Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil  Revue de presse (11 - 17 février 2019) Empty  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Revue de presse (11 - 17 février 2019)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (11 - 17 février 2019) Empty
MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 février 2019)   Revue de presse (11 - 17 février 2019) Icon_minitimeMar 19 Fév - 21:06

Musées en Centre-Val de Loire

Source : Panorama presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Orleans) Les travaux du Mobe débutent
Le travail autour de la rénovation du muséum d’Orléans s’est plutôt déroulé en coulisses depuis la fermeture de l’établissement au public, en août 2015. La phase visible du chantier va désormais commencer. Après une première étape qui a consisté à curer les plateaux pour ôter tous les éléments scéniques, les cloisons afin de ne laisser que de grands espaces vides, le gros oeuvre du chantier de rénovation commence ce lundi. Le chantier durera « environ onze mois », selon la mairie d’Orléans. Il aura des conséquences sur la circulation dans le secteur. Pour rappel, le muséum sera entièrement rénové dans son architecture et dans son propos, pour devenir le Muséum d’Orléans pour la biodiversité et l’environnement (Mobe).
RC Orleans, 11/02, p.7

(Châtillon Coligny) Quoi de neuf au musée de l’auto ?
La deuxième assemblée générale d’Auto Sport muséum s’est tenue au foyer club de Châtillon Coligny sous la présidence de Didier Soucheyre, fondateur du musée. Auto Sport Muséum est un musée privé ouvert au public sous l’égide d’une association. Les adhérents exposent leur véhicule de collection, surtout des sportives entre 1970 et 2000 pour un mois ou plus. Cela permet donc régulièrement de présenter de nouveaux modèles. Lors de cette assemblée, une quarantaine d’adhérents étaient présents, sur les 122 actifs actuellement, et autant de personnes étaient représentées par un pouvoir. Didier Soucheyre a dressé le bilan moral et financier de ce lieu qui a généré l’an passé plus de 2.100 visiteurs.
RC Loiret, 13/02, p.12

(Chateaudun) C’est la fête à la grenouille au musée
Saviez vous que le terme batracien (du grec batracos qui signifie grenouille) est aujourd’hui banni du vocabulaire scientifique et tant à disparaître dans le langage usuel ? C’est ce que nous apprend la nouvelle exposition temporaire du musée des beaux arts et d’histoire naturelle, à Châteaudun, qui nous emmène “A la découverte des amphibiens”. « Le terme amphibien se compose des mots grecs amphis (de deux côtés) et bios (vie). Cela fait référence aux deux milieux dans lesquels évoluent les amphibiens. Ils peuvent aussi bien vivre dans l’eau que sur terre », précise Mireille Bienvenu, la responsable du musée, qui présente des moulages à taille réelle, des spécimens naturalisés et des panneaux réalisés par l’Association pour la protection  des animaux sauvages. Exposition jusqu’au 2 juin
L'Echo, 13/02, p.18

(Orleans) Sondage
Le muséum d’Orléans vient de lancer un sondage sur sa page Facebook, pour permettre aux habitants d’exprimer ce qu’ils souhaitent voir dans le futur muséum. Le questionnaire ne prend que cinq minutes. (intégral)
RC Orleans, 14/02

(Meung sur Loire) Musée
Le plan de récolement du musée consiste à vérifier, sur pièce et sur place, la présence d’un objet dans les collections, sa localisation, son état, son marquage, sa conformité à l’inventaire… Il permet au musée de garder l’agrément des musées de France. Le conseil a d’ailleurs remercié Charlène Gilbert, responsable du musée, pour le travail qu’elle effectue. (intégral)
RC Orleans, 14/02

Un week-end entre femmes à Nohant
Elles sont musiciennes, écrivaines, compositrices, poétesses… Femmes de talent, souvent femmes de l’ombre, elles entreront dans la lumière les 9 et 10 mars prochains, chez George Sand, à Nohant Vic (Indre). Grâce à un collectif de femmes d’action Pour organiser ce weekend de rencontres et d’échanges, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Jean-Paul Farges, président de l’association Nohant Vie, s’est appuyé sur le soutien et l’engagement d’un collectif de « femmes d’action » (élues, entrepreneures…). Il a aussi su convaincre de nombreuses femmes artistes à  participer à cette première, qu’il espère bien pérenniser. Le programme, très riche, comportera plusieurs temps forts.
Le Berry, 14/02, p.5

(Chateaudun) Jeanne d’Arc n’est plus dehors
«Elle est au chaud maintenant » , sourit Mireille Bienvenu, responsable du musée des beaux arts et d’histoire naturelle de Châteaudun. La statue « Jeanne d’Arc écoutant ses voix » de Georges Clère, présentée, pour la première fois, à Paris lors de l’Exposition des beaux arts Salon de 1869, était exposée jusqu’à présent dans la cour du musée. Mais le temps a laissé des traces. Une attaque de microorganismes a modifié son aspect esthétique et pouvait nuire à sa conservation. « La Commission scientifique régionale des collections des musées de France a donné un avis favorable pour sa restauration qui a coûté près de 1.430 € et a été subventionnée par le Fonds régional d’aide à la restauration, explique Mireille Bienvenu. En contrepartie, elle nous a demandé de déplacer la statue à l’intérieur du musée car a priori, ce n’est pas une statue de jardin mais une statue de salon. »
L'Echo, 13/02, p.18

Toiles de maîtres et tour de palettes aux Beaux-Arts d’Orléans
La figure féminine est assise dans un large manteau au drapé généreux, motif apprécié par Santerre. Elle tient une palette, des pinceaux ainsi qu’un bâton d’appui, attributs de la peinture. Certains ont proposé de voir dans le personnage, le portrait de Marguerite Blanchot, élève et maîtresse du peintre, sans preuve. Plusieurs versions de ce tableau, don de la vicomtesse de Bizemont en 1825, sont connues, dont celle conservée au Kunstmuseum de Bâle. Telle est cette “Allégorie de la peinture” peinte par Jean-Baptiste Santerre(1651-1717), l’une des toiles du Musée des Beaux-Arts d’Orléans où certains artistes sont représentés la palette et les pinceaux à portée de main. A noter que cette huile sur toile jouxte l’œuvre d’un artiste anonyme, à savoir celle d’un portrait d’apparat (vers 1710-1720) d’un sculpteur cette fois glorifié, portant lui aussi les attributs de son art, massette (outil de percussion) et gradine (ciseau). Au musée, s’offrent ainsi au regard des toiles où les artistes reviennent à l’essentiel de leur passion et de leur art, c’est à dire à leur outil pareil à l’instrument de musique pour le musicien. Lors de cette déambulation dans les étages du musée orléanais, à l’exception de celui du XIXe en cours de rénovation, voici quelques toiles où les peintres se représentent ou admirent leurs confrères, avec leur palette bien en évidence , source de couleurs et de mélanges contribuant à l’harmonie des toiles qui’ils font venir aux jours et à nos regards.
Mag'Centre, 14/02

(Argenton) Nouvelle saison au musée de la Chemiserie
Après un mois et demi de fermeture, le musée de la Chemiserie rouvre ses portes, aujourd’hui. Cette période de fermeture a permis de préparer la nouvelle saison culturelle et de renouveler les collections présentées dans les salles permanentes du musée, afin de faire découvrir aux visiteurs de nouvelles collections, textiles et matérielles. L’année 2019 sera riche en expositions et en animations. Trois expositions seront présentées et le musée participera aux opérations nationales comme la Nuit des musées et les Journées européennes du patrimoine. Dans sa nouvelle saison, le musée n’oublie pas les enfants. Il leur proposera de nouveau, cette année, des animations : anniversaire au musée, ateliers du mercredi, ateliers des vacances… Le premier atelier des vacances sera organisé, mardi 19 et mercredi 20 février, sur le thème Histoire de rangement. (intégral)
NR IndreE, 15/02

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 19 Fév - 22:01, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (11 - 17 février 2019) Empty
MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 février 2019)   Revue de presse (11 - 17 février 2019) Icon_minitimeMar 19 Fév - 21:07

Archéologie en Centre-Val de Loire

Source : Panorama presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Chartres) Des vacances préhistoriques…
Réaliser des dessins sur une paroi de grotte, c’est ce qui attend les douze enfants inscrits à l’atelier que propose la direction archéologique, lundi prochain, aux Abbayes Saint Brice. Les mains recouvertes d’ocre, Fanny Pennarun, médiatrice, explique : « Le Conseil départemental de Dordogne nous a récemment donné une paroi de grotte… Donc nous l’avons mise dans une salle et les enfants pourront dessiner des animaux, comme les hommes préhistoriques ! » Et comme les hommes préhistoriques, les enfants dessineront avec des matériaux de l’époque : le charbon pour la couleur noire, l’ocre pour le jaune par exemple… « Dans un second temps, ils confectionneront une parure », détaille Fanny avant de poursuivre : « Cet atelier a beaucoup plu et il n’y a malheureusement déjà plus de place. » Que les enfants se rassurent, la direction de l’archéologie organise d’autres ateliers la semaine prochaine, « et il reste des places ! ».
L'Echo, 12/02, p.6

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 19 Fév - 21:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 10216
Date d'inscription : 12/09/2008

Revue de presse (11 - 17 février 2019) Empty
MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 février 2019)   Revue de presse (11 - 17 février 2019) Icon_minitimeMar 19 Fév - 21:08

Patrimoine en Centre-Val de Loire

Source : Panorama presse de la DRAC Centre-Val de Loire

(Meung sur Loire) Chassez le trésor au château !
Le château de Meung sur Loire propose une nouvelle animation à l’intention des enfants de 5 à 12 an s, du samedi 16 février au dimanche 3 mars : la quête d’un trésor jalousement gardé par le dragon de Saint Liphard. La bête sommeille quelque part dans les entrailles de l’édifice. Vaillants et intrépides, les enfants vont devoir partir à l’aventure. Dans la salle médiévale, spécialement ouverte à cette occasion, il faudra s’équiper (le château fournit les costumes pour les enfants). Pour affronter un dragon, il faut évidemment des armes. Un passage dans la salle des gardes permettra d’examiner de plus près épées, arbalètes et armes d’hast. Dame Marie mènera les enfants vers le cabinet de l’alchimiste.
RC Orleans, 11/02, p.14

(Yèvre le Chatel) La forteresse entre ombre et lumière

Il y avait deux sentiments entremêlés à l’assemblée générale des compagnons de la Châtellenie, samedi. Entre satisfaction du devoir accompli et des (très) bons chiffres de l’année 2018, d’un côté ; et points d’interrogation de l’autre, pour l’association qui travaille à l’animation, l’entretien et la promotion de la forteresse de Yèvre le Châtel. La satisfaction, d’abord. Alain Di Stefano, président des compagnons et maire du village, a rappelé la participation de Yèvre le Châtel à l’émission « Le plus beau village de France ». « C’était une très belle reconnaissance et une forme de consécration », a estimé Alain Di Stefano. Les chiffres ne s’y  trompent d’ailleurs pas : une hausse de 35 % de la fréquentation a été enregistrée après la diffusion de l’émission sur France 2, le 19 juin 2018. Et pour couronner ce tableau le château a passé la barre des 7.000 entrées payantes. « On peut estimer qu’entre les entrées au château, les différentes animations et les événements, et tous ceux qui viennent simplement se promener, Yèvre le Châtel a attiré autour de 100.000 personnes au total », s’est avancé Alain Di Stefano.
RC Loiret, 11/02, p.7

(Saint Marcel) Clocher de l’église
Il convient d’effectuer, cette année, un diagnostic, permettant de lancer un projet de rénovation estimé à 550.000 €. Le financement peut bénéficier d’une souscription auprès du public gérée par la Fondation du patrimoine.
NR Indre, 11/02

(Tour en Sologne) Le colombier de Villesavin heureux gagnant du Loto
Même la Joconde subit les outrages du temps. Et on ne traverse pas 500 ans d’histoire sans dégradations. Le colombier du château de Villesavin à Tour-en-Sologne en est un exemple. Érigé au XVIe siècle, signe de puissance et autrefois réservé aux seigneurs et aux nobles, il fait partie des rares du genre en France à avoir résisté au courroux des révolutionnaires après l’abolition des privilèges, le 4 août 1789. Depuis deux semaines, sa toiture, sa corniche et ses lucarnes sont aux mains d’artisans pour retrouver leur lustre d’antan durant la fermeture annuelle du 15 novembre au 1er mars. « L’idée de sa rénovation trotte dans nos têtes depuis 2017 car il fait partie des nombreuses urgences que  compte le domaine, affirme Véronique de Sparre, propriétaire des lieux. Il est difficile de faire un choix car financièrement, on ne peut pas tout assumer en une seule fois. » Le coût des travaux de restauration de la bâtisse étant estimé à environ 150.000 €, les châtelains ont pu compter sur de nombreuses sources de financement, comme la direction régionale des affaires culturelles (à hauteur de 40 %), le Département (8.000 €), l’Association des amis de Villesavin, les recettes des visites du château et de la location des lieux pour divers événements. Mais, en septembre, avec le lancement du Loto du patrimoine, un soutien inattendu et de poids est venu apporter sa pierre à l’édifice.
+ ••• La voix de Stéphane Bern pour animer l’édifice ?
+ ••• Deux autres bâtiments récompensés
+ ••• A Choue, ils applaudissent et s’interrogent
NR Loir et Cher, 11/02, p.3

(Blois) Les 500 ans de la Renaissance animeront le château royal

Le château royal de Blois présente une programmation culturelle riche et variée. « Cela faisait longtemps que nous voulions célébrer les 500 ans de la naissance de Catherine de Médicis », se félicite la conservatrice en chef du château de Blois, Élisabeth Latrémolière. L’anniversaire des 500 ans de la Renaissance (fin XVe-début XVIIe) lui en donne l’occasion, d’autant plus que « le château n’a pas de lien direct avec Léonard de Vinci ». Et le lien avec le nom de l’exposition est tout trouvé : « Catherine Médicis et son époux Henri II ont eu dix enfants, sept sont arrivés à l’âge adulte, trois ont accédé au trône. » Et, relate Élisabeth Latrémolière, « les enfants des successeurs d’Henri II, François Ier et Louis XII, ont été largement élevés à Blois, à une époque où la cour était itinérante ». L’exposition plongera les visiteurs dans la vie, le quotidien et les us et coutumes des jeunes princes et princesses qui ont grandi pendant la Renaissance. Scindée en trois temps forts – « Naissance et petite enfance », « L’univers enfantin », et « Grandir à la cour » – elle va réunir plus de 150 oeuvres prestigieuses dont certaines proviennent du musée du Louvre, du château de Versailles, du musée de l’Armée ou encore de la Bibliothèque nationale de France (BNF). La troisième partie de l’exposition sera consacrée au quotidien des dauphins et futurs princes.
+ ••• Aussi un colloque international et un bal
NR Loir et Cher, 11/02, p.8

(Herbault) Réfection de la porte de l’église
La commission bâtiment préconise un traitement en peinture compte tenu de l’état général extérieur de la porte de l’église très exposée au soleil et aux intempéries. Le devis de l’entreprise AS Peinture (échafaudage, décapage des boiseries et ferrures, ponçage, impression, antirouille, application de deux couches de peinture) est validé pour un montant de 1.700 € TTC. (intégral)
NR Loir et Cher, 11/02

A la rencontre des saints de Loir-et-Cher
Nous y sommes tellement habitués que nous n’y prêtons plus attention. Saint-Sulpice, Saint-Bohaire, Saint-Ouen, Saint-Romain, Saint-Viâtre, La Chaussée-Saint-Victor… Que de villes qui portent le nom d’un saint. Pareil pour les quartiers, de Saint-Vincent à  Blois à Saint-Roch à Romorantin. Ne pensons même pas aux noms de rues… Sans entrer dans certains débats contemporains, difficile de ne pas penser aux « origines chrétiennes de la France ». Cet aspect n’échappe pas à Martine Tisser de Mallerais, conservateur en chef honoraire du patrimoine, bien connue pour avoir aussi dirigé les châteaux de Blois, Fougères, Talcy et Chaumont-sur-Loire… Elle publie un ouvrage de référence sur les saints représentés dans les églises du Loir-et-Cher. Avec des noms fort pittoresques (pour nous aujourd’hui), ils furent ermites, objets d’un culte particulier, images inspirantes de la dévotion populaire. Ils sont très présents dans d’innombrables représentations artistiques que
nous n’imaginerions pas, que le livre révèle et met en valeur.
NR Loir et Cher, 12/02, p.8

(Truyes) Dossier de la chapelle Saint-Blaise
En fin de conseil, le maire a exposé un projet de réhabilitation et de mise en valeur de la chapelle Saint-Blaise, afin de transformer ce lieu culturel occasionnel en un cadre régulier d’événements (conférences, concerts, expositions…). « Les 6 commerces du secteur sont en fin de réalisation. Nous pouvons imaginer un projet culturel juste à côté », a dit le maire. Il a précisé : «De toute façon, il faut réhabiliter les murs, qui s’abîment. C’est un édifice inscrit aux monuments historiques. » Le projet envisagé, destiné à accueillir 120 personnes, nécessiterait un investissement d’environ 400.000 € HT, subventionnable à 50 %. Il sera discuté. Or, dès sa présentation, il a suscité des réticences ! Pas de vote sur cette information. A suivre. (intégral)
NR Indre et Loire, 12/02

(Nibelle) Le chantier avance au domaine de Flotin
Sauf nouvel imprévu, le domaine de Flotin à Nibelle devrait pouvoir accueillir à l’été 2019 les enfants du Beaunois et du Puiseautin inscrits en accueil de loisirs. Soit avec un an de retard par rapport au calendrier initial. Ce chantier important, porté par la communauté de communes Pithiverais Gâtinais (CCPG), d’un montant de 2,3 millions d’euros hors taxes, a subi de gros retards en raison du dépôt de bilan de deux entreprises qui intervenaient sur le site. Et pas des moindres puisqu’elles avaient obtenu les lots gros oeuvre/maçonnerie et charpente. Il a donc fallu relancer les appels d’offres et attribuer de nouveau les marchés. « Aujourd’hui, le chantier semble tenir la route », avance Hervé Gaurat, le vice président en charge des travaux qui se montre prudent. Le bâtiment qui abritera l’ALSH (accueil de loisirs sans hébergement) est clos et couvert. À l’extérieur, au retour des beaux jours, un aménagement du chemin situé au milieu de la forêt et qui mène au domaine de Flotin sera effectué. Ainsi que la matérialisation du parking. La place du manoir sera aussi réhabilitée. Le tout pour accueillir au mieux les parents et les navettes qui amèneront les enfants jusqu’ici.
RC Loiret, 13/02, p.9

(Bourges) Une maison des vins dans les cartons
Et si l’avenir de Bourges débouchait sur une maison des vins, un espace qui accueillerait les touristes et assurerait la promotion des appellations du Berry à travers des animations et des dégustations ? La municipalité a dans ses cartons cette vitrine dédiée aux sancerres, menetou-salon, quincys, reuillys et châteaumeillants. Retenue comme 221 autres villes pour bénéficier du dispositif Action Coeur de ville, la ville compte sur le coup de pouce financier du plan national de redynamisation des centres villes pour mener à bien ce dossier oenotouristique. S’il ne figure pas dans la liste des actions prioritaires que la ville souhaite mettre en place dès cette année, ce projet fait partie des pistes à exploiter avant 2025. Au même titre que les problématiques commerciale, de mobilité, de logement ou de services. Adjoint au patrimoine et au tourisme, Pierre-Antoine Guinot est convaincu « des répercussions positives » qu’aurait une maison des vins, « un outil qui manque cruellement ». « Cela fait un petit moment que je travaille sur cette idée. Bourges se situe au coeur d’une région viticole importante, une activité qui fait partie intégrante de l’histoire de la ville, puisque de nombreuses vignes étaient plantées en ville jusqu’au début du XXe siècle, et on n’exploite rien de tout cela, analyse l’élu. La très grande majorité des touristes qui passent par Bourges viennent pour la cathédrale, le palais Jacques Coeur. Il faudrait un lieu qui leur raconterait que Sancerre, Quincy et Reuilly se trouvent à seulement 45 minutes et que Menetou Salon est plus proche encore. Et essayer de capitaliser sur le fait que le Berry est le berceau du sauvignon, l’un des cépages les plus cultivés au monde. »
Le Berry, 13/02, p.7

(Trizay-Coutretôt-Saint-Serge) Les habitants invités à participer à l’inventaire du patrimoine bâti
L’étude du patrimoine bâti menée par le Parc naturel régional du Perche se poursuit cette année du côté eurélien. Après Saint Jean Pierre Fixte, c’est à Trizay-Coutretôt-Saint-Serge que Florent Maillard, chargé de cette mission au Parc, entame cette semaine son enquête pour identifier, localiser et documenter les éléments de ce patrimoine. Une enquête qui devrait du rer jusqu’au printemps. Conduite avec le soutien scientifique et financier des Conseils régionaux de  Normandie et du Centre Val de Loire, l’inventaire du patrimoine bâti répond à une demande de connaissances exprimée par les collectivités. En augmentant la connaissance collective du patrimoine authentique du Perche, on se donne les moyens de mieux le préserver, en intégrant par exemple les résultats de l’inventaire dans les documents d’urbanisme. Une synthèse de l’étude est remise à la commune. Une présentation en salle est également proposée. Les habitants de Trizay sont donc invités à signaler à Florent Maillard tout élément intéressant du bâti : le recueil des données se fait dans le strict respect de la propriété privée et sans implication pour les personnes concernées. (intégral)
L'Echo, 13/02

(Chambon) L’église restaurée a été inaugurée
Les travaux de restauration de l’église ainsi que ceux d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite sont terminés à Chambon. Le maire, Dominique Maurice, a désiré marquer par une inauguration solennelle cette double action de sauvegarde du patrimoine et d’adaptation aux normes modernes. C’est ainsi que samedi, les habitants et de nombreuses personnalités territoriales, dont les élus, se sont réunis à Chambon. L’église s’est remplie de fidèles venant assister à la messe célébrée par le père Chambragne et le père Raimbault, vicaire général de Tours. Après la célébration, le maire a fait faire aux personnalités présentes le tour du bâtiment afin de leur faire admirer la qualité de la restauration de l’édifice, classé monument historique, en particulier la taille des pierres de l’entreprise Mestivier et la beauté des vitraux de M. Audoux. Pour la dernière tranche de travaux, d’un montant de 86.882 €, la participation de la commune a été de 42.118 €. Pour l’accessibilité, sur 50.616 €, Chambon a investi 39.721 €. Après avoir cité tous les artisans et loué les conseils de l’architecte des Bâtiments de France (ABF), le maire a donné la parole aux personnalités présentes.
NR Indre et LoireW, 13/02

(Pithiviers) Chauffage moderne à l’église

Fini l’ancienne chaudière au fuel, obsolète et très énergivore, et dont le courant d’air chaud ne profitait guère qu’au premier rang et aux pigeons de la nef. Les quatorze panneaux rayonnants, de 6 à 3 kw, sont installés selon les recommandations des paroissiens, par l’entreprise CGV Ciel, et vont pouvoir réchauffer plus rapidement les zones ciblées. Ils sont, en outre, amovibles et pourront être retirés en dehors des périodes de froid, les câbles étant hors de vue. Autre avantage, tout aussi primordial, cela permettra d’éviter la détérioration du grand orgue. Damien Colcomb, titulaire, et l’association qui veille sur l’instrument avaient, en effet, constaté que le dessèchement pouvait détériorer les pièces de bois, de cuir, les soufflets… Toute une machinerie complexe et précise qu’il faut accorder régulièrement. L’installation devrait être opérationnelle en fin de semaine. (intégral)
RC Loiret, 14/02

(Montargis) La Renaissance, comme si vous y étiez
Visiter le château de Montargis, tel qu’il était au XVIe siècle, à l’époque de la cour flamboyante de Renée de France : c’est ce qui sera proposé au grand public, dès l’automne prochain. Immersion en réalité virtuelle dans les jardins inspirés de l’île de Cythère, dépeinte dans Le Songe de Poliphile, roman italien de 1467, exploration sur un écran holographique, exposition itinérante en réalité augmentée : les derniers outils technologiques seront mis au service de l’histoire. Le projet, baptisé « Montargis 3 D Le songe de Renée de France », est mené par le programme ARD Intelligence des patrimoines, porté par le Centre d’études  supérieures de la Renaissance de Tours et soutenu par la région Centre Val de Loire, qui célèbre cette année le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci. Comme son nom le laisse entendre, « Montargis 3D » a pour objectif de créer une maquette en trois dimensions du château, qui était l’un des plus importants du Val de Loire à son époque. Montargis était en effet une résidence royale. Les jardins de l’édifice sont quant à eux l’un des objets de la thèse de doctorat entreprise par Cyril Cvetkovic, étudiant natif de Montargis. Un projet collectif et ambitieux, donc, dont le coût est estimé aujourd’hui à quelque 130.000 €.
RC Loiret, 14/02, p.9

(Cuffy) Informer et conserver le passé
Jean-Pierre Lesueur, président de l’Association de sauvegarde du patrimoine historique de Cuffy et de son église, a débuté l’assemblée générale samedi, en évoquant l’importance de la communication. D’où, la création du site internet : patrimoine de cuffy.fr et l’achat de six gr illes de deux mètres par un mètre afin de permettre d’exposer les réalisations de restauration. « Je suis en train de réaliser des panneaux de présentation de notre exvoto en cours de restauration et sur notre église, son historique et l’histoire de la cloche Marie-Anne, sur nos deux statues de saint Nicolas et saint Maurice », a expliqué le président. Concernant l’exvoto des mariniers de la Loire, le président a expliqué que cette maquette de bateau du 17e siècle est parti en restauration le mardi 3 avril. 14.634 euros HT pour restaurer l’ex-voto Après un dépoussiérage minutieux et un traitement des parties métalliques, un devis pour sa restauration complète a été établi s’élevant à 14.634 euros HT.  Pour la chaire, construite en 1828, possédant des ancres de marine sous le dais, une demande de classement a été déposée auprès de la Direction régionale des affaires culturelles au titre des objets de l’art sacré concernant la marine de Loire. Les statues de saint Nicolas et de saint Maurice, quant à elles, sont désormais classées à l’inventaire des Monuments historiques au titre d’objets d’arts sacrés. Quant à la cloche Marie-Anne, une expertise sera réalisée.
Le Berry, 14/02, p.18

(Chartres) La cathédrale à portée d’enfants
Comment vivaient les enfants au Moyen Âge ? Que faisaient ils ? Est ce qu’ils allaient à l’école ? Les nombreux vitraux de la cathédrale Notre Dame permettent aux plus jeunes trouver les réponses à ces questions et d’en découvrir même bien plus sur cette période. Véronique des Boscs, guide et passionnée d’histoire, raconte et illustre avec pédagogie face à un public composé essentiellement d’enfants. « Les vitraux sont comme des bandes dessinées. Ils racontent des histoires », glisse la guide aux enfants. Ce mardi, elle s’occupe des 10-12 ans, pendant que sa collègue Françoise guide les 6-9 ans. « On ne peut pas aborder de la même manière les plus jeunes », avance Véronique des Boscs. Des poupées Barbie Mais pour tous, elle a trouvé un même moyen, original, de présenter les classes sociales du Moyen Âge. Elle montre au groupe des poupées Barbie, chacune habillée selon sa place dans la société. « Je réalise les vêtements moi même, à la main », précise t elle. La visite se poursuit dans les différentes parties de l’édifice. Toujours de manière interactive et ludique. La guide, munie de détails de vitraux imprimés sur papier, fait chercher aux enfants où ils se cachent. L’histoire et l’architecture de la cathédrale leur sont aussi expliquées.
L'Echo, 14/02, p.7

(Sainte Sévère sur Indre) Le programme des Amis de la tour
L’association Les Amis de la tour a tenu son assemblée générale, samedi soir, sous la coprésidence de Michèle Luneau et Jacques Joguet. Après une minute de silence en mémoire de René Pigois, Arlette Pécher, secrétaire, a retracé les évènements de 2018 : conférences, spectacles, visites… Jean-Pierre Guérineau, trésorier, a présenté un bilan financier excédentaire grâce à un don et aux subventions de la commune et du Département. L’année 2019 verra la poursuite de la rénovation du vitrail de l’église, offerte par l’association. L’étude de faisabilité de la consolidation du donjon est prévue. Le département prendrait en charge un tiers des frais, les compétences de l’architecte des Bâtiments paraissant indispensables. L’idée est de rendre la motte accessible aux visiteurs en toute sécurité.
NR IndreE, 14/02, p.14

(Loches) Près de 100.000 € collectés pour le grand clocher
L’appel aux dons pour la restauration du grand clocher de Beaulieu-lès-Loches porte ses fruits. Hier, la collecte lancée par la Fondation du patrimoine et la commune de Beaulieu-lès-Loches atteignait 89.835 €, soit 90 % de l’objectif affiché des 100.000 euros, sur le site de la Fondation du patrimoine. Depuis septembre 2016, la commune a lancé un vaste chantier de rénovation du grand clocher de l’abbatiale, fondée il y a mille ans par Foulques Nerra. Une opération à 2,6 millions d’euros pour laquelle la commune en a appelé à la souscription publique, notamment avec un parrainage des pierres changées dans cette tour de style roman haute de 64 mètres. La fin du chantier, qui a nécessité démontage et reconstruction de la flèche octogonale en pierre,  réparation du beffroi, restauration des pierres et des sculptures de la tour carrée, est prévu pour cet été. Une autre opération de souscription publique a été lancée ce mois-ci par la Ville de Loches avec la Fondation du Patrimoine pour financer les travaux de la collégiale Saint-Ours. (intégral)
NR Indre et LoireW, 14/02

(Blois) Sur les quais de Loire des demeures qui somnolent
Derrière les carreaux poussiéreux, le temps s’est figé. On aperçoit sur un comptoir hors d’âge deux cendriers et l’inscription “ Éteignez votre cigarette ”. A côté est posé un vieux téléphone gris à cadran qui ne doit pas faire défaut à France Telecom. Le regard qui balaie l’espace tombe au hasard sur deux plantes vertes asséchées ou un canapé élimé sur lequel plus personne ne s’est assis depuis des lustres. Au fond, des documents parfaitement rangés et un livre où l’on distingue en gros caractères les chiffres de l’année 2002. L’hôtel de police vide de tout occupant Nous sommes quai Saint-Jean, à l’emplacement de l’ancien garage Citröen sur une partie duquel a été construit dans les années 90 l’hôtel Mercure. Il en subsiste cet unique vestige, un local situé au rez-de-chaussée d’une bâtisse bien fatiguée. Sur ces bords de Loire, inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, tout près de l’hypercentre, on trouve bien d’autres bâtiments inoccupés dont certains auraient impérieusement besoin de se refaire une beauté. On poursuit son chemin et l’on découvre un magnifique hôtel particulier vide de tout occupant. La Caisse d’Épargne, l’ancien propriétaire, y avait installé des bureaux et un centre d’appel avant de tout vendre voici quelques années. Depuis, plus rien ne bouge. En basculant de l’autre côté du carrefour de la Résistance, une belle demeure décatie porte les cruelles cicatrices du temps qui passe. Des squatters y ont élu domicile sans que cela ne semble émouvoir les propriétaires.
NR Loir et Cher, 15/02, p.10

(Vouvray) Intégration du barrage à poutrelles dans le patrimoine de la commune
Une dévolution de l’ouvrage de 1854 et du solde comptable de 28,84€, au profit de la commune, a été émise fin 2017 par la DDFP, nommée par le préfet. Acceptée à l’unanimité, l’intégration de ce bel ouvrage d’art sera effectuée pour l’euro symbolique. (intégral)
NR Indre et Loire, 15/02

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




Revue de presse (11 - 17 février 2019) Empty
MessageSujet: Re: Revue de presse (11 - 17 février 2019)   Revue de presse (11 - 17 février 2019) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (11 - 17 février 2019)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: