Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 9:45

Musées région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de la DRAC Centre-Val de Loire


(Fréteval) Musée de la Fonderie

La commune sollicite le conseil départemental au titre du développement de la culture et de la mise en valeur du patrimoine historique communal. (intégral)
NR Loir et Cher, 03/02

(Bourges) Le musée de la Résistance et de la déportation du Cher vient de recevoir un don emblématique

Littérature ou cinéma n’ont rien inventé. La bicyclette bleue est là, en fer et en pneus, devant nos yeux, dans les réserves du musée berruyer. Encore dans son jus, elle arrive tout droit des années 1940. Mais il a fallu aller la chercher jusqu’en Vendée. C’est Xavier Truffaut, responsable des collections du musée, qui s’est chargé des opérations. « Nous avions déjà  quelques vélos de cette époque mais sans assurance qu’ils aient servi à la Résistance… Or la vraie plus value des objets que nous présentons, c’est quand il y a une histoire qui va avec », explique t il. Et quelle histoire : Le bicloune a servi pour faire passer des messages, et des bijoux, à travers la ligne de démarcation ! C’est pour qu’on se souvienne de cette histoire, et parce qu’il arrive à 90 ans passés, que Roland Lesage a voulu faire don de ce précieux véhicule – à l’époque les vélos étaient immatriculés ! – à un lieu de mémoire.
Le Berry, 05/02, p.8

(Amboise) Plusieurs nouveautés au musée
La municipalité a décidé d’élargir les plages horaires d’ouverture du musée Hotel-Morin, dans l’objectif de faciliter l’accès à ses collections, au plus grand nombre. Dorénavant, tous les premiers week-ends du mois, et, tous les week-ends des vacances scolaires (toutes zones) le musée sera ouvert. De plus, chaque premier jeudi du mois, une oeuvre majeure de la collection sera présentée au public. Ainsi, jeudi dernier, Louise Marx, chargée de mission au service du patrimoine, a présenté la toile d’Édouard Debat-Ponsan, « La vérité sortant du puits ». La présentation du jeudi 1er mars sera consacrée à un autre artiste, Pierre Athanase Chauvin, et, à l’une de ses oeuvres emblématiques : « L’entrée de Charles VIII dans Acquapendente », qui relate un épisode de la chevauchée du Roi en Italie, en 1494.
NR Indre et Loire, 05/02, p.16

(Rouziers-de-Touraine) Un musée ouvert sur l’extérieur

L’association du musée de Rouziers a tenu fin janvier son assemblée générale annuelle. L’année 2017 s’est inscrite dans la continuité des années passées, avec l’aménagement d’un local avec vitrine, la restauration de matériel tel que javeleuse, vélo solex, vélo d’homme et autres. Le musée, participe aux animations du village comme la Saint Matthieu. Il a animé des journées à thème sur le beurre, le jus de pommes et reçu les enfants des écoles pour leur faire découvrir les métiers disparus. Les recettes liées aux manifestations réalisées ainsi que les subventions obtenues ont permis d’assurer d’équilibrer le budget et de maintenir la cotisation 2018 à 5 €. Un nouvel administrateur a été élu. Gilles Anxionnaz occupera au sein du bureau la fonction de  vice président. L’ouverture du musée est programmée de début avril à fin novembre, du lundi au dimanche, de 9 h à 18 h, uniquement sur rendez-vous. L’accueil des écoles ne change pas, elle se fait en collaboration avec les enseignants. (intégral)
NR Indre et LoireW, 05/02

(La Couture Boussey) Du nouveau au musée des instruments à vent
Pour l’ouverture de sa nouvelle saison, le musée des instruments à vent devient gratuit pour tous. Une décision prise par l’Agglomération Évreux Porte de Normandie qui gère les lieux depuis un an et qui unifie ainsi sa politique tarifaire en matière de musée sur son territoire. Un musée plus que centenaire « Habitants de l’agglomération ou non, participants aux ateliers… Tout le monde pourra désormais pousser la porte du musée gratuitement », explique Constance Pentiaux, agente d’accueil et de médiation. Une annonce accueillie avec satisfaction par les visiteurs, mais aussi pour les familles qui participent aux ateliers du musée.
L'Echo, 06/02, p.17

(Champhol) Des recherches archéologiques
L'institut national de recherches archéologiques préventives (I.N.R.A.P.) vient d'engager une étude diagnostic ZAC des Antennes. (intégral)
L'Echo, 07/02

(Bourges) Des amis précieux autant que curieux
L’assemblée générale s’est déroulée, comme toujours, dans l’amphithéâtre de la ch a m b re de métiers. L’association existe depuis 1953, mais de façon plus opérationnelle depuis 1972. Jean-Claude Gartioux la préside depuis septembre 2012. Les Amis des musées sont actuellement 290, un chiffre stable qui montre l’attachement des membres à cette structure. « Nous avons, c’est vrai, une moyenne d’âge élevée avec des retraités, mais aussi beaucoup de femmes et tous font preuve de beaucoup de dynamisme et curiosité », déclare le président. De la curiosité, il en faut, car les Amis des musées ne proposent pas moins de seize conférences à l’année. Maintenant, pour organiser tout cela, l’association des Amis des musées dispose d’une  belle cagnotte de 300.000 euros. Cette cagnotte n’est pas une aubaine tombée du ciel ou venant des subventions, elle provient des fonds propres de l’association. L’an dernier, les Amis des musées ont fait don, au musée du Berry, d’un tableau de Boichard d’une valeur de 10.000 euros.
Le Berry, 08/02, p.8

(Issoudun) Jean Le Moal et Juana Muller au musée
Au Musée de l’hospice Saint-Roch, deux expositions, Jean-Le-Moal et Juana-Muller, sont à découvrir, du 10 février au 13 mai. L’inauguration est prévue vendredi 9 février, à 18h. Une présentation de l’exposition Jean-Le-Moal, avec Philippe Bouchet, commissaire scientifique de l’exposition, est programmée samedi, à 15h. Du 26 février au 11 mars, l’exposition Jean-Le-Moal se visitera en balade sonore, les membres du collectif Résonance Média ayant créé des compositions sonores autour de l’oeuvre. Pour les vacances d’hiver, des ateliers en lien avec l’exposition Jean-Le-Moal seront proposés pour les 5-9 ans et les 9-15 ans, sur inscription à partir du 12 février. (intégral)
NR IndreE, 08/02

(Bourges) Les photos de Catherine Vinay visibles au musée du Berry

Les gris gris de Catherine Vinay et le musée du Berry, c’est une histoire qui dure avec un mois et demi supplémentaire d’exposition. Ces gris gris, Catherine Vinay, passionnée de voyages, les a photographiés en Albanie, au court de différents séjours. Les grisgris, ce sont en fait des animaux en peluche ou en tissu que les habitants accrochent à leur maison mais aussi à des magasins pour chasser le mauvais oeil. L’Albanie a connu cinquante ans de communisme, isolée du monde. Les Albanais ont donc construit leur monde à leur manière. L’exposition montre soixante dix huit photos classées par thèmes. Elles sont toutes issues d’un safari particulier durant lequel Catherine Vinay s’est focalisée sur ces animaux en peluche que les Albanais
appellent dodolec.
Le Berry, 09/02, p.12

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 12 Fév - 9:39, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 9:47

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loir

(Le Blanc) Découvertes mystérieuses place de la Libération
L’intervention de l’Institut national des recherches archéologiques préventives (Inrap), place de la Libération, laissait présager des découvertes intéressantes. Si le sol a été maintes fois chamboulé, la proximité de l’ancien couvent des Augustins, qui transparaît encore dans l’ancienne mairie, incitait Matthieu Munos et Jérôme Livet à l’optimisme. Accompagnés par les services municipaux pour le gros oeuvre, les deux archéologues ont donc commencé à remonter le temps, et s’ils ont effectivement atteint la couche médiévale, certains vestiges en place ne correspondaient pas aux  prévisions. Ils ont trouvé une médaille du XVIIe siècle, des fragments de céramique, des ossements épars, trois squelettes intacts et des sarcophages. Rien de bien étonnant jusqu’ici pour l’historien local Patrick Grosjean qui évoque une fouille réalisée dans les années 1970 « qui avait livré du mobilier archéologique, des squelettes et même des fioles en verre gallo-romaines qui sont exposées dans notre Musée des Amis du Blanc. On savait que le cimetière des Augustins se trouvait dans cette zone, mais on ne s’attendait pas à ce qu’il y ait des restes aussi bien conservés. » L’affaire prend une autre tournure quand on sait que les religieux se sont établis au XIVe siècle et qu’une partie des ossements daterait du… XIIe siècle ! « C’est extrêmement bizarre, confie Patrick Grosjean. Nous pensions que cet espace était vierge. » Les sarcophages, formés de dalles séparées, constituent une autre énigme. « Nous sommes dans un espace ouvert, sans aucune construction ni aménagement de place, mais où il y a une nécropole », expliquait, hier matin, Matthieu Munos, au cours d’une visite suivie par Pascal Alilaire, ingénieur d’études à la Direction régionale des affaires archéologiques (sic) du Centre, en charge du département de l’Indre.
NR Indre, 03/02, p.14

(Vendome) La Société archéologique déménage
Une poignée de bénévoles de la Société archéologique sont dans les cartons. Très précisément, pas moins de 600 petits cartons fournis par la mairie pour y répartir bulletins, brochures, recueils, livres… Des archives maintes fois déménagées, tout en restant dans le centre historique. Ainsi depuis 1862, elles se sont d’abord entassées dans les bâtiments de la rue Poterie qui abritent l’actuelle bibliothèque, puis dans le bâtiment conventuel de La Trinité. Dans les années 80, c’est dans le bâtiment D au-dessus du porche du Quartier Rochambeau avec entrée place Gracchus-Babeuf qu’elles étaient installées. Pour des raisons de sécurité,  l’association quittait les lieux, le plancher présentant de gros signes de fatigue ! Elle emménageait dans son local actuel du bâtiment Régence. A l’époque, une partie des bulletins restait à Gracchus-Babeuf. Puis, nouveau déménagement des archives, cette fois vers le bâtiment J, dans les vieux locaux près du porche, locaux qui vont recevoir une nouvelle affectation dans le projet de requalification du site. Du coup, départ des rayonnages à mi-février pour être réinstallés par les  services municipaux au 1er et 3e étage du bâtiment Régence. Suivis de tous ces ouvrages une nouvelle fois manipulés ? La dernière ?
NR Loir et Cher, 03/02

(Saint Amand) Le Cercle d’archéologie militaire prévoit plusieurs expositions
Le cercle d’archéologie militaire du Saint-Amandois (Camsa) a tenu son assemblée générale le samedi 27 janvier. Après le bilan de l’année écoulée, le président Pierre Foache a annoncé les projets pour 2018. La saison débutera les samedi 10 et dimanche 11 mars par la participation à la fête du timbre, à la salle Aurore. Puis, le 16 septembre, se tiendra la 28e bourse aux armes de l’association, à Samexpo. Une exposition sur l’artisanat de tranchée sera aussi présentée, du 8 au 15  novembre, à La Perche, après celle prévue sur l’arrivée des Américains au domaine de Châteaufer, à Bruère Allichamps, au cours de l’été. L’association prévoit également, dans le cadre du devoir de mémoire et de la défense du patrimoine, de participer à différentes expositions, notamment dans l’ancien canton de Saulzais le Potier. Elle poursuivra par ailleurs le prêt de son matériel, en avril, à la BA 702 d’Avord, sur le thème de l’aviation.
Le Berry, 05/02, p.15

(Artenay) Le groupement archéologique et historique a repris son souffle
Le Groupement archéologique et historique de la région d’Artenay était réuni en assemblée générale, dimanche, au musée du Théâtre forain et de l’archéologie, sous la présidence de Bernard Chevolot. Le Gahra a été fondé il y a près de 50 ans, après une période de sommeil prolongé du fait de la disparition de ses deux piliers (Pierre Nollent et Jean-Michel Calvo) mais aussi du fait d’exigences administratives réglementant les fouilles. Actuellement, l’association a repris son souffle et se divise en deux sections : l’histoire locale et l’archéologie. Le Gahra compte 54 adhérents et reflète une bonne participation, notamment aux « séances cailloux » qui sont la pièce maîtresse, ou encore aux expositions, la dernière ayant accueilli plus de 200 personnes au musée. Cependant, Bernard Chevolot a profité de la présence d’élus municipaux pour souligner la disparition de personnel compétant en archéologie au musée et le manque de local spécifique pour le travail. « Cela devient préjudiciable, d’autant plus que les collégiens sont intéressés. Si on ne fait rien, c’est un volet culturel de notre patrimoine qui disparaît », explique t il.
RC Orleans, 08/02, p.19

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 9 Fév - 10:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 9:52

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loir

(Saint Benoit sur Loire) Première pierre
La pose de la première pierre du centre d’interprétation de l’art roman à Saint Benoit sur Loire a lieu ce matin, à 10 heures, place du Martroi, au coeur du village. Expositions temporaires de pièces originales, office de tourisme et sa boutique, espace d’animation polyvalent pour des ateliers pédagogiques sur le temps scolaires et des animations estivales verront le jour. Une manière d’enrichir la visite de la célèbre abbaye bénédictine qui attire de nombreux touristes. Le coût global s’élève à trois millions d’euros. (intégral)
RC Orleans, 03/02 + 04/02, p.5

(Saint Lyé la Forêt) Prête à sonner tous les jours
C’est par un oculus (trou circulaire) dans le plancher que la cloche a rejoint le beffroi, la tour renfermant les cloches de la commune. Jusqu’à ce mercredi matin, l’ancienne cloche devait être reprise et rachetée au prix du kilo d’acier par le campaniste personne ou entreprise spécialisée dans l’ingénierie des clochers afin d’être fondue, au grand désespoir du maire qui aurait préféré conserver cette cloche au patrimoine. Mais cette conservation aurait augmenté le coût du remplacement de la cloche. Surprise, à l’issue de l’opération consistant à monter la nouvelle cloche, un bienfaiteur qui souhaite rester anonyme à proposer de racheter  l’ancienne à la valeur de l’acier, tout comme le proposait le campanile, soit 2.930 euros. Chantal Beurienne n’a pas hésité. La cloche est donc sauvée et sera exposée dans l’église de Teillay Saint Benoît.
RC Orleans, 03/02, p.23

(Chateaudun) La Grande épopée est lancée au château

Il ne restait plus une seule place libre, hier soir, au château de Châteaudun. Trois cents personnes ont, en effet, participé à la soirée spéciale d’information et de casting de La Grande épopée, saison II. Charles Mollet  à gauche sur la photo), metteur en scène du spectacle, et Julie Gelugne, directrice logistique de ce rendez vous, ont accueilli dans deux salles différentes les futur(e)s volontaires qui souhaitent rejoindre cette aventure artistique. Comédiens, figurants, habilleuses, coiffeuses, couturières, maquilleuses…, de nombreuses personnes préparent La Grande épopée. Elles étaient deux cent quatre vingts pour la première édition l’an dernier ; elles seront trois cent cinquante cette année. Ceux qui n’ont pas pu participer à la soirée de casting, hier, peuvent s’inscrire en envoyant un mail à « grandeepopee@gmail.com » ou sur le site « lagrandeepopee.com ». Pour les comédiens et les figurants, les répétitions hebdomadaires commenceront dès la  mi février. La Grande épopée, saison II sera, quant à elle, à l’affiche du château de Châteaudun vendredi 18, samedi 19, dimanche 20 et lundi 21 mai, puis vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 mai. Les spectateurs pourront ainsi plonger dans les aventures de Jeanne d’Arc, Jean de Dunois et de Charles VII. (intégral)
L'Echo, 03/02

Napoléon III lance à Bourges l’industrie d’armement
On attribue souvent l’implantation des établissements militaires, et par delà de l’industrie d’armement à Bourges, à Napoléon III. Certes, son rôle fut décisif, mais le dossier avait été lancé longtemps avant, le terrain préparé et certaines décisions prises, tant au niveau national que par les élus de Bourges, notamment Laurent Mayet-Genetry, maire de 1830 à 1848, et député de 1837 à 1839. Pour autant, Napoléon III fit deux visites à Bourges, en 1852, puis en 1862. Et ces visites devaient être décisives. Les bases étaient posées : celles de ce qu’on allait appeler, jusqu’à récemment, les établissements militaires et qui reposaient sur le triptique fonderie de canons, école d’artillerie et école de pyrotechnie. Ainsi avait été concrétisée la longue réflexion entreprise dès 1712 par… Louis XIV, et poursuivie par étapes, soubresauts et hésitations pendant des décennies. Toujours estil qu’une réalité s’imposait alors : celle d’éloigner certains sites stratégiques ou de production des frontières extérieures, tout en permettant aux nouveaux sites choisis de pourvoir le plus facilement possible aux besoins des armées. Bourges  avait fini par s’imposer aux esprits des décideurs tandis que, par exemple, les fonderies de Strasbourg et de Douai étaient fermées et au bénéfice d’une grande fonderie créée sur le site berruyer de Lahitolle.
+ Bourges, «valeur stratégique»
Le Berry, 04/02, p.2/3

(Dreux) Ces beaux signes extérieurs de richesse
«Dans la maison, on a tout refait, sauf ça ! », confie Claudine Lecourt, propriétaire de l’une des coquettes propriétés du boulevard Dubois. « Ça » ? Ce sont des mosaïques surplombant chaque fenêtre de la maison datant de 1896 : des motifs élégants de fleurs sur un fond jaune lumineux. Une sorte de tableaux figuratifs mis en valeur par des dorures et quelques touches de couleurs. Dans le boulevard Dubois, pas une seule fresque incrustée en  façade des maisons ne ressemble à une autre. Chaque “toile” est unique, précise François Lemonne, expert en patrimoine local. « Au moment de la construction de la maison, l’architecte devait solliciter un mosaïste. Cette décoration était un peu un signe ostentatoire, une façon d’exhiber sa richesse ». La plupart de ces fresques illuminent les façades de quelques unes (56) des plus belles maisons du boulevard Dubois. Une originalité propre à ce secteur. « Il n’y en a pas dans les autres rues de la ville ». Comme une cerise sur un gâteau, ces mosaïques mettent en valeur les propriétés. En terres cuites vernissées, en grés flammé ou en tout autre matériau, elles ont été conçues par des maîtres céramistes répondant à une commande de l’architecte de la maison.
L'Echo, 04/02, p.10

(Amboise) Financement du XXIe siècle pour spectacle historique
C'est une nouvelle page qui se tourne pour l’association ARA (Animation Renaissance Amboise). Il y a deux ans, le premier grand tournant a été pris avec le changement du spectacle nocturne, en faisant appel à un professionnel et à des effets visuels. Cette fois, c’est la manière de travailler de l’association qui évolue. Après une quarantaine d’années d’un fonctionnement associatif classique, l’ARA a créé il y a quelques mois une commission communication. Ce groupe de travail est chargé non seulement de la communication, mais aussi de trouver des partenaires, une clientèle de groupe (autocaristes) et des mécènes. La nouvelle dimension technique et artistique du spectacle a engendré de nouvelles et importantes dépenses. L’équilibre financier de l’association s’est fragilisé. Les dirigeants partent aussi du principe que les subventions d’argent public ne vont pas aller dans le sens d’une augmentation, bien au contraire. La restructuration de la manière de travailler a débuté par une démarche officielle, l’an passé, pour pouvoir faire appel au mécénat. Un dossier a été présenté à la direction des finances publiques, pour avoir cet agrément. L’année 2018, dont le tableau sera brossé lors de l’assemblée générale de l’association qui devrait se tenir fin février, mise sur un effort en terme de communication, pour attirer plus de spectateurs au spectacle estival. Cette petite révolution dans les méthodes de gestion passe aussi par un projet de financement participatif.
NR Indre et Loire, 04/02, p.10

(Fay aux Loges) Des lycéens au contact du réel
Durant une année, des élèves du lycée professionnel Gaudier Brzeska de Saint Jean de Braye, ont participé à un chantier école à Fay aux Loges. Aujourd’hui achevée, cette action s’inscrivait dans le cadre de la convention passée entre la commune et l’établissement. Deux ouvrages ont été réalisés au cours de ce chantier. Le premier, encadré par le professeur Nicolas Joudiou, concernait  la fabrication de six bancs en pierre, dont la taille a été effectuée par 15 jeunes en bac pro des métiers et art de la pierre, de fin 2016 à début 2017. Les bancs ont ensuite été installés sur le chemin de halage, à proximité de la halte canal, par cinq  élèves en classe terminale, en formation « Interventions sur le patrimoine bâti », en juin pour les trois premiers, et en novembre pour les trois suivants. Le deuxième chantier, conduit par le professeur Laure Bruyère, portait sur la réfection d’un mur de clôture bordant le canal, avec restauration d’un chapeau en tuiles de Pays, et la reprise d’un mur en moellons.
RC Orleans, 05/02, p.17

(Yèvres le Châtel) La forteresse privée de contrats aidés ?
Samedi, l’association des Compagnons de la Châtellenie réunissait ses troupes dans la petite salle communale, lovée au pied de la forteresse médiévale du XIIIe siècle. Celle de Yèvre le Châtel, qu’elle cajole depuis 1995. 40 membres assistaient à l’assemblée générale dirigée par Alain di Stéfano, maire du village classé parmi les plus beaux de France, et président des compagnons. Impossible de lister tout ce qui aura encore été accompli en 2017 au nom de la promotion et de l’entretien constant du formidable patrimoine historique sur lequel tous posent un regard quasi amoureux. Citons seulement la pose de belles bordures suite à l’enfouissement des réseaux à Souville, l’achat de  totems d’informations ou encore l’acquisition de l’ex bâtiment Morin, près de l’église Saint Lubin. Là bas, y sera créé demain un espace à vocation touristique et culturelle. « 23.000 personnes ont profité de nos manifestations, signe incontestable de l’attrait touristique de Yèvre. » Il y a cependant une ombre au tableau, et une question sur toutes les lèvres : sera t on en mesure, cette année encore, de bien ouvrir le château aux visiteurs, chaque après midi (entre 14 et 18 heures), du 1er avril au 1re novembre ? Une interrogation motivée par les craintes de non reconduction des trois contrats aidés (de 20 heures chacun), sans lesquels la mécanique associative risquerait bien de se gripper.
RC Loiret, 05/02, p.11

(Chartres) Une entreprise familiale fondée en 1868 et forte de 700 salariés
Créée en 1868, la société Bodet traverse le temps. Cette année là, le Conseil municipal de Trémentines (Maine et Loire) a confié la restauration de son église à un élu, Paul Bodet. Cet ébéniste se passionne pour l’horlogerie et change de métier. Il fonde sa société et installe sa première horloge sur l’église de cette commune implantée une dizaine de kilomètres au nordest de Cholet. Ses descendants lui ont succédé : Emmanuel (1918), Pierre (1945), Jean Pierre (1992) et Pascal (2016). La société Bodet, spécialiste de l’horlogerie d’édifice et des cloches, s’est diversifiée avec les tableaux d’affichage sportif (1968), l’horlogerie industrielle (1975) et la gestion de temps et des contrôles d’accès par badge (1987). L’entreprise familiale de 700 employés est intervenue sur les cathédrales Notre Dame de Paris, d’Orléans (Loiret), de Toulon (Var), d’Albi (Tarn), etc., levant parfois des cloches à 80 m de haut. Elle a également oeuvré dans des gares, des aéroports et des métros en France, Thaïlande, Australie, Corée du Sud et Iran.
+ L’horloge de la gare de Chartres a été restaurée
L'Echo, 05/02, p.6

(Frouville Pensier) Une priorité, remplacer les ailes du moulin
Gilles Depussay a présidé l’assemblée générale de l’association du moulin de Frouville Pensier dans la salle polyvalente d’Ozoir le Breuil, samedi. À ce jour, l’une des préoccupations majeures de l’association reste la  réparation de l’aile qui a été cassée lors du coup de vent en tornade du 30 août. « Faute d’anémomètre enregistreur et de preuves, l’assurance n’a pas voulu prendre en charge la remise en état chiffrée à plus de 13.000 euros mais a accordé un geste commercial de 5.000 euros », indique le président. Le bureau recherche actuellement des financements et pense, dans la mesure du possible, à remplacer toutes les ailes qui ne sont plus toutes jeunes. Les contacts à la suite des émissions de télévision sur France 3 et au Téléthon 2016 laissent des espoirs.
L'Echo, 05/02, p.20

(Chartres) “Rechèvres 200” disparaît-il ?

«Des pavillons semblables à ceux qui étaient dans les quartiers des villes américaines » : cette qualification d’un habitant de Rechèvres suffit à décrire le sentiment des Chartrains vis à vis de ces nouvelles constructions. Juste au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les architectes Camelot, Sainsaulieu et Rivet proposèrent une nouvelle cité expérimentale, “Rechèvres 200”. L’idée était basée sur une résidentialisation avec une desserte en forme de raquette. Ce type de maisons, neuves, qui avaient en outre tout le confort de l’époque (eau courante, eau chaude et sanitaires) a, d’emblée, rempli de satisfaction les nombreux  demandeurs. Mais, au fil des ans et face au vieillissement des maisons, les volontaires au déménagement furent relogés dans des immeubles neufs. Et les autres ? Élisabeth Fromont, adjointe au maire, a souvent répété, en réunion de quartier, que « la position de la Ville ne changerait pas. Toute leur vie durant, les habitants resteront dans leur maison et personne ne sera expulsé. » Quant à ce promeneur, il regarde d’un air triste l’un de ces pavillons, totalement isolé, au milieu d’un immense terrain en friche : « Allée des Cognées, cela va encore. Mais celui ci, c’est le dernier. Va t on en faire un musée ? »
L'Echo, 06/02, p.10

(Escorpain) Le château s’offre une seconde jeunesse
Datant du XVe siècle, le château d’Escorpain appartient à la famille FirminDidot depuis qu’en 1857, l’un de ses membres, Alfred, a épousé l’une des filles du maréchal Joseph-Christophe Coüin, qui avait acquis cette vaste demeure en 1804. 150 ans plus tard, le monument menace de tomber en ruines lorsqu’en 2008, Charles Firmin-Didot et ses soeurs décident de le racheter à leur cousin et entreprennent, dans la foulée, de le rénover. Depuis, de nombreux travaux ont été menés, notamment ceux qui ont permis de tirer la plupart des bâtiments hors de l’eau et de restaurer le jardin. Charles Firmin-Didot entend maintenant poursuivre la revitalisation du site en y développant plusieurs activités qu’il résume par ces mots : « Comprendre l’homme et la nature et partager ».
+ Une école du jardin vivant : « La nature offre des merveilles que l’homme détruit par manque d’éducation. La  connaissance de la diversité est fondamentale », constate Charles Firmin-Didot. D’où la volonté de former des jardiniers du  vivant avec 10 à 20 élèves-stagiaires par périodes et l’obtention d’un diplôme.
L'Echo, 06/02, p.19

La rénovation du pont-canal de la Tranchasse, estimée à 1,2 million d’euros, a pris du retard
Le début des travaux était annoncé pour septembre dernier par le Syndicat du canal de Berry. Mais, aujourd’hui, le chantier de réhabilitation du pont-canal de la Tranchasse, qui s’inscrit dans l’aménagement du Canal de Berry à vélo, n’a pas encore de date de lancement. L’étude de solidité et de réhabilitation de cet ouvrage d’art inscrit au titre des monuments historiques depuis 2009 et à cheval sur les communes de Colombiers et Ainay le Vieil, « a été confirmée par le syndicat, mais il y a des procédures à suivre qui prennent du temps. Chacun a son rythme pour délibérer », explique le directeur du Syndicat du canal de Berry, Emmanuel Rochais. Entre 2016 et le début de l’année 2017, une inspection détaillée du pont-canal a été réalisée avec des investigations géotechniques et le passage d’un scanner géophysique. Ces opérations ont confirmé l’usure de joints et de pierres sur le pont ainsi que la dégradation et l’absence de croisillons sur des garde corps, voire l’absence totale de garde corps. Cette étude a permis de chiffrer le coût de la réhabilitation du pont qui est estimé à 1,2 million d’euros. « Nous sommes à la recherche de financements auprès de nos partenaires : l’Agence de l’eau Loire Bretagne, la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), le conseil régional Centre Val de Loire et le  conseil départemental », explique le directeur du syndicat. Et l’appel d’offres va être lancé dans les prochains jours pour trouver un maître d’oeuvre.
Le Berry, 07/02, p.24

(Les Villages Vovéens) Au chevet d’un chemin de croix unique
L’association “Le chemin de Gabriel” qui a pour but de restaurer le chemin de croix, oeuvre de Gabriel Loire, a tenu son assemblée générale, à Voves, en présence des adhérents, de Pascale Fauconnier, adjointe au maire, de Maryvonne Génin, ancien maire et d‘Annie Loire. Ce chemin de croix est une composition de quatorze toiles liturgiques, avec, en fond, des représentations de la ville de Voves ou de la Beauce. La commune de Voves a transféré la propriété de ces toiles et en est devenue maintenant propriétaire. L’association a donné des concerts et présenté des expositions pour recueillir des fonds afin de procéder à la restauration des toiles abîmées. La D.R.A.C (Direction régionale des affaires culturelles) a pris acte de ces faits. Un protocole pourra donc être établi pour la restauration des toiles, leur montage, leur présentation et leur fixation.
L'Echo, 07/02, p.12

(Digny) Le clocher de l’église sera restauré

La municipalité a fait le point sur les grosses réalisations prévues cette année. De gros travaux seront entrepris cette année sur le clocher de l’église très endommagé. La location d’une nacelle de 20 mètres est nécessaire. Le coût de l’ensemble des travaux de restauration est estimé à 350.000 €. (intégral)
L'Echo, 07/02

Amis du pays lochois : passion patrimoine
Plus de la moitié des adhérents étaient présents pour l’assemblée générale des Amis du pays lochois, samedi 3 février à l’espace Agnès-Sorel. L’association, l’une des plus importantes de la région, permet de faire découvrir à tous, adhérents ou non adhérents, les richesses du patrimoine à travers visites et conférences. Elle aide aussi financièrement à la sauvegarde de bâtiments, a souligné son président Stéphane Blond. Ainsi, comme les années précédentes, 500 euros ont été versés au fonds de dotation privé Loches patrimoine et culture, et, en 2017, 550 euros pour la restauration du clocher de Beaulieu-lès-Loches. Chaque année, trois conférences et trois visites sont programmées, certaines dans des lieux ouverts uniquement pour l’association.
NR Indre et Loire, 07/02, p.16

(Pithiviers) Infatigable « Connaissance et sauvegarde du patrimoine »
Dimanche, l’assemblée générale de « Connaissance et sauvegarde du patrimoine » a réuni les passionnés de l’histoire locale. Après un travail acharné de plusieurs années, les cycles des parutions sur les croix de chemin et les églises sont enfin achevés. Le dernier ouvrage clôt la série en beauté, avec les superbes lavis et dessins à la plume de Valentin Balan. À noter que le tome sur les églises du Beaunois, déjà réédité, est de nouveau épuisé. Ceux des églises de l’Outarvillois et du Puiseautin sont presque épuisés également. Tous les ouvrages sont en vente à la librairie Gibier. Mais il y a encore un nouveau projet en préparation, déjà bien avancé. La sortie des « Monuments romans entre Seine et Loire », en deux volumes inséparables, est prévue pour la fin de l’année 2018. (intégral)
RC Loiret, 08/02

(Sainte Montaine) L’église doit être restaurée d’urgence
L’église et ses abords sont interdits au public depuis l’arrêté municipal du 13 avril 2017. Les élus avaient été forcés de prendre cette décision après la chute de morceaux de plâtre dans le choeur de l’édifice et face aux fissures de plus en plus importantes sur la voûte. « Les habitants ne sont pas contents qu’elle soit fermée, mais on n’avait pas le choix, c’était une question de sécurité », rappelle Muriel Kubicke, deuxième adjointe de la commune. L’édifice est  très ancien, du XIIe ou XIIIe siècle, mais il paie surtout le prix des modifications réalisées des siècles – probablement entre 1489 et 1600 – après sa construction. « Les entraits et les ponçons ont été coupés pour laisser place à des voûtes néogothiques, et ils ont rafistolé comme ils pouvaient, explique Frédéric Chesnet, troisième adjoint. C’était la mode à une époque de refaire des choeurs en style gothique. » Reste que cette modification a déstabilisé la voûte. Les élus d’aujourd’hui doivent donc prendre le problème à bras le corps. Un diagnostic a été demandé au cabinet spécialisé Trait carré d’architectes. Il a soumis aux élus plusieurs hypothèses techniques pour restaurer l’édifice. « On pouvait refaire comme à l’origine, une voûte en bois et des murs en plâtre dans la nef, détaille Muriel Kubicke, ou on pouvait tout faire en plâtre pour que ce soit unifié sur toute la longueur. On a choisi de tout mettre en plâtre. » Les élus doivent de nouveau rencontrer l’architecte de patrimoine en charge de ce dossier, Thierry Guittot, « pour voir avec lui ce qu’il faut faire pour lancer ce type de travaux. »
Le Berry, 08/02, p.17

(Bridoré) Une tuilerie labellisée
Une cinquantième entreprise régionale vient d’être labellisée “Entreprise du patrimoine vivant” (EPV ) : La Tuilerie artisanale de Bridoré. Cette entreprise, installée dans la commune du Bridoré  (Indre et Loire) depuis 2005, est spécialisée dans la fabrication de tuiles plates de restauration, notamment pour les monuments historiques. Le label d’État EPV, renouvelable tous les cinq ans, a été mis en place en 2006. 52 % des entreprises régionales relèvent de l’artisanat, 35 % de l’Industrie et 13 % sont des doubles inscrits (inscrits au répertoire des métiers et au registre du  commerce). Elles représentent 1.810 emplois et un chiffre d’affaires cumulé annuel en région de près de 154 millions d’euros. (intégral)
L'Echo, 08/02

Montboissier entretient ses Mémoires
2018 marque le 250e anniversaire de la naissance de Chateaubriand et le 170e anniversaire de sa mort. Le château de Montboissier, « sur les confins de la Beauce et du Perche », fait partie des lieux emblématiques liés à la mémoire de l’illustre écrivain romantique, académicien et homme politiq ue (1768-1848). En juillet 1817, François-René de Chateaubriand et son épouse se sont installés pour un mois chez le comte et la comtesse de Colbert Maulévrier. « Il était dans sa famille, indique Dominique de Bellaigue de Bughas, l’actuel propriétaire du château. Le baron de Montboissier, gendre de Malesherbes, était l’oncle par alliance du frère de Chateaubriand. » Ce séjour n’était qu’un exil rendu nécessaire par les  problèmes politico financiers de Chateaubriand et par la convalescence de son épouse. Mais la fameuse grive de Montboissier lui a permis de poursuivre la rédaction de ses Mémoires d’outre tombe. Chateaubriand écrit, également, que « le parc, maintenant à l’anglaise, conserve des traces de son ancienne régular ité française » et « plaît comme une ruine ». « Il y avait effectivement encore des ruines quand mon arrière grand père a racheté le domaine en 1882, précise Dominique de Bellaigue de Bughas. Le château avait été vendu et démoli pendant la Révolution. Il ne restait plus que deux pavillons et Chateaubriand a séjourné dans le plus petit, le pavillon des Roses, qui a, ensuite, été une salle de billard. »
L'Echo, 08/02, p.17

(Chambord) Le château évacué après un départ de feu
Peu après 13 h, hier mercredi, un incendie s’est déclaré dans un conduit de cheminée à Chambord. Une surcharge d’une des cheminées au rez-de-chaussée du donjon aurait provoqué des dégagements de fumée dans les étages. Par précaution, il a été procédé immédiatement à l’évacuation complète du château. Les sapeurs-pompiers de Blois, Muides et Mer sont très rapidement intervenus sur les lieux pour circonscrire le sinistre. Cette intervention a nécessité l’aide des hommes du Grimp (Groupe de  reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux) qui ont dû escalader la façade afin de vérifier l’état du conduit pour éviter toute reprise de l’incendie ou propagation. Vite sur les lieux également, Jean d’Haussonville, directeur du Domaine, a indiqué son intention de déposer plainte auprès de la gendarmerie pour la surcharge de cette cheminée à l’origine de l’incendie qu’il estime intentionnel. (intégral)
NR Loir et Cher, 08/02

(Argenton) Un cadeau béni pour le Cercle laïque
La douzaine de sections du Cercle laïque culturel d’Argenton va bientôt s’ installer dans une nouvelle structure, à l’intérieur de l’ancienne église Saint-Etienne. Baptisée maison d’animation, elle sera répartie sur trois niveaux. « Cette structure a été aménagée dans le respect de l’architecture intérieure et extérieure de l’édifice », précisait, lors d’une récente visite de chantier, Maurice Bonnet, adjoint au maire d’Argenton, chargé du suivi du dossier. Il restera à résoudre le délicat problème du stationnement dans ce quartier enclavé. « Pour les véhicules des utilisateurs, nous verrons le moment venu et nous prendrons les décisions nécessaires. Nous invitons toutefois à se garer sur le parking situé à l’intersection de la route de Châteauroux, en sortie sud du quartier », a conclu Maurice Bonnet, avant de rappeler le coût de cette opération de 750.000 € HT, subventionnés à 80 % par l’État, la Région, le Département, dont les fouilles archéologiques, d’un montant de 29.000 €.
NR IndreE, 08/02, p.12

(Ligueil) Qui en veut à l’église ?
Très mauvaise surprise, dimanche, en début d’aprèsmidi, lorsqu’il a été constaté que l’orgue de l’église de Ligueil venait de subir de grosses dégradations… A peine huit jours après la  réception de son chantier de restauration par la Ville. Une reprise complète qui a coûté 10.640 € à la commune. Pour rien, puisque des tuyaux de l’orgue ont été tordus, démontés. Des dégâts ont également été commis sur le clavier. Le maire, Michel Guignaudeau, qui a porté plainte hier auprès de la brigade de gendarmerie de Ligueil, a fait revenir le facteur d’orgue chargé de la  restauration pour qu’il dresse un bilan précis des dommages. Le montant du préjudice financier n’est pas encore connu. Ces déprédations sur l’orgue viennent s’ajouter à une série de méfaits commis dans l’église de Ligueil depuis une quinzaine de jours.
NR Indre et Loire, 08/02, p.5

(Sainte Maure) Bientôt une cloche à la chapelle ?
L'assemblée générale de l’association du « Quartier de la chapelle » s’est déroulée vendredi soir, sous la présidence de Maryvonne Guitton. Jean-Pierre Andréani, maire adjoint en charge de la  culture et du patrimoine, a donné quelques informations sur l’avenir du quartier. Le montant des travaux de rénovation de la chapelle des Vierges s’élève à 75.000 €. Il a évoqué la mise en place de la cloche avec éventuellement un carillon (5.000 €). Maryvonne Guitton estime qu’il sera nécessaire d’avoir auparavant l’avis des riverains, à cause de la nuisance sonore. Il est aussi question de l'achat et de la rénovation de la cabane de vigne située à côté de la chapelle et propriété de Monsieur Serrac. Mme Lechemeau demande l’implantation de jeux pour les enfants du quartier. Joël Guitton suggère qu’ils soient implantés rue de Verdun, à l’endroit où étaient stockées les bonbonnes de gaz auparavant. Claude Raboin demande à Jean-Pierre Andreani pourquoi la face intérieure du clocher de la chapelle n’a pas été rénovée. C’est que l ’entreprise en charge des travaux n’a pas jugé nécessaire de procéder à cette opération.
NR Indre et LoireE, 08/02, p.20

(Chambord) Le bois enfermé dans des coffres après le feu de cheminée

Un visiteur a, mercredi, en tout début d’après-midi, déclenché un feu de cheminée en tentant d’ajouter une bûche dans un âtre, dans le château de Chambord. Le directeur du Domaine, Jean d’Haussonville, a annoncé, hier, que les morceaux de bois d’un mètre – disposés, jusqu’à l’incident, « ni trop près, ni trop loin » des foyers – seront désormais enfermés dans des coffres cadenassés. L’hiver, quatre cheminées sont allumées à l’intérieur. Leurs abords sont régulièrement surveillés et, mercredi après-midi, les personnels ont détecté l’incident quelques minutes après le départ de feu – une enquête est en cours pour en déterminer les conditions exactes. Il n’est pas question de renoncer à tout allumage, assure Jean d’Haussonville qui rappelle que les parties visitables « ne sont pas chauffées. » Chambord avait été confronté à deux autres incendies dans des conduits de cheminée, au cours de ces trente dernières années.
NR Loir et Cher, 09/02, p.4

(Vineuil) Une agence pour la rénovation du patrimoine
Les enduits monocouche, le micro-mortier à la chaux naturelle, le mortier de réparation, le ragréage, mais aussi l’application des nettoyants antimousse, l’enduit mural décoratif ou les traitements anti-graffiti : c’est l’univers de Vega qui vient d’ouvrir une nouvelle agence à Vienuil. Alexandre Blocquet-Voisin est le directeur de cette entreprise spécialisée dans « la restauration, la rénovation et la conservation du patrimoine ». Un domaine dans lequel Vega possède de prestigieuses références telles que les travaux réalisés sur les hôtels Crillon et Penninsula à Paris ou sur les façades du château de Ferrières. Avec une particularité que tient à souligner le directeur : « Tous nos produits sont français et sont élaborés dans notre usine de Saint-Laurent-Nouan ». Vega, 169, rue Le Verrier à Vineuil, tél. 06.64.63.21.70. (intégral)
NR Loir et Cher, 09/02

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 12 Fév - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:20

Source : culturebox.francetvinfo.fr

Le buste de Jules César reproduit en 3D, star du musée de l'Arles antique

Depuis quelques années, la révolution 3D a fait son entrée au musée. Les oeuvres numérisées grâce à des scanners très haute définition sont ensuite imprimées en 3D à des fins pédagogiques, scientifiques et même commerciales. Le musée départemental Arles antique l’a bien compris : ses répliques du buste de Jules César se vendent comme des petits pains.
Lie la suite : https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/sculpture/le-buste-de-jules-cesar-reproduit-en-3d-star-du-musee-de-l-arles-antique-269047

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:22

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com


Deux tableaux de Laurent Pécheux pour des musées français

Lire la suite :http://www.latribunedelart.com/deux-tableaux-de-laurent-pecheux-pour-des-musees-francais

Un Cimetière en Provence de Montenard déposé à Brignoles
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-cimetiere-en-provence-de-montenard-depose-a-brignoles

Un Blanchard, un Mondrian et un Bonnard offerts au Dallas Museum of Art
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-blanchard-un-mondrian-et-un-bonnard-offerts-au-dallas-museum-of-art

Sept dessins offerts au Louvre sous réserve d’usufruit

Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/sept-dessins-offerts-au-louvre-sous-reserve-d-usufruit

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 9 Fév - 10:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:26

Source : 20minutes.fr

Rennes: Le musée de Bretagne rend ses collections accessibles aux aveugles

Le musée va se voir décerner le prix Patrimoine pour tous au ministère de la Culture.
Il propose aux aveugles et déficients visuels de toucher des objets présentés dans ses collections.
Les répliques d’objets ont été conçues par des maquettistes et céramistes ainsi qu’avec l’aide d’une imprimante 3D.
Lire la suite : https://www.20minutes.fr/culture/2216651-20180207-rennes-musee-bretagne-rend-collections-accessibles-aveugles

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:34

Source : latribunedelart.com

Louvre : un centre de conservation garanti 100% sans conservateur


Alors que la rumeur enfle - propagée notamment par le principal intéressé - de la reconduction de Jean-Luc Martinez à son poste de président-directeur du Musée du Louvre, nous avons eu connaissance d’une interview très courte donnée par Brice Mathieu, directeur délégué du Centre de conservation du Louvre à Liévin, et paru dans le journal en ligne News Tank Culture le 8 décembre dernier. Celle-ci confirme ce que nous expliquions dans notre article sur le bilan de Jean-Luc Martinez au Louvre et aggrave encore le constat, si cela était possible.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/louvre-un-centre-de-conservation-garanti-100-sans-conservateur

Travaux imaginaires et taux d’ouverture erroné, les « fausses nouvelles » du Louvre


Depuis que nous avons publié notre longue enquête sur le bilan de Jean-Luc Martinez, nous avons reçu un très grand nombre de réactions, toutes allant dans notre sens, à l’exception d’un(e) ancien(ne) conservateur(trice) du Louvre qui nous a trouvé « trop dur1 ». Lorsque nous l’avons interrogé(e) sur ce qu’il (elle) trouvait exagéré, il (elle) nous a parlé de notre critique de la politique d’acquisition, particulièrement de celle du département des peintures. Mais sur tout le reste, il (elle) n’avait rien à redire…
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/travaux-imaginaires-et-taux-d-ouverture-errone-les-fausses-nouvelles-du-louvre

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:38

Source : latribunedelart.com

Quand la ministre de la Culture menace la Joconde

« Pourquoi s’interdire, euh, cher Jean-Luc Martinez, c’est un exemple, déplacer la Joconde1… ou la tapisserie de Bayeux ! » L’amateurisme satisfait de Françoise Nyssen tient tout entier dans cette petite phrase. Non contente, alors qu’elle devrait être la première à s’inquiéter de la possibilité réelle de déplacer la tapisserie de Bayeux (voir l’article), de valider cette idée saugrenue, elle en rajoute encore en évoquant rien moins que le prêt de la Joconde.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/quand-la-ministre-de-la-culture-menace-la-joconde

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:41

Source : latribunedelart.com

Passe d’arme à propos des Tulipes de Jeff Koons

Le Monde vient de publier, sous la plume de Harry Bellet, un article pointant les contre-vérités que contiendrait la tribune contre l’installation des Tulipes de Jeff Koons devant le Palais de Tokyo (voir aussi nos articles ici et ici). Sans méconnaître l’ironie de la situation, qui voit La Tribune de l’Art s’interposer dans un combat entre spécialistes de l’art contemporain, nous voudrions apporter quelques précisions sur les erreurs ou supposées erreurs que contiendrait cette pétition (que nous avons découverte comme tout un chacun après qu’elle a été écrite).
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/passe-d-arme-a-propos-des-tulipes-de-jeff-koons

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:43

Source : latribunedelart.com

Le Louvre Abu Dhabi raye le Qatar de la carte

Rayer littéralement un pays de la carte, prétendre qu’il n’a jamais existé, et ceci dans un espace réservé aux enfants, donc à l’éducation, dans un musée qui porte le nom de Louvre. Voilà l’immense exploit que vient de réaliser, à peine plus de deux mois après avoir été inauguré en grande pompes par le Président de la République Emmanuel Macron, le Louvre Abu Dhabi.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-louvre-abu-dhabi-raye-le-qatar-de-la-carte

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:45

Source : latribunedelart.com

Pourquoi la tapisserie de Bayeux ne peut (et ne doit) pas voyager

Un ami conservateur et médiéviste nous a confié avoir cru dans un premier temps à une blague du Gorafi. Toute la presse en effet ne résonne que de la promesse d’Emmanuel Macron à Thérèse May de prêter à l’Angleterre la tapisserie de Bayeux1. Le communiqué de l’Élysée, même si le discours commun du Président de la République et du Premier ministre anglais était ambigu, est sur ce point plus mesuré. On lit en effet (alinéa 75) que ce prêt aurait lieu « sous réserve que les exigences juridiques et les conditions scientifiques de restauration et de préservation soient respectées. »
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/pourquoi-la-tapisserie-de-bayeux-ne-peut-et-ne-doit-pas-voyager

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:47

Source : latribunedelart.com

Ministère de la Culture : la valse des conseillers

6/2/18 - Politique - Ministère de la Culture - La Tribune de l’Art ne traitant que du patrimoine et des musées, nous n’avons évidemment pas vocation à parler des nominations et des départs des conseillers de la ministre de la Culture, ceux-ci sortant presque tous de notre champ. C’est pour cette raison que nous n’avons pas évoqué jusqu’ici la valse permanente que connaît le cabinet de Françoise Nyssen.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/ministere-de-la-culture-la-valse-des-conseillers

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   Ven 9 Fév - 10:48

Source : actu.fr

Pont-Aven. Une collection privée enrichit le musée

C’est une rencontre très importante pour le musée de Pont-Aven. Le collectionneur et mécène Alexandre Mouradian vouant un intérêt particulier pour les artistes du XIXe siècle que l’on a regroupés sous le nom d’école de Pont-Aven, a réuni une collection d’une quarantaine de toiles signées Maurice Denis, Paul Sérusier, Émile Bernard, Henry Moret, Jan Verkade, Eric Forbes-Robertson… et une cinquantaine de gravures d’Armand Seguin.
Lire la suite : https://actu.fr/bretagne/pont-aven_29217/pont-aven-une-collection-privee-enrichit-musee_15318662.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (5 - 11 janvier 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: