Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Mer 23 Sep - 9:25

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Orleans) Mémoire vive au Cercil d’Orléans

«Ne jamais rien lâcher.» Pas le souffle d’un renoncement, pas l’ombre d’une lassitude, dans le sourire volontaire de Nathalie Grenon. Bien au contraire. Cette saison, comme toutes les autres, la directrice du Cercil Musée mémorial des enfants du Veld’hiv’ remettra l’ouvrage sur le métier. La passion au service d’une vocation : donner à voir et à comprendre les rouages d’une descente aux enfers collective. Expliquer comment on en est venu à interner des hommes, des femmes, des enfants, notamment dans les camps loirétains de Beaune la Rolande, Pithiviers et Jargeau. Aujourd’hui, le Cercil est connu, reconnu. Il a su imposer sa singularité et son professionnalisme au plan international. Pas une fin en soi. Plutôt les premières pierres, solides,d’une œuvre mémorielle en constante mutation.
RC, Orleans, 19/09

(Orleans) Un Picasso avec les amis des musées

Dans le cadre de l’exposition « Le dessin, de l’atelier au musée », qui mettra en valeur, du15 octobre au 31 janvier, les riches fonds d’art graphique du musée des Beaux Arts et du musée historique et archéologique de l’Orléanais, l’association des Amis des musées d’Orléans va, de nouveau, faire montre de son soutien au rayonnement de l’établissement.Très bientôt, en effet, 19 séries de cartes postales, allant de Fragonard à Picasso, chacune tirée à cent exemplaires et en vente au Beaux Arts, seront éditées. Parmi ces différentes reproductions,on retiendra, notamment, une tête de femme hurlant, étude préparatoire pour le Guernica, de 1937,de Pablo Picasso. Une œuvre au crayon graphite dessinée sur un paquet de cigarettes Gitanes ! (intégral)
RC, Orleans, 22/09

(Grand-Pressigny) Le musée de la Préhistoire va bénéficier d’une restauration

Propriété du Département, le château du Grand-Pressigny(1), qui abrite le musée de la Préhistoire, va bénéficier d’une restauration. Celle-ci va porter sur la remise en état dela partie haute du châtelet d’entrée et d’un mur de lacour des communs, dans laquelle on pénètre ensuite. Lecouronnement de la terrasse du châtelet d’entrée va êtreentièrement déposé, puis remontée et rejointée. Quantau mur de la cour des communs, à proximité de latour Vironne, il va faire l’objet d’un démontage partiel. Les portions effondrées et les zones fragilisées à la base dumur seront ensuite remontées. Un enduit au mortier de chaux remplacera les joints actuels. Ce chantier fait suiteà l’effondrement d’une partie du mur entre la cour descommuns et la tour Vironne durant l’hiver 2013-2014. A lamême époque, une pierre de la terrasse du châtelet d’entrée est tombée, sans heureusement causer devictimes ou de dégâts, mais témoignant du mauvais état de cette zone surplombant l’accès ouest du musée (2). Le début des travaux est prévu fin 2015. Le chantier devraitdurer environ huit semaines.
(1) Le château date du XIIe siècle.(2) Informations issues du dossier d’appel d’offres. (intégral)
Nr, ,Indre et LoireE, 22/09

(Orleans) Une édition se dessine pour novembre

C’était l’événement annuel phare du comité de quartier Saint Marceau. Abandonné depuis 2012, faute de lieu, puisque la collégiale Saint Pierre le Puellier a été entièrement dédiée à l’art contemporain. Caricat, le festival de la caricature, a trouvé une nouvelle terre d’accueil, et pas des moindres :le musée des Beaux Arts. Le week end du 7 et du 8 novembre, le sous sol du musée accueillera dix neuf dessinateurs et caricaturistes (lire encadrés),pour la renaissance de Caricat. Ceux ci esquisseront le portrait, pas toujours de la manière la plus flatteuse qui soit, des visiteurs orléanais. En même temps, une centaine de dessins seront exposés au sein de l’espace «art contemporain» du musée.
RC, Orleans, 21/09, p.7

(Meung sur Loire) Journées Gaston Couté, dixième édition

Pour la dixième année consécutive, les Journées Gaston Couté seront célébrées ce week end. Organisée par le musée La Monnaye, en partenariat avec les associations «Itinéraire Gaston Couté» et «Roudon diffusion artistique», cette manifestation, par le biais d’une exposition, de spectacles et d’animations, illustre la vitalité des textes de l’enfant du pays. Poète et chansonnier libertaire de la Butte Montmartre à Paris, Gaston Couté est né le 23 septembre 1880, à Beaugency. Il a passé son enfance à Meung sur Loire, fréquenté les écoles de Saint Ay,de la Nivelle puis celle des Remparts, actuel espace culturel la Monnaye.
RC, Orleans, 22/09

(Saint Piat) Le musée des mégalithes inauguré

La communauté de communes des Terrasses et Vallées de Maintenon, par l’intermédiaire de son président, Philippe Auffray, et de plusieurs vice présidents dont Marc Molet, chargé des travaux, exultait manifestement en inaugurant le musée de mégalithes de Changé.Enfin, après de longues années de tractations et négociations en tous genres, elle était arrivée à ses fins. Un autre était tout aussi rayonnant, Dominique Jagu, qui voyait enfin se concrétiser ce pourquoi il avait donné tant d’années de sa vie. Car évidemment, sans ses dix huit campagnes de fouilles, il n’y aurait eu ni site archéologique ni, a fortiori, musée des mégalithes ! (intégral)
L'Echo, 21/09

(Chateauroux) Le Grand Siècle rayonne

Trois siècles après la mort du Roi Soleil,L’esprit du Grand Siècle s’affiche à travers des œuvres picturales, gravures, ouvrages et documents d’archives originaux.« Ils contribuent à la connaissance de cette période classique,pompeuse et éclatante, mais aussi dramatique, humaine, attachante», a précisé Jérôme Descout, commissaire de cette exposition aux Archives départementales, lors du vernissage, vendredi dernier. L’inauguration s’est poursuivie au musée, Dans l’intimité du Grand Siècle, à travers l’aménagement de petits cabinets permettant de découvrir des collections consacrées à cette époque faste.Jean-Yves Patte, commissaire de l’exposition au Musée Bertrand,et Michèle Naturel, directrice des musées de Châteauroux,ont proposé au public et élus d’apprécier diverses peintures du XVIIe siècle, ainsi qu’un ensemble de mobiliers et objets décoratifs qui ont permis de reconstituer un appartement classique (antichambre,chambre, cabinet d’ébène). L’art de la table, gastronomie et médecine, y sont également évoqués.
Nr, Indre, 21/09, p.9

(Richelieu) La bonne saison du musée

Le cycle de conférences au musée, qui entre dans la  convention de développement culturel avec la Drac Centre, a pris fin en mettant en avant le Père Joseph, dite «Éminence grise» du cardinal de Richelieu.Trente-deux auditeurs,  plutôt érudits, sont venus écouter Benoist Pierre, professeur agrégé à l’université François-Rabelais de Tours. Avec sa robe de bure grise, François-Joseph Leclerc du Tremblay (1577-1638) dit le père Joseph, moine capucin, est devenu conseiller du cardinal de Richelieu. «Ce traducteur spirituel s’intéresse à la dévotion», souligne le professeur lors de sa conférence, Le père Joseph conseille, développe un réseau, promeut la circulation de l’information.Dans la province de Touraine, il convertit par la douceur, est à l’écoute des autres.» Une complémentarité avec Richelieu, théologien. «Mais son rapport politique avec l’État reste une énigme.» Côté organisation, Carole de la Bouillerie, responsable du développement culturel et artistique, est plutôt satisfaite : «C’est une bonne saison». (intégral)
Nr, Indre et LoireW, 21/09

L’Indre et la Grande Guerre : après l’expo, le catalogue

C'est un ouvrage qui va faire date pour l’Association pour la sauvegarde du patrimoine historique et archéologique de la région d’Éguzon et du sud du département (Aspharesd), à l’origine de l’exposition L’Indre à l’épreuve de la Grande Guerre. Composé de 143 pages et de120 illustrations (dont 70% en couleurs), tiré à 500 exemplaires par l’imprimerie Copy Média de Mérignac, le catalogue de l’événement peut déjà compter sur une cinquantaine de précommandes. Encore une preuve, s’il en fallait, de l’immense succès rencontré par l’exposition, présentée de mai à septembre 2014 au Musée de la vallée de la Creuse, à Éguzon,et d’octobre à décembre 2014, au Musée-Hôtel Bertrand, à Châteauroux (5.000 visiteurs en tout sur les deux sites).
Nr, Indre, 23/09, p.3

(Chinon) Tuffeau et souterrains livrent leurs secrets

A l’occasion de l’exposition « Mémoire de tuffeau, pierre tendre du Val de Loire »présentée à l’écomusée, des conférences, des découvertes patrimoine et des visites de carrières sont organisées sur le thème du tuffeau et des souterrains tout au long du mois d’octobre. Au programme : fouilles archéologiques, carrières d’extractions, habitat d’aujourd’hui, sarcophages et personnages énigmatiques gravés sur la pierre…
Nr, Indre et LoireW, 24/09, p.20

(Issoudun) Une troisième collection d’artiste prend place au musée

Etonnant conseil municipal de quelques minutes,hier soir, où une seule délibération était au menu. Un conseil d’autant plus détendu que la délibération, votée à l’unanimité,avait pour objet la donation de quatre-vingt-dix pièces, peintures et sculptures, d’un des plus grands peintres de la seconde moitié du XXe siècle. Zao Wou Ki est décédé en 2013 mais il connaissait Issoudun pour y avoir exposé, en 2008, une cinquantaine d’oeuvres réalisées à l’encre. A cette occasion, il avait offert au Musée Saint-Roch, une encre originale de 0,70 m sur 2,13 m. La Ville était loin d’imaginer qu’un jour viendrait où il ferait une telle donation. Plus  exactement, c’est son épouse, Françoise Marquet, qui en a décidé ainsi. Elle et son mari avaient gardé un très bon souvenir de leur exposition à Issoudun etdes liens ont été entretenus avec la ville.
Nr, IndreE, 25/09, p.17

(Blois) Trésors royaux dans la bibliothèque

«Ce sont les Joconde des manuscrits», annonce d’emblée Elisabeth Latrémolière, conservateur en chef, directrice du château royal et des musées de Blois. Jusqu’au 18 octobre, avec l’exposition «Trésors royaux, la bibliothèque de François 1er», produite conjointement par la ville de Blois et la Bibliothèque nationale de France (BNF), les visiteurs peuvent découvrir de quoi était composée la librairie royale. Place à des chefs d’œuvre rarement présentés au public en raison de leur préciosité et de leur fragilité.
+ Quand les enfants sont rois
RC, Loiret, 27/09, p.24

(Changé) Musée

Le Conseil communautaire a approuvé la convention de mise à disposition du musée des mégalithes de Changé au Comité d’étude, de documentation et de sauvegarde de la nature. (intégral)
L'Echo, 27/09

(Issoudun) Ces tableaux d’une “ horrible beauté ”

Surprenantes, dérangeantes, bouleversantes. Les soixante-dix œuvres de Vladimir Velickovic bousculent les cœurs et les esprits. Difficile de traverser les galeries du musée Saint-Roch, où elles sont exposées depuis vendredi, sans se laisser happer par la dramaturgie et l’horreur que dégagent les toiles du maître. Elles y traduisent cinquante ans d’histoire tragique : de la Seconde Guerre mondiale en passant par les événements de la Yougoslavie (pays de Vladimir Velickovic), jusqu’à aujourd’hui où elles trouvent un écho dans les drames liés au terrorisme ou aux migrants.
NR, Indre, 27/09, p.7

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 28 Sep - 11:54, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Mer 23 Sep - 9:26

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Loches) Premières surprises avec les fouilles

A mi-parcours, la nouvelle saison de fouilles archéologiques dans l’enceinte du Logis royal a déjà apporté son lot de trouvailles…  et de nouvelles questions. Ce week-end, les visiteurs des Journées du patrimoine ont pu en avoir la primeur grâce aux passionnantes visites organisées par les archéologues du conseil départemental. Ces derniers ont approfondi leur travail sur la chapelle Saint-Louis, perpendiculaire au Logis royal, qu’ils avaient mise à jour les années passées. Depuis début septembre, ils ont ainsi retrouvé les vestiges du mur de son chevet. Une grosse fondation en arc de cercle se trouve dans l’angle de la chapelle,qui surplombait la ville basse. Dans cet angle, se trouvait une tourelle qui donnait directement sur l’à-pic : la terrasse du Logis s’arrêtait là, avant que ne soit bâtie, à la fin du XVe siècle, la deuxième partie du logis royal, qui comprend notamment la loggia. Mais les archéologues ont aussi pour ambition de remonter avant cette période-là, avant même que le premier logis royal, qui date du XIVe siècle, ne soit construit.
Nr, Indre et LoireE, 22/09, p.16

(Chateauroux) Fouilles à Saint-Christophe : concilier passé et présent

Devant un parterre d’élus, de passionnés d’archéologie et de riverains, Raphaël De Filippo, chargé de l’opération de fouilles du quartier Saint-Christophe lors du nouvel aménagement du carrefour,est revenu sur les dix mois passés à travailler en coexistence avec les entrepreneurs. «Notre but était d’évaluer les vestiges archéologiques potentiels du secteur», a expliqué le chercheur à l’Institut national d’archéologie préventive (Inrap). Et à plusieurs reprises,l’équipe a eu la main heureuse, faisant régulièrement bonne pioche. «Nous avons mis au jour les traces de l’ancienne église de Saint-Christophe, mais avec un élément nouveau, un chevet en abside, témoignant d’une construction encore bien antérieure à celle connue. C’était une surprise, et en archéologie,les surprises sont toujours de bonnes surprises», a confié Raphaël De Filippo.
Nr, IndreE, 23/09, p.11

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 24 Sep - 9:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Mer 23 Sep - 9:27

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Orleans) Patrimoine en péril

Cette année encore, les propriétaires de la maison de la Coquille, une demeure forte du passé d’Orléans, ont décidé de profiter des Journées du patrimoine. Ils comptent attirer l’attention sur la situation du bâtiment dans lequel de nombreux travaux ont été engagés pour en faire un restaurant et des logements sociaux. S’estimant victime de malfaçons, la famille Llados a engagé plusieurs procédures judiciaires envers les sociétés qui sont intervenues sur le chantier, arrêté et resté en l’état depuis des années. Des élus s’étaient rendus sur place l’an dernier. La demeure, située rue de la Pierre-Percée sera ouverte au public aujourd’hui de 10 à 17 heures. (intégral)
RC, Orleans, 19/09

(Vierzon) Du Moyen Âge au XXIe siècle...

S’approprier son patrimoine et inviter ses amis, ses voisins, sa famille à le partager. C’est la philosophie du nouveau circuit d’interprétation du patrimoine de Vierzon, inauguré hier soir. Riche de vingt cinq stations, il évoque le passé historique et industriel de la ville. Née dans un conseil de quartier, en 2010, par la voix de Vierzonnais soucieux de donner une belle image de leur ville et de transmettre son histoire, l’idée d’un circuit mettant en valeur «les atouts de notre territoire», comme l’a rappelé le président de l’office de  tourisme, a pris quelques années à se concrétiser, entre étude, budgétisation et réalisation des panneaux. Au gré des vingt cinq panneaux, apposés sur un mur ou posé sur un support métallique «ajouré comme le pont de Toulouse», signale Franck Michoux, le visiteur peut ainsi découvrir les atouts de Vierzon, sans a priori. Avec des textes courts, des cartes postales anciennes, qui rappellent le passé du lieu, des anecdotes qui en disent parfois plus long qu’une longue tirade.
Le Berry, 19/09, p.18

(Méry Es Bois) Abbaye menacée : la Drac s’active

La direction régionale des affaires culturelles s’est bien saisie du dossier de l’abbaye de Loroy. «Au départ, avec tout propriétaire de monument, nous avons d’abord un rôle de conseil», explique Frédéric Aubanton, conservateur régional des monuments historiques. Le statut actuel de l’abbaye – elle est inscrite au  monument historique – fait que les moyens d’intervention de l’État sont moins coercitifs que s’il s’agissait d’un édifice classé. «C’est un monument pour lequel il n’y a pas eu d’échanges avec la Drac pendant des années. Nous l’avons visité avec son propriétaire, le 24 avril dernier. Tout s’est bien passé. Nous avons pu  accéder à toutes les parties. L’état est effectivement assez préoccupant, avec beaucoup de travaux à envisager. On a constaté qu’il y avait énormément de végétation sur le site. Néanmoins, dans le cloître, des arbres assez hauts ont fait l’objet d’une première coupe, peu avant notre visite», précise Irène Jourd’heuil, conservateur des monuments historiques en charge du Cher. La Drac, et c’est le deuxième niveau d’intervention, envisage des travaux qui ne pourront se faire  qu’avec l’accord du propriétaire et va même lui faire une proposition de classement monument historique : «Le monument est particulièrement intéressant et  c’est une façon de l’interpeller sur sa préservation», juge Irène Jourd’heuil. Une nouvelle visite de la Drac est prévue «pour un état des lieux précis et technique de l’état sanitaire». (intégral)
Le Berry, 19/09

Dossier « La pierre vit et respire ! »

Patience, humilité et amour du travail bien fait. Au delà de dizaines de millions d’euros, voilà ce qu’exigent, surtout, la restauration et la préservation de notre patrimoine. Installée à la sortie Sud de Bourges, l’entreprise Jacquet s’y consacre depuis sa fondation, après guerre, par un tailleur de pierre, Gaston Jacquet. Malgré la crise et la baisse des dotations aux collectivités locales, plus frileuses d’autant, l’activité reste soutenue  pour la trentaine de salariés de chez Jacquet. «Il n’y a pas de petit chantier», proclame Fabrice Brochet, l’actuel gérant. On restaure donc avec le même soin une grange ancienne, un modeste lavoir ou une église romane reculée que le Palais Jacques Cœur, l’abbaye de Noirlac, la cathédrale Saint Étienne de Bourges («un chantier d’une vingtaine  d’années sur la tour de Beurre, dès 1976»), celle de Nevers («près de quatre ans de travaux, pour 5 millions d’euros») ou les maisons à pans de bois de la place Gordaine et de la rue d’Auron. L’entreprise Jacquet travaille actuellement, et depuis dix huit mois, à la restauration des anciennes fonderies Napoléon III du boulevard Lahitole. Suivront l’abbaye de Saint Benoît du Sault et l’église de Déols (Indre), celle de Saint Bouize ou encore le château de Huisseau sur Cosson (Loir et Cher), non loin de Chambord. Mais avant même la pose du moindre échafaudage, le sort de tous ces chantiers de prestige se joue à Orléans, au Conservatoire régional des monuments historiques (CRMH). L’organisme joue le rôle de maître d’ouvrage pour les chantiers sur des édifices appartenant à l’État. Autrement, l’initiative de la restauration revient au propriétaire, public (commune, collectivité locale…) ou privé. «Là, nous intervenons bien souvent en qualité de conseil ou d’assistance, précise Irène Jourd’heuil, conservateur des monuments historiques en charge du Cher. Tous les propriétaires ne sont pas familiers des arcanes du code des marchés publics…»
+ Au chevet du patrimoine
Le Berry, 20/09, p;2/3

(Bleury St Symphorien) La rénovation de l’église se poursuit

La rénovation de l’église Saint Martin de Bleury continue, grâce à un groupe de bleurisiens qui a créé l’association de protection du patrimoine de Bleury, en 2007, pour subvenir au financement des travaux. Depuis, d’importants travaux ont été entrepris, notamment le ravalement extérieur, la restauration de la charpente, de la voûte lambrissée de la nef et de la chapelle. Le retable, en cours de rénovation devrait reprendre sa place en fin d’année. L’association a dépensé cette année  41.900 € pour le financement de la charpente et la voûte. Elle a également obtenu 15.000 € de la réserve parlementaire du maire de Chartres. Par ailleurs le permis de construire a été accordé pour le ravalement intérieur, la restauration du sol, des bancs et des vitraux. Des appels d’offres seront lancés incessamment.
L'Echo, 19/09, p.16

(Dreux) Les fresques ont besoin de vous

Elles s’étaient offertes à tous les regards pour la première fois depuis longtemps, il y a un an. Elles se feront de nouveau admirer ce week end. L’école Saint Martin abrite un fabuleux trésor : des  fresques du peintre anetais Édouard Michon (18481943) qui représentent des vues de la ville de Dreux à la fin du XIXe siècle : école chrétienne (aujourd’hui école Saint Martin) et son bassin de natation, chapelle royale, Grande rue, beffroi, maisons à pan de bois de la rue Illiiers, statue de Rotrou, la tourelle et aussi le pavillon de chasse et la croix carrée. Il y a un an, Christophe Le Dorven, adjoint au maire chargé de la culture, avait lancé un appel aux dons pour redonner aux fresques tout leur éclat. Depuis, une régie autonome a été créée pour recevoir les dons. «La souscription est officiellement lancée», se réjouit l’élu qui rappelle que le coût de la restauration des fresques est estimé à 216.000 €.
L'Echo, 19/09, p.19

(Vendome) Le bourdon Antoine bénit La Trinité sourit

Ne parlez surtout pas de baptême. C’est à une bénédiction que le bourdon Antoine et ses deux petites cloches ont eu droit vendredi soir. Une pratique religieuse qui remonterait au IVe siècle. Pas de baptême car au sens théologique pas pour Antoine, de régénération de l’âme par la rémission du péché mais une bénédiction  dans le cadre d’un office codifié avec des textes prévus pour la circonstance. Pour des raisons de sécurité, seul un groupe de vingt privilégiés a pu monter les quatre-vingt-dix marches d’un petit escalier de pierre en colimaçon avant d’arriver à un plancher pour poursuivre… sur une échelle métallique qui conduit aux cloches. C’est là que l’évêque de Blois, Jean-Pierre Bahut a pu enfiler ses vêtements liturgiques pour bénir Antoine. A ses côtés, Sophie Lesieux, sous-préfet, Pascal Brindeau, maire, François Brossier et Pierre Cabarat, prêtres, Bernard Diry, président de la Société archéologique.
Nr, Loir et Cher, 20/09, p.8

Un confessionnal en feu à L’Ile-Bouchard

Un confessionnal brûlé et l’orgue mis hors-service : le bilan de l’incendie qui a démarré hier dans l’église Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard laisse un    parfum miraculeux. «Ç’aurait pu être beaucoup plus grave», relativisait le père Xavier Malle qui officie dans la paroisse. Reste à savoir comment le sinistre s’est déclaré. D’après les premières analyses effectuées par les gendarmes de la brigade de recherches ainsi que du Psig (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) et un technicien en investigation criminelle, tout porte à croire qu’il s’agirait d’un acte criminel.
Nr,Indre et Loire, 19/09, p.5

(Lochois) La loge de vigne emporte avec elle un pan du passé local

Méconnaissable. Depuis la route, on ne distingue plus que son ouverture et ses pierres de taille écroulées. Le toit, si caractéristique, jonche, comme émietté, le   champ cultivé. Apparemment, cette loge de vigne, située à gauche de la D 764 entre les deux ronds-points au niveau du hameau des Ees, s’est effondrée le 10 septembre. Et, avec elle, un peu du patrimoine du Lochois et de son passé viticole. On compterait une trentaine de loges dans la proximité immédiate de Loches. La voir désormais dans un triste état est d’autant plus un crève cœur que beaucoup de loges sont aujourd’hui à l’abandon, très délabrées. Elle était qui plus est «pratiquement unique en Touraine», selon l’ancien adjoint au patrimoine Pascal Dubrisay. «C’est un petit patrimoine rural à sauvegarder. Surtout à Loches, qui est labellisée “ ville d’art et d’histoire ”», commente Pascal Dubrisay. Il vient d’écrire au maire, Marc Angenault, pour lui demander d’intervenir, et a également sollicité le fonds de dotation privé Loches Patrimoine et Culture.
Nr, Indre et LoireT, 19/09, p.29

Grand témoin de la NR - Patrimoine : “ J’ai un rôle de passeur, je veux convaincre ! ”

Après avoir longtemps veillé sur le patrimoine tourangeau, Julie Pellerin anime les Monuments nationaux avec une idée fixe : les rendre vivants et accessibles. Conservatrice au Musée du Moyen Age de Cluny, puis conservatrice du musée de Dreux. Elle arrive en Touraine en 2002 comme chef du service des monuments et musées du conseil général. Elle y restera jusqu’en 2014, avant de devenir adjointe au directeur du développement culturel et des publics au Centre des monuments nationaux (9 millions de visiteurs pour 98 monuments en France). Elle a rang de conservatrice en chef du patrimoine.
Nr, Indre et Loire, 20/09, p.13

(Saint jean de Braye) Gaudier-Brzeska en 11 étapes

Samedi matin, une petite foule de gens s’est rassemblée place des Châtaigniers, puis dans le petit bourg, pour l’inauguration des stèles du parcours touristique et patrimonial de l’artiste abraysien Henri Gaudier Brezska. Le préfet, Michel Jau, le sénateur Jean-Pierre Sueur, la députée de la sixième circonscription, Valérie Corre, le vice président de l’université d’Orléans Pierre Allorant, ont accompagné David Thiberge et Marie-Josèphe Perdereau (adjointe à la culture de Saint Jean de Braye) pour cet événement tombant «à pic» pour les Journées du patrimoine. Ce parcours, récemment déployé à travers la ville, fait découvrir en onze étapes les lieux du quotidien de Gaudier Brzeska. Ces différentes étapes sont matérialisées par des stèles, conçues par des élèves du lycée professionnel du nom de l’artiste. Pour accompagner ce parcours, un livret de visite intitulé «Henri Gaudier Brzeska, dans les pas de l’artiste» sera le document de référence qui permettra au visiteur d’être autonome dans sa visite.
RC, Orleans, 19/09

(Saint-Brisson-sur-Loire) Lancelot Guyot : « Je n’ai pas le droit d’échouer »

Dans notre édition d’hier, nous évoquions la vente du château de Saint-Brisson-sur-Loire à Lancelot Guyot, que nous  n’avions pu joindre. Le nouveau propriétaire de la belle bâtisse apporte aujourd’hui quelques précisions sur les conditions dans lesquelles a été  signé l’acte de vente. Tout d’abord, Lancelot Guyot, qui gère également le château de la Ferté Saint Aubin, ne cache pas que l’achat et l’exploitation du château de Saint Brisson sont «un pari très risqué» : «Je n’ai pas le droit d’échouer. La nuit avant la signature de l’acte de vente, j’étais très stressé, je ne pouvais pas dormir et j’ai refait tous les comptes. En recalculant, j’ai constaté que 2.000 € annuels pour le  mobilier qui restait au château, c’était beaucoup trop. Je comprends que cela ait pu être perçu comme un peu brutal, mais j’ai besoin qu’on me laisse un peu de temps. En revanche, c’est la mairie qui m’a proposé de m’acquitter de 500 €, ce qui serait la somme minimale dans le cadre de la convention. Personnellement, je n’étais pas du tout favorable à la vente du mobilier, qui fait partie de l’âme du château et j’avais suggéré qu’on prenne le temps de trouver la bonne solution. » Il a été également dit lors du conseil municipal que le nouveau propriétaire s’installera au château pour y  réaliser des travaux. «C’est vrai, je vais vivre au château, mais pas à temps plein d’abord. Je le ferai après le «Noël au château» de la Ferté. À Saint Brisson, je ferai un certain nombre de travaux moi même : du réagencement, un grand nettoyage du parc, l’aménagement de la maison du parc en accueil. Mais pour le plus gros, ce seront évidemment des entreprises qui le feront. » Lancelot Guyot rouvrira le château de Saint Brisson sur Loire le 1er juin prochain, pour la saison touristique. (intégral)
RC, Loiret, 22/09

Rectificatif

Une erreur s’est glissée dans l’article «L’amour du bourg pour son église», publié dans notre édition du dimanche 20 septembre (page 3). Le chantier a bénéficié de 8.000 euros d’enveloppe parlementaire, 8.000 euros de la Fondation du patrimoine, 12.847 euros du conseil départemental, 10.000 euros de la Sauvegarde de l’Art Français et 16.649 euros de la DRAC. (intégral)
Le Berry, 22/09

(Chateaudun) Un drone a survolé le château

Le bourdonnement d’un drone à six hélices s’est fait entendre, hier matin, au dessus du château de Châteaudun. Art graphique et patrimoine, une société val de marnaise de géomètres, est intervenue pour réaliser des relevés photogrammétriques, c’est à dire des mesures très  précises des façades, des intérieurs et des ailes avec des photos aériennes prises par un drone. «Ces données seront fournies au Centre des monuments nationaux, qui souhaite boucher les cheminées du château pour limiter les nuisances des pigeons et les infiltrations dues à la pluie», précise Pierre Antoniotti, directeur technique. (intégral)
L'Echo, 22/09

(Onzain) Deux statues sauvées des eaux… aux Douves


Sauvegarder par petites touches pour retrouver la magie des lieux. Telle est la méthode d’Octavie et Sébastien Gresse depuis qu’ils ont investi les Douves, sur  l’ancien site du château d’Onzain. Le lieu a repris vie, retrouvé sa beauté d’antan, et en prime s’ouvre aux arts sous toutes leurs formes. Ces derniers dix-huit mois, de nombreux travaux et plantations ont été entrepris, pour pérenniser les lieux qui menaçaient de céder aux outrages du temps. La passerelle sur le Cissereau a été refaite à neuf grâce au bois d’un acacia qui avait achevé sa vie à quelques lieues de là ; mais aussi le portail, l’allée de tilleuls, les jardins, etc. «Grâce aux fonds Feder, à la Drac, au département et à la Fondation du patrimoine, nous avons pu faire en dix-huit mois ce que l’on aurait mis seuls dix ou quinze ans à financer», explique Sébastien Gresse. Les Douves sont pérennisées pour le plus grand plaisir des amateurs de patrimoine mais aussi de musique et d’art en général, puisque pour la sixième année, ce lieu magique a abrité une saison culturelle riche de concerts, d’expositions, de théâtre ou de cinéma en plein air l’été. L’art continuera à y vivre, même s’il y aura toujours des travaux à entreprendre, et désormais de manière permanente. Car en même temps que Sébastien et Octavie se démenaient pour orchestrer les travaux, ils se lançaient dans la création et le sauvetage de deux œuvres d’art.
Nr, Loir et Cher, 22/09, p.10

(Orleans) Les soldats tuberculeux

Les Archives départementales du Loiret, situées à Orléans, proposent une exposition sur l’accueil des soldats tuberculeux dans le département, de 1914 à 1919. Jacques Montes, chercheur et ancien archiviste, en relation avec le Service des armées, a mis à jour le Fonds tuberculose de la Défense nationale, jamais ouvert depuis 1927 ! « Ce sont entre 800.000 et 900.000 hommes qui ont été touchés par cette maladie», souligne le chercheur.Il a pu réunir plans d’époque et des photos sur les anciens sanas, établissements de cure destinés aux tuberculeux. À découvrir gratuitement jusqu’au vendredi 16 octobre. (intégral)
RC, Orleans, 21/09

(Fontenay sur Loing) Le relais de poste va renaître

Jusque dans les années 1860, avant l’arrivée du chemin de fer, les relais de poste étaient des lieux incontournables. Celui de Fontenay sur Loing se trouvait sur un axe stratégique dès l’Ancien Régime : la grande route qui reliait Paris au sud de la France, devenue la Nationale 7. Le pape Pie VII, à l’époque de Napoléon, y a fait halte. Aujourd’hui, le relais de Poste de Fontenay est la propriété de François Basty, descendant de la famille Petit qui tenait, dans la région, un bon nombre de ces établissements. Le bâtiment est en danger. Récemment, une partie du toit de l’ancienne écurie et du mur sud s’est écroulée. Il y a urgence à procéder à la sauvegarde de ce patrimoine hors du commun. François Basty se bat pour sa restauration depuis plusieurs années et une association s’est créée autour de Jocelyne Huck, qui en est la présidente. Restaurer, oui. Mais il faut faire vivre l’endroit en créant un relais culturel doté d’un espace muséal. Une salle d’exposition recevra les œuvres de Paul Fouché, peintre gâtinais qui appartenait à la famille des maîtres de poste de Fontenay et qui a habité la demeure. Un auditorium accueillera différentes activités (expos, théâtre, ateliers de lecture et d’écriture, concerts). Le projet prévoit des hébergements pour les artistes.Vendredi soir, une convention a été signée avec le délégué de la Fondation du patrimoine, Bernard Vella. Sous l’œil bienveillant des élus (intégral)
RC, Loiret, 21/09

(Saint Brisson sur Loire) Le feuilleton tourne à la farce

C’est décidément un mauvais feuilleton, qui vire au pathétique. À l’annonce de l’ordre du jour du conseil municipal de Saint Brisson de jeudi dernier, tout laissait présager que ce serait une réunion de routine. Erreur, car le spectacle avait été préparé en coulisses et les acteurs se tenaient prêts, visages crispés, ton faussement détendu… Il faut dire que plus personne ne comprend rien à la vente du château, à l’exception peut être du maire lui même, Claude Pléau. Une vente finalement réalisée le 11 septembre, mais dont la plupart des conseillers du village n’ont été avertis que quelques jours plus tard. Le 12 septembre, le maire a informé son conseil de la tenue d’une réunion exceptionnelle, le mardi suivant. Comme il n’y a pas de bon vaudeville sans coup de théâtre, le jour même de la signature, l’acheteur, Lancelot Guyot, que nous n’avons pas réussi à joindre, aurait annoncé ne plus être en accord avec le prix de la location des meubles qui resteront au château.
+ Christian Auger a démissionné
RC, Loiret, 21/09, p.20

(Vierzon) Être celui qu’on suit, c’est être en scène

Comme chaque lundi, pour vous, nous nous mettons dans la peau d’un autre. La mission du jour : devenir guide, lors de Journées du patrimoine. Autant dire qu’il a fallu potasser. Bouquiner et même faire des fiches. Eh oui, on a beau être un tantinet féru d’histoire, on ne se met pas dans la peau d’un guide en claquant des doigts ! En effet, telle est ma mission, en ce dimanche après midi, profitant de l’occasion des Journées du patrimoine 2015 : prendre pour quelques instants la place du président du Cercle historique du pays de Vierzon, Frédéric Morillon, et jouer les cicérones devant les visiteurs venus découvrir quelques pages de l’histoire locale dans le cimetière de centre ville. Il est 15h45. L’heure de passer le haut portail vert qui borde la rue du Souvenir Français et d’aller attendre le groupe qu’il faudra promener au gré des allées. Le moment de relire une dernière fois les quelques pense bêtes prévus en secours, et de se repasser dans la tête les conseils du guide bénévole. Celui ci arrive, d’ailleurs. Et rassure l’apprenti d’un jour. «Il faut prendre sa respiration, laisser le temps de regarder l’endroit… On peut aussi poser des questions à l’auditoire.»
+ L’occasion pour le public de « s’approprier le patrimoine »
Le Berry, 21/09, p.18

(Landelles) Au chevet des textiles religieux anciens


Un stage de conservation de textiles anciens était proposé, vendredi, par Fabienne Audebrand, conservatrice des antiquités et objets d’art, en Eure et Loir. Le but  est de prendre en charge des éléments du patrimoine des églises, dont certains sont en danger. L’atelier s’est déroulé dans la sacristie de l’église de Landelles pour dépoussiérer des bannières et d’autres éléments liturgiques, utilisés autrefois, lors de processions, en hommage au son saint patron. «Nous commençons par un dépoussiérage en apprenant les bons gestes », explique la Conservatrice. Violaine Blaise, restauratrice d’œuvres textiles à la Fondation de France, à Paris, a guidé la dizaine de stagiaires : « Il faut utiliser du papier de soie pour les envelopper en prenant un soin extrême au pliage, afin de garantir leur conservation.» D’autres projets de stages de restauration sont envisagés dans d’autres églises. (intégral)
L'Echo, 21/09

(Tours) “ Relevons nos pierres pour relever la tête ”

Évidemment, on peut toujours sourire de voir une opération portes ouvertes dans une (ancienne) maison close. Mais si le public était convié à   visiter, à l’occasion des Journées du patrimoine, l’Étoile bleue, il pouvait, ipso facto, y constater les outrages du temps. Des outrages que l’on  s’attache, heureusement, actuellement à réparer. Ce lieu, propriété de la Jeune Chambre économique de Tours, est le parfait symbole d’un patrimoine que certains considèrent comme mineur, voire inconvenant, et qui fait pourtant partie, en quelque sorte, de notre ADN commun. C’est pour cette raison que l’association Urgences Patrimoine avait choisi l’Étoile bleue pour lancer, au niveau national, son premier  Patrim’Action. Le principe est simple : chacun est invité à participer en achetant des tickets patrimoine à 5 € pièce. «A terme, nous voudrions faire de cette opération un véritable Téléthon du patrimoine», explique Alexandra Sobczak, présidente nationale d’Urgences Patrimoine. Samedi matin, cette dernière a donc signé la première convention entre son association et la JCE de Tours, ainsi que deux autres conventions : l’une de mécénat d’expertise avec l’entreprise Menet pour le diagnostic bénévole de la cave voûtée ; l’autre, de mécénat et de compétence avec la société HYH Créations, qui a restitué bénévolement en images 3D l’Étoile bleue en 1930.
Nr, Indre et Loire, 21/09, p.12

(Saint Amand) Un patrimoine populaire aux enchères

Un couple de Saint-Amand-Montrond avait recréé un bar d‘antan dans leur maison, grâce à des objets chinés dans la région. Leur collection  sera vendue aux enchères demain, à Saint-Étienne (Loire). Il y a surtout des objets publicitaires d’antan, comme une mosaïque en verre,  estampillée Royale Fraise, de chez Fournier Demars, des calendriers, des porte courriers ou des publicités cartonnées édités par des professionnels saint amandois, comme Noyer, Bayet Pivoteau, Ferragu tLeroy, Guilleme tBailly… Des marques qui ont beaucoup misé sur la  publicité. «Tous ces objets font partie du patrimoine de la région, si j’avais la place de tout garder, je le ferai», assure la fille des  collectionneurs. La vente aux enchères portera sur des pièces datant de la fin du XIXe siècle, jusqu’à 1950 environ. Les Indriens y trouveront aussi un intérêt, avec une publicité cartonnée ancienne représentant les bières de Châteauroux (Indre), tout comme les Creusois, avec les apéritifs La Crozantine.
Le Berry, 23/09, p.27

(Chartres) La cathédrale se livre en 270 facettes


Dense, le programme 2015-2016 des cours et ateliers du Centre international du vitrail (CIV ) couvre plusieurs périodes historiques, du Moyen Âge au XXIe siècle. Au total, 250 conférences, réparties en 26 cycles thématiques (1), sont programmées sur la saison, ainsi que 20 ateliers d’initiation et de pratique  artistique. Jean-François Lagier, directeur du Centre international du vitrail, souligne : «L’idée est d’approfondir les connaissances du monument cathédrale, car le vitrail n’est pas seul : il y a les volumes, l’architecture, l’orfèvrerie…» Si l’intérêt est donc d’étudier une partie ou l’ensemble des arts en relation avec la cathédrale, l’esprit de cet enseignement reste lié à l’éducation populaire : «Il faut que cela reste un plaisir, un loisir culturel de découverte et de connaissance.»
(1) Un cycle propose entre six et dix cours.
L'Echo, 23/09, p.7

Année Saint-Martin : une vitrine mondiale pour Tours

C’est lors du week end des 10 et 11 novembre prochains que le diocèse de Tours lancera officiellement l’année Saint-Martin 2016. Cette année martinienne correspond au 1.700e anniversaire de la naissance de saint Martin, né en Hongrie en 316 et mort à Candes, à l’ouest de Chinon, le 8 novembre 397. Martin, l’ancien légionnaire, devenu l’un des principaux saints de la chrétienté, et saint patron de la France. Martin et l’abbaye de Marmoutier qu’il fonda aussi, et dont il fit la base essentielle de la propagation du christianisme en Gaule. Après sa mort, l’abbaye de Marmoutier et son tombeau, aujourd’hui au cœur de la basilique, devinrent des lieux de pèlerinage majeurs en Occident pendant des siècles, assurant la richesse de Tours. La Ville est associée au diocèse pour l’organisation des festivités martiniennes à venir.
+ ••• Festivités : le voile sera bientôt levé
+ Le “ M ”, marque repère
Nr, Indre et Loire, 23/09, p.2

(Nazelles Négron) Des vitraux pour le patrimoine


Les Journées du patrimoine n’ont pas été consacrées qu’aux visites, à Nazelles. En effet, la commune avait choisi cette date pour inaugurer les vitraux restaurés dans l’église du bourg, mais aussi celle de Négron. La première tranche de restauration de l’église Saint-Pierre s’est déroulée en 2013 avec les vitraux de la nef. Puis, une seconde tranche a été entamée en 2014, pour se terminer en décembre dernier. Ce chantier comprenait la restauration d’un vitrail du XVIe siècle, au-dessus du retable, derrière l’autel, pour l’église du bourg, et celle de huit vitraux de l’église de Négron.
Nr, Indre et LoireE, 23/09, p.23

(Selles-saint-denis) Église : à la recherche de fonds pour les travaux

L’association Sauvegarde de l’église a été créée pour lancer un mouvement de fonds via des dons, puisque le financement principal revient à la municipalité, qui est propriétaire du monument, dont la construction date de 1851. De nombreuses manifestations ont été organisées : concerts, messes de Saint-Hubert avec déjeuners et tombolas, dont les recettes se sont élevées à 40.000 euros. Une souscription a été signée avec la Fondation du Patrimoine, qui a permis de récolter  8.000 € de dons en faveur de la conservation de l’édifice. Les bienfaiteurs peuvent déduire les dons de leurs impôts. Aujourd’hui, les solutions possibles de  recherches de subventions sont, en accord de principe de 75.000 € provenant du Département, de la Région et de l’enveloppe parlementaire de Jacqueline Gourault, soit un total de 123.000 euros. Le coût total des travaux est estimé à 800.000 euros.
Nr, Loir et Cher, 24/09, p.22

(céré-la-ronde) La Vierge à l’enfant a retrouvé sa place à l’église

La porte avec pilastre sur culs-de-lampe de l’église Saint-Martin est surmontée d’une niche qui, depuis plus dix ans, restait vide. Elle abritait alors une statue de la Vierge à l’enfant, polychrome du début de XVIe siècle classée aux Monuments historiques. Suite à une tentative de vol, la statue avait été enlevée pour être mise en sécurité par décision du conseil municipal. Face à ce vide, la nouvelle équipe élue en 2014 a décidé de faire reproduire à l’identique cette statue. Les ateliers  Stéphane Gérard, entreprise de sculpture et de moulage spécialisée dans la mise en œuvre de matériaux nouveaux et traditionnels, ont moulé la statue originale  avec un silicone haute définition en deux parties. Le tirage est en pierre reconstitué, armé de fibre de verre puis patiné. La statue vient tout juste de retrouver sa  niche au dessus la porte. «Toujours mise en sécurité, l’originale pourrait intégrer prochainement l’intérieur de l’église après avis pris auprès de la Drac sur le meilleur emplacement», souligne le maire, Jacques Duvivier. (intégral)
Nr, Indre et LoireE, 24/09, p.22

(La Tour-saint-gelin) Le puits de La Chambaudière réhabilité

Le puits de La Chambaudière a resurgi du passé et a été inauguré samedi, en présence du maire, Martial Teston, sesconseillers et habitants, ainsi que Nadège Arnault, conseillère départementale. Ce puits très ancien avait été oublié dans unlierre qui l’avait submergé. Alain Chuimer, voisin du puits, s’en était alors préoccupé en 2012. Il est étonnant de constater que ce puits n’était pas répertorié sur le cadastre. Pourtant,les bases d’un bâtiment sont bien identifiées à ses côtés. D’une profondeur de 19,80 m, l’eau y est claire sur une hauteur de 1,60 m. Reconstruit en pierre en forme de demi-poire, comme à son origine, ce petit patrimoine orne joliment l’entrée du hameau. Martial Teston, tailleur de pierre amateur, a restauré l’édifice
Nr, Indre et LoireW, 24/09, p.21

(Vierzon) À la découverte du patrimoine

Le groupe d’opposition Pour les Vierzonnais l’avait annoncé lors du piquenique de juin dernier : Il faut «aller au contact de la population». Après avoir mené une petite enquête pour savoir pourquoi les habitants sont arrivés ou partis de Vierzon cet été, c’est une balade que les adhérents proposent cette fois.  Rendez vous dimanche 4 octobre à 9 heures sur le parking du Forum République pour partir à la découverte de Vierzon. Il s’agira d’une marche de 5 km avec de  nombreux arrêts commentés sur différents sites de la ville. Le parcours s’inspire des nouveaux circuits qui ont été  inaugurés le 18 septembre, et mettra en valeur l’esprit médiéval en centre ville ainsi que l’histoire industrielle, dans la partie Société Française.
Le Berry, 25/09, p.19

(La chapelle Hugon) Tout un village fier comme un coq

L’accueil du nouveau coq dans son église a créé l’événement, samedi matin, dans le village. Le gallinacée a été baptisée par le père Foudrat, en présence de Jean-Yves Giot, maire, de son équipe municipale et des habitants. Motivation pour la sauvegarde du patrimoine Une cérémonie symbolique au cours de laquelle le premier magistrat de la commune a évoqué Martin coupant son manteau pour le partager avec un pauvre, Étienne, premier martyr chrétien lapidé, et Hugon, moine fondateur du prieuré. «Hugon est l’essence du village, cette essence qui s’est répandue dans mes veines comme un filtre enchanteur. Une essence source de motivation pour la sauvegarde de ce patrimoine. Le coq est le symbole de la fierté que nous avons d’être Capello Hugonais.»
Le Berry, 25/09, p.28

(Tremblay les Villages) La pietà a retrouvé sa place en l’église

En 2013, les élus avaient délibéré afin que la pietà bois polychromé qui se trouvait dans l’église Saint Paul de Chêne Chenu soit restaurée. Après ces années, à l’occasion d’une messe la statue de la Vierge a repris sa place historique. Six églises se dressent sur Tremblay dont certaines ont besoin de travaux. La soirée s’est terminée par une lecture d’un texte de Don Carlo Gesualdo par Yan Bonny et Georges Pannetier pour la mise en musique. (intégral)
L'Echo, 25/09

(Chateauroux) Ils veulent sauver la chapelle Saint-Denis

Depuis 2007, elle se détériore, laissée à l’abandon. Elle a été mise en vente, squattée. Certains morceaux de vitraux tombent, la végétation grimpe sur les murs.  C’est le constat que font, «désolés», les membres de la nouvelle association Les Amis de Saint- Denis, au sujet de la chapelle du quartier et de ses deux  pavillons adjacents. «L’état d’urgence» des bâtiments les a poussés à fonder leur association, le 4 juillet. «Elle compte aujourd’hui vingt deux adhérents», s’enthousiasme leur président, Gérard Galliot. Le but affiché est de protéger le patrimoine et l’histoire de Saint-Denis, et par extension de Châteauroux. «Trop de  bâtiments de la Ville ont été détruits : les halles, le théâtre, l’hôtel Charlemagne…», regrettent les membres. Ils ne veulent pas que la chapelle soit la prochaine sur la liste.
Nr, Indre, 25/09, p.8

(Fougères-sur-bièvre) L’exposition au château bien suivie

Dimanche, au château de Fougères-sur-Bièvre, a eu lieu la dernière journée sur l’exposition « Objectif patrimoine » dont le commissaire était le photographe Gilles Codina. A l’initiative d’Anne Rousset, ses clichés inédits ont illustré « L’Itinéraire du patrimoine du château de Fougères-sur-Bièvre ». Depuis le lancement plus de 8.000 visiteurs venus de tous les pays ont participé à la valorisation du monument, une formidable  réussite, selon Anne Rousset, comme en témoigne le livre d’or qui fait état de remerciements très positifs. Et d’ajouter : « Nous sommes au  cœur des châteaux de la Loire, mais, à côté de Chambord, le public apprécie beaucoup les monuments à taille humaine où l’approche est plus intime.» La prochaine animation « Monument, jeu d’enfant » portée par le Centre des monuments nationaux aura lieu le dimanche 11 octobre de 14 h à 17 h, un rendez-vous « aux réjouissances musicales des princes. » (intégral)
Nr, Loir et Cher, 25/09

(Tours) Nouveau chapitre pour le Centre de restauration


Certains lieux parlent d’eux-mêmes. Il en est ainsi du Centre de formation de restauration de livres que vient d’ouvrir Olivier Maupin au bout du boulevard  Heurteloup, dans les 350 m2 d’un ancien magasin de canapés. Il en a fait un endroit à son image, plein de passion, de rêve, qui tient autant du musée, de la «librairie» selon le mot de Montaigne (bibliothèque) que de l’atelier d’artisan. Quatre vingts personnes et de plus 170 stagiaires, suivaient ses cours à Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), il espère bien voir l’effectif doubler, dans ses nouveaux locaux. Tourangeau d’origine, Olivier Maupin revient, à 48 ans, dans «sa» ville. Situation géographique, desserte en TGV, dynamisme culturel : ces éléments l’ont convaincu de revenir à Tours plutôt que de rester dans l’Orléanais. L’ouverture de ce centre constitue un événement car il n’en existe pas vraiment d’équivalent ailleurs. Il propose des formations privées de restauration de livres  (durée de trois ans) et de papiers (deux ans), à l’issue desquelles un certificat de qualification professionnelle est délivré.
+ Un emménagement raté à l’usine Mame
+ ••• Un livre sur Mame en gestation
Nr, Indre et Loire, 25/09, p.13

(Charnizay) Les plaques de cocher ont été remises en place


Lors de la transformation de l’ancienne grange aux dîmes de Charnizay en salle despectacle, une lourde plaque en fonte avait été déposée et entreposée dans l’atelier communal. Il s’agissait en fait d’un panneau directionnel communément appelé plaque de cocher. Cet objet rouillé et détérioré par le temps attira l’attention d’un habitant de la commune, Raoul Marchais, anciengaragiste local. Cette plaque présente en effet un intérêt patrimonial incontestable. Posées entre 1860 et 1930, à hauteur respectable (2,5 m), afin d’être vues par les cavaliers et cochers, elles ont remplacé les bornes royalesmises en place par Louis XV avant d’être détrônées par les actuels panneaux.
Nr, Indre et LoireE, 25/09, p.22

(Chateau Renault) Tour de l’Horloge : souscription lancée


A l’occasion des Journées du patrimoine et après une visite du chantier commentée par MM. Barthélemy et Ruet, les deux architectes du patrimoine en charge des travaux de la tour de l’Horloge, qui s’était en partie effondréele 18 décembre 2014, la Fondation du Patrimoine et la Villeont signé la convention de mécénat pour la restauration du monument. Les fonds récoltés par cette souscription serviront à compléterles subventions des institutions, et dans un peu plus de deux ans, les habitants retrouveront leur tour duXIIe siècle. A l’issue de cette restauration, la tour sera aménagéepour la visite et un musée avec des œuvres d’André Bauchant y sera installé.
Nr, Indre et LoireE, 25/09, p.24

(Beaugency) Le donjon célèbre son millénaire ce week-end


Jusqu’à demain, à la chapelle Sainte Anne, la Société archéologique et historique de Beaugency (Sahb) propose une exposition des archives départementales, «Châteaux et fortifications dans le Loiret», à l’occasion de la célébration du millénaire du donjon de Beaugency, la Tour César. Elle est ouverte tous les jours, de 14 heures à 17h30. À l’aide de panneaux, le visiteur peut découvrir le passé riche des fortifications : qui vit au château, résidence de seigneurs, lieu de pouvoir… De nombreux élèves viendront découvrir cette exposition pédagogique et le donjon, qu’ils ont préalablement étudié en classe grâce à un dossier pédagogique. En parallèle, Dominique Daury, à l’initiative de ces animations, vice président de la Sahb, propose des visites commentées du donjon, de 15 heures à 16h30. (intégral)
RC, Orleans, 26/09

(Blois) Le château : un concentré d’histoire et d’architecture

Pendant plus de quatre siècles, en effet, sept rois et dix reines s’y sont succédé, faisant de ce lieu un trésor de l’architecture française. Ainsi, dès son entrée, le visiteur découvre autour d’une même cour, quatre ailes de quatre époques différentes : gothique (Moyen Âge), flamboyant (l’aile Louis XII), Renaissance (l’aile François 1e r) et classicisme (l’aile Gaston d’Orléans). Lieu historique évocateur du pouvoir, le château témoigne aussi de la vie quotidienne de la cour à la Renaissance.
RC, Loiret, 27/09, p.24

(Boissy en Drouais) Des tuiles dédicacées pour l’église


L’ouverture exceptionnelle, le week end dernier, de l’église Notre Dame a suscité la curiosité pour la plus grande joie de l’ABCP, (Association Buxéenne Culture et Patrimoine) présidée par Jean-Pierre Meriaux. Une soixantaine de visiteurs ont été accueillis par les membres du bureau. Une surprise attendait le public : l’association, à l’approche des travaux de restauration, proposait d’immortaliser la visite en signant une des tuiles de la future toiture contre un don de 10 €. «L’idée a séduit puisque quarante tuiles ont été dédicacées et mises de côté en attendant de remplir leur fonction», se réjouissait le président. L’église a surpris par son volume et la beauté de sa voûte faite de bardeaux peints. Un bel encouragement pour l’équipe municipale qui s’est lancée dans une première tranche de travaux. (intégral)
L'Echo, 26/09

(Nogent le Rotrou) Du Palais Bourbon à la salle des Colonnes

C’est dans la célèbre salle des Quatre Colonnes, à l’Assemblée nationale, qu’il est rendu hommage aux 16 députés morts au front durant la Première Guerre mondiale. C’est à la salle des Colonnes, au rez de chaussée de la mairie de Nogent le Rotrou, que l’exposition présentée l’an passé au Palais Bourbon sur “Les députés et la Grande Guerre” vient s’installer pour quelques jours à partir de ce samedi. Un lien ? Paul Deschanel, député d’Eure et Loir pour la circonscription de Nogent le Rotrou et président de la Chambre des députés de 1912 à 1920, sous la IIIe République. «Compte tenu de mon intérêt pour cette période de l’histoire, j’ai écrit au président Claude Bartolone qui m’a tout de suite répondu», explique Patrick Hoguet. Du coup, une exposition remarquable qui a été vue durant six mois l’an passé par les visiteurs de l’Assemblée nationale se retrouve accrochée, jusqu’à mercredi seulement, aux murs de la salle nogentaise.
L'Echo, 26/09, p.30

(Maintenon) Anciennes écuries


Les élus ont décidé de recourir à l’emprunt pour financer l’achat des anciennes écuries du château, au cas où la subvention exceptionnelle attendue n’arriverait pas en temps voulu. La Com’com s’est engagée auprès du Crédit agricole pour 150.000 € sur quinze ans, au taux fixe de 1,73%. (intégral)
L'Echo, 27/09

(Concressault) Des amis qui lui veulent du bien

Méchouis, brocantes, marchés de Noël depuis onze ans, concerts… L’association des Amis de l’église Saint Pierre ne manque pas d’idées pour sauver, en lien avec la commune, le patrimoine de Concressault. Et aujourd’hui, vers midi, c’est un méchoui qu’elle organise dans la salle des fêtes. Les réservations sont bouclées. «Nous serons au moins quarante cinq», assure le président, Robert Villien. Un succès qui témoigne de la bonne santé des Amis de l’Église Saint Pierre. «Chaque année, nous avons réussi à faire de 6.000 à 7.000 euros de bénéfices via nos diverses manifestations. Tout l’argent récolté va à la restauration de l’édifice», souligne le président. Mais rien n’aurait été possible sans l’action prépondérante, en 2004, de l’ancien maire, Jacques Willemin.
Le Berry, 27/09, p.13

(Loches) François Ier et Charles Quint trop “ pointus ” ?

La rencontre François Ier - Charles Quint n’aura pas été la tête d’affiche qui allait faire exploser les ventes au guichet du logis royal, malgré cette année François Ier. Dommage, car la cité royale avait bénéficié d’une belle exposition médiatique l’an passé à travers des émissions de télévision comme «Secrets d’histoire», mais aussi avec la présentation de costumes historiques, dont la fameuse robe ensanglantée portée par Isabelle Adjani dans le film «La Reine Margot». Les deux puissants monarques de la Renaissance, qui s’étaient rejoints à Loches en décembre1539, méritaient bien que la cité royale leur consacre une exposition. Mais celle-ci s’est avérée moins fédératrice.
Nr, Indre et LoireE, 26/09, p.20

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 28 Sep - 11:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:06

Source : lemonde.fr

Opération racolage à la gare d’Orsay

S’il est un axe le long duquel se succèdent les expositions au Musée d’Orsay, il est en forme de phallus. Ce membre, héros de « Masculin Masculin » en 2013, régnait sur « Sade. Attaquer le soleil » un an plus tard. Ses besoins et ses usages sont partout dans « Splendeurs et misères. Images de la prostitution ». Un esprit suspicieux conclurait que le musée a trouvé là un moyen immanquable de s’assurer du succès en pariant sur l’un de ses ressorts les plus puissants, le sexe.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/09/24/operation-racolage-a-la-gare-d-orsay_4769237_1655012.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:16

Source : lemonde.fr

Une grève paralyse le Musée d’Orsay

Les portes du Musée d’Orsay à Paris sont demeurées fermées, mardi 22 septembre, et elles le resteront aujourd’hui mercredi. Les visiteurs venus découvrir la nouvelle exposition intitulée Splendeurs et misères, images de la prostitution, ont dû se résoudre à passer leur chemin. La grève, décrétée le matin du mardi par les membres du personnel à l’initiative de la CGT-Culture, s’est effectuée sans qu’aucune information ne soit donnée aux visiteurs. Un simple message scotché sur les vitres du hall d’entrée annonçait la fermeture provisoire de l’établissement : « Le Musée d’Orsay est exceptionnellement fermé du fait d’un conflit social. Le Musée d’Orsay vous prie de l’en excuser ».
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/09/23/une-greve-paralyse-le-musee-d-orsay_4767906_1655012.html

Source : lefigaro.fr


Orsay: le personnel vote la poursuite de la grève

Le musée était fermé, mercredi, à la suite d'un mouvement du personnel engagé la veille à l'initiative de la CGT-Culture. Le syndicat proteste contre le projet d'ouverture du musée sept jours sur sept.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2015/09/23/03015-20150923ARTFIG00337-musee-d-orsay-le-personnel-vote-la-poursuite-de-la-greve.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:26

Source : lefigaro.fr

Rembrandt à vendre : la France n'est plus invitée aux noces

Fini le partenariat avec les Pays-Bas. Le gouvernement néerlandais et le Rijksmuseum affirment pouvoir acheter seuls les deux tableaux de la famille Rothschild.

Cest au minimum un camouflet diplomatique pour la France et, potentiellement, un immense raté pour le Louvre. Deux grands tableaux de Rembrandt, mis en vente au prix de 160 millions par la famille Rothschild, et pour l'instant sur le territoire français, devraient finalement être achetés par les Pays-Bas.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2015/09/23/03004-20150923ARTFIG00222-rembrandt-a-vendre-la-france-n-est-plus-invitee-aux-noces.php

Source : la-croix.com

Une « garde partagée » pour les Rembrandt de la famille Rothschild ?

La ministre de la culture française, Fleur Pellerin, suggère que le Louvre et le Rijksmuseum d’Amsterdam partagent l’acquisition des deux toiles mises en ventes pour un total de 160 millions d’euros.
Lire la suite : http://www.la-croix.com/Culture/Expositions/Une-garde-partagee-pour-les-Rembrandt-de-la-famille-Rothschild-2015-09-25-1361113-

Source : leparisien.fr

Deux Rembrandt sèment la zizanie entre la France et les Pays-Bas

Que vont devenir les deux portraits de Rembrandt mis en vente par la famille Rothschild? Ces chefs d??uvre font l'objet d'un bras de fer entre les Pays-Bas désireux d'acquérir seuls la paire et Paris qui milite pour un achat conjoint de ces tableaux hors de prix.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/deux-rembrandt-sement-la-zizanie-entre-la-france-et-les-pays-bas-25-09-2015-5127347.php

La France prête à débourser 80 millions d'euros pour un Rembrandt

La France est prête à débourser 80 millions d'euros afin d'acquérir pour le compte du musée du Louvre un tableau de Rembrandt mis en vente par la famille Rothschild, a annoncé jeudi le ministère de la Culture.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/la-france-prete-a-acquerir-pour-80-millions-d-euros-un-des-deux-rembrandt-mis-en-vente-24-09-2015-5123927.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 28 Sep - 11:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:28

Source : lefigaro.fr

L'Institut du monde arabe ouvre une antenne à Tourcoing

L'Ima va installer sa première succursale dans la région Nord Pas de Calais, dans une école de natation désaffectée, en 2016.

Pour l'instant, le bâtiment tourquinois en briques marrons est une école de natation désaffectée. En 2016, et selon un accord signé hier entre la ville de Tourcoing, la région Nord Pas de Calais et l'IMA, il devrait accueillir la première antenne régionale de ).
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2015/09/23/03004-20150923ARTFIG00148-l-institut-du-monde-arabe-ouvre-une-antenne-a-tourcoing.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:40

Source : la-croix.com

Le 23 septembre 1985, l’inauguration du musée Picasso

Réouvert le 25 octobre 2014 après cinq années de travaux, le musée Picasso de Paris fut inauguré le 23 septembre 1985 en présence du président de la République, François Mitterrand.

Riche de plus de 5 000 œuvres, l’établissement possède la plus grande collection publique au monde du peintre. Mais il aura fallu une décennie de tribulations pour transformer l’hôtel particulier Salé, construit au cœur du Marais entre 1656 et 1660 par Jean de Boullier, en musée.
Lire la suite : http://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Le-23-septembre-1985-l-inauguration-du-musee-Picasso-2015-09-23-1359870

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:45

Source : latribunedelart.com

La Gare du Nord, chef-d’œuvre d’Hittorf, gravement menacée

En juin dernier, la SNCF et la Mairie de Paris faisaient part de grands travaux à venir sur la Gare du Nord. L’objectif serait de rendre le bâtiment aussi agréable que la gare de Saint-Pancras à Londres, l’autre terminus de l’Eurostar. But louable, mais comme d’habitude, en prétendant réhabiliter un monument, on s’apprête à le dénaturer grandement. Il s’agit pourtant du dernier chef-d’œuvre de Jacques-Ignace Hittorf, lui même un des plus grands architectes du XIXe siècle. La gare du Nord est protégée au titre des monuments historiques, mais bien insuffisamment puisqu’elle n’est qu’inscrite quand il est évident qu’elle mériterait un classement.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/la-gare-du-nord-chef-d-oeuvre-d-hittorf-gravement-menacee

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:47

Source : latribunedelart.com

Travaux de climatisation à revoir au Musée de la Vie Romantique

Dans notre brève du 15/9/15 sur les travaux à venir dans les musées parisiens, nous signalions notre préocupation à propos du chantier de climatisation au Musée de la Vie Romantique. Qu’on en juge plutôt avec ces photos (ill. 1 à 4) qui montrent les énormes unités montées sur des structures en acier, sur lesquelles courent des tuyaux rouges, et qui défigurent absolument les façades des ateliers.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/travaux-de-climatisation-a-revoir-au-musee-de-la-vie-romantique

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Jeu 24 Sep - 10:50

Enrichissement des collections

Source : latribunedelart.com

Le Crystal Bridges Museum of American Art s’enrichit de deux portraits

Deux portraits sont récemment entrés au Crystal Bridges Museum of American Art, œuvres de grands artistes américains qui furent contemporains.
Le premier, acquis dans une vente privée, est la Fille de Chelsea peinte vers 1883 par Whistler (ill. 1), qui l’offrit à Alexander Cassatt, frère de Mary Cassatt, pour se faire pardonner de n’avoir pas fini le portrait de sa femme. Au lieu d’achever une commande, il réalisa donc une autre toile censée faire patienter son commanditaire…
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-crystal-bridges-museum-of-american-art-s-enrichit-de-deux-portraits

Un paysage de Pierre Patel pour la National Gallery of Scotland

Rarement montré au public, un paysage biblique de Pierre Patel conservé dans une collection privée a fait l’objet d’une dation (acceptance in lieu) et a été déposé à la National Gallery of Scotland.
L’artiste illustre la rencontre de Juda et de Tamar, sujet puisé dans la Genèse (38.1-30). Juda avait trois fils. Tamar épousa le premier, Er, « méchant aux yeux de l’Eternel » qui le fit donc mourir. Elle fut alors donnée en mariage au deuxième, Onan, afin que celui-ci donne une descendance à son frère.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/un-paysage-de-pierre-patel-pour-la-national-gallery-of-scotland

Une terre cuite de Puget en souscription pour le Bode Museum

La statuette est actuellement au Bode Museum (ill. 1), mais y restera-t-elle ? Sans nul doute, car en Allemagne comme en France, lorsqu’une souscription est lancée, il est à peu près certain qu’elle aboutira à l’acquisition définitive de l’œuvre, quel que soit le montant récolté, le reste étant trouvé par d’autre biais.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/une-terre-cuite-de-puget-en-souscription-pour-le-bode-museum

Les Rembrandt bientôt achetés en commun par le Rijksmuseum et... le gouvernement néerlandais ?

Pendant que Fleur Pellerin et Jean-Luc Martinez font croire qu’ils essayent d’acheter les deux Rembrandt Rothschild avec le gouvernement néerlandais et le Rijksmuseum, les hollandais poursuivent en réalité leur objectif, qu’ils semblent désormais près d’atteindre : acheter seuls les deux portraits.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/les-rembrandt-bientot-achetes-en-commun-par-le-rijksmuseum-et-le-gouvernement-neerlandais

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Lun 28 Sep - 9:13

Source : 20minutes.fr

Comment les profs préparent-ils leurs sorties culturelles?

Pour la première fois, le festival parisien Culture au Quai consacrait une journée entière aux instituteur (trice) s et professeur(e) s. Depuis huit ans, ce rendez-vous permet aux principales institutions parisiennes – musées, théâtres, salles de concert… - de présenter leurs saisons culturelles. Vendredi, c’était un peu jour de marché culturel pour les profs.
Lire la suite : http://www.20minutes.fr/culture/1696323-20150927-comment-profs-preparent-sorties-culturelles

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Lun 28 Sep - 10:21

Source : lemonde.fr

La future « Cité historique » inquiète les défenseurs du patrimoine


« L’Etat restera-t-il l’Etat ? », interroge Jack Lang. La question de l’ancien ministre de la culture résume l’inquiétude des élus, de gauche comme de droite, suscitée par le volet patrimoine de la loi en débat à l’Assemblée nationale. « J’ai créé les Journées du patrimoine pour que les Français s’approprient ce bien collectif. L’Etat doit être pleinement préservé dans le maintien de ses responsabilités, scientifiques, techniques, juridiques, culturelles, martèle Jack Lang. Il faut un Etat volontaire. »
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/architecture/article/2015/09/28/la-future-cite-historique-inquiete-les-defenseurs-du-patrimoine_4774688_1809550.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Lun 28 Sep - 10:25

Source : lemonde.fr

Fleur Pellerin : « Je veux lever les verrous pour l’accès aux œuvres »

La ministre de la culture et de la communication défend son projet de loi relatif à la création, à l’architecture et au patrimoine attaqué à gauche comme à droite, au moment où il est débattu au Parlement, lundi 28 septembre.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/architecture/article/2015/09/28/fleur-pellerin-je-veux-lever-les-verrous-pour-l-acces-aux-uvres_4774675_1809550.html

La liberté des artistes vaut bien une loi

« La création artistique est libre » : simple lapalissade ou solide contrefort ? C’est l’ambition, pour ne pas dire le rêve, de Fleur Pellerin : que l’article 1 de son projet de loi relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, devienne aussi emblématique que celui de la loi de 1881 sur la liberté d’expression, selon lequel « l’imprimerie et la librairie sont libres ».
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/09/28/une-loi-pour-proteger-la-liberte-des-artistes_4774539_3246.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Lun 28 Sep - 10:43

Source : lefigaro.fr

Ces pilleurs d'églises qui voulaient ouvrir un musée

Dans la région de Marmande, plusieurs vols dans des églises ont été constatés depuis le début de la semaine. La gendarmerie a interpellé deux hommes, qui conservaient plus de 700 objets sacrés dérobés en vue de les restaurer dans leur manoir.

Depuis quelques jours, plusieurs églises de la région de Marmande, dans le Lot-et-Garonne, ont été cambriolées: statuettes, candélabres, croix et autres objets de culte ont disparu.

Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2015/09/25/03015-20150925ARTFIG00100-ces-pilleurs-d-eglises-qui-voulaient-ouvrir-un-musee.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Lun 28 Sep - 10:46

Source : lefigaro.fr

Picasso, trois chefs-d'œuvre restitués

Trois tableaux, déclarés volés dans deux affaires différentes, ont été restitués au même moment au Centre Pompidou et dans une société de stockage d'œuvres d'art ce jeudi 24 septembre à Paris.

Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2015/09/24/03015-20150924ARTFIG00345-picasso-trois-chefs-d-oeuvre-restitues.php

Source : leparisien.fr

"La Coiffeuse" de Picasso de retour au Centre Pompidou après une longue escapade

"La Coiffeuse", une toile cubiste de Picasso, a officiellement retrouvé jeudi les collections du Centre Pompidou, après une escapade de quinze ans à l'origine toujours mystérieuse.
Estimé à 15 millions de dollars, ce petit tableau de 33 cm sur 46 cm a été retrouvé en décembre 2014 par les douanes américaines à Newark, près de New York.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/la-coiffeuse-de-picasso-de-retour-au-centre-pompidou-apres-une-longue-escapade-24-09-2015-5124171.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 28 Sep - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Lun 28 Sep - 10:49

Source : leparisien.fr

Le musée de l'Homme, métamorphosé, rouvre mi-octobre

Une véritable renaissance. Après six ans et demi de fermeture pour travaux, le musée de l'Homme à Paris rouvre ses portes le 17 octobre, dans des locaux entièrement rénovés et avec un projet scientifique repensé.
"Qui sommes-nous? D'où venons-nous? Où allons-nous?": telles sont les trois questions fondamentales auxquelles il entend répondre en s'appuyant sur ses collections riches de plus de 700.
Lire la suite : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/le-musee-de-l-homme-metamorphose-rouvre-mi-octobre-28-09-2015-5133709.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   Lun 28 Sep - 11:59

Source : lemonde.fr

« Vois Jack, il a des idées »

La séquence ne dure qu’une minute sur 1 h 44, mais elle est drôle. Instructive aussi. Elle est tapie dans le documentaire A l’Elysée, un temps de président, d’Yves Jeuland, diffusé lundi 28 septembre sur France 3. Le cinéaste a eu ses entrées à l’Elysée. Il a filmé pendant six mois François Hollande, le ballet des conseillers et ministres. Par exemple, le remaniement ministériel de la fin août 2014. Le héros du jour s’appelle Emmanuel Macron. Et puis il y a Fleur Pellerin, nommée à la culture et à la communication. Le nouveau gouvernement est sur la terrasse de l’Elysée, côté jardin. Il fait beau. Les verres circulent. On se détend. La caméra s’arrête sur Pellerin, Hollande et Valls. Le réalisateur recourt au sous-titre pour que le spectateur ne perde pas une miette de l’échange.
Echange est un grand mot. Les professeurs Hollande et Valls prodiguent leurs conseils à l’élève Pellerin. Qui ne dit mot. Sourit parfois. Rigole une fois. Ce qui donne  :
Hollande  : « Il y a plein d’idées qu’on peut avoir. La force de Lang, c’était ça, quand même ! Il était capable d’avoir des idées. Il faut des idées. Vois Jack ! Il a des idées ! »
Valls  : « Vois-le ! Il sera ravi ! »
Hollande  : « Premier rendez-vous à avoir, c’est Jack ! »
Valls  : « Et Monique [l’épouse de Jack Lang]. »
Hollande  : « Et Monique, bien sûr ! »
Valls  : « Tu peux l’utiliser. »
Pellerin rigole.
Valls  : « Vois Jean-Jacques Aillagon. »
Hollande  : « Les anciens ministres, Jean-Jacques...»

Le Monde, 26/09, p.21 : http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/25/vois-jack-il-a-des-idees_4772077_3232.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (21 - 27 septembre 2015)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: