Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Bienvenue sur le forum de l'APSMRC

Venez échanger idées et informations sur cette plateforme dédiée aux professionnels du patrimoine.
Ce forum fonctionne en synergie avec le site internet de l'APSMRC :
www.musees.regioncentre.fr
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Nos partenaires


Derniers sujets

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Revue de presse (11 - 17 juin 2018)

Aller en bas 
AuteurMessage
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Mer 13 Juin - 9:33

Musée région Centre-Val de Loire

Une star de la danse du XVIIIe siècle s'installe au musée des Beaux-Arts de Tours

Marie-Madeleine Guimard a contribué à révolutionner le ballet. Son buste, sculpté par l'Italien Merchi, est prêté au musée par la Bibliothèque Nationale de France.
Lire la suite : http://www.info-tours.fr/articles/tours/2018/06/14/9036/une-star-de-la-danse-du-xviiie-siecle-s-installe-au-musee-des-beaux-arts-de-tours/

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire

« Évolution ou progrès »
Après le succès des expositions « Curiosa » et « Nature » présentées au parc Pasteur, au Jardin des Plantes, au musée  des Beaux-Arts d’Orléans, au musée de la Tonnellerie à Chécy et à la médiathèque d’Olivet, le Muséum d’Orléans pour la  biodiversité et l’environnement (MOBE) continue de se déployer « hors les murs », pendant sa transformation. Une nouvelle exposition de photographies, « Évolution ou progrès » est ainsi présentée depuis mardi et jusqu’au 14 octobre, dans le parc de la Charbonnière à Saint-Jean-de-Braye. Elle propose d’approcher certaines évolutions scientifiques du siècle dernier, tout en questionnant la notion même de progrès. (intégral)
RC Orleans, 09/06

(Concressault) La fin du musée de la Sorcellerie
C’était le dernier coup de balai sur le musée de la Sorcellerie. Fermé depuis l'automne 2016, le lieu aura réussi, en vingt trois années d'existence, à attirer quelque 900.000 visiteurs. Mais malgré ce succès, aucun repreneur ne s’est manifesté lorsque ses propriétaires, les époux Van Poucke, ont voulu prendre leur retraite. Hier, les derniers objets de la collection unique en France qu’ils avaient  patiemment amassés, ont été vendus aux enchères à la Jonchère. Dragon, balais de sorcières, grigris africains, dents de mammouth ou de requins, mallette de rituels démoniaques ou encore grimoires... Un véritable inventaire à la Prévert de plus de deux cents objets répartis en soixante huit lots étaient proposés au plus offrant.
Le Berry, 10/06, p.5

(Issoudun) Grande rétrospective des oeuvres d’Abdallah Benanteur
Le Musée Saint-Roch propose, jusqu’au 9 septembre, trois expositions exceptionnelles : Le Chant de la Terre, rétrospective-hommage au grand peintre Abdallah Benanteur ; cent dix lithographies de Bram Van Velde et une suite des oeuvres de la collection Zao Wou-Ki. « L’oeuvre de Abdallah Benanteur a été présentée pour la première fois au musée en 2014, avec Portrait de l’oiseau qui n’existe pas, puis, trois ans plus tard, avec Tour du monde en tondo », a rappelé Claude Lemand, collectionneur, lors de l’inauguration des expositions, en présence du maire, André Laignel, qui a évoqué son coup de coeur pour cet artiste : « J’ai découvert, chez Claude Lemand, les oeuvres d’Abdallah Benanteur. Cela a été un choc et aujourd’hui, je suis heureux de voir cette exposition d’une telle ampleur, car je suis persuadé qu’il n’y en a pas eu d’aussi importante ailleurs. Younès, l’un des fils d’Abdallah, était également présent, et a remercié le musée d’avoir su mettre en valeur, par un jeu de lumières, les toiles abstraites aux milles couleurs et contrastes de son père. « Bravo d’avoir conçu un tel espace. » (intégral)
NR Indre, 10/06

(CC Chinon Vienne et Loire) Quand la nature devient un outil artistique
Comment ne pas remettre en question l’activité humaine quand on pense à la nature ? Antoine Ordonaud, Liu Yantong et Josselyn David sont partis de cette réflexion. Vendredi 8 juin à l’écomusée du Véron, ces trois élèves de deuxième année à l’École supérieure d’art de Tours ont chacun présenté leur installation. Le bocage a été leur thème de réflexion. « Ils sont restés  un mois pour construire leur installation, raconte Ann Chevalier, élue à la culture pour la communauté de communes Chinon Vienne et Loire (CCCVL). Lors de la sélection de notre jury, nous avons demandé aux étudiants ce qu’ils voyaient dans le bocage. Nous les avons choisis parmi une dizaine de candidats, tous tracassés par le devenir de la nature. L’un d’eux voulait construire un cimetière pour évoquer la disparition des abeilles. » Depuis leur arrivée, ils se sont informés et ont beaucoup appris sur l’environnement du bocage. À voir jusqu’au 11 novembre.
NR Indre et Loire, 10/06, p.9

(Châteaudun) De « surprenantes graines » à découvrir
C’est une exposition inédite qui s’est ouverte, samedi, à Châteaudun. Pour sa première exposition botanique, le musée des beaux arts et d’histoire naturelle a choisi de nous présenter ces « Surprenantes graines » qui font partie de notre quotidien et sont un pilier de la biodiversité végétale. « Nous avons dans nos réserves des graines exotiques du XIXe siècle offertes par le marquis de Tarragon et on nous a aussi donné des graines de la Réunion, précise Mireille Bienvenu, responsable du musée. On s’est dit que l’on pouvait réaliser une exposition à la fois ludique et pédagogique pour faire découvrir la diversité, les formes, les couleurs et les odeurs des graines. »
L'Echo, 11/06, p.21

(Romorantin) La Maison du cerf bien entourée
C’est voté, c’est acté. Jean-Pierre Guémon est venu avec de bonnes nouvelles fêter l’anniversaire de la Maison du cerf vendredi soir à Villeny. Le président de la communauté de communes Sologne des étangs, propriétaire des murs de la structure qui célèbre ses 25 ans cette année, a en effet confirmé la somme de 50.000 euros pour revoir entièrement la muséographie. « Je souhaite que les nouveaux décors apportent de nouveaux clients et un chiffre d’affaires aussi. Il faut arriver un jour à l’équilibre et je le souhaite le  plus tôt possible », s’est exprimé Jean-Pierre Guémon non sans souligner aussi « les très bons chiffres sur les 4 premiers mois de 2018, on est à plus 34 % pour les entrées ». Vendredi soir, ils étaient nombreux, deux sénateurs, un député, plusieurs élus du conseil départemental et de nombreux maires, à venir manifester leur attachement à la Maison du cerf. à l’occasion de cet anniversaire.
NR Loir et Cher, 11/06, p.33

Une oeuvre d’art bientôt à Savigny-en-Véron
La ministre de la Culture veut faire voyager des oeuvres majeures des musées parisiens dans des sites de province. Savigny-en-Véron sera, avec Agen, l’une des deux premières communes bénéficiaires. Françoise Nyssen estime que l’État dépense, par habitant, dix fois plus pour la région parisienne que pour la province. D’où l’idée de créer des événements dans des bassins de vie éloignés de la capitale, en leur prêtant des oeuvres majeures des musées parisiens. Après un appel de la Drac (Direction régionale de l’action culturelle), nombre de structures culturelles ont candidaté, dont Savigny-en-Véron, via son écomusée, sous l’égide de la communauté de communes Chinon Vienne et Loire (CVL). Ce lundi matin, la vice-présidente de CVL en charge de la culture, Ann Chevalier, et la directrice de l’écomusée, Angèle de Latour, ont été reçues au ministère de la Culture à Paris, où on leur a appris que les deux premières communes concernées par ce prêt d’oeuvres majeures seraient Agen et Savigny-en-Véron. La première se verrait prêter un Goya, alors que Savigny recevrait une sculpture, semble-til, l’élue souhaitant garder la primeur de l’annonce à ses collègues, lors d’une réunion prévue ce mardi à Chinon. Mais, assurément, le sourire affiché par les deux envoyées du Véron à la sortie du ministère ne présage que du bien. (intégral)
NR Indre et Loire, 12/06

(Tours) “ Visions de femmes ” au musée des Beaux-Arts
C’est une convention signée entre la Ville de Tours, le CIDFF 37 et le Zonta Club de Tours qui a permis à un groupe de dix femmes des quartiers de bénéficier, souvent pour la première fois d’une visite du musée des Beaux-Arts de Tours. A ces femmes, venues par l’association Active et le centre  social Pluriel (le) s, c’est une découverte très privilégiée du musée qui a été proposée sous la houlette de la conservatrice en chef, Sophie Join-Lambert. Guilaine Richefort, Françoise Lehain et Annick Le Floch, du Zonta et du CIDFF se sont jointes au groupe pour ce parcours sous un angle non formel. Des souterrains et remparts gallo-romains jusqu’au second étage avec ses oeuvres contemporaines, c’est l’histoire de la Touraine qui a été contée au groupe, et celle de nos campagnes tout particulièrement à travers les dessins du caricaturiste Jules Baric.
NR Indre et Loire, 12/06, p.13

(Seuilly) L’hommage rendu à Rabelais par le Suédois Erik Dietman
Le musée Rabelais, installé à La Devinière, à Seuilly, propose une exposition monographique d’Erik Dietman, dans le cadre du parcours d’Art  contemporain en Touraine. Samedi après-midi, Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental d’Indre-et-Loire, et Céline Ballesteros, vice-présidente chargée de la politique culturelle, ont invité les amateurs d’art à son vernissage. « Cette exposition permettra la découverte de l’oeuvre d’Erik Dietman et de son inspiration. Le musée sera une résidence d’artistes, comme d’autres lieux dans le département », a expliqué Alain Leconte, le directeur du site et commissaire artistique de cette exposition avec Anne-Laure Chamboissier. « Nous arrivons à une nouvelle étape pour La Devinière et la création », soulignait pour sa part Jean-Gérard Paumier, non sans ajouter : « Balzac et Rabelais sont les deux auteurs les plus lus en Chine ! Nous poursuivrons les expositions de créations culturelles contemporaines, comme celle de Léonard de Vinci l’an prochain ». Erik Dietman, artiste suédois, s’est installé en France en 1959. Il est proche de Rabelais et apprécie la Touraine.
NR Indre et LoireW, 12/06, p.17

(Châteauneuf sur Loire) Un musée de la Marine nommé désir
Un projet exceptionnel. Et une première étape. Lundi, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a lancé, dans le cadre du plan « Culture près de chez vous », sa politique de mise en circulation des chefs d’oeuvre des collections nationales. Elle a aussi présenté le Catalogue des désirs, 477 oeuvres des grands musées nationaux destinées à voyager sur le territoire français, et notamment, au musée de la Marine de Loire de Châteauneuf sur Loire, dans le Loiret. Une très bonne nouvelle pour sa directrice, Audrey Madec. « Et une belle marque de confiance », confie t elle. Si certains musées ont exprimé quelques souhaits – parce qu’ils ont des collections thématiques et qu’ils savent que des oeuvres ont directement rapport avec elles –, d’autres ont été sollicités. « Je savais qu’un catalogue était en train d‘être constitué mais je ne connaissais pas la liste des oeuvres retenues, raconte ainsi Audrey Madec. C’est Olivia Voisin, directrice des musées d’Orléans, et  commissaire de cette opération, qui m’a notamment parlé d’un objet conservé à la bibliothèque de l’Arsenal, à Paris, et susceptible de nous intéresser : une chaîne d’entrave d’esclave ». Mais tout cela, po u r l’instant, est à l’état de projet et aucun de ces objets n’a encore été prêté. « Nous sommes en cours de négociation avec la Bibliothèque nationale de France, dont dépend la bibliothèque de l’Arsenal. Nous sommes en train de prendre contact pour mettre en oeuvre ce projet », souligne la directrice. À noter que si le ministère devrait aider à couvrir les frais de transport et d’assurance pour la circulation des oeuvres, « tout ce qui va concerner la scénographie et l’aménagement des salles ou des vitrines sera à notre charge, précise Audrey Madec. Mais nous n’en sommes qu’au tout début. Ce ne sont que les premières étapes… »
+ « Rétablir une équité dans l’accès à la culture »
RC Orleans, 13/06, p.14

(Saint Marcel) Programme estival fouillé pour Argentomagus
Philippe Riffaud-Longuespé a le sourire. Deux panneaux indiquant le site gallo-romain d’Argentomagus ont été installés sur l’axe Suisse-Océan, à l’entrée de Neuvy-Saint-Sépulchre et de Saint-Gaultier, et celui qui trônait auparavant sur l’autoroute A 20 sera bientôt remplacé. Le directeur du musée de Saint-Marcel se plaît aussi à annoncer un programme estival copieux, mis sur pied dans le cadre d’une valorisation du site, ardemment souhaitée par la Communauté de communes Éguzon Argenton-Vallée de la Creuse, gestionnaire des lieux. L’acquisition récente et la présentation de deux personnages assis en tailleur, avaient bien lancé la saison. Cette dynamique se poursuit avec le concours de l’Association pour la sauvegarde du site archéologique d’Argentomagus et amis du musée (Assaam) qui s’impliquera notamment dans la campagne de fouilles prévue du 18 juin au 14 juillet sur la zone cultuelle.
NR Indre, 13/06, p.6

(Savigny-en-Véron) Un Max Ernst à Savigny
Comme annoncé hier dans ces colonnes, Françoise Nyssen, la ministre de la Culture, veut faire voyager des oeuvres majeures des musées parisiens dans des sites de province. Savigny-en-Véron a été choisie, avec Agen, pour être l’un des deux premiers sites bénéficiaires. Le Centre Pompidou prêtera donc à l’écomusée du Véron une statue monumentale de Max Ernst, une oeuvre en bronze baptisée « Capricorne », de 2,45 mde haut sur 2,07 de large. L’artiste l’avait créée pour sa maison en Arizona. Le prêt durera entre six mois et un an, à compter certainement du printemps 2019. Ce choix tient aussi au fait que Max Ernst a longtemps vécu dans le Véron, à Huismes. (intégral)
NR Indre et Loire, 13/06

(Orleans) En savoir davantage sur les dessins des musées orléanais
Le pôle muséal d’Orléans propose au public d’approfondir ses connaissances sur son exceptionnel fonds de dessins grâce à deux conférences. La première est proposée, aujourd’hui, par Corentin Dury, conservateur du patrimoine, adjoint au directeur du Musée national de Port Royal des Champs (Yvelines) et commissaire de l’exposition Traits divins qui s’y tient jusqu’au 15 juin. Une autre conférence se tiendra demain sur « Jeanne d’Arc par Louis Maurice Boutet de Monvel à travers la presse américaine, fin XIXe début XXe siècles ». Elle sera animée par Virginie Chevalot, commissaire de l’actuelle exposition sur le peintre et illustrateur originaire d’Orléans présentée à l’hôtel Cabu.
RC Orleans, 13/06, p.14

(Gien) Un nouveau musée pour 2021
Yves de Talhouët l’espère : si tout se passe bien, les travaux du futur nouveau musée de la Faïencerie de Gien pourraient démarrer à la fin de l’année. Le projet en est actuellement à la phase des demandes de subventions, formulées auprès de la Région, du Département et de la Communauté des communes giennoises. « Nous aimerions commencer les travaux rapidement pour être dans les temps pour 2021, année où l’on célébrera le 200e anniversaire de la Faïencerie, rappelle le PDG. On aimerait aussi commencer vite pour nous placer dans la dynamique impulsée à la ville actuellement. Un beau centre ville et un beau musée, ce serait formidable, non ? » Il y a quelques mois, Christian Bouleau, maire de Gien et président de la comcom’, avait annoncé vouloir créer un musée de la faïence dans l’actuel hôtel des postes. Après de nombreux échanges, le projet a été affiné et il s’agirait  désormais d’installer ce qu’on peut appeler « un point de présence » ou « showroom » en centre ville, dans un local qui accueillerait également sans doute les bureaux de l’office de tourisme. Pourraient y être présentées les dernières collections de la manufacture, première étape d’un parcours historique et patrimonial dans Gien. « Nous sommes tombés d’accord avec le maire : le musée de la Faïencerie doit rester à la Faïencerie », indique Yves de Talhouët. Le projet est ambitieux.
RC Loiret, 14/06, p.19

(Châtres-sur- Cher) Le Musée du blues pointe son nez !
Les travaux du musée ont bien débuté, la semaine dernière, dans cette belle Maison du blues, à Châtres-sur-Cher, prête à accueillir le deuxième Musée du blues en Europe, le premier étant en Norvège. Tout ceci grâce à la volonté et à l’énergie de Jacques Garcia, dit Black Jack et aux subventions de la Région par le biais du contrat de pays. La Région finance 40.000 € et l’Europe 60.000 € sur un budget de 125.000 euros. Reste à trouver les derniers 25.000 € (dons, fonctionnement de la Maison du blues…). Pour le moment, c’est le bruit de la scie et du marteau qui nous accueille au premier étage pour faire vivre cette rue du Mississippi recomposée où chaque boutique aura un thème en suivant le parcours personnel de Black Jack dans le blues.
NR Loir et CherN, 14/06, p.24

(Bourges). Musée du Berry. Fragonard.
Un tableau attribué à Jean-Honoré Fragonard, peintre galant et libertin du XVIIIe, est exposé au musée du Berry. Cette huile sur toile raconte la légende du sculpteur Pygmalion qui tombe amoureux de sa statue, Galathée. L’oeuvre a été donnée par
Monsieur Poubeau Chapelain en 1915. Elle a été restaurée en 2013. (intégral)
Berry rép. 15/06/2018, p. 13

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 15 Juin - 11:53, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Mer 13 Juin - 9:34

Archéologie région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la DRAC Centre-Val de Loire


(Pithiviers) Où en est-on place des Halles ?
Cela fait déjà deux semaines que le chantier de la place des Halles a débuté à Pithiviers. Contenter commerçants, clients et riverains n’est pas aisé. Pourtant, l’entreprise Colas, chargée des travaux, semble y arriver. À l’écoute, Clément Colas (chef de chantier) et son équipe essaient de perturber le moins possible la vie quotidienne. Le terrassement a été effectué sur les deux tiers de la place et dans la partie de la rue de Senives qui mène à la rue de la Couronne. L’espace situé devant les commerces n’a pas – encore – été traité. Il est donc toujours possible de s’y garer. Les commerçants tiennent à le rappeler. En même temps que les ouvriers, les archéologues de l’Inrap sont au travail place des Halles. Ils effectuent des fouilles complémentaires. Des restes de boucherie avaient été trouvés l’an dernier.
RC Loiret, 09/06, p.17

(Le Grand-Pressigny) Des stages d’archéologie cet été
Comme chaque année, l’association Patrimoine vivant en Claise Tourangelle (PVCT) organise des stages d’initiation à l’archéologie pour les adolescents. L’objectif de ces stages est la découverte des méthodes de l’archéologie – fouille stratigraphique, relevé topographique, photographie, lavage, marquage, détermination, dessin, gestion informatique des données et de leur mise en oeuvre dans un contexte de site préhistorique. L’initiation, encadrée par un archéologue, se déroule sur le terrain à l’école de fouilles implantée à deux pas de l’Archéolab – musée de site archéologique à Abilly, ainsi qu’à la Maison de la Préhistoire et de la Nature au Grand-Pressigny, pour les activités post-fouilles.
NR Indre et Loire, 09/06, p.11

Des journées pour faire un bond dans le passé
Du 15 au 17 juin se déroulent les Journées nationales de l’archéologie. Dans le département, deux sites à Noyers et Saint-Laurent accueilleront les visiteurs. À Thésée d’abord, les visiteurs pourront profiter des portes ouvertes au musée et sur le site archéologique antique Tasciaca. Du côté de Saint-Laurent-Nouan, les Journées de l’archéologie auront lieu à l’Archéovillage : conférence sur « Le Néolithique sur les bords de la Loire entre Muides et Nouan-sur-Loire » le vendredi soir. Samedi et le dimanche après-midi de nombreuses animations sont prévues. Une initiation à la fouille archéologique est ouverte à tous pour découvrir cette activité plutôt peu connue et pour assister à une démonstration sur les techniques de la Préhistoire.
NR 41 Nord, 15/06/2018, p. 8

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 15 Juin - 11:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Mer 13 Juin - 9:34

Patrimoine région Centre-Val de Loire

Source : Panorama de presse de la dRAC Centre-Val de Loire

(Meung s/Loire) Encore un petit effort financier
L’association des Amis du château de Meung a lancé un financement participatif pour sauver son pavillon de musique. Soit un bâtiment du XVIIIe siècle, véritable témoignage du style à la française, jadis impulsé par Madame de Pompadour. Seulement voilà, aujourd’hui, le pavillon est en péril : terrasse perméable, pierres de tuffeau dévorées par les intempéries et arches qui s’affaissent… Sur les 13.000 € nécessaires à son sauvetage, 11.689 € ont déjà été récoltés grâce à 113 contributeurs. Plus que trois jours (jusqu’au 11 juin) pour gagner ce pari. Le propriétaire fait donc, de nouveau, appel à la générosité des amoureux du patrimoine. Le dossier est consultable en ligne, sur la plateforme Dartagnans (projet « Sauvez le pavillon XVIIIe du château de Meung »). (intégral)
RC Orleans, 08/06

(Courres les Barres) L’association oeuvre depuis dix ans
Année d’importance pour l’Association du patrimoine de Courres les Barres et de la protection de l’environnement qui fête cette année ses dix ans. La présidente, Annick Dudragne, revient sur cette décennie où l’association (prêt d’une soixantaine d’adhérents) a oeuvré sur la commune.
Le Berry, 08/06, p.28

(Chateaudun) 227 noms seront gravés dans la pierre
Le geste est précis, millimétré. Après avoir tracé les contours des lettres au crayon à papier gras sur la pierre calcaire, Hervé Coupé grave le nom et le prénom des soldats morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale. Deux cent vingt sept noms seront inscrits sur le monument aux morts, rue de Chartres, à Châteaudun. Ce travail minutieux, réalisé à la demande de la Ville de Châteaudun, a démarré le 6 avril. Il doit être terminé à la mi octobre, moins d’un mois avant la commémoration du centenaire de la fin de la Grande Guerre. Hervé Coupé, 41 ans, artisan d’art et graveur sur pierre, basé à Orléans (Loiret), effectue ce travail de précision : « Il ne faut pas faire d’écart et prendre garde aux jointures qui peuvent être présentes entre les blocs de pierre d’un monument. » Et pour que le rendu soit parfait, ce perfectionniste n’utilise jamais de machine sur les monuments aux morts où il grave les noms de soldats décédés. « Chaque nom est dessiné puis gravé à la main avec un ciseau. La pointe mesure 2 millimètres d’épaisseur », précise l’artisan d’art et graveur sur pierre, qui opère ainsi depuis dix neuf ans, avant de constater, presque à regret : « Nous sommes très peu, aujourd’hui, à travailler de cette manière en région Centre. Et puis, l’utilisation d’une machine ne donne pas le même rendu. »
L'Echo, 07/06, p.15

(Saint-Benoît-du-Sault) Fondation du patrimoine : diversité exposée
La municipalité de Saint-Benoît-du-Sault et son maire, Christian Brec, accueillent, jusqu’au 22 juin, l’exposition de la Fondation du patrimoine de l’Indre. Cette exposition permet aux visiteurs de découvrir les différentes possibilités financières avant d’entreprendre des travaux extérieurs sur leur maison ou autres bâtiments. « L’exposition comprend douze grands panneaux classés par thèmes et par types de bâtiments. Ils montrent la richesse et la diversité du petit patrimoine du département : maisons de villages et maisons des champs, granges, pigeonniers, moulins, maisons de maître, manoirs, dépendances et autres », a expliqué Laurence Fraissignes. La déléguée départementale de la Fondation du patrimoine, profite de l’occasion pour lancer un appel à la visite, qui, sans nul doute, donnera des idées à celles et ceux qui envisagent de réaliser des travaux, ainsi que quelques pistes pour solliciter des subventions intéressantes.
NR Indre, 08/06, p.16

Le mobilier de Balzac à Saché, est à vendre
A la mort de Balzac, en 1850, sa veuve, la célèbre Madame Hanska, vendait le mobilier parisien de l’écrivain qui n’avait pas été saisi par ses créanciers. Mais le mobilier du château de Saché, où Balzac séjourna de 1823 à 1848 chez ses amis Margonne, ne lui appartenant pas, n’était pas saisi. Parmi les héritiers des Margonne figurait René Benjamin (1885-1948), prix Goncourt 1915, qui revendit en 1926 le château à Paul Métadier, lequel y aménagea un musée en 1951 avant d’en faire don au département sept ans plus tard. Récemment, les descendants des Benjamin ont souhaité confier à la Maison Rouillac des pièces du mobilier de Saché, au temps où Balzac y vivait. Une commode, des fauteuils, des chaises, une table, de la vaisselle… et, surtout, trois objets qui attisent toutes les curiosités. Il s’agit d’abord de la petite table de chevet de l’écrivain, qui porte une marque noire due aux brûlures provoquées, selon la tradition familiale, par la cafetière du grand Honoré, caféinomane invétéré. Un autre objet attire l’attention : le portrait de l’abbé Quinquet, chanoine de la cathédrale Saint-Gatien de Tours, à la fin du XVIIIe siècle, qui, selon les Rouillac, est « probablement à l’origine de la rédaction du “ Curé de Tours ” ». Enfin, le lot comprend le moulage de la main droite de Balzac, réalisée sur son lit de mort, par le sculpteur David d’Angers. Le prix ? On parle d’une estimation de 100.000 euros pour les trois lots. Voire plus…
NR Indre et Loire, 08/06, p.2

(Amboise) Le bel été du patrimoine
Attention, la Dame Blanche revient ! Les visites spectacles sur le thème « Embrassons-nous Dame Blanche » lancées l’été dernier sont de retour, vu le succès rencontré. Cette visite-spectacle déambulatoire avec les acteurs de la compagnie Alborada, à la nuit tombée, va investir six lieux différents au cours de l’été, du château de Pintray (Lussault) à ceux de Civray et de Pocé, en passant par le château de la Côte à Reugny, celui du Coteau à Azay-sur-Cher et le parc Édouard-André à La Croix-en-Touraine. Cette animation est un des temps forts des rendez-vous du pays Loire Touraine de juin à septembre. Autre temps fort, nouveauté de la saison, ce sera un Cluedo® patrimoine. Sur le thème « Qui veut la peau des tanneurs », une enquête grandeur nature sera proposée au public dimanche 24 juin à Château-Renault.
NR Indre et Loire, 08/06, p.33

(Bellegarde) Dernières nouvelles du château
Le château du duc d'Antin demande de la part de la commune une surveillance et des soins permanents. S'agissant du projet de réparation des douves inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1969, les travaux devraient débuter en fin d'année. Un dossier prioritaire important pour une assise qui se fragilise et menace la stabilité du donjon. En ce qui concerne ce bâtiment du XIVe siècle, d'autres perspectives sont envisagées comme la restauration du niveau le plus bas qui donne de plain pied sur l'extérieur. L'espace, comme les cuisines ou la salle du donjon, offre des trésors d'architecture non exploités. Le passage de la future « Route de la Rose » est une opportunité qui donne des idées aux élus pour mettre en valeur la production locale dans un contexte d'atout touristique supplémentaire. La rose dans le Bellegardois mériterait un lieu dédié à son histoire. (intégral)
RC Loiret, 09/06

(Trouy) Vers une évolution du château Rozé
Les élus ont reçu Agnès Sinsoulier-Bigot, vice présidente de la région Centre Val de Loire, en charge de la culture et de la  créativité numérique. Une visite complète du château Rozé, du bois et du parc attenant, a permis à l’élue d’avoir une vue complète de ce site et de ces points remarquables en terme de flore, d’arbres et de parcours. Un inventaire des essences du parc et du bois a été réalisé par les élèves du Centre de formation d’apprentis. L’élue a évoqué les possibilités de  financement pour la réhabilitation du site, dans une approche durable, paysagère et culturelle. Les élus se reverront dans le cadre du montage du projet définitif.
Le Berry, 09/06, p.17

(La Chatre) En août 2019, le château d’Ars replongera au Moyen Age

La Ville de La Châtre et le service culturel, avec le soutien du conseil départemental, organisent un son et lumière au  château d’Ars en août 2019, sur l’histoire du Pays de La Châtre au Moyen Age. « Ce spectacle vivant nous permettra de remonter le temps et de découvrir l’histoire de notre territoire à l’époque médiévale. Un projet qui se veut ambitieux, participatif avec la population, festif et populaire, culturel et historique », a expliqué Vanessa Weinling, directrice du service culturel, lors d’une réunion publique proposée jeudi soir. Pour que cette manifestation prenne son ampleur, il faut de nombreux bénévoles dans des secteurs divers : figurants, décors, costumes, restauration, technique, organisation, communication, etc. Les bonnes volontés sont invitées, les premières réunions auront lieu en septembre. La Ville est accompagnée par la Compagnie Eldora et Vincent Portier, historien, membre de la Fédération des chemins de la guerre de Cent Ans.
NR Indre, 04/06

(Valancisse) Appel aux dons pour l’église de Chambon
Avec l’aide de la Fondation du Patrimoine représentée par sa déléguée départementale Annette Doire, le maire de Chambon-sur-Cisse a lancé officiellement jeudi 31 mai une nouvelle souscription pour sa commune. Chaque année, le succès des Journées européennes du patrimoine témoigne de l’engouement collectif pour le patrimoine. La Fondation du Patrimoine a été créée pour répondre à ce besoin de sauvegarde et de valorisation du patrimoine français, prioritairement non protégé. Ainsi l’église Saint-Julien de Chambon qui était un ancien prieuré remis aux moines de Marmoutiers en 832, en fait partie. C’était une des plus anciennes possessions de l’abbaye dans la région. La commune, avec l’aide des habitants et celle de la Fondation du Patrimoine, a refait le pan nord de la toiture, palliant ainsi l’urgence. Mais le pan sud nécessite aussi une réfection, toujours pour éviter ces infiltrations d’eau qui dégradent les murs et les revêtements  intérieurs. Denis Leprat fait donc à nouveau appel à la générosité de ses concitoyens pour sauvegarder l’église.
NR Loir et Cher, 09/06, p.14

(Vendome) Société archéologique : le bulletin présenté
L’assemblée générale de la Société archéologique du Vendômois de vendredi dernier à la Porte Saint-Georges porte le numéro 396. A raison de deux réunions par an, on calcule vite l’âge de la dame. Une dame qui se porte bien avec les nombreuses activités menées par ses membres, rappelées par le président Bernard Diry qui évoquait le prochain déménagement vers l’hôtel du Saillant. Mardi dernier, une partie du bureau se retrouvait à la sous préfecture où le bulletin 2018 était officiellement présenté. « Cette année, tous les articles proposés dans le bulletin sont cent pour cent vendômois
et totalement inédits, ce qui en fait une belle réussite », soulignait le président. Un contenu qui fait la part belle à l’archéologie, s’appuyant sur la géochronologie et la préhistoire des nappes laissées par les alluvions du Loir.
NR Loir et Cher, 04/06, p.18

(Loches) Cité royale : J-7 avant de découvrir la scénographie

Encore une petite semaine et le public pourra découvrir le logis royal et le donjon nouvelle version. Fermés partiellement à la visite depuis janvier, les deux monuments emblématiques de la ville sont en train d’être dotés d’équipements sonores, visuels, tactiles. Le scénographe Alexis Patras, qui a oeuvré au château de  Vaux-le-Vicomte ou encore au musée Napoléon à Brienne-le-Château (Aube), s’est attaché à rendre ces deux lieux chargés d’histoire facilement compréhensibles dans leur chronologie, leur architecture et à travers les personnes illustres qui y ont vécu. L’objectif n’était pas de combler le (presque) vide des salles visitées par du mobilier d’époque. « Il a fallu trouver l’équilibre pour que la scénographie ne prenne pas le dessus du bâtiment. Il faut que l’on sente ces bâtiments, ce rapport à la pierre, donc être le plus simple possible pour que ce soient les murs qui parlent », explique-t-il. Hier, les travaux d’installation battaient leur plein pour que tout soit prêt le samedi 16 juin pour accueillir le public.
NR Indre et Loire, 09/06, p.27

(La Chapelle-blanche-saint-martin) Sécurisation des cloches de l’église
Dans le cadre de la maintenance des cloches de l’église, la maire Mme Tartarin indique que l’entreprise Gougeon a fait part à la commune de travaux de sécurisation à réaliser : remplacement des battants des cloches 2 et 3 et mise en sécurité de la cloche 2 avec remplacement des brides. Le montant du devis s’élève à 2.680 € TTC. Ces travaux seront inscrits au budget 2019. (intégral)
NR Indre et LoireE, 09/06

(Saint Martin le Beau) Découverte d’une statue de la vierge dans l’église
A l’occasion des travaux de reconstruction de l’église, débutés depuis quelques semaines, les maçons chargés de retirer les parements des murs intérieurs ont fait une belle et surprenante découverte : une statue polychrome d’environ 90 cm représentant la vierge trônant dans une niche renaissance et selon toute vraisemblance qui daterait du XVe siècle. Ce qui faisait dire à Angélique Delahaye, maire, faisant référence au terrible incendie qui a ravagé l’église du village le 17 avril 2015 : « A toute chose malheur est bon. Cette découverte pourrait constituer une opportunité pour la commune. »  Cependant, une rénovation sera nécessaire lorsqu’elle aura été expertisée car le visage a été fortement endommagé. (intégral)
NR Indre et LoireE, 09/06

(Orleans) La seconde vie des moules à sucre
Levez la tête ! Et observez. Non, toutes les mitres des toits orléanais – petite pièce placée au sommet d’une cheminée qui empêche l’eau et le vent d’y pénétrer, mais aussi améliore le tirage thermique  – ne se ressemblent pas. Il y en a des métalliques. Des quasi cylindriques. Et des… coniques ! Là est la spécificité locale. Et voici comment cela s’explique. Avec l’effondrement des raffineries de sucre orléanaises dans la première moitié du XIXe siècle, des milliers de moules à pain de sucre en céramique, devenus inutiles, ont été détournés de leur usage premier. Les cônes, une fois leur pointe découpée, ont été utilisés comme mitres de cheminées. Ce détail architectural est donc l’un des nombreux témoins du passé industriel orléanais. Et en particulier de l’industrie sucrière. En effet, grâce à la Loire qui permet, par Nantes, le trafic avec les Antilles et à la proximité avec Paris, centre majeur de consommation de sucre, le raffinage du sucre de canne prospère à Orléans, principalement au XVIIIe siècle.
RC Loire,t 10/06, p.6

Un manuscrit enluminé fait à Tours aux enchères

En décembre 2017, la première vente aux enchères de la société Aristophil, du nom de cette structure qui proposait d’investir dans des livres et manuscrits pour spéculer, avant d’être saisie pour escroquerie et fraude de la part de son fondateur, avait vu s’envoler un manuscrit de Balzac (« Ursule Mirouët ») pour 1,1 million d’euros. Lors de la deuxième vacation le 16 juin par la maison Aguttes à Drouot, il sera proposé parmi de nombreuses merveilles un livre d’heure dit Petau-Rotschild, fabriqué à Tours vers 1495, avec deux médaillons en or camaïeu d’or. Il est estimé entre 700.000 et 900.000 €. Ce manuscrit latin enluminé sur parchemin est attribué à Jean Poyer, actif de 1490 à 1520. Il comprend seize médaillons en camaïeu d’or avec rehauts et une composition héraldique enluminée rajoutée autour du premier médaillon, aux armes de la famille Petau. La très grande qualité de ce livre d’heure de luxe laisse penser qu’il a été fait pour une personne très haut placée soit dans la famille royale, soit dans l’église. Jean Poyer a travaillé pour Anne de Bretagne et ses deux époux, les rois Charles VIII et Louis XII, Guillaume Briçonnet, Jacques de Beaune, la famille Lallemant. (intégral)
NR Indre et Loire, 11/06

(Saint Éloy de Gy) Les Amis de l’église au chevet de l’édifice
L’assemblée générale des Amis de l’église de Saint Éloy de Gy s’est déroulée, samedi dernier, salle des Associations, en présence d’une vingtaine de personnes dont un représentant de la mairie. Cette association oeuvre pour la rénovation, la restauration et l’embellissement de l’édifice. Des travaux sont en cours. Ils portent essentiellement sur la réfection du décor architectural du retable de la nef sud. C’est un long travail qui a nécessité l’achat d’un échafaudage. C’est un pastelliste de Foëcy qui assure cette restauration. Les travaux devraient se terminer à la fin de l’été. Des gaines électriques ont été amenées afin d’éclairer cet endroit et un système de détection électrique a été mis en place afin d’éclairer l’église l’hiver. Un projet est en cours : celui d’éditer un livre sur l’histoire de cette église qui date du VIIe siècle, dont Olivier de Bry a présenté une maquette qui sera transmise à un éditeur pour impression.
Le Berry, 11/06, p.13

(Ouarville) Gros travaux à l’église Saint-Martin
Il y a plus d’une décennie que les élus de la commune d’Ouarville sont soucieux du bon état de l’église Saint Martin. Cet édifice du XIIe siècle a subi d’importantes réparations en 2014 et en 2015 sur la structure et la toiture. Les poutres de soutien ne reposaient quasiment plus sur les murs latéraux. Ce chantier, d’un coût de 500.000 €, a été entrepris en même temps que le réaménagement de la place voisine. Beaucoup d’autres travaux restaient néanmoins à faire. Le Conseil municipal et son maire, Jean-Michel Dubief, ont décidé de s’attaquer à l’intérieur de l’église. Menuiseries, chauffage, éclairage et enduit font, depuis quelques semaines, l’objet d’un seul et même chantier car il n’était pas possible techniquement de les étaler dans le temps plus longtemps. Le montant de ces travaux, estimés à 850.000 €, a été budgété sur trois années : 2017, 2018 et 2019. Des subventions ont été obtenues auprès de la Région Centre Val de Loire, de la Fondation du Patrimoine et du Conseil départemental d’Eure et Loir. La Commune a souscrit un emprunt pour financer le reste.
L'Echo, 11/06, p.14

(Chailles) Église Saint-Martin : les travaux avancent
Depuis le début du mois d’avril, des travaux de restauration intérieure de l’église Saint-Martin de Chailles ont été entrepris. Des travaux d’électricité, de chauffage, d’éclairage et de maçonnerie ont pu être réalisés grâce à la vente du presbytère. Ces derniers devraient prendre fin dans le courant du mois de juillet. (intégral)
NR Loir et Cher, 11/06

(Vendome) La commanderie d’Arville doit investir
Jeudi, les adhérents de l’Association de la commanderie d’Arville se sont réunis pour leur assemblée générale. Christian Hallouin, directeur de la commanderie, a présenté le bilan d’activités. « Nous observons une baisse d’activités, principalement due à une moindre fréquentation des scolaires. La baisse de leur subvention et la sécurité pénalisent les déplacements. Ce n’est pas pour autant alarmant, car notre point fort reste notre offre d’une sortie pédagogique, appréciée des enseignants ». Déclaration confirmée par Maurice Leroy, président de l’association. « Cette baisse est générale en France, le renforcement de la sécurité entraîne la suppression de nombreux déplacements. » Les charges sont importantes. La commanderie, ouverte sept jours sur sept, est une entreprise à part entière avec ses onze salariés. Elle s’autofinance à hauteur de 79 %, le conseil départemental contribue à 9 %, la communauté de communes des Collines du Perche, l’État ou la Drac pour 4 % chacun. Le bilan financier présente un solde positif de 30.165 € pour 468.301 € de dépenses.
+ ••• Pierre Fauchon, gardien des lieux
NR Loir et Cher, 11/06, p.18

(Loches) Dévégétalisation des remparts : le boulevard Philippe-Auguste fermé

Afin de sécuriser les travaux de dévégétalisation qui se déroulent boulevard Philippe-Auguste entre la caponnière et la rue des Roches, le boulevard est fermé à toute circulation (véhicules, piétons, cyclistes…) jusqu’au 22 juin inclus, fait savoir la mairie. Néanmoins, les tours à bec restent accessibles ainsi que l’escalier qui dessert la rue de Vignemont. Un périmètre de sécurité sera ensuite installé au pied des remparts jusqu’à la réalisation des travaux de maçonnerie planifiés en 2019, permettant ainsi la réouverture de la circulation aux piétons et aux cyclistes dès le samedi 23 juin. (intégral)
NR Indre et Loire, 11/06

(Berchères-les-Pierres) Sur l’ancien chemin des carriers
La cathédrale de Chartres et la carrière de Berchères les Pierres sont indissociables. Dès 1193, la seconde ayant servi à édifier la première. L’association Berch Pierre, née en 2005, s’est donnée pour but de valoriser ce lien ainsi que le travail des carriers, les ouvriers qui ont acheminé  pendant près de soixante ans, entre avril et septembre, des blocs de pierres pesant jusqu’à sept tonnes, jusqu’au site de construction de la cathédrale. François Bonny, président fondateur de l’association Berch Pierre, explore depuis longtemps cette carrière et le cheminement des blocs  jusqu’à Chartres : « La pierre était préfabriquée dans la carrière pour éviter le transport des matériaux inutiles. » Avant d’atteindre l’emplacement de la future cathédrale, encore fallait il grimper les pentes abruptes de la basse ville. Environ 14 km séparent la carrière de Berchères-les-Pierres de la cathédrale de Chartres. C’est ce parcours historique qu’emprunteront les marcheurs de La Berchéroise, dimanche 17 juin. Quand l’histoire rejoint le sport.
+ 14 km de la carrière à la cathédrale
L'Echo, 12/06, p.14

(Lignières) Mobilisation pour le patrimoine culturel
Dimanche 17 juin, à partir de 14h30, les événements s’enchaîneront pour marquer l’implication des Ligniérois au profit de leur patrimoine cultuel. Au fil du temps, l’église, placée sous la double et efficace protection de saint Laurent et de saint Aignan, a toujours été entretenue avec attention. Elle est dotée d’une nef dont les murs remontent à la fin du XIe siècle et ont conservé, au sud, leurs étroites baies. Au XVIe, l’abside est abattue et remplacée par un chevet plat, un lambris à entraits apparents est installé. Les trois chapelles latérales sont une véritable originalité. Le mobilier cultuel et la statuaire sont également remarquables. Au-delà même de l’église, la croisée des chemins était marquée par la présence de nombreux calvaires. Depuis de nombreuses années, celui du chemin de Baigneux était ruiné. L’an dernier, un jeune charpentier, Nicolas Souriou, entreprend, bénévolement,  sa restauration. Au même moment, l’appel au mécénat populaire est lancé par la Fondation du patrimoine pour la restauration de l’exceptionnel retable  du XVIIe siècle. La générosité des Ligniérois sera soutenue par la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), le conseil départemental, la réserve parlementaire de Jacqueline Gourault, la communauté de communes et la Fondation pour réunir les 27.000 € nécessaires à cette entreprise. De façon concomitante, la réhabilitation des vitraux est conduite par l’atelier vitrail de l’association Résurgence en Vendômois. Enfin, un néo-Ligniérois, Nicolas Ducloux, ayant acquis l’ancien presbytère, musicien et auteur-compositeur, constate le délabrement de l’harmonium.
NR Loir et Cher, 12/06, p.22

(Bourges) Le couvent sur la voie de la résurrection
Il aurait pu être rasé, il pourrait finalement renaître. Un an après avoir échappé à sa démolition, le couvent de La Charité se retrouve une nouvelle fois au centre d’un grand projet immobilier. Des discussions sont en cours entre ses actuels propriétaires et un acheteur potentiel. Les deux parties ont d’ailleurs rendez vous, en fin de semaine, pour une visite, au nord de la voie ferrée, de l’immense bâtiment dont  les abords sont régulièrement squattés. Construit à la fin du XIXe siècle, cet édifice religieux d’une surface de 10.000 mètres carrés pourrait faire l’objet d’un programme mixte. Avec, d’un côté, une résidence de services pour seniors et, de l’autre, la création d’appartements destinés à la vente. Qui se cache derrière ce projet colossal de réhabilitation ? « Il s’agit d’un grand groupe français, l’un des leaders du secteur de la résidence avec services, confirme, sans préciser le nom de la société, Mickaël Ferros, l’un des trois associés de la société civile immobilière Char, SCI qui détient ce bien d’exception depuis 2013. J’ai été approché par l’intermédiaire d’une agence immobilière parisienne deux mois seulement après l’échec de la première vente. »
Le Berry, 13/06, p.8

Les vitraux patriotiques de la Grande Guerre à l’étude
Yves Quesney, président du comité local du Souvenir français, a invité Olivier Geneste, Docteur en histoire de l’art et chercheur au Centre François-Garnier de Châtillon-sur-Indre, à animer une conférence sur les vitraux patriotiques de l’Indre, au Studio République, mardi 19 juin, organisée avec l’Association des anciens combattants. « Nous arrivons à la fin du centenaire de Guerre 14-18, que nous avons voulu marquer par cette conférence », explique Yves Quesney. Analogie entre les saints et les soldats Olivier Geneste réalise l’inventaire des vitraux religieux ou profanes, de toutes époques,  de la région Centre-Val de Loire. « Nos chemins ont convergé à Châtillon. Yves Quesney, membre bénévole de notre association, Rencontre avec le  patrimoine religieux, travaille sur notre fond et a déjà participé à la réalisation de plusieurs expositions », explique-t-il.
NR Indre W, 13/06, p.18

(Neuvy-Saint-Sépulchre) Fréquentation en hausse à la basilique
Vendredi dernier a lieu l’assemblée générale des Amis de la basilique. Pour l’année 2017, le nombre de visiteurs accueillis a été de 3.109, soit une légère augmentation par rapport aux années précédentes. La basilique a aussi accueilli de nombreux concerts de prestige. Le classement des chemins de Saint-Jacques au titre du patrimoine mondial de l’Unesco accroît la notoriété de la basilique, notamment chez les pèlerins. Il en résulte une fréquentation annuelle globale de l’ordre de 15.000 et 20.000, chiffre reconnu par le Comité départemental du tourisme pour l’élaboration de ses statistiques. A ce sujet, le président a révélé les projets en cours. « A l’occasion de la commémoration du  20e anniversaire du classement
des chemins de Saint-Jacques, nous rendrons notre présentation permanente - sur le chemin de Compostelle, sur le pèlerinage de Neuvy et sur la basilique elle-même - plus attractive et facilement transportable - sur des kakémonos et non plus sur des cadres accrochés à des grilles -, afin de les transporter sur les lieux animés par le collectif de Neuvy sur les chemins, dont nous faisons partie. » Sur le plan des investissements, du mobilier d’exposition sera installé au premier étage. Suite à la remise en état de l’orgue en 2016, un contrat d’entretien a été souscrit avec Guillaume Besnier, facteur d’orgue.
NR IndreW, 13/06, p.20

Le magazine amoureux des monuments locaux
Si Élodie Filleul gagnait au Loto (du patrimoine ?) nul doute qu’elle investirait ses gains dans l’un des innombrables monuments que l’histoire a semés tout au long de la vallée de la Loire. C’est là que la jeune femme a posé ses pénates, après une formation adéquate et une première expérience de communication dans le plus prestigieux d’entre eux : Chambord. « Je suis passionnée depuis toujours et je n’imagine pas travailler pour une autre cause » explique-telle avec une enthousiaste résignation. Début 2017, elle a créé sa propre agence à Blois, dédiée à la valorisation du patrimoine. Elle y conçoit des campagnes ou des événements promotionnels pour une clientèle de châtelains ou professionnels du tourisme régionaux. Son entreprise a repris l’enseigne « O mon château », qui est aussi la référence du blog qu’elle tient depuis plusieurs années sur son sujet de prédilection. « J’y partage mes expériences, mes découvertes, mes bons plans, avec une communauté de quelque 30.000 suiveurs ». Sur ce socle consistant, Élodie a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure : l’édition d’un magazine papier à parution bimestrielle. Le premier numéro sortira en juillet. Pour porter son projet, elle s’est rapprochée de François Christophe, photographe blésois créateur de Studioprizm, qui prendra en charge le volet design et iconographique. Reste à boucler le financement. Une campagne de financement participatif vient d’être lancée, pour soutenir le lancement. Elle est accessible sur la plateforme « Ulule » et son objectif est de réunir à minima une somme de 5.000 €.
NR Loir et Cher, 13/06, p.6

(Tours) La cathédrale s’offre un nouvel autel
C’est un bloc de pierre de deux tonnes ! La cathédrale de Tours a débuté, mardi au petit matin, l’installation d’un nouvel autel. « C’est extrêmement précieux » commente le père François du Sartel, le curé de la cathédrale. La Société Nouvelle Billon Centre, spécialisée dans la maçonnerie et la taille de pierre pour les monuments historiques se charge de l’installation. Mais hier , devant quelques touristes curieux, la « grue araignée » ne faisait pas le poids face à l’autel. Trop lourd, les opérations ont été stoppées et devaient reprendre aujourd’hui. Cette fois, une sapine d’échafaudage et un palan à chaîne vont être utilisés pour l’acheminer au centre de la nef, « comme à l’ancienne ». La pierre de l’autel provient de la carrière de Chamesson en Bourgogne. Travaillée ensuite à La Roche-Clermault en Touraine, on peut y observer de très fines sculptures représentant des roses. Des motifs qui viennent rappeler la façade du monument. Ce changement avait pour objectif d’adapter l’autel au style gothique de la nef de la cathédrale.
NR Indre et Loire, 13/06, p.14

(Jussy-champagne) Un concert au profit de l’église
L’Association des amis de l’église Saint André avait invité dimanche après midi le choeur Aria de Bourges dirigé par Élisabeth Barraux. Ce concert était organisé pour lancer la collecte de fonds dans le cadre de la restauration des chapelles et du choeur de l’église. L’édifice est classé monument historique. La première étape de cette restauration est la réalisation d’une étude diagnostic qui coûte environ 10.000 euros. Elle permettra de donner un état général de l’édifice et de prioriser les travaux. Les Amis de l’église Saint André participeront au financement de l’étude. L’association peut recevoir des dons et adresse des reçus fiscaux permettant une réduction d’impôt sur le revenu de 66 % du montant du don.
Le Berry, 14/06, p.15

Une fête qui ne bat pas de l’aile
Ce week-end, la 21e édition des Journées du patrimoine de pays et des moulins ouvrira les portes. Cette année, le thème de ces Journées qui ont pour but de valoriser le patrimoine vernaculaire, est « L’Animal et l’Homme ». Des dizaines de sites sont ouverts en région Centre-Val de Loire.
Berry rép. 15/06/2018, p. 9 / NR Tours agglo 15/06/2018, p. 30

(Serruelles) Une fête pour aider la chapelle
Une messe de la Saint-Ursin suivie d’un concert de The bungalow sisters animera la journée de dimanche à l’occasion de la fête des Roses. Les bénéfices serviront à financer les travaux de la chapelle. Dédié à Saint Ursin, cet édifice du XIe siècle doit subir de nombreux travaux, notamment au niveau de la protection des vitraux, de l’entretien des murs, du calvaire et du parc.
Berry rép. 15/06/2018, p. 30

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr


Dernière édition par valerie.maillochon le Ven 15 Juin - 11:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Mer 13 Juin - 13:53

Le Loir-et-Cher se paie un youtubeur : Nota Bene

Nicolas Perruchot, président du Conseil départemental de Loir-et-Cher, s’offre les services d’un youtubeur pour assurer la promotion touristico-historique de son département. Nota Bene, chaîne de vulgarisation d’histoire sur un ton décalé de Benjamin Brillaud, a signé un partenariat pour 5 vidéos cherchant à faire le buzz via YouTube, le site le plus regardé par les ados et les jeunes actuellement. Au programme, les châteaux du Moulin à Lassay/Croisne, Villesavin et Talcy, ainsi que les villes de Romorantin-Lanthenay et Vendôme. Les personnages morts sur les toilettes, le sexe au moyen-âge, ou encore les inspirations historiques des Pokémon. Voilà autant de sujets ludiques et décalés que Benjamin Brillaud met en vidéo sur sa chaîne YouTube Nota Bene. Créée en 2014, la chaîne compte plus de 720.000 abonnées pour une centaine de vidéos. Un succès qui a séduit le Département de Loir-et-Cher. Au point que le Conseil départemental et l’Agence de Développement Touristique ont décidé de nouer un partenariat avec le youtubeur. Ce dernier répond à nos questions.
Mag'Centre, 07/06 : http://www.magcentre.fr/156900-le-loir-et-cher-se-paie-un-youtubeur-nota-bene/

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Ven 15 Juin - 10:52

(Jussy-champagne) Un concert au profit de l’église
L’Association des amis de l’église Saint André avait invité dimanche après midi le choeur Aria de Bourges dirigé par Élisabeth Barraux. Ce concert était organisé pour lancer la collecte de fonds dans le cadre de la restauration des chapelles et du choeur de l’église. L’édifice est classé monument historique. La première étape de cette restauration est la réalisation d’une étude diagnostic qui coûte environ 10.000 euros. Elle permettra de donner un état général de l’édifice et de prioriser les travaux. Les Amis de l’église Saint André participeront au financement de l’étude. L’association peut recevoir des dons et adresse des reçus fiscaux permettant une réduction d’impôt sur le revenu de 66 % du montant du don.
Le Berry, 14/06, p.15

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Ven 15 Juin - 10:54

La Sacem inaugure son musée numérique

La Société des auteurs, compositeurs, et éditeurs de musique (Sacem) vient d’ouvrir son musée numérique. Entièrement gratuit, il met en valeur de nombreuses archives inédites des sociétaires, dont Verdi, Richard Wagner ou Tchaïkovsky.
Lire la suite : https://www.francemusique.fr/actualite-musicale/la-sacem-inaugure-son-musee-numerique-63071

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Ven 15 Juin - 11:00

Musée. Quand les œuvres quittent Pont-Aven

L’exposition Cobra est sur le départ. Les œuvres repartent dans les musées et les collections privées un peu partout en Europe. Ce transport est onéreux. Le Musée de Pont-Aven va donc acheter un véhicule spécial pour minorer le coût.
Lire la suite : https://www.letelegramme.fr/finistere/concarneau/musee-quand-les-oeuvres-sont-decrochees-et-quittent-pont-aven-12-06-2018-11991861.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Ven 15 Juin - 11:02

Les petits musées de France piochent dans le catalogue des œuvres itinérantes de Nyssen

La ministre de la Culture a présenté lundi matin une liste de 477 œuvres qui vont voyager à travers la France dans les zones les moins bien dotées. Une initiative saluée par les établissements situés dans les « zones blanches culturelles ».
Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2018/06/11/03015-20180611ARTFIG00321-les-petits-musees-de-france-piochent-dans-le-catalogue-des-oeuvres-itinerantes-de-nyssen.php

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
valerie.maillochon
webmestre


Messages : 9960
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   Ven 15 Juin - 11:04

Près de 15 000 visiteurs accueillis au musée de la Romanité à Nîmes

Le musée de la Romanité a ouvert ses portes il y a une semaine à Nîmes, samedi 2 juin. Depuis, il ne désemplit pas. Au total, près de 15 000 visiteurs ont déjà été accueillis. Le premier week-end a été bien sûr celui qui a rassemblé le plus de monde, 10 000 visiteurs. On en a compté 600 en moyenne en semaine et plus de 800 par jour le week-end suivant.
Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/pres-de-15-000-visiteurs-accueillis-au-musee-de-la-romanite-a-nimes-1528656958

_________________
Valérie MAILLOCHON
Chargée de mission APSMRC
02 38 79 21 62
valerie.maillochon@orleans-agglo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musees.regioncentre.fr/index.php?navID=&lang=FRA&
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse (11 - 17 juin 2018)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse (11 - 17 juin 2018)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum de l'APSMRC :: Actualités :: Revue de la presse et du net-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: