont répondu avec précision aux  nombreuses questions qu’un public très intéressé leur a posées. (intégral)
L'Echo, 10/07

(Blois) Jeanne d’Arc au château en réalité virtuelle
C’est un succès ! Depuis sa mise en place mardi dernier devant le château de Blois, le Timescope a attiré 1.217 visi teurs, soit une moyenne de 248 par jour. Parmi ceux-ci, Rosana et Morgane, qui ont pu le tester avant d’aller chercher leur diplôme d’aide-soignante lors d’une cérémonie prévue à la Halle aux grains en fin de journée. « C’est une super-idée, confient-elles. Qui permet de découvrir le site tel qu’il était il y a plusieurs siècles. » Jusqu’au 15 juillet, le Timescope est en plus gratuit. Par la suite, il faudra débourser 1 €. Autant donc profiter sans tarder de cette expérience unique qui permet d’être installé aux premières loges pour assister à l’arrivée de Jeanne d’Arc à Blois le 25 avril 1429. « On voit la même chose qu’une personne qui se serait présentée devant le château cette année là » s’enthousiasme David Hameau, directeur de l’office de tourisme de Blois- Chambord. Grâce à la réalité virtuelle, on découvre le monument dans son environnement médiéval avec la possibilité d’opérer un tour complet à 360° et de régler l’appareil à sa taille.
NR Loir et Cher, 10/07, p.8

(Chaussée St Victor) Le château des Basses-Roches va revivre
Lors du dernier conseil municipal de La Chaussée-Saint-Victor, la vente du château des Basses-Roches a été actée par les élus pour la somme de 290.000 euros. Cette jolie propriété implantée en pleine nature sur une terrasse dominant la Loire se situe à la limite du bourg ancien, sur un terrain arboré d’environ 10.000 m² et est traversée par le ruisseau des Mées. Bien que n’étant pas inscrite au patrimoine des Monuments historiques, la bâtisse datant de 1750 ne manque pas de caractère. Sur une surface habitable de 600 m², elle est de type R1, c’est-à-dire présentant un rez-de-chaussée, un étage plus des combles qui peuvent être aménagés. Les acquéreurs, Catherine et Alexandre Gouffault, ont pour projet d’y créer cinq chambres d’hôtes en relation directe avec la Loire à vélo située toute proche à environ 400 m. Pour l’instant, le bâtiment n’abrite que quatre appartements mais l’intérieur devra faire l’objet d’importants travaux de réhabilitation en vue de sa nouvelle activité.
NR Loir et Cher, 09/07, p.2

(Amboise) Au Clos Pacello la colère est toujours là
Pour éviter toutes les nuisances que pourraient provoquer de malotrus promeneurs amboisiens sur le domaine de Château-Gaillard, dont les propriétaires, semble-t-il, ne se sont jamais plaints d’intrusions intempestives sur leur propriété, vous avez décidé, par précaution, de sécuriser  celle-ci en érigeant gracieusement une clôture métallique de 2 mètres de haut. Dans une lettre ouverte adressée au maire d’Amboise, ces habitants du Clos Pacello parlent même de « grillage concentrationnaire » pour les travaux d’aménagement de cette voie piétonne. Il est vrai qu’un grillage pour une coulée douce, ce n’est pas très doux ! Les habitants, dans leur lettre, rappellent qu’à l’acquisition des parcelles du Clos Pacello, ils avaient été informés que le domaine de Château Gaillard est classé et donc inconstructible. « Dès lors, la cession ou la rétrocession, qu’elle soit gracieuse ou onéreuse, du terrain appelé à devenir une coulée douce, nécessite une dérogation ministérielle au classement originel. Cet acte est indispensable
pour rédiger l’acte notarié. »
NR Indre et Loire, 10/07, p.20

(Azay le Rideau) Le parking du château inauguré

Mercredi, le parking paysager du château, d’une capacité de 362 places pour véhicules légers et 6 places d’autocars, à destination principalement des touristes, a été inauguré par Arnaud Henrion, le maire, accompagné de nombreux élus, riverains et commerçants. Dans son allocution, le maire a remercié l’ensemble des partenaires avant de souligner que la première étape du réaménagement urbain du centre-ville s’achevait, enfin, avec la livraison de ce parking. Ce dernier a été aménagé sur l’ancien stade de football. Pour la municipalité, l’objectif était d’ouvrir un nouveau lieu de stationnement et de sécuriser la circulation de la rue de Pineau car la cohabitation des bus, des voitures et des piétons était accidentogène. Depuis la rénovation du Château en 2017, la hausse de la fréquentation a été fulgurante (55.000 visiteurs de plus, passant de 220.070 entrées en 2016 à 275.070 en 2017), faisant pression sur la capacité de stationnement de la ville. Une nouvelle hausse de la fréquentation de 20 % est attendue en 2018.
NR Indre et LoireW, 10/07, p.17

(Ligueil) Vers la restauration du retable majeur de l’église

Située dans le centre de Ligueil, l’église Saint-Martin est un édifice composite, présentant trois styles architecturaux. Vers 1664, le maître maçon Martin Baudequin a bâti le grand retable baroque de l’église de Ligueil. Au 19e siècle, l’abbé Baranger, curé de Ligueil, l’a fait repeindre et remplacé les trois statues originelles, saccagées après la révolution, par trois statues en plâtre. Afin de proposer des traitements de conservation et de restauration pour améliorer la présentation au public dans la perspective de la mise en valeur générale du site, un examen concernant l’état de conservation du retable a été lancé. Le problème majeur est l’état d’empoussièrement, les éléments instables et l’attaque active d’insectes xylophages. L’estimation de la restauration comprend l’installation et désinstallation du chantier, la conservation et restauration du retable, de la table d’autel, de la structure  tabernacle, des sculptures Saint-Pierre, Saint-Paul et Saint-Martin, la restauration de deux anges et autres restaurations, pour un montant total de 69.096 € TTC sans option, ou un montant total de 77.976 € TTC avec options. Le maire Michel Guignaudeau indique que la DRAC serait  susceptible
d’accorder à la commune une subvention à hauteur de 50 %HTdu coût total des travaux.
NR Indre et LoireE, 10/07, p.15

(Quantilly) Lancement des travaux de l’église

Avant les travaux de réfection de l’église il est nécessaire de faire, une analyse du sol. Ensuite l’appel d’offres devrait être lancé en septembre pour un commencement d’exécution des travaux en janvier 2019. Le crépi devrait être posé au printemps, ce qui limiteraitles frais d’échafaudage. L’église pourrait ainsi être ouverte au public au second trimestre 2019. Cette première tranche de travaux comprend la réfection du choeur, la sacristie et la pièce annexe. Les travaux concernant la réfection du clocher seraient proposés par la suite en tranche conditionnelle.
Le Berry, 10/07, p.10

(Epernon) Sauvez la Maison à pans de bois !
Propriété de la commune depuis plus de trente ans, cette demeure, édifiée au XVe siècle, est inscrite dans sa totalité au titre des monuments historiques depuis 2011. Le maire, Françoise Ramond, a expliqué : « Des démarches de réhabilitation et de restauration ont déjà été effectuées. Des réfections ont aussi été réalisées comme la réfection de la tourelle et la toiture. » Il a donc été demandé aux membres du Conseil municipal de bien vouloir se prononcer sur le lancement d’une souscription et sur l’aide que la Fondation du Patrimoine serait susceptible d’apporter à cette fin pour l’organisation de cette campagne. En effet, la Fondation du Patrimoine propose d’organiser, en partenariat avec la collectivité maître d’ouvrage, une campagne de mécénat populaire visant à réunir des fonds pour financer un projet de restauration.
L'Echo, 11/07, p.19

Le château royal d’Amboise se lance dans l’escape game

Quel est ce personnage qui se cache sous un grand manteau, capuche baissée sur un visage dans l’ombre, semblant glisser dans les  couloirs et les escaliers secrets du château comme chez lui ? C’est le maître du jeu, le guide d’une balade dans un monde historique, dans une plongée au coeur d’une énigme et des intrigues des puissants du royaume de France et des cours européennes. Le château royal d’Amboise propose une nouvelle attraction au public, un “ escape game ” ce type de jeu à la mode qui consiste à parvenir à sortir d’une pièce en une heure en résolvant des énigmes et en trouvant des indices. Les responsables du château ont fait appel à la société Escape yourself pour adapter ce type de jeu à l’histoire « C’est un jeu intelligent. Il s’adresse à un nouveau public pour l’amener à avoir un goût pour l’histoire » explique Marc Métais, directeur adjoint du château. Il s’agit d’apprendre en jouant.
NR Loir et Cher, 11/07, p.7

(Orleans) Ces statues sont désormais protégées
Saviez vous que la statue de Jeanne d’Arc située place du Martroi n’est protégée au titre des monuments historiques que depuis le 20 novembre 2017 ? Elle n’est pas la seule dans ce cas : un arrêté publié au journal officiel début mai mentionne quatre autres sculptures  orléanaises concernées par cette inscription, à l’inventaire des monuments historiques : la fontaine monumentale La Source humaine au parc Pasteur, le groupe monumental Le premier toit au parc Pasteur également, le monument de Charles Péguy, sur le rondpoint du faubourg Bourgogne et le monument dédié à Jeanne d’Arc, situé dans le square de la rue des Tourelles. Pourquoi cette protection intervient elle près d’un siècle après l’édification de ces sculptures ? Elle est le fruit d’une procédure longue. La DRAC précise que « ces ensembles ne sont pas considérés comme du mobilier mais comme des monuments à part entière ».
RC Orleans, 12/07, p.8

(Girolles) Bachelier et meilleur apprenti de France
C’est un univers où la zinguerie et la couverture sont élevées au rang d’art. La soudure, au travail d’orfèvre. Là où l’à peu près n’a pas sa place. Où le talent n’est rien sans la volonté. Comme sept autres jeunes Français, Maximilien Dibonnet, 20 ans, vient d’entrer de plainpied dans le gratin des jeunes artisans, après avoir décroché la médaille d’or au concours du meilleur apprenti de France (MAF). Un final de toute beauté pour l’Angevin, sur le point de terminer sa formation de deux ans dans les ateliers du couvreur Jean-Yves Nicolas, à Girolles, aux portes de l’agglo montargoise. Le maître comme l’élève font tous deux partie des Compagnons du devoir. La comparaison s’arrête là pour l’instant, car l’expérimenté JeanYves Nicolas, 57 ans, a gagné le titre de meilleur ouvrier de France (MOF) en 1994. Au jeu des acronymes, le MAF ne fait pas le poids face au MOF ! « On ne peut pas comparer, là c’est deux mois de travail intensif. Le MOF, c’est un an et demi », recadre l’artisan couvreur, qui n’en est pas moins fier de son poulain. Du savoir faire  plein les mains, Maximilien a aussi la tête bien remplie. Voilà deux ans, il s’est engagé sur la voie de l’apprentissage après l’obtention d’un Bac STI2D, option architecture de construction.
RC Loiret, 12/07, p.12

(Jussy Champagne) Découvrir la vie de château
Jusqu’au 20 août, les amateurs de belles demeures pourront aller visiter le château de Jussy-Champagne, propriété de Jean de Ponton d’Amécourt et son épouse Jacqueline. À la sortie du village, niché au creux d’un parc romantique de 60 hectares, se dresse l’édifice en parfait état, propriété familiale depuis le XVIIe siècle. « L’un des miracles de la propriété, c’est qu’elle n’a pas été abîmée, elle est restée dans son jus », et ce, jusque dans la décoration de la demeure. Les cinq pièces ouvertes à la visite ont été meublées et accessoirisées avec du mobilier et des tableaux du XVIIIe siècle, ce qui a valu aux propriétaires de voir leur intérieur inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, après le château et son parc. Les propriétaires songent à proposer également une visite des 60 hectares du parc, sous forme d’un parcours de marche dans l’étendue des jardins. Apaisement garanti.
Le Berry, 12/07, p.6

(Montgivray) Souscription pour protéger les fresques du château
Il est décidé de protéger les fresques murales, peintes par Solange Sand, dans la tour annexe du château. La partie gros oeuvre huisserie vient d’être restaurée. Ces oeuvres, dans un état de grande fragilité, constituent un témoignage historique important pour la commune. Une souscription publique sera lancée, en collaboration avec la Fondation du patrimoine. (intégral)
NR Indre, 12/07

(Talcy) Visites en scène et théâtre au château

Pour le retour des visites en scène, le château de Talcy propose deux dates à ne pas manquer les dimanche 15 juillet et mercredi 15 août, à 15 heures, avec « Terre à vendre toute meublée ». En 1778, Maître Cléret, notaire royal à Beaugency, est chargé par André Burgeat, seigneur  de Talcy et autres lieux, de la vente de son domaine. Il attend les acquéreurs potentiels pour les entraîner dans le château. Cette visite insolite tiendra en haleine le public qui y apprendra toutes sortes de choses passionnantes, et parfaitement historiques, sur la vie au XVIIIe siècle.
La durée de la visite est d’1h20. Par ailleurs, le 17 juillet, le château accueillera le spectacle Casting des illustres fantômes, par la compagnie L’Intruse, à 20 heures.
RC Orleans, 13/07, p.18

(Vendôme) Vuitton va installer un atelier
La mairie avait annoncé en avril dernier qu’un acquéreur potentiel s’intéressait au bâtiment Régence. On connaît désormais son nom. Il s’agit de la fabrique de maroquinerie Louis Vuitton. Cette grande entreprise française va acheter à la Ville son imposante bâtisse classée Monument historique et construite fin du XVIIIe siècle. Montant de la vente : 1,7 million d’euro. Le conseil municipal a, ce jeudi soir, conclu un protocole d’accord en ce sens avec la marque. Le bâtiment  sera restauré par l’entreprise française de luxe, aussi bien en ses intérieurs qu’en ses extérieurs. Les travaux pourraient démarrer au 1er trimestre 2019. Puis à l’horizon 2020, Vuitton y installera un atelier de fabrication de maroquinerie, avec 180 emplois à la clé. En d’autres termes, il s’agit pour Vendôme d’une « opportunité historique », lance le maire Pascal Brindeau. D’abord en ce qui concerne le dynamisme du coeur de ville. « Pour  Vendôme, c’est du développement économique, donc de l’emploi. Et c’est de l’emploi qu’on réintroduit en centre-ville, donc des personnes qui viendront consommer. » Un tel projet revêt également un caractère providentiel en terme de sauvegarde du patrimoine. Car c’est bien l’entreprise Louis-Vuitton qui va conduire les travaux de restauration. Un chantier qui pourrait coûter de 15 à 20 millions d’euros.
NR Indre, 12/07

Vuitton va prendre place à Vendôme
Coup de théâtre savamment orchestré lors du conseil municipal extraordinaire de Vendôme jeudi 12 juillet au soir. Les élus ont voté à l’unanimité un protocole d’accord prévoyant la vente de deux bâtiments (Régence et D) du quartier historique Rochambeau au groupe Louis-Vuitton malletier. À la clef, un atelier de maroquinerie et 200 emplois ! Au total, la maison Vuitton acquiert donc une surface de 2 557 m² occupée actuellement par des associations et services publics dans le bâtiment du XVIIIe siècle dit Régence et 853 m², soit la totalité du bâtiment D (dit du porche). Par ailleurs, dans le cadre d’une deuxième vente, sous condition résolutoire de relocalisation du musée de Vendôme, Louis Vuitton devrait acquérir la partie restante du bâtiment Régence(soit 880 m²) afin de disposer de possibilités d’extension et de développement de son atelier.
Mag'Centre, 13/07

(Chambord) Une cité idéale de la Renaissance
Inhabitable car trop grand à chauffer, insalubre car situé en plein marais, inadapté car loin de toute ville et de tout village… Quand, en septembre 1519, est posée la première pierre du château, François Ier imagine pourtant bâtir ici la plus stupéfiante construction de la Renaissance française. Loin de l’idée reçue du pavillon de chasse, Chambord a donc été conçu comme une cité idéale… qui fêtera, l’an prochain, son 500e anniversaire. Alors que Blois et Amboise, en aval, accueillent régulièrement le roi et sa cour, pourquoi choisir, en effet, cette plaine marécageuse de Sologne, située à plusieurs kilomètres du fleuve royal ? L’actuelle forêt de 5.400 hectares ceinte des 32 kilomètres de muraille n’existe pas. Le Cosson, petite rivière canalisée au XVIIIe siècle, n’alimente que les marais et les moustiques. Aucun bourg alentour ne permet d’abriter les quelque 5.000 à 15.000 personnes qui composent sa cour…
+ Chambre avec vue... sur le château
Centre France, 14/07, p.28

(Chartres) Apprendre le Moyen Age en s’amusant
Ils s’appellent Antoine, Karine, Vincent ou encore Marjorie et semblent désormais venir d’autre époque, celle du Moyen Age, plus précisément. Ces adhérents de l’Association pour la promotion de la formation en histoire vivante (APFHV) ont revêtit leurs plus beaux costumes d’époque pour ouvrir leur village médiéval au public, depuis le 9 juillet. Au pied de la cathédrale de Chartres, au niveau du parvis, se tient, depuis le début du mois, la deuxième édition du camp médiéval, ouvert pendant l’été. Marjorie, 25 ans, bénévole au camp et membre de l’association, explique : « Nous accueillons tout le monde, les petits et les grands. Le but de ces animations et du camp est de divertir Chartrains et touristes. Mais son rôle est aussi de transmettre un savoir sur les conditions de vie et les coutumes d’autrefois. » Au programme, jeux médiévaux pour les enfants à l’aide d’arbalètes et de catapultes pour détruire le château fort. Le long du camp, un parcours du combattant version Moyen Age a aussi été installé.
L'Echo, 14/07, p.3

(Bonneval) Une AVAP pour la commune
Le périmètre des monuments historiques a été étendu. Il comprend désormais le moulin de Couture et une maison classée aux monuments historiques qui se trouve entre la rue Denfert et la place de l’Église. Joël Billard a précisé que la commune adhérera au dispositif AVAP (Aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine), comme l’ont récemment fait Épernon et Illiers Combray. Il permet aux communes de jouer un rôle actif dans la mise en valeur de leur patrimoine. L’objet est de promouvoir, par la mise en place d’une réglementation particulière, la mise en valeur du patrimoine bâti et des espaces dans le respect du développement durable. (intégral)
L'Echo, 14/07

(Augerville) La deuxième cloche fondue
Fondue en 1539, la cloche Marie Coeur (540 kg) va retrouver très prochainement sa petite soeur, Louise, qui avait été enlevée durant… la Révolution française. Un décret du 23 juillet 1793 indiquait qu’il ne fallait laisser qu’une cloche par paroisse. Les autres étaient emmenées dans les fonderies pour qu’elles soient transformées en canons. La raison de ce chantier est double : renouer avec le passé et rééquilibrer le beffroi. Louise, qui aura pour parrain l’évêque d’Orléans, Monseigneur Jacques Blaquart, a vu le jour hier sous le regard intéressé des habitants. L’entreprise Paccard, qui a notamment fondu le bourdon de la cathédrale d’Orléans, a proposé une série d’animations, de la mise en chauffe du four à la coulée, en toute fin de soirée.
RC Loiret, 15/07, p.12

(Sain Brisson sur Loire) Zoom sur une chasse au trésor originale au « Château Hanté »
«Les visites guidées telles que nous les connaissions sont en désuétude », explique Olivier Bedu, agent d’accueil au château de Saint Brisson sur Loire. « Nous avons lancé une animation chasse au trésor “Château hanté” afin de remonter le temps et percer les mystères du château ». Au cours de sa visite, le participant va, pendant deux heures, traverser 800 ans d’histoire au travers de pièces plongées dans la pénombre. « Nous avons mis en scène l’ensemble des grandes familles qui ont vécu au château au travers de sonorisations des énigmes et des épreuves. Les visiteurs doivent trouver le code qui ouvrira la grille où se cache le trésor. Ce dernier ne peut s’ouvrir qu’avec la clé, qui devra être préalablement trouvée à l’aide des indices disséminés dans l’ensemble des pièces », ajoute Olivier Bedu, qui a travaillé pendant six semaines nonstop à la mise en place de l’animation. Les plus téméraires pourront partir à la découverte de s grands jeux médiévaux en extérieur (jeu de la poutre, course de sacs, sioule, tir à la corde) ou dans les douves du château, où règnent des machines de guerre grandeur nature.
RC Loiret, 15/07, p.14

(Déols) La menuiserie Marteau dévoile ses secrets
Comme tous les ans, l’Agence de Développement Touristique de l ’Indre (ADTI), en partenariat avec la Chambre de Commerce et la Chambre des Métiers, organise dans le cadre de l’opération Secret de fabrique des portes ouvertes dans des entreprises du département. Mercredi après-midi, c’est l’entreprise Marteau à Grangeroux qui a proposé aux visiteurs une visite d’une heure. M. Marteau a d’abord présenté son entreprise à l’aide d’un diaporama en rappelant que l’entreprise a été créée en 1982, « c’est la seule entreprise de menuiserie de l’Indre à posséder la mention Qualibat pour la restauration du patrimoine et du bâti ancien ; l’entreprise a également obtenu le label de qualité menuiserie 21 et RGE (reconnu garant de l’environnement) ». Avec le diaporama, M. Marteau a décliné les différents services proposés par son entreprise : fabrication de pose de menuiserie extérieure et intérieure en bois, de portes et fenêtres isolantes répondant à l’obtention du crédit d’impôt ; au niveau restauration, l’entreprise peut faire une copie d’une porte par exemple, en gardant son aspect extérieur pour obtenir une porte neuve avec isolation. C’est aussi de la pose de parquets bruts puis cirés ou vitrifiés de la rénovation de parquets existants par un employé de la menuiserie possédant un diplôme de parquettiste, de la restauration du patrimoine ancien (château ou église) grâce à la fabrication sur mesure proposée par l’entreprise.
NR Indre, 15/07, p.6

(Veuzain-sur-Loire) Le caquetoire retrouve ses toiles peintes
Les toiles peintes du caquetoire ont été restituées à l’église de Veuves après restauration par Bernada Ropion. Cette artiste d’origine polonaise a étudié à l’académie des Beaux-arts de Wroclaw, dans les années 80, elle vient ensuite à Paris et travaillera dans de nombreux ateliers dont celui de Jean-Michel Terrier, reconnu par le musée Guimet en tant que restaurateur. En 1990, elle installe son propre atelier à Chouzy-sur-Cisse et fait partie du DCRP (Département conservatoire restauration du patrimoine). Samledi dernier ; Nicole Le Bellu, maire de Veuves, a présenté son église et son village devant Catherine Lhéritier conseillère départementale, Christophe Degruelle, président d’Agglopolys, les maires des communes voisines, le père Petit et de nombreux fidèles.
NR Loir et Cher, 15/07, p.7

Les meubles redonnent vie à Candé
Le style est raffiné, les motifs colorés et l’en- semble travaillé. En traversant les pièces du château de Candé, c’est la richesse du mobilier qui frappe les visiteurs. Porcelaine de Saxe, tabatières en or et diamants, candélabres du XVIIIe siècle… Chaque pièce regorge de surprises visuelles et textuelles. Les meubles des Windsor, couple princier marié au château de Candé le 3 juin 1937, étaient à l’unisson des aménagements des beaux appartements new-yorkais d’après 1945. « Le style Windsor appartient à tout un mouvement de décoration intérieure concrétisé par les réalisations de la maison Jansen » explique Jean-Jacques Gautier, inspecteur du Mobilier national et commissaire d’exposition.
NR Indre et Loire, 15/07, p.7

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 16 Juil - 12:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 9:25

Le Louvre est redevenu le musée le plus fréquenté au monde en 2017

Selon le dernier rapport de la Themed Entertainement association (TEA), le Louvre a retrouvé sa place de musée le plus fréquenté au monde en 2017. Place que le musée parisien avait perdu en 2016.
Lire la suite : https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/le-louvre-est-redevenu-le-musee-le-plus-frequente-au-monde-en-2017-22a74e299202bb2d32fbc7fe1b7aa464

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 9:29

Une proposition de loi pour aider et labelliser les musées privés

Le député LR Jean-Charles Taugourdeau propose de créer l'appellation "musée privé de France" qui donnerait droit aux mêmes avantages "économiques, juridiques, sociaux et fiscaux" que les musées publics relevant de l'appellation "musée de France".

Déposée par Jean-Charles Taugourdeau, député de Maine-et-Loire, et une trentaine de ses collègues du groupe Les Républicains, une proposition de loi appelle l'attention sur la situation des musées privés. "Visant à préserver l'avenir" de ces établissements, elle propose de créer une appellation "musée privé de France", calquée sur le modèle des "musées de France", qui peut être attribuée aux structures publiques. L'extension de ce label - qui bénéficie aujourd'hui à 1.218 établissements publics - n'aurait pas seulement un intérêt en termes de visibilité et de reconnaissance. La proposition de loi prévoit en effet que les musées privés ainsi labellisés bénéficieraient "des mêmes avantages économiques, juridiques, sociaux et fiscaux que ceux relevant de l'appellation musée de France".
Lire la suite : https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250281400446
Voir la proposition : http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion1072.asp

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 9:43

Musée de Saint-Brieuc. Il dévoile ses secrets cet été

Cet été, une partie de la collection du musée d’art et d’histoire de Saint-Brieuc, infestée par les insectes nuisibles, doit être traitée. Elisabeth Renault, la directrice, en a profité pour mettre en place, autour de la bulle de traitement, une exposition dévoilant les coulisses du musée. Elle a ouvert ce mardi 10 juillet.
Lire la suite : https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-brieuc/musee-de-saint-brieuc-il-devoile-ses-secrets-cet-ete-06-07-2018-12023771.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 9:48

Nantes 2 millions d'euros de plus pour le musée Dobrée

Le dossier financier du musée n'en finit pas. Le Département vient de décider une rallonge de 2 millions d'euros.
Lire la suite : http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-2-millions-deuros-de-plus-pour-le-musee-dobree-10-07-2018-276604

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 9:50

Une appli pour visiter le musée d'art moderne autrement

« L’idée n’était pas d’avoir une appli proche de l’audioguide mais d’être créatif. Avec cette appli, on ne fait qu’avancer. On a installé le wi-fi pour le public à l’automne dernier. Nous avons une billetterie en ligne qui nous apporte un nouveau public et un nouveau site est en préparation », détaille Aurélie Voltz, directrice générale du musée d’Art moderne.
Lire la suite : https://www.leprogres.fr/loire-42-edition-saint-etienne-metropole/2018/07/10/une-appli-pour-visiter-le-mam-autrement

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 9:52

Réouverture du musée de Lodève

Des faunes insolents vous accueillent pour la réouverture du musée de Lodève
Bonne nouvelle ! Entre Larzac et Montpellier, le musée de Lodève, tout juste rénové au cœur de la vieille ville, a plus d’un tour dans son sac. A savoir : des hommes du néolithique, de fabuleux fossiles, Paul Dardé, sculpteur caractériel, et toute une tripotée de faunes effrontés.
Lire la suite : https://www.telerama.fr/scenes/des-faunes-insolents-vous-accueillent-pour-la-reouverture-du-musee-de-lodeve,n5715205.php

Lodève : la ministre de la Culture vient officialiser la réouverture du musée
Françoise Nyssen est venue samedi 7 juillet dans l'Hérault, pour inaugurer le nouveau "Musée de Lodève - Hôtel du cardinal de Fleury".
Lire la suite : https://www.midilibre.fr/2018/07/07/en-images-la-ministre-de-la-culture-en-visite-a-lodeve-pour-la-reouverture-du-musee,4648572.php

Au pied du Larzac, la renaissance d'un musée conçu comme outil de développement
Lodève (France), 6 juil 2018 - Après avoir subi pendant quatre ans une profonde métamorphose pour mettre en valeur ses riches collections et ses expositions d'envergure nationale, le musée de Lodève (Hérault) rouvre, avec l'objectif de favoriser le développement de la sous-préfecture de 7.500 habitants située au pied du Larzac.
Lire la suite : https://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/au-pied-du-larzac-la-renaissance-d-un-musee-concu-comme-outil-de-developpement_2023361.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeMer 11 Juil - 9:57

Le musée Sainte-Croix s’offre un nouvel espace

Le musée Sainte-Croix rend hommage aux premiers temps chrétiens. Une salle entière leur est désormais dédiée.
Lire la suite : https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/le-musee-sainte-croix-s-offre-un-nouvel-espace

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeLun 16 Juil - 10:31

Les musées, nouveaux temples modernes

Les musées ne sont plus forcément des édifices austères, gris et poussiéreux. En quelques décennies, ils sont devenus des centres d'attraction, parfois des attractions tout court, les emblèmes flamboyants des villes qui les abritent. Créés par les plus grands architectes, ces nouveaux temples modernes revitalisent les centres urbains et attirent des millions de visiteurs. La série "Amusée-moi" de l'émission Tout un monde décrypte la mue de ces institutions.
Lire la suite : https://www.rts.ch/info/monde/9696206-les-musees-nouveaux-temples-modernes.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitimeLun 16 Juil - 10:33

Musées et sites culturels investissent le champ du documentaire

Pour séduire leurs visiteurs, musées et autres lieux culturels investissent massivement dans la réalité virtuelle, devenant eux-mêmes des producteurs de films "immersifs", qu'ils sont venus présenter au festival Sunny Side of the Doc à La Rochelle.
Lire la suite : http://www.lepoint.fr/culture/musees-et-sites-culturels-investissent-le-champ-du-documentaire-28-06-2018-2231352_3.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Empty
MessageSujet: Re: Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)   Revue de presse (9 - 15 juillet 2018) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (9 - 15 juillet 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: