Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Janvier 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (2 - 8 octobre 2017)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8952
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (2 - 8 octobre 2017)   Sam 21 Oct - 22:02

Musées région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la Drac Centre-Val de Loire

(Issoudun) Le Bric à Br’art étalé au grand jour

Pas touche ! Telle est la première frustration qui nous envahit lorsque l’on pénètre dans l’antre provisoire de Peter Briggs, composée de quatre salles au Musée Saint-Roch. Une frustration au demeurant bien ordinaire tant les amoureux des musées sont habitués à ne pas toucher les oeuvres. Oui, mais voilà, au premier coup d’oeil, le visiteur ne réalise pas tout de suite qu’il se trouve en face de centaines d’oeuvres. L’impression d’être en présence d’objets agencés de manière très organisée se dégage davantage. C’est donc un effort de concentration qui vous fera découvrir l’oeuvre car Peter Briggs n’est pas du genre à improviser. Tout a été savamment élaboré, construit. Amoureux des brocantes, il récupère et revisite à sa manière l’objet. Et de cette porcelaine qui semble brisée sur une assiette, il n’est rien. La théière a été découpée « selon des logiques différentes. Je cherche des formes des rebords qui m’intéressent et ensuite, je fais une cuisson à 1.260 ° » explique l’artiste tourangeau.
NR Indre, 30/09, p.20

(Chartres) La fête des briques

Il y a un peu plus d’un an, le TractoBrick arrivait au musée du Compa, le conservatoire de l’agriculture de Chartres. Réalisé avec 800.000 briques LEGO® et après 3.500 heures de travail, le tracteur a officiellement intégré le Guinness World Records en tant que plus gros tracteur en briques LEGO® du monde. Le dossier avait été déposé en juin 2016 et validé en décembre. Cette reproduction grandeur nature du Claas Arion 460 a été exposée au Salon de l’agriculture à Paris et au Mans, mais c’est à Chartres que le tracteur a élu domicile, devenant la mascotte du Compa. La performance sera à célébrer le 21 octobre, au musée. (intégral)
L'Echo, 01/10

(Nogent le Rotrou) Ultime coup d’oeil sur Regards d’artistes
Certains documents exposés n’ont jamais été montrés au public. Aquarelles, huiles sur toile, gravures, eaux fortes, photographies, affiches et objets… L’exposition Regards d’artistes qui a pris place au début de l’été au château SaintJean donne à voir, jusqu’à demain les créations d’une vingtaine d’artistes plus ou moins connus et d’autres d’anonymes. Leur point commun : ils et elles ont un jour, et à différentes époques, posé  leur regard sur le château Saint Jean. « Parfois le résultat est très fidèle, parfois c’est l’émotion qui parle », s’amuse Gwenaëlle Hamelin, la directrice du musée. Une exposition qui confronte différents points de vue. Un certain nombre des oeuvres et des documents mis en lumière n’ont jamais été montrés au public.
L'Echo, 01/10, p.16

(Châteauroux) Michèle Cirès (se) raconte le musée
Elle s’imaginait que dans la volière de Napoléon, ramenée de Sainte-Hélene, s’étaient trouvés des perroquets chatoyants, des perruches bavardes et autres oiseaux exotiques. « Je crois que c’est une lubie qui lui a duré… Une semaine ? », explique l’artiste plasticienne. C’est l’une des multiples découvertes historiques que Michèle Cirès-Brigand a faites en préparant son exposition, D’une Mémoire, l’autre, visible depuis hier au musée Bertrand. L’artiste a eu carte blanche. « Je trouvais symbolique, alors que le musée va bientôt être fermé pour sa restauration, qu’une artiste y confronte sa mémoire, ses souvenirs du lieu », explique Michèle Naturel, conservatrice du musée. La plasticienne a en effet vécu ses vingt premières années à Châteauroux et garde des souvenirs du lieu. Elle crée désormais à Paris où elle réside. Le musée Bertrand l’a animé pendant deux ans.
NR Indre, 01/10, p.10

(Issoudun) Le “ Brouillon général ” inauguré
Après Angers et Issoudun, l’exposition Brouillon général quittera le Musée Saint- Roch, en décembre, pour Belfort et Roubaix. Mais, auparavant une visite s’impose. Lors du vernissage, André Laignel en a souligné : « deux particularités : elle est itinérante et parcourra un beau périple jusqu’en 2019 ; elle est évolutive en raison de l’espace dont dispose Peter Briggs qui, à chaque fois, ajoute ou retranche des objets. Selon la place mise à sa disposition, l’artiste dispose ou redispose ce qu’il a remisé et qu’il veut nous montrer ; ainsi expose-t-il la moitié, le tiers de ce qu’il possède. » Dans trois salles du musée, les éléments s’étalent pas en brouillon, non, mais comme une suite presque logique d’objets dont on ne veut pas se séparer et qui semblent s’harmoniser. L’artiste se joue même des couleurs, alternant le noir et le gris, auquel s’ajoute une nuance d’orange.
NR Indre, 02/10, p.12

(Pithiviers) Record d’entrées au musée des transports ?
Dimanche, le dernier train à vapeur de la saison est rentré au dépôt, mais il ressortira en décembre pour transporter le Père Noël. Sans attendre les décomptes définitifs, Sébastien Delefortrie, nouveau président de l’AMTP (Association du musée des transports de Pithiviers), confirme que la saison a été un succès. « De 5.050 passagers en 2016, nous sommes passés à 5.400 en 2017. Il est même possible d’atteindre le record de 2009 (5.630 passagers) pour peu que le train de Noël fasse le plein ». L’an dernier, il n’y en avait pas eu à cause du gel, mais cette fois ci, deux weekends d’ouverture sont prévus (910 et 1617 décembre), avec deux départs chaque jour à 14h30 et 16 heures, avec le Père Noël à bord ! Les animations surtout culinaires avec gaufres, crêpes et la confrérie du Pain d’Épice, auront lieu au musée autour d’un bon feu de bois. Les voitures fermées seront très utiles pour le voyage en cas de mauvais temps. (intégral)
RC Loiret, 03/10

(Saint Amand Montrond) Gros casse nocturne à la Cité de l’or
Leur excursion nocturne sera certainement très lucrative. Des malfrats ont commis un cambriolage dans la nuit de dimanche à hier à la Cité de l’or, à Saint Amand Montrond, et ont emporté de nombreux objets de valeurs, dont la pièce maîtresse du musée, un lion en or. Le préjudice, qui est encoreà évaluer avec précision, pourrait être « de plusieurs dizaines de milliers  d’euros », selon JoëlGarrigue, procureur de la République de Bourges. Les faits se sont déroulés vers 3h45. Les voleurs ont commis une effraction sur une porte située à proximité de l’entrée principale de la Cité de l’or. L’alarme s’est déclenchée mais les intrus, très rapides, ont eu le temps de pénétrer dans la Maison de l’or, le musée de la Cité de l’or, de se servir et de prendre la fuite. Les cambrioleurs, munis probablement d’un matériel conséquent, ont subtilisé la pièce majeure du lieu, le Gardien de la pyramide, un lion. Cette oeuvre en or, présente à la Cité de l’or depuis 2002, est connue également sous le nom de Lion de Goudji, en référence au sculpteur et orfèvre d’origine géorgienne qui l’a confectionnée. Les voleurs ne se sont pas contentés de cette prise de choix. Ils ont également dérobé deux ostensoirs, pièces d’orfèvrerie à caractère religieux. D’autres bijoux, situés dans une petite vitrine, ont été emportés.
Le Berry, 03/10, p.4

(Tours) Exposition Suvée : du lourd !

Les tableaux de l’exposition Joseph-Benoît Suvée (1743-1807), « De Bruges à Rome, un peintre face à David », sont arrivés hier matin au musée des Beaux-Arts. Certains sont tellement grands qu’il a fallu l’intervention d’une grue pour les faire monter à l’étage du musée. Une opération délicate car certaines boites pesaient pas loin de 500 kg. Le commissaire de cette exposition n’est autre que la conservatrice du musée, Sophie Join-Lambert. Exposition visible dès le 21 octobre.  (intégral)
NR Indre et Loire, 05/10

(Saint Amand Montrond) Goudji : « Je suis bouleversé par ce vol »
L’orfèvre et sculpteur Goudji a découvert hier le vol du lion en or massif qu’il avait réalisé pour la Maison de l’or, le musée de la Cité de l’or, à Saint Amand Montrond. Cette pièce maîtresse de la collection a été dérobée, en même temps que deux ostensoirs (objets religieux) et des bijoux en or, dans la nuit de dimanche à lundi, lors d’un cambriolage. « Retrouver cette pièce sera impossible, lâche Goudji. Les voleurs voulaient sans doute récupérer l’or. » D’une hauteur de 21 centimètres et d’une longueur de 35 centimètres, cette sculpture était constituée de 705,9 g d’or. Au cours actuel de l’or, une revente au poids rapporterait un peu moins 25.000 euros aux voleurs. Goudji assure que plusieurs oeuvres en or lui ont déjà été dérobées. Elles n’ont jamais été retrouvées.
+ « Une faille de sécurité »
Le Berry, 04/10, p.4

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 6 Nov - 9:37, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8952
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (2 - 8 octobre 2017)   Sam 21 Oct - 22:03

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la Drac Centre-Val de Loire

(Blois) Bulles d’archéo : une expo à remonter le temps
A quoi pouvait bien ressembler Blois au Mésolithique, à l’Âge de fer ou à l’Antiquité ? Difficile de répondre à ces questions tant les vestiges de ces époques sont rares et fragmentaires. Heureusement, nul besoin de posséder une machine à remonter le temps pour y parvenir. Grâce au travail mené conjointement et en étroite collaboration par des dessinateurs et des archéologues, des images du passé ont pu être reconstituées avec toute la rigueur scientifique requise. En conclusion, une exposition passionnante que le public est invité à découvrir à la Maison de la BD jusqu’au 4 novembre. Le point de départ a consisté à demander aux dessinateurs Joaquim Diaz et Renaud Pennelle de représenter Blois à différentes époques tout en leur permettant d’échanger avec les archéologues Viviane Aubourg et Didier Josset. Tous les quatre ont relevé le défi de mettre en scène l’histoire pour proposer des planches permettant de suivre l’évolution de la ville à travers les âges.
Nr, Loir et Cher, 01/10, p.6

(Coulombs) Contournement de l’Agglo : les fouilles archéologiques débutent
Des fouilles archéologiques préventives ont commencé, lundi, à Coulombs, pour une durée de six semaines. « Après la mise en service de la première tranche du contournement de Nogent le Roi, en 2015, les étapes suivantes étaient la jonction de la route de Chandelles et de la route de Coulombs à Épernon », précise Jean-Noël Marie, Conseiller départemental, sur le site des fouilles archéologiques. L’étude sur une solution alternative au viaduc a été complétée par d’autres portant sur l’hydraulique, la compensation des zones humides, sur la faune et la flore, ainsi que sur l’acoustique. Les conclusions de ces études n’empêchent en rien la réalisation des fouilles archéologiques. Des études géotechniques ont été menées pour arrêter une technique de fouilles, en lien avec la DRAC dans cette zone humide. Les fouilles sont prévues à 20 mètres sous le lit de la rivière. Le coût de ces fouilles pour le Conseil départemental s’élève à 49.000 €.
L'Echo, 02/10, p.16

(Lamotte-Beuvron) Gendarmerie : d’abord des fouilles
Pascal Bioulac, le maire de Lamotte-Beuvron, a bien failli virer tout rouge. La raison ? La décision de procéder à des fouilles préventives avant d’entamer le chantier de la nouvelle gendarmerie près de la RD 2020. Les travaux se déroulent près des vestiges d’un camp d’internement de la Seconde Guerre mondiale. Ce projet, lancé en 2006, puis relancé en 2014 avec l’arrivée de Pascal Bioulac à la mairie, est très attendu. « L’actuelle gendarmerie est vétuste, elle date des années 50. Les portes sont ajourées, c’est du simple vitrage. » La municipalité a décidé de porter ce chantier, un investissement de 2,5 millions d’euros HT, pour offrir de meilleures conditions de travail et de vie aux militaires. Le permis de construire de la caserne – une quinzaine de logements et des locaux modernes – a été déposé en juillet. Avant la fin du délai d’instruction de trois mois, des fouilles préventives ont donc été confiées à l’Inrap. Une intervention qui chamboule le calendrier initial, deux ans de travaux sont prévus. Là où l’élu a bien failli perdre ses nerfs, c’est à l’annonce du délai d’intervention de l’Inrap : « Jusqu’à 18 mois ! » Pascal Bioulac ne comprend pas les services de l’État.
Nr, Loir et Cher, 01/10, p.6

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Sam 21 Oct - 22:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8952
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (2 - 8 octobre 2017)   Sam 21 Oct - 22:05

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la Drac Centre-Val de Loire

(Chateaudun) Restauration

Une demande de subvention régionale sera effectuée pour la restauration de la statue « Jeanne d’Arc écoutant ses voix ». Exposée dans la cour du musée, cette
propriété de la ville depuis 2010 présente une attaque de microorganismes. (intégral)
L'Echo, 30/09

(Savigny en Véron) 340.000 € pour l’église Saint-Michel

Savigny-en-Véron a fêté la clôture du chantier de rénovation de l’église Saint-Michel, vendredi après-midi. Sur le site actuel, une chapelle fut construite au XIIe siècle, par des moines de l’abbaye de Fontevraud, dans la perspective de développer un bourg. Au XIIIe siècle, elle devint église paroissiale propriété de Candes-Saint-Martin. Le temps passa et la Révolution laissa un édifice en piteux état. Des réparations engagées dès 1804 et pendant les quarante ans suivants n’ont rien amélioré et elle fut interdite d’utilisation, en 1844. En 2013, l’équipe municipale, dirigée par Eveline Zanardo, a lancé le projet de réfection de la façade et du clocher. Dès 2014, le carrelage intérieur a été remis en état. Puis vint le tour de la flèche, des cloches, des vitraux qui ont demandé un gros travail de réfection. Grâce à la Fondation du patrimoine, un appel aux dons avait été lancé.
Nr, Indre et LoireT, 30/10, p.14

(Montargis) Les arcades de Lorris restaurées en 2018
C’est un projet lancé depuis 2005. Douze ans que les Arcades de Lorris, le monument implanté dans le jardin Durzy, devant le musée Girodet, attendent leur rénovation. Les arcades étant classées aux Monuments historiques, difficile d’entreprendre leur restauration sans prendre des pincettes. Une première étude de Rémi Martin, architecte en chef des Monuments historiques, menée en 2005, avait fait office de diagnostic. Un avant projet a été livré en 2016, annonçant une opération délicate.Voici ce qu’il faut savoir d’un chantier à plus de 270.000 €, qui devrait enfin être lancé en 2018. Explications en trois questions-réponses.
+ Subvention de l'État. Lors du conseil municipal du 12 septembre, l’assemblée a officialisé une subvention de 30 % émanant de l’État pour ce chantier, soit 81.000 € environ.
RC Loiret, 02/10, p.13

(Néron) Les commerçants au chevet de l’église
Il y a un an, la mairie de Néron signait une convention avec la Fondation du patrimoine, dans le but de récolter des fonds pour la rénovation de l’église Saint Léger. « Nous avons déjà récolté 6.336 €, mais ce n’est pas suffisant, il nous faut 800.000 € et 5 % de cette somme pour débuter les travaux et bénéficier des subventions versées par la DRAC et le Conseil départemental », a confié François Lemonne, délégué de pays de la Fondation, en compagnie de Geneviève Le Névé, le maire de Néron. Les commerçants et artisans du village ont décidé de se mobiliser pour sauver leur patrimoine bâti. « Nous signons, aujourd’hui, une convention de partage avec Éric Pinault, plombier chauffagiste, Mar ia Castro Da Costa, qui tient le bar Chez Maria, Françoise Lhopiteau, de la Ferme au Colombier, qui fait des chambres d’hôte et Romain Lhopiteau », explique Geneviève Le Névé. Ils s’engagent par cette signature à reverser une somme, chaque année, pour aider à la rénovation de leur église.
L'Echo, 01/10, p.16

(Chateauroux) Appel au mécénat pour financer des projets

Toutes les collectivités sont confrontées à des restrictions budgétaires. Dans ce contexte « où nous devons aussi diversifier nos recettes », Gil Avérous a proposé aux conseillers municipaux, jeudi, d’approuver la recherche de mécénat « Un moyen financier complémentaire intéressant, défini par la loi du 1er août 2003, présentant un intérêt général ayant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, sportif, culturel, social ou humanitaire. » Pour Philippe Simonet, adjoint aux Finances : « C’est un dispositif incitatif qui permet aux communes d’avoir des fonds sans augmenter les impôts. Cela existe déjà en Allemagne, notamment dans notre ville jumelle, Gütersloh. Ce qui permet aux entreprises de bénéficier d’un crédit d’impôt de 60 % ; il est de 66 % pour les particuliers ». Avec cette nouvelle démarche, la Ville a déjà listé une liste de projets qui s’inscrivent dans les actions éligibles : l’achat d’oeuvres d’art (Biennale de la céramique) ; la restauration d’oeuvres d’art ou archives ; la rénovation du Musée Bertrand ou de la chapelle des Rédemptoristes ; l’acquisition de matériels électroniques pour la Médiathèque ou encore pour des travaux dans les églises Saint-André et Notre-Dame, ainsi que sur les bâtiments classés de Balsan.
Nr, Indre, 02/10, p.7

(Savigné sur Lathan) Sauvons les douves et son cours d’eau

Autour de leurs élus, les habitants, riverains, présidents d’associations, tous passionnés, se sont retrouver vendredi dernier afin de partager sur l’avenir des remparts et des douves de leur petite cité forte. Le constat est quelque peu alarmant, mais des solutions sont d’ores et déjà envisagées afin de restaurer le site. Les années de sécheresse successives ont eu raison du Lathan, qui passe au coeur de la cité. La petite rivière, qui portait le nom de Champchevrier, était alimentée, par le passé, à partir des étangs du château. Ils ont aujourd’hui quasiment tous disparu.L’urbanisme a fait le reste. L’équipe municipale a fait comprendre qu’elle était investie depuis quelques années dans la mise en place de la structure porteuse du Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (Sage) du bassin de l’Authion. Ce document de planification des stratégies a été approuvé le 12 septembre dernier ici même dans la commune. Le cadre est jeté. Les personnes présentes se sont engagées à participer à l’élaboration  du programme d’actions du Contrat Territorial des restaurations des Milieux Aquatiques (CTMA) pour les vallées du Lathan et ses affluents dans leurs ensembles. En attendant, ces cours d’eau non domaniaux imposent aux riverains comme aux communes riveraines, d’en assurer l’entretien. Une soirée riche, pour une prise de conscience saine et constructive au coeur de ce village dont les fortifications ont été classées à l’Inventaire des sites pittoresques d’Indre-et-Loire par un arrêté du 15 décembre 1975. Elles permettaient, en leur temps, de protéger des brigandages et leurs douves regorgeaient de poissons. (intégral)
NR Indre et LoireE, 05/10

(Chateau-Renard) L’orgue a été inauguré lors d’un concert
Dimanche, le concert inaugural de l’orgue, organisé par l’association « Les Amis de l’orgue de Château Renard », a rencontré un succès mérité, en présence de Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, de Frédéric Néraud, vice président du Département du Loiret et de Marc Bénédic, maire. Une centaine de personnes a assisté à la conférence de Dominique Lalmand, facteur d’orgue, en l’absence de Claude Jaccard. Le concert qui a suivi était donné, successivement, par André Siekierski, titulaire de l’orgue Schwenkedel de Versailles, et Maxime Campo, titulaire de l’orgue de Vitry sur Seine. Ils ont tous deux magnifié la nouvelle palette de couleurs sonores de l’instrument, avec l’acoustique exceptionnelle de l’église. Les applaudissements nourris des mélomanes ont attesté du talent des organistes et du bienfait de ces travaux. Les différentes modifications qui ont amené à l’aboutissement des travaux d’extension de l’orgue, par le facteur d’orgue Claude Jaccard, permettent désormais aux organistes d’aborder un répertoire plus vaste en concert.
RC Loiret, 04/10, p.15

(Ivoy le Pré) L’église a retrouvé sa beauté

Construite en 1232 par Simon de Sully, archevêque de Bourges, l’église Saint Aignan avait au fil des siècles subi les épreuves du temps. Mais grâce à la municipalité et à l’Association Saint Aignan, l’édifice vient de retrouver toute sa splendeur après des travaux conséquents. Lors de l’inauguration des travaux, vendredi dernier, en présence de nombreuses personnalités, dont Mgr Maillard, archevêque de Bourges, Myriam Senly, la présidente de l’Association Saint Aignan, et conseillère municipale, a fait un bref historique de ce magnifique édifice d’une taille imposante. David Dallois, le maire, et son conseil municipal, avaient confié la maîtrise d’oeuvre à Christelle Auroy, architecte du patrimoine, dont le maire a salué le talent, mais aussi le diagnostic afférent à ce projet important. Un chantier de grande ampleur avec la restauration des façades extérieures, de la maçonnerie, la réfection des réseaux, des changements de pierres et des réparations de vitraux. Ce vaste projet n’aurait en tout cas pas pu aboutir sans l’aide de la Fondation du patrimoine. La commune avait aussi pu compter sur l’aide de la Drac (direction régionale des Affaires culturelles) du Centre Val de Loire, sur une enveloppe parlementaire, mais aussi de la Sauvegarde de l’art français et du conseil départemental du Cher.
Le Berry, 04/10, p.21

Des labels pour la préservation des bâtiments
Une cave troglodyte à Cangey, un pigeonnier à Chédigny, une longère à Courçay, la gare du Grand-Pressigny… Au total, ce sont vingt-cinq propriétés privées situées en Indre-et-Loire qui ont reçu le label Fondation patrimoine, lundi 25 septembre, au conseil départemental de Tours. Ces édifices ont été rénovés grâce à des subventions (entre 200 € et 5.000 €), permettant ainsi de préserver le patrimoine local. (intégral)
NR Indre et Loire, 04/10

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (2 - 8 octobre 2017)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (2 - 8 octobre 2017)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: