Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:09

Musées région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


(Beauce la Romaine) L’expo « Coup de pattes » à l’écomusée
La semaine dernière, l’écomusée de la Vallée de l’Aigre a présenté sa nouvelle exposition « Coup de pattes », en place jusqu’au 15 octobre. « Réalisée sur trois niveaux », a précisé la présidente Chantal Amary, « la présentation permet de découvrir une exposition transversale sur le thème des pieds, des pas et des pattes. Avec les formes de pattes des animaux, la marche en crabe, les plantes dont le nom comprend un de ces mots (pied, pas, patte), les pas de l’homme dans la vallée, ou bien encore les métiers en rapport avec les pattes des animaux. »
RC Orleans, 12/05, p.16

(Nibelle) Bientôt la fin des ennuis aux musées...
C’est une éclaircie dans un paysage jusque là embrumé. Une rayonnante embellie pour le tourisme à Nibelle. « Les musées Saint Sauveur et Barillet vont être repris par une association de la commune », expose Gérard Rousseau, maire. Le premier est consacré aux anciens métiers (potier, tonnelier, menuisier, charron...), leurs outils et échoppes. Tandis que le second renferme les objets et oeuvres d’art religieux de l’Abbé Roland Barillet, légués à la ville après son décès. Sauf que, si ce dernier fonctionnait normalement, « le Saint Sauveur était un petit peu en sommeil », confie l’élu. Un musée de Nibelle (au bois)  dormant, en quelque sorte... La cause ? Le transfert de la compétence tourisme, des communes vers les intercommunalités. L’office de tourisme nibellois (associatif ), en charge des musées, a dû être dissous au profit du nouvel Office de tourisme du Grand Pithiverais (OTGP), créé le 1er juillet 2017. Problème : « Ces gens là ne peuvent plus gérer en tant que tels les musées », indique Gérard Rousseau. « Ils acceptent d’en faire la promotion mais pas d’assurer une billetterie ». D’où la nécessité de trouver une nouvelle structure, capable de reprendre le flambeau et d’effectuer les visites.  Ce qui est chose faite. En prime, comme le souhaitait le maire, il s’agit d’une association « déjà existante » sur Nibelle. Nous tairons juste son nom pour le moment, « car tout n’est pas finalisé ».
RC Loiret, 12/05, p.9

Une toile de Pierre Soulages au musée des Beaux-Arts d'Orléans
Le musée des Beaux-Arts d'Orléans propose au public orléanais d'admirer, jusqu'au 6 janvier, "Polyptyque G", du peintre Pierre Soulages.
C'est un échange de bons procédés, et surtout de chefs-d'œuvre, qui profite au public. Depuis ce mardi 15 mai, le musée des Beaux-Arts d'Orléans a en effet "échangé" l'une de ses œuvres contemporaines majeures, la toile de l'artiste franco-chinois Zao Wou Ki, "3.12.74", contre "Polyptyque G", de Pierre Soulages, peintre aveyronnais passionné par la couleur noire, dont la renommée est internationale.
Lire la liste : https://www.larep.fr/orleans/loisirs/art-litterature/2018/05/15/une-toile-de-pierre-soulages-au-musee-des-beaux-arts-d-orleans_12849064.html

(Meung sur Loire) La collection paléontologique Quatrehomme est passée au peigne fin
La collection paléontologique Quatrehomme du musée de Meung sur Loire, revêt une dimension nationale de par sa richesse et la diversité des espèces dont elle se compose. C’est un regard sur le passé, il y a 15 millions d’années, lorsqu’une mer remontait la vallée de la Loire jusque dans le Blaisois : la mer des faluns. Le docteur Bastien Mennecart, chercheur en paléontologie aux muséums d’histoire de Vienne (Autriche) et Bâle  (Suisse) a monté une équipe de chercheurs spécialisés afin d’étudier de nouveau tous les groupes de mammifères présents dans les faluns. En effet, depuis 30 ans, les fossiles des faluns n’ont pas fait l’objet d’étude et de nombreuses erreurs se sont accumulées dans les articles scientifiques. « Il faut faire table rase de ces approximations et repartir sur des bases solides », confie le docteur Mennecart. Associé au musée La Monnaye depuis 2014, il a procédé, avec Charlène Gilbert, la conservatrice, à l’inventaire de la collection.
RC Orleans, 14/05, p.35

(Châtillon Coligny) Cure de jouvance pour le musée
Aux dires des visiteurs, la tapisserie murale en moquette verte rendait les lieux plutôt tristes. Il faut dire que c’est le 23 janvier 1981 que le musée de Châtillon Coligny devient un musée municipal, inauguré le 21 juin 1986. La même année, l’association des amis du musée était créée. Un musée riche en histoire, traitant des trésors monétaires gallo romains, des sanctuaires de sources, haut lieu du protestantisme français et de la famille Becquerel, de la découverte de la radioactivité naturelle et du nucléaire. Mais qui méritait d’être rénové. Depuis sa nomination, il y a quatre ans, Chantal Martin, présidente de l’association des amis du musée, sollicitait la municipalité pour faire revivre ce musée. Et Véronique FlauderClaus, maire depuis un an, vient de donner un sérieux coup de pouce à cette transformation.
RC Loiret, 14/05, p.17

(Orleans) Pierre Soulages pour la première fois
Nouveau transfert du musée des Beaux-Arts d’Orléans, et non des moindres ! Depuis hier, une toile de Pierre Soulages a remplacé le chef-d’oeuvre de Zao Wou Ki, 3.12.74. Le musée orléanais continue à diffuser ses collections avec la même dynamique. Cette fois, c’est avec le Musée d’art moderne de Paris que l’institution orléanaise dirigée par Olivia Voisin a fait affaire. En prêtant l’un de ses chefs d’oeuvre au musée parisien dans le cadre d’une rétrospective consacrée à l’artiste francochinois, les collections orléanaises s’enrichissent pour la première fois d’une toile du peintre français Pierre Soulages. Ce gigantesque tableau (324 x 362 cm), réalisé en 1986, Polyptyque G, est constitué de quatre éléments superposés de 81 x 362 cm chacun.
RC Orleans, 16/05, p.11

(Orleans) La page d’histoire de Boutet de Monvel
«Boutet de Monvel face à Jeanne d’Arc, la fabrique d’une icône. » Jusqu’en septembre, le musée d’histoire et d’archéologie présente les dessins acquis en 2016, avec l’aide des Amis des musées d’Orléans, lors de la dispersion de l’atelier de l’artiste orléanais Louis-Maurice Boutet de Monvel (1850-1913). Restaurés et encadrés, ils sont ici montrés pour la première fois et mis en relation avec trois projets
pour lesquels ils étaient destinés : l’album pour enfants publié en 1896, un cycle de peintures monumentales pour la basilique de Domrémy ( Vosges) et un autre pour le sénateur Clark.
RC Orleans, 18/05, p.13

(Saint Amand) Le cabinet a besoin d’être restauré
David Le Peillet, enseignant au lycée Jean Guéhenno, a présenté au public, mercredi, dans le cadre des conférences une heure une oeuvre, un cabinet précieux d’ébène et d’ivoire qui figure parmi la collection d’objets anciens du musée Saint Vic. En dehors de la symbolique des incrustations d’ivoire de ce cabinet, que l’enseignant a décrypté, le petit meuble datant du XVIIe siècle, avec ses deux plateaux, son coffre et ses multiples tiroirs secrets, est apparu bien fragile. « Il aurait besoin d’être restauré, a confié le conférencier. Toute une partie de sa structure doit être rapidement consolidée et les placages ont besoin d’être refaits. Peu de restaurateurs savent manier ce genre d’objets. De plus, ils doivent également être habilités à travailler l’ivoire. Tout cela a un coût, mais je ne doute pas que la municipalité arrive bientôt à le protéger, grâce aux conseils de la commission scientifique de restauration des musées de France et peut être l’apport de quelques mécènes. » (intégral)
Le Berry, 18/05

(Tours) Des mécènes pour les beaux-arts
La Ville met en oeuvre une politique de rénovation des salles d’exposition du musée des Beaux-Arts, sur plusieurs années, « afin de mieux mettre en valeur ses riches collections ». Le musée est également amené à procéder à l’acquisition d’oeuvres pouvant enrichir ses collections et à faire restaurer certaines qu’il possède dans le cadre de la prévention du patrimoine. Par ailleurs, le musée des Beaux-Arts organise régulièrement des expositions temporaires. A l’occasion de ces expositions, mais également en dehors d’elles, ce service développe une politique de médiation auprès non seulement des scolaires mais également  des publics a priori peu attirés par le patrimoine culturel. Pour lui permettre de mener à bien ces opérations d’intérêt public, la Ville souhaite lancer une recherche de partenariats et de mécénat auprès desentreprises, fondations et organisations ou encore des particuliers.
NR Indre et Loire, 18/05, p.10

(Orleans) Le muséum vidé niveau par niveau

Une benne et des palissades ont investi le par vis du muséum d’Orléans, depuis le mois d’avril. « Ce n’est pas encore le début des travaux de rénovation. Il s’agit d’un curage. Une équipe de démolisseurs déblaye tous les plateaux, ôte les éléments de scénographie, les faux plafonds, les cloisons… pour que tout soit vide avant le début des travaux à l’automne », explique Cécile Rémy, chargée de projet pour la rénovation du Muséum d’Orléans pour la biodiversité et l’environnement (MOBE). Cette étape de curage se poursuivra jusqu’à fin juillet, début août. Préalablement, les équipes du muséum ont fait un tri pour savoir quoi conserver, quoi recycler. Les ouvriers procèdent niveau par niveau « pour préserver l’étanchéité à l’air et à l’eau pour ne pas endommager ou avoir de la poussière sur les collections.
RC Orleans, 18/05, p.13

(Chinon) Le concerto pour grands maîtres de “ Piano piano ”
Mstislav Rostropovich et son violoncelle répondent Mau déjanté John Cage, tandis que Henri Dutilleux s’assoit derrière son piano. La scène est fictive mais résume le goût laissé en quittant l’exposition « Piano piano », proposée entre le Carroi-Musée et la galerie contemporaine dès ce samedi. Lentement - puisque c’est le nom donné en italien à l’évènement - se dévoile « le grand écart entre le piano classique et le piano préparé de John Cage », voulu par Cindy Daguenet, commissaire de l’exposition. Salle du Carroi, au dernier étage de la Maison des États Généraux, l’artiste Ben lance avec fracas des balles de tennis en mousse sur les cordes nues du piano de Cage. Expérimental mais ludique, à l’image du « Rock’n roll » signé Lilian Bourgeat, constitué à partir de neuf guitares électriques accessibles à tous depuis l’estrade. Un rêve d’enfant.
NR Indre et LoireW, 19/05, p.19

(Chateaudun) La statue de Jeanne d'Arc en cours de restauration

Le temps a laissé des traces sur la statue Jeanne écoutant ses voix. Cette oeuvre du sculpteur Georges Clère (1819-1901), exposée dans la cour du musée des beaux arts et d’histoire naturelle, s’offre actuellement une cure de jouvence. Alma Hueber, restauratrice de sculptures tourangelle, est intervenue, mercredi, sur cette statue présentée, pour la première fois, à Paris lors de l’Exposition des beaux arts Salon de 1869. Elle a appliqué un traitement spécial avant d’emballer la statue pour une durée de trois semaines. Il s’agit d’une première étape dans la restauration avant le nettoyage mécanique qui est programmé pour le mardi 5 juin. (intégral)
L'Echo, 20/05

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 22 Mai - 15:08, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:09

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


Gérard Coulon écrit sur le voyage à l’époque romaine
Ce mois-ci, dans son numéro 565, la revue Archéologia publie un long article de l’ancien conservateur du Musée d’Argentomagus, intitulé Plaisirs et dangers du voyage dans l’Antiquité romaine. Décidément prolixe, Gérard Coulon, spécialiste des voies romaines en Gaule, vient également de collaborer aux Dossiers d’Archéologie qui consacrent leur dernière livraison (n° 387, mai-juin) au thème Voyager dans l’Antiquité et au Moyen Age. Il y publie une étude ayant pour titre Faire bon voyage à l’époque romaine. Itinéraires routiers, bornes et indicateurs. Très illustrés, ces deux articles n’oublient pas le Berry puisqu’ils comportent, entre autres, une photographie du monument de Sauzelles et de la borne milliaire de Bruère-Allichamps (Cher). (intégral)
NR Indre, 16/05

(Loches) Sforza : ce que la municipalité veut faire
On ne sait pas où Sforza est inhumé, mais le dossier, lui, n’est pas enterré. C’est ce qu’assure l’adjoint au patrimoine Stéphane Blond à propos du duc de Milan, grand mécène de Léonard de Vinci mort à Loches il y a 510 ans. Dans la NR du 11 mai, son prédécesseur, Pascal Dubrisay, évoquait la quête de la sépulture de Sforza, vraisemblablement inhumé dans la nef de la collégiale Saint-Ours. L’ancien élu souligne dans nos colonnes le fait qu’il ne restait plus qu’à faire des fouilles pour confirmer cette hypothèse : « Malheureusement, ce fut la fin du mandat et on en est resté à ce stade-là ». Stéphane Blond, qui lui a succédé, explique que si on en est resté là, c’est parce que, selon lui, la procédure n’a pas été suivie comme elle l’aurait dû par Pascal Dubrisay : « Le dossier [pour déclencher des fouilles] n’a pas suivi la bonne et due forme quant à la chaîne hiérarchique. Il a donc été retoqué par la Drac », la direction régionale des affaires culturelles. L’actuel adjoint au patrimoine se défend de toute inaction dans cette affaire...
NR Indre et Loire, 19/05, p.23

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 22 Mai - 15:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:10

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


(Dadonville) Un livre sur le village fin 2019
L’association Dadonville, histoire et patrimoine a pour objectif de sortir un livre sur la commune à la fin de l’année 2019. Cela fait déjà plusieurs années qu e l’ouvrage est en préparation. Le travail est colossal, si l’on écoute les membres de l’association, dont le président, Marc Petetin. « En  2017 et en ce début d’année, nous avons  principalement travaillé sur l’écriture de ce livre sur l’histoire de Dadonville. Nous organisions jusque là une réunion par mois. Nous sommes passés à une par semaine pour tenir les délais. C’est un travail important, mais passionnant », relate Marc Petetin. Guerres, école, agriculture, chasse et nature, les gens d’ici… seront quelques thèmes déclinés dans cet ouvrage qui sera forcément volumineux. Cela sera permis par la bonne santé  financière de l’association. Le livre sera riche en informations. Un document provenant de la bibliothèque vaticane, datant du premier millénaire, a été retrouvé !
RC Loiret, 12/05, p.10

(Saint Georges sur la Prée) La porte d’entrée du village restaurée
Depuis une quinzaine de jours, la porte Bonne nouvelle fait peau neuve. Grâce à la collaboration de l’association Chantier histoire architecturale médiévale, le village continue de mettre en valeur ses richesses. Pour la troisième année consécutive, il prépare le chantier, met ses services techniques à la disposition de l’association et loge les membres dans l’ancienne mairie. Tailleuse de pierre Aurélie Bourgeois, salariée du Cham, est le chef d’orchestre du groupe formé d’une douzaine de bénévoles, parmi lesquels des jeunes mais aussi des personnes âgées de 45 à 65 ans, passionnées par les vieilles pierres. Les stagiaires ont deux types de travaux à effectuer selon les directives de l’architecte du patrimoine. Ils effectuent l’enduit à pierre vue entre les moellons et refont les joints défectueux entre les pierres.
Le Berry, 12/05, p.18

(Orleans) La brique à la mode deux siècles durant

Leur rouge contraste avec la blancheur des pierres qui prédominent sur les façades de la rue de la République et de la place du Martroi, pourtant voisines. Quelques pas suffisent, après le manège, pour entrer dans la rue d’Escures et s’immerger dans cette architecture en briques. Au bout à gauche, place de l’Étape, le bâtiment le plus emblématique de ce style architectural est l’hôtel Groslot. Sa construction débute en 1549. À l’origine, il s’agissait d’un hôtel particulier : celui de Jacques Groslot, docteur en droit et bailli de la ville, chargé par le roi d’être à la tête de la circonscription administrative. Il en confie la réalisation à l’architecte Jacques Androuet du Cerceau. Ce n’est qu’après la Révolution que l’hôtel Groslot devient hôtel de ville. Il a également subi de nombreuses transformations au cours de l’histoire puisque, lors de sa construction, il n’est composé que de la partie centrale. Il sera modifié au XIXe siècle. Lors de son édification, ce bâtiment inaugure l’architecture en briques de ce quartier. Pourtant, l’utilisation de la brique, de la terre cuite et des tuiles est attestée à Orléans dès l’époque de la romanisation au Ier siècle avant Jésus Christ.
RC Loiret, 13/05, p.6

(Mardié) Des élèves de Gaudier-Brzeska au pied du mur
Les élèves de seconde du lycée Gaudier-Brzeska mettent en pratique leurs connaissances sur le patrimoine bâti, en l’occurence le mur de l’ancien presbytère. Le sujet du devoir est donc le mur en pierres plus que centenaire de l’ancien presbytère qui maintenant borde la venelle des Lilas et la nouvelle mairie. Sous la direction de Laure Bruyère, leur enseignante, ces futurs talents reconstruisent le haut du mur avec de petits moellons récupérés, puis posent tuiles et faîtières, le tout dans les règles de l’art de la maçonnerie à l’ancienne, avec un mortier à la chaux hydraulique. La commune à répondu à l’appel à projets du lycée et fournit les matériaux nécessaires.
RC Loiret, 13/05, p.8

(Pithiviers) Création d’un « lieu de mémoire » sur la déportation, dans l’ancienne gare SNCF
Le projet est (enfin) en bonne voie. Après cinq ans de doutes et de rebondissements, on peut affirmer qu’un lieu de mémoire va bien voir le jour dans l’ancienne gare SNCF de Pithiviers. Là où, voilà près de 80 ans, des dizaines de milliers de personnes, juives en majorité, ont embarqué pour le camp d’extermination nazi d’Auschwitz Birkenau (Pologne), après être passées par Beaune la Rolande ou Pithiviers. La confirmation est venue hier, en marge des commémorations, de la bouche de Jacques Fredj.  Directeur du Mémorial de la Shoah, à Paris, il suit les opérations en lien avec le Cercil Musée mémorial des enfants du Vel d’Hiv à Orléans. Et il avait même des dates à communiquer : « Les travaux devraient commencer à la fin de l’année, pour une inauguration espérée fin 2019 ». Il poursuit : « La SNCF, en tant que propriétaire du site, prend le chantier à sa charge et nous, nous gérerons son animation ». Des actions ont d’ailleurs déjà été menées. Notamment « des études préalables aux travaux (sur l’amiante, la structure de la gare, le plomb…) », liste Jacques Fredj. De même qu’une « réappropriation de l’espace, jusque là un petit peu abandonné à la végétation ».
RC Loiret, 12/05, p.10

(La Guerche sur l'Aubois) Saison lancée à La Tuilerie
Pour mettre en valeur le patrimoine et sensibiliser, les habitants, les jeunes, les visiteurs et les professionnels, à la qualité architecturale et paysagère du territoire, actions et équipements ont été mis en place dont la création du Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine. Centre implanté sur l’ancien site industriel, La Tuilerie Sauvard, au bord du canal de Berry. Après la tenue de la visite guidée De la Tuilerie au canal, l’atelier Reines de la nuit pour découvrir les mystères qui entourent les chauves souris et une visite de la Tuilerie ce vendredi qui a drainé pas moins de quatre vingts Français et Allemand, dans le cadre des échanges du Comité de jumelage Urzy/KampBornhofen, on peut dire que la saison des Rendez vous de la Tuilerie, est bel
est bien lancée.
Le Berry, 14/05, p.17

(Ymonville) Le moulin fait peau neuve sur une face
Les planches de l’une des façades du moulin de la Garenne, à Ymonville, étaient en mauvais état. Les membres de l’association ont émis le souhaite de remplacer les planches de l’édifice historique. Après un avis circonstancié de l’architecte de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), les bénévoles ont entrepris les travaux eux mêmes, afin d’en diminuer les coûts. Il faut se souvenir qu’il y a quelques années déjà, ces  meuniers passionnés avaient déjà changé eux mêmes les meules du moulin, sans intervention extérieure.
L'Echo, 14/05, p.12

(Puiseaux) La commune remet enfin les pendules à l’heure !

À l’honneur de par son clocher tors le plus haut de France, restauré en 2016, l’église Notre Dame de Puiseaux, née au XIIIe siècle, s’orne désormais d’une  horloge qui fonctionne ! Son cadran, vieux d’un siècle, vient d’être remis en état par la société Gougeon de Villedômier, en Indre et Loire, en même temps que  celui de la mairie. Montant de la facture : 3.729 €. Ainsi, le fronton de la nef affiche désormais le temps de ses aiguilles dorées à la feuille d’or, selon le même procédé que pour le coq surmontant le clocher. (intégral)
RC Loiret, 12/05, p.10

(Mainvilliers) L’église a rouvert au public
Les travaux de consolidation de la charpente de l’église Saint Hilaire sont achevés. Une pièce de bois s’était décrochée d’une poutre, le 4 avril, rendant l’accès au choeur inaccessible. Par précaution, l’église avait été fermée. Elle a rouvert jeudi 3 mai et peut désormais recevoir du public en conformité avec les normes de sécurité en vigueur. (intégral)
L'Echo, 15/05

(Loches) La tour Saint-Antoine a tout pour couper le souffle

Bon, d’accord, on l’admet : on a un peu perdu le compte. Le souffle était court, les idées sans doute plus tout à fait claires. Mais, selon des témoignages concordants, il y aurait 133 marches à monter. A une ou deux près. Et puis… vous n’avez qu’à aller vérifier ! En tout cas, une chose est sûre : au bout de ce colimaçon aux marches étroites, la récompense est là, qui vaut tous les efforts consentis. La balustrade de la tour Saint-Antoine offre un belvédère sur Loches pratiquement sans égal. Y accéder est rare et se fait, de toute façon, toujours en petit groupe. Samedi 12 mai, dans le cadre nouveau proposé par la Ville des « visites perchées », on a pu se hisser à 40 mètres de hauteur, sur les 52 mètres que mesure, au total, la tour. Et suivre le chemin qu’a emprunté le sonneur de cloches pendant presque 300 ans. Prochaine visite perchée dimanche 21 octobre au coeur du clocher de la collégiale Saint-Ours.
NR Indre et LoireE, 15/05, p.14

(Bourges) Grue géante au chevet de la cathédrale
On ne pouvait pas la manquer en passant dans le quartier de la cathédrale, hier après midi : une grue géante, solidement posée sur la place Étienne Dolet, en train de hisser les derniers éléments qui doivent coiffer l’échafaudage en vue des travaux de réfection du toit latéral. L’opération, qui a captivé nombre de Berruyers ou de touristes, doit se prolonger aujourd’hui. L’entreprise Foselev, en provenance du Maine et Loire, est à la manoeuvre avec une flèche pouvant culminer à 93 mètres, contrebalancée par des poids de 12,5 tonnes chacun. Il faut bien ça pour déplacer les structures (3 tonnes pour 5 mètres de longueur) assemblées au sol par Comi Service, une entreprise de charpente métallique qui intervient notamment sur les centrales nucléaires. Jeune recrue de cette équipe, David (photo) était en charge de maintenir avec cette corde la structure relativement droite pendant qu’Olivier (depuis la cabine jaune) assurait cette ascension aussi vertigineuse que précise. (intégral)
Le Berry, 16/05

(Bonneval) Travaux : un appel au mécénat lancé
Les bâtiments historiques de la ville de Bonneval ont besoin de grands travaux de restauration. Mais comme chacun le sait, les budgets des collectivités locales sont de plus en plus serrés. Alors pour réaliser les nécessaires remises en état des toitures de l’église Notre Dame, de la Tour du Roi ainsi que celle du Logis des Trois Marchands, espace culturel Martial Taugoureau, la municipalité lance un appel aux dons et au mécénat. Une journée de découverte du patrimoine architectural de la ville sera organisée, samedi 26 mai, de 10 à 18 heures.
L'Echo, 16/05, p.18

(Chinon) Chapelle Sainte-Radegonde : le point mort, trois ans après
Trois ans se sont écoulés sans que rien ou presque ne se passe. La chapelle romane semi-troglodytique du  coteau Sainte-Radegonde affiche toujours les stigmates de l’éboulement d’avril 2015. Les blocs de pierre de  plusieurs tonnes tombés au pied de l’édifice attendent d’être dégagés, un coffrage en bois maintient l’abside de la nef, fissurée par l’effondrement, tandis qu’une partie du jardin reste inaccessible. Si « eu égard à l’état des lieux réalisé après sinistre, la chapelle n’est absolument pas menacée », comme l’explique le syndicat Cavités 37, le temps devient long aux yeux de Chinon, propriétaire de la chapelle. Une question d’assurances. Et de responsabilité que se rejettent  les parties. « Nous avons le sentiment qu’on cherche à gagner du temps dans ce dossier », déplore Jean-Luc Dupont, maire de Chinon. Car dégager le chemin menant à la chapelle puis consolider le site coûterait « plusieurs dizaines de milliers d’euros », estime la ville. « Hors de question d’assumer cette charge financière », insiste le maire. L’assureur du propriétaire de la cave dont un pan s’était détaché du coteau - décédé depuis - évoquerait l’impossibilité d’agir tant que la succession n’est pas réglée.
NR Indre et LoireW, 16/05, p.13

(Aschères le Marché) Le château de Rougemont va être vendu
Juillet 2016 mai 2018. Il aura fallu près de deux ans pour trouver un accord dans l’épineux dossier de la vente du château de Rougemont, à Aschères le Marché. Lundi soir, lors du conseil municipal, les élus ont autorisé Gérard Rock, le maire, à solliciter un notaire pour vendre le bien patrimonial à la SCI JulesFerry. Le château a longtemps fait office de fief de la commune. Il a notamment hébergé Louis XIII le temps d’une nuit. Tombée à l’abandon au fil du temps, la demeure a été restaurée en 1961, avant de passer de mains en mains. En 2016, la SARL propriétaire est prise en défaut de paiement. Après deux ventes aux enchères, le bien (manoir et dépendances) est acquis par la SCI Jules Ferry, pour la très modeste somme de… 124.000 euros. Cette SCI est gérée par le couple Malherbe (des grands parents d’un enfant scolarisé à Aschères), qui a déjà cherché à acquérir le château entre la fin des années 90 et le début des années 2000. Tout aurait pu s’arrêter là si le château n’avait pas été occupé de longue date par l’artiste peintre Nadine Forster, aujourd’hui octogénaire, et par son fils. D’abord propriétaire des lieux, Nadine Forster avait fait l’objet d’une saisie immobilière dans les années 90, mais avait été autorisée à rester sur place. Le rachat du château en 2016 remettait en cause son maintien dans les lieux. Pour éviter son expulsion, la municipalité a exercé son droit de préemption en novembre 2016. Une bataille juridique s’est alors engagée. En préambule d’un conseil municipal. Les gérants de la SCI ont exposé leur projet consistant à sauvegarder ce patrimoine local en y aménageant des chambres et des salles pour séminaires, tout en maintenant Nadine Forster sur le site, « dans un cadre juridique réglementaire ». Après cette intervention, le conseil émet un avis favorable à une rétrocession.
RC Loiret, 17/05, p.10

(Courtempierre) Une souscription est lancée
La municipalité a décidé de restaurer le momument aux morts, qui a un intérêt patrimonial particulier puisqu’il représente un Poilu grandeur nature portant un drapeau. Érigé en 1922, entre l’église et la mairie, il a été fortement inspiré du modèle de série très populaire, « le soldat au drapeau » n°2139 du catalogue des Marbreries générales Gourdon, à Paris. À l’époque, il avait été financé par une souscription et une participation de la commune. Aujourd’hui, de couleur gris clair, il était autrefois revêtu de la couleur bleu horizon, couleur des tuniques des soldats à partir de 1915. Actuellement, le monument présente des fissures importantes. La municipalité, soucieuse de préserver ce patrimoine et d’entretenir la mémoire collective, entreprend donc des travaux, de mimai jusqu’en octobre. Ils concernent la statue et le socle, l’étanchéité, la remise en peinture, la réfection de tous les joints et des 23 noms gravés sur le côté du socle. Pour financer cette opération, la municipalité fait appel à la Fondation du patrimoine.
RC Loiret, 17/05, p.13

(Lurais) L’efficacité à l’ancienne
Eric Talpin promène ses appareils dans les différentes pièces en traquant le moindre interstice susceptible de laisser passer de l’air. Au terme de l’opération, le technicien d’Énergie Travaux, de Tours, avoue sa satisfaction : ces tests d’étanchéité ont montré que les travaux réalisés sur le bâtiment ont permis d’obtenir une valeur inférieure à la norme de la RT 2012 exigée pour les constructions neuves. L’opération suivie par les professionnels qui sont intervenus sur cette longère du XVIIIe, installée dans le bourg de Lurais, prouve le bien-fondé d’une expérimentation « Patrimoine basse consommation », réalisée par la Parc de Brenne, en partenariat avec l’Ademe, la Région Centre-Val de Loire et les collectivités locales. Il s’agissait d’optimiser l’efficacité énergétique de cet édifice ancien, destiné à la location, en respectant sa structure et en pensant au bien-être des occupants. Un diagnostic thermique et patrimonial approfondi a précédé des travaux d’isolation à base de matériaux biosourcés pour maintenir des transferts de vapeur d’eau dans des parois de pierre et de terre.
NR Indre, 17/05, p.5

(Bourges) Enquête au palais Jacques-Coeur
Ce soir et pour trois autres représentations, Crime au château se déroule au palais Jacques Coeur. Avec cette septième saison, ce ne sont pas moins de 6.500 personnes qui ont assisté à un de ces spectacles interactifs. Pour rester dans les chiffres, quatre vingts personnes se retrouvent à animer ces soirée. Il y a le personnel qui travaille dans les différents sites, du personnel de l’office de tourisme ou bien encore des membres d’associations qui gravitent autour des lieux où se déroulent ces Crimes au château. Pour chapeauter l’ensemble, Gaël Chênet est l’homme de la situation depuis le début. L’animateur du réseau de la route Jacques Coeur est celui qui organise, qui écrit et scénarise les Crimes au château en collaboration avec les sites où ils ont lieu.
Le Berry, 18/05, p.13

(Concressault) Des travaux pour assainir le monument
La commune de Concressault multiplie les chantiers pour résoudre les problèmes d’humidité qui mettent en péril l’église paroissiale Saint Pierre, l’église du village inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 2006. Le drainage de la partie ouest a déjà été réalisé l’an dernier, « suite à l’orage du 28 mai 2016 », rappelle le maire, Antoine Fleuriet. Un orage qui avait provoqué d’importants dégâts dans la commune, et finalement précipité ce chantier. Mais le drainage de la partie est, lui, vient d’être fait, en même temps que la pose de gouttières de cuivre sur la nef et le clocher, conformément à la demande des Bâtiments de France. Un chantier de 21.734 euros. « On a bénéficié d’une subvention de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) de 20 %, d’une aide exceptionnelle du sénateur Rémy Pointereau de 4.400 euros, et on attend la confirmation de l’aide du département qui devrait être de 20 % également. En clair, ça devrait coûter environ 10.000 euros à la commune. L’association des Amis de Saint Pierre, qui a pour but de valoriser le monument du village, pourrait aussi apporter sa contribution. La seconde phase de l’assainissement de l’édifice pourrait intervenir en fin d’année, ou en 2019.
Le Berry, 18/05, p.13

(Chartres) Les ateliers Lorin s’envolent au Vietnam
La cathédrale Saint Patrick à New York, l’église Saint John episcopal à Washington, la co cathédrale du Saint Nom de Jésus, à Jérusalem, la cathédrale Notre Dame de Saïgon, à Hô Chi Minh Ville… À des milliers de kilomètres les uns des autres, tous ces lieux de culte ont un point commun : leurs vitraux ont été fabriqués à Chartres, dans les ateliers Lorin. Les plus anciens ont été réalisés il y a plus d’un siècle, par le fondateur, Nicolas Lorin, mais le savoir faire de l’époque n’a pas disparu. Après trois générations de Lorin, ce sont de jeunes maîtres verriers qui ont repris le flambeau. Élodie Vally et François Ratkoff ont racheté, l’an dernier, l’entreprise dans laquelle ils ont travaillé pendant une dizaine d’années, en association avec Claire Babet, maître verrier à La Bourdinière Saint Loup. Fin mai, ils s’envoleront pour le Vietnam : l’archevêché d’HôChiMinhVille leur a demandé un devis pour refaire les vitraux de la cathédrale Notre Dame de Saïgon, créés par les ateliers Lorin en… 1880. Élodie Vally s’est plongée dans le fantastique fonds d’archives de l’entreprise pour retrouver l’historique de ce chantier. Le voyage à H oChi Minh Ville permettra de préciser le projet de l’archevêché, qui souhaite des oeuvres « un peu plus modernes ». Il faudra néanmoins que ça reste cohérent avec l’ensemble de l’édifice.
+ Des documents techniques, historiques mais aussi sociologiques
L'Echo, 18/05, p.8

(Dreux) Le théâtre est en pleine renaissance
Rond point dévié, engin de chantier au travail et premières démolitions. Les travaux du théâtre sont bien visibles. Après une première phase en novembre, le  chantier a repris en avril. « Simplement, cela ne se voyait pas. Les travaux avaient lieu à l’intérieur », expliquent Christophe le Dovern adjoint à la culture et Dominique Maisons, conseillé délégué aux travaux des bâtiments communaux. Avant de démolir les bâtiments situés à l’arrière du théâtre, les salariés de la société Quelin Roc, chargée des travaux, ont désamianté la salle principale puis désencombré la fosse d’orchestre construite en 1911 en même temps que le théâtre et qui avait été comblée. « Nous nous servirons de cette fosse qui peut accueillir 20 à 25 musiciens », assure Éric Bruneau, directeur du théâtre. « Elle sera recouverte quand elle ne sera pas nécessaire au spectacle. » Mais le gros du travail a constitué à creuser le sol de la salle principal. Les travaux devraient être achevés en juin 2019. Le théâtre devrait rouvr ir eu public en septembre 2019. « Nous n’avons pas le choix », assure Gérard Hamel, maire LR de Dreux en visite sur le chantier. « Il y a une saison culturelle à préparer ».
L'Echo, 18/05, p.16

(La Chatre) Les Amis de l’orgue ont rempli leur mission
Dimanche, l’orgue de l’église Saint-Germain a de nouveau résonné, lors d’un concert inaugural. Michel Louet, ancien professeur d’orgue au conservatoire de Châteauroux, est venu interpréter, devant près de quatre cents personnes, un programme très riche autour des oeuvres de Vincent Lübeck, Mozart, Bach, César Franck et Vivaldi. Propriété de la ville, l’orgue a été rénové grâce à l’implication de l’association Les Amis de l’orgue. L’instrument avait appartenu à la comtesse de Polignac. Il date de 1952 ou 1953, et a été réalisé par le facteur Victor Gonzales. Vendu à la paroisse de La Châtre au décès de la comtesse, l’instrument a été installé à son emplacement actuel en 1965. C’est en 1993 que, sur la volonté du père Foudra, l’association des Amis de l’orgue voit le jour, avec pour objectif de collecter les fonds nécessaires à sa remise en état. Au fil du temps, poussière, humidité et rongeurs avaient rendu l’instrument injouable. L’association a finalement été mise en sommeil pendant quelques années, avant de se relancer l’an dernier et recommencer à la chasse aux financements.
NR Indre, 18/05, p.16

Journée des clochers en Vendômois
Lundi, la quatrième édition de la Journée des clochers, organisée par le Conservatoire européen des cloches et horloges, permettra de voir églises et paysages avec un autre point de vue. Cette année, deux sites sont mis en exergue en Vendômois : la visite de l’horloge de clocher de l’abbatiale de la Trinité de 15h à 18h et la présentation du projet de la restauration du clocher de La Ville-aux-Clercs de 10h à 12h et de 15h à 17 heures. Cette mise en lumière de ce dernier site s’inscrit dans la démarche de préservation initiée depuis plusieurs mois et dont la première expression a été la dépose dudit clocher. Impliquée depuis le début de l’opération, la Fondation du Patrimoine s’associe pleinement à cette journée.
NR Loir et Cher, 18/05, p.20

(Charentilly ) Une nouvelle entreprise : TMT Taille de pierre
Franck Moreau vient de créer son entreprise, TMF Taille de pierre, au lieu-dit « Le Bois de La Chalonnière ». Il propose un service de rénovation, de création et de maçonnerie traditionnelle. Le jeune homme, qui a déjà une longue pratique, avec une formation chez les compagnons du devoir, une solide expérience de travail sur les monuments historiques, ainsi qu’une formation de métreur chez Saboureau Ingenierie, a décidé de franchir un cap en s’installant à son compte. Il a choisi ce lieu à Charentilly afin de pouvoir travailler en partenariat avec son premier maître d’apprentissage, François-Xavier Borgat et son associé Frédéric Rupert. Ces derniers ayant repris, l’année dernière, l’entreprise d’antiquités du bâtiment La Pierre de jadis, située à la même adresse.
NR Indre et LoireE, 18/05, p.22

(Bourges) La chapelle retrouve ses couleurs
Rouge sombre, gris et azur : la voûte de la chapelle Sainte Jeanne de France (construite en 1503-1504) a presque entièrement retrouvé ses couleurs d’origine, qui sont aussi les couleurs des soeurs annonciades. Le chantier devrait se terminer à la fin du mois. Depuis septembre 2017, l’État mène en effet, via la Direction régionale des affaires culturelles (Drac), des travaux d’urgence pour restaurer la charpente de l’édifice, inscrite au titre des Monuments historiques. Le montant des travaux s’élève à 435.000 euros. « Nous avions encore beaucoup de vestiges de peintures sur place » L’un des grands défis du chantier est la restauration de la peinture d’origine de la voûte, qui culmine à 10 mètres de haut. « Nous avions encore beaucoup de vestiges de peintures sur place, explique Martine Ramat, architecte du patrimoine. Nous sommes complètement dans la continuité. Sur les rouges, on est sur des teintes des peintures d’origine. Nous avons un maillage de peintures neuves et anciennes. » Actuellement, trois restauratrices d’art de la société parisienne Lithos France s’activent aux dernières couches de peinture. La chapelle Sainte Jeanne de France n’est pas ouverte au public. Depuis 2010 en effet, elle était fermée au culte en raison d’une « faiblesse structurelle » de la charpente. La rénovation de la voûte pourrait permettre de mieux la faire connaître au public.
Le Berry, 19/05, p.10

(Vernou sur Brenne) La restauration de l’église continue
L’assemblée générale de l’association Sauvegarde du patrimoine de Vernou-sur-Brenne (SPVB) s’est tenue mardi 15 mai, salle Balzac, à Vernou. Après le rapport d’activité du président, Charles Forestier, qui s’est félicité de l’augmentation du nombre d’adhérents, 114 à ce jour, il a informé l’assemblée de nombreuses nouveautés : la convention qui a été signée avec la Fondation du patrimoine, la finalisation de dossiers pour promouvoir le produit partage avec les entreprises ; la participation aux Journées européennes du patrimoine ; le concert à l’église avec Christelle Grosjean, qui s’est soldé par des dons de près de 900 €, la restauration de la croix Foujoin, et la mise en valeur de l’obélisque du Val César. Le rapport financier qui a suivi a démontré la bonne santé de l’association SPVB, qui équilibre ses comptes. Quant aux projets, on a noté la continuation de la souscription publique pour la restauration, dans un premier temps, de la toiture de l’église, d’un montant total de 200.000 € (subventionné par la municipalité, par la Fondation du patrimoine et par les dons du public).
NR Indre et Loire, 19/05, p.21

(Bourges) Une toile de Michel Capo à la mairie
«Il avait installé sa table pliante dans la salle de bain, entre le lavabo et la baignoire de cette HLM de la banlieue de Bourges. Avec mes frères et soeurs, on avait 4 ou 5 ans, et on le voyait griffonner jusque tard le soir. Quand il arrêtait, il mettait une nappe cirée pour ne pas que ça prenne l’eau. C’est une oeuvre qui revient de très loin ! » C’est avec émotion et enthousiasme que Bernard Capo racontait la genèse de la toile de son père, Michel Capo, qui a été offerte à la municipalité de Bourges, hier matin. Ce dessin à l’encre de chine, achevé en 1958 après trois années de travail, aurait pu trouver refuge au musée du Berry, ou encore à l’office de tourisme. « Les conditions d’installations ne me plaisaient pas toujours, ou alors, c’était l’établissement qui ne pouvait plus le prendre… Lui trouver une place n’a pas été évident, et aujourd’hui, nous sommes contents qu’il soit là. » Michel Capo, amoureux de l’architecture, a réalisé plusieurs oeuvres sur différentes périodes historiques de Bourges. Dont une sur « la grosse tour » au Moyen Âge (appelée aussi le donjon royal), ou encore sur la Sainte Chapelle. Mais le Siège d’Avaricum est la seule qui ait été montrée au grand public, le reste étant conservé
par la famille.
Le Berry, 20/05, p.9

Les éditions du Cherche Midi publieront, le 13 septembre, un livre qui risque bien d’attirer les amoureux d’histoire locale : Chartres en aquarelle. Un ouvrage signé à quatre mains. Les dessins, de René Oghia, sont mis en valeur par des textes d’écrivains (Péguy, Claudel, Zola, Malraux…), sélectionnés par Juliette Clément, de la Société archéologique d’Eure-et-Loir. (intégral)
L'Echo, 20/05

(Levesville la Chenard) Le moulin sera en fête le samedi 9 juin
Les responsables de l’association de sauvegarde du moulin à vent de Levesville la Chenard préparent la prochaine fête champêtre qui se déroulera le samedi 9 juin. Les préparatifs pour ce rendez vous annuel occupent les animateurs qui ont déjà prévu de nombreuses animations : comme chaque année ce sera le rendez vous de motos, autos et tracteurs anciens et cette année, en plus des animations pour les enfants, les visiteurs pourront voir une exposition dédiée aux pompiers. Une balade en véhicules anciens est prévue à 11 heures.
L'Echo, 20/05, p.13

(Chartres) Une artiste coréenne illumine Saint-Piat
Ses créations n’intégreront pas la chapelle Saint Piat avant fin 2019, voire début 2020 mais, au vu de son prototype, il est déjà possible de se faire une idée du travail de Bang Hai Ja. L’artiste coréenne a été choisie par un jury composé de dix huit membres, dans le cadre d’un appel à projets lancé par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac). Le but : offrir quatre vitraux contemporains à la salle capitulaire de la chapelle Saint Piat, située derrière le choeur de la cathédrale de Chartres. Bang Hai Ja a choisi le thème de la lumière, de l’amour et de la paix pour ses quatre verrières. Elle se souvient de sa première impression, à la vue de la cathédrale : « Quand j’étais étudiante aux Beaux Arts, à Paris, dans les années soixante, j’ai fait le pèlerinage de Chartres. J’ai ressenti un choc et de la joie quand j’ai découvert les vitraux. Dans ce monde violent, je crois que les gens ont soif de beau, de joie et de paix. » Du bleu, de l’ocre, du doré, ses baies en émaux peints sur le verre renvoient à la fois à la Terre et à l’univers. La réalisation des verrières peintes et de doublage sera confiée à l’atelier Peters, installé à Paderborn, en Allemagne. L’artiste et l’atelier collaborent depuis 2002.
L'Echo, 21/05, p.7

(Vacheresses les Basses) Le Manoir retrouve son lustre d'antan

Depuis deux ans, Frédérique et Philippe Nikly ont racheté le Manoir de Vacheresses les Basses à l'artiste peintre Michèle Battut. Rencontre avec ces propriétaires comblés, d'abord parisiens, puis chartrains, qui se passionnent pour l'histoire locale et sont adhérents de l'association de La Vallée de l'Eure.
L'Echo, 21/05, p.14

(Nogent le Rotrou) Le petit oratoire ainsi que le calvaire de la rue de la Malerie ont été restaurés
Avec le concours des services techniques de la Ville, l’association des Amis de l’église de Saint-Hilaire a réhabilité un site méconnu. Mais pas inconnu de tout le monde. Demandez à un ancien qui a fait sa communion solennelle à l’église Saint Hilaire jusqu’au début des années 1970 et il vous racontera être venu en procession jusqu’au petit oratoire de la Malerie, dans la rue du même nom, pour un temps de prière partagé avec les autres gamins habillés d’une aube. C’est ce site que les Amis de l’église Saint Hilaire ont entrepris de restaurer, « Un calvaire et un oratoire creusé dans la roche qui datent des années 1850 », comme l’a rappelé Patrick Hoguet, le président de l’association, vendredi soir, à l’occasion de la présentation des travaux effectués. Grâce à son équipe de bénévoles, qu’il surnomme affectueusement ses “Trois Mousquetaires”, aux voisins d’en face, les frères Thibault et des artisans spécialisés, le président et son équipe ont réussi à mettre en valeur ce monument du patrimoine.
L'Echo, 21/05, p.17

(Reugny) Travaux urgents sur l’église Saint-Médard

La population reugnoise l’a constaté, l’église Saint-Médard a besoin de réparations urgentes. Après un arrêté de péril à l’été 2017 et de fermeture de l’édifice et du périmètre alentours pris en septembre 2017, les travaux ont commencé, dans un premier temps pour conforter une partie de la charpente et la base du clocher qui risquait de s’écrouler. Le conseil municipal a lancé une collecte en s’appuyant sur la Fondation du patrimoine (FDP), reconnue d’utilité publique et partenaire incontournable de l’engagement culturel local. Celui-ci apporte son aide proportionnellement aux résultats des dons du public. Sur un total hors taxes des travaux de charpente et couverture de 21.391,14 €, la commune prend en charge plus de 15.000 €, les dons attendus de particuliers de l’ordre de 2.000 € permettront de générer 4.000 € de la FDP. Le coût total de l’opération s’élève à 32.000 € hors taxes avec la maîtrise d’oeuvre.
NR Indre et Loire, 21/05, p.12

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Mar 22 Mai - 15:09, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: evue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:20

En immersion dans le futur Musée de la mer et de marine aux Bassins à Flot

Dans un mois, le 15 juin, le Musée de la mer et de la marine, aux Bassins à flot, à Bordeaux, ouvrira ses portes au public. Seule la salle dédiée aux expositions temporaires sera dans un premier temps accessible.

Elle accueillera pendant tout l’été une exposition dédiée au peintre impressionniste Claude Monet.
Lire la suite : http://www.bordeaux7.com/bordeaux-actualites/actu/2018/05/16/immersion-futur-musee-de-mer-de-marine-aux-bassins-a-flot/

Vidéo. Bordeaux : le musée de la Mer dévoile sa silhouette

Rue des étrangers dans le quartier de Bacalan et à deux pas des Bassins à flot, l’entrepreneur regarde la pose des panneaux ornant la façade de son musée Mer Marine (MMM). L’architecte Olivier Brochet a imaginé des ouvertures comme des gouttes d’eau, qui éclairent l’intérieur de manière très réussie.
Lire la suite : https://www.sudouest.fr/2018/05/16/musee-mer-marine-premiere-vague60-oeuvres-de-monet-tout-l-ete-5060938-3227.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Jeu 17 Mai - 9:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:22

Enrichissement des collections

Manessier: une donation de 600 œuvres pour le musée Boucher-de-Perthes

La donation a reçu la validation de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) ; mais également celle du musée, du conseil municipal et de la famille. Au total, un peu plus de 600 œuvres du peintre réparties en 90 lots vont donc être données au musée Boucher-de-Perthes. La date de la présentation de la collection reste à définir en raison de « détails à régler », selon la présidente de l’association, Nicole Seunes.
Lire la suite : http://www.courrier-picard.fr/110202/article/2018-05-16/manessier-une-donation-de-600-oeuvres-pour-le-musee-boucher-de-perthes

Une énorme collection léguée au Musée d’art de Céret

Culture. Les œuvres passeront d’abord devant une commission d’experts.
C’est un legs d’une valeur patrimoniale absolument énorme dont vient d’être bénéficiaire le musée de Céret. Une collectionneuse passionnée, décédée voici peu de temps, lui a fait don de plusieurs centaines de tableaux.
Lire la suite : https://www.lindependant.fr/2018/05/15/une-enorme-collection-leguee-au-musee-dart-de-ceret,3989971.php

Un tableau de Pietro Paolini pour la Fondation Bemberg

Lire : https://www.latribunedelart.com/un-tableau-de-pietro-paolini-pour-la-fondation-bemberg

Un portrait de Federico Madrazo offert au Prado
Lire : https://www.latribunedelart.com/un-portrait-de-federico-madrazo-offert-au-prado

Un chef-d’œuvre du symbolisme suédois acheté par le Musée d’Orsay
Lire : https://www.latribunedelart.com/un-chef-d-oeuvre-du-symbolisme-suedois-achete-par-le-musee-d-orsay

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 18 Mai - 10:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:23

Mémoires Tarnaises au musée

La question est souvent posée, qu'est-ce que le patrimoine immatériel? A l'aide d'un petit film réalisé par des lycéens, le musée du Saut-du-Tarn essaiera de répondre à la question. En 2016-2017, des lycéens de seconde Melec et de première MEI du lycée de la Borde-Basse de Castres ont réalisé un film-documentaire dans le but d'arriver à mieux connaître le monde de l'industrie à travers le témoignage d'ouvriers. Sans le préméditer, les lycéens ont accompli une des missions d'un musée qui est de collecter et de transmettre une culture, un passé, une mémoire vivante.
Lire la suite : https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/16/2798554-memoires-tarnaises-au-musee.html

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:44

Des avancées visibles… et moins visibles au musée de Picardie, à Amiens

n nouvel « arrêt sur chantier », a permis de faire le point, ce lundi 14 mai, sur l’avancée des travaux au musée de Picardie, dont la réouverture est prévue à l’automne 2019. « L’idée de ces rendez-vous, c’est de présenter en particulier les volets techniques du chantier », explique Laure Dalon, directrice des musées d’Amiens. Depuis le début de l’année, les travaux de rénovation ont démarré au premier étage du musée, l’un des points de départ de ce vaste chantier, et la reconstruction de la maison Moitié s’est achevée le mois dernier. « L’actualité, c’est l’impressionnant échafaudage qui a été posé autour du palais » explique Romain Pereira, chef du service ingénierie et pilote opérationnel du projet.
Lire la suite : http://www.courrier-picard.fr/110068/article/2018-05-15/des-avancees-visibles-et-moins-visibles-au-musee-de-picardie-amiens

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:46

Ariane James-Sarazin nommée directrice adjointe du musée de l’armée

Ariane James-Sarazin a été nommée directrice adjointe du musée de l'Armée dirigé par Alexandre d'Andoque de Sériège.

500 000 œuvres, documents et objets occupent les collections du Musée des armées à Paris. Le 3 avril dernier, Ariane James-Mazarin a été appelée par Alexandre d’Andoque de Sériège pour s’occuper des collections. David Guillet, qu’elle remplace, est devenu directeur du département des expositions à la Bibliothèque François Mitterrand.
Lire la suite : https://www.connaissancedesarts.com/actualite-2/ariane-james-sarazin-nommee-directrice-adjointe-du-musee-de-larmee-1194961/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mer 16 Mai - 9:54

Pont-Aven. Une visite en langue des signes au musée

La culture, pour tous. C’est le mot d’ordre du Musée de Pont-Aven (Finistère) qui propose une visite, cette fois, dédiée au public touché par un handicap auditif, mardi 15 mai.

Le Musée de Pont-Aven (Finistère) organise une visite mixte adaptée aux personnes avec un handicap auditif, mardi 15 mai, à 15 h. Le leitmotiv ? Assurer l’accès à la culture, pour tous.
Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/bretagne/concarneau-29900/pont-aven-une-visite-en-langue-des-signes-au-musee-5756880

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Jeu 17 Mai - 9:05


_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Ven 18 Mai - 9:49

Un musée berlinois rend des œuvres dérobées au XIXe siècle aux autochtones d'Alaska

L'Allemagne a restitué à l'État américain une dizaine de pièces provenant de tombes de population indigène pillées à la fin du XIXe siècle. Elles se trouvaient jusqu'à présent au Musée Royal d'Ethnologie de Berlin.

Neuf artéfacts funéraires ont été rendus mercredi dernier aux populations autochtones d'Alaska, par l'intermédiaire de John Johnson présent à Berlin au nom de la région du Chugach. La Fondation de l'héritage prussien, qui gère les musées de Berlin, avait établi le fait que ces œuvres d'art provenaient d'un pillage effectué sur un site de sépultures dans les années 1880.
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/culture/2018/05/17/03004-20180517ARTFIG00277-un-musee-berlinois-rend-des-oeuvres-derobees-auxixe-siecle-aux-autochtones-d-alaska.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Ven 18 Mai - 9:59

Avis conforme des ABF, recours des associations… Le patrimoine une nouvelle fois gravement menacé

À peine une bataille est-elle finie et - parfois - gagnée, qu’il faut recommencer, car un autre président, d’autres ministres, une autre assemblée sont arrivés au pouvoir. L’exercice a quelque chose d’épuisant. Les politiques, manifestement, n’apprennent guère de l’expérience, et encore moins quand ils sont, pour une large part, comme les députés aujourd’hui, néophytes.
Lire la suite: https://www.latribunedelart.com/avis-conforme-des-abf-recours-des-associations-le-patrimoine-une-nouvelle-fois-gravement-menace

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9996
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   Mar 22 Mai - 14:17

Les grandes manœuvres dans le marché de la logistique des œuvres d’art

André Chenue et LP-Art règnent sur un secteur en pleine croissance et en mutation constante. Les stratégies industrielles et géographiques des deux concurrents diffèrent.
Lire la suite : https://www.lejournaldesarts.fr/actualites/les-grandes-manoeuvres-dans-le-marche-de-la-logistique-des-oeuvres-dart-137570?xtor=1394

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( 14 - 20 mai 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: