Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Sam 30 Avr - 22:42

Musées région Centre

Source : Panorama de presse de la Drac Centre

(Chartres) L’association des Amis du musée de l’école veut embaucher
Le Musée de l’école de Chartres et d’Eure et Loir, installé, depuis 2013, dans l’école de la Brèche, ne pourra pas embaucher un salarié en CDI (Contrat à durée indéterminée), à temps plein, comme ses responsables le souhaitaient. C’est la seule ombre au tableau d’une saison marquée par les festivités des 40 ans de cette association, dont la mission principale est de sauvegarder et mettre en valeur le patrimoine scolaire. L’association des Amis du musée, qui tenait son assemblée générale, hier, va donc faire appel au mécénat. La présidente, Marie-Françoise Soulier, explique : «La subvention du Conseil départemental est passée de 40.000 €, en 2009, à 1.000 €, en 2015. Nous avons demandé une aide de 20.000 € au Département, pour 2016, afin de pouvoir embaucher notre animatrice culturelle, qui
occupe un emploi aidé de 20 heures par semaine, jusqu’à janvier 2017. Mais nous ne toucherons que 1.000 €, ce qui est insuffisant pour pérenniser son emploi.»
L'Echo, 29/04, p.1

(Epernon) Peau neuve pour les Meules et pavés

Le Musée des Meules et Pavés du bassin d'Épernon rouvrira ses portes dimanche 1er mai. Pour cette saison 2016, et suite au renouvellement des membres de l'association Épernon Patrimoine et Alentours, le conservatoire a subi quelques transformations. L'histoire des carrières de grès et de pierre meulière restera au cœur du musée en tant qu'exposition permanente. Du 1er mai au 17 juillet, les visiteurs découvriront la première exposition temporaire intitulée : les instruments Sciensationnels. Elle sera constituée d'une magnifique collection d'instruments scientifiques du début du XXe siècle. La deuxième, du 19 juillet au 30 septembre, Oh, zone industrielle d'Épernon, retracera, à travers des témoignages, des photos et des documents d'archives, les différentes étapes du bassin industriel de la ville qui compte aujourd'hui plus de 3.000 employés.
L'Echo, 28/04, p.13

(Dreux) Avoir Les Glycines pour ambassadeur...
Habituée à être demandées aux quatre coins du monde, L’étude des glycines n’était jamais allée à Hong kong. Les Chinois auront le privilège de voir le tableau drouais dès le 4 mai. Le Heritage Museum de Hong Kong organise une exposition intitulée «Claude Monet, le génie des lieux», du 4 mai au 10 juillet, en étroite collaboration avec le Grand Palais. Conservatrice du musée de Dreux et directrice des affaires culturelles, Axelle Marin a fait le voyage jusqu’à Hong Kong pour veiller sur son  «bébé» enfermé et protégé dans une caisse, une huile sur toile de 1919 donnée au musée drouais en 1964  par Michel Monet, deuxième fils de l’artiste demeurant à Sorel-Moussel, en souvenir de sa femme qui était Drouaise.
+ De bonnes retombées pour la Ville
L'Echo, 28/04, p.16

(Malesherbes) Ce musée de l’Imprimerie tant attendu

Le musée de l’Imprimerie n’a toujours pas ouvert ses portes à Malesherbes (Le Malesherbois dans le cadre de la commune nouvelle). Alors que le bâtiment de la rue du GénéralPatton a été aménagé et que la collection est bien présente, il manque encore des financements pour permettre l’ouverture du plus grand musée de ce type en Europe. Lors d’une visite effectuée au début du mois, JeanPaul Maury, PDG du groupe, ne pouvait pas avancer de date. « C’est compliqué », s’est contenté de dire celui qui a donné le bâtiment et les machines à l’association Artegraf (Arts et techniques graphiques en France). « Avec ma femme, nous faisons du mécénat. Mon métier m’a beaucoup apporté. Je lui renvoie l’ascenseur », relate le chef d’entreprise. Ce musée a pu être découvert par le grand public lors des deux éditions du festival Joueurs de mots, organisé par la défunte Communauté de communes du Malesherbois. Tous ceux qui l’ont visité ont été enthousiasmés. Il comprend du matériel d’imprimerie, du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.
RC, Loiret, 27/04, p.13

(Pithiviers) Deuxième inauguration, cinquante ans après
Cinquante ans jour pour jour après l’inauguration du musée des transports de Pithiviers, une nouvelle cérémonie officielle a eu lieu, samedi. Les discours d’Alain Elambert, l’actuel président de l’association du musée, et des élus, ont permis de mettre en valeur le travail des bénévoles. La voie, propriété du département, avait commencé à être rénovée par tronçons
ces trois derniers hivers par le musée qui en supportait seul le coût. Marc Gaudet, premier vice président du conseil départemental, a annoncé une aide financière sur plusieurs années, avec une première tranche de 10.000 euros pour 2016.
RC, Loiret, 27/04, p.14

(Chartres) Le TractoBrick, nouvelle star du Compa
Le voici enfin installé ! Le TractoBrick, un tracteur réalisé à l’échelle 1 en Lego, a posé ses 3,5 tonnes dans la galerie du Compa, à Chartres. Après deux ans de travaux, le Conservatoire de l’agriculture rouvrira ses portes samedi 21 mai, pour la Nuit des musées avec, en vedette, la reproduction de ce tracteur Claas Arion 460, composé de près de 800.000 briques Lego. (intégral)
L'Echo, 27/04

Un musée prend son envol à Bricy
Saviez vous que le premier vol d’un avion à réaction français s’est déroulé, le 11 novembre 1946, au dessus de la base aérienne… d’Orléans Bricy ? Conçu clandestinement pendant la guerre, à partir de 1943, le prototype SO6000 avait été préalablement assemblé sur ce même terrain de Bricy où il effectua huit vols d’essai. Car la base, avant d’être le fer de lance du transport aérien militaire, fut dédiée, de 1946 à décembre 1952, à la Société nationale de construction aéronautique du sud ouest (SNCASO), exclusivement civile. Auparavant, en 1939, Bricy fut le centre d’essais de moteurs et hélices le plus moderne au monde ! Bref, l’épopée de l’aviation française s’est notamment écrite en lettres d’or dans le Loiret. Pour valoriser tout un pan de l’histoire, une dizaine de bénévoles s’évertuent à constituer un musée. D’autres, par prudence ou discrétion, parlent d’un «espace des traditions». Car le lieu s’ouvre, pour l’heure, de manière quasi confidentielle.
RC, Orleans, 30/04, p.5

(Tigy) L’art du tourneur chaisier expliqué
Artisan reconnu de la région, Maurice Beaudin (1925-2007) a pris, en 1948, la suite de son père dans l’atelier familial de tourneur chaisier à Jargeau, où il travailla jusqu’en 1985. Le nombre et la qualité de ses réalisations justifient qu’une exposition lui soit consacrée au musée de l’artisanat de Tigy. De l’inspiration initiale jusqu’à l’objet final À partir du dimanche  1er mai, celle ci aura pour but de présenter et d’expliquer les différentes étapes de la création d’une chaise, depuis l’inspiration initiale jusqu’à l’objet final.
RC, Orleans, 30/04, p.24

(Romorantin) Matra joue la gagne
Bugatti, une marque française ? La présence d’une Type 35 de 1927, dans le hall d’exposition du Musée de la rue des Capucins n’a pas manqué de susciter quelques interrogations – «Ah, je croyais que c’était italien ?». Bugatti est pourtant bel et bien un constructeur automobile français, devenu filiale du groupe Volkswagen. Ce vendredi soir, à l’heure de l’inauguration officielle de «La France qui gagne», c’est autour de cette Bugatti bleue que les invités avaient pris place pour écouter les discours. «L’exposition regroupe en quelques voitures une somme de titres internationaux, mais aussi des succès commerciaux ou d’estime, qui font aimer notre beau pays», a présenté en introduction le directeur du musée municipal, Dany Chamfrault. Pour lui, «il était naturel que le Musée Matra s’empare de ce thème rarement exploré» : «Jean-Luc Lagardère et la poignée de fous l’ayant accompagné dans son aventure en avaient fait le credo de leur vie.»
Nr, Loir et Cher, 25/04, p.18

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 2 Mai - 15:10, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Sam 30 Avr - 22:44

Patrimoine région Centre

Source : Panorama de presse de la Drac Centre

(Lucé) L’église se refait une beauté
Commencés début février, les travaux de l’église Saint Pantaléon de Lucé avancent bien. Les verrières ont été restaurées par la société Vitrail de France puis remises en place. La société Pierre et patrimoine termine la réfection de l’enduit intérieur et, à l’extérieur, les techniciens commencent à mettre en place l’échafaudage qui permettra d’attaquer la deuxième phase. Créés par Gabriel Loire entre 1945 et 1955, certains vitraux offrent la particularité d’être composés de “cailloux” de verre très épais et légèrement bombés. On note aussi la mise en accessibilité des personnes à mobilité réduite pour un montant de 217.500 € selon la Mairie. Le budget total de l’opération fixé est a 400.000 € et pour les vitraux il est fait appel au mécénat populaire par le biais de la Fondation du patrimoine. (intégral)
L'Echo, 29/04

(Châteaudun) « Conservons, restaurons et valorisons »
C’est l’une des demeures les plus anciennes de Châteaudun. Située au 26 de la rue de la Porte d’Abas, la maison de la Vierge n’est plus habitée depuis le milieu du XXe siècle ni entretenue, mais elle est relativement bien conservée. «Notre devoir est de la préserver, sinon personne ne le fera», souligne le maire (LR) Alain Venot. «La Ville a raté deux occasions de devenir propriétaire. Cette fois, c’est la bonne.» Le Conseil municipal se prononcera le jeudi 12 mai sur l’acquisition de cette remarquable maison à pan de bois pour un montant de près 70.000 € net vendeur. «La commission a émis un avis favorable unanime hier soir (NDLR, mercredi), précise le maire. Il est naturel que la Ville devienne propriétaire. Des travaux importants vont devoir être réalisés mais, nous devons maîtriser le foncier. Le mot d’ordre est “Conservons, restaurons et valorisons”. Le devenir de la maison de la Vierge viendra dans un deuxième temps.
L'Echo, 29/04, p.21

(Chouday) A 502 ans, la cloche se fait belle
Lundi, l’entreprise Bodet est venue décrocher du clocher de l’église Saint-Martin une vénérable mamie qui rythmait la vie du village depuis cinq cent deux ans. Fabriquée en 1514 et classée en 1914, cette petite cloche de 168 kg va connaître, pour la première fois, une cure de jouvence au sein de cette entreprise du Maine-et-Loire, spécialisée dans la réhabilitation des cloches anciennes usées ou fêlées. Cette intervention a été rendue nécessaire car elle présentait notamment un taux d’usure important au niveau de ses anses, ce qui fragilisait son utilisation. Des mains expertes vont donc maintenant lui faire subir plusieurs traitements de rajeunissement, de ressuyage, meulage, passage au four, soudure, restauration des ornements et brossage. Le coût de cette rénovation est de 11.290 € TTC, subventionné à hauteur de 50% par l’État et de 20% par le conseil départemental. Les Choudayiens seront conviés à la cérémonie de bénédiction qui sera organisée pour son retour sur ses terres, prévu le 3 juin. (intégral)
NR, Indre, 29/04

Chambord ouvre ses cuisines

En réalité elles ne viennent pas d’ici. Mais nous voulions qu’il soit possible qu’ils y aient été utilisés. Hervé Barbaret, directeur du Mobilier national, qui a contribué à la restitution d’équipements d’époque dans  les cuisines du château de Chambord, insiste sur la réflexion historique qui a été menée, sur la rigueur scientifique qui a été appliquée, pour la reconstitution des salles, telles qu’elles étaient aménagées au XVIIIe siècle. Les cuisines restaurées sont ouvertes, dès ce vendredi 29 avril, au public. Ce dernier pourra, néanmoins, découvrir des verres cassés, des pièces de grès et de terre cuite, sortis, à l’occasion de fouilles, des latrines de Chambord – qui faisaient autrefois office de «poubelles». Une batterie de cuisine appartenant au garde des Sceaux, déposée par le Mobilier national, date de la fin du XVIIIe ou du début du XIXe. Des accessoires des deux siècles ont pu être mêlés sans heurter l’Histoire, souligne le Domaine, car ils présentaient «les mêmes types d’usages, de formes». Une partie des cuivres a été acquise par Chambord, tandis que les moulins à café, entre autres, sont issus de collections du Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux. Le Domaine s’est procuré de nombreux objets grâce aux recherches d’antiquaires de l’Orne. Les cuisines constituaient «la dernière partie du rez-de-chaussée du donjon à être désaffectée», précise-t-on au sein du Domaine.
NR, Loir et Cher, 29/04, p.3

(Chambray) Nationale 10 : le “ Restoroute des 24 Heures ” sera-t-il démoli ?
Au carrefour du «Bois Lopin», à Chambray, à l’intersection des anciennes routes nationales 10 et 143 (déclassées en D 910 et D 943), la concession Renault est appelée à disparaître prochainement. Le site de vente va migrer plus au sud, dans la zone commerciale de la Vrillonnerie. Parmi les bâtiments vétustes destinés à la démolition figure le «Restoroute des 24 Heures», l’un des premiers restaurants routiers «à l’américaine» qui fut implanté en France, en 1955, sous l’impulsion du fameux Jacques Borel. Le restaurant ressemblait à ces «diners» qui jalonnent les grandes routes des États-Unis. On s’y restaurait à toute heure, attablé au bar, ou face à la route derrière les grandes baies vitrées. Victime collatérale de la concurrence avec l’autoroute vingt ans plus tard, la gargote routière fut reconvertie en cantine du personnel des garages Renault jusqu’au milieu des années 1990. «C’est quasiment un monument historique qu’il faut sauver », lance Laurent Carré, passionné de voitures anciennes et animateur du site «On est heureux Nationale 10». Ce professeur d’histoire-géo à Descartes anime depuis sept ans un site Internet qui milite pour une exploitation touristique de l’ancienne RN 10, la route mythique des vacances de son enfance…
NR, Indre et Loire, 28/04, p.16

(Chinon) Le prieuré de Saint-Louans voit les choses en plus grand
Au couvent de bénédictines construit au VIe siècle subsis- Dtent les murs et la chapelle. Depuis le 6 avril, le prieuré de Saint-Louans s’est paré d’une touche de modernité, avec l’extension de 1.600 m2 qui domine la Vienne et le quai Pasteur. Si elle reste rythmée par une messe quotidienne, cent cinquante-huit ans après l’arrivée à Chinon des augustines du Saint-Coeur de Marie, la vie du prieuré se résume désormais à son activité sociale depuis l’ouverture de l’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en 2005. La vie religieuse, elle, s’efface lentement. Cent résidents sont accueillis au prieuré depuis le regroupement avec l’établissement de Bourgueil, jusqu’alors planté au pied de l’abbaye.
NR, Indre et LoireW, 29/04, p.17

(Blancafort) Une association sancerroise gâtée par Marie du Berry

Le travail de transmission s’achève pour Marie du Berry et Jacques Hardy qui ont reçu une équipe du Cercle d’études historiques et archéologiques du Sancerrrois lundi dernier. Le couple, qui s’apprête à retourner vivre en Belgique, distribue ses précieux documents à des structures qui en auront l’utilité. Des documents autour de différents thèmes abordés lors des Journées de Marie. Jacques Hardy, qui a animé, en tant que président de l’association les Amis de Marie du Berry, de nombreuses journées dans le Sancerrois, a tenu à dire son étonnement, pour ne pas dire son incompréhension, devant le manque d’intérêt d’une partie de la population face au nombre incroyable de personnages célèbres qui sont liés à ce terroir. Il a ainsi cité Balzac, Chateaubriand, Hyde de Neuville, le maréchal Macdonald… Marie du Berry, quant à elle, a remis toute sa documentation de travail sur le procès des sorciers du carroi de Marlou, ainsi que des documents sur Bué. Elle a également donné des documents sur Marie la Louve de Claude Seignolle, et remis de beaux manuscrits sur les légendes berrichonnes réalisées par Renée Bedu. Simon Maudry, le président du cercle, a finalement proposé au couple de revenir à Sancerre en 2017 pour une conférence qu’il a intitulé au pied levé « Marie du Berry et Jacques Hardy en Sancerrois ». (intégral)
Le Berry, 28/04

(Chartres) Les Archives dévoilent leurs trésors

Difficile, pour les archivistes, de choisir quels documents mettre en lumière car «tous présentent un intérêt». Ils se sont pourtant prêtés à l’exercice et dévoilent quelques trésors gardés dans les réserves. «Les Archives détiennent, bien sûr, des documents exceptionnels, mais on les conserve d’abord pour des questions de droit, ensuite pour leur intérêt historique», explique Anouchka Vogele, chargée des relations avec les communes, les intercommunalités et les hôpitaux aux Archives départementales d’Eure et Loir. En concertation avec les différents services, les professionnels dévoilent quelques documents rares et précieux par leur qualité, leur conservation et/ou leur valeur historique.
L'Echo, 27/04, p.7

Nohant : l’office de tourisme se métamorphose

Depuis décembre, le bureau de l’officede tourisme de Nohant fait l’objet d’un réaménagement. Ce qui fut la maison du peintre, Raoul Adam, composée de deux grandes pièces, sans chauffage, devient un espace de conceptioncontemporaine tout en respectant son authenticité. Les travaux diligentés par la Communauté de communes deLa Châtre - Sainte-Sévère, d’un montant de 250.000 € ont transformé les deux grandes  pièces en un seul et vaste lieu d’accueil, d’exposition et de vente. «La verrière du peintre a été respectée, elle apportera une bonne luminosité aux expositions», souligne Annick Dussault, responsable tourisme à la CDC. Cet investissement important complète la rénovation des fresques de l’église dont le coût s’élève à environ 500.000 €, et de l’aménagement de la place.
NR, Indre, 28/04, p.19

(Saint-Amand-longpré) Les vitraux de Villethiou seront restaurés

Vendredi soir, à la salle de la Cité, une cinquantaine de personnes ont assisté à l’assemblée générale de l’association «Sauvegarde de Notre-Dame de Villethiou», en présence de Serge Lepage, maire, et de l’abbé Brossier, membres de droit. Daniel Roger, président de l’association, a ouvert la séance. L’année 2015 a connu un bon dénouement avec l’étude de M. Bartel qui a permis de déterminer les travaux urgents à effectuer. La chapelle de Villethiou est une richesse architecturale et le symbole de Saint-Amand qui reçoit le plus vieux pèlerinage du Centre-Ouest. Concernant les travaux de restauration, si le projet est validé par la Fondation du patrimoine, la première tranche concernera les extérieurs de la façade ouest et le retour ouest et est. Les petites chapelles nord et les trois petites chapelles sud feront l’objet d’une tranche exceptionnelle.L’association pourra bénéficier de subventions jumelées de la Fondation du patrimoine et de la région Centre-Val de Loire. Le dossier est en cours de réalisation à la Fondation du patrimoine au niveau national.L’association Résurgence propose d’assumer la restauration des vitraux dont une maquette a été présentée par MM. Dumontet Desoeuvre, membres bénévoles.
NR, Loir et Cher, 28/04, p.23

(Tours) Saint Martin : la statue a failli être toute dorée

Politiquement, la Ville avait conscience d’envoyer un message avec la dorure de la statue. L’État est venu ajouter son grain de sel via la direction générale dont dépend l’Architecte des Bâtiments de France pour s’opposer au projet municipal. Même le préfet de Région, à Orléans, est allé à contre-courant du souhait de la Ville. Alors, saint Martin doré, plutôt un oxydé bronze repatiné, ou avec des dorures sur les parties encore avec des fragments de sous-couche ? L’État a fait comme saint Martin, il a tranché. L’option bronze patiné plus dorure l’a emportée. Finalement, seul le pallium (ornement liturgique sur la chasuble), la couronne et la crosse du saint seront dorés. «Je le regrette, dit Christophe Bouchet, d’autant plus que l’État n’est pas en mesure d’apporter de preuves légitimant son choix. Ce problème illustre un vrai sujet : jusqu’où peut aller la puissance étatique lorsqu’elle s’oppose avec la volonté issue d’un vote démocratique ?» Ce choix a néanmoins l’avantage de l’équilibre. Un saint «bling bling», aussi brillant qu’un collier de rappeur ou que le veau d’or, jurait aux yeux de personnes attachées avant tout au symbole de partage et de pauvreté.
NR, Indre et Loire, 28/04, p.16

Navigation sur le Cher à Véretz

Michel Bertrand, véretzois d’origine et de cœur, attaché au patrimoine de son pays natal livre avec son « Histoire de la batellerie et de la navigation sur le Cher à Véretz» une somme de recherches, documents et photos rares, intéressante et fouillée. Passionné d’histoire et de généalogie, il travaille surtout sur le patrimoine, et en particulier, celui de Véretz, son pays natal. A travers ses premiers ouvrages sur Véretz, «L’ancienne école de Véretz revisitée de 1933 à 1966», «La Chavonnière à Véretz au fil des siècles», «Lever à soie véretzois ou l’histoire de la sériculture à Véretz», tout le ramenait au Cher et c’est naturellement que Michel Bertrand a orienté ses recherches sur la navigation sur cette rivière et notamment les mariniers. Des recherches aux archives départementales, complétées par les archives municipales et de fructueux contacts sur le terrain ont permis de reconstituer un peu de l’histoire de la batellerie et de la navigation sur le Cher à Véretz.
NR, Indre et Loire, 28/04, p.25

(Chambord) Dévorez les cuisines du XVIIIe !
Les cuisines de Chambord (Loir et Cher) telles qu’elles se présentaient en 1780. Le public est convié à découvrir cet espace scrupuleusement reconstitué, dès vendredi prochain. Sous la houlette de Luc Forlivesi, conservateur et directeur du patrimoine, un comité d’éminents spécialistes s’est longuement livré à une étude du bois, des murs, de l’existant, à une étude archéologique afin de restituer le plus fidèlement ce qu’étaient ces cuisines du XVIIIe siècle. À l’époque, le marquis de Polignac, directeur des haras royaux, entretient des centaines de chevaux et loge au château. Enthousiaste quant à pareil aboutissement, Jean d’Haussonville, l’actuel directeur général de Chambord, confie que les spécialistes n’ont négligé aucun élément, travaillant «comme pour une véritable enquête policière». Les archives de Chambord renferment des détails sur les plats servis aux Polignac alors que «des tessons de bouteilles et d’assiettes issus des fosses de latrines ont apporté des faisceaux d’indices permettant d’approcher la vérité». Ces cuisines du XVIIIe sont installées en rez de chaussée de donjon, sachant que les précédentes, datant de Louis XIV et aménagées dans l’enceinte basse, avaient cédé la place à des écuries.
RC, Orleans, 27/04, p.6

(Chartres) La baie des Boulangers retrouve sa place
À plus de 30 m de haut, sous la bâche des échafaudages de la nef, les vitraux reprennent petit à petit leur place. La baie 140, appelée la baie des Boulangers, était en restauration, depuis un an, dans l’atelier de Claire Babet, peintre verrier à La Bourdinière Saint Loup. Depuis lundi, les artisans replacent les fragiles panneaux aux couleurs à nouveau chatoyantes. Un petit groupe de visiteurs pas comme les autres, se fraie un chemin dans les échafaudages, hier. Il s’agit d’une partie des donateurs qui ont permis la restauration de cette verrière, de plus de 16 m². Parmi eux, quelques Américains, venus spécialement pour voir le résultat. La restauration de la baie des Boulangers a été financée intégralement par l’association American Friends of Chartres (AFC), à hauteur de 173.000 €. Explications de Claire Babet : «Nous avons débarrassé les panneaux de la poussière des ans, qui les obscurcissait. Une fois restaurés, on gagne 50% de luminosité supplémentaire, sans changer la couleur. Il faut environ onze heures, à deux artisans, pour nettoyer un panneau.» La baie en compte quatre vingts.
+ Une corporation s’affiche dans la nef
+ Deux associations œuvrent de concert pour la sauvegarde de la cathédrale
L'Echo, 27/04, p.7

(Chinon) La Société d’histoire n’a pas qu’un œil dans le rétro
Société d’histoire : au seul énoncé des deux premiers mots, beaucoup vont avoir envie de bailler, d’aller lire ailleurs. Comme si l’on ouvrait une armoire à la porte grinçante, pleine de linge sentant la naphtaline.Il est vrai que ladite société fut créée en 1905, sous le nom des Amis du Vieux Chinon, dénomination qu’elle garda durant 108 ans, avant de devenir la Société d’histoire de Chinon Vienne et Loire, sous l’impulsion de son président, Frédéric de Foucaud. «C’était important de ne pas rester ancré que sur le “ Vieux Chinon ” et de se faire le reflet de tout le territoire de l’intercommunalité», commente-t-il.D’ailleurs, depuis toujours, la société a su traiter de sujets dépassant la simple ville pour s’étendre au Chinonais, et bien au delà parfois.
+ ••• Un réseau et un colloque à Richelieu
NR, Indre et LoireT, 27/04, p.18

(Chartres) Quand le verre se fait tableau
Plus de deux cents artistes se sont prêtés au jeu proposé par le Centre international du vitrail (CIV). Venus des quatre coins du monde, ils ont réalisé 321 vitraux d’un format unique de 45 cm par 45 cm. Ou comment, sur une petite surface, expérimenter la monumentalité. Sorti de son écrin habituel, le vitrail exposé comme un tableau prend alors une nouvelle dimension et devient une œuvre à part entière. Le thème aussi était imposé : la recherche de la lumière du monde.
L'Echo, 30/04, p.8

(Chambord) Chevaux et rapaces attaquent le château !
Les morts, vous partez trop vite ! D’une voix de stentor, Taïra Borée, auteure du texte et de la mise en scène, habille sa troupe de consignes dynamiques. Nous sommes jeudi matin, plus que deux jours – et deux nuits – de travail acharné pour que la première du spectacle soit présentée en beauté dès aujourd’hui samedi, à 11h45 et 16h ! Le décor frappant, haut en couleur, est «haut» tout court, avec ses livres de la taille d’une tour. «C’est beau, n’est-ce pas», s’enthousiasme Taïra. «C’est l’œuvre du scénographe Frédéric Sagot, et en plus ; c’est ingénieusement spectaculaire. Tout à l’heure, la grande “cassette” va s’ouvrir, nous projetant dans l’effervescence des cuisines de François Ier» Pour une création, c’est une création ! Elle déborde de couleurs,de bruit – de fureur aussi – truffée de moments athlétiques à la poésie historique traversée par le vol fulgurant des rapaces dressés par le maître Francis Cohu.
+ ••• Les six coups du roi chevalier
NR, Loir et Cher, 25/04, p.14

(Coinces) Le moulin de Lignerolles va être rénové
C’est dans la salle polyvalente de Coinces que s’est tenue vendredi l’assemblée générale annuelle des Amis du moulin de Lignerolles. Le président Dominique Touchard et l’adjoint au maire Stéphane Brunel ont animé la séance, et fait état de l’avancée du projet de réhabilitation du moulin, dont la mairie est propriétaire depuis2008. L’association a la tâche de faire vivre ce moulin. Elle travaille en partenariat avec la municipalité pour obtenir des moyens financiers afin de finaliser les travaux.
+ Un appel à souscriptions
RC, Orleans, 25/04, p.40

(Marcilly la Campagne) La nouvelle vie de l’église Saint-Germain
«C’est avec un immense plaisir que le conseil municipal et moi même, nous vous accueillons pour l’inauguration des travaux extérieurs de l’église Saint Germain, le seul monument historique partiellement classé, de notre commune», a déclaré Jean-Paul Hérouard, lemaire de Marcilly la Campagne. Après que le ruban tricolore a été coupé par Jean-Louis Debré et Hervé Maurey, le sénateur, le maire a retracé l’histoire de l’édifice, dont la construction remonte entre les années 1500 et 1600. Construite en silex, l’église Saint Germain est surmontée d’un clocher à courte flèche octogonale.Un vaste chantier de rénovation de l’église a été entrepris, dont le coût total des travaux s’élève à 229.788 €. Il s’est déroulé sur plusieurs années avant de s’achever en 2015. Une partie des travaux a été financée grâce à la subvention de 45% de la Direction régionale des affaires culturelles.
L'Echo, 25/04, p.17

(Béthonvilliers) La sauvegarde de l’église se poursuit
C’est sous la présidence de Florence Terray que l’association de sauvegarde de l’église Saint Martin a tenu son assemblée générale, vendredi soir. L’occasion d’annoncer les projets à venir : «Ils concernent l’entretien du mobilier de l’église et la restauration d’objets, notamment une sculpture du Christ en croix. Nous attendons les devis.»
L'Echo, 25/04, p.17

(Montrichard) Non ce n’est pas un cambrioleur !
Dans la journée du 19 avril les Montrichardais ont pu croire qu’un monte-en-l’air d’un nouveau genre escaladait le mur de l’église Sainte-Croix
vers le clocher. Ce n’était nullement une incivilité mais un artisan mandaté par la commune gestionnaire qui, en vue d’une future réfection de certaines parties du clocher se devait d’aller y voir de plus près, d’où la petite escalade. Cet homme a descendu le mur en rappel depuis la fenêtre du clocher et une fois sur place il a pris quelques photos, a inspecté l’état général et en a profité pour enlever certaines pierres qui risquaient de chuter.
NR, Loir et Cher, 25/04, p.14

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 2 Mai - 15:11, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Sam 30 Avr - 22:54

Source : lejournaldesarts.fr

Liberté de panorama : convergence entre le Sénat et l’Assemblée nationale

PARIS [29.04.16] - Le Sénat a adopté jeudi 28 avril 2016, une version de l’exception au droit d’auteur très proche de celle retenue par l’Assemblée nationale, rejetant l’ensemble des revendications de Wikimédia France au profit de celles des représentants d’auteurs.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/136119/liberte-de-panorama--convergence-entre-le-senat-et-l-assemblee-nationale.php?xtor=771

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Sam 30 Avr - 22:58

Source : lejournaldesarts.fr

Le LACMA reçoit 75 millions de dollars pour construire un nouvel édifice

Le Los Angeles County Museum of Art a reçu deux promesses de donation d’un montant total de 75 millions de dollars, destinés à la construction d’un édifice qui accueillera les collections permanentes, dont le budget avoisine les 600 millions de dollars.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/136117/le-lacma-recoit-75-millions-de-dollars-pour-construire-un-nouvel-edifice.php?xtor=771

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Sam 30 Avr - 23:09

Source : lejournaldesarts.fr

Les retards du R4 à l’Ile Seguin

Le retard du chantier ne serait pas imputable aux démêlés avec la justice d’Yves Bouvier, principal investisseur du projet.

BOULOGNE-BILLANCOURT - Jusqu’à aujourd’hui, le projet de cité des arts sur l’île Seguin a échappé aux remous de l’affaire Bouvier et il semble le seul.
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/136059/les-retards-du-r4-a-l-ile-seguin.php?xtor=770

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Lun 2 Mai - 14:55

Source : lejournaldesarts.fr

L’Etat accordera 2 millions d’euros supplémentaires à la Fondation du Patrimoine


La ministre de la Culture et de la Communication a annoncé une augmentation de la contribution de l’Etat dans les ressources de la Fondation du Patrimoine : la quote-part du produit des successions en déshérence versé par l’Etat à la fondation passe de 50 % à 75 %
Lire la suite : http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/136123/l-etat-accordera-2-millions-d-euros-supplementaires-a-la-fondation-du-patrimoine.php?xtor=772

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Lun 2 Mai - 15:31

Source : lemonde.fr

La Fondation Pinault, un joli coup pour la Ville de Paris

La Mairie de Paris est-elle désormais un acteur majeur de l’art contemporain ? En 2014, la Fondation Louis Vuitton est inaugurée dans un bâtiment construit sur un terrain du domaine public municipal et une convention d’occupation de cinquante-cinq ans est signée entre la Ville et la Fondation. Tout est fait alors pour souligner le rôle du maire de l’époque, Bertrand Delanoë. Aujourd’hui, Anne Hidalgo conclut un partenariat avec François Pinault auquel une concession de cinquante ans accorde la jouissance de la Bourse de commerce. On ne peut que faire le parallèle entre les deux opérations ; et observer que la Mairie de Paris s’est engagée dans des partenariats à long terme avec les deux principaux collectionneurs français et leurs groupes.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/04/27/la-fondation-pinault-un-joli-coup-pour-la-ville-de-paris_4909752_1655012.html

François Pinault : « Un musée ne peut être un lieu où on se contente de montrer »

François Pinault a annoncé, mercredi 27 avril, l’implantation de sa fondation d’art contemporain à la Bourse de commerce de Paris. Pour Le Monde, l’homme d’affaires détaille les contours de ce nouveau musée, qui devrait ouvrir fin 2018.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/04/27/francois-pinault-un-musee-ne-peut-etre-un-lieu-ou-on-se-contente-de-montrer_4909700_3246.html#1djO6V2wOguHahT1.99

François Pinault investit la Bourse

Evariste-Vital Luminais, immortel auteur des Enervés de Jumièges, tableau qui représente deux hommes allongés sur un radeau flottant sur la Seine, entre – provisoirement, mais pour 50 ans renouvelables – dans la collection de François Pinault : la maire de Paris Anne Hidalgo et l’homme d’affaires ont en effet annoncé, mercredi 27 avril, l’implantation de la fondation Pinault à la Bourse de commerce, un bâtiment circulaire construit au XVIIIe siècle rue Viarmes, dans le 1er arrondissement, où notre peintre a aussi œuvré.
Lire la suite : http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/04/27/francois-pinault-va-installer-une-fondation-d-art-a-la-bourse-de-commerce-de-paris_4909624_3246.html

Source : lefigaro.fr

Le collectionneur breton revient dans la capitale, onze ans après l'échec de son projet de l'île Seguin. Il se posera à la Bourse de commerce dans un monument XVIIIe de la rue du Louvre qui sera aménagé de façon minimale par l'architecte japonais Tadao Ando. Ouverture annoncée pour fin 2018.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/04/27/03015-20160427ARTFIG00155-francois-pinault-s-ancre-a-la-bourse-de-commerce-de-paris.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Lun 2 Mai - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Lun 2 Mai - 15:36

Source : lefigaro.fr

Un musée iceberg à San Francisco

Le SFMOMA revu par l'agence norvégienne Snøhetta est spectaculaire. Comme sa collection à la gloire de l'Amérique, grâce à Ellsworth Kelly et autres icônes de la Collection Fisher.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/05/01/03015-20160501ARTFIG00143-un-musee-iceberg-a-san-francisco.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Lun 2 Mai - 15:40

Source : lefigaro.fr

Faut-il détruire la tour de la muraille édifiée par Philippe Auguste ?

Les vestiges de l'enceinte élevée au XIIIe siècle par le roi Philippe II pour défendre Paris sont rares. Des travaux lancés par l'Institut de France pour construire un nouvel auditorium viennent d'en découvrir de nouveaux. Les archéologues veulent protéger ces témoignages historiques.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/04/26/03015-20160426ARTFIG00029-faut-il-detruire-la-tour-de-la-muraille-edifiee-par-philippe-auguste.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   Lun 2 Mai - 15:47

Source : latribunedelart.fr

À Saint-Maur, un musée à découvrir


Il fait partie de ces musées tout proches de Paris, mais boudés par les Parisiens et par les touristes. Puni pour être né de l’autre côté du périphérique. Et pourtant, il faut moins de trente minutes pour se rendre, par le RER A, au Musée de Saint-Maur (ill. 1). Installé dans le bel l’Hostel des Piliers - construit au XVe siècle, mais largement modifié au fil des siècles - il porte, qu’on se le dise, le nom de « Villa Médicis », une appellation apparue au XIXe qui n’a pas vraiment de raison d’être, sinon en souvenir de Catherine de Médicis qui séjourna à Saint-Maur. Car la reine avait pris possession du château de l’évêque de Paris, Jean du Bellay, qu’elle avait fait agrandir par Philibert Delorme.
Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/a-saint-maur-un-musee-a-decouvrir

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 8771
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: http://www.latribunedelart.com/a-saint-maur-un-musee-a-decouvrir   Lun 2 Mai - 15:49

Enrichissement des collections

Source : latribunedelart.com

Souscription réussie à Lisbonne pour le Sequeira

Lire : http://www.latribunedelart.com/souscription-reussie-a-lisbonne-pour-le-sequeira

Le musée de Stockholm achète un dessin du Guerchin
Lire : http://www.latribunedelart.com/le-musee-de-stockholm-achete-un-dessin-du-guerchin

Un portrait de Thomas Lawrence acquis par le musée de Bath
Lire : http://www.latribunedelart.com/un-portrait-de-thomas-lawrence-acquis-par-le-musee-de-bath

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 25 avril - 1er mai 2016)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: