Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (4 - 10 mai 2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 9:54

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Chateaudun) Les oiseaux sublimés par l’art

Ils veilleront peut être un peu plus tard ce soir là, mais c’est pour la bonne cause. Une cinquantaine d’élèves de CM1 et de CM2 de l’école Curie de Châteaudun, sera mise à l’honneur, le samedi 16 mai, par le musée des beaux arts de la Ville, à l’occasion de la nuit européenne des musées. Le monument dunois participe à l’animation européenne depuis sa création en 2005, en France. Les responsables du musée ont décidé de faire coïncider cette soirée avec l’animation “La classe, l’oeuvre”, mis en place conjointement par le ministère de l’Éducation nationale et celui de la Culture et de la communication. Huit sculptures et quinze oeuvres en papier collé, représentants des oiseaux inspirés des oeuvres de Niki de SaintPhalle et du peintre Gaston Chaissac, seront présentées pour la première fois ce soir là, à partir de 19h30.
L'Echo, 04/05, p.18

(Saint Marcel) La cité gallo-romaine prend de la hauteur

Le Musée d’Argentomagus a la particularité d’être posé au coeur d’un site archéologique, mais il fallait jusqu’ici beaucoup d’imagination pour retrouver la cité gallo-romaine installée, durant près de quatre siècles, sur le plateau des Mersans. Un gros projet réalisé dans le cadre du contrat de plan État-Région 2015-2020 va permettre de valoriser les vestiges exhumés depuis la fin des années 1960. Cette opération, d’un coût de 588.000 €, gérée par la Communauté de communes du Pays d’Argenton et précédée par la clôture de la zone urbaine, doit se dérouler en deux temps. Le premier chantier, déjà bien avancé, est prévu jusqu’en juillet. «La visite du musée sera complétée par un parcours extérieur rendu attractif par la verticalité de plusieurs monuments, résume Philippe Riffaud-Longuespé, conservateur de l’établissement. L’objectif est de restituer la trame urbaine du centre économique et religieux qu’était cette ville de 5.000 habitants au IIe siècle.»
+ ••• Les plantes du jardin gallo-romain
+ L’exemple réussi du théâtre du Virou
Nr, Indre, 05/05, p.5

(Orleans) L’Inde, alliée méconnue de 14-18

100.000 soldats au total. Deux divisions d’infanterie et deux de cavalerie. En ce 26 septembre 1914, les deux premières brigades venues d’Inde débarquent à Marseille, pour participer aux combats de la Première Guerre mondiale. Lentement, et en train, ils se rendront jusque dans le nord de la France, provoquant à chacun de leur passage un émoi considérable dans le pays. Des troupes s’installeront aussi à Orléans, pas très loin du front. Ils camperont aux Groues, mais aussi à Saran et à La Chapelle Saint Mesmin. C’est ce passé méconnu que revisite jusqu’au 9 mai le musée des Beaux Arts, en accueillant pour la première fois une exposition sur l’arrivée en France de soldats indiens, à l’automne 1914 (l’Inde est une colonie britannique à l’époque, NDLR). 28 panneaux, qui mêlent cartes postales, photos, brochures, caricatures et journaux d’époque notamment, sont visibles.
RC, Orleans, 06/05, p.9

(Meung sur Loire) «Veiller scientifiquement aux expositions»

Charlène Gilbert est la responsable du musée de Meung-sur-Loire. Elle évoque son parcours, son travail, le musée, les collections présentées et les manifestations organisées toute l’année. Rencontre.
+ Les trois collections visibles : Archéologie, Paléontologie, Numismatique
RC, Orleans, 06/05, p.18

(Epernon) L’industrie étudiée par le conservatoire

Ceux qui, de près ou de loin, s’intéressent au patrimoine historique de leur territoire peuvent, depuis vendredi, découvrir les nouvelles expositions proposées par les responsables du conservatoire des meules et pavés du bassin d’Épernon. Outre l’exposition permanente des meules et pavés, les visiteurs peuvent voir, jusqu’au 14 juin, l’histoire de l’industrie à Épernon, de 1730 à 1938. «Du fait de sa proximité avec Paris et Versailles, Épernon a développé, dès le XVIIIe siècle, une industrie conséquente, notamment en rapport avec l’agriculture et l’élevage. La production de la laine, du cuir, de la filasse et du chanvre fut longtemps les spécialités de la commune», souligne Bernadette Rossignol, la vice présidente d’Épernon Patrimoine et Alentours.
L'Echo, 06/05, p.10

(Vierzon) La céramique dans la peau


«J’ai beaucoup moins de pièces qu’autrefois. Ma fille en a récupéré beaucoup.» Serge Pruvot a beau rester modeste. Devant ses étagères où s’alignent les vases joufflus ou effilés signés Denbac, force est de constater que la collection de céramiques de ce Vierzonnais est assez exceptionnelle. Rien de surprenant, ceci dit. Cet ancien de chez Paulstra a accumulé les pièces pendant une bonne poignée de décennies. Compulsif ? À voir. Passionné, assurément. «J’achetais tout ! J’allais toutes les semaines à la salle des ventes, à Bourges, confie le sexagénaire. Je me rendais aussi souvent à Paris, aux Puces de Saint Ouen. Je connaissais un cheminot, ce qui facilitait les voyages !» Les pièces de Serge Pruvot n’ont rien à envier à un musée. C’est même le contraire ! Plusieurs pièces de sa collection figurent dans l’exposition  présentée en ce moment au musée de Vierzon. Un historien spécialiste de la céramique, Michel Blot, les a même utilisées pour illustrer ses ouvrages.
Le Berry, 07/05, p.12

(Chateaudun) Les jardiniers colorent le musée

Les agents du service des espaces verts ont remis en forme, cette semaine, le petit jardin du musée des beaux-arts et d’histoire naturelle. Dans le cadre de l’exposition temporaire Couleurs, actuellement visible, ils ont installé des plantes tinctoriales. Une petite ardoise, au pied de chacune, permettra de l’identifier et d’indiquer la couleur qu’elle produit à partir de ses fleurs, ses feuilles, son écorce ou sa racine. À l’occasion de la Foire aux laines, Élisabeth Dumont effectuera une démonstration de teinture, à partir de certaines de ces plantes, le samedi 4 juillet et le dimanche 5 juillet. (intégral)
L'Echo, 08/05

(Saint Marcel) Les 25 ans d’Argentomagus exposés


Le musée archéologique d’Argentomagus fête cette année son 25e anniversaire. L’inauguration de l’établissement remonte au 26 juin 1990. «A cette occasion, le Musée présente une exposition d’objets conservés en réserve, des objets patrimoniaux, inédits, et en profite aussi pour montrer la richesse et la diversité de ses collections», a indiqué Philippe Riffaud-Longuespé, directeur d’établissement. Les visiteurs pourront découvrir, entre autres, la tombe romaine de Fléré-la-Rivière, un échantillonnage de monnaies du legs Dupoux et d’autres monnaies. Cette exposition dont une partie est en vitrine, avec des bagues d’époque gallo-romaine et un échantillonnage d’objets insolites, est à découvrir jusqu’au 1er novembre, de 9h30 à 12h et de 14h à 18h, sauf le mardi, et tous les jours en juillet et août. (intégral)
NR, Indre, 08/05

(Lorris) Une exposition, 70 ans après les camps

Des souvenirs traumatisants, des histoires dramatiques, des dénouements parfois heureux, des rencontres, aussi. Ces épisodes qui restent dans les têtes et dans les cœurs, sont l’essence même de l’exposition Résistants et déportés, des parcours qui ont marqué des vies, qui s’est ouverte, hier, au musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Lorris. Un travail de fourmi Le public pourra découvrir jusqu’au 30 août le travail de fourmi réalisé par l’équipe du musée, Marie-Pierre Le Men, Pauline Loche et Maggy Ringuedé, pour reconstituer ces parcours, des épisodes de vies brisées. À travers, une vingtaine de panneaux, l’exposition retrace les histoires de quelques uns des 900 déportés du Loiret.
RC, Orleans, 09/05, p.5

(Le Coudray) Deux expositions au Séminaire des barbelés

Lors de la journée de l'Europe 2015, deux expositions seront symboliquement inaugurées samedi à 17 heures au séminaire des Barbelés et suivies d'une conférence sur Otto Freundlich par Christophe Duvivier, directeur des musées de Pontoise. Les visiteurs pourront découvrir une exposition retraçant une voie européenne de la paix entre Moscou et Montormel (Orne). Elle est issue de la réflexion d'Otto Freundlich (1878-1943), artiste juif Allemand et victime du troisième Reich.
L'Echo, 09/05, p.10

(Nogent le Rotrou) Trois regards sur le cheval percheron

Solidement ancré sur ses pattes grâce à la céramique, fièrement représenté en aquarelle ou en mouvement sur photographies… Le cheval percheron montre tous ses charmes dans l’exposition qui lui est dédiée au musée du château SaintJean, dans le cadre de la 11e édition des Variations équines. Une exposition qui a déjà attiré plusieurs milliers de visiteurs depuis le 14 mars et qui se prolonge jusqu’au 7 juin. L’événement qui est déjà un succès auprès des visiteurs comme le confirme Gwenaëlle Hamelin, directrice du musée. «Nous avons accueilli 180 personnes dimanche dernier, pour la journée de gratuité. Et il suffit de consulter le livre d’or pour juger de l’enthousiasme des visiteurs quand ils ont fini leurs observations.» Intitulée sobrement Percherons, l’exposition se décline donc sous trois regards.
L'Echo, 10/05, p.13

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 11 Mai - 14:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 9:54

Archéologie région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Vierzon) PATRIMOINE SECRET (85) Le mystère de la voie du Bois-d’Yèvre

Au cours de ses recherches sur les routes antiques de Vierzon, Alain Rives est tombé sur une énigme. En 1950, au Bois d’Yèvre, des travaux avaient  mis au jour une étrange structure de bois, enfoncée à plusieurs mètres de la surface du sol. Soixante ans plus tard, confrontant les sources et les études scientifiques, l’historien vierzonnais pense en avoir enfin retrouvé la clé du mystère : il s’agirait d’une voie antique. À l’origine de l’affaire, il y a un hasard. Des tranchées avaient été creusées pour la pose de canalisations de gaz, non loin du canal de Berry. «Les ouvriers tombent sur des troncs d’arbres couchés, sans branche ni racine, placés en plusieurs couches parallèles et perpendiculaires, relate Alain Rives. Au milieu des troncs d’arbres se trouvent des pierres taillées.» Un vestige d’Avaricum ? Il n’en avait pas fallu plus pour échauffer l’imagination d’un ancien instituteur vierzonnais, Joseph Sabourin. Alain Rives a pu consulter les dossiers qu’il a laissés. «C’est un passionné d’histoire dont la marotte est d’arriver à prouver que Vierzon est Avaricum», tempère Alain Rives. La capitale gauloise des Bituriges, rien de moins !
Le Berry, 04/05, p.13

(Chartres) Astérix et Obélix sont passés par là...

Les terrains du plateau nord est de Chartres pourraient se révéler riches en informations sur la fin de la Préhistoire. Les différents  diagnostics archéologiques, menés ces derniers mois par le service archéologique municipal, le confirment. Une première étape, couvrant 8 hectares, a conduit les équipes de sondeurs en limite des terrains de l’aérodrome et du club de vol à voile, à l’entrée Est de la ville. Frédéric Dupont, coordinateur des opérations sur le plateau nord est explique : «Sur ce site, une ferme gauloise a été mise au jour. La bâtisse remonte à la période qui précède la conquête romaine. Nous sommes là dans une vraie habitation gauloise, qui n’a subi aucune transformation, à l’inverse de ce qui s’est passé sur le site d’Archevilliers, fouillé en 2014». Le rapport sur ce diagnostic a été rendu par les archéologues. Une fouille a été prescrite récemment par le Service régional d’archéologie. Sa période d’exécution n’est pas encore programmée.
+ Plus de questions plus de réponses en vidéo sur lechorepublicain.fr
L'Echo, 05/05, p.6

(Bretoncelles) Le balisage de la motte féodale inauguré


L’association Bretoncelles Patrimoine Nature (BPN) a profité de sa sixième balade médiévale, dans la forêt de Saussay, pour inaugurer le pupitre qui, grâce à une illustration de JeanFrançois Lecomte, donne un aperçu visuel de la motte aux XIVe et XVe siècles. Il est complété par dix poteaux plantés sur le lieu même de la motte castrale, pour indiquer aux promeneurs où se trouvait l’essentiel des constructions et mieux de repérer dans l’espace.
L'Echo, 06/05, p.21

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 11 Mai - 10:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 9:55

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre

(Loches) Saint-Ours va être observée sous toutes les coutures

Cinq cent mille euros pour rénover la collégiale Saint-Ourse, est-ce assez ? Non, reconnaît en substance Stéphane Blond, adjoint au maire en charge du patrimoine. Un non qui en dit long sur l’investissement nécessaire pour restaurer l’édifice religieux, classé monument historique en 1840. «Il faudrait effectivement plusieurs millions d’euros», assure l’élu. Etanchéité, électricité… La ville a donc prévu de budgétiser 500.000 € dans ses lignes de dépenses sur trois ans et de répartir les travaux en trois tranches. Car il y a à faire. A l’intérieur de la collégiale, il suffit de lever les yeux vers les dubes, ces coupoles pyramidales à huit pans qui font l’originalité du monument, pour voir aussitôt les taches d’humidité. La ville vient de lancer un appel à candidature pour la réalisation d’une étude-diagnostic. L’idée est que les professionnels listent les priorités. « Il faut faire ressortir les niveaux d’urgence», avance Stéphane Blond. Les candidats ont jusqu’au 29 mai pour se faire connaître. Ensuite, l’entreprise retenue devra livrer son diagnostic sur l’état sanitaire extérieur et intérieur, après avoir été au chevet de Saint-Ours, entre le 1er juillet et le 21 septembre prochain, date ultime pour rendre sa copie.
Nr, Indre et LoireE, 04/05, p.15

(Orleans) Le lifting de Sainte-Croix se poursuit

«Le jour où il n’y aura plus d’échafaudages sur la cathédrale, ce sera mauvais signe», plaisante Régis Martin, architecte en chef des monuments historiques en charge des travaux de restauration de la cathédrale d’Orléans. Depuis la fin du mois de mars, un nouveau chantier a commencé sur la majestueuse Sainte Croix : la restauration de quatre arcs boutants du transept nord. «L’opération de restauration des arcs boutants a commencé dans les années 1980 et se poursuit avec des phasages réguliers, par tranches. Il s’agit d’une restauration lourde. Cette phase est budgétée à 3,5 millions d’euros et durera deux ans», explique Xavier Clarke de Dromentin, architecte des bâtiments de France et chef du service territorial de l’architecture et du patrimoine du Loiret, pour la DRAC Centre (Direction régionale des affaires culturelles). Il s’agit de conforter la structure de l’édifice.
+ Des projets aussi à l’intérieur de l’édifice
RC, Orleans, 05/05, p.7

(Vierzon) Des machines et des passionnés réunis

«Il devrait y avoir quelques belles pièces !» Michel Hervé, président de la Mémoire industrielle et agricole du pays de Vierzon, se réjouit déjà. Pendant deux jours, samedi 16 et dimanche 17 mai, la seconde ville du Cher deviendra la capitale européenne du machinisme agricole et du moteur semi diesel. Le rassemblement de tracteurs anciens et moteurs fixes organisé par l’association pour ses vingt ans devrait réunir une sacrée brochette d’engins, de toutes marques et origines, et de nombreux passionnés. La Mémoire espère réunir au moins cent vingt tracteurs. Les stars du semi diesel seront à l’honneur. À commencer par les productions vierzonnaises de la Société française, bien sûr, qui a popularisé le système dans l’Hexagone dès les années 1930. Mais aussi par les machines construites par Lanz, pionnier allemand de ce type de moteur dès les années 1910.
Le Berry, 05/05, p.16

(Authon du Perche) Des histoires pour sauver la chapelle


C’est à l’âge de la retraite que Jean Cadinot, le trésorier de l’association de sauvegarde de la chapelle Saint Lubin des Cinq Fonts, a commencé à  rassembler des histoires concernant sa famille. Installé dans le hameau de Saint Lubin des Cinq Fonts depuis 30 ans, il en connaît presque tous les secrets. Anne-Marie Cochereau, la présidente de l’association de sauvegarde de la chapelle, lui a demandé de les rassembler dans un fascicule intitulé En fouillant dans les archives d’Eure et Loir. Il sera prochainement édité au profit de la restauration du site.
L'Echo, 05/05, p.22

(La Celle Guénand) Une étude pour la restauration de l’église

Lors de sa séance du 10 avril, le conseil municipal a conclu de solliciter les services de l’Adac pour les travaux de restauration de l’église. Il convient de réaliser un complément d’étude qui comportera une phase investigation : analyse des pathologies de la pierre par un laboratoire, analyse et reconnaissance des sous-sols, mise en surveillance des fissures observées sur le couvrement des bascôtés, de la croisée, de la chapelle sud -est. Cette phase investigation permettra ensuite de compléter l’état sanitaire, les propositions d’interventions de restauration et l’estimation sommaire des travaux. Le coût de cette nouvelle étude est estimé à 18.000 € HT. Une tranche conditionnelle de travaux, concernant les interventions d’urgence sur la couverture, les gouttières et le portail est nécessaire. (intégral)
Nr, Indre et LoireE, 05/05

(Langeais) Le château poursuit sa restauration

La tour nord a terminé sa cure de jouvence. De l’épi de faîtage aux pierres en passantpar la charpente et la toiture, le vénérable édifice a retrouvé une  seconde jeunesse donc un long avenir devant lui après le très beau travail réalisé par les entreprises Hory-Chauvelin, Le Bras Frères et Guérin Frères. Mais après les parties sud et nord, la façade d’entrée avait elle aussi subi les outrages des ans. Dans la foulée, l’échafaudage s’est déplacé pour des travaux  au-dessus du pont-levis tant à l’extérieur que côté cour intérieure. Si la traditionnelle photo de cette entrée du château est «polluée» par les bâches, une partie a été décorée d’un très réaliste trompe l’oeil dans lequel deux personnages indiquent que le château est ouvert et animé car selon la formule consacrée, «pendant les travaux la visite continu ». Fin juin, côté rue, les échafaudages disparaîtront pour une saison d’été plus normale. Ceux de la cour resteront jusqu’en fin d’année. En septembre, ce sera au tour des pierres autour du pont-levis jusqu’au sol d’être traitées et en octobre, une entrée provisoire sera installée car l’escalier sera consolidé. (intégral)
Nr,Indre et LoireW, 05/05

Les châteaux du Loiret sur des maillots

Les châteaux de Gien, Sully sur Loire et Chamerolles seront à l’honneur, du vendredi 15 au dimanche 17 mai, à l’occasion du Tour du Loiret cycliste. Une  première. Les trois demeures s’affichent sur les maillots du meilleur jeune (rose), du premier au classement général (jaune) et du leader au classement du «Kilomètre 45» (bleu). Une belle vitrine. «Cela permet de mettre en valeur le patrimoine du département», témoigne Daniel Bouteille, directeur de l’épreuve. De plus, par leurs traits en forme d’armure, les trois maillots rappellent l’esprit médiéval. Cette année, le parcours de l’épreuve fera donc étape dans ces différents châteaux départementaux. À noter que quatre autres maillots sont sponsorisés par des partenaires privés et récompensent le vainqueur du classement par point, celui des grimpeurs, ainsi que ceux des points chauds et du minitour cadet. (intégral)
RC, Orleans, 06/05

(Yèvre-le-Châtel) « Ce label, c’est notre seule richesse »


Yèvre-le-Châtel a été confirmé comme étant l’un des «plus beaux villages de France». Une reconnaissance devenue indispensable pour le développement de la jolie cité médiévale…En plus de faire la fierté des 250 habitants du village, le label a permis de financer un grand nombre d’investissements de mise en valeur. «C’est notre seule richesse, ce qui nous distingue des autres et permet de réaliser des projets», analyse Alain Di Stéfano. Depuis 1995, ce sont ainsi plus de 157.000 euros générés par les visites à YèvreleChâtel qui ont participé à la restauration ou à la réhabilitation de plusieurs sites. En vingt ans, l’essentiel du patrimoine de la cité a été restauré (l’aménagement du site historique de l’église Saint Lubin a d’ailleurs valu à la commune un Prix de l’aménagement urbain, en 2012). Un chantier sans fin, si l’on veut conserver le précieux label. C’est pourquoi, cette année, 20.000 euros seront notamment consacrés à la réfection de la toiture de l’église Sainte Brigide et aux travaux d’enfouissement des réseaux, à Souville (dans la partie basse de la commune).
RC, Loiret, 06/05, p.11

(Jalognes) Les travaux font la vie du château

«Ces travaux auraient dû être faits il y a vingt cinq ans. Je ne pouvais pas passer à côté, sinon, je mettais la clef sous la porte.» Depuis le début du mois d’avril, Pascal Fontanille, propriétaire du château de Pesselières, s’est lancé dans la réfection du site. Au programme, une nouvelle toiture et des façades rénovées. Le château de Pesselières étant classé monument historique depuis 2009, Pascal Fontanille avait l’obligation de faire appel à l’architecte des bâtiments de France pour entreprendre ces travaux. L’objectif : se rapprocher au plus près de l’existant, que ce soit dans le choix des matériaux ou des couleurs. Pour la toiture, plusieurs dizaines de milliers de tuiles vont être changées. «Nous travaillons avec une entreprise de la région Centre-Val de Loire qui est une des dernières à fabriquer encore du sur mesure», détaille le châtelain qui juge ces travaux essentiels pour la solidité du bâtiment. Les 1.000 m2 de  facades vont également se refaire une beauté. Côté financement, une subvention de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) est attribuée à hauteur de 10%. Le reste sort de la poche du propriétaire. «Je ne pouvais pas attendre, il faut agir maintenant. C’est absolument indispensable pour la survie du bâtiment à long terme.»
Le Berry, 06/05, p.20

(Courville sur Eure) 700.000 € pour l’église

Les finances ont occupé les élus courvillois avec la présentation et le vote des différents budgets. Le leitmotiv : la prudence. «Plus d’1,9 million d’euros seront investis cette année. Le montant le plus important sera alloué à l’église Saint Pierre avec 700.000 €. ...
L'Echo, 06/05, p.9

Le “ Relais de Chambord ” sera lancé après la saison


Le lancement des travaux du nouvel hôtel Saint-Michel à Chambord était annoncé pour ce printemps. Il attendra en fait septembre prochain, du fait de retards pris dans l’instruction du dossier. Celui-ci se révèle plus complexe que prévu, du fait des contraintes réglementaires liées à un site protégé.
Jean-Jérôme Degoursi, président de la société qui a repris l’exploitation en juillet 2014, ne cache pas un certain agacement. «L’État a lancé un appel d’offres auquel nous avons répondu. Notre projet a été accepté. Puis, au fil des réunions de travail, beaucoup d’exigences complémentaires ont été formulées, concernant les matériaux, les ouvertures, les fouilles, les normes en tout genre. Je n’en conteste pas le bien-fondé : l’administration est dans son rôle. Mais tout ceci a généré de gros surcoûts : nous sommes passés d’un budget de 7,5 millions d’euros de travaux à plus de 12 millions !» La dernière mouture du cabinet d’architecture Vilmotte attend sa validation définitive sur le bureau des ministres de l’Environnement et de la Culture. Les promoteurs, eux, souhaitent obtenir une prolongat ion de la concession, initialement fixée à 45 ans, afin de retrouver une viabilité économique.
Nr, Loir et Cher, 06/05, p.3

(Blois) La cathédrale sous les échafaudages

Malgré sa taille immense, on ne le voit pas facilement car il faut s’engouffrer dans les Petits degrés Saint-Louis pour le découvrir : un gigantesque échafaudage qui recouvre de bas en haut toute la façade sud de la cathédrale Saint-Louis. C’est une entreprise spécialisée basée en Lorraine, Europe Échafaudages, qui est venue installer les 160 tonnes de matériels nécessaires. Les opérations qui ont commencé il y a quinze jours seront achevées le 18 mai. Débutera alors la première tranche d’un vaste chantier de restauration des toitures des bas-côtés. Lorsque la partie nord sera achevée dans un an, l’échafaudage sera démonté et aussitôt remonté au sud pour un an lui aussi. Cette restauration était devenue indispensable, les couvertures en ardoises présentant un défaut d’étanchéité dû au modèle choisi qui était inadapté à la faible pente. Un chéneau en cuivre sera également posé sur la corniche côté nord qui en était dépourvue et au sud où la gouttière avait été sous-dimentionnée. Enfin, dans les combles, les charpentes et les maçonneries seront restaurées. La cathédrale Saint-Louis étant propriété de l’État, ce dernier finance intégralement les opérations dont le montant s’établit à 1.139.873 €. Cette remise à neuf des couvertures intervient après la restauration des sept cloches (datant du XIXe siècle) de la cathédrale, programme qui avait été lancé en 2012 par la Drac (Direction régionale des affaires culturelles). (intégral)
Nr, Loir et Cher, 06/05, p.3

(Nouâtre) Nogastrum : protéger le patrimoine

Une trentaine de personnes ont suivi avec intérêt la visite commentée de l’église Saint-Léger, organisée par la municipalité, samedi 25 avril. A l’issue de cette visite, une association a été constituée dans le but de « faire connaître, protéger et défendre le patrimoine de Nouâtre ». Cette association a choisi le nom de Nogastrum, qui était, depuis l’époque gallo-romaine, le nom de l’agglomération. Pour plus d’informations, vous pouvez nous joindre par email : legoffgaelle@bbox.fr ou par téléphone au 06.10.47.01.87
Nr,Indre et LoireE, 06/05, p.18

(Bourges) Trois soirs éblouissants et envoûtants

Bourges sans la cathédrale, c’est comme Par is sans la Tour Eiffel. Et de la même façon que beaucoup de Parisiens n’ont jamais visité la dame de fer, nombre de Berruyers connaissent assez mal leur église épiscopale. Pour leur faire ouvrir les yeux sur ce joyau gothique, les Amis de la cathédrale organisent Cathédrale en fête à partir de demain et jusqu’à dimanche. Trois jours, qui encadrent la nuit des cathédrales, organisée dans toute la France entre samedi et dimanche, et permettront au passage de célébrer le dixième anniversaire de l’association. « Les Amis de la cathédrale ont fédéré en 2005 plusieurs associations qui gravitaient autour de la cathédrale. Et il y a sept ans, Bourges était la première cathédrale de la région Centre-Val de Loire à prendre part à cette manifestation», présente le président des Amis, Bernard Brossard. Le principe : ouvrir la cathédrale tard le soir (23 heures vendredi et dimanche, minuit le samedi) et l’illuminer.
+ Crypte ouverte et office tardif dans la nuit de samedi
Le Berry, 07/05, p.20

(Le Noyer) Préserver l’église Notre-Dame


L’assemblée générale de l’association Notre Dame du Noyer, présidée par André Millérioux, s’est tenue samedi en présence de la maire Chantal Millerioux, et de nombreux participants. L’objectif de l’association est de poursuivre une action bénévole pour la rénovation de l’église. Certes, il y a des aides et des facilités pour avancer, avec des possibilités de financements publics à différents niveaux, les bénévoles qui contribuent pour une large part, et enfin l’implication de la Fondation du patrimoine, avec le dernier accord signé, mais l’association continue plus que jamais à jouer un rôle central. Celui ci est prépondérant puisque les aides qu’elle est susceptible d’obtenir pour le projet seront en proportion avec la contribution financière qu’elle pourra apporter. Au fil du temps, l’association a ainsi pu réunir les fonds suffisants pour lui permettre  d’engager les avances nécessaires à l’expertise réalisée par l’architecte des Bâtiments de France, ainsi qu’à la mission demaîtrise d’oeuvre qui suivra.
Le Berry, 07/05, p.16
(Blois) Une fresque marquetée à Saint-Joseph

A l’église Saint-Joseph, une très belle fresque en couleurs sur fond noir a remplacé le grand poster noir et blanc qui ornait la petite chapelle. Ce travail, qui s’est inséré dans  le plan global de restauration de l’édifice religieux, a été confié au père Nicolas Pelat, curé du secteur pastoral de Fossé-Villerbon, artisan plâtrier-décorateur-stucateur et Compagnon du Devoir et du Tour de France. En accord avec le père Damien, dont il fut le vicaire durant quelques années, et les membres de l’association Saint-Joseph, chargée de l’entretien et de l’amélioration de l’église, l’artisan a réalisé une oeuvre de marqueterie en stuc-marbre où il a repris les couleurs du vitrail adjacent. «J’ai utilisé les techniques de l’artisanat sous une forme artistique», a-t-il déclaré lundi matin en présence de Marie-Annick Pellé, présidente de l’association.
Nr, Loir et Cher, 07/05, p.12

(Montoire-sur-le-loir) Le handicap et le patrimoine mis en valeur


L’étude du «Patrimoine historique et culturel», étant inscrite dans le programme scolaire de la classe de 2de SAPT (Service à la personne et aux territoires) du lycée Sainte-Cécile, les élèves ont choisi cette année, pour formaliser leur projet d’étude, de mettre en valeur le patrimoine et le handicap et de réaliser une belle exposition photographique intitulée «HandicaPatrimoine». Et ce en collaboration avec le centre de rééducation et  d’hébergement pour personnes en situation de dépendances physiques, l’Hospitalet, à Montoire. Ce projet commencé en novembre dernier a permis la rencontre entre les élèves du lycée et des résidants de l’Hospitalet. C’est ensemble qu’ils ont réalisé les photos. Pour cela, des élèves et dix résidants, en fauteuils roulants, se sont rendus au cours du mois d’avril sur quelques lieux historiques du patrimoine de la ville de Montoire.
Nr, Loir et CherN, 07/05, p.17

(Loches) Félix Choisnard, élève méconnu de Lansyer

Félix Choisnard… Il faut être honnête, le nom de cet artiste n’évoque pas grand-chose, voire rien du tout. Véronique Lourme, responsable du service Patrimoine de la ville,  est aussi très honnête sur le sujet. Elle a pris connaissance du travail de ce peintre grâce aux dons récents que ses descendants ont fait récemment à la ville. «Ça a été une découverte. On avait vu dans la biographie d’Emmanuel Lansyer le nom de quatre élèves… C’est aussi une façon pour nous de rentrer dans le cercle privé de Lansyer car aucun document personnel ne parle de sa vie». Félix Choisnard (1846-1924) a longtemps côtoyé Emmanuel Lansyer (1835-1893). Les deux hommes ont onze ans d’écart. Félix Choisnard a été son élève et son ami. Il a suivi son maître lors de ses voyages. C’est ce qui a frappé Véronique Lourme, quand elle a découvert les 37 oeuvres, aquarelles et dessins au crayon sanguine, donnés par la famille Brisson. Exposition des aquarelles de Félix Choisnard, galerie François 1er (mairie), du 6 mai au 30 juillet. Gratuit.
Nr,Indre et LoireE, 07/05, p.16

Restauration de la salle d'honneur de l'hôtel de ville et de ses broderies du XVIIe siècle - Beaugençy (45)


Au terme d'un processus entamé en 2009 avec la restauration de la broderie "l'Europe", une convention-cadre a été passée en 2012 entre la commune propriétaire, maître d'ouvrage, et la DRAC Centre-Val de Loire.
Entamés en octobre 2013, les travaux se sont achevés en avril 2015 par la repose de l'ensemble des broderies restaurées.
Lire la suite

(Ouzouer sur Trézée) La Martine veille toujours sur l’église du village

Mercredi, la Martine tenait son assemblée générale à la salle Saint-Malo. Globalement, l’association se porte bien. En 2014, la Martine a réalisé un bénéfice de 1.418,44 € ; les manifestations organisées par l’association connaissent toutes un bon succès ; et les bénéfices réalisés vont permettre de continuer l’engagement dans la restauration de l’église d’Ouzouer. Le maire Guy Massé a évoqué les résultats de l’audit sur l’état de l’édifice. «Il n’y a pas d’urgence de sécurité signalée dans le rapport de l’architecte.» Il y a cinq ans, l’association avait bloqué 5.000 € pour aider à la restauration de l’autel Saint Jean. Devant l’ampleur du chantier, cette somme servira à la restauration des bancs, engagée depuis quelques années.
RC, Loiret, 08/05, p.23

(Chuisnes) Seconde vie pour le lavoir de l'église


Le long de l’Eure, un élément du patrimoine local qui n'est plus utilisé depuis les années 60 était en piteux état et risquait de s’effondrer. Après de longues heures de travaux réalisés par les trois employés communaux, le lavoir de l'église a retrouvé une seconde jeunesse et éclat d'antan. «Il était important pour nous de le conserver car soucieux de son intérêt historique et de son cachet, nous avons souhaité lancer des travaux de restauration en régie avec l'appui des trois professionnels», présentait Jacky Jaulneau le maire. «Pour une dépense de 4.000 € financée par le budget communal, le lavoir est restauré».
L'Echo, 08/05, p.10

(Aigurande) Travaux aux abords de l’église

La Ville d’Aigurande procède en ce moment à d’importants travaux aux abords de l’église. Ce projet avait été préparé par l’équipe précédente et mis en œuvre par la nouvelle équipe. Suite aux appels d’offres en 2014, les travaux ont débuté en janvier et se termineront fin juin. Le montant total des travaux est de 325.000 €. Les subventions représentent 45 % du montant hors taxes : subvention de l’État, du conseil général (Far) et du conseil régional (Contrat de Pays). Le parking préexistant est agrandi et arboré, devant le presbytère est créé un espace de plantations, le passage sur le côté gauche de l’église est pavé, la voirie est refaite, des wc publics sont aménagés. Pour tous ces travaux, priorité a été donnée aux entreprises locales. (intégral)
NR, Indre, 08/05

(Blois) Handicap et accessibilité en questions au château

J’ai redécouvert les lieux. Au terme du circuit organisé par l’association Santiago Accessible sur le trajet de la Loire à vélo – à partir de Saint- Florent-le-Vieil, dans le Maine-et-Loire –, Irène Ariaux, jeune angevine paraplégique, s’est déclarée séduite. L’expédition, débutée le 1er mai, a conduit une dizaine de personnes en situation de handicap à Saumur et à Chambord, avant de s’achever hier, en fin de matinée, au château de Blois. A leur arrivée, sept participants ont défendu, face au public et à plusieurs élus locaux, l’idée de «placer le handicap dans la vie normale». «Nous ne devons pas laisser [ce dernier] dans un coin de la société», a affirmé le président de Santiago Accessible, Édouard Braine. L’entrée au sein du monument a représenté l’occasion d’évoquer le thème de l’accessibilité des lieux publics, en présence, notamment, du président national de l’Association des paralysés de France (APF), Alain Rochon. Celui-ci a qualifié de «scandaleux» le retard dont témoigne, selon lui, la France, une loi prévoyant des aménagements à destination des handicapés «depuis 1975».
NR, Loir et Cher, 08/05, p.10

(Blois) L’art de bâtir à la tour Beauvoir

Durant plusieurs après-midi du mois de mai, la délégation du Loir-et-Cher de l’association les Vieilles Maisons françaises propose de découvrir à la tour Beauvoir l’exposition proposée et prêtée par la Direction de l’inventaire du patrimoine de la Région Centre-Val de Loire, consacrée à l’art de bâtir dans notre région du Moyen Age à nos jours. «Cette année, nous mettons l’accent sur la transmission du patrimoine et des savoir-faire, rapporte Joëlle de Redon déléguée départementale de l’association. Cette exposition s’inscrit parfaitement dans nos objectifs de sauvegarde du patrimoine, nous souhaiterions vraiment que les scolaires puis sent aussi la connaître».
NR, Loir et Cher, 08/05, p.10

(Vendome) Tilleuls : Résurgence relance son intérêt patrimonial


Les adhérents de Résurgence, Jean-Pierre Bouard et André Fleury en tête, sont formels ! «Il faut que les Vendômois viennent redécouvrir ce cloître, les Tilleuls sont ouverts à tous !» En partenariat avec l’hôpital, Jean-Pierre Bouard travaille depuis deux ans sur de l’osier récolté en bas du centre Daniel-Chanet. Après l’avoir fait sécher, il installe des «plessages», ces osiers pliés en bordure de parterre dans différents l i eux du c entre hospitalier : au centre Daniel- Chanet, au centre Gibotteau et, dernièrement, à la maison des Tilleuls, actuel centre d’hébergement pour personnes âgées et ancien bâtiment religieux. Le carré clos formé par les arches de ce qui fut le cloître du couvent des cordeliers, puis du couvent des bénédictines est une exception à Vendôme. L'association redonne actuellement un coup de neuf au puits de l’ancien couvent.
NR, Loir et Cher, 08/05, p.16

(Beaulieu lès Roches) Clocher : ce ne sera pas pour 2015…

Sophie Métadier en convient : «Il n’y aura pas de travaux en 2015». La restauration du clocher de l’église abbatiale de Beaulieu-lès-Loches devra attendre encore. Le coût du chantier, évalué il y a deux ans à trois millions d’euros, est «hors d’échelle pour une commune comme Beaulieu», poursuit la maire. Fin avril, les principaux acteurs de ce dossier essentiel se sont retrouvés à la mairie pour essayer de bâtir un financement possible. Il y avait là, outre la municipalité, des représentants de la sous-préfecture, de la direction régionale des affaires culturelles, de la fondation du patrimoine et de l’agence départementale d’aide aux collectivités locales qui planche au côté de la commune sur l’impact financier des travaux sur sa trésorerie. Selon Sophie Métadier , «quelques pistes de travail» ont été esquissées : «Théoriquement, sur un bâtiment classé comme l’abbatiale, l’Etat finance à hauteur de 30% environ. Pour le moment, c’est le seul financement sûr.» A ce stade, une seule chose est sûre : l’Etat (par le biais de la direction régionale des affaires culturelles) a validé la solution proposée par l’architecte. Elle consiste à démonter la flèche du clocher, plus récente que le reste de l’édifice et considérée comme non réparable en l’état, pour la remonter de manière sûre. Le chantier s’étendra au moins sur deux à trois ans.
NR, Indre et LoireE, 08/05, p.13

(Lémeré) Le Rivau, de François Ier à l’art contemporain

Deux expositions sont proposées jusqu’au 4 novembre au château du Rivau. Pour le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, François Ier, dernier roi-chevalier, est présenté dans une exposition en 3D projetée sur les murs voûtés des écuries du château. «Cette exposition a été conçue par Patrice Franchet d’Espèrey, docteur en sciences de l’Éducation, écuyer honoraire du Cadre noir de Saumur et Monique Chatenet, conservateur en chef honoraire du patrimoine, présente Patricia Laigneau, la châtelaine. Elle retrace les évolutions de l’art équestre au cours du règne de François Ier». Ludique et agrémentée de filmographies complémentaires sur le château, l’exposition montre un roi vecteur des idéaux de la Renaissance et relie le cheval, particulièrement à l’honneur dans ces anciennes écuries de France.
NR, Indre et LoireT, 08/05, p.18

(Chartres) Les carmélites ouvrent leurs cellules


Elles vivent hors le monde. Mais leur retraite ne les coupe pas de l’extérieur. La preuve. Aujourd’hui et demain, les douze soeurs du carmel de Champhol ouvrent la porte de leur monastère aux visiteurs, dans le cadre de la célébration du cinquième centenaire de la naissance de Thérèse d’Avila, réformatrice de l’ordre. Le carmel de Champhol abrite des trésors, comme ces broderies du XVIIe siècle, réalisées par des carmélites. Ces parures, ornées de fils d’or, sont exposées, aujourd’hui et demain, tout comme d’autres objets liturgiques ou de la vie courante : un “réveil matin” du XVIIe siècle, des livres de prière, datant de l’aube de l’imprimerie, du mobilier religieux.
L'Echo, 09/05, p.6

(Bourges) Cathédrale, que la lumière soit


Jusqu’à dimanche, les Amis de la cathédrale proposent Cathédrale en fête, dans le cadre de la Nuit des cathédrales organisée ce week end dans toute la France. L’idée ? Ouvrir la cathédrale tard le soir (23 heures dimanche, minuit ce soir) et l’illuminer. «Nous travaillons avec Mick Bourbon, un très bon éclairagiste habitué des scènes de théâtre. Il crée des effets que les gens adorent et qui se renouvellent chaque année», explique Bernard Brossard, président des Amis de la cathédrale. Au programme également ? Une visite pour enfants, un concert d’orgue, un libre accès à la crypte…
Le Berry, 09/05, p.7

(Bourges) Des tuyaux contre les flammes de l’enfer

On passe devant sans la voir : au pied de la grande tour de Beurre se trouve le départ d’une colonne sèche qui grimpe sur quelques mètres avant d’entrer dans le mur. Une prise similaire existe à l’exact opposé, près du petit escalier qui longe les jardins de l’Archevêché. Ce sont les seules parties visibles d’un dispositif qui traverse pourtant toute la cathédrale… Et la protège des incendies. «En cas de besoin, les pompiers peuvent se brancher dessus et envoyer l’eau dedans», expliquent Michel Rapy et Gaël Lemonnier, plombiers de l’entreprise Morin en charge de l’entretien du système. La vérification du réseau avait lieu cette semaine.
Le Berry, 09/05, p.10

La Ferté-Imbault : le château à vendre


Situé à deux pas du centre-bourg de La Ferté-Imbault, le château de la place des Tilleuls, appelé aussi château du maréchal d’Estampes, devrait bientôt, à nouveau, changer de mains. Son actuel propriétaire, Alain Jouan, a décidé de vendre. Mise à prix : 3.392.000 €. Cette «maison de 15 pièces» et de 694m2 est présentée sur le site de l’agence immobilière romorantinaise La Sologne du Reineau. L’annonce a aussi été relayée sur Le Bon Coin – elle a, depuis sa mise en ligne fin mars, été désactivée. A l’époque de Jacques d’Estampes (1590-1668), la propriété s’étendait sur quelque 10.000 ha, «le parc arboré en partie clos et terrain forestier» à vendre aujourd’hui avec le château est de 45 ha. Un beau domaine, tout de même ! Surtout qu’il y faut aussi y ajouter plusieurs immenses dépendances.
NR, Loir et Cher, 09/05, p.17

(Chinon) Un chantier naval pour réinsérer d’anciens migrants


«Ce sont des boat people pour beaucoup. Leur parler d’une toue et de rivière n’avait rien de rassurant pour eux.» En voyant ces jeunes gens s’affairer sur les longues planches de chêne, Florian Messin, responsable pédagogique du Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE), peut se dire que le pari est réussi. Depuis mars, le charpentier de marine Bruno Perdriau et lui ont pris sous leur aile dix-huit élèves du Centre éducatif et de formation professionnelle (CEFP) de Pontourny. Dans la cour de la ferme du Haut-Rassay à Saint-Germain-sur-Vienne, au rythme de deux séances hebdomadaires, ces ouvriers en herbe n’ont qu’un objectif : terminer une toue sablière qu’ils auront fabriqué eux-mêmes. Un projet de onze mètres de long, 2,5 de large, financé notamment par la Région, qui doit accoucher d’une embarcation semblable aux bateaux traditionnels qui naviguaient entre Vienne et Loire.
NR, Indre et LoireW, 09/05, p.18

(Chinon) Remparts : l’État donne priorité à la propriété


Alors, ces remparts, ça avance ? Cela va bientôt faire deux ans que les décideurs ont en main l’étude sur l’état des remparts de Loches. Grâce à elle, ils savent depuis septembre 2013 que leur situation est «très préoccupante» et qu’il faudra 12,7 millions d’euros pour les restaurer. Pour le reste, les choses progressent lentement. Les principaux propriétaires des murailles sont le Département, l’État et la Ville. Mais la propriété – et donc l’identité du payeur – reste floue pour de nombreux tronçons de l’enceinte. Un rapport sur le sujet est attendu dans les mois qui viennent. Pour le préfet, Jean-François Delage, faire la lumière sur qui est propriétaire de quoi est un préalable incontournable. N’en déplaise à ceux qui voudraient aller plus vite…Interview.
NR, Indre et LoireE, 09/05, p.21

(Amboise) Petit à petit le Clos Lucé retrouve ses origines

La précédente campagne de rénovation avait permis de restituer le grand escalier en bois dans l’esprit de la Renaissance. Une nouvelle tranche de travaux de sept mois vient de se terminer au rez-de-chaussée du château du Clos Lucé à Amboise. Petit à petit, au fil des ans, la dernière demeure de Léonard de Vinci se défait de ses parements du XIXe siècle pour retrouver son aspect originel, ses pierres, ses briques et ses décors de la Renaissance. Depuis octobre, les artisans se sont donc attaqués au couloir et à la rotonde du rez-dechaussée, mais aussi à la chapelle. Dans le couloir, une porte en pierre de taille du XVIe siècle, moulurée et sculptée en arc cintré, a été mise à jour. Elle était cachée par des boiseries du XIXe. De même, une autre surprise attendait les ouvriers mais aussi les propriétaires du Clos Lucé. Sous les faux plafonds XIXe du couloir se trouvaient des solives peintes par des artistes du XVIe. Ces peintures représentent un décor floral, motif récurrent au Clos Lucé, retrouvé au cours de campagnes de restauration précédentes, notamment sur des murs.
NR, Indre et Loire, 10/05, p.10

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 16:18

Source : lemonde.fr

Musées : attention fragiles


Le Parisien en a pris l’habitude. Régulièrement, il croise dans le centre de Paris, pas loin de la Seine, ces files interminables qui patientent dans le froid, parfois des heures durant pour rentrer… dans un musée. La culture est désormais un phénomène de masse. Les quelque 1 000 musées de France accueillent chaque année près de 64 millions de visiteurs, soit 40 % de plus qu’il y a dix ans. Les deux tiers des Français en auraient fréquenté au moins un dans l’année, et le week-end prochain, ils devraient encore être plusieurs millions à se presser pour profiter de la Nuit des musées.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 16:19

Source : lemonde.fr

Au Royaume-Uni, les musées vendent leurs œuvres d’art

Outre-Manche, les ventes par les musées d’objets issus de leurs collections publiques sont autorisées. Mais la pratique déclenche la colère des acteurs de la sphère culturelle. Fin mars, la Museums Association (MA) et plusieurs grandes associations culturelles britanniques ont publié une déclaration commune menaçant de sanctions les musées qui vendraient des œuvres de leur collection.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 16:22

Source : lemonde.fr

A Chambéry, la misère des petits musées de province


Les écoliers de Chambéry, en Savoie, ne pourront plus venir contempler son impressionnante collection d’insectes et de minéraux. Agé de plus d’un siècle et demi, le Musée d’histoire naturelle de la ville risque la fermeture.

« Notre établissement a besoin de 40 000 à 50 000 euros pour fonctionner », martèle Michel Savourey, président de la Société d’histoire naturelle de la Savoie, l’association qui gère le musée. La municipalité et le conseil général, dont l’établissement dépend entièrement du point de vue financier, lui en ont seulement accordé la moitié.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 16:23

Source : lemonde.fr

La fragile économie des musées


Dans la soirée du samedi 16 mai, la Pyramide du Louvre devrait être prise d’assaut par une foule de visiteurs noctambules, venus contempler gratuitement les collections du plus grand musée de France. A l’occasion de la 11e Nuit européenne des musées, pas moins de deux millions de visiteurs sont attendus dans les 1 300 musées français participants.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 16:31

Source : lemonde.fr

Un tableau volé à Paris par les nazis restitué à la famille de son propriétaire

Un tableau du 17e siècle, volé par les nazis à Paris à un historien de l’art allemand mort à Auschwitz, a été restitué mardi 5 mai à New York. La toile, « Portrait d’un homme », avait été volée à August Liebmann Mayer après son installation à Paris en 1935.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 17:08

Source : lefigaro.fr

Zao Wou-Ki, deux inédits mis en vente à Paris

On dirait une vente de Londres! Zao Wou-Ki, Simon Hantaï, Jean Dubuffet, Calder, Basquiat, Warhol, Richter, Opalka, On Kawara, Lee Ufan, avec des œuvres historiques de ces artistes et parfois totalement méconnues du marché…

La réflexion sonne comme un compliment aux oreilles du directeur du département d'art contemporain de Sotheby's France, Stefano Moreni, qui a réalisé un catalogue exceptionnel pour sa prochaine vacation à Paris, les 2 et 3 juin. Une sélection dont plusieurs lots parmi la trentaine de la vente du soir (2 juin) dépassent le million d'euros d'estimation, ce qui n'est pas fréquent à Paris.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Lun 11 Mai - 17:11

Source : lefigaro.fr

L'Égypte va reconstruire le phare d'Alexandrie

Le Conseil suprême des antiquités égyptiennes vient d'approuver le nouveau projet du président Abdel Fattah Al-Sissi. Ne manque plus aujourd'hui que l'accord du gouverneur de la région pour débuter les travaux de construction de la réplique de la fameuse septième merveille du monde.

Le phare d'Alexandrie est considéré depuis toujours comme l'une des sept merveilles du monde. Détruit en 1303 par un séisme, le célébrissime phare devrait pourtant enfin revoir le jour en Égypte. Le Conseil suprême des antiquités égyptiennes vient d'approuver la proposition des autorités locales pour recréer ce mythique bâtiment.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Mar 12 Mai - 10:37

Source : latribunedelart.com

Lettre ouverte à Madame Fleur Pellerin, ministre de la Culture

Madame la ministre,

Depuis le mois d’août dernier, date de votre nomination, votre intérêt pour le patrimoine et les musées, pourtant une partie importante des prérogatives de votre ministère, semble pour le moins médiocre. Ce constat n’est pas le mien uniquement, mais également celui d’à peu près toutes les personnes travaillant dans ce domaine, y compris de nombreux fonctionnaires de votre ministère.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Mar 12 Mai - 10:39

Source : latribunedelart.com

Les Salons Mauduit : un ensemble Art Déco menacé de destruction à Nantes

Après le massacre de la piscine Molitor (voir l’article), un nouveau chef-d’œuvre de l’Art Déco est menacé de disparition, à Nantes cette fois. Et comme à Paris, le promoteur du projet, à savoir la ville de Nantes1, prétend que le bâtiment ne peut être restauré, ce qui est faux, et qu’une démolition est nécessaire, suivie d’une reconstruction à l’identique. Bien évidemment, cette restitution n’aura plus rien à voir ou presque avec l’original.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Mar 12 Mai - 10:41

Source : latribunedelart.com

Les églises et la réforme territoriale


L’idéal serait de ne conserver que le clocher d’une église, le chœur d’une autre, la nef d’une troisième, et de les assembler pour former un seul édifice. Trois églises en une, trinitaire. Le reste de leurs architectures serait ensuite « déconstruit » (doux euphémisme), et comme rien ne se perd, tout se transforme, les pierres serviraient à bâtir une salle polyvalente et conviviale.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Mar 12 Mai - 10:49

Enrichissement des musées

Source : latribunedelart.com

Un tableau de Butler acquis par Vernon

Lire la suite

Un Degas pour Copenhague
Lire la suite

Un don des Rothschild au musée de Boston

Lire la suite

Un monotype d’Edgar Degas pour le Musée Van Gogh

Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Mar 12 Mai - 10:51

Source : latribunedelart.com

La très belle restauration du boudoir Turc de Fontainebleau

6/5/15 - Patrimoine - Château de Fontainebleau - En septembre 2012, dans un article signalant le lancement d’un appel au mécénat par le château de Fontainebleau pour le boudoir Turc (voir la brève du 9/9/12), nous nous inquiétions du remplacement des tissus des sièges (le mobilier est de François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter), posant la question du retissage plutôt que d’une simple restauration. Nous avions tort, car les travaux ont été menés avec soin et prudence, aboutissant à un résultat extrêmement satisfaisant.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8652
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   Mar 12 Mai - 10:53

Source : latribunedelart.com

Clandon House détruit par le feu

Dans un incendie particulièrement dévastateur survenu hier 29 avril, tout l’intérieur de Clandon House, une grande bâtisse d’inspiration palladienne construite vers 1730 par l’architecte vénitien Giacomo Leoni , a été détruit.
Lire la suite

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (4 - 10 mai 2015)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (4 - 10 mai 2015)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: