Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (20 - 26 novembre 2017)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (20 - 26 novembre 2017)   Lun 27 Nov - 14:24

Musées région Centre - Val de Loire

Source : Panorama de presse de la Drac Centre-Val de Loire

(Orleans) Déplacement d’une pirogue en pleine rue
Hier matin, les riverains du muséum ont pu assister à un drôle de manège. Le déplacement d’une pirogue en pleine rue. Celle-ci avait élu domicile depuis plusieurs années au quatrième étage du muséum dédié à l’ethnologie. Elle appartient au musée d’histoire et d’archéologie. Cette pièce, qui mesure plus de 5 m de long, n’aura pas sa place dans la nouvelle configuration du muséum. Il a donc fallu la déplacer. Or, le monte-charge n’étant pas suffisamment large pour l’accueillir, les agents ont dû se montrer ingénieux pour lui faire traverser deux escaliers, les bureaux, avant de se retrouver en pleine rue ! Elle a ensuite été installée sur un dispositif réalisé expressément, pour être convoyée par la route et à pied à travers la ville. (intégral)
RC Orleans, 23/11

(Chinon) Le “ Rabelais ” de Delacroix en partance pour Pékin
Le tableau, monumental, est arrivé dans les ateliers parisiens du Centre national des arts plastiques (Cnap), mardi. Le « Rabelais » par Eugène Delacroix, exposé depuis 1973 au Carroi-Musée de Chinon, doit faire l’objet d’un nettoyage et d’une restauration légère. Une étape avant de traverser l’Europe et l’Asie : direction la Chine et le Musée national de Pékin. Place Tian’anmen, cette illustration « de la manière dont l’État a voulu célébrer les grandes figures littéraires et historiques de la culture française », comme la présente Xavier-Philippe Guiochon, conservateur en chef du patrimoine, doit enrichir la quarantaine d’oeuvres convoquées pour « Un rêve français ». Une exposition prévue pour durer du 30 janvier au 6 mai 2018 avant de jouer les prolongations jusqu’à fin août à Kunming, au Musée de la province du Yunnan. Huit mois de délocalisation pour « faire connaître au public chinois le Fonds national d’art contemporain, particulièrement autour des achats et commandes des oeuvres présentées aux Salons parisiens », présente le Cnap, co-organisateur de l’exposition, avec les Beaux-Arts de Paris et l’Institut français de Chine.
NR Indre et LoireW, 23/11, p.18


(Argenton sur Creuse) Éros au Musée de la chemiserie

L’étape annuelle des Voyages intérieurs, au Musée de la chemiserie et de l’élégance masculine, promet « un kaléidoscope palpitant du coeur amoureux dans tous ses états ». Deux jours durant, Éros régnera en maître. Il sera question d’étreinte du désir fou, d’instant d’éternité, de promesses et de désillusions. Fantasmes et réalités se croiseront, s’enchevêtreront et s’inventeront… A travers le temps, le public sera convié à s’immerger dans l’histoire des grandes aventures amoureuses de la passion amoureuse de l’Orient à l’Occident.
NR Indre, 25/11, p.19

(Grand Pressigny) Un peu d’histoire lochoise au Louvre Abu Dhabi

De la Touraine aux Émirats arabes unis. En passant par la région parisienne. On l’appelle « phénomène pressignien ». Et c’est un vrai phénomène. Il y a à peu près 4.500 ans, dans les environs du Grand-Pressigny, ont été produits des milliers de longues lames en silex, selon une technique très particulière. Elles ont pris le nom de « silex du Grand-Pressigny ». Ces lames, aux usages multiples, se sont ensuite diffusées jusque dans les contrées les plus lointaines d’Europe. Le musée de la Préhistoire du Grand-Pressigny témoigne de ce savoir-faire unique. Mais il n’est pas le seul. Les visiteurs du tout nouveau musée du Louvre Abu Dhabi, qui vient d’ouvrir le 11 novembre dernier, vont pouvoir également découvrir ce pan de l’histoire du Sud Lochois. Un poignard « Grand-Pressigny », daté du troisième millénaire avant notre ère, a en effet trouvé sa place parmi les collections exposées au sein de l’édifice majestueux créé par l’architecte français Jean Nouvel dans cette ville de 2,6 millions d’habitants sur les bords du golfe persique.
NR Indre et LoireE, 25/11, p.19

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 27 Nov - 14:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (20 - 26 novembre 2017)   Lun 27 Nov - 14:25

Archéologie région Centre - Val de Loire

Source : Panorama de presse de la Drac Centre-Val de Loire

(Baugy) Découverte archéologique sur le site de la future gendarmerie
Sur le site où sera implantée la future gendarmerie, rue Jean Dubois, lors des fouilles préventives, il y a deux semaines, une fibule (une agrafe, généralement en métal, qui sert à fixer les extrémités d’un vêtement) a été découverte par les archéologues. Cette découverte laisse supposer la présence d’autres vestiges archéologiques. C’est ainsi qu’ont été découvertes deux sépultures gauloises. Les ossements trouvés à même la terre dateraient du premier âge de fer, cinq cents ans avant Jésus Christ. Après l’intervention des archéologues, le chantier de la gendarmerie a pu reprendre. (intégral)
Le Berry, 23/11

(Montlouis) Des fouilles sur le site de Saint Martin au Val
Depuis 2011, des fouilles archéologiques sont menées sur le site du sanctuaire de Saint Martin au Val. La Ville sollicite une subvention de 45.000 € au ministère de la Culture afin de poursuivre cette opération, en 2018. (intégral)
L'Echo, 25/11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 27 Nov - 14:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9813
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (20 - 26 novembre 2017)   Lun 27 Nov - 14:26

Patrimoine région Centre - Val de Loire

Source : Panorama de presse de la Drac Centre-Val de Loire

(Orleans) Vol d’une plaque à la cathédrale
Volatilisée ! La plaque oecuménique fixée sur l’un des piliers sud de la cathédrale d’Orléans a disparu. Elle avait été dévoilée par l’évêque  d’Orléans et le pasteur, le 21 octobre, à l’occasion de la célébration organisée pour le 500e anniversaire de la Réforme. Un événement  rarissime, qui avait réuni 800 personnes. Le père Chatillon raconte : « Nous nous sommes rendus compte de sa disparition en milieu de journée (hier). Elle était fixée avec des pattes en métal scellées dans la pierre. Je ne pense pas que ce soit accidentel ! Soit, elle a été  enlevée en signe de protestation symbolique de la démarche, soit c’est du vol. Nous pouvons juste regretter ce geste dont la violence symbolique témoigne du chemin encore à parcourir ». L’évêché compte porter plainte. Une personne n’a t elle pas supporté la signification de cette plaque ? « Nous avons voulu dire que ce qui nous rassemble (notre identité chrétienne) est plus important que ce qui nous sépare. » Voilà pourquoi une nouvelle plaque sera apposée si la disparue n’est pas rapportée. « On ne va pas se laisser intimider. Il peut y avoir des individus qui ne comprennent pas la démarche, mais il n’y avait pas eu de mouvement d’hostilité, de courriers ou de tags », précise le recteur. Tout juste sait on que quelques protestants auraient préféré que la célébration finale du 500e anniversaire de la Réforme se déroule au Temple, dans un souci de mieux faire connaître le protestantisme. Cet incident ne remet pas en cause la décision de ne pas installer de caméras vidéo dans l’édifice, au nom de la liberté d’accès dans un lieu de culte. (intégral)
RC Orleans, 23/11

Trophées de l'entreprise : Vitrail & Co nommé dans la catégorie Espoir de l’économie
La guitare réalisée en verre de vitrail qui trône en vitrine est peut être la pièce signature de l’entreprise Vitrail & Co. Mais elle est aussi et surtout une invitation à pousser les portes de cette boutique atelier qu’ont ouverte Lisa Gallet et Eddy Romet, rue des Carmes à Orléans, en avril 2016. maîtres verriers a débuté il y a trois ans lorsqu’ils ont décidé de quitter un atelier historique de l’Orléanais. « La situation ne nous convenait plus. En partant, il nous restait deux choix : arrêter notre profession artisanale ou lancer notre entreprise », se souvient Eddy Romet. Passionnés par leur métier, ils choisissent la deuxième option et décident de s’associer. Pour sensibiliser le grand public à leur profession et valoriser leur savoir faire, ils conçoivent leur boutique en un lieu ouvert. « Nous souhaitions quelque chose de convivial. Nous avons donc installé l’atelier dans la boutique pour permettre aux gens d’entrer et de découvrir notre métier. Elle est également un showroom où nous exposons quelques unes de nos réalisations », présente Lisa Gallet. Car leur talent s’exprime bien au delà de l’image surannée des maîtres verriers restaurant méticuleusement les vitraux d’une église. « Bien sûr, nous sommes très fiers de ce travail de rénovation et de réalisation de vitraux d’église. Mais nous ne faisons pas que cela ! », affirme la jeune femme.
RC Orleans, 23/11, p.42

(Les Ressuintes) La cloche de l’église sonne à nouveau
Depuis lundi soir, les 150 habitants des Ressuintes peuvent à nouveau entendre tinter la cloche du beffroi de l’église Notre Dame. Elle s’était arrêtée de sonner par la force des choses car son attache était fissurée. La cloche avait été descendue fin mai par l’entreprise Mamias, de Gagny (93), spécialisée dans le patrimoine vivant, puis envoyée en Allemagne, pour être réparée. Lundi après midi, son retour a constitué un événement de nombreux paroissiens rassemblés autour de Nicole Delaygue, maire du village. Le père Jean Pierre Omva Edou, curé de la paroisse, a béni la cloche de 800 kg avant sa remise en place.
+ Une dame née en 1832 et nommée Marie
L'Echo, 23/11, p.20

(Gargilesse-Dampierre) Souscription publique pour le Christ en croix
Le conseil retient le devis de restauration du Christ en croix, pour un montant estimatif de 33.125 € TTC. Le maire est autorisé à solliciter des aides financières auprès du Conseil départemental, de la Drac et de la Fondation du patrimoine. Il décide de mettre en place une souscription publique par l’intermédiaire de la Fondation du patrimoine.(intégral)
NR Indre, 23/11

(Amilly) Un prix régional
Le prix régional des Rubans du patrimoine a été décerné à la ville d’Amilly pour la réhabilitation des tanneries du Gros-Moulin en Centre d’art contemporain – Les Tanneries. Cette récompense distingue les collectivités ayant investi dans des opérations d’entretien et de sauvegarde du patrimoine bâti. Une plaque « Rubans du patrimoine » sera dévoilée le mardi 28 novembre. (intégral)
RC Orleans, 24/11

(Morogues) Le banc d'oeuvre de l’église de retour
Les travaux de rénovation de l'église Saint Symphorien sont en voie de finition. La semaine prochaine, Les Ateliers de la chapelle spécialisés dans la menuiserie d’art et dans la fabrication et la restauration de boiseries et de mobilier, basés en Maine et Loire, rapporteront le banc d’oeuvre sur lequel ils ont travaillé. Ils le remonteront en lieu et place dans l'église. Un mobilier du 15e siècle Les Ateliers de la Chapelle ont travaillé sur ce magnifique objet d'art, de 5 mètres de hauteur, classé au titre des Monuments historiques. Il avait été démonté l’an dernier, le 16 novembre pour rejoindre cet atelier. Ce banc d’oeuvre date du 15e siècle. Il proviendrait de la Sainte Chapelle de Bourges. Ce mobilier liturgique en bois de chêne est remarquable par la qualité de son décor ouvragé. Il comporte un triple dais surmonté de trois  flèches pyramidales abondement ornées de motifs décoratifs de style flamboyant. (intégral)
RC Orleans, 23/11, p.42

(Chargé) Cure de jouvence pour l’église

L’église Saint-Marc de Chargé vient de bénéficier de travaux d’entretien et de rénovation. Après des travaux sur le toit de l’église, c’est au tour du clocher et plus particulièrement de la toiture, de connaître une cure de jeunesse. Situé au-dessus de la sacristie, ce clocher construit vers le XVIe siècle, en  même temps que la chapelle Notre-Dame de la Conception, a vu sa toiture entièrement refaite en ardoise. Une girouette, avec un coq et des points cardinaux trônent tout en haut de cet édifice. Le coût de l’opération s’élève à 24.830 € TTC financés par la commune avec une subvention du conseil départemental de 11.258 € TTC.(intégral)
NR Indre et LoireE, 24/11, p.16

(Briare) Le pont-canal se refait une beauté
Les amoureux du pont canal de Briare attendaient depuis longtemps que l’ouvrage d’art se refasse une beauté. En septembre 2015, le conseil municipal avait d’ailleurs voté une motion pour demander à l’État, par l’intermédiaire des Voies navigables de France (VNF), de mieux entretenir la structure. Son voeu s’apprête à être exaucé. D’importants travaux de rénovation sont programmés jusqu’en 2020. Ils n’auront aucun impact sur la circulation des piétons, cyclistes et bateaux. Une première phase de restauration de l’édifice a débuté hier et s’achèvera en mars 2018.  Il s’agit de la reprise des maçonneries et des éléments architecturaux, la remise en peinture des garde corps puis, en cours d’année, la réfection des trottoirs et la mise aux normes de l’installation électrique, avec un système d’éclairage led. La partie visible, donc. Mais n’oublions pas l’invisible. « Ce n’est pas un lifting de  façade, mais bien un projet global », rappelle Bertrand Specq, directeur territorial Centre Bourgogne de VNF. Une deuxième phase, « structurelle », reposera sur la restauration lourde de la bâche métallique, afin d’en assurer la pérennité. Des investigations techniques se dérouleront, en 2019, avec l’appui d’un bureau d’études, avant la réalisation des travaux finaux, en 2020.
RC Loiret, 25/11, p.21

(Nérondes) Le clocher de l’église va être restauré
Le conseil municipal de Nérondes s’est réuni le jeudi 16 novembre. L’occasion d’évoquer la réfection du clocher de l’église, qui est confiée à l’entreprise Hemery, pour un montant total de 129.677 euros. (intégral)
Le Berry, 25/11

(Gallardon) La rénovation de l’église à l’ordre du jour
Lors de précédents travaux de toiture à l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Gallardon, certains désagréments avaient été signalés dont d’importantes fuites. Sous le contrôle de la DRAC (Directions régionales des affaires culturelles) Centre, l’entreprise ETH Bâtiment propose à la mairie une reprise de la couverture en ardoise pour un montant de 3.080 € à  laquelle s’ajoutera un nettoyage des évacuations des eaux pluviales pour un montant de 4.850 €. Le maire, Yves Marie, a expliqué qu’un financement exceptionnel de la DRAC était envisageable à hauteur de 20 % de l’ensemble de la dépense. Le plan de financement se présente de la manière suivante : Montant de l’investissement : 7.930 €. Subvention de la  DRAC : 1.586 €. reste à la charge de la commune : 6.344 €. À l’unanimité, les élus se sont prononcés favorablement sur les travaux proposés et sur la demande de subvention. Les travaux devraient être effectués en décembre. (intégral)
L'Echo, 25/11

(Chateauroux) Feu vert à la Cité du numérique
Dix-huit mois après le début de la consultation, le conseil communautaire a choisi, hier soir, l’entreprise Sogea Centre pour réhabiliter le bâtiment de l’Horloge, à Balsan.«Ce n’était pas la moins-disante, mais celle qui prenait le mieux en compte le volet architectural », a justifié Michel Georjon, vice président délégué aux projets structurants, alors que Gil  Avérous, président de Châteauroux Métropole, a fait part de l’exigence de l’architecte des Bâtiments de France. « C’est aussi le projet le plus performant en matière de consommation d’énergie », a souligné Christophe Bailliet, délégué au développement durable. L’objectif est l’obtention du label Effinergie Rénovation (équivalent BBC rénovation) et de réduire les coûts de fonctionnement. Le prix de l’opération est estimé à 6,2 millions d’euros pour une livraison prévue en octobre 2019. Cette Cité du numérique comprendra un techlab, laboratoire de fabrication destiné aux professionnels ; un  auditorium de quatre cents places – « le plus grand de Châteauroux », a souligné Gil Avérous – ; et un Village by CA, pépinière d’une trentaine de start-ups gérée par le Crédit agricole, engagé sur quatorze ans et qui prendra en charge 40 % du coût des travaux.
NR Indre, 25/11, p.9

(Amboise) Que faire pour le château ?
Les élus (moins cinq abstentions de l’opposition) acceptaient de valider un programme d’étude et le principe de restauration du château pour une enveloppe prévisionnelle de 400.000 € HT. Le maire rappelait la nécessité de conduire un audit puisqu’aucun diagnostic n’a été réalisé sur le site depuis 2001 et d’établir un programme pluriannuel d’investissement. « Il s’agit de disposer d’une visibilité d’ensemble pour savoir quoi faire ou ne pas faire pour l’entretien et la sécurisation des lieux, avant d’envisager un deuxième volet de valorisation notamment de la tour de Poitiers… ».
NR Loir et CherN, 25/11

(CC Collines du Perche) Réflexion sur la commanderie d’Arville

Jeudi, le conseil communautaire de la communauté de communes des Collines du Perche (CCCP), s’est réuni autour de Jean Léger, son président. En préambule à la réunion, Maurice Leroy , conseiller départemental et député est venu rencontrer les élus au titre de président de la commanderie d’Arville. Après avoir rappelé le travail et l’implication du sénateur Pierre Fauchon, il a fait un point sur le budget de la commanderie. « Le budget de fonctionnement ne pose pas de problème, mais celui de l’investissement est plus délicat. Votre communauté de communes n’a pas les moyens de financer de  prochains investissements. Une solution par exemple serait que la commanderie soit reprise par le conseil départemental », propose-t-il. Ce moyen, le plus souple, permettrait au site d’avoir une assise plus stable dans son  développement touristique. La CCCP n’aurait plus à débourser une charge importante tout en gardant les retombées touristiques pour l’ensemble du territoire. Les élus ont pris connaissance de la proposition avec un certain soulagement. François Gaullier, maire de Choue, se réjouit du projet, tandis que Roland Bingler, maire de Beauchêne, s’inquiète du règlement des emprunts en cours : « Il serait bon de réfléchir à la prise en charge de ce poste par la commanderie  elle même ». Karine Gloanec-Maurin de la commission culture, annonce une réunion dès janvier pour définir précisément les conditions de ce transfert.(intégral)
NR Loir et CherN, 25/11

(Tours) “ J’ai envie que le Printemps devienne un lieu de vie ”
Les deux grands magasins de Tours ne surprennent plus. Moi, j’ai envie de surprendre, de mettre mon empreinte, revendique Soizic Pinero, directrice du Printemps depuis 2001, une enseigne constituée « à cent pour cent de capitaux privés, que nous détenons avec mes soeurs, avec une affiliation au Printemps ». Cette Tourangelle, qui aime et qui vit pleinement sa ville, dit avoir « envie que le Printemps devienne un lieu de vie, où l’on peut faire du shopping mais aussi s’asseoir, travailler avec de la Wi-Fi, boire un café, voir une expo ». Un changement qui passe inévitablement par des travaux de réaménagement des 6.000m2 de surface commerciale (auxquels s’ajoutent les 2.000 m2 de réserves), qui s’étaleront sur trois ans, pour un coût de deux millions d’euros. La première phase des travaux débutera en juillet prochain, par les 2.500 m2 du rez-de-chaussée, pour s’achever en 2020. La magnifique façade extérieure Art Déco, côté rue de Bordeaux, a, quant à elle, été restaurée en 2005 puis classée monument remarquable du XXe par la DRAC en janvier dernier. Une façade que l’on retrouve dans le livre collectif « Tours métamorphoses d’une ville », dirigé par Jean-Baptise Minnaert et dont une vingtaine de photos signées Luc Boegly sont exposées, jusqu’à fin décembre, dans l’escalier de pierre du Printemps.
NR Indre et Loire, 25/11, p.12

(Rochecorbon) Un assemblage de trésors
Dernièrement, l’église Notre-Dame de Vosnes à Rochecorbon a reçu la visite d’éminentes personnes dans le cadre de la restauration de ses vitraux. En premier, Gilles Blieck, conservateur régional des Monuments historiques à la Drac (qui soutenait financièrement l’opération). L’église a été classée en 1926, les vitraux de l’époque étaient l’oeuvre du verrier tourangeau Lobin au XIXe siècle. Après la guerre de 1939-1945, certains vitraux avaient disparu, soufflés par les explosions, puis remplacés hâtivement par des verres blancs translucides du plus mauvais effet. Il fallait réintroduire de la couleur, on a donc choisi des losanges. Martine Ramat, architecte du patrimoine et maître d’oeuvre explique : « Que cette simplicité apparente accompagne parfaitement cette harmonie de couleurs et restitue des lumières très proches des grands vitraux du passé, dans une ambiance que les fidèles doivent se réapproprier. » Puis les participants se sont rendus à la chapelle Saint-Georges, distante de 3 km.
NR Indre et Loire, 25/11, p.23

(Montbazon) Demande de classement
Unanimité pour demander aussi le classement, au titre des Monuments historiques, de quatre pièces faisant partie de l’ornement liturgique datant du XVIIe siècle de la Duchesse Marie : une étole, un manipule, un voile de calice et une bourse de caporal. (intégral)
NR Indre et Loire, 25/11

Des citoyens acteurs de leur patrimoine
Églises, lavoir, granges, maisons, manoirs… Treize bâtiments publics et quatorze privés ont été aidés par la Fondation du patrimoine en 2017. Un label leur a été décerné, le 16 novembre dernier, dans la salle du duc Jean à Bourges. Située à Jars, la maison en pierres de Vailly, de Sabine et Stéphane Buisson, fait partie des dossiers privés. La rénovation du toit et de la charpente leur a coûté 48.000 euros hors taxes. Pour le couple, il était logique de restaurer la maison : « cela fait partie de notre patrimoine local, explique Sabine. Les paysans sont censés prendre soin du paysage. Pour nous, c’est un choix de vie. Certains partent en croisière au Club Med. Nous, on restaure ! » D’ailleurs, ils avaient déjà rénové la grange pyramidale, située juste à côté, en 2013-2014. La prochaine étape devrait être la réalisation des enduits extérieurs de la maison. À quelques kilomètres de là, à Ivoy le Pré, l’église Saint Aignan a bénéficié, de septembre 2016 à juillet 2017, d’un important programme de restauration, qui s’est monté à 328.000 euros TTC. « Il s’agissait d’assurer la pérennité du bâtiment, explique Myriam Senly, présidente de l’association Saint Aignan et adjointe au maire d’Ivoy le Pré. La volonté du maire a été importante dans ce projet. » Plus à l’est du département, l’église de Cours les Barres a été rénovée par la commune, alors que celle ci ne compte que 100 habitants !
+ La Fondation en quatre questions
Le Berry, 26/11, p.2/3

(La Guerche-sur-L’Aubois) La tuilerie sert d'exemple

Au cours de ce mois de novembre, la Tuilerie, Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (Ciap) installé dans l’ancienne usine Sauvard au bord du canal de Berry à La Guerche-sur-L’Aubois, reçoit la visite de deux délégations venant s’inspirer de l’initiative portée par le pays Loire Val d’Aubois, labellisé Pays d’art et  d’histoire : une première, emmenée par la direction régionale des affaires culturelles, la seconde, qui aura lieu la semaine prochaine, de la part du pays Loire Touraine (autour d’Amboise). Deux visites qui soulignent la réussite de cette création, et a rassemblé depuis son inauguration en juillet dernier plus de huit cents visites. (intégral)
Le Berry, 26/11

(Chambord) De Lafayette à la vie de château !
C’est comme si le destin lui avait fait un clin d’oeil avec ce séjour, commencé mi septembre, au château de Chambord ! Avec un beau sourire, Jade, jeune architecte américaine, évoque son « héritage français » et le plaisir éprouvé à « être en résidence » au domaine. La résidence, c’est la mise à disposition temporaire d’un espace à un artiste, un chercheur ou un étudiant afin de favoriser la création, la recherche et les échanges culturels. C’est dans le cadre de l’élaboration d’un projet concernant l’utopie et l’architecture à Chambord que Jade est arrivée de Chicago,  diplômée de la School art institute. Son héritage français ? L’hôte du château s’appelle Boudreaux, elle est née à Lafayette, en Louisiane, au  coeur du pays cajun. Les cajuns, on devrait dire cadiens, sont les descendants des Acadiens, colons français, expulsés du sudest du Canada  par les Britanniques en 1755 et qui se sont installés en Louisiane où vivaient déjà de nombreux Français. « Ma culture cajun, c’est très important pour moi », souligne Jade, précisant que sa grand-mère parlait français. C’est donc tout naturellement que, lorsque la French heritage society, association dédiée à la protection de  l’héritage architectural français, s’est intéressée au projet, Jade Boudreaux s’est portée candidate.
NR Loir et Cher, 26/11, p.7

(Beaulieu-lès-Loches) Devenir parrain d’une pierre du clocher

La mairie de Beaulieu-lès-Loches a décidé de lancer un parrainage de pierre, afin d’aider au financement de la rénovation du grand clocher de l’église abbatiale du XIIe siècle. Le parrainage donne droit à un certificat avec vos nom et prénom, le numéro de la pierre et de l’assise, signée par le maire Sophie Métadier. Différentes pierres sont disponibles selon le prix : 20 € minimum pour une pierre ordinaire ; à partir de 100 € pour un membron ; à partir de 1.000 € pour une pierre de taille ouvragée. Le
projet de parrainage sera officiellement lancé le 2 décembre, lors du vernissage de l’exposition de photos du Caméra Photo-Club du Lochois et de la projection en avant-première du film du chantier du grand clocher de l’église abbatiale de Beaulieu-lès-Loches. (intégral)
NR Indre et Loire, 26/11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (20 - 26 novembre 2017)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (20 - 26 novembre 2017)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: